Navigation – Plan du site

La transgression apparente de bienheureux minoritaires. Orthophonistes et conseillers conjugaux

The Apparent Transgression of the Blessed Minorities. Speech and Language Therapists and Marriage and Family Counsellors
Hélène Bretin et Claudine Philippe
p. 47-67

Résumés

Les hommes orthophonistes et conseillers conjugaux sont peu nombreux en France et vivent confortablement cette situation atypique. A l’inverse des fem­mes minoritaires dans des bastions masculins, les hommes rencontrés dans nos deux enquêtes bénéficient d’un privilège de genre lié au fait d’être un homme. Rares, ils sont bien accueillis et perçus comme les porteurs d’une mixité attendue. La situation peut entraîner un certain coût, lié à la faible reconnaissance du conseil conjugal, ou plus généralement, au questionnement sur l’orientation sexuelle des hommes investis dans des professions très féminisées. Néanmoins, la masculinité, même en situation de minorité, demeure un avantage pratique et symbolique qui alimente la légitimité professionnelle. Le genre masculin demeure un atout mobilisé ou non selon les cadres d’intervention (responsabilités syndicales, spécialisation professionnelle, élargissement du champ d’intervention). Le fonctionnement de ce mécanisme inégalitaire est parfois restitué avec une distance critique de la part des bénéficiaires interviewés.

Haut de page

Texte intégral

Je ne joue pas d’une figure masculine… Être un homme, ça suffit si vous voulez… C’est naturel… Je ne me masculinise pas, je ne me féminise pas. Ma figu­re est masculine, voilà (Mr. William, orthophoniste).

I. Introduction

1Être orthophoniste ou conseiller conjugal est un “destin” professionnel singulier pour les hommes évoluant dans la société française. Ces métiers sont spontanément associés à l’univers féminin, renforçant le caractère atypique d’une présence masculine. Dans l’expérience commune, la prise en charge des difficultés et des pathologies de la communication orale et écrite est le propre de femmes s’occupant d’enfants d’âge scolaire, dans une démarche les rapprochant de figures maternelles accompagnatrices des apprentissages : mères ou institutrices. De même, le conseil conjugal est associé à l’accompagnement des femmes dans des moments importants de leur existence. Conseil en contraception, accompagnement à la décision d’interruption volontaire de grossesse et soutien à la réflexion dans les tensions de couples, sont perçus comme des “affaires de femmes” où la figu­re masculine du conseiller conjugal n’a pas réellement de place. Pourtant, dans les deux cas, les hommes ont toujours été présents, même s’ils étaient peu nombreux : moins de 4 % pour les orthophonistes (Sicart, 2011) et moins de 10 % des pratiques du conseil conjugal (Gal/Vilchien/Salzberg, 2006). Comment envisager la place des hommes dans ces professions très féminisées ?

2Deux recherches empiriques permettent justement une mise en perspective réciproque. A partir des points communs et des contrastes observés entre ces deux professions peut ainsi être interrogée la pertinence des réponses généralement avancées pour comprendre la faible présence masculine – manque de reconnaissance du métier et de la qualification, faiblesse des revenus, mobilisation de qualités sexuées désignées comme féminines. Cette mise en perspective montre aussi comment, au-delà des différences et des spécificités de chaque profession, le privilège de genre (Williams, 1992) persiste en situation de minorité : être un homme est un avantage, a fortiori si les comportements sont conformes aux attentes associées à leur sexe.

  • 1 L’expression, à l’image du “plafond de verre” obstacle invisible à la promotion professionnelle, dé (...)

3Nos analyses révèlent ainsi une situation fort éloignée de celle des fem­mes minoritaires dans les bastions professionnels masculins où leur présence fait l’objet de sanctions pratiques et symboliques diverses : naturalisation disqualifiante des compétences, plaisanteries douteuses et harcèlement sexuel, mise à l’épreuve des capacités professionnelles et personnel­les, entraves à la carrière et/ou aux positions de leadership (Laufer, 2004 ; Cromer/Lemaire, 2007 ; Pruvost, 2007 ; Buscatto, 2008 ; Buscatto/Marry, 2009). La position masculine minoritaire n’occasionne pas nécessairement la perte des bénéfices pratiques et symboliques du statut de dominant associé au genre. Au contraire, “l’escalator de verre” (Williams, 1992)1 tend à amener les hommes plus rapidement que leurs collègues femmes vers des statuts plus élevés avec les encouragements et le soutien social de leur environnement professionnel. Cependant, si devenir conseiller conjugal ou orthophoniste ne s’apparente en rien au parcours du combattant, les bénéfi­ces de genre peuvent avoir un coût : celui de la disqualification associée au fait de se “contenter” d’une position socialement peu valorisée et d’un revenu faible, celui du soupçon de féminisation, d’orientation homosexu­elle, voire d’attirance pour les jeunes enfants. Ce thème, largement développé dans les travaux anglo-saxons, montre comment l’atypie du choix professionnel est couramment associée à la transgression de l’hétéro-normativité et aux déviances sexuelles (Pringle, 1993 ; Henson/Rodgers, 2001).

  • 2 L’abréviation CCF désignera dans le texte le groupe professionnel des conseillers et conseillères c (...)

4L’expérience diversifiée en âge et en ancienneté des quarante-sept professionnels, CCF2 et orthophonistes, rencontrés par nos soins réinterroge donc le caractère enchanté de cette insertion atypique. Il s’agit dans cet article de montrer ce que recouvre cette expérience particulière pour les professionnels qui la vivent. La mixité dont ils sont les porteurs révèle les bénéfices potentiellement associés à la masculinité. Parallèlement, elle introduit un trouble qui fait aussi émerger des figures masculines plus inquiétantes mobilisant des stéréotypes en lien avec la sexualité. En définitive, la réalité observable rend compte à la fois des stratégies courantes de légitimation du masculin et de la façon dont la domination masculine peut être questionnée par les dominants eux-mêmes à partir d’une position professionnelle minoritaire. La première partie présente un rappel historique de chaque profession – sa construction genrée, son degré de structuration, sa place respective dans le champ du sanitaire et du social. La deuxième partie aborde l’expérience positive du statut de minoritaire tant dans la for­mation que dans la pratique professionnelle quotidienne. La troisième partie rend compte du trouble engendré par la présence masculine dans ces deux univers très féminisés. La quatrième et dernière partie montre la tension persistante entre le maintien des positions masculines privilégiées et la remise en cause relative de leurs fondements.

  • 3 Pour plus de précisions sur la recherche Kalliopé menée avec l’institut d’orthophonie de Lyon, les (...)
  • 4 Pour plus de précisions sur l’ensemble de la recherche consacrée aux CCF, voir l’article précédemme (...)

5Notre étude s’appuie sur un total de quarante-sept entretiens semi-direc­tifs. Quinze furent menés à la faveur d’une recherche collective organisée entre 2002 et 2006 (Tain, 2007)3 auprès d’hommes orthophonistes exerçant dans diverses régions, dont trois étaient impliqués dans les instances natio­nales de la profession. Ils ont été complétés en 2012 par huit entretiens semi-directifs menés auprès d’orthophonistes diplômés depuis au plus cinq ans, exerçant aussi dans différentes régions. La direction du syndicat national s’étant féminisée depuis l’étude initiale, nous avons rencontré la responsable et son équipe. Dans l’enquête générale menée par C. Philippe (Philippe, 2008a) sur les conseillères conjugales et familiales (CCF)4, trei­ze entretiens ont été menés entre 2003 et 2005 auprès d’hommes ayant sui­vi la formation dans les divers courants habilités, qu’ils exercent ou non ensuite comme CCF dans diverses régions de France. Neuf nouveaux entretiens semi-directifs de professionnels en exercice ont été réalisés entre 2012 et 2013. La responsable de l’association professionnelle nationale a été interviewée.

