Navigation – Plan du site

Pilier contre champ ? De l’articulation entre différenciation fonctionnelle et fragmentation culturelle

Pillar against Field ? The Relationship between Functional Differentiation and Cultural Fragmentation
Éric Mangez et Georges Liénard
p. 1-22

Résumés

La sociologie nous invite à penser toute chose en fonction de ses conditions sociales de production, de fabrication, de circulation, d’usage. Peut-on faire cet exercice à propos de la théorie sociologique elle-même ? Partant ici de la théorie des champs de Pierre Bourdieu, nous traitons deux questions. Est-ce que le concept de champ continue à fonctionner de la même manière (et avec la même efficacité) quand on le déplace vers un contexte autre que celui de la société française, où il a été forgé ? Est-il également pertinent dans tous les contextes marqués par une forme de différenciation des sphères d’activités ? Pour répon­dre à ces questions, nous examinons la pertinence de la théorie des champs dans le contexte belge. L’examen de ce contexte – qui, on le sait, demande de prendre en compte, au-delà du processus de différenciation fonctionnelle à l’origine des champs, un processus de fragmentation culturelle à l’origine de ce que les intellectuels belges et néerlandais ont pris l’habitude de nommer les “piliers” – conduit à poser un regard théorique plus complexe sur la manière dont différentes forces, qui trouvent leur origine dans le champ du pouvoir, produisent des effets sur le fonctionnement et la structure des champs spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction1

  • 1  Cet article a été rédigé dans le cadre du projet de recherche intégré n°028848-2 financé par le 6e(...)

1Le choix de discuter dans cette contribution les concepts de champ et de pilier s’ancre dans une réflexion bien précise : la théorie des champs de Pierre Bourdieu doit beaucoup au contexte français. La place centrale de l’Etat, la différenciation des domaines d’activité de plus en plus spécialisés, le caractère relativement univoque des hiérarchies culturelles consacrées par l’école de la République, sont des éléments essentiels qui permettent à des champs autonomes d’exister dans la durée dans le contexte de la France. Bourdieu lui-même a souvent souligné que la théorie des champs était utile pour étudier les sociétés fonctionnellement différenciées par opposition aux sociétés peu ou non différenciées (Hilgers/Mangez, 2014b). La question que nous posons consiste à se demander si et comment la théorie des champs peut fonctionner dans des sociétés qui sont peu ou moins différenciées, ou qui sont différenciées selon d’autres principes que ceux de la fonctionnalité. On pense alors le plus spontanément aux sociétés supposées non-différenciées étudiées par certains anthropologues. Mais le cas de la Belgique est également intéressant car on y trouve de nombreuses différenciations fondées sur les appartenances religieuses, philosophiques, ethnolinguistiques et territoriales. Le concept de pilier, sur lequel nous reviendrons, est à l’évidence un de ceux qui ont été les plus utilisés par la littérature scientifique (voir par ex. Rokkan, 1977 ; Dobbelaere/Voyé, 1990 ; Swyngedouw, 1995 ; Vanderstraeten, 2002 ; De Munck, 2002 ; Delvaux/Mangez, 2013) pour traiter de ces processus de différenciation.

2Le concept de champ provient quant à lui de la nécessité de comprendre comment sont nés historiquement, se sont construits progressivement et fonctionnent des « univers », des « mondes », des « microcosmes » sociaux (Bourdieu, 1992 :72-73) différenciés. Il sert ainsi à désigner ces espaces sociaux et symboliques qui se constituent autour d’une activité et d’un enjeu spécifiques (l’art, l’enseignement, la santé, la science…) en les considérant comme des espaces structurés de relations entre des positions. Cette différenciation sociétale est liée au processus global de rationalisation et de différenciation des activités au sein de formations sociales modernes. Pour autant, le processus concret de formation de tel ou tel champ ne doit pas être compris comme une réponse à une quelconque nécessité histori­que mais plutôt comme un processus de pouvoir : ainsi, la formation du champ de la littérature par exemple (et la définition même de ce qu’est un écrivain) est « le produit d’une longue série d’exclusions et d’excommuni­cations visant à refuser l’existence d’écrivains dignes de ce nom à toutes sortes de producteurs qui pouvaient se vivre comme écrivain au nom d’une définition plus large et plus lâche de la profession » (Bourdieu, 1992 :311).

A. L’autonomie du champ comme enjeu théorique central

3Dans ses différents travaux relatifs à tel ou tel champ, Bourdieu a souvent présenté le champ comme moyen théorique d’échapper à deux postu­res extrêmes : une posture naïve et une posture qu’il a parfois qualifiée de « court-circuit marxiste » (Bourdieu, 1977 :410 ; 2001 :208). La posture naïve suppose une « mise entre parenthèses du social » (Bourdieu, 2001 :55) et consiste à ne pas sociologiser les activités sociales, c’est-à-dire à considérer par exemple qu’il peut exister quelque chose tel que l’art “pur”, indépendant de toutes formes de condition sociale de possibilité. C’est la posture non-sociologique, naïve de la pureté de l’art ou de la pureté du droit, ou même de la pureté de la science. A l’opposé, la posture que Bourdieu qualifie parfois de “court-circuit marxiste” consiste à voir dans toutes les activités sociales l’expression directe de rapports sociaux qui se jouent au niveau des rapports entre classes et fractions de classes sociales, sans médiation particulière, c’est-à-dire sans reconnaitre et prendre en considération la logique sociale propre aux enjeux spécifiques des différents champs.

  • 2  Pour une critique de l’autonomie des champs, voir l’excellente analyse de Lemieux C., 2011.

4Le concept de champ a pour objectif d’échapper à ces deux postures en désignant des espaces sociaux relativement autonomes constitués autour d’une activité déterminée, construits historiquement au travers de luttes et de rapports de pouvoir, et qui sont parvenus à générer leurs propres règles de fonctionnement, leurs propres dispositifs, leurs propres mécanismes de légitimation et de reconnaissance, leur propre système de classement et dès lors aussi, leur propre structure de positions relatives2.

5On comprend dès lors toute l’importance et la centralité de la problématique de l’autonomie relative des champs. C’est elle en effet qui, par sa double logique (à la fois l’autonomie et le caractère relatif de cette autono­mie), trace la voie qui permet d’échapper à la fois à la naïveté de la position pré-sociologique et à la radicalité du raccourci marxiste.

