Navigation – Plan du site

“Des hommes qui s’effeuillent pour des femmes”. Des strip-teaseurs dans un chassé-croisé entre domination masculine et masculinité dominée

Men who Strip for Women. Male Strippers in a Crossover between Masculine Domination and Dominated Masculinity
Virginie Blum
p. 137-156

Résumés

Alors que le strip-tease s’est construit comme un domaine d’activité traditionnellement dévolu aux femmes, les premiers déshabillages érotiques d’hommes dédiés aux dames tendent à apparaître dans les années 1970. L’objet de cet arti­cle est d’interroger comment, dans un tel contexte, se recompose le système de genre au sein des perspectives mises en œuvre par des hommes qui s’effeuillent pour des femmes. Cette transgression de l’orientation genrée de ce métier se traduit-elle par des situations de “passage” vers l’autre statut sexuel ou, à l’in­verse, incite-t-elle à affirmer une forte virilité physique et sexuelle ? Nous appuyant sur une enquête par entretiens et observations in situ, nous analysons les manières dont les strip-teaseurs constituent leur masculinité selon deux facettes : virilité et efféminisation. D’une part, nous tenterons de montrer que les usages corporels mobilisés articulent non seulement des signes visibles de la domination masculine mais aussi des logiques esthétiques “féminines”. D’autre part, nous examinons les dynamiques sous-jacentes aux rapports affectifs entre strip-teaseurs et clientes, révélant une consommation de l’hétérosexualité à la fois triomphante mais marginalisée dans le groupe des hommes.

Haut de page

Entrées d'index

Index de mots-clés :

genre, masculinités, corps, sexualité, strip-tease
Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Apparu dans le milieu du XXème siècle, strip-tease est d’origine anglo-saxonne et signifie to strip(...)
  • 2 En accès restreint sur internet.
  • 3 Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (disponible en ligne).

1Qu’elles aient été rites sacrés ou satires sociales, qu’elles soient specta­cles de cabaret ou attractions festives, les prestations érotiques fournies par le travail de dévêtement du corps sont historiquement et socialement exercées par des femmes. Des premiers récits mythiques de déshabillages, aux effeuillages apparus en France à la fin du XIXème siècle, en passant par les scènes légendaires du cinéma jusqu’à l’avènement d’un “new burlesque”, le strip-tease se conjugue “au féminin”. Ces “effeuillages” s’ins­crivent dans des histoires et légendes mettant à disposition et magnifiant des corps féminins (Evrard, 1997 ; Fuentes, 2006). “S’effeuiller” demeure un travail de femmes. Une recherche des usages du mot “strip-tease” dans des dictionnaires français contemporains montre d’ailleurs que ce déshabillage “qui agace”1 est demeuré une activité relevant essentiellement des femmes. Le terme “strip-tease” désigne alors un spectacle « au cours duquel une femme, ou parfois un homme, se déshabille progressivement » (Le Petit Robert, 2013)2, ou encore un « déshabillage progressif et suggestif d’une ou plusieurs femmes sur un fond musical » (Dictionnaire Hachette, 2005 :1541). Il peut également s’agir, selon le CNRTL3, d’un « spectacle au cours duquel une ou plusieurs personnes, le plus souvent féminine(s) se déshabillent lentement, de manière suggestive, sur une musique de danse ». La figure de la femme est ainsi omniprésente dans ce qui relève du travail de dévêtement érotique.

2Les termes de ce « contrat d’échange économico-sexuel » (Tabet, 2004) sous-entendent que le déshabillage érotico-corporel est une activité où majoritairement,

de la part des femmes, il y a fourniture d’un service ou d’une prestation, variable en nature et en durée […] ; de la part des hommes, il y a remise d’une compensation ou rétribution d’importance et de natu­re variables […] liée à [l’] accessibilité sexuelle [de la femme] (Ta­bet, 2004 :8).

3La masculinisation du strip-tease, en tant que processus historique d’en­trée des hommes dans un domaine professionnel socialement exercé par des femmes, fait apparaître, dans les années 1970, un “mouvement” d’ef­feuilleurs qui s’emploient à des déshabillages masculins pour une clientèle féminine. En 1978, dans le cadre des soirées organisées par le Chippendale Club de Los Angeles, sont ainsi organisés des strip-teases masculins visant un public féminin. Suivront, quelques mois après, dans la même ville, un Macho Nude Show destiné à des femmes. Pour Anthony Kram­reither, c’était « l’occasion pour les femmes de découvrir ce que les hom­mes ont pu voir pendant des années » (cité par Fuentes, 2006 :136). Depuis, des agences ont fait florès dans la commercialisation de strip-teases masculins pour les femmes (Brian’s Night Shows, Strip’t’easy, Sexy dreamz). Ce type d’érotisation hétérosexuelle apparaît dans un contexte où s’instaurent au sein des sociétés occidentales une “libération des mœurs” et un déploiement de l’industrie du sexe (Courtine, 2006).

  • 4 En témoigne par exemple cet extrait de l’adaptation théâtrale du film "The Full Monty" (comédie cul (...)

4Un double déplacement est alors opéré dans le contrat d’échange économico-sexuel initial du strip-tease : ce type d’effeuillage étend les possibilités de prestations aux hommes et déplace en sus les possibilités de compensations qui s’ouvrent à des rétributions faites de la part des fem­mes. Cette masculinisation du contrat d’échange économico-sexuel du strip-tease s’opère conjointement à une homosexualisation et/ou à une “efféminisation” des corps des strip-teaseurs masculins. Jusqu’à très récemment, il ressort que le premier fonds discursif des supports médiatiques traitant du strip-tease masculin hétéro-érotique participe à représenter cette activité comme associée à un fantasme négatif et/ou à une sexualité homosexuelle, culpabilisant toute forme de connivence avec l’homosexualité de façon répressive4. Ainsi, le strip-tease conduit à une remise en cause de la masculinité de l’effeuilleur, voire à une perte de sa masculinité. A l’instar des hommes dans le monde de la danse contemporaine (Sorignet, 2010), les strip-teaseurs sont associés aux clichés du “pédé”, du “travelo”.

5En évoluant dans un espace de travail traditionnellement dévolu aux femmes, quelles sont les perspectives alors mises en œuvre par les strip-teaseurs ? Cette transgression de l’orientation genrée de ce métier se traduit-elle pour les hommes par des situations de “passage” vers l’autre statut sexuel (Garfinkel, 1967) ? Ou, à l’inverse, les incite-t-elle à affirmer une forte virilité physique et sexuelle dans une activité qui remet cette der­nière partiellement en question ? Comment se recompose le système de genre dans le strip-tease masculin hétéro-érotique ?

6La notion de “système de genre” désigne ici un système socio-politique produisant, au sein de rapports sociaux hétéronormés, une bi-partition hiérarchisée entre hommes et femmes. D’une part, par système de genre, nous entendons un dispositif social hiérarchique qui produit une différenciation sexuelle binaire impliquant des attributs sexués spécifiques (Kergoat in Hirata et al., 2004) en défaveur des femmes et du féminin. Ainsi, il y a des travaux d’hommes et des travaux de femmes, les premiers valant plus que les seconds. D’autre part, ces deux principes organisateurs, de bi-partition et de hiérarchisation, se doublent, comme le propose Monique Wittig (2001), d’une hétérosexualité normative.

