Navigation – Plan du site

Présentation. Les “masculinités” à l’épreuve des métiers “féminins”

Marie Buscatto et Bernard Fusulier
p. 1-19
Traduction(s) :
Presentation. “Masculinities” Challenged in Light of “Feminine” Occupations

Texte intégral

1Loin d’une idéale mixité femmes-hommes, les recherches contemporai­nes soulignent la permanence des attributions sexuées dans de nombreuses pratiques sociales – culturelles, vestimentaires, sportives ou familiales par exemple. Les pratiques professionnelles ne font pas exception : les ségrégations genrées horizontales – répartissant les femmes et les hommes respectivement autour d’emplois “féminins” et d’emplois “masculins” – restent fort prégnantes dans les sociétés occidentales.

  • 1 Chiffres et pourcentages tirés du document Chiffres-clés. L’égalité entre les femmes et les hommes (...)

2Si nous prenons le seul cas de la France, la moitié des emplois occupés par les femmes (50,6 %) sont concentrés dans 12 des 87 familles professionnelles : enseignantes, agentes d’entretien, employées administratives de la fonction publique, aides à domicile et aides ménagères, aides-soignantes, secrétaires, infirmières et sages-femmes, assistantes maternelles, employées administratives d’entreprise, employées de la comptabilité, cadres des services administratifs, comptables et financiers et vendeuses. On y trouve une part élevée de femmes (77,5 % en moyenne) et leurs effectifs y sont très importants. Les 12 premières familles occupées par les hommes regroupent de leur côté 35,7 % de leurs emplois – pour exemple, les ouvriers non qualifiés du bâtiment, les ingénieurs de l’infor­matique ou les techniciens et agents de maîtrise de la maintenance – et comptent en moyenne 218 000 hommes1. Les métiers mixtes sont encore rares : seule une dizaine de familles professionnelles bénéficient d’une répartition à peu près équilibrée entre hommes et femmes (dans une fourchette de 40 à 60 %) et ces familles professionnelles dites “paritaires” regroupent à peine 12 % des personnes en emploi (Meron/Mahrez/Viney, 2006). Ces ségrégations horizontales ne se sont pas estompées ces vingt dernières années comme auraient pu le laisser prévoir la “normalisation” des études pour les jeunes filles et les discours et politiques favorables à l’égalité entre femmes et hommes (Meron/Omalek/Ulrich, 2009).

3Si les domaines professionnels “féminins” accueillent très majoritairement des femmes, c’est aussi parce qu’ils sont associés à des qualités dites “féminines” (Perrot, 1987) – l’écoute, le soin donné à autrui, l’expression d’émotions ou la grâce – alors que les domaines professionnels “masculins”, accueillant par définition très majoritairement des hommes, se réfèrent plutôt à des qualités dites “masculines” (Connell, 1995) – l’affirma­tion de soi, la technique, la rationalité ou la force. Manifestement, l’argu­ment naturaliste demeure prégnant malgré sa déconstruction par les sociologues, les anthropologues ou les historien-ne-s travaillant sur le genre et les rapports sociaux de sexe.

4Une riche littérature identifie bien les différents mécanismes transversaux qui limitent l’entrée, le maintien et la progression des femmes dans les domaines professionnels “masculins” ainsi que les stratégies de transgression qui permettent à certaines de lever les barrières, levée partielle certes, mais réelle, à l’aube du XXIème siècle (Acker, 2009 ; Buscatto/Marry, 2009). En revanche, les travaux concernant les hommes, jeunes et moins jeunes, évoluant dans les domaines professionnels “féminins” sont bien moins nombreux et restent très épars.

5Dans le prolongement des travaux fondateurs de Christine L. Williams (1989, 1993), mettant au jour le phénomène de “l’escalator de verre” – ou glass escalator (1992), le pendant masculin du glass ceiling (“plafond de verre”) dans l’analyse des trajectoires professionnelles féminines (Hymowitz/Schellhardt, 1986) –, certains travaux contemporains suggèrent que les hommes évoluant dans les domaines professionnels “féminins” sont plutôt favorisés (comparativement aux femmes du même domaine) dans leurs carrières professionnelles (Cognard-Black, 2004 ; Couppié/Epi­phane, 2008 ; Hultin, 2003), dans la division des tâches en situation de tra­vail (Angeloff/Arborio, 2002 ; Snyder/Green, 2008) ou dans l’interaction avec les client-e-s, la hiérarchie, les collègues ou les patient-e-s (Kauppinen-Toropainen/Lammi, 1993). Ces recherches évoquent en retour la possible stigmatisation – soupçon d’homosexualité ou de prédation sexuelle, dévalorisation professionnelle ou moindres gains économiques – associée à l’exercice d’un métier dit de femme (Bagilhole/Cross, 2002 ; Guichard-Claudic/Kergoat/Vilbrod, 2008 ; Lemarchant, 2007 ; Murcier, 2005 ; Tewksbury, 1993). Ce dénigrement expliquerait d’ailleurs en partie la faible présence des hommes dans les domaines “féminins”, sources de dénigrement personnel, économique et professionnel, et ce malgré les conditions avantageuses qui leur sont attribuées (comparativement à leurs collègues féminines) quand ils s’y risquent (Williams, 1989).

  • 2 Le taux de féminisation varie selon les études en Belgique mais est assurément supérieur à 80%, voi (...)

6La vignette reprise ci-dessous, relatant l’expérience de Jacques, un infirmier belge de quarante-six ans, marié et père de quatre enfants, montre de façon “compréhensive” comment la dynamique du genre et l’ “escala­tor de verre” peuvent s’exprimer lorsqu’un homme s’engage dans un métier “féminin”2. L’importance des stéréotypes de genre est saillante dans le récit. A travers son témoignage, Jacques exprime que le simple attribut sexuel le positionne favorablement dans ses relations avec autrui (médecins, cheffe de service, collègues), en même temps qu’il oriente son comportement vers une affirmation identitaire qui rencontre les attentes à l’égard du genre masculin (e.g. mise en avant de compétences techniques, d’une prédisposition managériale…). Toutefois, son identité “masculine” est peu assurée dans une situation malgré tout asymétrique qui suppose que l’homme se montre, se distingue et se fasse apprécier comme homme parmi les femmes, y compris celles qui lui sont hiérarchiquement supérieures. Il joue simultanément sa reconnaissance à travers d’autres hommes, comme les médecins qui dominent symboliquement son espace professionnel.

  • 3 Ce portrait est issu d’une recherche sur l’expérience du métier d’infirmier et des parcours profess (...)