6D’un point de vue théorique, l’autonomie relative d’un champ doit être comprise comme la résultante du rapport entre deux espèces de forces sus­ceptibles de s’exercer au sein d’un champ donné : d’une part, les forces qui sont liées à l’exercice du pouvoir au sein même du champ ; et d’autre part, les forces qui sont liées à l’exercice du pouvoir dans d’autres champs et tout particulièrement au sein du champ du pouvoir. Comme le rappellent Hilgers et Mangez (2014a), selon Bourdieu, chaque champ est en réalité traversé par deux principes de hiérarchisation qui s’opposent. Un « principe de hiérarchisation externe ou hétéronome qui applique au champ la hiérarchie dans le champ du pouvoir, et un principe de hiérarchisation interne ou autonome qui hiérarchise en fonction des valeurs propres au champ » (Mounier, 2001 :71). Chaque champ de production culturelle est soumis à ces deux principes de hiérarchisation et son degré d’autonomie relative « se révèle dans le degré auquel le principe de hiérarchisation externe y est subordonné au principe de hiérarchisation interne » (Bourdieu, 1992 :302). Pour saisir le rapport entre ces deux espèces de forces à l’œu­vre dans les champs spécifiques, il est nécessaire de comprendre en quoi consiste le champ du pouvoir et comment il exerce des effets sur les champs spécifiques.

B. Le champ du pouvoir et ses effets sur les champs spécifiques

7Bourdieu introduit la notion de champ du pouvoir dans le texte Champ du pouvoir, champ intellectuel et habitus de classe (1971), avant de la reprendre et de la développer principalement dans La Noblesse d’Etat (1989) et Les règles de l’art (1992). Mais qu’est-ce que le champ du pouvoir exactement ? La notion est souvent mal comprise. Rappelons d’abord que le champ du pouvoir ne doit pas être confondu avec le champ politi­que (ou champ du pouvoir politique), qui n’est qu’un champ comme les autres (Vandenberghe, 1999 :53). A l’inverse des autres champs dont on peut en quelque sorte intuitivement saisir la teneur, le champ du pouvoir présente un caractère plus abstrait : « The field of power is a sort of "metafield" that regulates the struggles for power throughout all fields » (Vandenberghe, 1999 :53). Il n’est pas lié à une activité spécifique. Il a, par contre, partie liée avec la structure sociale et plus particulièrement avec les rapports sociaux et symboliques qu’entretiennent entre elles les fractions sociales dominantes au sein de la structure sociale. Comme l’indique Bourdieu (1983 :319) et comme le rappelle Vandenberghe (1999 :53), « the field of power […] is […] situated at the dominant pole of the field of class relations ».

8 Le champ du pouvoir est ainsi « le lieu de luttes entre détenteurs de pou­voirs (ou d’espèces de capital) » (Bourdieu, 1992 :300). Plus précisément, il s’agit de « l’espace des rapports de force entre des agents ou des institutions ayant en commun de posséder le capital nécessaire pour occuper des positions dominantes dans les différents champs » (Ibidem). Le champ du pouvoir est fondamentalement structuré par l’opposition entre les fractions dominées et les fractions dominantes des classes dominantes. Pour Bourdieu, il s’agit en réalité d’une opposition entre le capital culturel (dominé) et le capital économique (dominant). Cette structuration du champ du pou­voir par un rapport entre le capital culturel et le capital économique exerce des effets sur la structure des champs spécifiques.

9 Chaque champ de production peut être plus ou moins autonome par rap­port au champ du pouvoir. Plus l’autonomie relative est faible, plus le champ est perméable aux forces qui s’exercent depuis le champ du pouvoir. Selon Bourdieu, ces forces sont alors susceptibles de façonner la structure des champs spécifiques en générant en leur sein deux pôles opposés : un pôle correspondant structuralement aux positions des fractions dominées du champ du pouvoir et un autre pôle répondant aux fractions dominantes du champ du pouvoir (Bourdieu, 1992 :302-303).

10 On voit ainsi qu’une partie de la structure et de la dynamique des champs spécifiques découle de la structure du champ de pouvoir et, plus précisément, du rapport de domination qui hiérarchise le capital culturel (dominé) et le capital économique (dominant). En effet, comme le sou­ligne Vandenberghe,

the state of the structure of the field of power determines the structure of oppositions of the subfield and thus also the possible alliances that can be formed in the subfield, and also between the members of the subfield and those of their environment (Vandenberghe, 1999 :53).

11 C’est en ayant à l’esprit les propositions théoriques que nous venons d’énoncer que nous souhaitons maintenant interroger une situation histori­que spécifique qui questionne la théorie des champs.

II. Etude de cas. Champ du pouvoir et champs spécifiques en Belgique

A. Différenciation fonctionnelle et fragmentation culturelle

12 Le processus à l’origine de l’émergence et du développement des champs est un processus de différenciation fonctionnelle (étudié également par Luhmann, 1995) qui distingue progressivement différentes sphè­res d’activité. Par différenciation fonctionnelle, nous ne voulons pas signifier que ce processus répond à une dynamique fonctionnaliste ou à une quelconque évolution “naturelle” des sociétés, mais simplement indiquer qu’il différencie et construit des fonctions distinctes (la santé, l’art, l’édu­cation, etc.). Comme on l’a indiqué, les champs spécifiques naissent de luttes pour la reconnaissance de nouvelles formes de capital culturel spécifique : ils ne répondent pas à une nécessité historique mais se constituent au travers de rapports de pouvoir.

13 La recherche sociologique relative à des domaines d’étude particuliers (l’art, l’éducation, la science, la religion, etc.) s’est longtemps nourrie de la théorie sociale en même temps qu’elle nourrissait celle-ci en retour. De la division du travail de Durkheim à la théorie des champs de Bourdieu en passant par les diverses tentatives de développement d’une théorie générale des systèmes, on trouve diverses théories de la différenciation sociale fonctionnelle. Le thème de la différenciation fonctionnelle serait même le thème majeur des sociologies de la modernité (Marttuccelli, 1999). La plupart des efforts théoriques relatifs à la différenciation tentent d’articuler deux niveaux d’analyse : celui, global, du processus de différenciation, et, celui, plus particulier, de l’analyse de tel ou tel champ, tel ou tel secteur, tel ou tel système ou sous-système issus de la différenciation.

