Navigation – Plan du site
Échange critique

À propos de l’ouvrage de Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations et d’autres aspects de son œuvre

Felice Dassetto et Bernard Lahire
p. 157-166

Texte intégral

  • 1 Parmi les ouvrages de Bernard Lahire qui alimentent la construction théorique de l’auteur on peut r (...)

1Avec son ouvrage Dans les plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations (Paris, La Découverte, 2013), Bernard Lahire, professeur de sociologie à l’École normale supérieure de Lyon, pose les jalons du travail théorique qu’il a initié au milieu des années 1990 avec Tableau de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires (Paris, Gallimard/Seuil, 1995), qui suivait l’ouvrage issu de sa thèse de doctorat Culture écrite et inégalités scolaires. Sociologie de l’ “échec scolaire” à l’école primaire (Lyon, PUL, 1993). Pendant ces vingt années, Bernard Lahire, sociologue de l’éducation et de la culture, a publié une vingtaine d’ouvrages1 et de nombreux articles visant à fonder sa théorie sociologique. Comme il le rappelle dans l’avant-propos de Dans les plis… (p.12-14), il est à la recherche d’un vocable pour désigner le paradigme dans lequel il inscrit sa démarche : « sociologie psychologique », « sociologie à l’échelle individuelle » ou, dans cet ouvrage, les « plis singuliers du social », titre d’un chapitre de l’ouvrage théorique majeur qui l’avait précédé, L’homme pluriel.

2Pour le dire d’emblée, je pense que l’apport théorique de Bernard Lahire est fonda­mental pour le devenir de la capacité d’analyse de la sociologie et de l’anthropologie. Ces deux disciplines, la sociologie surtout, me semblent fortement marginalisées sur la scène des savoirs relatifs à l’interprétation du devenir des sociétés contemporaines et de leur circulation. Selon moi, cette marginalisation est attribuable, en tout cas partiellement, au manque de constructions théoriques solides capables de fonder une analyse ambitieuse. Et ceci au moment où les sociétés sont confrontées à des changements pro­fonds touchant les logiques sociales comme les cadres spatio-temporels, et au moment où le besoin de compréhension du devenir social de la part des citoyens et des décideurs est très grand. En l’absence d’une affirmation du propos sociologique, c’est l’économie, la géopolitique ou la psychologie qui disent le devenir social.

3Le travail théorique de Bernard Lahire a eu comme point de départ la confrontation avec Pierre Bourdieu, vis-à-vis duquel celui-ci ne voulait se situer ni comme pourfendeur, ni comme simple exégète du Maître, mais comme lecteur critique. L’ouvrage en collaboration qu’il a dirigé sur Le travail sociologique de Pierre Bourdieu et qui porte le sous-titre Dettes et critiques confirmait cette position. En paraphrasant l’émission de Jean-Claude Ameisen diffusée sur France-inter, “Sur les épaules de Darwin”, on pourrait dire que l’oeuvre théorique de Bernard Lahire s’est construite, depuis vingt ans, “sur les épaules de Bourdieu”. Ce point de départ est loin d’être unique, car Bernard Lahire s’appuie sur une connaissance profonde de deux siècles d’histoire des sciences sociales. Mais la synthèse de Dans les plis..., de même que celle présentée dans Monde pluriel me semble constituer aussi une base pour “sauter des épaules de Bourdieu” et aller peut-être plus loin.

I. La structure de Dans les plis singuliers du social… en bref

  • 2 B. Lahire a raison de noter que cet “avant” est mal et approximativement daté par les sociologues ( (...)

4Après un avant-propos qui synthétise son projet scientifique, Bernard Lahire conduit dans le premier chapitre de l’ouvrage (“De l’individu libre et autonome : retour sur un mythe contemporain”), une analyse critique détaillée des théories de la montée de l’individualisme, en vogue actuellement et qui se retrouvent chez de nombreux auteurs. Pour Bernard Lahire, l’évidence que « l’individu, le for intérieur ou la subjectivité [sont le] lieu de notre ultime liberté [est] l’un de nos grands mythes contemporains » (p.47). Selon lui, il importe de quitter cette évidence pour laisser place à un programme de recherches visant à comprendre « les forces et contre-forces, internes (dispositionnelles) et externes (contextuelles) […] qui nous font sentir ce que nous sentons, penser ce que nous pensons et faire ce que nous faisons » (Ibid.). L’auteur invite à distinguer entre la réalité des processus d’individualisation et les représentations, les valorisations, les idéalisations que l’on se fait de l’individu, notamment sous l’influ­ence de la généralisation du discours psychologique. Je partage largement la prise de position de Bernard Lahire devant cette sorte de “doxa” sociologique contemporaine. Pour le dire avec mes mots, la question n’est pas d’affirmer « qu’il y a plus d’individu qu’avant », mais qu’on « est individu autrement »2, le rôle de l’analyse socioanthropologique étant de monter pour qui, par quels processus, dans quels domaines des individus agissent dans des rapports différents au collectif.

