Navigation – Plan du site
À propos de livres

Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale

Paris, Seuil, 2013, 111p.
Cécile Piret
p. 178-180
Référence(s) :

Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Paris, Seuil, 2013, 111p.

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Camille Peugny fait constat de l’évolution de la structure sociale française sur les dernières décennies. Si la société française a pu, pendant une courte période, faire de la mobilité sociale intergénérationnelle une régularité statistique, l’au­teur affirme que la tendance actuelle est une stabilisation, voire une intensification de la reproduction sociale, s’accompagnant d’inégalités sociales nouvelles. Pointant le mythe d’une République “méritocratique”, son analyse débouche ensuite sur des perspectives pragmatiques d’action publique concernant le système de formation et d’allocations pour les jeunes.

  • 1 Nisbet R., “The Decline and Fall of Social Class”, Pacific Sociological Review, vol.2, n°1, 1959, p (...)
  • 2 Mendras H., La Seconde Révolution française. 1965-1984, Paris, Gallimard, 1988.
  • 3 Castel R., La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l'individu, Paris, Seuil, 200 (...)

2Dans le premier chapitre, l’auteur revient sur les théories ayant affirmé la fin d’une société de classes et une tendance à la “moyennisation”. Il revient notamment sur les thèses fameuses du sociologue américain Robert Nisbet1 et en France, d’Henri Mendras2. Ces théories ont en commun l’affirmation d’une déstructuration et d’une disparition des classes sociales traditionnelles, la paysannerie, la bourgeoisie et le prolétariat, “en soi” et “pour soi” (entre autre, à travers le déclin du “vote de classe”). Les antagonismes de classes sont amoindris par l’élévation du niveau de vie et le compromis social, amenant Mendras à décrire une société plus horizontale qu’il conceptualise par un ensemble de constellations. Fondamentalement, ces théories se fondent sur la hausse objective de la mobilité sociale, conséquence de deux processus sociaux majeurs : les générations d’après 1950 bénéficiant de la massification scolaire, et la forte croissance du salariat moyen et supérieur découlant de la tertiarisation de l’économie. Ainsi, « si l’immobilité sociale diminue et si la part des enfants des classes populaires qui s’élèvent au-dessus de la condition de leurs parents augmente, ce n’est pas principalement parce que la société, dans son mode de fonctionnement intrinsèque, devient plus juste ou plus méritocratique ; c’est parce que la structure sociale dans son ensemble est aspirée vers le haut » (p.26). Par ailleurs, Peugny soulève les limites des indicateurs de ces théories. D’une part, s’il y a une hausse de la mobilité sociale, celle-ci n’est généralement que de faible amplitude, rares sont les trajectoires traversant l’ensemble de l’espace social. D’autre part, la hausse de la mobilité sociale se produit entre les années 1950 et 1970. Les chiffres dont nous disposons indiquent une stabilité de la reproduction sociale depuis 1977. Dès lors, il semblerait que les théories de la moyennisation se soient centrées sur la situation d’une génération particulière, celle des baby boomers, dont le destin est aberrant, au sens statistique du terme. En fait, depuis les années 70, on assiste surtout à un déclassement, objectif et subjectif, du à la “grande transformation” du capitalisme industriel et à la détérioration du compromis salarial3. L’auteur observe une structure sociale nouvelle, de plus en plus marquée par une polarisation croissante entre les salariés. Cette polarisation peut être appréhendée comme le reflet d’un clivage entre qualifiés et non-qualifiés supplantant progressivement celui entre employés et ouvriers.

  • 4 Chauvel L., Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXème siècle, Par (...)

3Dans le deuxième chapitre (“Vingt-cinq ans de reproduction sociale”), les travaux de Louis Chauvel4 sont abordés pour appréhender la situation spécifique des jeunes générations et approfondir la thèse du déclassement. Pour Chauvel, « à origine ou position sociales équivalentes, “les chances de vie” des générations successives peuvent différer selon les événements et le contexte économique » (p.40). Ainsi, de multiples facteurs (salaire, précarité de l’emploi, mobilité sociale, coût du logement) corroborent un durcissement des inégalités entre générations. L’auteur discute deux indicateurs de mesure de la reproduction sociale. Le premier, partiel et imparfait, est celui de l’appartenance des individus à la même catégorie socioprofessionnelle que leur père. Observant la reproduction “par le bas”, les recompositions de la structure sociale incitent à rapprocher des ouvriers une part croissante des employés non-qualifiés. De ce fait, le passage de l’une vers l’autre catégorie s’apparente à de la reproduction sociale. Rester confinés aux emplois d’exécution est le sort de 60 % des enfants d’employés et de plus de 70 % des enfants d’ouvriers. L’analyse de la reproduction “par le haut”, quant à elle, montre une intensification de la reproduction, largement expliquée par le “rattrapage” des filles sur leurs frères. Deuxièmement, si l’on analyse la reproduction culturelle par la transmission des diplômes au fil des générations, la reproduction sociale semble alors s’intensifier.