Jacques, un infirmier parmi des infirmières : insertion, respect, progression et inquiétude3

Bien que ce ne soit pas son choix professionnel de départ – il voulait être officier de gendarmerie mais il n’a pas, dit-il, réussi les examens médicaux – Jacques, d’origine sociale modeste, va suivre les conseils de ses parents et faire des études supérieures en soins infirmiers dans la mesure où il s’agit d’une formation débouchant sur un emploi. Après son service militaire, qui « était un gros handicap puisque c’est une profession féminine [infirmière] et qu’on perdait un an sur toutes les femmes », il va être accueilli dans un hôpital par une directrice, sa « protectrice », qui « était contente d’avoir un homme pour un petit peu voir les choses autrement ». Par rapport aux médecins, Jac­ques se souvient : « le fait que je sois un homme, j’ai vraiment été accepté autrement », contrairement aux infirmières qui « étaient des servantes plutôt que des infirmières. […] Et automatiquement du fait que je suis un homme, ils ne me prenaient pas de haut ». Travaillant en salle d’opérations, il va se spécialiser autour des aspects techniques et devenir après quelques années à peine le responsable du matériel, « parce que c’est vrai, les femmes ne sont pas aussi ouvertes à la technique […] Pour les femmes, c’était très rebutant, notamment l’arrivée des caméras, des vidéos en salle d’opération, c’est quelque chose qui me passionnait ». Les médecins, « formés à la technique opératoire, mais pas au matériel » avaient aussi besoin de lui. Sa « cheffe » aussi qui, étant plus âgée, « n’a pas eu facile de prendre le train en marche ». Ayant une marge de pouvoir non négligeable, il a même pu « imposer un horaire à la carte » pour s’occuper de sa dernière fille (« je veux vraiment m’en occuper et donc je veux un jour de congé par semaine »). Sa fille ayant grandi, il va ensuite, sur la sollicitation de sa directrice qui voyait en lui « un meneur d’équipe », postuler pour un poste de coordinateur de nuit qui venait de se créer. L’ayant obtenu, il va augmenter son salaire (« nos nuits sont payées à 150 % ») et surtout, il va travailler une semaine de nuit avec consécutivement une semaine de congé ; « c’était vraiment un horaire de rêve » estime-t-il. Selon ses dires, il était « un leader informel » qui devait être reconnu car il avait « de plus en plus d’importance ». Cependant, il trouvait « frustrant, finalement, de ne pas avoir le statut » ; en outre « il fallait [qu’il] quitte ce milieu féminin. [Il avait] de plus en plus difficile de vivre comme ça au milieu des femmes qui fonctionnent vraiment différemment ». Il évoque à ce propos les problèmes de médisance entre des « amies », la soumission aux médecins, etc., ce que lui, étant un homme, n’arrivait pas à accepter. Il bénéficiait d’un « respect des médecins », était « invité chez eux en privé ». Pour lui, « les femmes fonctionnent dans l’affect, mes collègues pleuraient […] on opérait les prématurés, et je voyais mes collègues pleurer quand elles voyaient les enfants. Ça ne me touchait pas du tout ». Pourtant, à côté de cette apparence d’homme viril, Jacques laisse aussi entrevoir une grande fragilité. En effet, ayant eu « un gros problème de peau » à l’âge de douze ans, avec « un professeur de piscine, par exemple, qui ne voulait pas que j’aille dans l’eau de peur de contaminer la piscine », son entrée dans la formation en soins infirmiers fut difficile : « Ça a été atroce et donc quand j’ai commencé la profession, c’était ce vécu-là qui me poursuivait. Je tombais au milieu des fem­mes, j’avais l’impression que ces femmes ne me regardaient que pour mes cicatrices, et j’étais… c’était abominable. Je rentrais chez mes parents, je disais : ‘être entouré de femmes comme ça, je suis de plus en plus mal à l’aise’ ; vous savez, ça me fermait vraiment de plus en plus ». Avec « sa grosse voix de chanteur » et « un visage très dur », « les gens avaient peur ». Bien que ce physique ait pu lui servir pour obtenir du respect et un poste à responsabilité, Jacques souhaitait ne pas être réduit à cela. S’étant mis à chanter, il va animer le « cabaret » de l’hôpital, et y faire « beaucoup de sketches ». À partir de ce moment-là dit-il, « j’ai eu la chance d’être respecté pour le poste que l’on m’a donné, mais aussi de devenir presque l’ami de tout le monde parce que j’étais l’animateur du cabaret […] Devenir animateur, devenir coordinateur de nuit, là je me sentais vraiment valorisé ». Malheureusement, Jacques estime que « les choses ont fort changé au niveau de l’ambiance. On a l’impression de travailler dans une société commerciale ». Sa directrice « a été poussée dehors » et il a « eu très peur » : « je vais perdre ma protection » pense-t-il alors. Si, finalement, la nouvelle directrice va lui montrer qu’elle avait besoin de lui, il n’en reste pas moins à l’heure actuelle un « gros mal-être dans la profession » avec une « pression au rendement ». Pour « les infirmières qui avaient vraiment fait ça par vocation », c’est insupportable. Jacques, quant à lui, ne se sent pas concerné : « Ce n’était pas mon cas […] j’étais vraiment technique et ici, je suis plus dans le management ». Un nouveau poste lui a été proposé, mais il a refusé car, explique-t-il, « je veux garder mes cinq jours de congé par semaine [en travaillant une semaine de nuit, il a droit à cinq jours de congé la semaine suivante]. J’ai atteint le niveau professionnel que je voulais atteindre ». Devenu « très épicurien », « ayant eu la malchance de perdre deux collègues, au boulot », « on vit maintenant, on profite, c’est restaurant, c’est voyage… ».

7Le compte-rendu de l’expérience de l’insertion de Jacques dans le milieu des soins infirmiers, bien qu’il ne puisse pas être généralisé, illustre différents mécanismes sociaux qui interviennent dans un parcours masculin au sein d’un univers professionnel “féminin” : les avantages d’une position atypique, une rhétorique justifiant les bénéfices accordés aux hom­mes, une masculinité fragilisée, des stratégies pour contrer la stigmatisation, et des conditions structurelles favorables à l’entrée des hommes dans un métier “féminin”.

8A travers ce numéro, notre objectif est ainsi d’expliciter ces mécanismes afin d’enrichir et de rendre plus systématique notre connaissance des conditions et des processus d’entrée, de maintien, de progression et de construction identitaire des hommes dans les domaines professionnels “féminins” au sein des pays occidentaux à l’aube du XXIème siècle. Présentant sept cas empiriques originaux étudiés en France, en Suisse, en Italie et aux États-Unis – strip-teaseurs français, fleuristes suisses, sages-femmes français, danseurs italiens, entrepreneurs étatsuniens, orthophonistes et conseillers conjugaux français –, ce numéro est ainsi l’occasion de s’interroger à nouveaux frais aussi bien sur les modalités sociales d’in­sertion, de professionnalisation, de promotion et de légitimation des hommes dans les espaces professionnels “féminins” que sur les manières dont ils développent une identité “masculine”, pour soi et pour autrui, qui leur convienne.