7C’est à l’aune du corps et des rapports affectifs que nous aborderons le système de genre dans le strip-tease masculin hétéro-érotique. D’une part, le corps est instructeur car il est « un élément omniprésent quand il s’agit de comprendre comment s’opère la division sexuelle du travail » (Guichard-Claudic/Kergoat, 2007 :6). Les pratiques corporelles de perpétuation et de ritualisation (Berthelot, 1983) permettent ainsi d’évoquer l’expé­rience sociale du genre, ses formes et ses marques, ses manières de transmettre et de façonner. D’autre part, les rapports affectifs – émotionnels, sentimentaux – sont une autre composante centrale dans le système de genre (Connell, 2002) et a fortiori dans le secteur des services sexuels. Dans ce processus relationnel se règlent les identités sexuelles, à la fois par un principe de différenciation par rapport aux non-paires (par rapport aux femmes) et par un principe de généralisation avec les pairs (entre hommes) (Thiers-Vidal, 2010 ; Dubar, 2000).

8A partir de ces deux configurations, nous proposons d’étudier le strip-tease masculin hétéro-érotique avec l’idée que les hommes qui exercent cette activité assurent une masculinité au croisement de deux logiques : virilité et “efféminisation”. Après avoir présenté notre méthode et notre terrain, nous montrerons une masculinité à deux facettes, à la fois dominante et dominée. Nous verrons d’abord que le mythe viril, tout en s’arti­culant à des logiques corporelles “féminines”, est au cœur des usages du corps que les strip-teaseurs mobilisent pour constituer leur masculinité. Puis, nous aborderons comment l’appropriation et la possession des fem­mes régulent les rapports affectifs que les strip-teaseurs entretiennent avec les clientes, en même temps qu’ils en sont objets et que ces échanges contribuent à les marginaliser au sein du groupe des hommes.

II. Méthode et terrain

9Les analyses que nous allons présenter sont le fruit d’une approche qualitative : des observations in situ et des entretiens ont été réalisés, durant plusieurs mois, auprès de dix hommes strip-teaseurs hétéro-érotiques.

  • 5 Les prénoms ont été changés.

10Après une recherche internet, nous avons contacté les interlocuteurs de deux troupes, l’une exerçant en région lyonnaise, l’autre dans la région marseillaise : Benoît et Fred. Chacun nous a présenté certains de ses collè­gues, Kevin, Malo et Nathan5. Nous avons ainsi pu réaliser cinq récits de vie individuels, d’une durée moyenne de deux heures, que nous avons enregistrés puis retranscrits. Plusieurs thématiques ont été abordées, comme leurs trajectoires scolaire et professionnelle, leur situation matrimoniale, leurs activités de loisir, leurs pratiques de consommation, leur capital relationnel. Nous avons également eu la possibilité de les accompagner dans leurs spectacles où nous les avons observés à la fois dans les coulisses et en tant que spectatrice. Ces temps d’immersion (cinq au total) se sont principalement déroulés dans le “monde de la nuit”, débutant en fin d’a­près-midi et se terminant au petit matin. Un accueil favorable nous a été réservé (d’autant plus que nous ne nous intéressions pas aux cachets), ce qui nous a permis d’intégrer l’organisation logistique de ces soirées et d’être présentée comme assistante auprès de la clientèle. Ce statut se trouvait renforcé par le fait que nous nous chargions de porter certaines des valises renfermant accessoires et costumes et que nous étions “la” photographe. Nous avons été ainsi à même d’observer des actions “en train de se faire”, leur contexte d’accomplissement et les situations affectives qu’elles convoquaient. Nous avons reconstruit ces terrains d’observation a posteriori (majoritairement le lendemain), à partir de photos prises par nous-même et de notes succinctes effectuées rapidement (dans le “feu de l’action”) sur un carnet ethnographique. De ces temps d’immersion, a découlé la rencontre avec cinq autres strip-teaseurs masculins hétéro-éroti­ques, des collègues de Benoît et de Kevin. Nous avons eu de multiples échanges et discussions informelles avec eux, autour d’un verre, dans la voiture, durant une pause ou dans les coulisses pendant que nous les aidions à s’apprêter. Ces entretiens n’ayant pas été enregistrés, des prises de notes ont pu être effectuées simultanément ou consignées après les faits. De la même manière que les récits de vie formalisés, l’ensemble des thématiques a été abordé avec Thomas, Arnaud, Romain, Maxime et Lucas.  

11Ces dix hommes étaient âgés de vingt-cinq à trente-cinq ans et tous exerçaient le strip-tease comme activité complémentaire, depuis plus de trois ans. Tous travaillaient principalement dans un autre domaine professionnel. Par ailleurs, deux d’entre eux cumulaient trois emplois en plus du strip-tease, comme Malo qui, en semaine, nettoyait les parkings le matin, l’après-midi à l’aéroport et le samedi toute la journée chez Ikéa. Le parcours professionnel de ces effeuilleurs est marqué par des changements successifs de travail, d’emploi et de secteur, excepté Arnaud qui était programmateur depuis onze ans dans la même usine, seul poste qu’il avait oc­cupé jusqu’à alors. La majorité de nos interviewés, soit six, avaient un diplôme de niveau V (CAP/BEP ou équivalent), deux n’avaient aucun diplô­me et deux étaient diplômés d’un Brevet de Technicien Supérieur. Seul Benoît avait un enfant et vivait en concubinage avec la mère ; quatre avaient une “copine régulière” en ayant chacun son propre appartement et deux en habitant chacun chez ses parents ; trois étaient célibataires, dont Lucas et Kevin qui vivaient chez leurs parents.  

III. Corps complice – corps subordonné

12L’économie du strip-tease s’aborde par le corps. Le corps cristallise les enjeux de savoir et de pouvoir qui entourent le travail de dénudement érotique, qui l’encouragent et l’établissent. Dès lors, on voit comment l’ef­feuillage masculin se nourrit d’hommes volontaires qui, d’une part, investissent leur dimension “essentielle” dans un corps viril et qui, d’autre part, font advenir ces attributions sexuées en produit commercialisable au moyen de procédés scéniques, notamment “féminins”.

A. A corps viril, rien d’impossible

13Les strip-teaseurs consacrent une grammaire corporelle qui consiste en des pratiques de construction et de développement de la masse musculaire et ce, comme “loisir”. Au principe de leur mode d'être individuel se trouve un corps représentant la capacité d’endurance et de souffrance.

14L’usage que les strip-teaseurs font de leur corps a trait à un culte de la puissance, incarné par une corporalité athlétique, basée sur une hypertrophie musculaire. C’est une “affaire de muscles”, équilibrés et définis. Cette condition physique se compose d’un entraînement intensif et assidu de musculation ainsi que d’une rigueur diététique :

D’la muscul d’la muscul. Trois quatre [fois par semaine] ça dépend. Bien une heure maxi. Une heure maxi, pas plus. Sinon trente, trente-cinq minutes. Tout seul. […] Y a pas de parties exactes. Ben en fait j’fais tout. Le moindre muscle il faut le travailler. J’fais les jambes, j’fais les pecs, les bras. Tous les mouvements qu’tu dois faire. Moi ça fait quand même dix ans que je fais ça. Et je connais les mouvements qui faut faire pour ci pour ça. Je sais ce que c’est, ce qui faut faire pour chaque muscle (Kevin, 26 ans).

Je suis un régime alimentaire mais en fait je m’autorise une fois par semaine un bon repas de façon à ce que le corps ne s’habitue pas au régime […] ça fait du bien de s’relâcher comme ça. Ça fait du bien et comme ça il peut repartir de nouveau sur de bonnes bases de régime (Malo, 25 ans).

Toute l’année. Flocons d’avoine le matin, des dattes, des abricots, 500 gr de fromage blanc. Ben donc à midi une salade. Quand je suis fatigué je mange du riz. Et je mange de bon matin mon huile pour la graisse. J’ai ma cuillère d’huile de foie de morue (Fred, 29 ans).