14 Si un tel processus de différenciation fonctionnelle est à l’œuvre dans les sociétés modernes, il convient de souligner que certaines formations sociales sont également marquées par un processus de différenciation/fragmentation culturelle. Ce processus distingue différentes communautés sociologiques au sein d’une formation sociale, le plus souvent en fonction de leur orientation philosophique (Bader, 2003), de leur langue ou de leur origine ethnique. Ce processus de fragmentation culturelle est lui aussi tributaire de rapports de pouvoir et ne se réalise pleinement que lorsque les communautés sociologiques concernées parviennent à s’orga­niser au travers de groupes de pression, d’associations et de mouvements politiques.

15 Certains pays européens ont été particulièrement marqués par ce processus de fragmentation culturelle (Papadopoulos, 2003 ; Lorwin, 1971). Ainsi, l’histoire politique et sociale des Pays-Bas se caractérise par la coprésence et l’action de communautés culturelles libérale, catholique et protestante (Kickert, 2003) ; l’Autriche est également marquée par une fragmentation culturelle importante. Le cas qui va nous occuper plus spécifiquement est celui de la Belgique. On partira de ce cas pour étudier la relation d’autonomie relative entre les champs spécifiques et le champ du pouvoir. En Belgique, plusieurs processus de différenciation culturelle sont à l’œuvre et ont donné forme à deux clivages principaux : un clivage linguistico-culturel qui distingue et oppose francophones et néerlandopho­nes ; un clivage philosophico-culturel qui distingue le monde chrétien du monde de la laïcité. Ces clivages ont longtemps divisé les élites et structuré l’espace de leurs positions relatives. Ils constituent des dimensions incontournables de la structuration du champ du pouvoir. S’il est évident que ces clivages se sont recomposés au fil de l’histoire, ont perdu ou gagné en importance au cours du temps et en fonction des enjeux (De Coore­byter, 2008), il n’en reste pas moins qu’ils marquent encore le paysage belge, fut-ce, pour certains d’entre eux, par le fait précisément qu’ils s’af­faiblissent, sont remis en cause et qu’ils ne parviennent plus nécessairement, autant que par le passé, à remplir les fonctions à l’origine de leur développement (Molitor, 2013).

B. Le champ du pouvoir en Belgique

16 Si l’opposition capital culturel/capital économique est évidemment présente dans le champ du pouvoir en Belgique, celui-ci est donc de surcroit fortement structuré par deux autres espèces de capitaux : le capital linguistico-culturel (francophone/néerlandophone) ; le capital philosophico-cul­turel (catholique/laïc). L’espace du pouvoir doit ainsi être saisi dans sa multipolarité. Il ne s’agit pas simplement d’un espace bipolaire où les détenteurs du capital culturel s’opposeraient aux détenteurs du capital écono­mique. En Belgique, le champ du pouvoir est structuré par trois oppositions qui s’entrecroisent pour former six pôles dont l’importance fluctue et se transforme au cours de l’histoire : capital culturel/capital économique ; francophones/néerlandophones ; catholiques/laïcs. Comment la dynami­que des champs spécifiques se déploie-t-elle dans un contexte où le champ du pouvoir est multipolaire ? Examinons d’abord les effets du clivage linguistico-culturel sur le fonctionnement des champs spécifiques.

1. Le clivage linguistico-culturel

  • 3  La situation de Bruxelles, où cohabitent francophones et néerlandophones, demande de nuancer quel­ (...)
  • 4  Leur financement dépend cependant encore de négociations politiques au niveau fédéral. C’est en ef (...)
  • 5  Selon certains auteurs (Lawn M., Lingard B., 2002), un champ international de l’éducation se dével (...)

17 Le clivage linguistico-culturel, qui a significativement marqué l’histoire sociale et politique du pays, oppose francophones et néerlandophones. Au cours des dernières décennies, cette division au sein du champ du pouvoir a donné lieu à la scission pure et simple de la plupart des champs culturels spécifiques. De nombreuses organisations (associations, mouvements de jeunesse, partis politiques, universités, ministères, administrations, etc.) ont été scindées en deux. Il serait erroné de considérer que ces divisions ont conduit à une simple polarisation des champs spécifiques autour de deux pôles : un pôle francophone/un pôle néerlandophone. En réalité, dans bien des cas, la rupture a été telle qu’elle a donné lieu à un véritable dédoublement des champs. Si l’on prend l’exemple du secteur éducatif, on doit considérer aujourd’hui que les acteurs francophones et néerlandopho­nes de l’éducation ne font plus partie du même champ. Ils se situent dans deux champs distincts. Plus rien en effet ne les lie ou ne les oppose3 : ni les services et produits qu’ils génèrent4, ni les usagers des services en question, ni la définition des conditions d’accès à l’éducation et aux métiers de l’éducation, ni la définition des conditions d’exercice, ni même la lutte pour la définition légitime de l’éducation et de ses enjeux. Ils ne font plus partie du même espace de positions relatives5.

18 De nombreux champs se sont ainsi fractionnés et dédoublés sous l’effet de cette division linguistico-culturelle du pouvoir. Seuls les domaines d’activité les plus autonomes à l’égard de cette composante du champ du pouvoir ont pu maintenir l’existence de champs unitaires au sein desquels agissent à la fois des acteurs francophones et des acteurs néerlandophones. C’est dans une certaine mesure le cas des champs liés au sport, à l’écono­mie. Nous reviendrons sur le cas spécifique du champ du pouvoir politique.