I. Les avantages d’une position atypique : enrichir la métaphore de l’ “escalator de verre”

9Dès les premiers travaux menés sur les hommes dans les domaines professionnels “féminins”, il est apparu que ces derniers profitent largement de leur position minoritaire dans ces secteurs (Williams, 1989, 1992). Les recherches menées depuis sur différentes professions et groupes professionnels dans les sociétés occidentales n’ont fait que confirmer l’avantage comparatif ainsi obtenu par ces derniers (Lupton, 2006). Les hommes tendent à profiter d’un “escalator de verre” (Williams, 1992). Leurs progressions de carrière tendent en moyenne à être plus favorables que celles de leurs collègues femmes. Ils accèdent aussi plus souvent qu’elles à des positions d’autorité. Leur réputation professionnelle est plus souvent élevée. Ils se voient plus facilement attribuer des tâches ou des spécialisations valorisées. Leurs rémunérations tendent à être meilleures… Plusieurs cas traités dans ce numéro – les fleuristes suisses (Lefeuvre/Zinn), les danseurs italiens (Bassetti) ou les orthophonistes et les conseillers conjugaux et familiaux français (Bretin/Philippe) – ne font pas exception.

10Les raisons en sont multiples et difficiles à dissocier les unes des autres. Si nous ne prétendons pas à l’exhaustivité, nous voudrions cependant en exposer quelques-unes qui nous paraissent assez spécifiques au sujet traité. Tout d’abord, l’avantage professionnel des hommes comparativement aux femmes n’est pas sans rapport avec la division sexuée du travail productif et reproductif et à l’interférence travail/famille (Fusulier, 2012). Le modèle traditionnel du male-breadwinner/female-caregiver n’a pas été remplacé par celui du dual-earner/dual-caregiver (Crompton, 1999). En d’autres termes, la conciliation travail/famille reste “maudite” en pesant toujours lourdement sur les épaules des femmes (Périvier/Silvera, 2010). Inversement, selon la thèse devenue classique de François de Singly (1987), “la bonne fortune” des maris et des pères serait notamment due à la présence d’une épouse qui placerait ses ressources scolaires, économiques, relationnelles au service prioritaire de la réussite de son mari et de ses enfants ; la contrepartie pour le mari et le père serait d’effectivement réussir, ce qui exige de lui un fort investissement professionnel. Par exemple, certains fleuristes suisses interviewés par Nicky Lefeuvre et Isabelle Zinn dans ce numéro justifient le meilleur positionnement des hommes dans la profession par un investissement plus grand que celui des femmes qui, pour des raisons familiales, préfèreraient un temps partiel.

11De plus, à l’intérieur même de l’espace professionnel, les hommes tendraient à bénéficier de stéréotypes sexués favorables à leur reconnaissance, voire à leur meilleure réussite professionnelle. L’autorité, l’exper­tise ou la rationalité, qualités socialement construites comme “masculi­nes”, leur sont plus aisément attribuées par leurs collègues, leurs chef-fe-s ou leurs client-e-s (Williams, 1989 ; Pringle, 1993). Ils sont ainsi, plus souvent que leurs collègues femmes, mis en position de construire des trajectoires professionnelles ascendantes – la prise de responsabilités ou la capacité à exercer les tâches les plus valorisées sont facilitées.

12Les hommes, plus souvent que les femmes, tendraient encore à se dissocier clairement des spécialités ou des attributs “féminins” au sein des fonctions exercées pour en revendiquer des dimensions plus “masculines” à l’image des infirmiers étatsuniens (Snyder/Green, 2008), des hommes évoluant dans des métiers de service et dans des métiers hospitaliers français (Angeloff/Arborio, 2002), des hommes sages-femmes étudiés par Philippe Charrier dans ce numéro ou des hommes secrétaires observés par Rosemary Pringle aux États-Unis à la fin des années 1980 (Pringle, 1993). Ces derniers réussissaient si bien à se désengager des tâches les plus féminines – et les plus dévalorisées – de la fonction que leur dénomination même n’était plus celle de secrétaire mais celle d’employé administratif ou d’assistant de direction.

13Une quatrième raison avancée tiendrait à la volonté affirmée d’une majorité d’hommes de se démarquer des caractéristiques “féminines” de l’emploi, caractéristiques jugées dévalorisantes – efféminisation, soupçon d’homosexualité ou de pédophilie, moindre reconnaissance sociale. Cette pratique peut alors se traduire de manière indirecte par une meilleure valorisation professionnelle et économique des hommes à l’image des fleuris­tes suisses susmentionnés qui, par le “choix” du plein emploi, se démarquent de fait de l’emploi partiel souvent réservé aux femmes et s’ouvrent ainsi des perspectives professionnelles et économiques plus florissantes que ces dernières.

14L’analyse comparée de la situation des orthophonistes et des conseillers conjugaux et familiaux (CCF) français réalisée ici par Hélène Bretin et Claudine Philippe est exemplaire de ce phénomène. Ces “bienheureux minoritaires” semblent en effet bénéficier de manière évidente de nombreux avantages en lien avec leur position atypique dans ces deux groupes professionnels (moins de 4 % des orthophonistes et de 10 % des CCF sont des hommes). Dès les premiers pas dans la formation, ils se disent accueillis de manière particulièrement favorable par les enseignant-e-s, par les autres élèves femmes, par les éventuels maître-sse-s de stage… Régulièrement sollicités, suscitant l’intérêt, les hommes expérimentent tous les bienfaits d’une position visible, même si elle leur paraît parfois un peu trop visible (et alors lourde à assumer). Dans l’exercice de leurs fonctions, les avantages semblent là encore réels même s’ils s’accompagnent en retour de quelques difficultés spécifiques. Leur entrée dans la vie active est en effet accueillie de manière positive par les consœurs, qui tendent également à solliciter de leur part des pratiques d’autorité spécifiques supposées relever du “masculin” (faire régner l’ordre, calmer des patients difficiles…).

15Les patientes semblent également plus facilement convaincues par la parole professionnelle de ces hommes, voire leur attribuent le titre de “docteur” dans les contextes hospitaliers. Être un homme semble ainsi perçu par les patient-e-s, la hiérarchie ou les collègues comme un élément favorable à l’exercice professionnel de ces deux métiers. Les hommes sont encore, en proportion, plus présents dans les instances professionnelles représentatives de ces groupes professionnels ou exercent plus souvent que leurs collègues femmes des spécialités pointues ou fortement valorisées sur le plan technique. Les assignations genrées, pour soi et pour autrui, jouent ici à plein pour non seulement favoriser les trajectoires professionnelles des hommes, mais aussi en donner des raisons “naturalisées”, légitimant en retour leur situation plus favorable. Ces avantages ne vont cependant pas sans quelques difficultés particulières : un soupçon d’ho­mosexualité, voire de pédophilie, incite les hommes orthophonistes à développer des pratiques de neutralisation visant à protéger leur réputation professionnelle. Mais elles ne réduisent guère la situation de “minoritaire-dominant” que constitue le fait d’être un homme dans ces deux métiers très majoritairement féminins, par le nombre et dans les imaginaires sociaux.