15Cette ascèse est optimisée par une prise régulière de compléments alimentaires protéiniques, garantie d’une croissance accrue de la masse musculaire. L’ingestion de ces suppléments de protéine se révèle usuelle pour les strip-teaseurs tout comme la “sèche” qui permet de préciser le dessin de la musculature. Période éprouvante, une discipline alimentaire spécifi­que est alors programmée durant cet intervalle dans le but de faire ressortir au maximum les stries musculaires.

16La puissance concerne non seulement l’apparence, la carrure, la robustesse musculaire des strip-teaseurs mais également leur tempérament, leur caractère alors forgés par les épreuves physiques. Entraînement douloureux et répétitif et morale ascétique conditionnent un rapport au corps domestiqué et marqué socialement par la logique de la force, physique et mentale :

C’est un sport que j’aime bien. […] C’est sûr celui qui va m’dire que c’est pas dur ben pour moi c’est trop dur. Tu sais le plus dur c’est d’avoir envie. Attends on a envie mais le problème quand t’arrives sur place y faut porter les charges. Faut y aller, faut avoir envie, c’est trop dur. Ah y’en a plein qui au bout d’une semaine y lâchent l’af­faire. […]. Tu fais toujours la même chose ben au bout d’un moment ça gave (Kevin, 26 ans).

Je vais tous les jours à la muscu parce qu’y a un minimum de physi­que à avoir. Même si c’est ingrat comme truc, ben on est plus athléti­que, plus sportif. Les gens y veulent un minimum, y veulent un mini­mum de personne au niveau physique, au niveau d’la personne. Y faut pas être monsieur tout l’monde (Nathan, 27 ans).

17Autant de dépenses qui sont investies par ces hommes pour plaire, se regarder et être regardés. Cette robustesse musculaire est constituée dans un but esthétique visant à séduire soi et autrui, et non à accomplir des démonstrations de force brute ; elle constitue des indices de grandissement personnel qu’il convient pour les strip-teaseurs de préserver et d’assurer. Au cœur de toutes les attentions, le corps se révèle comme le point de repère de l’identité de ces hommes ; il s’agit de le consolider. Ces corps herculéens sont accoutumés à une exploitation esthétique régulière, visant da­vantage à la conservation et à l’entretien de l’épiderme, que l’on substitue à un brunissage artificiel et superficiel, et que l’on cultive savamment contre le vieillissement. Il s’agit de contrôler l’ “ordre naturel”, de l’ins­trumentaliser pour se dérober à l’usure du temps, à la honte de ses laideurs (rides, teint terreux, obésité). En témoignent ainsi le souci récurrent d’a­voir une peau hâlée et l’utilisation quotidienne de biens fournis par l’in­dustrie cosmétique, de soins dermiques et/ou capillaires (tels des crèmes, des laits hydratants, des lotions) :

Tous les matins je passe une crème de beurre de cacao sur le visage. Voilà. Je mets pas tellement d’anti-rides. […] Tes cellules elles vont mourir et le but c’est de les entretenir (Fred, 29 ans).

En vacances j’passe mon temps à me bronzer et à force de faire des UV et tout machin j’arrive à garder un peu la peau mate. Mais sinon imagine pendant un mois je fais pas d’UV je vais devenir blanc. Et moi j’aime pas devenir blanc. J’aime bien pas trop mat mais pas trop blanc quoi entre les deux (Benoit, 35 ans).

Je prends de l’antirides et je mets du lait hydratant pour ne pas avoir la peau sèche. Là je mets des lentilles de couleur. C’est pas mes yeux. Je suis quelqu’un d’assez coquet, qui prends soin de moi. J’aime bien qu’on me regarde, ça fait plaisir (Discussion avec Lucas, 28 ans, pendant le trajet en voiture).

  • 6 Nous employons cette appellation de façon décalée par rapport aux travaux de R.W Connell qui décriv (...)

18Ce “capital-corps” contraste avec des “données” sexuées “féminines”. Les strip-teaseurs construisent leur identité à partir d’attributs physiques, psychologiques et comportementaux opposés à la “féminité”. Leur grammaire corporelle incarne une “masculinité complice”6 (Connell, 2005) des idéaux issus d’une culture populaire de la virilité (Duret, 1999b), là où à défaut d’une légitimité professionnelle, la puissance physique est sacralisée. Le sur-développement des caractéristiques “masculines” résonne alors comme une source de fierté personnelle, une ressource pour mettre en avant son individualité.

B. Des “hercules” aux limites de la masculinité

19Sur le marché du strip-tease masculin hétéro-érotique, cette “masculinité complice” apparaît comme un terreau favorable pour faire l’objet d’une commercialisation. Les modalités d’entrée des hommes sur ce marché économico-sexuel débutent dans l’homosocialisation masculine et relèvent d’une acceptation volontaire :

On s’entraînait ensemble à la salle de musculation et y m’a demandé si ça m’intéressait pas de […] Moi c’est vrai qu’en étant plus jeune ça me plaît mais je le ferais pas pendant dix ans (Malo, 25 ans).

Je me suis mis à la muscul et pis avec le temps j’arrêtais pas de me regarder… fin je me trouve bien en gros. Et à force ça m’a lancé dans le strip. Y avait une femme à la salle de muscu où j’étais, elle cherchait des mecs baraqués, qui leur plaît. Elle cherchait des mecs baraqués, elle voulait vraiment que des mecs baraqués, elle cherchait pas des strip-teaseurs en gros. Et pis le patron de la salle lui a dit ‘J’en connais un’. Tu veux faire du strip-tease et puis ben j’ai commencé comme ça (Kevin, 26 ans).

20Le recrutement est pris en charge par des hommes, au sein d’un “entre-soi masculin” – la salle de musculation. Une fois recruté pour le strip-tease, il s’agit de transformer son “capital-corps” en produit fantasmagori­que. Ces recrues sont intégrées à un groupe monosexué de pairs et c’est dans cette « bande de copains », comme l’ont qualifiée Benoît, Maxime et Fred, qu’ils vont s’intégrer et apprendre les normes et valeurs requises pour “passer” à l’état de “personnage masculin érotique” :

Il faut que la personne sache faire un strip construit. […]. Y en a qui disent ‘Je sors de ma muscu je suis bien tout’. Bon allez vas-y pas d’problème quoi… et puis déjà donc y viennent une première fois y’a déjà un gros pas à sauter. […]. Parce que y’en a beaucoup qui vont être bien physiquement. Y’en a plein de bien dans les salles de sport. Donc faire le malin sur la plage ou entre potes parce qui sont entre eux machin, ils enlèvent leur chemise… ouais c’est bien mais après y faut faire ça devant deux cent personnes qui attendent qu’une chose c’est que ça dure pendant un quart d’heure justement et qui vont regarder. […] Y’a quand même une chronologie dans le strip à respecter avec une musique, les accessoires qu’on prend, une sorte de savoir-faire quoi on va dire (Benoît, 35 ans).

21Il se crée alors un contingent d’hommes engagés professionnellement dans des rapports de vente et de prestation de services érotico-sexuels. Ces échanges explicites sont proposés et gérés directement par les strip-tea­seurs. Il est crucial pour eux d’opérer des compromis afin de rendre les principes de la virilité commercialisables et rentables sur le marché du strip-tease masculin hétéro-érotique. Pour ce faire, le corps est appelé à être modelé, jugé, dénaturé selon quatre procédés. Il s’agit pour les strip-teaseurs de correspondre à un type de virilité qui se repaît de personnages héroïques, glabres et “huilés”, sans phallus.