2. Le clivage philosophico-culturel

19 Examinons maintenant comment le clivage philosophico-culturel produit des effets sur le fonctionnement de champs spécifiques. Ce cas de figure est plus complexe et nécessitera de plus amples développements. Pour saisir la portée de ce clivage, il faut remonter aux origines du pays : la Belgique de 1830 se caractérise par une importante ligne de démarcation au sein des élites et de la population. Celle-ci oppose les catholiques aux anti-cléricaux. Une des principales conditions de possibilité de la Belgique comme Etat-Nation a consisté en la construction, dès 1830-1831, d’un accord fondamental entre ces deux communautés qui n’ont accepté de vivre ensemble qu’à la condition de se voir accorder un certain nombre de libertés, notamment pour organiser leur vie collective (Mabille, 2000). La difficile question de la construction de l’Etat en Belgique ne peut être traitée sans saisir la marque que le clivage philosophico-culturel a apposée sur la forme même de l’Etat. Cette empreinte distingue fondamentalement la Belgique de la France, puisqu’elle pose les conditions du développement d’un Etat relativement faible au côté (plutôt qu’au-dessus) d’une société civile organisée et relativement forte.

  • 6  On trouve deux piliers principaux en Belgique (Seiler D-L., 1997) : un pilier catholique et un pil (...)
  • 7  Si le monde laïc et le monde chrétien ont chacun constitué un pilier d’organisations et d’acteurs (...)

20 Dans une diversité de secteurs (champs), chacune de ces communautés a alors mis en place un certain nombre d’organisations qui, ensemble, constituent ce que les intellectuels belges et néerlandais ont pris l’habitude de nommer un “pilier”6 (Seiler, 1997 ; Vanderstraeten, 2002) ou “segment” (Lijphart, 1979, 1985). Le concept de pilier – et le processus de pilarisation – sert à désigner ce mouvement au travers duquel une communauté culturelle organise sa vie collective en mettant en place un certain nombre d’organisations actives dans des champs différents. Si les piliers n’ont plus aujourd’hui le même poids que par le passé, les organisations qu’ils ont développées continuent souvent à exister et parfois à entretenir entre elles des rapports de soutien réciproque. On trouve ainsi, au sein du monde laïc (dans sa branche socialiste davantage que dans sa branche libérale), un certain nombre d’organisations7 (hôpitaux, mouvements de jeu­nesse, syndicats, universités, mutualités, coopératives dans le domaine des assurances et des banques…). De même, du côté catholique, on trouve une grande variété d’organisations actives dans une diversité de champs (santé, éducation, culture, enseignement supérieur et recherche, loisirs, mouvement de jeunesse, secteur bancaire, assurances…) et constitutives du pilier chrétien (Jelen/Wilcox, 1998). Historiquement, cette pilarisation s’est développée avec davantage de succès dans les secteurs de service (éducation, santé, loisirs, syndicalisme…) que dans des secteurs moins personnalisés (finance, industrie…) (Vanderstraeten, 2002).

21 A partir de ces éléments, on peut comprendre un fait empirique simple qui s’impose dans le contexte belge : de nombreux champs sont traversés et structurés par des lignes de démarcation similaires. Ainsi, dans le champ de la santé, il existe des institutions, des acteurs, des organisations, des associations, des assurances, des mutuelles propres au monde catholi­que et d’autres qu’on associe au monde laïc ou à l’Etat. Dans le champ scolaire, on distingue principalement les écoles confessionnelles (catholi­ques, pour la plupart) et les écoles dites “officielles” organisées par les pouvoirs publics (communes, provinces, entités fédérées). Le champ de la recherche dispose de ses universités catholiques et de ses universités de tradition libre penseur ou attachées à l’Etat. Dans le monde du travail, les organisations syndicales connaissent également des lignes de division qui distinguent catholiques d’une part et laïcs (principalement socialistes mais aussi libéraux) d’autre part. Ces différents champs présentent ainsi “un air de famille” (Quaghebeur/Rebérioux, 1997). Ils sont tous traversés par une même ligne de démarcation.

22 Le clivage philosophico-culturel, ainsi enraciné dans des organisations situées dans divers champs, est également parvenu à se structurer historiquement dans le champ du pouvoir politique au travers de partis politi­ques. Du côté catholique comme du côté socialiste, et dans une certaine mesure du côté libéral également, une logique d’appuis réciproques s’est alors mise en place entre les différents champs et le champ du pouvoir politique. Ainsi, les organisations catholiques (ou socialistes) dans les différents champs ont nourri et consolidé la composante catholique (socialiste) dans le champ du pouvoir politique, qui a, elle-même, contribué au renforcement desdites organisations. On doit en ce sens considérer que le segment politique des piliers est particulièrement crucial car il y joue un rôle pivot. La situation sociale et politique actuelle est cependant marquée par la prédominance du clivage linguistico-culturel sur le clivage philosophico-culturel et par une logique plus instrumentale (que philosophique) d’af­filiation des individus aux organisations liées aux piliers, qui conduit à un relatif affaiblissement de la force structurante des piliers dans le champ politique. On peut faire un double constat : (a) les acteurs politiques ne sont plus uniquement et nécessairement défendeurs d’un seul pilier et (b) les membres des piliers dans chaque champ se rattachent eux-mêmes de façon parfois pluraliste à plusieurs parties prenantes du champ politique qui ne sont plus les relais d’un seul pilier.

23 On le voit, les concepts de champ et de pilier désignent des réalités différentes, mais articulées entre elles. Si le “champ” rassemble un certain nombre d’acteurs autour d’un enjeu spécifique, qui fait l’illusio du champ, le “pilier” tend pour sa part à réunir, autour d’une certaine identité culturelle, des acteurs actifs dans des champs différents et mobilisés par des enjeux différents propres à chacun de leur champ respectif. Le pilier traverse donc différents champs : il leur est transversal.

  • 8  Il faut cependant noter également que le fait que la ligne de division catholique/laïc est en quel (...)

24 Si ces différents champs produisent aussi des lignes et des normes qui leur sont propres selon un principe de hiérarchisation interne (ce qui est le signe de leur autonomie relative), il parait évident que cette ligne de démarcation culturelle qui les traverse et les structure leur est, d’une certaine manière, “extérieure”8. En effet, cette ligne de démarcation ne résulte pas d’un travail symbolique spécifique à chacun des champs en question : ce n’est ni le champ scolaire, ni le champ de la santé, ni celui de la recherche (ni aucun autre champ spécifique) qui a, de par ses dynamiques sociales et symboliques propres, produit la division catholique/anticléricale à l’origi­ne des piliers. Celle-ci trouve son origine dans le champ du pouvoir (en particulier dans la manière dont le rapport Eglise/Etat s’est organisé en Belgique au sein du champ du pouvoir) et dans les caractéristiques sociologiques de la formation sociale belge.

