Navigation – Plan du site
À propos de livres

Cultiaux John, Vendramin Patricia, Militer au quotidien : causes, individus, organisations

Louvain-la-Neuve, PUL, 2011, 168p.
Geoffrey Pleyers
p. 171-172
Référence(s) :

Cultiaux John, Vendramin Patricia, Militer au quotidien : causes, individus, organisations, Louvain-la-Neuve, PUL, 2011, 168p.

Texte intégral

  • 1 Mathieu L., La démocratie contestataire, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

1Militer au quotidien… de John Cultiaux et Patricia Vendramin montre à quel point l’engagement “distancié”, l’intérêt pour des causes multiples et la valorisation d’une individuation de l’engagement sont partagés par un grand nombre de militants syndicaux. Ils invitent ainsi à dépasser les clivages entre un militantisme neuf qui caractériserait les mouvements et mobilisations récentes, comme l’altermondialisme ou les in­dignés, et un militantisme syndical trop rapidement associé à des formes classiques d’engagement. Or, comme le rappelle Lilian Mathieu1, ces formes d’engagement “distancié” n’ont sans doute pas la nouveauté qu’on leur prête et sont également présentes sous diverses modalités dans les secteurs plus institutionnalisés de la société civile, et en particulier dans les syndicats.

  • 2 Touraine A., La voix et le regard, Paris, Seuil, 1978.
  • 3 McDonald K., Global movements, London, Blackwell, 2006 ; Wieviorka M., “The comeback of social move (...)

2John Cultiaux et Patricia Vendramin empruntent une démarche inspirée par l’inter­vention sociologique, chère à Alain Touraine2 (1978), et qui repose sur l’organisation de focus groups au cours desquels est discutée l’expérience de l’engagement des participants. L’analyse est ensuite élaborée dans une discussion des interprétations des militants et des chercheurs. Les témoignages de militants syndicaux recueillis en Belgi­que francophone montrent l’expérience vécue et la dimension subjective au cœur de leur engagement (confer McDonald, Wieviorka)3. Celui-ci trouve sa source dans la vo­lonté de ces militants syndicaux de devenir acteurs de leur vie et de leur monde : « J’ai envie de changer les choses. Le monde dans lequel je vis ne me convient pas ». « Ce qui pousse à s’engager, c’est d’abord une volonté d’agir, d’avoir une prise sur le monde, de sortir de l’apathie » (p.126). On retrouve ici aussi une inspiration proche de la sociologie de l’action et du sujet qui met l’accent sur l’effort déployé par des individus, des groupes ou des collectifs pour se construire comme des sujets, comme des acteurs que ce soit au niveau local ou au niveau global.

  • 4 Ion J., La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’atelier, 1997.

3Les auteurs développent leurs analyses de l’engagement autour de trois pôles : les causes, les individus et les organisations. Pour chacun de ces pôles, ils analysent des évolutions récentes qui distinguent l’engagement d’un grand nombre de militants syndicaux et associatifs contemporains. Les causes portées par les militants sont aujour­d’hui multiples. A côté des engagements sociaux et dans le monde du travail, les causes de l’environnement, de la justice globale (ou solidarité internationale) mais aussi les causes qui s’ancrent dans la vie quotidienne rencontrent aujourd’hui un plus grand succès. Les individus ont tendance à emprunter un engagement plus distancié, selon le terme de Jacques Ion4. L’ardeur de la cause ne peut justifier un engagement total et les militants n’entendent plus être des pions interchangeables d’une organisation de masse mais des individus qui ont chacun leurs envies, leur subjectivité et leur spécificité. Cette évolution et les nouvelles technologies de l’information et de la com­munication dont de nombreux militants font désormais un usage intensif, conduit également à repenser l’organisation des mouvements sociaux, les formes de l’engagement et les interactions entre des individus engagés et des collectifs plus ou moins structurés. Cette grille d’analyse autour de reconfigurations des causes, des militants et des organisations permet cependant d’aborder quelques-uns des principaux défis que posent ces formes d’engagement aux organisations de la société civile, à commencer par les syndicats qui en restent les piliers.

4La combinaison d’une grille d’analyse et de témoignages recueillis lors de focus groups et laissant apparaitre les dimensions subjectives de l’engagement constitue l’une des grandes qualités de cet ouvrage. Elle en fait une lecture très intéressante qui permettra aux militants de poursuivre la réflexion sur les modalités de leur engagement et une contribution stimulante qui place l’expérience de l’engagement au cœur de la sociologie des syndicats et des mouvements sociaux.

Haut de page

Notes

1 Mathieu L., La démocratie contestataire, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

2 Touraine A., La voix et le regard, Paris, Seuil, 1978.

3 McDonald K., Global movements, London, Blackwell, 2006 ; Wieviorka M., “The comeback of social movements”, Journal of Conflictology, Vol. 3(2), 2012, pp.13-19.

4 Ion J., La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’atelier, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffrey Pleyers, « Cultiaux John, Vendramin Patricia, Militer au quotidien : causes, individus, organisations », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 171-172.

Référence électronique

Geoffrey Pleyers, « Cultiaux John, Vendramin Patricia, Militer au quotidien : causes, individus, organisations », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/1095

Haut de page

Auteur

Geoffrey Pleyers

UCL/IACCHOS/Cridis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org