16Notons cependant que ce numéro – et la littérature existante – ne permet guère de distinguer les trajectoires masculines entre elles, selon l’ori­gine sociale, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle ou l’origine scolaire des individus concernés. Comme l’a montré Wingfield (2009) de manière pionnière à propos des hommes noirs infirmiers aux États-Unis, ces derniers étaient confrontés à des limites spécifiques liées à la couleur de leur peau qui leur interdisait l’accès au glass escalator, contrairement à leurs collègues infirmiers blancs qui en profitaient à plein. On peut en effet ima­giner que des différences peuvent exister entre les hommes dans leur capacité à jouer le rôle de “bienheureux minoritaires” selon qu’ils sont dans une position sociale ou détiennent une origine scolaire plus ou moins favorable. Ceci rappelle ainsi le cas de ces hommes normaliens (issus de la prestigieuse École Normale Supérieure) en France qui ont des chances bien supérieures que les hommes non-normaliens de devenir professeurs en mathématiques à l’Université, sachant que les chances des hommes non-normaliens sont quasiment équivalentes à celles des femmes normaliennes quand les femmes non-normaliennes, pour leur part, ont des chances bien inférieures à tous les hommes (normaliens ou non) et à toutes les femmes normaliennes (Zarca, 2006).

II. Des rhétoriques légitimant les “avantages” masculins

17S’ils semblent bénéficier d’avantages certains dans l’exercice de leur métier et/ou dans leur progression de carrière, les hommes étudiés ont également développé des rhétoriques efficaces pour justifier en partie ces avantages et les légitimer, pour eux-mêmes et pour autrui. Même s’il est difficile de savoir comment se construisent ces rhétoriques de justification, les hommes sont en effet partie prenante dans la production des processus de légitimation de leurs positions avantageuses.

18Le cas des fleuristes suisses est particulièrement probant. Lefeuvre et Zinn montrent bien, statistiques à l’appui, la très faible présence des hommes dans cette profession (6 % seulement) et leurs relatifs avantages professionnels (surreprésentation dans les organismes professionnels, meilleures rémunérations et reconnaissance professionnelle que les femmes, en lien avec leur plus forte présence comme directeurs des entreprises de vente florale ou indépendants, et leur plus grande présence dans l’emploi à plein temps). Or, si les hommes rejettent toute différence sexuée entre femmes et hommes dans la mise en œuvre des compétences florales ou dans l’organisation du travail quotidien, ils revendiquent en revanche des différences sexuées “naturelles” légitimant leur meilleure situation professionnelle. Leur meilleure réussite relative est ainsi expliquée par ces hommes fleuristes comme le fruit involontaire de la répartition inégalitaire des tâches et des responsabilités dans les familles selon le modèle traditionnel de l’homme breadwinner et de la femme carer, et cela alors même que les statistiques ne confirment qu’en partie leurs affirmations “essentialistes”. Du fait de la moindre évidence du “choix” de ce métier pour les hommes, ceux qui s’y lancent seraient également, toujours selon eux, plus déterminés à réussir, expliquant en retour leur plus grand succès comparativement aux femmes fleuristes. A l’inverse, quand il s’agit de rendre compte des compétences mobilisées au travail, des qualités mises en œuvre pour accomplir le travail de manière adéquate, les différences genrées n’ont plus lieu d’être. Alors même que la qualité principale prisée par les fleuristes – la créativité ou le “flair” – serait construite comme “féminine” dans ce métier, les hommes la définissent comme neu­tre du point de vue du genre et plutôt associée à un talent personnel. Dans le même ordre d’idées, la répartition des tâches ne suit pas une logique genrée, et ce alors même que les client-e-s sont clairement distingué-e-s dans leurs goûts et leurs attentes de manière sexuée. L’expérience au travail ou les besoins d’organisation sont ici structurants, le genre n’in­ter­venant guère dans l’attribution des tâches aux unes ou aux autres.

19On retrouve une même rhétorique de légitimation de leurs avantages professionnels chez les hommes sages-femmes français étudiés ici par Philippe Charrier comme chez les orthophonistes et conseillers conjugaux français auprès desquels Hélène Bretin et Claudine Philippe ont mené leur enquête. C’est également ce qu’avait montré Elisa Herman (2007) au sujet des hommes animateurs et des femmes animatrices exerçant dans des centres de loisirs en France. Si le soupçon de pédophilie adressé aux jeunes hommes semblait justifier que les femmes gèrent en priorité les tâches les plus “ingrates” – changer les enfants ou les accompagner aux toilettes – cette répartition inégalitaire des tâches était d’autant plus efficace socialement qu’elle s’appuyait sur une idéologie de la complémentarité attribuant aux femmes une plus grande appétence et compétence “naturelles” dans l’exercice du care – et des tâches socialement dévalorisées qui l’accompagnent.

III. Des “masculinités” fragilisées

20Si les hommes expérimentent de nombreux avantages professionnels, comparativement à leurs collègues femmes, ils n’en sont pas moins soumis à des risques professionnels et identitaires certains qui expliqueraient d’ailleurs largement leur faible présence dans ces domaines a priori “accueillants”. Comme l’avait si bien évoqué Williams dès 1989 au sujet des hommes infirmiers étatsuniens :

It is not discrimination that keeps men out of nursing ; it is men’s reluctance to enter a ‘feminine-identified’ occupation that keeps them out (Williams, 1989 :140).

21Ce constat a d’ailleurs été confirmé par les études récentes menées auprès de secrétaires intérimaires étatsuniens (Henson/Rogers, 2001), d’ani­mateurs de centres de loisirs (Herman, 2007), de bibliothécaires, de stewards, de professeurs d’école et d’infirmiers anglais (Simpson, 2004), mais aussi auprès d’une variété d’hommes anglais évoluant dans des domaines professionnels “féminins” (Bagilhole/Cross, 2002) pour lesquels ont été repérés le soupçon d’homosexualité, la possible dévalorisation sociale ou professionnelle et la remise en cause de leur capacité à détenir un “vrai” boulot, autant de stigmates accompagnant l’emploi “féminin” exercé par un homme.

22Les différents cas évoqués dans ce numéro confirment en effet la mise en jeu de la “masculinité” chez ceux qui exercent une activité “féminine” : efféminisation, soupçon de perversité sexuelle, dévalorisation professionnelle menaceraient sans cesse l’ “essence” masculine de ces hommes. Les danseurs italiens (Bassetti), les hommes sages-femmes (Charrier), les strip-teaseurs (Blum) ou les orthophonistes et les CCF (Bretin/Philippe) sont ici concernés au premier chef et trouvent d’ailleurs, pour ceux qui “restent quand même”, des stratégies actives pour reconstruire une masculinité ainsi menacée.