II. Bref rappel socio-historique sur les deux professions

6L’exercice des métiers de conseiller conjugal et d’orthophoniste place les professionnels au cœur des tourments de l’existence : dysfonctionnements familiaux, divorces conflictuels, grossesses non prévues, soutien à la parentalité, violences conjugales, dépendances, séquelles d’accidents ou d’interventions chirurgicales, pathologies du vieillissement, handicaps, dif­ficultés scolaires, etc. Les deux activités mobilisent l’écoute, supposent un accompagnement, engagent un rapport à l’intime, à la souffrance. Leur identité sexuée féminine est historiquement construite : puisée à la source des luttes féministes pour la reconnaissance des droits des femmes pour les CCF (Philippe, 2007) ; structurée autour de la figure tutélaire d’une fondatrice qui a marqué la mémoire collective pour les orthophonistes (De Luca/Vilboux, 2007).

7Les deux métiers ne présentent cependant pas le même degré de consolidation statutaire. Si l’orthophonie a maintenu son unité professionnelle au-delà de segments internes, les conseillères conjugales restent en quête d’une unification participant à la cohérence du groupe et à la définition claire d’un champ d’intervention (Philippe, 2007).

  • 5 Confer l’arrêté du 3 décembre 2010 relatif à la formation des personnels intervenant dans les centr (...)
  • 6 Sauf pour les mineures.
  • 7 1430,22 euros brut mensuels sur la base de 35 heures hebdomadaires au 1er janvier 2013.
  • 8 Tarif pratiqué couramment par les professionnels rencontrés et indiqué sur les sites d’informations (...)

8L’activité de conseil conjugal, qui s’est développée à partir des années trente, fut officiellement reconnue suite à l’encadrement de l’accès à la contraception et à la légalisation de l’avortement (1975). Les professionnels sont issus soit d’un bénévolat caritatif lié au catholicisme social, soit d’un militantisme féministe centré sur l’accès des femmes à leurs droits5. Entre ces deux courants se positionnent quelques organismes se référant plutôt à une approche psychologique. La disparition du caractère obligatoire de l’entretien pré-IVG en 20016 a occasionné un redéploiement des interventions, notamment dans la prise en charge des violences conjugales ou les interventions en milieu scolaire. La diversité des modalités d’exercice et l’absence de diplôme (voir infra) affectent directement la possibilité d’un dénombrement exhaustif et précis, d’autant que l’activité peut être exercée bénévolement. Néanmoins, une estimation de 2000 professionnels environ fait consensus dans les travaux et expertises consacrés à la profession et référencés plus haut. Débuter en association laisse espérer un revenu un peu plus élevé que le salaire minimum de croissance7, mais la plupart des CCF sont payés sur des grilles indiciaires du travail social un peu plus avantageuses. En libéral, les revenus sont plus élevés quand le cabinet est bien implanté. Les entretiens sont facturés autour de 50 euros pour les couples venant consulter8.

  • 9 Données du répertoire ADELI qui enregistre en France les professionnels salariés ou libéraux releva (...)
  • 10 De 1510 euros brut environ (début de carrière 1er échelon) à 2400 (dernier échelon) dans le nouvel (...)

9La profession d’orthophoniste a elle aussi émergé dans les années 1930, dans un contexte de développement de la rééducation des troubles de la voix, du bégaiement et de la surdité. Le domaine d’intervention s’est progressivement étendu à l’ensemble des troubles de la communication, du langage oral et écrit, dans la dynamique du processus de médicalisation de la société (Aïach/Delanoë, 1998 ; Pinell, 2004). Des étapes clés structurent la profession : création du diplôme d’État en 1964, intégration des actes d’orthophonie à la nomenclature générale des actes professionnels médicaux en 1969, extension du champ de compétences à la prévention par un décret de 1983, reconnaissance de la formation au niveau master 2 en 2013. Le nombre de praticiens en secteur libéral est passé de 151 en 1963 à 16 058 recensés en 2011 (Sicart, 2011)9. L’exercice salarié est bien moins important : 3905 salariés comptabilisés en 2011, le niveau de rémunération réputé plus faible y contribuant vraisemblablement10. Les émoluments attendus de l’exercice libéral sont réputés assez confortables : 28 000 euros annuels net en moyenne – le volume d’activité pouvant être très variable.

III. Minorité (in)attendue, masculinité bienvenue

10Les professions d’orthophoniste et de CCF s’inscrivent dans le processus d’expansion et d’institutionnalisation des champs sanitaire et social ouvrant de nouveaux horizons professionnels pour les enfants des classes moyennes et supérieures, et en particulier les filles. L’accès est moins sélectif que pour la médecine, mais les origines sociales des étudiants en médecine et en orthophonie sont néanmoins assez proches (Bretin, 2007). Avec une demande croissante de prise en charge, la formation débouche sur un emploi quasiment garanti après l’obtention du certificat de capacité d’orthophoniste. Munis de leur diplôme, les professionnels exercent en statut libéral (seul ou en collaboration) ou comme salariés dans des institutions (hôpitaux, cliniques, centres médico-psycho-pédagogiques, maisons de retraites, etc.). La formation de CCF, quant à elle, conduit à des emplois dans le champ de l’aide sociale, mais fonctionne aussi comme qualification complémentaire exercée sous des statuts professionnels divers re­connus, eux, dans les conventions collectives et les grilles indiciaires : sage-femme, psychologue, assistante sociale, éducateur de jeunes enfants, etc. Telles sont les perspectives de celles et de ceux qui entrent dans ces deux formations.

11C’est lors de l’intégration dans la formation professionnelle que se révèle l’identité de genre du métier auquel les étudiants se destinent. Nom­bre d’entre eux sont issus de filières scolaires ou universitaires largement féminisées (hormis pour les filières scientifiques qui le sont moins) et ils ont souvent bien vécu la sociabilité féminine. Cette fois, c’est le statut de professionnels-hommes minoritaires qui se profile et vient ébranler le statut d’homme dominant jusqu’ici peu problématique.

12Le déséquilibre numérique peut consolider cette situation :

J’ai tout de suite repéré mon collègue. Nous étions deux hommes pour plus de cent filles et rapidement on a formé un groupe de deux. Non mais c’est vrai ! (Mr Fabrice, orthophoniste libéral).

13Pour les orthophonistes, trois ou quatre écoles recrutant entre 90 et 140 candidats en première année peuvent occasionner le vécu d’un tel déséquilibre, mais cette expérience de minoritaire s’inscrit aussi dans des situations ou le sex ratio est moins disproportionné (1 ou 2 garçons pour 30 à 40 filles). Le choc lié à la position minoritaire est moins prononcé dans les propos des hommes CCF dont la formation suit moins les étapes d’une “conversion” ritualisée (Hughes, 1958) que chez les orthophonistes (classe préparatoire, forte sélection au concours, stages, mémoire de fin d’études). Les modules de formation au conseil conjugal peuvent être espacés dans le temps et la démarche est rarement entamée juste après les études secondaires. Elle intervient souvent plus tard, en lien avec des événements de vie impliquant de la réflexivité (divorce, licenciement, maladie, psychothérapie, etc.). Pour les CCF, c’est plutôt lors des stages que se révèle la position minoritaire et qu’il leur est rappelé qu’ils sont des hommes. C’est à ce titre que certains terrains de stage leur sont refusés. Si néanmoins ils y sont acceptés, ils sont confrontés très directement au sentiment d’entrer dans un monde et un espace féminins qui « rend les choses plus délicates » (Mr. Vincent, CCF libéral) et qui marque d’emblée le caractère a priori incongru de la présence masculine.