22Bien performer implique tout d’abord d’avoir des costumes et les montages musicaux correspondants. Dès lors, les strip-teaseurs empruntent à différents registres mythiques détenteurs du monopole de la violence, de la vigueur et du courage :

C’est pas qu’nous on a une grosse mise en scène mais on a des costu­mes on a un truc à faire la musique qui va avec. […] C’est un joli costume c’est soigné c’est pas non plus tout débraillé avec des p’tits accessoires. La bande-son c’est bien calé et puis ça se suit. C’est pas un cd de Madonna avec un blanc au milieu. Y’en a qui ont des tenues de pompier, d’autres flic, d’autres Top gun, d’autres James Bond. En fait ce qu’on nous demande généralement c’est ça. C’est le pompier, c’est le militaire, le flic. Mais le mec qui a un costume de pompier ben y se placera neuf fois sur dix. […]. Y a pas de costumes, y a rien. On investit (Fred, 29 ans).

23Avoir plus de costumes, pouvoir présenter divers numéros, se lit comme un élément qui maximise la vente, qui accroît le profit des strip-teaseurs. Il s’agit d’endosser les costumes et accessoires de héros valeureux et/ou “exotiques”, comme l’indien, le cow-boy. Durant un show, plusieurs personnages sont mobilisés et dévêtus au rythme des compilations.

24Puis vient le travail du système pileux, secteur d’intervention cosméti­que obligé. Ces “héros” s’affichent avec des corps soigneusement épilés, avec des peaux lisses et sans poils. Il est ainsi intéressant de noter que les strip-teaseurs attestent d’une connaissance pratique précise de leur pilosité :

Ça dépend si il faut que je me rase ou pas pour le spectacle donc je me rase deux fois par semaine. J’ai le poil dru […]. Je me rase à la tondeuse et puis je mets de la crème à raser dessus et voilà (Nathan, 27 ans).

Quand on prévoit les prestations toujours se raser un ou deux jours avant. Le problème se raser ça fait des p’tits boutons donc y faut pas le faire trop à l’avance, ni trop tard ça fait des boutons rouges (Fred, 29 ans).

25Cette gestion esthétique comprend ensuite un rapport attentif et attentionné à l’épiderme. Les strip-teaseurs s’imprègnent de parfum et se recouvrent d’huiles et/ou de crèmes. Ils appliquent, sur la peau, divers produits destinés à sublimer le corps :

Pis avant la prestation on va toujours mettre un p’tit peu de crème ou un p’tit peu d’huile. Ça brille un p’tit peu justement. Des fois y’en a avec de la paillette (Benoît, 35 ans).

Kevin se frotte les aisselles et les parties intimes avec des lingettes « débarbouillantes » à la pomme. […] Il s’enduit ensuite le torse et les bras avec une huile « fabuleuse ultra-bronzante ». Thomas, son collè­gue, en fait de même parce qu’ « il faut que ça brille ». Coup de déodorant « pour hommes » avant d’enfiler les tenues. […] Avant d’en­filer les derniers éléments de leur costume, petit coup de déodorant et vaporisation de parfum « pour hommes ». […] Retour dans les vestiai­res. Kevin se vaporise les aisselles avec un second déodorant « pour homme » (Extrait de notes de terrain, 26/04/2008).

26Traduisant une « conception résolument hygiéniste » du corps (Courtine, 2006 :141), l’épilation, l’embaumement, la désodorisation permettent un travail de l’apparence où la chair est rapidement domestiquée.

  • 7 Josch Hoenes note que « la production d’images gays (et lesbiennes) dans lesquelles la politisation (...)

27Dernier procédé de cette marchandisation : la prohibition de l’organe génital, offrant ainsi des “figures à virilité” sans pénis. Cette immatérialité reprend les conventions de représentations du nu masculin hétérosexuel sous-jacentes à l’art occidental7. Les effeuilleurs se parent d’accessoires et/ou déploient des gestuelles scéniques afin de garder leur verge cachée, à l’instar de Kevin et de Maxime :

L’effeuillage de Kevin révèle un string orange, qu’il dégrafa pour l’attacher à son poignet gauche. Il dissimule son pénis sous un drapeau aux couleurs américaines (Extrait de notes de terrain, 26/04/2008).

Maxime vient d’enlever son dernier vêtement. Il accroche une serviette de bain sur ses hanches, se rapproche de la cliente en lui faisant face. Debout, à califourchon, il saisit les mains de cette femme pour lui faire caresser son torse, ses cuisses et ses fesses. Il se rappro­che un peu plus d’elle pour se coller et fait tomber la serviette, provoquant la stupéfaction d’une spectatrice camouflant sa bouche béate derrière sa main. Il récupère sa serviette, dissimule son pénis avec et va se pavaner dans la salle (Extrait de notes de terrain, 24/05/2008).

28Qui plus est, le pénis ne doit pas être découvert sous peine de sanction de la part des autres hommes de la “bande” :

Thomas a déclenché un tollé en découvrant ses parties intimes au pu­blic. Dans les vestiaires, il m’explique qu’il avait discrètement tiré son pénis pour le coincer entre les fesses. Le show terminé, nous sommes remontés dans les coulisses, où Romain (qui ne faisait pas de strip ce soir-là) nous a rejoints quelques instants après. Il réagit immédiatement au fait que Thomas avait tout dévoilé en s’exclamant « Tu t’mets à poil maintenant » (sur un ton réprobateur). Romain m’a expliqué qu’un autre de leur collègue (absent ce soir-là) le faisait de temps en temps mais qu’il mettait un petit chapeau sur son pénis car « c’est moche sinon » (Extrait de notes de terrain, 15/02/2008).

29Ces performances scéniques, qu’effectuent les strip-teaseurs en se costumant, en s’épilant, avec leurs onguents et leur pénis “évoqué”, montrent une masculinité se compromettant avec des rites de beauté “féminins” qui en retour l’érotisent. L’élégance du costume, l’art épilatoire, les soins de propreté et le travail cosmétique permettent de relayer des traits “masculins” éthérés, policés et érotisés. Ces détournements manuels affirment, déploient, amplifient le corps en empruntant le caractère soigné d’un système de conduites corporelles particulièrement accompli par les femmes (Boltanski, 1979 :224-225) et symboliquement opposé aux propriétés hégémoniques de la masculinité. Ce brouillage des frontières subordonne partiellement les strip-teaseurs au sein du système de genre.

  • 8 A l’instar de ce qu’Oumaya Hidri (Guichard-Claudic Y., Kergoat D., 2007) note dans le cas des futur (...)

30Un premier aspect de la masculinité que se constituent les hommes strip-teaseurs a trait à l’exploitation des signes visibles de la virilité, déployant ainsi une corporalité “complice”. Ils investissent quotidiennement leur corps dans des épreuves physiques (sportives, nutritives) qui tendent à développer et tirer parti des vertus positives du courage, de la vigueur, de la conquête, de la force. Ces manifestations viriles sont l’attestation de l’intégrité de leur « domination masculine » (Bourdieu, 1998). Un second aspect de cette masculinité est qu’elle se construit également en se commutant à des principes et des schèmes corporels “féminins”. Cette efféminisation apparaît dans l’appropriation et l’utilisation de certains rites de beauté “féminine” ; l’apparat, l’épilation, l’embaumement, les onctions sont ainsi au nombre des prérogatives des hommes strip-teaseurs. Bien que l’exercice de ces pratiques d’embellissement représente une forme d’abrogation de la virilité, cette corporalité “subordonnée” constitue un atout source de profits qui permet de valoriser un potentiel “masculin naturellement là” plutôt que de le féminiser8, une plus-value de l’exaltation et de l’érotisation pour les effeuilleurs et pour autrui, comme c’est le cas dans les rapports affectifs avec leurs clientes.

