Navigation – Plan du site
À propos de livres

Roseneil Sasha, Frosh Stephen (Dir.), Social Research after the Cultural Turn

Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2012, xi+200p.
Yves Laberge
p. 182-184
Référence(s) :

Roseneil Sasha, Frosh Stephen (Dir.), Social Research after the Cultural Turn, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2012, xi+200p.

Texte intégral

1Cet ensemble de onze chapitres examine différents moments de la recherche sociale depuis l’avènement de ce que les chercheurs Anglo-Saxons ont appelé le “tournant culturel” (Cultural Turn) : c’est-à-dire un outil conceptuel qui sera ici compris et articulé de diverses manières selon les disciplines convoquées par chaque auteur. On peut comprendre le “tournant culturel” comme une nouvelle manière d’appréhender la recherche et les phénomènes sociaux en accordant une importance primordiale à la dimension culturelle plutôt qu’à des facteurs économiques, politiques, ou autres. D’emblée, Sasha Roseneil et Stephen Frosh admettent dans leur introduction qu’il existe différentes variantes du “tournant culturel” selon les domaines d’études : ainsi en histoire, ce concept fait référence à l’adoption par un nombre significatif de chercheurs d’une attitude réflexive, alors qu’en théorie sociale, il renvoie plutôt à l’atten­tion accordée à la construction de l’identité dans un ensemble de relations (p.4). Les coresponsables ajoutent que le “tournant culturel” se manifeste primordialement par l’intérêt porté à l’expérience de l’être en société « inséré dans la culture », plutôt que de se sentir seulement « préoccupé par l’étude structurelle des agrégats de sociabilité » (p.5). Enfin, Roseneil et Frosh insistent sur la nécessité de considérer les dimensions symboliques des vies et des personnes que l’on étudie en évitant de se concentrer exclusivement sur ce qu’ils désignent comme étant les conditions “réelles” de l’existence (p.5).

  • 1 Hall S., “Cultural Identity and Diaspora”, inRutherford J. (Dir.), Identity : Community, Culture, D (...)

2Dans leurs exposés respectifs, les auteurs ayant contribué à ce collectif ne se limitent pas nécessairement aux seuls domaines des sciences sociales et font parfois appel aux apports des Cultural Studies (de l’école de Birmingham) pour traiter de théories culturelles et pour introduire le concept d’identité culturelle, en citant fort à propos Stuart Hall, éminent théoricien des Cultural Studies, pour qui l’identité culturelle est “un devenir” (« a matter of ‘becoming’« ) autant qu’un être ; autrement dit, l’identité culturelle appartient autant au futur qu’au présent : l’identité culturelle n’est pas « quel­que chose qui existe déjà et qui transcenderait le lieu, le temps, l’histoire et la culture » (Stuart Hall1, cité par Roseneil et Frosh, p. 6).

3Dans les chapitres qui suivent, le “tournant culturel” est articulé de plusieurs façons non-contradictoires : ainsi pour Lynn Segal, celui-ci serait une sorte de « virage vers la culture » (« turn to culture »), survenu au cours des années 1990 (p.37). Mais selon Gor­don Lynch, il ferait référence « aux manières dont la culture est désormais devenue beaucoup plus importante pour théoriser et faire la recherche sur la vie en société » (p.73).

4L’exercice qui consisterait à dater précisément l’émergence, le début et la fin du “tournant culturel” semblerait assez vain, car il s’agit davantage d’un concept correspondant à un constat établi par des penseurs plutôt qu’un moment précis ou une pério­de qui serait délimitée par le temps. On s’entend généralement pour situer ce “tournant culturel” à partir des années 1960 et jusque qu’au début du 21ème siècle. Dans son chapitre sur la sociologie de la religion, Gordon Lynch identifie même un deuxième “tournant culturel” qui serait survenu au début du 21ème siècle, et qui correspondrait à une réflexion interdisciplinaire proposée entre le fait religieux dans ses manifestations quotidiennes (everyday religion) et ses nouvelles mutations, telles qu’examinées dans les études médiatiques et dans les analyses des cultures populaires (p.80). Ailleurs, Stephen Frosh réaffirme (au quatrième chapitre) que le “tournant culturel” s’intéresse à la construction de l’identité à travers le social et les rencontres entre les cultures (« cultural encounters ») (p.62).