25 Selon la théorie des champs de Bourdieu, le fait pour un champ d’être structuré par des lignes de division et de classement qui ne résultent pas des débats, des luttes et des rapports de pouvoir proprement internes audit champ est l’indicateur d’un déficit d’autonomie relative du champ en question à l’égard du ou des autres champs qui ont produit lesdites lignes de division. On sait en effet qu’un champ autonome se dote normalement de valeurs de référence, de règles de fonctionnement, de moyens légitimes d’action, de principes de reconnaissance de soi et des autres, de lignes de division, etc., qui lui sont propres. On est ainsi amené à interpréter l’exis­tence de piliers au sein d’une formation sociale comme le signe d’un déficit d’autonomie relative des champs spécifiques concernés par la pilarisation vis-à-vis du champ du pouvoir. Mais un tel diagnostic est-il satisfaisant ?

C. Pilier contre champ ?

26 Il semble à première vue que les deux types de différenciation/fragmen­tation renvoient à des forces qui s’exercent en sens opposés. La naissance de tel champ (fragmentation fonctionnelle) provient du travail social et symbolique d’agents qui, peu à peu, parviennent, dans des rapports de force, à faire reconnaitre un domaine spécifique d’activité et à maitriser les conditions d’entrée et les règles du jeu en interne… La construction d’un pilier (fragmentation culturelle) est un processus qui va en partie à l’encontre de cette autonomisation des champs puisqu’il s’agit plutôt de faire exister des liens transversaux aux champs. Deux dynamiques paraissent en tension : l’une est favorable à l’autonomie du champ ; l’autre structure des liens sociaux et symboliques entre acteurs issus de champs différents. On serait conduit, en suivant Bourdieu, à considérer la résultante de cette double dynamique sous le seul angle de l’autonomie relative du champ. Ainsi, la présence de piliers dans une formation sociale serait synonyme d’un déficit d’autonomie des champs, et, à l’inverse, l’affaiblis­sement de la fragmentation culturelle, contribuerait à l’autonomie des champs. La situation belge actuelle, qui se caractérise par un relatif affaiblissement des piliers, devrait alors être comprise comme favorable à l’autonomie des champs concernés par la (dé)pilarisation.

27 Un tel diagnostic, qui ne voit dans la pilarisation qu’un déficit d’auto­nomie des champs spécifiques, est insatisfaisant, ou plus précisément, incomplet. Il échoue en effet à rendre compte des effets historiques spécifi­ques de la pilarisation, au nombre desquels on doit compter la consolidation des ressources et des positions des acteurs les plus fortement intégrés aux piliers. Le croisement de la fragmentation culturelle (les piliers) avec la fragmentation fonctionnelle (les champs) produit des effets spécifiques qui ne peuvent se réduire à des formes de “déficit”. On distingue deux effets propres dans la suite du texte : un effet de solidarité, qui se réalise au sein de chaque pilier entre des champs différents ; et un effet de discrétion inter-segmentaire (inter-piliers) qui s’impose au sein de différents champs. Ces effets étant, c’est notre thèse, causés par le croisement des champs et des piliers, ils sont susceptibles de s’affaiblir avec la fragilisation actuelle des piliers. L’analyse offre ainsi des clés pour comprendre le contexte belge non seulement dans son histoire mais aussi dans son actualité.

1. La solidarité au sein du pilier

28 Conclure au déficit d’autonomie des champs ne suffit pas. Le propre du pilier consiste en effet aussi et surtout à faire tenir ensemble des fractions de champs différents qui se reconnaissent, au-delà des limites de leurs champs respectifs, à leur appartenance à une même communauté culturelle et à une même orientation philosophico-culturelle. Cette reconnaissance mutuelle, résultat d’une appartenance commune, a longtemps produit – et continue à produire, mais dans une mesure moindre – des effets de support réciproque (solidarité) qui augmentent les moyens d’action des acteurs centraux dans les champs où ils agissent (notamment le volume d’infor­mations à leur disposition, mais aussi, dans une certaine mesure, les ressources symboliques, sociales et parfois économiques dont ils bénéficient) : une forme de solidarité existe ainsi entre les acteurs catholiques des différents champs ou entre les acteurs des organisations laïques (socialistes ou libérales) de différents champs. Cette solidarité, qui offre aux acteurs qui y participent un surcroit de moyens d’action symboliques et sociaux, leur a souvent permis d’agir avec davantage de ressources dans tel ou tel champ donné. Il faut tout particulièrement souligner l’importance des liens qui se sont tissés – et qui aujourd’hui se défont en partie – au sein des piliers entre les différentes associations qui les constituent et leur segment politique. La dynamique de soutien réciproque, où les “segments” des champs soutiennent et sont soutenus par leur segment politique dans le champ du pouvoir politique, a fortement marqué l’histoire du système belge (au point de produire des effets considérés par certains (Van Brabant, 1998) comme “pervers”, tels que la politisation de l’administra­tion ou de diverses fonctions dans divers champs).

29 Ces liens “transversaux”, qui se tissent entre les acteurs de différents champs, permettent de comprendre un certain nombre de phénomènes, notamment en ce qui concerne le modèle belge de gestion de la conflictualité sociale. Cet arrangement complexe produit des effets sur les dispositions (politiques) des acteurs qui se trouvent ainsi liés entre eux par-delà les enjeux spécifiques à leur champ : en particulier, la disposition au compromis se nourrit de la pilarisation (van de Craen, 2002). Si l’on prend le cas du monde catholique qui a construit une forme quasi-idéaltypique de pilier, on peut par exemple noter que ledit pilier lie entre eux des leaders (catholiques) du monde syndical et des élites (catholiques) patronales, par-delà l’opposition des intérêts qui organise structurellement leurs rapports dans le champ des relations de travail. Autrement dit, cet arrangement spé­cifique (en pilier) adoucit/assouplit en quelques sorte les rapports de force qui peuvent exister entre des acteurs occupant des positions potentiellement conflictuelles dans un champ donné car ils se trouvent unis par leur appartenance commune à un même monde. Les observateurs de la vie sociale et politique belge ne sont pas sans savoir que les acteurs syndicaux catholiques optent souvent pour des prises de position davantage ouvertes au compromis avec le pouvoir que leurs homologues socialistes. C’est ainsi sans doute que l’on peut comprendre que le monde catholique tout particulièrement produit des élites rompues à l’art du compromis et peu enclines au conflit de type frontal (rapport de pouvoir par la domination).