IV. Consommé.e.s et consommant.e.s de l’hétérosexualité

31On ne peut se référer à ces usages du corps, à la mise en forme et en ordre de ces pratiques, sans se référer aux rapports affectifs que cet ensemble de règles et de normes implique. Les relations entre strip-teaseurs et clientes laissent découvrir une consommation sexuelle différentielle. Nous distinguons, d’une part, une consommation se présentant sous la for­me d’une catharsis pour les clientes, les strip-teaseurs devenant leur objet passionnel. D’autre part, les strip-teaseurs montrent une consommation du type de la séduction où les clientes deviennent les objets de leur masculinité.

A. Une catharsis pour les femmes

32Sur scène, les strip-teaseurs exécutent des danses suggérant des démonstrations de puissance hétérosexuelle où ils sont les conquérants du corps des femmes :

Arnaud prend la main d’une jeune fille pour l’inviter à s’asseoir sur un tabouret, au milieu de la scène. Il s’agenouille devant elle et com­mençe à lui caresser le visage. […] Il se relève et ôte sa veste de pompier, découvrant un débardeur blanc. Il se remet à genoux et saisit les mains de la jeune fille pour lui faire caresser son torse et ses abdominaux. Il se met debout et met le visage de la cliente sous son maillot. […] Puis il étend sur le sol une grande serviette de bain blan­che. S’asseyant sur les genoux de la cliente, il saisit de nouveau ses mains pour lui faire caresser son torse et ses abdominaux. […] Il la prend ensuite dans ses bras (la jeune femme s’accroche à son cou) puis l’allonge sur la serviette. Il effectue quelques pompes sur elle. Les spectatrices crient et ont de grands yeux ébahis. Puis il s’assied à califourchon sur le corps de la jeune femme, toujours étendue. Il remue langoureusement ses hanches, tout en tenant ses fessiers. L’as­semblée de femmes se met à applaudir (Extrait de notes de terrain, 26/04/2008).

33Les strip-teaseurs doublent leurs fantasmagories d’une virilité sexuelle en établissant des contacts intimes dont ils sont les maîtres. Qu’il s’agisse de la série de schémas corporels, de la pédagogie posturale, des percutan­tes techniques de mouvement : tout témoigne d’une intimité sexuelle d’une perspicacité oculaire où se donnent à voir des relations de pouvoir entre hommes et femmes. Ces rapports se manifestent par l’expression de la force érectile et par l’exaltation d’attributs sexuels spécifiques :

Fred rejoint une femme sur le divan. Assis à califourchon sur elle, il remue son derrière et prend ses mains pour l’inciter à le caresser. Pendant ce temps, sur le podium, Maxime écarte les jambes d’une cliente avec ses mains, la soulève et l’appuie contre une barre verticale. Puis il se met à monter et descendre le long du corps de la jeune femme (Extrait de notes de terrain, 26/04/2008).

34Dans ce dispositif scénique, les interactions se déroulent sur un principe de sujétion des femmes. Les clientes n’ont pas librement accès au corps des effeuilleurs. Elles ne disposent du corps masculin dévêtu (en string) qu’en étant sous contrôle car les strip-teaseurs orientent les mains des cli­entes, en leur saisissant les poignets, sur les zones corporelles qu’ils estiment pouvoir offrir au touché :

Romain enchaîne le deuxième strip-tease de la soirée. Il entre sur scène et choisit une « victime » parmi le public qu’il allonge par terre sur une couverture. Il mime un massage cardiaque et s’allonge sur la jeune femme pour feindre d’écouter les battements de son cœur. Puis il l’invite à prendre place sur une chaise. A chaque étape du déshabillage, Romain prend les mains de la cliente par les poignets et lui fait découvrir et caresser différentes parties de son anatomie : pectoraux, fesses, cuisses (Extrait de notes de terrain, 29/03/2008).

35L’appropriation et la possession du corps des femmes sont les enjeux à partir desquels les strip-teaseurs mettent en œuvre leurs méthodes spectaculaires. En profitant de l’usage gratuit de ces corps, ils se donnent à voir dans une sexualité sauvage et brute.

  • 9 Cette perspective est envisagée par notre biais et selon un point de vue androcentrique : la vision (...)

36Néanmoins, ces interactions corporelles, hiérarchiques et contrôlées par les dominants, apparaissent aussi comme un “défouloir” pour les femmes ; ce faux-semblant de sexualité constitue un cadre d’expression émotionnelle dans lequel elles s’engagent, qu’elles rétribuent afin de se divertir9 :

Après avoir accroché une serviette de bain à l’effigie de l’agence autour des hanches, Kevin enlève son string en nous dévoilant ses fes­ses mais en laissant caché son pénis. L’excitation se fait un plus ressentir. Il se met ensuite à enduire son ventre de lait corporel et incite d’autres filles à venir enduire son corps de cette mixture blanche. Il se met alors à genoux entre deux femmes ravies d’accomplir cette tâche. Le public rythme la cadence en tapant des mains. Les deux jeunes femmes retournent prendre place parmi la foule, puis une autre est « sélectionnée » par Kevin (Extrait de notes de terrain, 15/02/2008).

Benoît fait mine d’enlever son pantalon mais il déambule sur la piste pour susciter l’engouement des spectatrices. Il le dégrafe devant la femme assise sur un tabouret au centre de la piste, puis lui tourne le dos et se baisse pour finir d’enlever ses chaussures et ses chaussettes. De cette manière, il offre à la cliente une vue imprenable sur son postérieur, ce qui par ailleurs provoque chez elle une grande excitation qu’elle manifeste en tapant vivement dans ses mains et en criant à gorge déployée (Extrait de notes de terrain, 15/02/2008).

37Ainsi, ce qui transparaît au cours des effeuillages masculins pour dames, ce sont la frénésie et l’excitation que le public féminin manifeste à chaque procédé de dénudement par des cris et des applaudissements nourris, comme s’il s’agissait d’un acte héroïque. Le corps est ainsi invité à “déborder”. Les strip-teaseurs suscitent et entretiennent ces réactions émotives en exécutant leurs déshabillages au rythme de ces apostrophes. Ils sont perçus comme des corps sexualisables, des sources légitimes de satisfaction et de plaisir sexuels imaginaires et/ou réels. Les strip-teaseurs deviennent des trophées :

Son strip-tease touche à sa fin, Nathan reprend ses affaires, dissimule son pénis en le tenant avec sa serviette. Alors qu’il longe le bar dans le sens inverse pour rejoindre les coulisses, une femme lui met une main aux fesses. Il n’y prête aucune attention, celle-ci s’esclaffant de l’avoir touché (Extrait de notes de terrain, 26/04/2008).

Malo poursuit son show dans une cabine de douche, aux vitres transparentes, installée au fond de la scène, lorsqu’une jeune femme, apprêtée, le rejoint. Un moment très intense en termes de rapport charnel. Malo prend son visage dans ses mains, l’embrasse à plusieurs re­prises dans le cou, sur les épaules, la plaque contre la vitre de la cabine et se colle à elle. Il lui soulève la jambe droite et la fait glisser le long de son corps de sportif, la jeune fille étant très enthousiaste et s’accrochant au cou du strip-teaseur. Fred les rejoint, celle-ci se retrouvant entre les compères. Puis, ces derniers sortent pour commencer ensemble un show autour de la barre de strip-tease. La jeune fem­me sort alors de la cabine de douche, levant les bras, triomphante (Extrait de notes de terrain, 26/04/2008).

