Navigation – Plan du site
À propos de livres

Conter Bernard, La stratégie européenne pour l’emploi : de l’enthousiasme à l’effacement

Bruxelles, CRISP, 2012, 208p.
Julie Gérard et Laura Beuker
p. 169-171
Référence(s) :

Conter Bernard, La stratégie européenne pour l’emploi : de l’enthousiasme à l’effacement, Bruxelles, CRISP, 2012, 208p.

Texte intégral

1Publié en octobre 2012, le livre de Bernard Conter est le premier ouvrage scientifi­que “grand public” qui offre une analyse fine, critique et circonstanciée des conditions d’émergence de la stratégie européenne pour l’emploi (la SEE) et de son évolution dans le contexte actuel de crises économiques et de dettes souveraines. Pour mener à bien ce projet, l’auteur base son argumentation sur près de cinquante entretiens semi-directifs (réalisés aux niveaux régional, national et européen), de nombreuses analyses documentaires ainsi que sur des observations participantes, réalisées auprès de différentes institutions concernées par la problématique de l’emploi.

2Dans cet ouvrage, l’auteur commence par identifier les divers éléments factuels qui ont vu naître la SEE. Ensuite, il expose les grandes thématiques qui seront distillées tout au long de son livre : apparition de la question “emploi” au niveau européen, jeux d’acteurs et rapports de force, approches théoriques classiques des études européennes, questions sur la méthode et le contenu de la SEE et enfin, réflexions sur la nouvelle gouvernance économique.

3Le premier chapitre est dédié à l’historique de la construction de l’Europe sociale, depuis le Traité Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier – CECA (1951) – jusqu’au Traité d’Amsterdam (1997). Il donne véritablement le ton de l’ouvrage car il décrit assez précisément les tensions, rapports de force, alliances et compromis qui ont animé différents acteurs politiques et ainsi permis l’introduction d’un titre “Emploi” dans le Traité d’Amsterdam. Loin d’être le fruit d’une évolution “naturelle” la SEE serait, au contraire, le produit « d’un travail efficace de coordination et de préparation, dans un contexte politique favorable » (p.40).

4Par la suite, l’auteur insiste sur le caractère déterminant des contextes politiques, économiques et sociaux des États-membres dans le développement de la SEE, en se focalisant plus précisément sur le contexte belge. Outre cette description, sont présentés les différents acteurs présents sur la scène européenne : Parlement européen, Com­mission européenne, organisations syndicales, etc., ce qui permet au lecteur de saisir l’essentiel de la dynamique qui anime ces entités.

5Le troisième chapitre, quant à lui, fournit un éclairage supplémentaire sur la SEE par une approche plus épistémologique, en détaillant les apports et faiblesses de théories telles que le néo-fonctionnalisme, l’intergouvernementalisme ou encore la coalition de causes dans l’explication de l’émergence d’une stratégie coordonnée pour l’emploi au niveau Européen. La longueur de la partie consacrée à cet exposé théori­que contraste quelque peu avec son utilité : l’auteur ne la mobilise ainsi dire que très peu ultérieurement.

6Dans le chapitre quatre, Conter poursuit son raisonnement en fournissant aux lecteurs les différentes “clés” nécessaires à la compréhension de la dynamique de la SEE. Il y présente de manière détaillée le rôle, les compétences et les fonctions de différents organes (l’EMCO, le Conseil européen, la Commission européenne, etc.) ainsi que la méthode ouverte de coordination (MOC).

7Grâce à cette dernière, l’évolution ou la transformation des politiques des États-membres ne résulte pas de contraintes, mais bien d’un processus d’émulation et d’é­changes de bonnes pratiques. Ce chapitre est de loin le plus dense, car il intègre notamment de nombreux tableaux, schémas et synthèses illustrant parfaitement l’évolu­tion de la dynamique européenne. Ces illustrations permettent sans aucun doute au lec­teur de mieux saisir et comprendre les différentes facettes de la SEE.

8Dans le chapitre suivant, l’auteur procède à un examen minutieux et linéaire de l’é­volution des lignes directrices (LD) pour l’emploi – qui constituent le coeur du messa­ge de la stratégie européenne pour l’emploi – mais aussi de l’analyse du discours et des rapports qui l’accompagnent.

9Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage présente un questionnement relatif à la place de la SEE dans un nouveau modèle de gouvernance européen. En effet, au-delà de la production de lignes directrices pour l’emploi, l’Europe procède dorénavant à la surveillance des équilibres macro-économiques des différents États-membres. Ainsi, la SEE ne repose plus tant sur une méthode ouverte de coordination, mais sur des métho­des qualifiées « d’ouvertement contraignantes » (p.163) par l’auteur. Dans le cas où les États ne respectent pas leurs engagements, ils subissent dorénavant une sanction économique conséquente.

10Eu égard à la densité et à la variété des références mobilisées par Conter (tableaux synthétiques, synthèses multiples, références théoriques, schémas récapitulatifs, etc.) cet ouvrage s’illustre tant par la quantité, que par la qualité des informations présentées tout au long des six chapitres. Cet ouvrage ne connaît d’ailleurs aucun équivalent car, en regard de la plupart des manuels s’attelant à définir et à synthétiser la dynami­que européenne, sa spécificité repose dans la volonté de rendre accessible les concepts et les réalités de cette-dernière. Ce souci de clarté est présent non seulement dans la structure de l’ouvrage, mais également dans l’ensemble des thématiques abordées.

11Loin de se confiner à ne décrire qu’une période de l’émergence de la SEE ou un événement particulier concernant cette dernière, Conter identifie et aborde l’étendue de ses différentes facettes (y compris des thématiques – jeux d’acteurs, tensions ressenties et vécues, etc. – souvent évincées par les différents analystes du marché du tra­vail). L’auteur décompose, ainsi, pièce par pièce la dynamique européenne – entendons par là les divers jeux d’acteurs et de pouvoir qui ont vu naître celle-ci. La volonté de l’auteur d’offrir une vue détaillée et exhaustive de la SEE fait ainsi de ce livre une réelle référence scientifique en la matière. Les publics intéressés par la SEE trouveront, dans cet ouvrage, un éclairage critique et argumenté de cette dernière, ainsi qu’une réponse aux questions qu’ils se posent. Cet ouvrage constitue donc un véritable outil, tant pour les experts et professionnels du marché du travail (CNT, SPF, CCE, etc.) que pour un lecteur néophyte démontrant un intérêt pour la SEE. Dès lors, cette contribution renseignera aussi bien les étudiants ou spécialistes en sociologie ou en sciences politiques, que les personnes s’intéressant de près ou de loin aux questions de l’emploi.

12On regrettera toutefois l’absence d’extraits d’entretiens menés par l’auteur, qui restreint quelque peu l’ancrage empirique de l’ouvrage. En outre, l’exploration de théories (de C. Lequesne et A. Smith ; d’E. Haas, d’A. Moravcsik, ou encore P. Sabatier et H. Jenkin-smith) explicitant les différents facteurs à l’origine de l’émergence de la SEE semble un peu longue et non mobilisée dans le reste de l’ouvrage, en vertu d’une conclusion quelque peu attendue, celle de la pluralité de causes à l’origine de la stratégie. De plus, les dernières pages de l’ouvrage annonçant l’apparition d’un nouveau modèle de gouvernance économique à l’horizon de l’EU 2020 laissent le lecteur en attente : l’auteur s’attèlerait-il à une éventuelle suite de l’ouvrage pour confirmer ou non le tournant coercitif de l’Europe, identifié tout au long de cet ouvrage ?

13Enfin, on remarquera le peu de références directes au contexte belge, Conter optant pour une photographie exhaustive de la dynamique de l’emploi à l’échelon européen. Seules quelques brèves allusions sont parsemées au long de l’ouvrage et ce, dans un but purement illustratif et non argumentatif. Il serait peut-être intéressant de compléter cet examen par une confrontation au contexte belge et à ses spécificités, les politiques de l’emploi demeurant une compétence nationale.

14Toutefois, malgré ces quelques remarques, et en vertu des différents points soulevés précédemment, ce livre demeure sans conteste unique dans son genre, et constitue sans doute une source documentaire de choix dans l’exploration de la dynamique européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Gérard et Laura Beuker, « Conter Bernard, La stratégie européenne pour l’emploi : de l’enthousiasme à l’effacement », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 169-171.

Référence électronique

Julie Gérard et Laura Beuker, « Conter Bernard, La stratégie européenne pour l’emploi : de l’enthousiasme à l’effacement », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1091

Haut de page

Auteurs

Julie Gérard

ULg/CRIS-Institut des sciences humaines et sociales

Laura Beuker

ULg/CRIS-Institut des sciences humaines et sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org