5Le deuxième chapitre (“Individu et sociologie”), permet à l’auteur d’argumenter sur l’utilité qu’il y a en sociologie à prendre en compte plusieurs échelles : celles des grou­pes concrets, celles des catégories sociales et celles des individus. Bernard Lahire souligne l’importance qu’il y a à se démarquer de Durkheim qui renvoie l’étude des variations individuelles à la biologie et à la psychologie, tout comme il importe d’éviter la “personnification” des collectifs (classes sociales, regroupement de catégories statisti­ques...). Son projet scientifique est de prendre comme point de départ l’étude des individus, non pas pour réaliser une étude individualiste ou subjectiviste de ceux-ci mais pour étudier leurs constructions sociales. Nous sommes ici au cœur de la démarche scientifique que Bernard Lahire conduit depuis vingt ans et qui était au centre de son ouvrage, L’homme pluriel, à travers lequel il voulait montrer, comme il le rappellait dans l’entretien publié dans La vie des idées, « quelles sont les conditions sociales de production d’un acteur individuel dispositionnellement pluriel ».

6 Le chapitre 3 (“La fabrication sociale des individus : cadres, modalités, temps et effets de socialisation”) complète le précédent et résume des questions que Bernard Lahire avait développées dans L’homme pluriel et dans La culture des individus. Le concept de socialisation est ici discuté comme outil pour analyser comment, dans des sociétés hautement différenciées, chaque individu se structure à partir de différentes expériences socialisatrices, de caractère plus ou moins hétérogène aboutissant à une « structure feuilletée des patrimoines de dispositions » (p.130).

7Dans le dernier chapitre (“Le cerveau disposé”), Bernard Lahire explore la piste des sciences cognitives, ce qui lui permet d’envisager d’affiner, me semble-t-il, les concept sociologiques de socialisation et de dispositions ; un chantier de recherches en cours et qui ne manquera pas de se développer.

8Dans la conclusion (“Considérations pratiques sur les théories scientifiques”), Bernard Lahire s’interroge à propos des implications pratiques ou politiques de ce qu’il nomme ici (p.153) une « sociologie dispositionnaliste et multidéterministe de la socialisation des individus », une autre manière de définir sa sociologie à l’échelle des individus ou sa sociologie psychologique comme une sociologie qui « traque le monde social jusqu’à dans ses plis les plus singuliers » (p.155). L’intérêt que B. Lahire voit dans cette démarche est de montrer la complexité de l’être humain, non totalement déterminé, mais également non totalement et absolument libre comme le postulent les théories d’inspiration neolibérale. L’individu, et donc l’agir humain, est bien plus complexe, et Bernard Lahire me semble également vouloir dire que la prise en compte de cette complexité dans la mise en oeuvre de nombreuses politiques pourrait être avantageuse. Je pense par exemple aux politiques éducatives, aux politiques de formation, de mise au travail de chômeurs, tout comme aux politiques de santé, aux politi­ques de sécurité routière ou bien d’autres.

9Il n’est pas possible dans le cadre de cet article d’entrer dans les détails des concepts et des théories élaborées par l’auteur. Je me limiterai à quelques considérations générales d’ordres théorique et épistémologique en tenant compte également d’autres ouvrages de Bernard Lahire et, notamment, L’homme pluriel.

II. Théorie sociologique

10En produisant son oeuvre théorique, Bernard Lahire se démarque des sceptiques qui refusent de penser en termes de théories sociologiques générales, déçus notamment par les tentatives de macro-théories antérieures (celles par exemple de Parsons, Marx ou Bourdieu lui-même). Ce refus est exprimé par les tenants des grounded theories qui considèrent que les théories ne peuvent qu’être localistes et émerger de l’empirie, ainsi que par les tenants d’un subjectivisme postmoderniste ou, plus soft, d’une anthropologie et d’une sociologie herméneutiques. Ce refus se rencontre également dans le domaine des cultural studies qui ramènent les propos des sciences sociales à des narrations surtout inspirées par la subjectivité des chercheurs. Il est aussi présent chez les porteurs d’une ethnographie radicale ou d’un pragmatisme qui appellent à la seule des­cription des séquences de conduite d’acteurs. Autant d’approches qui ont le vent en poupe et qui semblent attirer de nombreux jeunes chercheurs en sciences sociales.