38Le strip-tease masculin hétéro-érotique tendrait à être pour les femmes une pratique par laquelle elles peuvent être amenées à s’avouer comme sujets de désir, à se reconnaître comme sujets d’une sexualité (Foucault, 1984). Dans une société où l’usage de la sexualité est régulé par une économie de contrôle des affects et d’inhibition, a fortiori pour les femmes, le strip-tease masculin constituerait pour elles un moyen d’éprouver du plaisir, un cadre d’expériences extra-ordinaires de l’hétérosexualité où les hommes sont transformés en objet. Les strip-teaseurs seraient ainsi réifiés au service d’une sexualité déresponsabilisée des femmes clientes.

B. La séduction pour les hommes

39Bien qu’ils soient livrés au regard réifiant des clientes, les strip-teaseurs considèrent que cette attention publique de la part des femmes contribue à leur estime personnelle. Elle est pour eux l’occasion d’apprécier un sentiment de pouvoir :

Quand j’étais plus jeune j’allais dans les boîtes de nuit j’voyais les Chippendales qui faisaient leur show et donc c’est vrai qu’de voir des filles crier, les aduler comme des dieux, ça m’a stimulé ça m’a encouragé. […] J’aime bien qu’on me regarde ça fait plaisir (Nathan).

40Les strip-teaseurs ne se livrent pas passivement à cette objétisation, ils l’abordent dans une perspective où ils se conçoivent à leur tour comme consommateurs :

Romain et Kevin ouvrent un débat sur les « victimes » qu’ils se sont mutuellement choisies lors de leur strip-tease en duo. L’une n’était pas « terrible », et Romain n’avait pas été « chien » car il en avait choisi une « plutôt mignonne ». Kevin s’était arrangé pour avoir le « pétard et pas la p’tite grosse ». Ils rigolent car ils m’expliquent qu’en raison de ma présence, ils pèsent un peu plus leurs mots car d’habitude, l’expression “elle est bonne” à titre d’exemple est utilisée pour parler d’une femme qu’ils ont trouvée charmante (Extrait de notes de terrain, 29/03/2008).

41Les clientes sont ainsi des objets de conquête que les strip-teaseurs s’octroient. Le corps des femmes est à son tour réifié et devient un « accessoire masculin » pour assurer « une vraie vie d’homme, […] Séducteur, entouré de jolies femmes qui se pâment devant [ses] muscles et [ses] exploits » (Falconnet/Lefaucheur, 1975 :55).

42De ce statut d’objet pour les femmes, certains strip-teaseurs tirent égale­ment des profits pour leur propre consommation sexuelle. Kevin raconte :

C’est comme des fois y’a des clientes, elles t’appellent, elles veulent plus. Elles voulaient un show. En fait elles voulaient plus. Elles avaient 23-24 ans. Et pourtant elles ont des mecs. Elles voulaient faire un truc plus que ça. Les filles déjà elles étaient chaudes. En tout cas je fais mon strip-tease. Elles étaient chaudes et en plus c’était la première fois qu’elles voient un strip-tease. Je fais mon strip. J’ai fini j’ai rangé toutes mes affaires. […] Après je suis remonté à l’hôtel. Elles me demandent si ça me dit pas de faire un jacuzzi avec elles. Je dis ‘y a pas d’souci’. Au bout d’un moment elles ont enlevé leurs soutifs. Moi j’ai rien demandé j’ai pas essayé de… et ouais quand tu tombes avec des femmes qui te plaisent elles sont bien physiquement elles te plaisent… Après t’es un homme avant tout et pis elles, elles cherchaient que ça. On a fait des trucs à trois. […] J’arrive et je plais aux femmes. J’peux pas plaire à tout le monde aussi y’a des femmes à qui peut-être j’plais pas mais quand c’est le cas en dehors de mon boulot j’ai envie d’le faire j’le fais. Quand j’ai pas envie j’le fais pas.

43De même, Lucas bénéficie aussi de ces échanges réciproques de sexualité :

Après son show, et une fois rhabillé “en civil”, Lucas retourne dans la salle et rejoint une table où se trouve un groupe de femmes sirotant leur verre. Il discute avec elles durant une heure environ puis va s’installer dans des canapés avec deux autres femmes avec lesquelles il entame la conversation. Au bout d’une heure, je remonte avec lui en coulisses pour récupérer les affaires et nous retrouvons Fred qui charrie Lucas sur sa « tchatche » avec les filles et sur les numéros de téléphone qu’elles lui ont donnés. [Au spectacle suivant], Lucas me raconte, sourire aux lèvres, qu’il a retrouvé les deux femmes après mon départ et qu’il a couché avec elles à une semaine d’intervalle (Extrait de notes de terrain, 15/02/2008).

44Ces rapports de sexualité et le succès auprès des femmes contribuent, pour les strip-teaseurs, à apparaître dans une masculinité dominante, contrecarrant ainsi leur “efféminisation”, comme nous le confie Kevin :

Tu sais parce que y a des fois y a des gens qui pensent que les strip-teaseurs c’est des pd. […] Même les femmes des fois elles croivent [sic] que je suis pd. Ah ouais ! Y en a qui me regardent et qui se disent c’est un pd, y en a qui vont me regarder en se disant comme y se la pète. […] Je me la pète pas du tout. Peut-être j’ai des manières j’en sais rien. Et elles me disent t’es pd t’as des manières de pd.

45Cette hétérosexualité triomphante est un moyen de se faire “vraiment homme”. Les strip-teaseurs investissent alors dans la gent féminine, au même titre qu’une monnaie, tels des capitaux évaluables et interchangea­bles dont se dotent les strip-teaseurs.

  • 10 Alors que des femmes entretenant des rapports de sexualité dissociés de la reproduction et en dehor (...)

46Néanmoins, ce type de consommation hétérosexuelle, non lié à la repro­duction, vécu en dehors du mariage, et donc strictement dissocié du statut de male breadwinner (nourricier), conduit à marginaliser les strip-teaseurs au sein du groupe des hommes. Cette marginalisation apparaît corrélée à une homosexualisation et/ou “efféminisation” des strip-teaseurs qui sont alors extraits de l’hétérosexualité10 :

Le garçon se déshabille ça fait de l’ombre à tous les mecs. Y sont tous jaloux. […] Autant le mec quand y va dans une discothèque pd machin c’est homosexuel. […] Quand les gens y sont désagréables comme on leur dit ‘qui c’est le con ici’ : t’es là tu payes t’arriveras pas à te sortir une fille et nous on est là on en a trois et en plus on se fait payer. Donc réfléchis qui c’est qui est pd et con quoi (Benoît, 35 ans).

  • 11 Expression reprenant les travaux de Maurice Godelier (1982) menés sur La production des grands homm (...)
  • 12 Lajeunesse montre une dynamique analogue chez les sportifs de haut niveau (Lajeunesse S L., 2008).

47Cependant, cette marginalisation est récupérée par les strip-teaseurs au sein du groupe de pairs, de la “Maison-des-Strip-teaseurs”11 qui va leur permettre de “garder la face”. L’homophobie est le moyen par lequel ils vont se définir comme “masculins” et se situer dans une masculinité traditionnelle12. Il apparaît crucial pour eux qu’ils ne soient ni homosexualisa­bles, ni “efféminisables” en s’exprimant « en dehors de toutes les tendres­ses et de tous les attendrissements dévirilisants de l’amour » (Bourdieu, 1998 :77). Ils énoncent de façon récurrente qu’ils sont des « obsédés sexu­els », qu’ils vont draguer lorsque leur téléphone sonne, ou par des invecti­ves (non-belliqueuses) à l’égard de leurs collègues pour les qualifier d’« espèce de travelos ».