14Cette altérité sera rituellement soulignée à maintes occasions dans les deux formations. Elle scande le caractère atypique de la présence masculine. Peu nombreux, les hommes sont visibles, leur absence est remarquée, ils polarisent parfois l’intérêt plus qu’ils ne le voudraient. La référence récurrente à leur présence peut être pesante : « J’aurais bien aimé rester un peu plus longtemps dans l’anonymat » (Mr. Otmar, orthophoniste libéral). La singularité est en soi un avantage pratique et symbolique identifié par les orthophonistes : plaisanterie sympathique des jurys d’admission, voire favoritisme supposé pour certains ; choix du garçon en cas de concurrence garçons-filles par des maîtresses de stage curieuses de “voir ce que ça donne” ; sollicitation pédagogique proportionnellement supérieure à leur proportion dans l’auditoire. Pour les CCF, la présence d’hommes en formation est une opportunité collective qui “ouvre une fenêtre” sur ce masculin indispensable à prendre en compte pour de futurs professionnels spécialis­tes des dysfonctionnements du couple et des problèmes familiaux. Cette bienveillance pendant la formation se prolonge dans la vie active. L’accueil des consœurs est très généralement favorable, elles saluent l’initiati­ve masculine et voient, pour les CCF, l’intérêt du binôme en milieu scolaire qui permet de partager “le sale boulot”. La présence des hommes facilite l’expression des élèves et permet soit la mise en place d’une complicité masculine (CCF homme-adolescents garçons), soit l’accès à la parole de l’autre sexe (CCF homme-adolescentes). C’est aussi l’émergence d’une parole masculine qui peut contrer les propos machistes, homophobes ou misogynes proférés dans ces circonstances et représenter d’autres figures du masculin.

15Les situations de mixité professionnelle sont très révélatrices des assignations qui mobilisent chez les hommes une qualité a priori associée au genre masculin (Philippe, 2008b). Ainsi, le crédit d’autorité accordé à ces derniers facilite la police des comportements : imposer le silence en salle d’attente, faire partir un patient malodorant, calmer un enfant ou un adulte agité, faire déplacer une voiture mal garée devant le cabinet. Cette instrumentalisation routinière de la masculinité (qui n’efface pas le professionnel dans l’homme) semble largement tolérée. Dans le rapport avec les patients, les praticiens observent aussi que le masculin surdétermine parfois la compétence :

Depuis que ma collègue est là, j’ai des patientes femmes qui prennent mes paroles pour vérité d’évangile. Quand elle apporte une version différente ou un point de vue nouveau : non c’est le monsieur qui l’a dit, il ne faut pas que je fasse comme ça (Mr. Armel, orthophoniste, salarié).

16En structure hospitalière, les patients attribuent spontanément aux praticiens le titre de docteur alors qu’ils ne le prêtent pas à la collègue portant la même blouse.

17Selon les éléments entendus à maintes reprises dans les entretiens ou lus dans les écrits professionnels, chez les CCF la présence d’hommes parmi les professionnels est considérée comme un atout. Mais la préférence des consultants pour un interlocuteur ou une interlocutrice sera respectée, en particulier pour les entretiens pré-IVG. Dans les autres circonstances, la possibilité de recourir à un homme est un avantage que soulignent tous les hommes interviewés. Les femmes, régulièrement à l’initiative de la consultation du couple, pensent que leur compagnon viendra plus facilement voir un CFF homme plus apte à le soutenir. C’est aussi pour mieux comprendre le fonctionnement masculin que des femmes choisissent délibéré­ment un CCF homme lorsqu’elles consultent seules. « Dans tous les cas, c’est du bonus d’être un homme ! » observe Mr Ivan (CCF salarié et bénévole). L’absence de figure masculine dans l’entourage d’un enfant est un argument avancé dans les demandes de prise en charge par un orthophoniste. Par ailleurs, l’entre soi thérapeutique est un espace de connivence recherché par des patients adultes :

Je n’ai que des hommes en ce moment, il se crée quelque chose, ça se passe bien, parce que c’est un mec, ils sont plus rassurés, on est entre mecs. Une femme aurait moins leur aval (Mr. William, orthophonis­te, exercice mixte).

18L’effet de genre est ici d’autant plus important qu’il engage un face à face avec des hommes souffrant d’atteintes physiques lourdes, mutilantes, aux pronostics vitaux réservés.

19La demande sociale vient donc conforter l’accueil assuré par les collè­gues. L’une et l’autre s’appuient sur les bénéfices supposés et attendus de la mixité, alors même que celle-ci mobilise des assignations de genre marquées. Certains s’emploient à les déconstruire auprès de parents qui attribuent l’échec d’une thérapie au manque de sérieux de la prise en charge par une femme qui joue avec l’enfant :

Je leur explique que ce n’est pas une question de femme ou d’homme, tout le monde joue. Donc moi aussi (Mr. Darius, orthophoniste libéral).

20Le constat est le même pour les CCF dont certains s’emploient à brouiller les pistes ou s’appliquent à ne pas les figer :

Comme j’ai une boucle d’oreille, ils se posent des questions. Je les laisse s’interroger, ça me fait bien rigoler (Mr. Charles, CCF salarié et bénévole).

Quand on me demande pourquoi je suis là, je dis systématiquement que je suis la conseillère conjugale. Surtout aux médecins ! (Mr. Florian, CCF bénévole, salarié pour un autre métier).

21A l’instar des hommes sages-femmes (Charrier, 2009), les hommes ado­ptent des attitudes relevant d’un dépassement du genre qui désexualise la compétence et la pratique :

Quand on est professionnel, on n’est plus un homme ou une femme, on est là pour le regard et l’écoute (Mr. César, CCF salarié).

22Parallèlement, ils peuvent aussi jouer avec les stéréotypes de genre dont ils tirent de facto des avantages symboliques et pratiques et qui n’entacheront pas leur professionnalisme. L’ancrage dans le statut de minoritaire se fait sous les auspices d’une curiosité bienveillante envers ces hommes porteurs d’une mixité attendue. Les attributs traditionnels de la masculinité sont mobilisés dans les attentes des collègues et des publics. Néanmoins, la co-présence des sexes engendre aussi des troubles et avec le registre de la sexualité s’invitent des figures plus inquiétantes de la masculinité.

IV. Masculinité désirable, masculinités redoutables

23La situation de mixité convoque divers registres de comportements sex­ués, sinon sexuels, plutôt gratifiants pour le genre masculin qui est renvoyé, là encore, à une position dominante. Lors de la formation, les hom­mes ne sont pas harcelés, à la différence des femmes minoritaires dans un contexte masculin, où le recours au registre sexuel (photographies pornos, plaisanteries, insultes, avances), marqueur du territoire masculin, vise à les exclure (Pfefferkorn, 2005 ; Lemarchand, 2007 ; Zolesio, 2012). La formation d’orthophoniste rassemble une majorité d’étudiants au début de leur vie d’adulte, assurés d’un débouché professionnel stable encourageant l’installation à court terme dans une vie de couple (Le Feuvre, 2007). Comme dans d’autres cadres de formation, la vie estudiantine est rythmée par des réunions et des fêtes, occasions de rencontres. Parfois objets de convoitise, de sollicitations, les hommes peuvent répondre ou non – certains étant déjà engagés dans des relations de couple hétéro ou homosex­uelles. De même, les CCF rapportent que la présence des deux sexes lors des formations favorise des rencontres où l’interdit de relations sexuelles au sein du groupe a pu être posé comme condition nécessaire à la réussite du travail réflexif attendu.

  • 11 Un homme nous a toutefois rapporté avoir été embrassé par une patiente : « J’aurais été une femme, (...)
  • 12 Par exemple pour l’orthophoniste, faire percevoir la respiration en posant la main sur le côté du t (...)

24Ce registre de la séduction se poursuit dans le cadre de l’exercice professionnel. Soulignons d’emblée le caractère hétéronormé de l’espace social dans lequel s’inscrivent les pratiques : milieu scolaire, hôpitaux et cliniques, cabinets privés de consultation. Les orthophonistes rapportent diverses expressions de l’intérêt que leur portent les femmes – mères de petits patients ou patientes. Bouquets de fleurs, invitations à prendre un verre, messages écrits, compliments, voire allusions sexuelles de vieilles dames plus ou moins désinhibées, ou, plus rarement, propositions explici­tes d’une relation sexuelle, les tentatives de séduction évoquées sont rarement perçues comme agressives11, plutôt comme “gentilles”, voire “gênan­tes” par les professionnels qui ne s’attendent guère à cette forme d’inversion du genre : « dans l’idée qu’on a, les femmes ne draguent pas » nous dit Mr. Sébastien (orthophoniste libéral). Les CCF amenés à travailler les situ­ations de transfert et de contre transfert en thérapie semblent plus avertis de ce type d’éventualité. Dans les deux cas, ces manifestations jugées déplacées donnent lieu à des tactiques de neutralisation consistant à maintenir le registre professionnel (ignorer le signal perçu, souligner poliment le caractère inapproprié de l’invitation, éviter sciemment un contact corporel12).