30 C’est ainsi aussi que l’on peut comprendre pourquoi, dans le domaine des sciences sociales, les intellectuels belges (Quaghebeur/Rebérioux, 1997) ont eu tendance à produire des travaux qui envisagent les rapports de pouvoir sous des formes théoriques autres que celle du rapport habituel de domination : ainsi, par exemple, le concept de transaction de Jean Rémy (Rémy et al., 1978, 1980 ; voir aussi Fusulier/Marquis, 2008) ou la théorie du pouvoir de Georges Liénard (Liénard, 2010). Du point de vue de la sociologie de la connaissance, il est évident que les outils analytiques forgés dans un contexte donné doivent en partie leurs caractéristiques aux spécificités du contexte en question, contexte qui les a vus naitre et se développer et dont ils cherchent à rendre compte.

2. Entre les piliers, une certaine discrétion

31 Si le pilier fait tenir ensemble des acteurs issus de divers champs, il a aussi pour effet de séparer des mondes différents. L’histoire politique du pays (Mabille, 2000) est d’ailleurs fondamentalement marquée par cette nécessité de faire vivre ensemble des mondes distincts tout en leur accordant une certaine autonomie, voire un certain pouvoir discrétionnaire. Cette histoire prend sens en effet dès lors que l’on comprend son enjeu central qui a consisté à trouver des manières d’agir qui permettent à des groupes différents de vivre ensemble tout en préservant, au moins en partie, leur autonomie d’existence collective. Ces manières d’agir qui permettent le vivre ensemble dans une société segmentée sont par exemple le scrutin proportionnel (plutôt que majoritaire), l’octroi et le maintien d’une certaine autonomie aux acteurs collectifs organisés (notamment au travers de libertés constitutionnelles), le financement par les pouvoirs publics des activités organisées par ces collectifs lorsqu’elles sont considérées d’utilité publique (selon le principe de la liberté subsidiée par exemple), la négoci­ation de différentes formes de “pactes” (scolaire, culturel, associatif) supposés garantir un partage du pouvoir social et symbolique (Mangez, 2009). On peut ainsi comprendre par exemple pourquoi les pouvoirs publics belges définissent aujourd’hui leur relation avec le monde associatif (surtout non-lucratif) comme une relation de “complémentarité”.

32 Au sein des différents champs, ces pratiques actualisent un partage du pouvoir social et symbolique. La manière belge d’organiser une forme de cohabitation pacifique entre ses segments constitutifs a ainsi longtemps été de pair avec un principe de discrétion (Van Brabant, 1998). Cette nécessité de discrétion ne doit pas être entendue comme une forme de frilosité à l’égard de la “divulgation” d’informations qui, en tant que telles, mettraient qui que ce soit en péril. Il s’agit plutôt d’une habitude de prudence ou de diplomatie qui, dans le contexte consociatif (Lijphart, 1979), est porteuse d’une utilité politique fondamentale (Byrne, 2001 ; Gabel, 1998) : elle met en acte l’autonomie segmentaire et, en même temps, elle pose en puissance le compromis inter-segmentaire. La notion de discrétion s’entend alors au double sens du terme : il s’agit à la fois de laisser un certain nombre de choix à la discrétion des acteurs organisés (ce qui garantit leur autonomie en pratique), mais aussi de maintenir une certaine discrétion au sens où l’on ne se mêle pas des affaires de son voisin (ce qui rend le compromis possible en puissance).

33 Examinons à titre d’exemple le champ de l’éducation scolaire et celui de la recherche en éducation. Le champ scolaire, comme de nombreux au­tres, est marqué par le processus de fragmentation culturelle propre à la Belgique : le champ est en effet segmenté principalement entre un réseau d’écoles libres catholiques et le réseau dit “officiel” qui est historiquement investi par les fractions sociologiques anticléricales de la population. En étudiant le secteur de l’éducation, on ne peut pas ne pas être frappé par certaines particularités qui se révèlent intéressantes du point de vue de la théorie des champs. Ainsi, par exemple, pendant la majeure partie de son histoire, le champ scolaire ne s’est jamais véritablement doté de dispositifs d’évaluation des élèves qui soient communs à toutes les écoles et tous les élèves. Pas plus d’évaluation commune que de programmes de cours com­muns, les programmes du réseau catholique se différenciant significativement de ceux de l’enseignement officiel (Mangez, 2004, 2010). Jusqu’il y a peu (septembre 2008), le champ ne s’était pas non plus doté d’un corps d’inspecteurs porteurs des mêmes prérogatives dans tous les réseaux.

34 On a donc affaire ici à un champ qui, dans son fonctionnement et dans son histoire, n’a pas généré ces différents dispositifs, qui sont en réalité des instruments de mesure et d’évaluation, des systèmes de classement, mais aussi des instruments programmatiques qui définissent ce qu’est l’éducation et ce que sont ses enjeux. Ce constat, qui découle de l’histoire du champ, illustre bien ce principe de discrétion : le travail symbolique et social qui, dans d’autres contextes, donne forme à ces dispositifs communs à l’ensemble du champ, est ici laissé à la discrétion des principaux “segments” issus du phénomène de fragmentation culturelle.

35 En théorie en effet, au sein d’un champ, les acteurs et les groupes sont engagés dans des rapports sociaux et symboliques qui portent précisément sur les principes de fonctionnement du champ, sur la légitimité même des critères de classement, etc. Or, lorsque l’on observe le rapport entre le seg­ment catholique et le segment officiel, on doit constater qu’il y a eu une forme d’arrangement qui ne relève pas de la lutte sociale et symbolique, mais qui se fonde plutôt sur la mise en suspens durable de la lutte relative à un certain nombre d’enjeux symboliques. On peut faire l’hypothèse que cette mise en suspens provient d’un équilibre relatif entre les diverses parties prenantes du champ politique ainsi qu’entre les divers segments des deux camps rivaux astreints au compromis après une crise en partie parox­ystique (confer la guerre scolaire avec son apogée en 1954-1958 débouchant en 1959, après un changement de gouvernement et de majorité politique, sur la signature du Pacte scolaire).