V. Pour conclure

48Si la « domination masculine » (Bourdieu, 1998) est une première manière d’interpréter les façons dont le strip-tease masculin hétéro-érotique compose avec le système de genre, cette dynamique ne se révèle pas univoque mais complexe et contradictoire. Les hommes qui s’effeuillent pour des femmes nous ont conduit à explorer une masculinité située entre pouvoir, subordination et marginalisation, entre sujet et objet. Il apparaît perti­nent d’appréhender cette dernière dans un « irréductible vis-à-vis » avec ses décalages et ses ambivalences (Foucault, 1976). Dit autrement, le système de genre ne s’exprime pas « dans un social unidimensionnel où s’oppose­raient de façon univoque […] le dominant et le dominé » (Duret, 1999a :49). Cette préoccupation vise donc à penser la recomposition du système de genre au sein du strip-tease masculin hétéro-érotique dans la multiplicité et la contradiction de ses rapports de pouvoir, et non pas à partir d’un point unique.

49Les strip-teaseurs assurent et maintiennent une masculinité, pour eux-mêmes et pour autrui, préservant ainsi les termes du système de genre et ce faisant, leur position hiérarchiquement privilégiée. Cette normalisation se manifeste par les usages corporels qu’ils déploient pour exalter puissan­ce et performance musculaires, par les prouesses sexuelles auxquelles ils recourent avec les femmes (clientes), comme par l’homophobie qu’ils expriment sous forme de pratiques humoristiques. En outre, cette « masculinité complice » (Connell, 2005) se trouve affirmée et renforcée par les strip-teaseurs qui en tirent profit en la reconfigurant en produit commercialisable. L’érotisation du corps viril, les parodies hétéro-érotiques leur permettent de rentabiliser financièrement et symboliquement cette masculinité. Cette marchandisation, bien qu’obligeant les strip-teaseurs à demeurer compétitifs et commercialisables pour les commanditaires (ce qui implique une obligation d’auto­surveillance et de renouveau des atours), est investie par ces derniers d’une accréditation narcissique, marque d’estime, de fierté et de succès.

50Les fournisseurs de cette marchandisation du corps masculin sexualisé sont principalement des hommes issus de milieux populaires, au parcours professionnel précaire, qui investissent dans leur caractère physique à titre d’objet. Ce processus révèle ainsi un groupe social dominant creusé par des formes de pouvoir et de hiérarchie (Connell, 2005). Le strip-tease masculin hétéro-érotique s’illustre comme une sorte d’ “enclos” composé d’une “classe” d’hommes subordonnée à la commercialisation de soi et à une hétérosexualité marginalisée.

51En outre, cette marchandisation du corps masculin sexualisé a comme corollaire une reconfiguration de la tension sujet-objet non seulement entre hommes mais aussi dans le rapport homme-femme. Une étude sur des rapports dans lesquels ce sont les hommes qui sont rémunérés par des femmes trouve son intérêt à dépasser le point de vue « qui tend à conforter […] le rôle de pouvoir des hommes et à nier quelque pouvoir que ce soit aux femmes » (Tabet, 2004 :171). L’hypothèse ainsi mise à l’épreuve est que les strip-teaseurs rencontrés assurent et maintiennent un modèle de virilité avec les clientes, en même temps qu’ils sont les objets de ces dernières. Les conditions matérielles et psychiques de ce « cadre d’expérien­ce » (Goffman, 1991) d’objétisation des hommes de la part des femmes mériteraient d’être explorées de façon plus approfondie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berthelot J-M.,
1983 “Corps et société. Problèmes méthodologiques posés par une approche sociologique du corps”, Cahiers internationaux de sociologie, LXXIV, pp. 119-131.

Boltanski L.,
1971 “Les usages sociaux du corps”, Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, vol. 26, n° 1, pp. 205-233.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P.,
1998 La domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.
DOI : 10.3406/arss.1990.2947

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bruckert C., Parent C.,
2007 “La danse érotique comme métier à l’ère de la vente de soi”, Cahiers de recherche sociologique, n° 43, pp. 95-107.
DOI : 10.7202/1002481ar

Connell R.W.,
2002 Gender, Polity Press, Cambridge.

2005 Masculinities, Berkeley, University of California Press.

Courtine J-J. (dir.),
2006 Histoire du corps – Les mutations du regard, Paris, Éditions du Seuil.

Detrez C.,
2002 La construction sociale du corps, Paris, Éditions du Seuil.

Dubar C.,
2000 La crise des identités – L’interprétation d’une mutation, Paris, Presses Universitaires de France.

Dulong D., Guionnet C., Neveu E. (dir.),
2012 Boy’s don’t cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Duret P.,
1999a “Aux sources de l’attirance corporelle”, Agora-Débats/Jeunesses, n° 18, pp. 41-50.
DOI : 10.3406/agora.1999.1697

1999b Les jeunes et l’identité masculine, Paris, Presses Universitaires de France.

Evrard F.,
1997 Effeuillages romanesques du strip-tease : essai sur la représentation littéraire et culturelle, Saint-Genouph, Librairie Nizet.

Falconnet G., Lefaucheur N.,
1975 La fabrication des mâles, Paris, Éditions du Seuil.

Foucault M.,
1976 Histoire de la sexualité. 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

1984 Histoire de la sexualité. 2, L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard.

Fuentes R.,
2006 Histoire et légendes du strip-tease, Paris, La Musardine.

Garfinkel H.,
1967 Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Godelier M.,
1982 La production des grands hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard.

Goffman E.,
1991 Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Guichard-Claudic Y., Kergoat D. (coord.),
2007 “Inversion du genre – Corps au travail et travail des corps”, Cahiers du Genre, n° 42, L’Harmattan.

Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D.,
2004 Dictionnaire critique du féminisme – 2ème édition augmentée, Paris, Presses Universitaires de France.

Hoenes J.,
2008 “Images et formations de corps d’hommes trans”, Les fleurs du « mâle », Cahiers du Genre, n° 45, pp. 43-57.

Lajeunesse S. L.,
2008 L’épreuve de la masculinité : sports, rituels et homophobie, Béziers, H&O Éditions.

Löwy I.,
2006 L’emprise du genre – Masculinité, féminité, inégalités, Paris, La Dispute.

Mathieu N-C.,
1991 L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes.

Molinier P.,
2000 “Virilité défensive, masculinité créatrice”, Travail, Genre et Sociétés, n° 3, pp. 25-44.

Morgan D.,
2005 “Class and Masculinity”, in Kimmel M., Hearn J., Connell R. W. (dir.), Handbook of Studies on Men and Masculinities, Californie, Sage Publications, pp. 165-177.

Sorignet P-E.,
2010 Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Découverte.

Tabet P.,
2004 La grande arnaque – Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.

Thiers-Vidal L.,
2010 De « l’Ennemi principal » aux principaux ennemis : position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination, Paris, L’Harmattan.

Wittig M.,
2007 La pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Alors que le strip-tease s’est construit comme un domaine d’activité traditionnellement dévolu aux femmes, les premiers déshabillages érotiques d’hommes dédiés aux dames tendent à apparaître dans les années 1970. Un double déplacement est alors opéré dans le contrat d’échange économico-sexuel initial du strip-tease : les possibilités de prestations sont étendues aux hommes et les possibilités de compensations s’ouvrent à des rétributions faites de la part des femmes. L’objet de cet article est d’interroger comment, dans un tel contexte, se recompose le système de genre au sein des perspectives mises en œuvre par des hommes qui s’effeuillent pour des femmes. Cette transgression de l’orientation genrée de ce métier se traduit-elle par des situations de “passage” vers l’autre statut sexuel ou, à l’inverse, incite-t-elle à affirmer une forte virilité physique et sexuelle ?