11Si Bernard Lahire s’emploie à construire une théorie générale, il ne s’inscrit pas pour autant dans la ligne de la philosophie sociale ou d’une sociologie philosophique qui construit des concepts et des théories à partir de principes philosophiques. Il ne se limite pas non plus à “appliquer une théorie” dans le but, avant tout, de démontrer qu’elle est vraie, un peu dans le sillon de ce que T. Kuhn appelle le fonctionnement de la “science normale”.

12Théoricien donc, Bernard Lahire pose deux balises. Tout d’abord, il considère que le va et vient entre théorie et empirie est une nécessité constante pour nourrir l’analyse et le savoir sociologiques. D’où son souci de fonder empiriquement sa théorie. La deuxième balise consiste à dire que toute théorie est historiquement située, parce que les ensembles humains sont situés dans l’espace (donc localisés) et dans le temps (donc en changement). Même si on peut supposer des fondements théoriques généraux, ceux-ci se déploient historiquement. Bernard Lahire resitue par exemple le concept bourdieusien d’habitus dans son contexte d’émergence, c’est-à-dire par rapport aux sociétés kabyles, et plus généralement par rapport à des sociétés homogènes (pp. 19-52).

13Cette vision historicisée de la théorisation en sciences sociales pose la difficile question de savoir s’il est possible de penser une socio-anthropologie fondamentale, transhistorique et transculturelle ; question importante à l’heure où la mondialisation amène de plus en plus à des rencontres directes avec “les autres”. Faut-il seulement constater des rencontres de différences (comme le font les analyses multiculturalistes) ou bien peut-on y voir des fondements sociologiquement communs de ces relations partagées ? Quelles sont les implications de cette interrogation face au devenir d’une sociologie fondamentale mondialisée alors que cette dernière est souvent construite en ayant comme références des bases nationales ?

III. Action humaine complexe et critique des théories de la “montée de l’individualisme”

14Au départ donc, Bernard Lahire n’est pas satisfait de la conception de l’action humaine et de la manière de voir l’acteur en société comme étant totalement déterminé par sa position sociale et intégrant – comme le propose le concept boudieusien d’habi­tus – de manière rigidement programmée un ensemble de codes donnant lieu à une sorte de cadre dispositionnel généralisé à tout domaine de l’action et à tout membre d’une classe sociale. La réalité observée par Lahire dans le domaine de l’enseignement et des pratiques culturelles lui paraît plus complexe. Comme il a été signalé plus haut, plusieurs pages de Dans les plis… (pp. 25-38) sont consacrées à une critique de la fausse évidence d’une « montée de l’individualisme ».

15C’est au nom d’une vision complexe de l’individu que Bernard Lahire conduit son effort, afin de produire une théorie qui soit capable de prendre en compte le fait qu’il n’y a pas d’individu autrement que comme individu qui incorpore du social. Bernard Lahire utilise l’image du papier froissé. Comme il l’écrit : « La métaphore du ‘social à l’état plié’ ou ‘déplié’ n’est qu’une manière suggestive de parler et de se représenter les choses. Elle signifie que le monde social ne se présente pas seulement aux individus comme des réalités extérieures (collectives et institutionnelles), mais qu’il existe aussi à l’état plié, c’est-à-dire sous forme de dispositions et de compétences incorporées » (p.14).

16Dans les limites spécifiques de sa pensée, qui voit l’action surtout sous la loupe des relations interindividuelles même si celles-ci produisent des “configurations” stables, Norbert Elias, auquel Bernard Lahire fait référence, est certainement un représentant important de cette manière de voir l’action. Je pense par ailleurs que Antony Giddens apporte des éléments complémentaires intéressants à cet égard, entre autre par sa théorie de “dualité du structurel” qui postule que les contextes (“structures” dans la terminologie de Giddens) sont à la fois des contraintes et des ressources et sont à la fois des mediums de l’action tout en n’existant que par elles.

17Je voudrais ici faire deux remarques.