4Le troisième chapitre est consacré aux bilans à tirer sur le système scolaire. Ceux-ci sont particulièrement noirs. Si le niveau d’éducation n’a cessé de s’élever au fil des générations depuis les années 60, cela s’est réalisé en parallèle d’une stabilité de la reproduction sociale. La massification scolaire a ses limites. L’auteur rappelle d’abord que chaque année, 120 000 jeunes sortent sans diplôme ou uniquement avec le brevet du collège. Également, au sein d’une génération, le taux de bacheliers stagne depuis quinze ans autour de 65 %. Ensuite, la filiarisation du système éducatif a pour corollaire un clivage important entre les types de baccalauréat. Ici, deux jeunes sur trois ne sont pas titulaires du baccalauréat général. La “démocratisation ségrégative” se poursuit dans le supérieur, avec de fortes disparités entre les filières. Par exemple, « 51 % des élèves des “grands établissements” ont un père cadre ou exerçant une profession intellectuelle supérieure (et 4 % un père ouvrier) » (p.73). L’école consolide donc la stratification sociale, mais elle la légitime également, en la faisant reposer sur des critères scolaires (mérite et talent) plutôt que sociaux. Par ailleurs, Peugny souligne également les limites du diplôme dans les processus de mobilité. Il constate qu’à niveau de diplôme et à orientation égales, les enfants d’ouvriers ont moins de possibilité d’obtenir un métier CPIS que les enfants de cadres. Il y aurait donc une pénalisation liée au milieu social indépendante du diplôme.

  • 5 Degraef V., L’école maternelle, une chance à saisir. Mieux préparer les futurs instituteurs et inst (...)

5Le dernier chapitre est destiné à des propositions politiques, fondamentalement liées à ce constat : « une part importante du destin des individus est liée à un titre scolaire obtenu à l’issue d’une compétition d’emblée biaisée d’un point de vue social » (p.91). Deux mesures principales sont explicitées. D’abord, une école démocratique doit tenir compte de la précocité des inégalités se produisant dès les années de maternelle et de primaire. C’est un constat actuellement partagé par de nombreux États-Membres dont la Belgique5. Peugny défend un refinancement et une revalorisation des premiers degrés d’enseignement, ceux-ci ayant été jusqu’ici l’objet de peu d’attention dans un système éducatif élitiste. Ensuite, il plaide pour le développement d’une formation continue afin de « multiplier les moments d’égalité au cours du cycle de vie » (p.94). La formation continue doit pouvoir alléger le poids de la formation initiale dans le destin social de l’individu. Afin de rendre la formation continue opératoire, l’auteur propose un « dispositif universel d’accès à la formation » (p.95)par le financement public d’un certain nombre d’années de formation, à travers l’existence d’allocations d’étude ou de « bons mensuels à tirer » (p.95), s’inspirant du système danois. Par ailleurs, la « familialisation induite » (p.102), découlant d’une dépendance familiale non assumée par la société dans le cadre d’une injonction d’autonomie faite au jeune, doit être réduite. Des « allocations d’autonomie » (p.97) doivent être octroyées aux jeunes, qui pourraient voir le jour par l’abaissement de l’âge de 25 à 18 ans pour accéder aux allocations sociales (RMI et RSA).

6Le livre de Camille Peugny est important. D’abord, parce qu’il dresse le portrait d’une France qui, bien que se voulant et se croyant démocratique et “moyennisée”, se présente aujourd’hui comme une société de classes où la polarisation du salariat est accrue. Ensuite, parce que ses propositions d’action publique méritent que l’on s’y attache : une démocratisation scolaire passe d’abord par un refinancement important du système éducatif dans son ensemble. Par ailleurs, il affirme également que s’attaquer au système scolaire comme unique levier d’action ne peut être suffisant. C’est la structure sociale dans son ensemble qui doit être visée et sa dualisation combattue, à travers l’égalisation des conditions de travail, de statuts et de rémunérations (p.111).

Haut de page

Notes

1 Nisbet R., “The Decline and Fall of Social Class”, Pacific Sociological Review, vol.2, n°1, 1959, pp.11-17.

2 Mendras H., La Seconde Révolution française. 1965-1984, Paris, Gallimard, 1988.

3 Castel R., La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l'individu, Paris, Seuil, 2009.

4 Chauvel L., Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXème siècle, Paris, PUF, 1998.

5 Degraef V., L’école maternelle, une chance à saisir. Mieux préparer les futurs instituteurs et institutrices préscolaires au soutien des enfants de milieux défavorisés, Note de cadrage, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Piret, « Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 178-180.

Référence électronique

Cécile Piret, « Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1108

Haut de page

Auteur

Cécile Piret

Doctorante, ULB/Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org