Navigation – Plan du site
À propos de livres

Lioger Raphaël, Souci de soi, conscience du monde. Vers une religion globale ?

Paris, Armand Colin, 2012, 280p.
Luc Mauger
p. 174-175
Référence(s) :

Lioger Raphaël, Souci de soi, conscience du monde. Vers une religion globale ?, Paris, Armand Colin, 2012, 280p.

Texte intégral

1Dans son introduction, l’auteur explique ce qui l’a amené à qualifier d’ “individuo-globalisme” la démultiplication des manières de croire de l’homme postindustriel. Il y aurait en fait conjointement et en complémentarité « la quête de Soi et l’ouverture au Tout » (p.10) dans un monde où le religieux « pénètre toutes les activités et sentiments individuels et collectifs » (p.16). L’individu bâtit ainsi sa religiosité sur base d’un sché­ma imaginaire, « un nouveau sol mythique » (p.9) qui se serait stabilisé à l’aube du XXIème siècle. Et il y a bien une persistance du croire et non un processus de sécularisation. Dans cette perspective, la modernité peut alors se caractériser essentiellement sur deux axes : celui de la mondialisation et celui de la “construction réflexive de soi”, selon Anthony Giddens (p.253). Il ne s’agit donc pas là d’une simple transition culturelle mais plutôt ici du passage à « une culture englobante » qui amoindrit notamment les différences (p.158). Ainsi, toute personne peut ressentir le sentiment simultané de la nature de sa propre subjectivité et de la nature de l’univers total qui l’environne (p.198) : c’est ce que l’auteur dénomme le « sentiment océanique » qui donne la part belle au flou, au vague et à l’ondulatoire (p.23). De fait, il y aurait un dépassement des frontières sociales, économiques et géographiques qui amènerait l’homme postindustriel, par ses propres expériences, à recomposer constamment ses croyances. De nos jours, d’après l’auteur, le « mythe vivant » (p.26) de l’individuo-globalisme s’est inéluctablement imposé.

2Pour défendre cette hypothèse, Raphaël Liogier s’appuie en particulier sur les travaux entrepris par ses étudiants dans le cadre de “l’Observatoire du religieux” qu’il di­rige. Et pour justifier de son appréhension générale de la société actuelle, son ouvrage s’articule en quatre parties distinctes : le désir d’être, la vie hypermoderne, la mise en scène de la réalité, un nouveau monde. Pour illustrer son propos, l’argumentation proposée se structure le plus souvent à partir d’exemples précis et contemporains, sans omettre pour autant un apport théorique ou un retour à l’histoire. L’ensemble concourt à une conclusion où l’auteur affirme que, pour une personne éduquée, riche et de culture dominante dans une société avancée économiquement, il est désirable de « devenir » sur la scène de sa vie (p.247). La « foi individuo-globale » (p.259) peut alors s’ex­primer par des activités évènementielles dans le temps imparti au loisir ou dans l’exer­cice d’une profession porteuse de créativité et d’épanouissement de l’être. De surcroit, le « mythe individuo-global » constitue un nouveau rapport aux désirs et « détermine des pôles d’attraction et des dynamiques à l’échelle planétaire (p.249) ».

3Notons aussi que cette première édition est complétée idéalement par un index des noms propres et un index des notions abordées (p.261-276).

  • 1 Lecler R., Sociologie de la mondialisation, Paris, la Découverte, (Repères, 612), 2013, pp.3, 107.

4Quant au lecteur, dès l’introduction de cet ouvrage, il est directement mis au fait des tenants et des aboutissants et c’est à mettre au crédit de l’auteur. Les chapitres suivants sont dès lors une énumération ordonnée d’arguments qui ont pour objectif avéré de convaincre et par là même de valider l’hypothèse émise. Cependant, compte tenu de l’absence en début d’ouvrage d’une définition claire et circonstanciée de ce qu’est une religion, il n’est pas toujours aisé de suivre le cheminement de l’auteur. Il y a bien une tentative d’explication d’un spiritualisme qui caractérise « la culture postindustrielle » (p.128), notamment à partir du concept de “gnose”. Mais comment faire la part des choses entre par exemple le chamanisme, les religions monothéistes, le bouddhisme, les “hybridations”, les “nouvelles églises” et ce qui est régulièrement exposé dans cet ouvrage, à savoir les multiples instances qui privilégient le développement personnel ? Il y aurait aussi un individuo-globalisme qui transpirerait à travers une quantité de sup­ports ou de médiums jusque dans la posture du coach, de l’écologiste, du philosophe ou de l’initiateur d’un mouvement communautaire. De fait, cette trajectoire de l’indivi­duel indissociable du global concernerait alors une frange restreinte de la population mondiale, c’est-à-dire celle qui a la capacité de choisir sinon d’investir dans « la sculpture de soi » (p.85) et qui a la curiosité intellectuelle de rencontrer l’autre et de découvrir le monde. D’autre part, à la lecture de cet ouvrage, il ne semble pas que ces « nouveaux désirs » (p.258) soient tous ancrés dans une dimension spécifiquement religieu­se. Ne serait-ce pas plutôt une dynamique d’ordre typiquement anthropologique expur­gée du confessionnel qui apparaît là comme le lien commun entre tous les exemples concrets cités ici ? Et dans ce contexte actuel à « l’instantanéité sans limite » (p.224), la « quête de soi-même » (p.82) explorée en particulier depuis les années soixante ne fait-elle pas dorénavant place au mythe d’un soi autonome voire libre ? Enfin, le processus d’individualisation s’accommode-t-il véritablement du “syndrome” de la mondialisation, en référence au concept de James Mittelman repris par Romain Lecler1 ?

5Cet ouvrage très dense a l’avantage de poser une base de réflexion globale qui invite au questionnement et au débat contradictoire constructif.

Haut de page

Notes

1 Lecler R., Sociologie de la mondialisation, Paris, la Découverte, (Repères, 612), 2013, pp.3, 107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Mauger, « Lioger Raphaël, Souci de soi, conscience du monde. Vers une religion globale ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 174-175.

Référence électronique

Luc Mauger, « Lioger Raphaël, Souci de soi, conscience du monde. Vers une religion globale ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1102

Haut de page

Auteur

Luc Mauger

Membre associé au LAAP/UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org