18Les individus sont le point de départ de B. Lahire : dans l’avant-propos de “Dans les plis…”, il écrit : « Les sciences sociales ont plus que jamais le devoir de mettre au jour la fabrication sociale des individus » (p.11). L’auteur parle bien des individus. Je me demande si une formulation en termes de théorie de l’action et de l’agir humain, plutôt qu’en termes d’individu ne serait pas plus pertinente. Elle permettrait peut-être d’envisager un propos plus général qui pourrait être plus en consonance avec les apports des sciences cognitives (chapitre 4) et de la psychanalyse (Monde pluriel : 264-278), que Bernard Lahire nous invite à prendre en compte, mais encore, pourrait-on ajouter, avec les apports de la psychologie sociale, tout comme peut-être, et avec une plus grande difficulté théorique encore, mais il me semble qu’ils sont incontournables, avec ceux de la génétique. En outre, cette reformulation devrait rendre compte de l’inscription de l’action dans la matérialité technique, dimension qui constitue l’apport majeur de Bruno Latour à ce sujet (apport qui ne doit pas être occulté par ce qui me semble son obsession pragmatiste). Ainsi, la notion d’individu me semble relever davantage d’une théorie du social, c’est-à-dire de l’analyse de modalités de constitution des êtres humains agissant, en chair et en os, selon les moments historiques et les cultures. La notion même d’individu comme point de départ d’une théorie sociologique pourrait d’ailleurs être considérée comme relevant d’un regard propre à la société occi­dentale, donc plus d’une théorie du social que d’une théorie socioanthropologique générale.

19Une deuxième remarque concerne le fait que le propos de Bernard Lahire me semble donner, en définitive, un poids plus important au déterminisme social qu’aux subjectivités et aux initiatives individuelles tout en prenant en compte toute la complexité et la multiplicité des déterminations sociales inhérentes aux sociétés contemporaines qui aboutissent à forger un “homme pluriel”. Il me semblerait intéressant d’équilibrer le jeu entre subjectivités et contextes en regardant l’action humaine comme une tension et une réciprocité entre la subjectivité, l’intentionnalité, les initiati­ves et les “déjà-là” (les contextes) sociaux qui se sont constitués et que les actions contribuent à construire ou à changer. Ce serait prendre en compte l’apport, qui me sem­ble incontestable, de la sociologie et de l’anthropologie, inspirées directement ou indirectement de la phénoménologie, mais également celui des théories du choix rationnel qui nous rappellent la dimension d’initiative, de subjectivité, de liberté existant “aussi” dans l’action humaine. Autant de termes (liberté, intentionnalité, initiative) qu’il faudrait préciser à partir d’une théorie générale du sujet agissant en société. Je dis bien “aussi”, ces subjectivités n’existant qu’inscrites dans des contextes et que par leur “fabrications sociales”. Ce regard sur l’action humaine ouvrirait ainsi un champ de recherche consistant à analyser comment, pour qui, dans quels domaines s’articule la tension entre subjectivités et “déjà-là” sociaux.

IV. Contexte, champ, échelles et socialisations

20Si l’individu ne peut se comprendre que par la prise en compte des contextes, il s’agit alors de nommer et de qualifier ces derniers. Pour Bernard Lahire, la théorie des champs de Bourdieu constitue à cet égard une élaboration fondamentale. Toutefois, il en critique le caractère mono-tone, au sens d’une théorie applicable en général et dans tous les domaines de la vie sociale (confer le long chapitre consacré à ce sujet dans Monde pluriel).

21La critique de Bernard Lahire porte sur deux points. Premièrement, au cours de ses travaux, il a constaté que les champs ne se structurent pas tous de la même manière. Il n’y a donc pas de théorie générale de fonctionnement des sous-champs. Par exemple, le champ de la création littéraire ne procède pas des mêmes logiques que les champs de l’économie ou de la politique. Deuxièmement, l’auteur considère que certains domaines de l’action humaine, comme la famille par exemple, relèvent de contextes se situant hors champ. Bernard Lahire ouvre ainsi une brèche permettant de complexifier la théorie des champs. Cette brèche ouverte, il demeure plusieurs questions théoriques à régler. J’en pointe quelques-unes ci-après.

22Bernard Lahire plaide pour que soient pris en compte les « contextes » (Monde pluriel : 228ss), tout en soulignant l’importance qu’il y a à être attentif à l’échelle de contextualisation à laquelle on veut étudier telle ou telle réalité. C’est une remarque méthodologique importante : à quel niveau d’échelle veut-on analyser telle ou telle réalité ? Au niveau de groupes concrets, des catégories (comme les classes sociales), des individus ?

23Ceci dit, il convient encore de savoir s’il importe de disposer d’une théorie générale des contextes sociaux. Quels sont ces contextes sociaux dont la prise en compte permet au chercheur « d’interpréter correctement ce qu’il observe, en l’obligeant à chercher, dans la réalité sociale étudiée, les ensemble pertinents dans lesquels s’inscrivent les actions des individus… » (Monde pluriel :228) ? La sociologie contemporaine paraît avoir renoncé à la possibilité de produire une théorie sociologique générale de ce genre. A l’extrême, Bruno Latour, déclarant que « le monde social est plat » (Changer de société – refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, pp. 241ss.) et ramenant l’analyse aux seules pratiques concrètes des individus, affirme l’insignifiance d’une théorie générale des contextes sociaux qui se construisent autrement qu’en tenant compte de l’addiction des pratiques singulières.