5Le texte le plus stimulant de ce collectif a été rédigé par une spécialiste des études sur le genre et de la géographie humaine. Dans l’avant-dernier chapitre, Rosie Cox re­connaît d’abord que le “tournant culturel” a occasionné un intérêt pour les relations en­tre nature et culture dans des domaines comme les géographies postcoloniales, les étu­des sur le genre, les études sur la sexualité, les identités nationales, la consommation et la mondialisation (p.160). Elle constate en outre un rapprochement récent entre la géographie et les sciences sociales dans leur intérêt toujours grandissant pour l’étude des lieux et des espaces (p.160).

  • 2 Par exemple The Cultural Turn : Selected Writings on the Postmodern, 1983-1998, Londres, Verso, 200 (...)

6Quelques remarques supplémentaires devraient être apportées afin de bien situer cet ouvrage peu remarqué par la critique. D’abord, Social Research after the Cultural Turn n’est ni le premier ni le seul bilan consacré au thème du “tournant culturel”, loin s’en faut. En conséquence, ce livre interdisciplinaire ne devrait pas être considéré comme un manuel ou une introduction générale à ce courant méconnu ; bien au contraire, les auteurs présument que le lecteur sera déjà familier avec cette idée de “tournant culturel”. D’ailleurs, l’index en fin de volume ne contient même pas d’entrée pour l’expression “Cultural Turn”, mais cet ajout élémentaire aurait été bien utile au lecteur non-initié voulant comparer diverses définitions du “tournant culturel” (pp. 197-200). De plus, on mentionne à peine dans les différents chapitres les écrits pourtant fondateurs de Fredric Jameson2. Ce qui pourrait être considéré comme une lacune peut ici s’expliquer du fait que le titre même de l’ouvrage précise que ces recherches se situent toutes après le tournant culturel.

7Tout au long de ce livre stimulant mais néanmoins inégal, les auteurs (appartenant tous à des universités de Grande-Bretagne) se réfèrent successivement à une multitude de cadres théoriques relativement peu usités dans la Francophonie, d’où l’intérêt de cette lecture. D’un chapitre à l’autre, on y traite autant des études sur le genre, du féminisme et des Queer Studies (c’est-à-dire sur les identités sexuelles non-convention­nelles) que du développement international, du racisme, ou encore de l’alimentation et de la consommation (voir le chapitre 10). On y reconnaît toutefois d’abondantes références aux travaux de certains penseurs français comme Émile Durkheim (pp. 76, 180) et Michel Foucault (pp. 39, 74, 97, 105, 181), mais aussi Louis Althusser (p.60), Bruno Latour (pp. 22, 188, 190) et Michel de Certeau (pp. 100-102). Visiblement, les réflex­ions théoriques et méthodologiques des différents auteurs priment sur les études de cas proprement dites. En somme, l’ouvrage Social Research after the Cultural Turn conviendra d’abord aux chercheurs au niveau du doctorat dans la plupart des domaines de la théorie sociale, des sciences sociales, des études anglaises et des humanités, à condition de vouloir concentrer leurs réflexions sur la culture et les dimensions culturelles dans l’analyse du social.

Haut de page

Notes

1 Hall S., “Cultural Identity and Diaspora”, inRutherford J. (Dir.), Identity : Community, Culture, Difference, Londres, Lawrence & Wishart, 1990, pp.223-237.

2 Par exemple The Cultural Turn : Selected Writings on the Postmodern, 1983-1998, Londres, Verso, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Roseneil Sasha, Frosh Stephen (Dir.), Social Research after the Cultural Turn », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-2 | 2013, 182-184.

Référence électronique

Yves Laberge, « Roseneil Sasha, Frosh Stephen (Dir.), Social Research after the Cultural Turn », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-2 | 2013, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1113

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph.D.
Chercheur associé, Groupe ACE, EA 1796, Université européenne de Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org