25Cet effacement du potentiel sexuel s’avère crucial lorsque les professionnels ne sont plus confrontés à des adultes mais à des enfants. La présence des hommes dans des milieux de travail dédiés aux enfants (éducation, loisirs, soins, etc.) génère facilement un questionnement sur les motivations sexuelles cachées de leur choix professionnel. Le soupçon de pédophilie focalisé sur les représentants du genre masculin peut d’ailleurs être une défense mobilisée contre leur venue dans un bastion professionnel féminin (Murcier, 2005). Depuis une dizaine d’années, la médiatisation de crimes et de délits sexuels réitérés sans qu’émergent rapidement une plainte ou une dénonciation, a souligné le défaut de protection et l’isolement des victimes. Les entretiens récents menés auprès des orthophonistes rendent compte des effets de la panique morale (Chaumont, 2012) qui amène certains à modifier leurs pratiques. Ils n’accompagnent pas les petits patients aux toilettes en cas de besoin et certains trient les images des jeux rééducatifs pour éviter tout malentendu :

Ces affaires de pédophilie qu’on a pu entendre, ça me fait peur. […] C’est comme pour tous les métiers avec des hommes vis-à-vis d’enfants. Les parents ne le ressentent pas comme ça. […] Je vais avoir tendance à éviter des images, par exemple des enfants nus sur la plage, dans des jeux on peut voir ça. Alors je trie les images. C’est stupide mais c’est une protection que je m’autorise (Mr. Sébastien, orthophoniste libéral).

26Cette crainte s’insinue jusque dans la façon dont peut être perçue l’organisation des espaces. Monsieur Fabrice a beaucoup appréhendé cette question lors de son installation, à cause d’un long couloir séparant la salle d’attente du cabinet : « Je me suis dit : ‘les parents n’ont aucun moyen de voir ou d’entendre ce qui se passe, ils vont paniquer’« . Le fait de travailler plutôt avec des adultes lui permet d’échapper à cette pression pesante. Cette crainte de l’accusation de pédophilie peut ainsi conforter les hommes à trouver de l’intérêt dans les prises en charge des publics adultes. Elle est aussi particulièrement pesante pour ceux qui exercent seuls dans des ca­dres moins propices à un contrôle social externe. La panique morale articulée à la transgression des rôles familiaux et professionnels sexués tend ainsi à entretenir, voire à renforcer la répartition traditionnelle des spécialités et des publics et le recours à l’idéologie de la complémentarité des sexes plutôt que leur interchangeabilité, comme cela a pu être observé pour les animateurs de loisirs (Herman, 2007).

27La littérature montre combien la situation de minoritaire dans un métier de femmes engage la question de l’orientation sexuelle (Pringle, 1993 ; Henson/Rodgers, 2001 ; Pullen/Simpson, 2009). Ici, orthophonistes et conseillers conjugaux ne sont pas logés à la même enseigne. Tous sont potentiellement exposés au questionnement sur leur éventuelle homosexu­alité. Chez les orthophonistes le sujet est abordé avec précaution et l’orientation homosexuelle d’autant plus cachée que l’homophobie ordinaire entretient la confusion entre l’homosexualité et la pédophilie. Les CCF ne semblent pas confrontés à cette menace de la même manière. Ils peuvent, au contraire, convertir la question en outil professionnel pour réfléchir sur l’orientation sexuelle et la discrimination. Les hommes CCF formés au Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF), ou qui y travaillent, abordent volontiers le sujet, qu’ils soient hétérosexuels ou homosex­uels. Ils le relient avec la déconstruction des stéréotypes de genre abordée dans leur formation et en font une occasion de questionner les adolescents auprès desquels ils interviennent. Nombre d’entre eux se sentent solidaires de la lutte contre l’homophobie. A la différence des orthophonistes qui demeurent dans la crainte des conséquences de ce type de révélation, le partage professionnel d’un positionnement politique sur la question de l’hétéro-normativité permet aux CCF de prendre de la distance avec leur propre orientation sexuelle, quelle qu’elle soit, et de décider à qui et dans quelle circonstance elle va être dite, ou non.

28Le registre de la sexualité met à l’épreuve la construction de l’identité masculine pour soi et pour autrui et les compétences professionnelles pour les CCF face aux publics, scolaires en particulier. Parallèlement, les orthophonistes confrontés aux jeunes enfants et à leurs éventuelles confidences sur de la maltraitance, ne sont pas, à notre connaissance, dotés d’outils et d’espaces d’échanges pour faire émerger une réflexion collective sur la prise en charge des victimes potentielles et sur la légitimité des interventions masculines dans ce domaine. Ces inconvénients demeurent mineurs comparés aux bénéfices de genre que les minoritaires récoltent néanmoins.

V. Les bénéfices du genre ou les ruses du minoritaire

29Le rapport genré à l’exercice professionnel est indissociable des caractéristiques générales de la profession et des opportunités de travail et d’emploi qu’elle offre à ses membres. Dans les cas qui nous intéressent, la structuration de chacune des professions détermine le jeu possible avec les priorités temporelles données à la vie familiale et/ou personnelle et à la vie professionnelle ; elle détermine aussi les modalités et degrés d’engagement pour la profession et les responsabilités que cela implique au niveau syndical et associatif. Parallèlement, les attributs de minoritaire peuvent se transformer en atout et donner lieu à la création d’une niche d’activité et/ou de pratiques distinctives. Certaines sont porteuses de promotion professionnelle, d’autres non.

30L’enquête Kalliopé, menée en 2002 auprès d’orthophonistes, montrait un engagement professionnel masculin intense au moment du “faire famille” et illustrait l’adhésion au modèle hétéro-normé du male bread winner : les hommes accroissant leur temps de travail professionnel à mesure qu’ils ont plus d’enfants et la maternité tendant à freiner au moins temporairement l’activité professionnelle des femmes (Bretin/Philippe, 2007). Les entretiens menés en 2012 et 2013 questionnent ce rapport à la norme chez les hommes. L’offre de travail est telle que les hommes peuvent certes assumer d’emblée un fort engagement horaire mais aussi privilégier d’autres modalités d’exercice. L’évocation d’occupations parallèles (musi­que, photographie, théâtre, etc.) interroge les tendances au surinvestissement temporel dans la profession. L’un des praticiens récemment interviewé témoignait d’une adaptation à la configuration familiale en réservant une journée sans rendez-vous au partage de tâches parentales. Il serait intéressant de vérifier dans quelques années auprès des jeunes praticiens devenus pères, s’ils procéderont de même ou non. Des travaux ont montré combien, dans le cadre de l’exercice libéral, l’éthos professionnel se fonde sur le lien entre compétence et fort investissement temporel (Lapeyre, 2006). La remise en cause de la force de ce lien, déjà tangible dans certains entretiens récents, sera-t-elle alors confirmée, à l’instar des faits observables dans le cadre de la profession médicale (Lapeyre/Le Feuvre, 2005).