23C’est ce dont rend compte Virginie Blum à travers son observation de strip-teaseurs français s’effeuillant devant un public de femmes. Ces jeunes hommes appartenant aux classes populaires suivent des trajectoires professionnelles souvent précaires. Ils exercent le strip-tease de manière ponctuelle, en complément d’une activité professionnelle principale souvent encore instable. Recrutés de manière informelle dans une salle de musculation pour leurs qualités corporelles, ils apparaissent d’emblée incarner une “masculinité” populaire dominante : des corps musclés et forts, des techniques d’effeuillage maîtrisées, une mise en scène choisie de leur virilité (pompier, indien, policier…), etc. Or, derrière une mise en scène bien huilée de leur beauté virile apparaît une relative fragilisation de leur “masculinité”, pour eux-mêmes et pour autrui. D’une part, l’emploi de techniques “féminines” d’embellissement des corps – épilation, parfums, crèmes ou régimes alimentaires – s’accompagne d’une dévalorisation symbolique de leur virilité. D’autre part, le fait même d’offrir leur corps au regard de femmes désirantes contre rémunération les situe a priori dans une position de subordination vis-à-vis de ces dernières et induit chez les autres hommes un soupçon appuyé d’homosexualité. Si ces strip-teaseurs ne sont pas sans ressources pour renverser le stigmate et raffermir leur masculinité menacée, l’acte même d’exercer le strip-tease n’en fragilise pas moins leur “masculinité” de manière constante. Avoir des rapports sexuels choisis avec des clientes ou affirmer sans cesse leurs qualités mentales “masculines” – de force et de maîtrise de soi – sont ainsi deux stratégies régulièrement mises en œuvre par ces hommes pour affirmer leur virilité contre le soupçon d’homosexualité et la dévalorisation symbolique qui accompagnent l’exercice de cette activité “féminine”.

IV. Des stratégies visant à renverser le stigmate “féminin”

24Face à la remise en cause potentielle de leur “masculinité”, les hommes s’étant spécialisés dans un domaine professionnel “féminin” ne sont en effet pas sans ressources. Ils développent ainsi des stratégies collectives et individuelles visant à renverser le stigmate (Goffman, 1963) que pourrait constituer l’exercice d’une activité “féminine”. Même si les enquêtes soulignent la fragilité de ces stratégies et leur faible capacité à aboutir à la construction d’une “autre” masculinité légitime, elles n’en pointent pas moins le relatif succès du point de vue de ceux qui décident d’occuper un emploi “féminin” et de s’y maintenir “quand même”.

25Une première stratégie, déjà indiquée au sujet des fleuristes suisses (Lefeuvre/Zinn) et également observée chez les hommes sages-femmes (Charrier) est tout simplement de nier le caractère “féminin” de leur activité professionnelle. Faire des bouquets de fleur ou accoucher une parturiente sont des activités redéfinies par ces hommes professionnels comme “neutres”, pouvant être exercées de manière équivalente par des femmes et des hommes. Le caractère “féminin” de la pratique est ici envisagé comme une construction sociale arbitraire et récusé comme tel par ces hommes fleuristes ou sages-femmes. Cette stratégie est également présente chez les hommes immigrés travaillant comme hommes de ménage ou s’occupant de personnes âgées en France et en Italie (Scrinzi, 2010).

26Une deuxième stratégie consiste à “masculiniser” l’activité en lui attribuant des qualités nouvelles relevant du “masculin” et en l’extrayant ainsi du domaine des activités “féminines” : la virtuosité des danseurs italiens (Bassetti), la technicité des hommes sages-femmes (Charrier) ou la capacité d’entreprendre et de gérer sa boutique chez les fleuristes (Lefeu­vre/Zinn) sont ainsi revendiquées de manière principale par ces hommes évoluant dans des domaines “féminins”. On retrouve ici le constat réalisé au sujet des secrétaires intérimaires étatsuniens qui redéfinissent leur emploi autour de compétences techniques et relationnelles “masculines” (Henson/Rogers, 2001) ou des hommes enseignants en école maternelle qui revendiquent une manière “masculine” d’exercer leur activité professionnelle, supposée différente de celle de leurs collègues femmes (Jaboin, 2008). Cette revendication peut parfois conduire ces hommes à se revendiquer comme de meilleurs professionnels que leurs collègues femmes (Bagilhole/Cross, 2002 ; Scrinzi, 2010).

27Une autre stratégie consiste encore à renverser la relation de subordination que pourrait supposer l’exercice de la relation de service (définie comme “féminine”). Les strip-teaseurs observés par Blum disent ainsi exercer cette activité par goût personnel – l’entretien et la valorisation de leur corps notamment – et en profiter pour choisir des partenaires sexu­elles à leur goût, mais seulement quand ils en ont envie ! Les secrétaires étasuniens (Pringle, 1993 ; Henson/Rogers, 2001) évitent, dans l’interac­tion, toute relation de subordination évidente avec leur hiérarchie qui les rapprocherait trop de leurs collègues femmes.

28Une dernière manière de renverser le stigmate est de l’assumer comme une nouvelle forme de “masculinité”, une autre manière d’être un homme. C’est ainsi que certains coiffeurs anglais joueraient de leur activité, parodiant la féminité avec humour tout en affirmant une masculinité propre teintée de “féminité” (Hall/Hockey/Robinson, 2011), ou que certains des hommes anglais rencontrés par Bagilhole et Cross auraient choisi d’expri­mer et d’assumer leur côté “féminin” – préoccupé par autrui, émotionnel, à l’écoute – même si cela les éloigne d’une masculinité plus traditionnelle “hégémonique” (Connell, 1995). Même si leurs affirmations et pratiques ne sont qu’en partie accueillies comme légitimes par leur environnement, elles ne leur permettent pas moins d’assumer pour eux-mêmes une identité masculine renouvelée, intégrant des traits “féminins” de manière visible et légitime à leurs yeux.

29Discutons le cas plus précis des danseurs italiens étudiés par Chiara Bassetti dans ce numéro. Dans le choix de cette pratique, les danseurs sont sans cesse confrontés à la double stigmatisation d’efféminisation et d’ho­mosexualité traversant la pratique de la danse pour les hommes dans les sociétés contemporaines depuis la fin du XIXème siècle. Ce double soupçon est si lourd à porter socialement qu’il affecte la possibilité même de danser pour les garçons aux plus jeunes âges (confer le film de Stephen Daldry, “Billy Elliot”) : la plupart des danseurs professionnels rencontrés ont commencé à la fin de l’adolescence et le font le plus souvent de manière “involontaire”, en lien avec une autre pratique (théâtrale par exem­ple) ou une incitation extérieure (des “potes” dansant du hip hop). Les rares danseurs précoces évoquent d’ailleurs des moqueries incessantes et un dénigrement constant… Ces danseurs n’en vont pas moins accepter de s’impliquer dans la danse et de devenir des professionnels en s’appuyant notamment sur des “antidotes” afin d’assumer, individuellement et collectivement, une pratique fort transgressive. Une première stratégie, collectivement construite, consiste à valoriser le caractère “masculin” de la pratique. D’une part, la danse au masculin tend à être définie comme une pratique artistique, fondée sur la créativité, la virtuosité et l’excellence des danseurs, qualités qui permettraient de dépasser ainsi les stéréotypes féminins stigmatisants. D’autre part, la danse tend aussi à être définie par certains sur le registre de la pratique sportive, les danseurs valorisant alors le caractère athlétique des gestes et le nécessaire auto-contrôle que son exercice suppose. La danse est ainsi “masculinisée” dans ses traits principaux afin d’éliminer au mieux les stigmates “féminins” faisant de celle-ci une pratique gracieuse et élégante. Une troisième stratégie, plus individuelle, consiste pour le danseur à pratiquer dans des styles plus “masculins” – hip hop par exemple –, ou plus mixtes – danse contemporaine par exemple –, ou de “choisir” des tenues de scène, ou de mettre en place des gestes chorégraphiés “masculins” afin de se dissocier au mieux du caractère “féminin” de la danse incarnée par la ballerine classique en tutu rose.