24Je ne sais pas si Bernard Lahire pense qu’une théorie générale des contextes sociaux est possible (et utile). Je penserais que oui car il en explore la possibilité en navi­guant à vue, au fil de ses ouvrages, entre diverses théories disponibles. Comment penser les différenciations sociales en lien avec une théorie de la production de l’action et des individus (Monde pluriel :59-141) ? Comment situer l’existence d’entités sociales construites par les sociologues (classes sociales, institutions, champs) par rapport à des réalités concrètement visibles « en chair et en os », telles des pratiques concrètes ou des interactions sociales (pp. 96ss) ?

25Si cette théorie générale des contextes devait voir le jour, il me semblerait important d’en souligner quelques dimensions. D’une part, la nécessité de prendre en compte les logiques différentes qui découlent des différents contextes et à partir desquels et dans lesquels se déploient les agirs individuels. C’est un des objectifs du propos de B. Lahire dans L’homme pluriel, lorsqu’il utilise l’image du papier plié et déplié pour illustrer son idée de dénicher le social dans le moindre des plis individuels. Prendre en compte la pluralité des contextes voudrait dire que l’image du “papier plié” devrait être complexifiée dans une image quelque peu surréaliste de plusieurs types de papier (papier couché, kraft, vélin, bible, carton…) chacun se froissant, avec sa texture, selon des plis juxtaposés partiellement dans un même pli. Par exemple : l’école et les jeux vidéo, deux “institutions” clé dans la socialisation des jeunes, en raison de leur réalité, de leur existence matérielle et de leurs modes d’action ne peuvent pas être représentés par le même papier et par un même mode de froissement.

26D’autre part, une telle théorie devrait prendre en compte les nouvelles dimensions spatio-temporelles des contextes : la nouvelle phase de la mondialisation/globalisation ouvre de nouveaux horizons aux contextes sociaux. Ainsi, par exemple, la relation à distance avec des événements, des groupes, des agir, rendue possible par internet, ouvre une dimension spatio-temporelle autre que celle existant dans le concret des relations sociales du quartier, de l’école, du club de foot, de l’entreprise.

27Il faudrait également être attentifs aux contextes d’action émergeants et ne pas se limiter aux seuls contextes classiques (institutions et collectifs historiques). En rester là amène des auteurs, constatant par exemple que les institutions historiques – les Églises, les écoles, etc. – perdent de leur emprise, à dire que, justement, les sociétés s’individualisent, sans voir, notamment, que d’autres contextes d’action, dont ceux que j’appellerais pour le moment et faute de mieux “à distance” (média, internet, Facebook mais également systèmes télé-informatiques diffus), surgissent, deviennent prégnants et hypersocialisateurs et situent autrement le contexte spatio-temporel et les logiques institutionnelles de l’action. A cet égard il est urgent de sortir de l’imaginaire circonscrit aux contextes sociaux forgés aux XIXème et XXème siècles (et ayant fait l’objet de l’analyse sociologique de cette période) pour réinventer une analyse à la lumière des nouveaux contextes.

28Les analyses théoriques développées au fil de l’oeuvre de Bernard Lahire ouvrent un potentiel de développement qui va au-delà des thématiques abordées par ce dernier. Elles me semblent ouvrir les possibilités d’un renouvellement de la pensée théorique de la sociologie, sans cependant faire table rase des acquis de la sociologie classique, en proposant les outils adéquats pour appréhender les réalités sociales contemporaines.

Felice Dassetto
Professeur émérite, UCL

La quête de la clarté. Réponses et commentaires

29En préambule à mes réponses aux interrogations de Felice Dassetto, je souhaiterais tout d’abord remercier ce dernier pour le travail rigoureux de lecture qu’il a entrepris de mes travaux. Par cette lecture précise, il évite ainsi les classiques malentendus pro­pres aux fast readers et permet de se concentrer sur de vraies questions. Par ailleurs, il me semble important de souligner la quasi inexistence de ce genre d’échanges scientifiques dans les grandes revues académiques de nos disciplines. Ce que rend possible ici la revue Recherches sociologiques et anthropologiques, c’est tout simplement une discussion rationnelle, argumentée, qui est la condition même de tout progrès scientifique.

30Je classerais les interrogations formulées par Felice Dassetto en deux grandes catégories. Il y a celles (1, 2 et 3) qui appellent de ma part des précisions assez succinctes et d’autres (4, 5 et 6) qui sont beaucoup plus amples et qui demandent des réponses un peu plus longues.

311) Ne faudrait-il pas parler d'action et d’agir humain plutôt que d'individu ?