31Le contexte est très différent pour les CCF confrontés à la faiblesse des émoluments et à la précarité des politiques publiques et des financements qui soutiennent l’activité. La première étude a montré comment une partie des pionniers qui ont contribué à structurer la formation s’en sont saisis pour accéder à des activités plus lucratives (créateur de réseaux de formation, psychanalyste, thérapeute de couple, etc.). D’autres, sans quitter leur profession principale plus rémunératrice (ingénieur par exemple), se sont investis en parallèle dans l’animation des différents courants de formation à titre bénévole, en attendant que leur passage à la retraite leur permette d’exercer cette activité sans en attendre des revenus conséquents. Les entretiens récents confirment que la facilité d’accès (attestation de formation et non diplôme, coût limité de la formation qui peut aussi être prise en charge par l’employeur ou les organismes sociaux) permet la reconversion professionnelle de salariés venus de domaines proches – reconversion d’autant plus aisée que les hommes sont recherchés. Rien d’étonnant, alors, à ce que les parcours d’une partie des enquêtés révèlent une distance relative au modèle de l’homme apportant le revenu principal du couple. Salariés privilégiant les engagements militants plutôt que leur carrière, ils peuvent aussi vivre l’alternance de contrats ponctuels et du recours aux dispositifs sociaux (revenu de solidarité active, indemnités de chômage). Certains choisissent délibérément de rester célibataires et de vivre en colocation. Mais la mise à distance des modèles traditionnels semble aussi partagée quand les personnes vivent en couple, avec des conjointes engagées dans des domaines proches, mais dont le statut professionnel assure, lui, des revenus réguliers (infirmière, sage-femme, assistante sociale, etc.). Ici, l’âge et l’étape du parcours de vie sont déterminants dans l’appréciation subjective de la situation professionnelle et personnelle. Pour les plus jeu­nes, le marché du travail tendu, le faible rendement du niveau d’étude constaté dans leur entourage proche et l’intérêt de leur travail comme CCF semblent, au moins pour l’instant, compenser la faiblesse des revenus. On le voit, les effets de structure de chaque profession jouent à plein sur la façon dont les individus vont s’approprier les modèles d’engagement professionnel genré. Dans une certaine mesure, la faible structuration de la profession donne aux CCF un espace d’inventivité dans leurs relations familiales et les formes de leur engagement professionnel. Parallèlement, dans nos deux groupes, les formes d’investissement mises en avant sont aussi révélatrices de stratégies courantes de légitimation du masculin dans l’engagement syndical ou dans des formes de prises en charge spécialisées.

  • 13 Au MFPF où les hommes sont peu nombreux, certains d’entre eux assument néanmoins la présidence d’as (...)

32L’investissement dans les responsabilités syndicales et associatives constitue une manière de (re)faire du masculin pour certains professionnels. A l’instar d’autres professions largement féminisées, la représentation et la défense des orthophonistes et des CCF ont longtemps été assurées par les hommes, bien plus nombreux à divers échelons des représentations syndicales et des associations professionnelles que ne le voudrait une représentation proportionnelle13. Ce fort investissement ne visait pas à défen­dre en particulier les intérêts masculins et il n’a pas eu non plus cet effet indirect. En revanche, il a bien été soutenu et légitimé par le pouvoir et le crédit collectivement attribués aux hommes : charisme, leadership et capacités de négociation avec les instances gouvernementales, couramment dé­niés aux femmes qui se lancent dans une carrière de militantes syndicales (Guillaume, 2007 ; Flahault/Loiseau, 2008). Les dirigeants interviewés soulignent leur dévouement, mais n’en pointent pas les ressorts matériels concrets (soutien des conjointes dévolues à l’organisation de la vie familiale en leur absence). Paradoxalement, s’agissant des consœurs qu’ils souhaiteraient plus impliquées, ils constatent alors combien les obligations familiales entravent l’investissement :

Je me suis battu au bureau et on a réussi à faire qu’il y ait moitié d’hommes, moitié de femmes ! Ce n’est pas évident de faire monter une fille au bureau national. Non pas qu’une femme n’ait pas les capacités ni les compétences, c’est que cela demande des sacrifices de la vie privée (Mr. Gerald, ex-responsable national de la Fédération nationale des orthophonistes).

33Depuis 2004, la présidence du syndicat national des orthophonistes est assurée par une femme. La nouvelle équipe a pris ses distances avec l’or­ganisation genrée à l’œuvre jusque là et caractéristique d’un “bastion masculin syndical” : forte identification personnelle à la fonction, installation de longue durée dans la mission, cooptation de sexe. La situation est comparable dans le cas du conseil conjugal et familial dont l’association professionnelle a été la plupart du temps dirigée par un homme et ce, jusqu’en 2004 lorsque des femmes ont pris le relais. Parallèlement, le collectif des établissements de conseil conjugal qui regroupe l’ensemble des courants délivrant l’attestation de formation et qui négocie avec les pouvoirs publics compte encore une moitié d’hommes… Dans les deux cas, la mise en place de fonctionnements plus collectifs, par délégation des responsabilités entre élus, doit encore faire face aux attentes des pouvoirs publics qui persistent à se référer à un modèle hiérarchisé et personnalisé, communément incarné par un homme. Cependant, la représentation et la défense des intérêts professionnels ne constituent plus un socle aussi solide du renforcement d’une culture masculine du pouvoir et ce, d’autant que ce délite­ment est en cours dans d’autres professions (Le Quentrec, 2009).

34Des travaux montrent comment les hommes actifs dans des métiers à dominante féminine mettent en avant des capacités et des activités assurant une distance avec le caractère féminin de la profession (Henson/Rod­gers, 2001 ; Simpson, 2009). Du côté des orthophonistes, si le décret de compétences amène à prendre en charge tout type de demande, il existe des domaines de prédilection et l’éventail des pratiques est aussi marqué par le contexte d’intervention. Les hommes orthophonistes prennent en charge un éventail plus large de pathologies, sont plus nombreux à traiter les aphasies, les troubles liés au vieillissement, le bégaiement et les laryngectomies (Guille/Malfay, 2004 ; Bretin/Philippe, 2007). Les enquêtés dé­clarent s’orienter plus souvent que leurs consœurs, centrées sur le noyau dur de l’activité (rééducation du langage oral et écrit), vers des spécialités assez techniques et “médicales”. Selon leurs dires, l’intervention autour des troubles neurosensoriels ou des pathologies du vieillissement tient moins au rejet a priori des prises en charges infantiles qu’à la découverte d’autres domaines d’intervention. Néanmoins, la règle n’est pas générale car certains s’orientent vers des pathologies de la toute petite enfance liées à la grande prématurité, aux anomalies génétiques, au handicap. La référence au maternage associée aux petits enfants (avant l’acquisition de la lecture/écriture) n’est pas mobilisée pour définir cette minorité dans la minorité – des hommes orthophonistes qui s’occupent de tout-petits. Sont alors évoquées des caractéristiques de la pratique soulignées par les professionnels des pathologies neurosensorielles : la relation avec des adultes (ici les parents) et des modalités d’accompagnement et de transmission de savoirs échappant aux cadres de la rééducation classique.

35Du coté des hommes CCF, faire du masculin passe par la mise en place de prises en charge spécifiques auprès des hommes. Dans un souci de lutte contre le système d’oppression des femmes, il s’agit non plus seulement de traiter la question des victimes, mais aussi d’intervenir auprès des auteurs. De même, sans remettre en question la prééminence de la décision de la femme consacrée par la loi, il s’agit de faire émerger la parole des hommes impliqués par la décision de leur partenaire d’interrompre une grossesse. Enfin, certains tentent de construire des groupes de parole entre adolescents garçons dans des filières de formation techniques ou des institutions privées. L’appartenance au sexe masculin leur semble, a priori, un atout décisif pour ces initiatives. Cependant, l’organisation de la prise en charge des hommes violents est loin de faire consensus dans la profession. Si la nécessité d’intervenir n’est pas en cause, les modalités concrètes font débat. Certains peinent à trouver des financements pour leurs initiatives, d’autres ont dû se résoudre à interrompre la prise en charge, sommés par les instances nationales de leur réseau de disposer de locaux spécifiques. Aussi efficace qu’il soit, le bricolage institutionnel qui permettait cette activité n’a pu survivre au coût supplémentaire que cela aurait impliqué. Faute d’un étayage institutionnel plus global et de financements pérennes, certaines initiatives restent fragiles et l’on touche ici les limites des démar­ches qui ne sont pas portées par des politiques publiques. Les orthophonis­tes, eu égard à la structuration plus solide de leur profession, sont plus à même de s’inscrire dans des domaines d’intervention particuliers où à récolter les fruits de leur position singulière.

