Navigation – Plan du site
À propos de livres

Rennesson Stéphane, Les coulisses du Muay Thai. Anthropologie d’un art martial en Thaïlande

Paris, Les Indes savantes, 2012, 211p.
Luc Mauger
p. 181-182
Référence(s) :

Rennesson Stéphane, Les coulisses du Muay Thai. Anthropologie d’un art martial en Thaïlande, Paris, Les Indes savantes, 2012, 211p.

Texte intégral

  • 1 Choron-Baix C., Le choc des mondes. Les amateurs de boxe thaïlandaise en France, Paris, Kimé, (Anth (...)
  • 2 Vail P. T., Violence and Control. Social and Cultural Dimensions of Boxing in Thailand, Ithaca, Cor (...)
  • 3 Wacquant L., Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur (Mémoires Sociales), Marsei (...)

1L’auteur a bénéficié d’un champ d’étude déjà excellemment exploré par Catherine Choron-Baix1 et surtout Peter Thomas Vail2. Pour sa présente recherche, il s’est aussi inspiré de l’anthropologie “à partir du corps” proposée par Loïc Wacquant : il a d’ail­leurs mis en œuvre la même méthodologie, à savoir celle d’être en immersion dans son terrain tel un « apprenti boxeur »3. Cette approche en “participation observante” a fait l’objet d’une thèse doctorale soutenue à Nanterre en 2005.

2Il s’en suit alors un ouvrage très informatif qui présente de manière structurée et détaillée la pratique de boxe thaïe (muay thai) professionnelle et contemporaine. Des pre­miers contacts du jeune boxeur avec le propriétaire de camp jusqu’aux termes du contrat formel accepté par les parents, des premiers entraînements dans les camps jus­qu’au jour du combat sur le ring, de la gestion de la violence jusqu’à une esthétique du geste, toutes ces données descriptives sont explicitées avec rigueur dans un langage clair qui exclut le superflu et la paraphrase. Les principaux termes spécialisés sont tous évoqués avec de surcroit la traduction locale. Au fil des pages, le lecteur s’initie au jar­gon et aux ficelles du métier tout en découvrant concrètement la vie quotidienne de ces boxeurs en herbe ou confirmés. Un entraînement intensif et adapté va leur permettre ainsi d’afficher un « détachement constant » par rapport aux coups, aux souffrances, aux ressentis et sentiments divers, signe d’une maîtrise de soi en toute circonstance (p.93).

3L’épreuve du ring va ensuite révéler une réalité qui dépasse le cadre strictement sportif avec ses enjeux multiples. L’échange pugilistique devient un spectacle de défi physique qui rassemble les propriétaires de camps, les entraîneurs, les organisateurs de la rencontre, le speaker, les juges-arbitres, les parents et les intimes du boxeur, les sponsors, les commerçants et hommes d’affaires, les rabatteurs, les personnalités officielles locales et nationales, les journalistes, le spectateur lambda, sans oublier les parieurs. Chaque membre de ces catégories diverses est d’ailleurs un parieur potentiel ou confirmé. Ainsi, à partir d’exemples précis, l’auteur excelle à décrire une « science de l’interaction » (p.24) entre tous les acteurs où, à proprement parler, « le combat n’est pas là où l’on croit » (p.123). Sachant que « le mot “hasard” n’existe pas en thaï » (p.143), les négociations habituelles entre partis et la “cuisine extra-sportive” avec ses pressions, ses suspicions, ses scandales sont l’apanage de trafics d’influence et de conflits d’intérêt incontournables. En fait, chacun œuvre principalement, boxeur inclus, à récolter et argent et prestige. Chacun y va aussi de sa formule magique, d’un hommage à un esprit protecteur ou du recours à une amulette, ce que l’auteur a pertinemment précisé.

  • 4 Phongpaichit P. et al., Gambling Industry : Thailand, England, America, Australia, and Malaysia, Ch (...)

4Dans son ensemble, la boxe thaïe, en tant que sport national singulier, reste très valorisée dans ce remarquable exposé. Cependant, même si la frénésie des parieurs a été évoquée à maintes reprises (notamment au chapitre 8, p. 135), il n’en reste pas moins que l’hypothèse d’un décentrement de la boxe thaïe au cœur d’un contexte sociétal complexe aurait pu être approfondie. En effet, environ soixante-dix pour cent des adul­tes en Thaïlande s’adonnent aux jeux d’argent. Le Muay Thai peut apparaître alors comme un support au même titre que le combat de coqs, le football, les jeux de société et les machines à sous. Parier illégalement est devenu le terreau d’une économie parallèle muselée par des organisations criminelles, une réalité de terrain à laquelle se rajoute une corruption policière connue de tous. Et ce sont les personnes issues des régions les plus pauvres (vivier également des boxeurs) qui en pâtissent le plus car, pour calmer leurs ardeurs de jeux, celles-ci font appel à des prêteurs sur gages sans foi ni loi. Afin d’endiguer ce fléau économique et social, Pasuk Phongpaichit de la Chulalongkorn University a étudié l’alternative d’une légalisation des jeux d’argent4. D’une manière globale, ce qui est en jeu ici, ce sont bien les effets que pourraient apporter une telle décision politique. Cela relativiserait probablement la place excessivement médiatisée de cet art martial populaire.

  • 5 Rennesson S., “Art martial, sport international et produit culturel. Note de recherche sur la boxe (...)

5Pour terminer, en complément de ce passionnant ouvrage de référence en français qui illustre un pan significatif de la société thaïe, il sera utile de lire l’article de l’auteur paru dans les Actes de la recherche en sciences sociales5.

Haut de page

Notes

1 Choron-Baix C., Le choc des mondes. Les amateurs de boxe thaïlandaise en France, Paris, Kimé, (Anthropologies), 1995.

2 Vail P. T., Violence and Control. Social and Cultural Dimensions of Boxing in Thailand, Ithaca, Cor­nell University, Thèse inédite de doctorat en anthropologie, 1998.

3 Wacquant L., Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur (Mémoires Sociales), Marseille, Agone, 2000.

4 Phongpaichit P. et al., Gambling Industry : Thailand, England, America, Australia, and Malaysia, Chiang Mai, Silkworm Books, 1999.

5 Rennesson S., “Art martial, sport international et produit culturel. Note de recherche sur la boxe et l’histoire politique de la Thaïlande”, Actes de la recherche en Sciences sociales, 179, 2009, p.62-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Mauger, « Rennesson Stéphane, Les coulisses du Muay Thai. Anthropologie d’un art martial en Thaïlande », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 181-182.

Référence électronique

Luc Mauger, « Rennesson Stéphane, Les coulisses du Muay Thai. Anthropologie d’un art martial en Thaïlande », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1111

Haut de page

Auteur

Luc Mauger

Membre associé au LAAP/UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org