32Ma réponse sera ici très pragmatique : tout dépend de ce que l’on vise à étudier. La partie de mes travaux sur les écritures domestiques mettait l’accent sur leurs rapports à l’action et à sa planification, au sens pratique, au retour réflexif sur l’action passée. On est alors clairement du côté d’une théorie de l’action et de l’agir humain. Mais lorsqu’on veut comprendre les pratiques ou les comportements d’individus singuliers (comme je l’ai fait à propos de Kafka ou sur des cas d’élèves de milieux populaires en réussites scolaires), on n’a pas d’autre choix que d’avoir une théorie de l’acteur tenant compte de sa relative singularité.

332) Pour aller au bout de la métaphore du “papier plié” ou “froissé”, ne faudrait-il pas parler de plusieurs papiers froissés ?

34Je comprends les raisons de cette remarque. J’avais à l’esprit une feuille de papier représentant l’ensemble de l’espace social des institutions, et plus généralement des cadres d’expérience vécus par chaque individu, mais j’aurais dû préciser que cette feuille est composite, structurée. On peut donc tout aussi bien se représenter les choses sous la forme d’une pluralité de feuilles froissées, si l’on considère que chacune d’entre elles représente un cadre spécifique.

353) Quid des objets techniques (un objet privilégié de la sociologie de Bruno Latour) ?

36Même si je m’efforce toujours de préciser que les individus sont en interaction constante et se socialisent avec d’autres individus mais aussi avec les produits objectivés de l’expérience humaine passée (sous la forme d’objets, d’outils, de machines, de dispositifs, d’œuvres, d’architectures, de textes, etc.), j’ai moins eu l’occasion que d’autres chercheurs de travailler centralement sur le rôle et la vie des objets dans le monde social. C’est un apport décisif de la sociologie des sciences et des techniques, même si l’on peut regretter la manière dont elle s’est développée en France sous la houlette de Bruno Latour. En effet, depuis que celui-ci parle de “Gaïa” ou de “retour de la terre”, j’avoue avoir du mal à considérer qu’il s’agit encore de sociologie (ou d’anthropologie), Latour lui-même se présentant comme philosophe. Je travaille en ce moment sur l’histoire pluri-séculaire d’un tableau de maître (une toile de Nicolas Poussin) et, dans ce cas, l’objet, même s’il n’est pas technique, y est vraiment central. Et l’on ne mène pas l’étude de la trajectoire historique d’un objet comme on le ferait de celle d’un individu.

374) Ne faudrait-il pas rééquilibrer subjectivités et contraintes structurelles (redonner davantage d'importance aux subjectivités) ?

38À partir du moment où l’on s’accorde sur le fait que les individus ont intériorisé ou incorporé sous la forme de dispositions et de compétences des contraintes mentales et comportementales (des limites, des “principes de direction” de leurs perceptions, de leurs représentations, de leurs actions, etc.) et qu’ils font face en permanence à des contraintes extérieures, c’est-à-dire à des contextes d’action qui cadrent et délimitent leurs actions (l’école, le milieu professionnel, la communauté religieuse, l’équipe sportive, etc., sont des cadres dans lesquels on ne peut pas faire n’importe quoi, n’im­porte comment si l’on veut continuer à les “fréquenter” ou à s’y impliquer sans être menacé de sanction ou d’exclusion), alors on peut tout à fait décider de mettre l’accent dans certaines études sur les capacités d’action, les initiatives, les décisions ou les choix mis en œuvre par les acteurs. Mais je ne pense pas que décrire et analyser cette dimension active des individus qui agissent nous conduise vraiment sur le terrain d’une “liberté individuelle”. Le caractère relativement imprévisible de l’action, le fait qu’il y ait toujours une part de hasard dans les rencontres, les événements, les conjonctures, etc., n’enlève rien au fait qu’une multitude de déterminations sociales viennent se loger dans les plus intimes des décisions, des actions ou des émotions (décider de se mettre en couple, aimer un film, choisir un métier, se suicider, éprouver de la honte dans certaines situations, etc.). Même la théorie de l’action rationnelle suppose chez l’acteur une capacité de calcul, un mode de pensée rationnel qui sont historiquement déterminés et qui s’apprennent ou ne s’apprennent pas selon les sociétés, les époques, les milieux, etc. Les sociétés scolarisées sont de grandes diffuseuses de ces techniques intellectuelles rationalisées.