VI. Conclusion

36Au-delà de leur diversité, les situations relatées rendent compte d’un bé­néfice de genre attribué aux hommes ; ce dernier tend à leur faciliter la tâ­che et relativise grandement les inconvénients attachés à leur situation de minoritaires. Orthophonistes et CCF ne cherchent pas à conquérir de “bastions féminins”. Cette notion, qui vaut souvent quand les femmes évoluent dans des professions tenues par les hommes, n’est pas pertinente ici. Hormis les résistances idéologiques de certaines fédérations du mouvement français pour le planning familial qui refusent d’accueillir des hommes conseillers conjugaux, l’ouverture est plutôt favorable aux hommes. Ils sont attendus, portés par les bénéfices associés à la mixité. La présence des hommes n’est pas source de troubles potentiels, elle ne menace pas l’organisation professionnelle, elle ne provoque pas de résistances dans l’espace professionnel, si ce n’est dans certains contextes circonscrits.

37Comment interpréter cette ouverture ? Pragmatisme ? Nouvel avatar de la domination masculine ? Dépassement de la dimension sexuée de la pratique professionnelle ? Il faut distinguer le travail réflexif des individus d’un niveau plus collectif. Certains interlocuteurs considérant que leur activité n’a pas de sexe et que les identités mobilisées au travail sont labiles, adopteraient plutôt une posture de dépassement du genre. Mais celle-ci ne résiste guère au “rappel à l’altérité” que porte le contexte : un homme pour comprendre les hommes, pour bâtir un entre soi masculin, pour saluer l’alter-ego parmi les collègues femmes, pour incarner une figure paternante, autoritaire… Le bénéfice de genre s’appuie sur une naturalisation tendant à renforcer une masculinité qui n’a nul besoin d’être en nombre pour être dominante. Les hommes s’installent dans des positions qu’ils considèrent comme globalement confortables, quitte à s’y prendre autrement que leurs consœurs, à (re)centrer les pratiques sur des niches qui leurs conviennent, à assumer leur singularité. C’est là tout le paradoxe des minoritaires-domi­nants qui n’ont objectivement guère de raisons de renoncer aux privilèges (même modestes) qu’un système social continue de leur attribuer.

  • 14 Voir sur ce point le projet de réforme du congé parental français, selon lequel l’octroi de la duré (...)

38L’engagement des hommes dans les deux métiers ici étudiés est une transgression du genre parce qu’ils y sont numériquement minoritaires et que les pratiques professionnelles questionnent partiellement les attributions genrées des qualités et compétences traditionnellement masculines. Vécue de l’intérieur, comme nous l’avons longuement restitué, nous som­mes fort loin d’une expérience traumatique. Presque dix ans après nos pre­mières investigations, la situation générale n’a guère changé à deux points près. D’une part, la mixité sexuelle qui a accompagné toute l’éducation des nouvelles générations de professionnels a assoupli la partition des espaces sociaux et atténué la dévalorisation du féminin. D’autre part, la déconnexion entre sexe et genre que consacrent les débats sociaux contemporains sur l’homoparentalité, le mariage des couples de même sexe, la lutte contre l’homophobie sapent doucement la légitimité sociale du modèle hétéro-normatif. Ceci devrait théoriquement pouvoir affecter la sexuation des filières de formation et se traduire par un soutien assumé des politi­ques publiques à la présence masculine dans les professions où les hom­mes constituent encore des exceptions. L’inertie que l’on observe tant au niveau scolaire que professionnel laisse toutefois penser que le changement n’est pas pour demain. La féminisation de certaines professions est associée à la perte de prestige ou au remplacement par une main d’œuvre moins coûteuse. La masculinisation ne relève pas des mêmes logiques. En réalité, seule une politique d’égalité professionnelle intégrant les deux sexes pourrait espérer modifier la réalité du monde du travail de façon transversale et être porteuse de bénéfices pour les deux sexes (Pfefferkorn, 2002). Des dispositifs publics récents s’inscrivent indirectement dans cette perspective en visant cette fois la parentalité et la paternité pour favoriser une implication croissante des pères dans le partage des tâches parentales14.

  • 15 Féminité accentuée.

39L’intrication des sphères professionnelle et privée et celle des rapports de genre nous renvoient aux réflexions initiées en 1995 par Connell avec le concept de “masculinité hégémonique” (Connell, 1995). Dix ans plus tard les auteurs déplorent que les recherches se soient focalisées sur la construction des masculinités hégémoniques en éclipsant l’autre partie du tandem conceptuel initial : « emphasized femininity »15(Connell/Messersch­midt, 2005). Or, ne se pencher que sur la pratique masculine pourrait précisément occulter la part des femmes dans la construction des masculinités, dans un ordre de genre resté patriarcal. Notre article montre qu’elles contribuent aussi au bien-être professionnel des minoritaires étudiés. Il serait dès lors intéressant de prolonger une approche des hommes minoritaires par un questionnement mené auprès de leurs collègues femmes. Certaines ne se cantonnent pas à une mixité de complémentarité mais tentent un rapport égalitaire, toujours à construire en dépit des réactions et des at­tentes du public dont l’appel au masculin montre combien la prééminence masculine dans la vie professionnelle est intériorisée aussi bien par les hommes que par les femmes.

Haut de page

Bibliographie

Aïach P., Delanoë D. (Eds.),
1998 L’ère de la médicalisation. Ecce homo sanitas, Paris, Economica/Anthropos.

Bretin H.,
2007 “Qui choisit le métier d’orthophonistes … et comment ?”, in Tain L. (Ed.), Le métier d’orthophoniste. Langage, genre et profession, Rennes, Éditions de l’ENSP, collection Métiers Santé Social, pp. 93-104.

Bretin H., Philippe C.,
2007 “Les hommes orthophonistes”, in Tain L. (Ed.), Le métier d’orthophoniste. Langage, genre et profession, Rennes, Éditions de l’ENSP, collection Métiers Santé Social, pp. 135-145.

Buscatto M.,
2008 “Tenter, rentrer, rester : les trois défis des femmes instrumentistes de jazz”, Travail, genre et sociétés, 19, pp. 87-108.

Buscatto M., Marry C.,
2009 “Le plafond de verre dans tous ses éclats La féminisation des professions supérieures au XXe siècle”, Sociologie du travail, 51, pp. 170–182.

Charrier P.,
2009 “Les enjeux de la masculinisation de la profession de sage-femme ; de la croissance statistique au contournement du genre”, Sextant, 27, pp. 221-233.

Chaumont J-M.,
2012 “Présentation. Entre paniques et croisades : sociologues et claims-makers”, Recherches sociologiques et anthropologiques [Online], 43-1, Online since 11 March 2013, connection on 25 June 2013, http://rsa.revues.org/836.

Connell R.,
1995 Masculinities, Cambridge, Polity Press.

Connell R., Messerschmidt J. W.,
2005 “Hegemonic Masculinity : Rethinking the Concept”, Gender & Society, 19-6, pp. 829-858.

Cromer S., Lemaire D.,
2007 “L’affrontement des sexes en milieu de travail non mixte, observatoire du système de genre”, Cahiers du Genre, 42, pp. 61-78.

De Luca V., Vilboux R.

2007 “Les pionnières : récits de trajectoires dans les années 1950-1960”, in Tain L. (Ed.), Le métier d’orthophoniste. Langage, genre et profession, Rennes, Éditions de l’ENSP, collection Métiers Santé Social, pp. 81-91.

Flahault E., Loiseau D.,
2008 “Que fait le salariat au militantisme dans les associations féministes ?”, Amnis, 8, consulté le 20 mai 2013, http://amnis.revues.org/617.