V. Des conditions structurelles favorables à l’entrée de certains hommes dans des emplois “féminins”

30Comment alors comprendre sociologiquement les “raisons” pour lesquelles certains hommes entrent “quand même” dans des emplois “féminins” ? Comment en effet expliquer ce “choix” atypique du point de vue des hommes ? Ce numéro à la fois prolonge les travaux existants (Lupton, 2006) tout en offrant une compréhension plus fine des conditions structurelles favorables à l’entrée de certains hommes dans des emplois “féminins” (pouvant d’ailleurs à terme aboutir à la masculinisation de l’emploi étudié si ces conditions structurelles se généralisent).

31D’une part, les emplois “féminins” peuvent attirer des hommes aux profils sociaux ou économiques peu favorisés ou aux caractéristiques sociales dévalorisées – homosexualité, couleur de peau stigmatisée ou origine étrangère. Ces hommes pourraient ainsi voir dans ces métiers, a minima une possibilité d’emploi “faute de mieux” et a maxima une possibilité de valorisation professionnelle qui leur était interdite, ou du moins peu accessible dans des contextes masculins ou mixtes. On trouve cette justification chez les hommes immigrés travaillant comme hommes de ménage ou s’occupant de personnes âgées en France et en Italie dans la mesure où « my data suggest that migrant men do these jobs because of a lack of choice connected with their migrant status » (Scrinzi, 2010 :60). Dans le même ordre d’idées, les strip-teaseurs français étudiés par Virginie Blum sont le plus souvent des jeunes hommes d’origine populaire, aux situations professionnelles fragiles, voire précaires, pour lesquels cette occupation constitue un apport financier certain et une valorisation personnelle évidente. Les hommes sages-femmes observés par Philippe Charrier, qui n’ont pas le plus souvent choisi ce métier comme première orientation, une fois le concours réussi “malgré eux”, peuvent alors voir dans l’exer­cice même de l’activité une possible valorisation professionnelle.

32Le cas des “mannies” présenté par Natalie Sappleton dans ce dossier confirme de manière indirecte cette analyse. Sappleton a en effet réalisé une enquête exploratoire par questionnaires auprès d’hommes chefs d’en­treprise de New York dans un secteur très “féminin”, celui de la garde d’enfants. Non seulement le personnel employé dans ce secteur est très majoritairement féminin, mais également le self-employment, pourtant domaine très majoritairement masculin dans tous les autres secteurs économiques aux États-Unis. L’étude montre en effet des hommes minoritaires qui se perçoivent plus souvent discriminés, par exemple, par leurs clients, leurs collègues ou leurs partenaires financiers que leurs équivalents hommes évoluant dans des secteurs “masculins” ou mixtes. Or, une raison possible à cette perception de discrimination (et peut-être à sa réalité effective) – ce que l’enquête exploratoire ne permet pas d’étudier – est la surreprésentation aussi bien de personnes d’origines ethniques peu favorisées (plus de 40 % de l’échantillon) que d’hommes non-hétérosexuels (une majorité) parmi les dirigeants de ces entreprises spécialisées dans ce secteur “féminin”. Les hommes étudiés, en raison de leur orientation sexu­elle et/ou de leurs caractéristiques sociales, économiques, ethniques ou scolaires peu favorisées ou stigmatisées, peuvent ainsi voir dans l’emploi “féminin” une source inattendue de satisfaction – obtenir un emploi pour les hommes en difficultés, détenir un emploi de meilleure qualité ou plus rémunérateur – et ce même s’ils ressentent plus souvent que leurs collè­gues un sentiment de discrimination.

33D’autre part, une deuxième condition structurelle permettant d’expli­quer l’entrée de certains hommes dans un emploi “féminin”, voire de transformation à terme de l’emploi de “féminin” en un emploi mixte ou “masculin”, est la meilleure valorisation sociale de cet emploi, au moins sur certains de ses segments, segments que ces hommes tendent alors à se réapproprier, à côté des femmes les plus innovantes du groupe professionnel. Cette revalorisation professionnelle, sociale, voire économique, non seulement incite certains hommes à pénétrer cet emploi “féminin”, mais aussi leur permet de s’y insérer de manière satisfaisante et pérenne. C’est ainsi qu’historiquement, certains emplois “féminins” seraient finalement devenus “masculins”, à l’image du baking et du brewing en Grande Bretagne au cours de la révolution industrielle (Alice Clark, citée par Bradley, 1993). Un autre exemple est le passage de la “toiletteuse” au “thanatopracteur” qui s’est accompagné d’une masculinisation du groupe professionnel, en lien avec la “technicisation hygiéniste” et la médicalisation dont l’activité a fait l’objet (Hardy, 2007).

34C’est aussi le cas des hommes sages-femmes français analysés par Philippe Charrier dans ce numéro, fort révélateur de telles dynamiques. Les hommes sages-femmes exercent en France depuis 1985, suivant l’ouvertu­re de l’accès légal à la formation par les hommes permise par l’application d’une directive européenne. Ils n’en restent pas moins très minoritaires dans la profession : ils représentent un peu moins de 2 % des effectifs en 2011. Or, contre toute attente, Philippe Charrier constate que leur présence se traduit par une insertion plutôt neutre dans le contexte professionnel. La division des tâches ne répond guère à une logique sexuée : si les hommes tendent, plus souvent que leurs collègues femmes, à valoriser la polyvalence ou l’installation en libéral, la réalité des pratiques est plutôt celle d’une indifférenciation sexuée. Dans le même ordre d’idées, hommes et femmes sages-femmes accordent une importance majeure à l’indépen­dance de leur rôle, accompagnée d’ailleurs de la reconnaissance de leur activité comme profession médicale. Si les hommes l’affichent plus haut et plus fort, cette norme n’en est pas moins partagée par l’essentiel des membres de la profession, et donc des femmes. Quant à la construction d’une relation avec la parturiente, elle suppose certes des efforts spécifiques de la part des hommes du fait de leur “étrangeté” et de leur supposé manque “d’empathie naturelle” en raison de leur sexe. Elle n’en ressemble pas moins aux évolutions à l’œuvre dans la définition des pratiques professionnelles d’accompagnement des femmes par l’ensemble de la profession. Qu’ils se définissent plutôt comme “accompagnants” des (futures) accouchées ou comme leurs “praticiens médicaux”, les hommes sages-femmes tendent à se définir comme des professionnels comme les autres (i.e. les femmes sages-femmes) et représentent alors une des évolutions en cours de la profession de sage-femme affectant les femmes comme les hommes :

Ce contexte spécifique fait que les logiques d’action de ces hommes prennent moins la forme d’une transgression des pratiques professionnelles que d’une implication propre, certes parfois différente de leurs consœurs, mais néanmoins en phase avec l’avenir de la profession (Charrier, ce dossier :108).