39Lorsque j’ai étudié le travail de création littéraire de Franz Kafka, j’étais typiquement dans le cas de figure de l’étude d’une subjectivité en train de faire (et de se faire) et même d’inventer des choses : c’est un individu qui se débat pour exprimer des expériences échappant en grande partie à sa conscience, sous des formes d’expression littéraires relativement inédites. Mais rien de cette création inédite ne se comprend si l’on ne reconstruit pas la série d’expériences individuelles (familiales, religieuses, politi­ques, esthétiques, sentimentales) et de cadres sociaux (la structure sociale, culturelle, religieuse, politique de l’empire austro-hongrois, la configuration familiale de Kafka, les contraintes de l’espace littéraire de l’époque, etc.) au croisement desquels se crée quelque chose d’inédit.

405) Une théorie générale (une “socio-anthropologie fondamentale”) des sociétés est-elle possible ?

41Cette question pose un vrai problème pour les sciences sociales. D’un côté, je pense que nos sciences doivent toujours historiciser leurs concepts en se demandant à quelles réalités historiques ceux-ci renvoient. Par exemple, les concepts idéaltypiques de “césaropapisme” (Weber), de “classes sociales” (Marx) ou de “champs” (Bourdieu) ont des limites historiques de validité : toutes les sociétés n’organisent pas les rapports entre pouvoir séculier et sacerdotal dans le sens d’une subordination complète du second par le premier ; toutes les sociétés ne sont pas caractérisées par des “classes sociales” (il existe des sociétés claniques, des sociétés d’ordres ou de castes) ou par des “champs” (on chercherait vainement les champs dans la société Guayaki décrite par Pierre Clastres ou chez les Nambikwara de Claude Lévi-Strauss). Universaliser de tels concepts, ce serait tomber dans l’erreur de l’anhistoricisme, de l’ethnocentrisme ou de la généralisation abusive. À trop vouloir embrasser de terrains avec les mêmes concepts, on peut très mal étreindre les réalités sociales.

42Mais, d’un autre côté, je pense qu’il est toutefois légitime de viser à construire des schèmes d’interprétation ou des outils conceptuels qui permettent de penser des réalités extrêmement variées dans l’espace et le temps. Par exemple, penser relationnellement plutôt que substantiellement, me semble être un tour de penser qui n’a pas de limite spatio-temporelle d’application. Par ailleurs, je crois aussi que certaines propriétés ou certains mécanismes existent trans-époques, trans-civilisations dès lors que des êtres humains font société. Par exemple, dans toutes les sociétés humaines, il y a des individus qui sont socialisés et qui agissent dans des formes (variables) de vie collectives. Quelle que soit la société considérée, s'articulent des dispositions et compétences (produits de la fréquentation plus ou moins durable des différentes formes de vie sociale, et, du même coup, produits d’une socialisation implicite ou d'apprentissages for­mels et explicites) et des “contextes d'action”, dont la nature varie selon le type de société et au sein même d'une société donnée. C’est la nature même de l’espèce humaine qui explique l’ “universalité” d’une telle articulation. Les êtres humains sont né­cessairement socialisés du fait du type de cerveau dont ils disposent et qui les différencie d’autres animaux. Mais bien sûr, c’est quand on commence à étudier les cadres de socialisation et les modes de socialisation que l’on fait autre chose du concept de “socialisation” qu’une notion “amorphe”, comme disait Max Weber. Peut-on aller encore plus loin ? Sans doute que oui. Toutes les sociétés qui nous sont connues connaissent des faits de domination, et certains d’entre eux, comme la domination masculine, semblent même jusque-là universels. De même, il est difficile de citer une société qui n’aurait pas connu en son sein une séparation du sacré et du profane. Mais “universel” ne signifie pas “naturel” : c’est dans l’histoire et dans les formes de vie sociale que l’on doit situer les raisons de ces grandes invariances.

436) Une théorie générale des contextes sociaux est-elle possible ? Quid des nouveaux types de contexte, liés aux nouvelles technologies de l'information et de la communication ?

44La réponse à cette question sera une manière de poursuivre l’argumentation précédente. Je fais le constat dans Monde pluriel que cette notion de “contexte” tantôt décriée (“elle ne sert à rien, elle est flasque, floue, etc.”) et le plus souvent employée sans bien y réfléchir par nombre de ses utilisateurs (invitant à contextualiser un discours, une action, un phénomène, etc., ou parlant de contextes politique, social, économique, religieux, etc.), est en définitive centrale dans le raisonnement sociologique (au sens large du terme qui renvoie au raisonnement que déploient plus généralement les scien­ces humaines et sociales). “Contextualiser”, c’est aller chercher à l’extérieur de l’objet que l’on étudie des éléments de cadrage, de positionnement, sans lesquels cet objet ne s’interprèterait pas correctement : un geste religieux, une pratique économique, un dis­cours politique, etc., ne valent que dans des contextes donnés qu’il faut s’efforcer de reconstruire. Je crois qu’il n’y a pas un seul grand texte relevant des sciences humaines et sociales qui ne procède pas à de telles opérations d’assemblage, de raccordement (contextere c’est “tisser”).