La notion de “système de genre” désigne ici un système socio-politique produisant, au sein de rapports sociaux hétéronormés, une bi-partition hiérarchisée entre hommes et femmes. C’est à l’aune du corps et des rapports affectifs que nous abordons le système de genre dans le strip-tease masculin hétéro-érotique. D’une part, les pratiques corporelles de perpétuation et de ritualisation permettent d’évoquer l’expérience sociale du genre, ses formes et ses marques, ses manières de transmettre et de façonner. D’autre part, les rapports affectifs sont une autre composante centrale où se règlent les identités sexuelles, à la fois par un principe de différenciation par rapport aux non-paires et par un principe de généralisation avec les pairs.

Les analyses présentées dans le cadre de cet article sont le fruit d’une approche qualitative : cinq observations in situ et des entretiens ont été réalisés, durant plusieurs mois, auprès de dix hommes strip-teaseurs hétéro-érotiques. Cette ethnographie montre les manières dont ceux-ci constituent leur masculinité selon deux facettes : virilité et efféminisation. Le système de genre s’exprime alors dans la multiplicité et la contradiction de ses rapports de pouvoir.

Dans un premier temps, nous tenterons de montrer que les usages corporels mobilisés articulent non seulement des signes visibles de la domination masculine mais aussi des logiques esthétiques “féminines”. Dans un second temps, nous examinons les dynami­ques sous-jacentes aux affects entre strip-teaseurs et clientes, révélant une consommation de l’hétérosexualité à la fois triomphante mais marginalisée dans le groupe des hommes.

Le strip-tease masculin hétéro-érotique s’illustre comme une sorte d’ “enclos” composé d’une “classe” d’hommes principalement issus de milieux populaires, aux parcours professionnels précaires, qui assurent et maintiennent une normalisation de leur masculinité. Mais, subordonnée à la commercialisation de soi et à une hétérosexualité marginalisée, cette masculinité a comme corollaire une reconfiguration de la tension sujet-objet non seulement entre hommes mais aussi dans le rapport homme-femme. Les conditions matérielles et psychiques de ce “cadre d’expérience” d’objétisation des hommes de la part des femmes mériteraient d’être explorées de façon plus approfondie.

Long summary

Whereas striptease developed as a field of practices traditionally allocated to women, the very first male erotic undressing performances intended for a female audience emerged in the 1970s. A double shift then occurred in the economic-sexual exchange contract of striptease : possibilities of performances were extended to men matched with possibilities of financial compensation offered by women. In the specific context of men stripping for women, this paper seeks to highlight the modes of reorganization of the previous gender system. Indeed, does the transgression of gender-oriented practice male stripping involves signal a “shift” towards an opposite sexual status, or, quite the reverse, lead to a reaffirmation of physical and sexual virility ?

The notion of “gender system” here refers to a socio-political system producing a hierarchical bipartition between men and women within hetero-normed social relationships. For hetero-erotic male striptease, we approach the gender system from the standpoint of the body and emotional relationships ; the bodily practices of perpetuation and ritualization lead to evoking the social experience of gender in its forms and marks, its ways of shaping and transmission, while emotional relationships are another main component wherein sexual identities find adjustment, at once through a principle of differentiation towards non-peers and through a principle of generalization with peers.

The analyses presented in this article are the results of a qualitative approach : five in situ observations and interviews were conducted over several months, with ten hetero-erotic male strippers. This ethnography shows how strippers build their masculinity alongside the opposite poles of virility and effeminization. The gender system is then expressed in the multiplicity and contradiction of its power relations.

First, we will attempt to demonstrate that the bodily practices include not only visible signs of masculine domination but also “feminine” aesthetics and logics. We will then examine the underlying dynamics of the affective relationships between (male) strippers and (female) clients, revealing a consumption of heterosexuality, paradoxically at once triumphal yet marginalized among the group of men. Hetero-erotic male striptease may be described as a sort of “enclosure” composed of a “category” of men mainly coming from working classes, with unstable professional backgrounds, who secure and maintain a normalization of their masculinity. But subordinated to self-commercialization and a marginalized heterosexuality, that masculinity results in a reconfiguration of the subject-object tension, not only between men but also in man-woman relationships. The material and psychological conditions of this “frame of experimentation” of objectification of men by women deserves to be explored and dealt with in greater depth.

Haut de page

Notes

1 Apparu dans le milieu du XXème siècle, strip-tease est d’origine anglo-saxonne et signifie to strip déshabiller, to tease agacer.

2 En accès restreint sur internet.

3 Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (disponible en ligne).

4 En témoigne par exemple cet extrait de l’adaptation théâtrale du film "The Full Monty" (comédie culte du strip-tease masculin entièrement dédié aux femmes sortie en 1997) jouée sur scène à Paris en 2012 : « Justement en parlant de n’importe quoi. C’est quoi cette annonce ? Lisez-moi ça les mecs. Les chippendales. Strip-teases d’hommes. Soirées réservées aux dames. […]. 30 euros pour voir des tantouzes se foutre à poil en se trémoussant les baloches. […]. Ils sont bourrés de muscles. Ils sont piqués aux hormones. […] [Les femmes] mouillent leur culotte pour des pédés en string. […] En plus, il paraît qu’ils sont montés très fins. […]. T’es pas sérieux. Tu nous prends pour des travelos ou quoi. […]. Je peux pas imaginer faire un truc comme ça ». Ce schéma cognitif s’est également confirmé à plusieurs reprises sur notre terrain, comme cette scène où un client de la discothèque s’est approché de nous pour nous préciser que « de toute manière, ils ont des p’tites quéquettes », alors que nous nous baladions au milieu de la foule pour prendre des photos du spectacle.

5 Les prénoms ont été changés.

6 Nous employons cette appellation de façon décalée par rapport aux travaux de R.W Connell qui décrivent la “masculinité complice” comme complice de la “masculinité hégémonique”, telle celle des clas­ses supérieures, assurant et maintenant de façon désincarnée et individuelle la position hiérarchiquement distinctive des hommes (Morgan D., 2005). Notre usage de la "masculinité complice" consiste à la rap­procher de la masculinité hégémonique populaire, la position hiérarchiquement distinctive des hommes se trouvant incarnée et collective (Morgan D., 2005).

7 Josch Hoenes note que « la production d’images gays (et lesbiennes) dans lesquelles la politisation de la sexualité et la pratique de montrer son pénis sont des requêtes importantes » (Hoenes J., 2008, n.8).

8 A l’instar de ce qu’Oumaya Hidri (Guichard-Claudic Y., Kergoat D., 2007) note dans le cas des futurs cadres commerciaux.

9 Cette perspective est envisagée par notre biais et selon un point de vue androcentrique : la vision des femmes a été omise et interrogée seulement via des strip-teaseurs rencontrés sur le terrain.

10 Alors que des femmes entretenant des rapports de sexualité dissociés de la reproduction et en dehors du mariage sont contingentées pour les hommes (l’exemple de la prostitution), la situation ne s’inverse pas : dans ce cas, le contingent demeure également attribué aux hommes.

11 Expression reprenant les travaux de Maurice Godelier (1982) menés sur La production des grands hommes […] chez les Baruya de Nouvelle-Guinée.

12 Lajeunesse montre une dynamique analogue chez les sportifs de haut niveau (Lajeunesse S L., 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Blum, « “Des hommes qui s’effeuillent pour des femmes”. Des strip-teaseurs dans un chassé-croisé entre domination masculine et masculinité dominée », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 28 mai 2016. URL : http://rsa.revues.org/1073

Haut de page

Auteur

Virginie Blum

Centre Max Weber (UMR 5283), Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page