35La dynamique de professionnalisation affectant ce métier tout comme sa revalorisation médicale non seulement permettent aux hommes de s’intégrer dans la profession de manière relativement neutre, mais elles expliquent en partie leur sentiment positif envers leur activité et sa reconnaissance sociale. En s’éloignant de la logique vocationnelle et de sa définition comme “compétence de genre”, la profession de sage-femme rend possible une entrée sereine des hommes dans une activité pourtant encore très féminine.

36Par la diversité des cas empiriques étudiés et des pays explorés, ce numéro permet d’approfondir, d’enrichir et de systématiser notre connaissance des modalités sociales d’entrée, de maintien, de progression, de légitimation et de construction identitaire des hommes dans des domaines professionnels “féminins”. Alors même que les hommes tendent à être favorisés en situation de travail et dans leur emploi – tâches attribuées, promotions, rémunérations, valorisations –, ils n’en demeurent pas moins minoritaires du fait des stigmatisations entachant leur “masculinité” – dévalorisation, dénigrement, mise en cause de leur capacité à être de “vrais” hommes accompagnent leur présence dans les métiers “féminins”. Ce phénomène paradoxal explique en retour que la transgression ainsi observée ne se traduit guère par une subversion de l’ordre genré. Les hommes qui s’installent dans l’emploi “féminin” tendent en effet à développer des stratégies protectrices de leur “masculinité” – technicisation de l’emploi, accès aux postes d’autorité, dissociation ou rejet des traits “féminins” de l’activité, etc. – qui tendent certes à neutraliser le caractère sexué de l’acti­vité sur certaines dimensions, mais également à renforcer l’ordre genré par la distinction entre femmes et hommes sur laquelle ces stratégies reposent de fait.

37On n’en note pas moins une fragilisation même de l’idée d’une “masculinité” naturelle et cohérente, et ce selon plusieurs lignes de fracture. Tout d’abord, dans le prolongement des travaux fondateurs de Connell (1995), les cas abordés évoquent bien la diversité des “masculinités” présentes, variables selon le milieu social, le domaine d’activité ou le pays concerné. Si des traits idéaux-typiques “masculins” – rationalité, force, technicité – et “féminins” – émotion, écoute, élégance – peuvent être définis de manière abstraite, leur observation in situ fait en revanche apparaître aussi bien la diversité de leur expression – la masculinité “populaire” d’un strip-teaseur n’est pas celle d’un homme sage-femme appartenant plutôt à la petite classe moyenne – que son caractère souvent mixte – un homme fleuriste intègre dans sa pratique des traits “féminins” comme l’écoute du client ou la réalisation de bouquets. Ensuite, et de manière plus transgressive cette fois, si ces hommes développent des stratégies visant à affirmer “leur” masculinité et à échapper aux stigmatisations auxquelles ils sont soumis, ils n’en construisent pas moins des masculinités hybrides par le simple exercice d’une activité “féminine” : “leur” masculinité est de fait recomposée selon des traits masculins et féminins, faisant de ces hommes des figures atypiques de l’ordre genré. Enfin, la principale source de stigmatisation semble avant toute chose la moindre valorisation des emplois féminins, symbolique certes, mais également économique. On peut imaginer qu’une revalorisation des emplois (et des compétences) féminins, en incitant un nombre grandissant d’hommes à y pénétrer, s’accompagnerait de manière plus radicale encore d’une redéfinition des frontières du masculin et du féminin et des rapports entre le sexe affiché du travailleur et la définition sexuée des emplois.

38Afin de parfaire encore notre compréhension, les recherches à venir gagneraient à affiner l’analyse en distinguant, au sein de la population des hommes et des femmes étudié-e-s, la diversité des trajectoires et des “masculinités”/“féminités” exercées en fonction de l’origine sociale, ethnique ou scolaire, de l’orientation sexuelle ou de la trajectoire scolaire passée des individus concernés. Les études déjà évoquées des infirmiers noirs étatsuniens (Wingfield, 2009) et des professeur-e-s d’Université en mathématiques en France (Zarca, 2006) nous incitent en effet à imaginer que les hommes et les femmes ne constituent pas seulement deux groupes différenciés, mais que se jouent aussi des différenciations entre hommes, entre femmes, entre femmes et hommes, en fonction de leurs caractéristi­ques sociales spécifiques, et ce au gré des conditions de travail et d’emploi auxquelles ils et elles sont confronté-e-s dans leurs milieux professionnels. Une telle approche intersectionnelle (classe, genre, ethnicité, scolarité, ter­ritoire…) croisée à une sociologie du travail et des groupes professionnels s’ouvre sur de nouveaux défis de connaissance.

Haut de page

Bibliographie

Acker J.,
2009 “From Glass-Celing to Inequality Regimes”, Sociologie du travail, 51-2, pp. 199-217.

Angeloff T., Arborio A-M.,
2002 “Des hommes dans des ‘métiers de femmes’ : mixité au travail et espaces professionnels dévalorisés”, Sociologia del Lavoro, 85, pp. 123-135.

Bagilhole B., Cross S.,
2002 “Girl’s Jobs for the Boys ? Men, Masculinity and non-Traditional Occupations”, Gender, Work and Organization, 9 (2), pp. 204-226.

Bradley H.,
1993 “Across the Great Divide. The Entry of Men into “Women’s Jobs” ”, in Williams C. L. (ed.), Doing Women’s Work. Men in Nontraditional Occupations, Newbury Park, Sage Publication, pp. 10-27.

Buscatto M., Marry C.,
2009 “Le ‘plafond de verre’ dans tous ses éclats. La féminisation des professions supérieures au XXème siècle”, Sociologie du travail, 51 (2), pp. 170-182.

Cognard-Black A. J.,
2004 “Will They Stay, or Will They Go ? Sex-Atypical Work among Token Men Who Teach”, The Sociological Quaterly, 45, (1), 2004, pp. 113-139.

Connell R. W.,
2012 Masculinities : Knowledge, Power and Social Change, Berkeley, University of California Press, [1995].

Couppié T., Epiphane D.,
2008 “Quand les métiers “féminins” se conjuguent au masculin : au bonheur des hommes ? ”, in Claudic-Guichard Y., Kergoat D., Vilbrod A. (dir.), L'inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin... et réciproquement, Rennes, PUR, 2008, pp. 41-56.