36 En dehors de ces périodes de guerre scolaire, une sorte de pacte implicite marque le champ : on ne se mêle pas des affaires de son voisin, on ne cherche pas à l’évaluer et encore moins à s’y comparer. Si le champ scolaire n’a pas généré les dispositifs en question, ce n’est pas simplement parce que les rapports symboliques auraient été trop tendus, mais plutôt parce qu’il a été décidé que certaines questions ne devaient pas être traitées au niveau du champ dans son ensemble. C’est en quelque sorte un pacte de cohabitation culturelle pacifique, fondé sur la discrétion et rendu possible par la reconnaissance (sociale, politique mais aussi juridique) d’une équivalence entre les camps opposés. Si le Pacte scolaire de 1959 avait établi de façon durable la reconnaissance et l’autonomie des parties, cet équilibre est consacré plus nettement encore lorsque la Cour constitutionnelle de Belgique reconnait, en 2001, l’enseignement dit “libre” (très majoritairement catholique) comme “service public fonctionnel”, et établit ainsi une quasi-totale équivalence de traitement entre l’enseignement de l’Etat et l’enseignement libre reconnu.

37 Le champ de la recherche est également marqué par cette nécessité de discrétion (Mangez/Mangez, 2011). On peut faire les constats suivants à propos de la recherche en éducation. D’abord le champ de la recherche est traversé par les mêmes lignes de démarcation que le champ scolaire. En effet, de la même manière qu’il existe des écoles catholiques et des écoles officielles, il existe des universités catholiques, dotées de revues scientifi­ques et développant leurs programmes de recherche, et des universités de libre pensée ou organisées par l’Etat. On doit ensuite constater que dans le champ scientifique, la plupart des travaux en éducation sont mono- et intra-segmentaires. La recherche en éducation est mono-segmentaire au sens où le terrain de l’enquête est souvent limité à un seul réseau (catholique ou officiel), et elle est intra-segmentaire au sens où l’équipe de recherche fait souvent partie du même segment que son terrain. Les chercheurs en éducation savent en effet d’expérience qu’il est extrêmement complexe (socio-politiquement) de mettre en place un dispositif de recherche dont le terrain d’enquête s’étendrait à la fois dans le monde scolaire catholique et dans le monde scolaire officiel. Certaines conditions doivent être remplies, notamment en constituant un consortium d’universités appartenant à des segments différents et/ou en constituant un comité d’accompagnement composé de représentants des différents intérêts en présence. Ce type de comité peut en outre imposer un certain nombre de contraintes sur le type de données qui peuvent ou non être collectées et rendues publiques. Ceci signifie bien que l’autonomie du champ de la recherche en éducation demeure limitée. Cela veut aussi dire qu’il y a des questions de recherche qui ne peuvent être posées, des programmes de recherche qui ne peuvent être mis en œuvre.

38 On peut d’ailleurs comprendre aussi, à partir de cette clé de lecture, le constat posé par Varone et ses collègues (Varone/de Visscher, 2001 ; Varone/Jacob, 2004) pour qui l’évaluation des politiques publiques a tendan­ce à être « plus institutionnalisée dans les démocraties majoritaires (soit le modèle de Westminster ou un régime présidentiel) que dans les démocraties dites de consensus, de négociation ou de concordance » (Varo­ne/Ja­cob, 2004 :288). Le développement de l’évaluation des politiques publi­ques se réalise en effet plus lentement et plus difficilement au sein des dé­mocraties consociatives – caractérisées par la fragmentation culturelle de leur population et l’existence des segments ou de piliers en leur sein – notamment parce qu’un tel développement se heurte – autant qu’il porte atteinte – à la nécessité de discrétion. Si l’impératif de discrétion a bel et bien constitué un principe de maintien de la paix historiquement nécessaire dans le contexte divisé de la Belgique, il paraît évident que des évolutions sont aujourd’hui à l’œuvre. Ces dernières années ont vu se développer des espaces nouveaux chargés de gérer et de générer des connaissances supposées utiles à la conduite de l’action publique (tels que la Commission de pilotage en éducation, l’Institut wallon d’études et de prospective, le Conseil supérieur de l’emploi, divers “observatoires” fondés au cours des années nonante…). D’autre part, des missions d’évalu­ation ont aussi été confiées à des instances existantes (Conseil central de l’économie, par exemple) (Jadot, 2001).

39 Ces évolutions ne sont pas étrangères aux transformations du contexte international qui influent sur la manière dont les États-nations se pensent dans le monde. Il ne s’agit plus tant pour eux de se construire et d’exister comme État-nations, mais plutôt de s’engager dans une dynamique internationale qui les situe au sein de différents espaces de positions relatives dont les coordonnées sont souvent définies par des indicateurs de performances. L’espace national ne constitue alors plus un espace autonome en fonction duquel on peut penser les politiques publiques et la dynamique de leur fabrication.

40 Certains principes en vigueur au niveau national – c’est singulièrement le cas du principe de discrétion – peuvent ainsi se voir remis en cause par les pratiques et les discours normatifs à l’œuvre au niveau européen et selon lesquels il s’agit désormais de promouvoir l’évaluation des politiques publiques, de développer l’evidence-based policy ou, selon une formule plus souple et plus récente, le knowledge-informed policy (Mangez/Van­den Broeck, 2014). Il s’agit aussi d’observer et d’analyser les pratiques de ses voisins, proches ou lointains (benchmarking), en vue d’apprendre (policy learning) et d’identifier les bonnes pratiques (best practices). Au-delà des discours, en conditionnant l’accès aux fonds structurels à des pratiques d’évaluation, l’Europe a joué un rôle central dans le développement de dynamiques d’évaluation des politiques publiques en Belgique (Monnier, 2001 ; Schoon, 2001).

III. Conclusion : multi-dimensionnalité du pouvoir et théorie des champs

41 La théorie des champs est particulièrement adéquate pour penser la différenciation fonctionnelle (entre sphères d’activité) au sein d’une formation relativement homogène sur le plan culturel (comme la France). Notre analyse a voulu souligner que dans une société comme la société belge, marquée à la fois par une fragmentation fonctionnelle (des champs) et une double fragmentation culturelle – de type linguistique (des communautés) et de type philosophique (des piliers) –, il faut complexifier les outils théoriques. Plus précisément, l’enjeu plus théorique de cet article consiste en réalité à complexifier la problématique des rapports entre le champ du pouvoir et les champs spécifiques.

