Navigation – Plan du site
À propos de livres

Lamont Michèle, How Professors Think : Inside the Curious World of Academic Judgment

Cambridge/London, Harvard University Press, 2011, 336p.
Yves Laberge
p. 172-174
Référence(s) :

Lamont Michèle, How Professors Think : Inside the Curious World of Academic Judgment, Cambridge/London, Harvard University Press, 2011, 336p.

Texte intégral

1Que se passe-t-il lorsqu’un groupe d’universitaires se réunit pour procéder à l’éva­luation d’une série de demandes de subvention ? Comment interagissent-ils ? Quels sont les arguments invoqués afin d’alimenter les délibérations et de justifier les décisions finales ?

2Sociologue éminente spécialisée dans les études européennes et africaines-améri­caines, Michèle Lamont enseigne à l’Université Harvard près de Boston. Poursuivant une interrogation déjà amorcée dans plusieurs articles parus depuis une dizaine d’an­nées, son plus récent livre sur les jugements des universitaires étudie comment les comités de pairs discutent, évaluent, valorisent et établissent leurs classements lors de l’examen des demandes de subvention de recherche effectués aux États-Unis, selon l’expression consacrée de peer review (évaluation par les comités de pairs) (p.5). Comme on le sait, cette “recherche de l’excellence” si souvent scandée, idéalisée, contestée ou quelquefois dénigrée par les universitaires les plus cyniques constitue néanmoins l’ultime objectif de la recherche subventionnée dans le monde universitaire (p.11).

3Sur le plan méthodologique, Michèle Lamont part de sa propre expérience d’évalu­atrice et de plusieurs entretiens réalisés avec différents membres de comités d’évalua­tion provenant de plusieurs institutions (principalement aux États-Unis mais aussi en Europe) et appartenant à divers champs disciplinaires incluant la philosophie, les étu­des anglaises, l’histoire, l’anthropologie, la science politique et l’économie (p.55). Ces entretiens ont évidemment eu lieu après la fin des délibérations des comités respectifs et de larges extraits de ces témoignages ponctuent les sept chapitres de ce livre. D’au­tres remarques méthodologiques sur l’échantillonnage, la méthode d’observation parti­cipante et l’analyse des résultats sont aussi fournies en annexe (pp. 251-258). Plusieurs aspects de l’évaluation de la recherche sont ici considérés et critiqués ; nous n’en retiendrons que deux pour cette recension, soit les cultures disciplinaires (chapitre 3) et la reconnaissance de l’interdisciplinarité (chapitre 6).

4Les premières pages expliquent le fonctionnement habituel du système d’évaluation par les pairs, en mettant en évidence les critères utilisés et les arguments avancés ou contestés par les membres des comités de sélection. Au troisième chapitre, Michèle Lamont questionne le sens commun de ces chercheurs, mais elle interroge surtout les croyances et les conventions généralement acceptées dans le milieu de l’enseignement supérieur autour de la notion de « bonne recherche » (p.54). De nombreuses indications à propos des paradigmes, des options épistémologiques et des orientations théoriques parmi les plus surévaluées par les comités scientifiques sont ici fournies, notamment pour souligner l’influence des approches constructivistes, compréhensives, positivistes et (dans une moindre mesure) utilitaires (p.57). Dans ce contexte, Michèle Lamont remarque par exemple que les jurys apprécient particulièrement le fait qu’une appro­che constructiviste puisse « donner une voix » à des groupes très diversifiés et que celle-ci promette de mettre en valeur les approches réflexives annoncées dans les projets (p.57).

5Plus loin, le sixième chapitre examine le statut et la reconnaissance de l’interdisci­plinarité au sein des comités de pairs composés de professeurs provenant de diverses disciplines. Ceux-ci s’entendent pour distinguer une interdisciplinarité superficielle ou tape-à-l’œil (flashy interdisciplinarity) d’une autre forme d’interdisciplinarité qui serait considérée par les évaluateurs comme étant “réelle”, c’est-à-dire mieux fondée (p.207). En outre, Michèle Lamont souligne que les modalités d’évaluation des projets de recherche interdisciplinaires ne devraient pas se limiter à la juxtaposition des procé­dures et de standards provenant de chacune des disciplines convoquées mais devraient être le résultat d’une intégration hybride de nouvelles avenues méthodologiques conçues expressément pour ce type de recherche interdisciplinaire (p.208).

6En continuité avec beaucoup de travaux en sociologie de l’expertise, Michèle Lamont conclut que le système d’évaluation académique des États-Unis présente de nombreuses imperfections (« Academic evaluation is fraught with imperfections »), mais que les évaluateurs eux-mêmes ne sont pas toujours en mesure de réaliser les effets de leurs propres faiblesses, d’évaluer le rôle de leurs goûts personnels et de leur parti-pris qui obstruent fréquemment leurs jugements (p.200).

  • 1 Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, Collection “Le sens commun”, 1984.

7Sur le plan théorique, How Professors Think : Inside the Curious World of Academic Judgment est richement documenté et Michèle Lamont mentionne au passage (principalement dans son dernier chapitre) les travaux fondamentaux de plusieurs sociologues français dont ceux de Pierre Bourdieu sur le monde universitaire (en particulier son livre Homo Academicus1) en soulignant par exemple le capital symbolique pouvant émaner de certains chercheurs rattachés à des institutions prestigieuses aux États-Unis mais également en France, par exemple à la Sorbonne et à l’École Normale Supérieure d’Ulm (p.244).

  • 2 Frodeman R., Holbrook J. B., Mitcham C., Xiaonan H. (Dir.), Peer Review, Research Integrity, and th (...)

8Cet excellent livre de Michèle Lamont est appréciable pour plusieurs raisons. Il aborde avec brio un sujet brûlant et fondamental dans le monde universitaire mais qui pourtant demeure relativement peu étudié et assez peu contesté – on consultera également à ce sujet l’excellente étude de l’équipe de Robert Frodeman2, parue en Chine mais regroupant les textes (pour la plupart en anglais) émanant de plusieurs universitaires aux États-Unis. Ouvrage accessible même aux non-universitaires, How Professors Think se lit aisément. Les abondantes notes en fin de volume sont particulièrement intéressantes, notamment à propos des différentes acceptions de l’interdisciplina­rité (voir p. 283). Mais surtout, Michèle Lamont réussit à montrer tout le caractère subjectif et partial pouvant être subtilement mis en jeu dans les processus d’évaluation lors des concours annuels de demandes de subvention. On en espère maintenant une traduction en français.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu P., Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, Collection “Le sens commun”, 1984.

2 Frodeman R., Holbrook J. B., Mitcham C., Xiaonan H. (Dir.), Peer Review, Research Integrity, and the Governance of Science - Practice, Theory, and Current Discussions, Beijing (Pékin), People's Publishing House et Dalian University of Technology, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Lamont Michèle, How Professors Think : Inside the Curious World of Academic Judgment », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 172-174.

Référence électronique

Yves Laberge, « Lamont Michèle, How Professors Think : Inside the Curious World of Academic Judgment », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1100

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph. D.
Chercheur associé, Groupe ACE, EA 1796, Université européenne de Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org