Navigation – Plan du site
À propos de livres

André Géraldine, L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux

Paris, PUF, 2012, 188p.
Corentin Chanet
p. 168-169
Référence(s) :

André Géraldine, L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux, Paris, PUF, 2012, 188p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage tiré de sa thèse, Géraldine André met en évidence les contraintes structurelles et dispositionnelles qui façonnent et informent les processus d’orientation des élèves de milieux populaires dans l’enseignement secondaire. Reposant à la fois sur des observations participantes et non-participantes (au sein et en dehors de l’insti­tution scolaire) et sur des entretiens semi-directifs, le travail effectué est conséquent et mérite pleinement le qualificatif “anthropologique”. En effet, la variété des approches utilisées et l’immersion de longue durée permettent à l’auteure d’obtenir une densité descriptive tout à fait appréciable – ce que Geertz appelait la thick description. D’un point de vue théorique, l’auteure mobilise principalement deux auteurs (Bourdieu et Willis) et une série de concepts très généraux (culture dominante, habitus, classe sociale, champ) mais aussi plus spécifiques (comme la très importante “culture contre l’école”) qu’une frange importante de la sociologie de l’éducation avait petit à petit fini par délaisser à partir des années 80-90. L’analyse, étrangère à tout dogmatisme épistémologique, prend en compte les nuances et les critiques qui ont pu être formulées aux approches critiques tout en essayant néanmoins de montrer qu’elles sont loin d’avoir perdu de leur pertinence, et qu’elles sont même en réalité indispensables pour comprendre la cohérence structurale des logiques d’action et d’interprétation toujours individuelles et collectives.

2L’usage des notions de “classe” et “d’héritage” est central dans la première partie de l’analyse (la plus volumineuse – deux tiers de l’ouvrage) qui s’attache à compren­dre les processus conscients et inconscients (de sélection, de valorisation, de décision) par lesquels des jeunes issus de milieux populaires donnent du sens à leurs trajectoires selon des logiques différenciées mais qui prennent toutes appui, d’une manière ou d’une autre, sur les dispositions transmises (volontairement ou non) dans un cadre familial lui-même caractérisé par des volumes de capitaux culturel, économique, social et corporel (cette dernière forme de capital, si elle est heuristiquement féconde et solidement étayée tout au long de l’analyse, est peut-être moins un type de capital à part entière qu’une forme de capital culturel incorporé). Il s’agit donc de montrer que s’il est vrai que les membres des milieux populaires ont moins tendance que par le passé à se définir et à agir en fonction d’une culture commune, il n’en reste pas moins que l’appartenance objective à une portion dominée de l’espace social est corrélative d’une série de dispositions incorporées qui n’ont pas disparu malgré le déclin de la classe ouvrière.

3La deuxième partie, elle, s’attache à montrer les logiques décisionnelles des acteurs institutionnels (enseignants, directeurs, assistants PMS) et les effets de sélections sur les trajectoires scolaires des élèves, ce qui permet de compléter l’analyse et de mettre en évidence, au sein de la diversité des trajectoires et des différentes modalités de contact entre logiques institutionnelles et logiques populaires, un processus de reproduction d’une hiérarchie inséparablement scolaire et sociale. Mais si l’auteure montre bien que la sélection opérée dans les conseils de classe repose sur des catégories d’entende­ment qui tendent à n’accorder qu’une valeur négative aux logiques populaires comme le localisme ou la valorisation de la force physique, l’analyse est encore affinée par la mise en évidence de tiraillements occasionnels d’ordre éthique dans le chef des acteurs. La présence de tels tiraillements (qui concerne deux établissements sur les trois investigués) est alors expliquée par l’érosion d’une position dominante de l’établisse­ment dans le champ scolaire : la “popularisation” du public amène certains acteurs ins­titutionnels à vivre de manière “tendue” les impératifs de sélection des élèves et de préservation de la réputation, tandis que dans l’établissement assuré dans sa position (caractérisée par un haut volume – source de financement – d’élèves de bonne “qualité sociale”, i.e. plus proches de la classe moyenne), l’orientation est hautement sélective sans qu’il n’y ait d’inconfort ou de dissonance.

4En ce qui concerne la rédaction de l’ouvrage, il faut souligner la bonne idée qu’a eue l’auteure de clairement mettre en avant son matériel empirique par un usage systé­matique d’extraits d’entretiens ou d’observations et par une série de portraits ethnogra­phiques (dans la première partie) qui concilient administration de la preuve et plaisir de la lecture. Les différents niveaux de raisonnement qui structurent l’ouvrage sont clairement articulés et l’interprétation solidement étayée. En conclusion, il s’agit d’un ouvrage qui remet les pendules sociologiques à l’heure d’une approche critique de l’institution scolaire que d’aucuns pensaient révolue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corentin Chanet, « André Géraldine, L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 168-169.

Référence électronique

Corentin Chanet, « André Géraldine, L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1088

Haut de page

Auteur

Corentin Chanet

ULB/Faculté des sciences sociales et politiques

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org