Gal C., Vilchien D., Salzberg L.,
2006 Le statut des conseillères conjugales et familiales, Paris, Inspection Générale des Affaires Sociales.

Guillaume C.,
2007 “Le syndicalisme à l’épreuve de la féminisation. La permanence ‘paradoxale’ du plafond de verre à la CFDT”, Politix, n° 78, pp. 39-63.

Guille L., Malfay A.,
2004 L’orthophonie au masculin. Analyse de la place des hommes dans une profession féminisée. Mémoire de certificat de capacité d’orthophoniste. Université Claude Bernard Lyon 1, Institut des sciences et techniques de la réadaptation, Lyon.

Henson K., Rodgers J.,
2001 “ “Why Marcia You’ve Changed !” Male Clerical Temporary Workers Doing masculinity in a Feminized Occupation”, Gender & Society, 15 (2), pp. 218-238.

Herman E.,
2007 “La bonne distance. L’idéologie de la complémentarité légitimée en centres de loisirs”, Les cahiers du genre, 42, pp. 121-139.

Hughes E. C.,
1958 Men and their Work, Glencoe, The Free Press.

Lapeyre N.,
2006 Les professions face aux enjeux de la féminisation, Toulouse, Octarès.

Lapeyre N., Le Feuvre N.,
2005 “Féminisation du corps médical et dynamiques professionnelles dans le champ de la santé”, Revue française des affaires sociales, 1, pp. 59-81.

Laufer J.,
2004 “Femmes et carrières : la question du plafond de verre”, Revue française de gestion, 4, 151, pp. 117-127.

Le Feuvre N.,
2007 “Les carrières sexuées des orthophonistes”, in Tain L. (Ed.), Le métier d’orthophoniste. Langage, genre et profession, Rennes, Éditions de l’ENSP, collection Métiers Santé Social, pp. 117-134.

Lemarchand C.

2007 “La mixité inachevée. Garçons et filles minoritaires dans les filières techniques”, Travail, genre et sociétés, 18, pp. 47-64.

Le Quentrec Y.,
2009 “Militantes syndicales : une égalité à faire vivre”, Sens Public, http://www.sens-public.org/spip.php ?article675, Consulté le 15 octobre 2012.

Murcier N.,
2005 “Le loup dans la bergerie. Prime éducation et rapports sociaux de sexe”, Recherches et Prévisions, 80, pp. 67-75.

Pfefferkorn R.,
2002 “Les politiques publiques et la question de l’égalité hommes-femmes. Le cas de la France”, Les Cahiers du Genre, n° 32, pp. 87-109.

2005 “Des femmes chez les sapeurs-pompiers”. Colloque “L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin et réciproquement”, Brest, 18-20 mai, CD des communications du colloque.

Philippe C.,
2007 “Le conseil conjugal et familial. Une profession à la recherche de reconnaissance et d’unité”, Recherches et prévisions, 89, pp. 64-71.

2008a “Les hommes conseillers conjugaux : une position confortable”, in Guichard-Claudic Y., Kergoat D., Vilbrod A. (Eds.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 257-272.

2008b “L’ambiguïté des mixités dans quelques professions sanitaires et sociales”, in Collet B., Philippe C. (Eds.), Mixité(S) Variations autour d’une notion transversale, Paris, L’harmattan, pp. 95-113.

Pinell P.,
2004 “La médicalisation de l’échec scolaire”, in Lecourt D. (Ed.), Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, PUF, pp. 375-378.

Pringle R.,
1993 “Male Secretaries”, in Williams C. (Ed.), Doing “Women’s Work”. Men in Nontraditional Occupations, London, Sage, pp. 128-151.

Pruvost G.,
2007 “Anatomie politique, professionnelle et médiatique des femmes dans la police”, Cahiers du Genre, 42, pp. 43-60.

Pullen A., Simpson R.,
2009 “Managing Difference in Feminized Work : Men, Otherness and Social Practice”, Human Relations, 62, 4, pp. 561-587.

Sicart A.,
2011 Les professions de santé au 1er janvier 2011, Direction de la Recherche, des Études, de l’évaluation et des Statistiques, Ministère du travail, de l’emploi et de la santé. Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l’état. Ministère des solidarités et de la cohésion sociale, Série statistiques, Document de travail n° 158.

Simpson R.,
2009 Men in Caring Occupations. Doing Gender Differently, London, Palgrave, Macmilan.

Tain L. (Ed.),
2007 Le métier d’orthophoniste : langage, genre et profession, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Williams C.,
1992 “The Glass Escalator : Hidden Advantages for Men in the “Female” professions”, Social Problems, 39, 3, pp. 253-267.

Williams C. (Ed.),
1993 Doing “Women’s Work”. Men in Nontraditional Occupations, London, Sage.

Zolesio E.,
2012 Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Être orthophoniste ou conseiller conjugal et familial (CCF) est un “destin“ professionnel singulier pour les hommes dans la société française. Ces professions sont spontané­ment associées à l’univers féminin. Toutes deux ont une identité sexuée et féminine historiquement construite. Présentant des degré de consolidation statutaire différents, elles sont très majoritairement exercées par des femmes : 96 % pour les orthophonistes et 90 % pour les CCF. Si les hommes y sont minoritaires, leur place y est plutôt confortable, à la différence de femmes tentant d’entrer dans des milieux professionnels très masculins, ils sont bienvenus sinon attendus. L’article pointe plusieurs aspects de cette expérience de la position de minoritaire-dominant et des bénéfices associés à la masculinité dans ces deux contextes.

L’entrée en formation est la prise de conscience de la minorité numérique et de l’hyperféminisation. La perception du masculin comme minoritaire est un brusque rappel de l’identité de sexe. Mais après le “choc initial”, ces hommes minoritaires sont perpétuellement réassurés en tant que dominants et dotés des attributs de la masculinité hégémo­nique. C’est dans les situations de mixité professionnelle que l’avantage apparaît particulièrement : ils ont un crédit d’autorité voire de compétence, qui facilite la police des comportements. Peu nombreux sur les annuaires, ils sont repérables, ce qui oriente aussi le choix des patients, en particulier pour les CCF.

La présence masculine dans le gynécée implique des comportements sexués. Milieu scolaire, hôpitaux et cliniques, cabinets privés de consultation : l’espace social des pratiques est très hétéro-normé, quelle que soit l’orientation sexuelle des intéressés. Dans l’exercice professionnel les manifestations de séduction jugées déplacées sont neutralisées. Cet effacement du potentiel sexuel est crucial quand les professionnels sont confrontés à des enfants et la crainte d’une accusation de pédophilie amène à adapter les comportements. Ainsi, la position atypique professionnelle comporte ici des revers : le manque d’implication masculine dans le partage des tâches éducatives et la prise en charge de la petite enfance devient un danger potentiel quand les hommes remettent en cause la division traditionnelle des rôles familiaux et professionnels. De même, c’est la référence à une masculinité violente qui s’avère prédominante lorsque les hommes CCF qui proposent des prises en charge destinées aux auteurs des violences à l’encon­tre des femmes et des enfants voient leurs initiatives disqualifiées.

Questionner le rendement socio-professionnel de la position de genre renvoie au soutien de l’engagement masculin dans la carrière et à l’intériorisation du modèle hétéro-normé du male breadwiner et de ses contraintes. Les orthophonistes enquêtés en 2002 montraient un engagement professionnel masculin plus intense avec l’augmentation de la charge familiale. Pour des hommes plus récemment formés, l’offre de travail permet d’assumer un fort engagement horaire et de choisir les modalités d’exercice convenant le mieux à leurs priorités. Le contexte est très différent pour les CCF devant créer leur emploi : le rôle de pourvoyeur économique principal du foyer détermine le rapport des hommes à l’exercice professionnel et leur recherche de modalités d’intervention variées et différentes de leurs consœurs.