Crompton R. (ed.),
1999 Restructuring Gender Relations and Employment : the Decline of the Male Breadwinner, Oxford, Oxford University Press.

Fusulier B.,
2011 Articuler vie professionnelle & vie familiale. Étude de trois groupes professionnels : les infirmières, les policiers et les assistants sociaux, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain.

2012 Regard sociologique sur l'articulation de la vie professionnelle avec la vie familiale. Enjeu de société, médiation organisationnelle et appartenance professionnelle, Girsef, Louvain-la-Neuve, Les Cahiers de Recherche du Girsef n° 89.

Fusulier B., Moulaert T.,
2012 Être infirmière et parent : une approche compréhensive des engagements et des parcours professionnels en Belgique francophone, Girsef, Louvain-la-Neuve, Les Cahiers de Recherche du Girsef n° 88.

Goffman E.,
2001 Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, [1963].

Guichard-Claudic Y., Kergoat D., Vilbrod A. (dir.),
2008 L'inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, PUR.

Hall A., Hockey J., Robinson V.,
2011 “Masculinities, Sexualities, and the Limits of Subversion : Being a Man in Hairdressing”, Men and Masculinities, 14 (1), pp. 31-50.

Hardy L.,
2007 “De la toiletteuse au thanatopracteur. Prendre soin des corps après la mort”, Cahiers du Genre, 42 (1), pp. 141-158.

Henson K. D., Rogers. J. K.,
2001 “Why Marcia You’ve Changed ! Male Clerical Temporary Workers Doing Masculinity in a Feminized Occupation”, Gender and Society, 15 (2), pp. 218-238.

Herman E.,
2007 “La bonne distance. L'idéologie de la complémentarité légitimée en centres de loisirs”, Cahiers du Genre, 42 (1), pp. 121-139.

Hultin M.,
2003 “Some Take the Glass Escalator, Some Hit the Glass Ceiling. Career Consequences of Occupational Sex Segregation”, Work and Occupations, 30 (1), pp. 30-61.

Hymowitz C., Schellhardt T. D.,
1986 “The Glass Ceiling : Why Women Can't Seem to Break the Invisible Barrier That Blocks Them from the Top Jobs”, The Wall Street Journal, 24 March, p. 1.

Jaboin Y.,
2008 “La construction de l’identité professionnelle masculine dans un secteur en voie de mixité : le cas des hommes enseignant à l’école maternelle”, in Guichard-Claudic Y., Kergoat D., Vilbrod A. (dir.), L’inversion du genre : Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, PUR, pp. 243-255.

Kauppinen-Toropainen K., Lammi J.,
1993 “Men in Female-Dominated Occupations. A Cross-Cultural Comparison”, in Williams C. L. (ed.), Doing Women’s Work. Men in Nontraditional Occupations, Newbury Park, Sage Publication, pp. 91-112.

Lemarchant C.,
2007 “ ‘La mixité inachevée’. Garçons et filles minoritaires dans les filières techniques”, Travail, genre et sociétés, 18, pp. 47-64.

Lupton B.,
2006 “Explaining Men’s Entry into Female-Concentrated Occupations ; Issues of Masculinity and Social Class”, Gender, Work and Organisation, 13 (2), pp. 103-127.

Meron M., Mahrez O., Viney X.,
2006 “Les femmes et les métiers : vingt ans d’évolutions contrastées”, in INSEE, Données sociales, Paris, Insee, pp. 225-234.

Meron M., Omalek L., Ulrich V.,
2009 “Métiers et parcours professionnels des hommes et des femmes”, in INSEE, France, portrait social, Paris, Insee, pp. 195-217.

Murcier N.,
2005 “Le loup dans la bergerie. Prime éducation et rapports sociaux de sexe”, Recherches et Prévisions, n° 80, juin, pp. 67-75.

Périvier H., Silvera R.,
2010 “Maudite conciliation”, Travail, genre et sociétés, 24 (2), pp. 25-27.

Perrot M.,
1987 “Qu’est-ce qu’un métier de femme ?”, Le mouvement social, 140, pp. 3-8.

Pringle R.,
1993 “Male Secretaries”, in Williams C. (ed.), Doing “Women's Work”. Men in Nontraditional Occupations, London, Sage, pp. 128-151.

Scrinzi F.,
2010 “Masculinities and the International Division of Care : Migrant Male Domestic Workers in Italy and France”, Men and Masculinities, 13 (1), pp. 44-64.

Simpson R.,
2004 “Masculinity at Work : the Experiences of Men in Female Dominated Occupations”, Work, Employment and Society, 18 (2), pp. 349-368.

Singly F. (de),
1994 Fortune et infortune de la femme mariée, Paris, PUF, 3ème édition, [1987].

Snyder K. A., Green A. I.,
2008 “Revisiting the Glass Escalator : The Case of Gender Segregation in a Female Dominated Occupation”, Social Problems, 55 (2), pp. 271-299.

Tewksbury R.,
1993 “Male Strippers. Men Objectifying Men”, in Williams C. L. (ed.), Doing Women’s Work. Men in Nontraditional Occupations, Newbury Park, Sage Publication, pp. 168-181.

Williams C. L.,
1989 Gender Differences at Work. Women and Men in Nontraditional Occupations, Berkeley, University of California Press.

1992 “The Glass Escalator : Hidden Advantages for Men in the “Female” Professions”, Social Problems, 39 (3), pp. 253-267.

Williams C. L. (ed.),
1993 Doing Women’s Work. Men in Nontraditional Occupations, Newbury Park, Sage Publication.

Wingfield A. H.,
2009 “Racializing the Glass Escalator : Reconsidering Men's Experiences with Women's Work”, Gender and Society, 23 (1), pp. 5-26.

Zarca B.,
2006 “Mathématicien : une profession élitaire et masculine”, Sociétés contemporaines, 64 (4), pp. 41-65.

Haut de page

Notes

1 Chiffres et pourcentages tirés du document Chiffres-clés. L’égalité entre les femmes et les hommes – Edition 2011, Direction générale de la cohésion sociale, Mars 2012, p.44.

2 Le taux de féminisation varie selon les études en Belgique mais est assurément supérieur à 80%, voir Fusulier B., 2011.

3 Ce portrait est issu d’une recherche sur l’expérience du métier d’infirmier et des parcours professionnels dans la profession (voir Fusulier B., Moulaert T., 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Buscatto et Bernard Fusulier, « Présentation. Les “masculinités” à l’épreuve des métiers “féminins” », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 1-19.

Référence électronique

Marie Buscatto et Bernard Fusulier, « Présentation. Les “masculinités” à l’épreuve des métiers “féminins” », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1023

Haut de page

Auteurs

Marie Buscatto

Professeure des Universités en sociologie ; I.D.H.E., Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Cnrs.

Bernard Fusulier

Maître de recherches FNRS et professeur de sociologie ; Université catholique de Louvain, GIRSEF & CIRFASE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org