45Mais évidemment, ceux qui détestent cette notion ont raison de dire que le concept de “contexte” est amorphe. Il y a des contextes de natures différentes. Et c’est pour cette raison qu’il existe des théories des contextes concurrentes, mais qui malheureuse­ment s’ignorent mutuellement : la théorie des champs, la théorie des mondes, la théorie des cadres de l’interaction, les théories des systèmes, les théories des organisations ou des institutions (entreprises, famille, église, institutions totales, etc.) sont toutes des théories de contextes différents, certaines prétendant à une certaine universalité. Par exemple, Bourdieu pense que tout contexte social doit être pensé comme un champ. Je pense au contraire que nous devons historiciser les contextes, les relativiser et les différencier. Toutes les sociétés n’ont pas de champs et tous les contextes d’action dans les sociétés qui connaissent des champs ne sont pas des champs (la famille n’est pas un champ, la conversation de bistrot entre deux inconnus ne s’ancre pas dans un champ spécifique, avec son capital spécifique, ses luttes spécifiques, etc.).

  • 3 Goffman E., “L’ordre de l’interaction”, in Les Moments et leurs hommes, Paris, Minuit, 1988, p.191.

46Je pense donc que le mieux que l’on puisse faire est 1) d’admettre la nécessité de la contextualisation, 2) d’accepter la diversité des types de contexte que nous sommes amenés à reconstruire pour comprendre des objets, des pratiques extrêmement variés ; 3) de penser les rapports entre les différents types de contexte plutôt que d’imaginer que certains contextes incluent, recouvrent ou constituent la base de tous les autres. La remarque de Felice Dasseto sur les effets d’internet (mais on pourrait évoquer aussi le téléphone ou le fax dans l’histoire relativement récente), qui est un appel à prendre en considération la logique des contextes actuels sous l’effet du rapprochement d’individus étant pourtant situés à grande distance les uns des autres, va dans le sens d’une analyse de la variation historique des contextes. On voit, du même coup, que la définition goffmanienne des interactions comme « des environnements dans lesquels deux individus, ou plus, sont physiquement en présence de la réponse de l’un et de l’autre »3, a pris un sérieux coup de vieux avec les nouvelles conditions de la communication.

Bernard Lahire
École normale supérieure de Lyon

Haut de page

Notes

1 Parmi les ouvrages de Bernard Lahire qui alimentent la construction théorique de l’auteur on peut rap­peler les titres suivants (les sous-titre étant souvent plus clairs par rapport à l’intention de l’ouvrage que les titres) : L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998 ; Portraits sociologiques. Dis­positions et variations individuelles, Paris, Nathan, 2002 ; La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004 ; Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil (Couleur des idées), 2012. On ajoutera la direction de deux ouvrages collectifs : Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 1999, 2001 éd. augmentée, et, (avec C. Rosental), La cognition au prisme des sciences sociales, Paris, Éditions des archi­ves contemporaines, 2008. Par ailleurs, on retiendra deux ouvrages portant sur la sociologie : (sous la direction de B. Lahire) A quoi sert la sociologie, Paris, La Découverte, 2002 et L’esprit sociologique, Paris, Le Découverte, 2005. Outre ces références, on peut consulter utilement le long entretien accordé à Nicolas Duvoux, publié dans La vie des idées, (http://www.laviedesidees.fr/La-fabrication-sociale-d-un.html, 24 novembre 2009) où Bernard Lahire présente largement son positionnement, le sens de son questionnement théorique tout comme son regard sur son parcours.

2 B. Lahire a raison de noter que cet “avant” est mal et approximativement daté par les sociologues (Années 1980 ? Après la deuxième Guerre Mondiale ? Encore avant ?…). J’avais formulé cette idée de l’ “individu autrement” dans un chapitre d’un petit ouvrage : Dassetto F., L’endroit et l’envers. Regards sur les sociétés contemporaines, Bruxelles, Labor, 1999.

3 Goffman E., “L’ordre de l’interaction”, in Les Moments et leurs hommes, Paris, Minuit, 1988, p.191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Felice Dassetto et Bernard Lahire, « À propos de l’ouvrage de Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations et d’autres aspects de son œuvre », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 157-166.

Référence électronique

Felice Dassetto et Bernard Lahire, « À propos de l’ouvrage de Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations et d’autres aspects de son œuvre », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1084 ; DOI : 10.4000/rsa.1084

Haut de page

Auteurs

Felice Dassetto

Professeur émérite, UCL

Articles du même auteur

Bernard Lahire

École normale supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org