Les formes d’investissement montrent une touche distinctive mettant à distance le caractère féminin du travail. Les hommes CCF proposent des prises en charge spécifi­ques auprès des publics masculins adultes et adolescents. De leur coté, au delà des troubles du langage oral et écrit (noyau dur de l’activité), les hommes orthophonistes sont plus nombreux à prendre en charge les pathologies des publics adultes. Enfin, les hommes ont longtemps assuré la représentation et la défense des intérêts de ces deux professions hyper-féminisées, légitimés par les capacités attribuées au genre masculin dans ces circonstances : charisme, leadership et capacités de négociation avec les instances gouvernementales. Depuis 2004 dans les deux cas les femmes ont pris le relais et installent des fonctionnements tendant à rompre avec le mode d’organisation genré préalable caractéristique d’un “bastion masculin syndical”.

Les minoritaires, du fait même de leur position, interrogent la norme. Les hommes ren­contrés sont les témoins privilégiés de son fonctionnement et portent un regard parfois critique sur les inégalités et les différences qu’ils observent. Si l’homosexualité, par la situation personnelle atypique qu’elle constitue, peut favoriser cette perception critique, l’orientation sexuelle n’est évidemment une condition ni nécessaire, ni suffisante. Les hommes s’installent dans des positions qu’ils reconnaissent comme globalement confortables, quitte à s’y prendre autrement que leurs consœurs, à (re)centrer les pratiques sur des “niches” qui leurs conviennent, à assumer leur singularité. C’est là tout le paradoxe des minoritaires-dominants qui n’ont objectivement guère de raisons de renoncer aux privilèges.

Structured Summary

Being a speech therapist or a marriage and family counsellor (MFC) is a singular professional “vocation” for men in French society. These professions are spontaneously associated with a female universe. They both have a historically constructed sexual and feminine identity and, with varying degrees of status recognition, they are by and large exercised by women. Based on two empirical research projects, our paper analy­ses this particular experience for the male professionals concerned. On the one hand, the gender mix reveals the benefits potentially associated with masculinity. On the other hand, it introduces disturbing figures of masculinity/male figures in the form of sexual stereotypes. Observable realities reflects both current strategies of male legitimisation and the way in which male domination can be challenged by the dominant males themselves, from the position of a professional minority.

The first part of the paper offers a historical presentation of each profession : its gender construction, structural organization, and position within the social and healthcare community.

The second part examines the positive experience of minority status during training and everyday professional practice. Perception of the male gender as the minority is a harsh reminder of gender identity. But after the “initial shock”, this male minority is continually reassured of its dominance and endowed with the attributes of hegemonic masculinity. Men are credited with possessing authority, or even competency, which facilitates behaviour surveillance. There being few men in the telephone directories, they are easy to spot, and this orientates the choices patients make, especially with re­gard to MFCs.

The third part takes the effects generated by male presence in these hyper-feminized professional contexts into account. A male presence leads to gendered behaviour. Schools, hospitals, clinics, private practices – all of these social spaces are highly hete­ronormed, whatever the sexual orientation of those concerned. Within the professional environment, demonstrations of seduction deemed to be inappropriate are neutralised. Such effacing of sexual potential is crucial where professionals have to deal with children, where fear of being accused of paedophilia leads to changes in behaviour. In this sense, the atypical professional stance creates backlashes : the lack of male involvement in sharing educational tasks and looking after young children becomes a potential danger when men call the traditional division of professional and family roles into question.

The fourth and final part shows the persistent tension between the upholding of privileged male positions and the relative challenge to their underlying bases. To question the inequalities of the socio-professional situations between men and women is to return to the issue of support for men’s commitment to their careers and to the internalisation of the heteronormed model of the “male breadwinner” and its constraints. Interviews with speech therapists in 2002 showed that male professional commitment becomes more intense as family commitments increase. The job market and work offers allow men with more recent training to assume more working hours and choose modes of practice which best suit their priorities. The context is different for MFCs who do not have such professional opportunities : the role of the household’s main financial provider determines both the way men relate to professional practice and their search for modes of intervention which are more varied and different from their female colleagues.

The forms of investment demonstrate a distinctive touch which keeps the feminine nature of the job at a distance. Male MFCs offer specific care for adult and adolescent male publics. Problems with oral and written language (the core of the job) aside, a greater number of male speech therapists care for adult pathologies. Finally, men have long represented and defended the interests of these two highly feminine professions, legitimized through the capacities attributed to the male gender in such circumstances : charisma, leadership and the ability to negotiate with governmental bodies. In both cases, since 2004 women have taken up the cause and have introduced modes of ope­ration which break away from the previous gender-oriented organisation that was so characteristic of a “male trade-union stronghold”.

By their very stance, the minority challenges the norm. The men we interviewed are first-hand witnesses of the way the norm works and are themselves sometimes critical of the inequalities and differences they observe. They take up positions which they recognise as being comfortable overall, even if they need to have a different approach to that of their female colleagues, to (re)focus their practices on suitable “niches” and to accept their singularity. Therein lies the very paradox of dominant minorities which have no real reasons to refuse the privileges (however modest) that a social system continues to bestow upon them.

Haut de page

Notes

1 L’expression, à l’image du “plafond de verre” obstacle invisible à la promotion professionnelle, désig­ne une forme de consensus aussi efficace qu’invisible contribuant à la promotion professionnelle rapide des hommes.

2 L’abréviation CCF désignera dans le texte le groupe professionnel des conseillers et conseillères conjugales et familiales.

3 Pour plus de précisions sur la recherche Kalliopé menée avec l’institut d’orthophonie de Lyon, les méthodes utilisées et les diverses populations enquêtées, voir Tain L., 2007.

4 Pour plus de précisions sur l’ensemble de la recherche consacrée aux CCF, voir l’article précédemment cité.

5 Confer l’arrêté du 3 décembre 2010 relatif à la formation des personnels intervenant dans les centres de planification ou d’éducation familiale et dans les établissements d’information, de consultation ou de conseil familial, Journal Officiel de la République Française n°0286 du 10 décembre 2010, p.21630.

6 Sauf pour les mineures.

7 1430,22 euros brut mensuels sur la base de 35 heures hebdomadaires au 1er janvier 2013.

8 Tarif pratiqué couramment par les professionnels rencontrés et indiqué sur les sites d’informations les concernant.

9 Données du répertoire ADELI qui enregistre en France les professionnels salariés ou libéraux relevant du code de la santé publique et du code de l’action sociale.

10 De 1510 euros brut environ (début de carrière 1er échelon) à 2400 (dernier échelon) dans le nouvel espace indiciaire de la catégorie B de la fonction publique hospitalière.

11 Un homme nous a toutefois rapporté avoir été embrassé par une patiente : « J’aurais été une femme, j’aurais porté plainte ».

12 Par exemple pour l’orthophoniste, faire percevoir la respiration en posant la main sur le côté du thorax.

13 Au MFPF où les hommes sont peu nombreux, certains d’entre eux assument néanmoins la présidence d’associations départementales.

14 Voir sur ce point le projet de réforme du congé parental français, selon lequel l’octroi de la durée maximale d’interruption de travail serait conditionné à l’obligation d’utilisation de celle-ci par le second parent pendant au moins 6 mois, en l’occurrence le père dans 97% des cas.

15 Féminité accentuée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Bretin et Claudine Philippe, « La transgression apparente de bienheureux minoritaires. Orthophonistes et conseillers conjugaux », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 47-67.

Référence électronique

Hélène Bretin et Claudine Philippe, « La transgression apparente de bienheureux minoritaires. Orthophonistes et conseillers conjugaux », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1035 ; DOI : 10.4000/rsa.1035

Haut de page

Auteurs

Hélène Bretin

Sociologue, Laboratoire Iris (UMR 8156 CNRS-EHESS-U 997 Inserm, UP 13), Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux, Sciences sociales, Politique, Santé. Université Paris 13, UFR Santé médecine et biologie Humaine.

Claudine Philippe

Sociologue, Laboratoire Iris (UMR 8156 CNRS-EHESS-U 997 Inserm, UP 13), Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux, Sciences sociales, Politique, Santé.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org