42 C’est la multi-dimensionnalité du champ du pouvoir en Belgique qui impose de poser un regard plus complexe sur la manière dont différentes forces, qui trouvent leur origine dans le champ du pouvoir, produisent des effets sur le fonctionnement et la structure des champs spécifiques. La spécificité du champ du pouvoir en Belgique tient au fait qu’il est structuré par davantage de lignes de division saillantes que la seule opposition entre capital culturel et capital économique.

43 De la même manière que Bourdieu observe que les champs spécifiques (de l’art, de la recherche, de la littérature, etc.) répondent à l’opposition capital culturel/capital économique caractérisant le champ du pouvoir en générant en leur sein une opposition entre un sous-espace consacré à l’ac­tivité pure (l’art pour l’art, la recherche fondamentale,…) et un sous espa­ce répondant à une demande externe (l’art commercial, la recherche appliquée,…), nous observons pour notre part que la complexité du champ du pouvoir en Belgique (qui se caractérise non seulement par une opposition capital culturel/capital économique, mais aussi élites catholiques/élites laï­ques, élites francophones/élites néerlandophones) produit sur les champs spécifiques des effets structurant multiples, en partie homologues au champ du pouvoir lui-même.

44 En outre, notre analyse a montré que le champ du pouvoir était susceptible de produire sur les champs spécifiques des effets que le simple diagnostic d’un déficit d’autonomie relative ne suffit pas à saisir. Dans certains cas, l’effet de fortes tensions au sein du champ du pouvoir peut conduire à l’éclatement et à la scission pure et simple des champs. Dans d’au­tres situations, l’apaisement des rapports de force au sein du champ du pouvoir au travers de la recherche d’un équilibre, peut nécessiter la mise en suspens de certains enjeux symboliques dans tel ou tel champ. Cette mise en suspens des rapports de force et de sens au sein de tel ou tel champ spécifique, rendue possible par (et nécessaire à) un équilibre de rapports de force entre segments organisés au sein du champ du pouvoir, caractérise sans doute davantage l’histoire de la Belgique que celle de la France. Dans la mesure où les rapports de sens à propos des principes de fonctionnement du champ sont déterminants pour la définition des positions et donc pour la distribution du pouvoir, on peut dire que la suspension durable des rapports de sens consiste aussi à procéder à un partage du pouvoir et à en sceller les termes. Dans les termes de Bourdieu, cela revient en quelque sorte à établir un taux de conversion fixe (et équilibré) entre différentes espèces de capital. Ce qui, sans doute, a longtemps fait la spécificité des champs dans le contexte belge est cette capacité à diviser durablement le pouvoir, à établir des pactes selon lesquels chacun s’oc­cupe de ses affaires. Cette situation historique particulière demande de complexifier le concept de champ pour reconnaître des champs aux for­mes particulières, nourris et structurés par des rapports de pouvoir autres que ceux qui opposent les détenteurs du capital culturel aux détenteurs du capital économique.

  • 9  Outre les dimensions examinées dans cette contribution, il faudrait sans doute tenir compte égalem (...)

45 La prise en compte de la multidimensionalité9 du champ du pouvoir impose et permet de complexifier nos grilles d’analyse de l’autonomie relative des champs spécifiques. On peut ainsi formuler trois propositions théoriques générales.

46 Des champs spécifiques différents peuvent être marqués de manière différente par telle ou telle dimension du pouvoir. En reconnaissant une certaine pluralité de lignes de division au sein du champ du pouvoir, on se donne en effet les moyens de comprendre que des champs spécifiques différents peuvent être marqués de manière différente par telle ou telle ligne de division. Autrement dit, la mise en évidence de la complexité du champ du pouvoir permet de formuler l’hypothèse que l’autonomie relative de tel ou tel champ peut varier selon que l’on considère son degré d’autonomie vis-à-vis de l’une ou de l’autre des lignes de division qui structurent le champ du pouvoir : un champ donné peut par exemple bénéficier d’une autonomie forte vis-à-vis du rapport de pouvoir entre catholiques et laïcs, tout en ne jouissant que d’un faible degré d’autonomie relative vis-à-vis du pouvoir économique.

47 Un champ donné peut voir son autonomie relative croitre vis-à-vis d’une dimension et décroitre vis-à-vis d’une autre des dimensions structurant le champ du pouvoir. Ainsi par exemple, s’il est évident que des champs tels que ceux de la santé, de l’éducation ou de la recherche ont traditionnellement été marqués par le rapport de pouvoir philosophico-cul­turel, ils connaissent aujourd’hui un gain relatif d’autonomie vis-à-vis de cette ligne de division, en même temps que décroit leur autonomie relative à l’égard du pouvoir économique, ce qui se traduit, sous une forme réfractée, au travers de la hiérarchisation de plus en plus nette entre deux critè­res de reconnaissance et de valorisation des savoirs : tant dans le domaine de la recherche que dans le champ de l’éducation, l’évaluation des savoirs en fonction de leur valeur d’usage l’emporte de plus en plus nettement sur la valorisation des savoirs pour leur valeur propre (c’est-à-dire pour leur contribution à l’accumulation du savoir) (Mangez, 2008).

48 Des acteurs qui, au sein d’un champ donné, s’opposent sur un plan (par exemple dans leur position philosophico-culturelle) peuvent, dans le même temps, former une alliance pour tenter de consolider l’autonomie du champ vis-à-vis d’une autre composante du champ du pouvoir. Ainsi, les mutuelles socialistes et catholiques, qui s’opposent sur le plan philosophico-culturel et qui sont en concurrence entre elles, peuvent constituer des alliances pour faire face aux demandes et exigences des syndicats de médecins par exemple. De même, dans le champ scolaire, les agents pédagogiques intermédiaires (conseillers pédagogiques, inspecteurs…) de l’en­seignement catholique et de l’enseignement officiel peuvent, dans certai­nes conditions, s’allier pour tenter de résister aux exigences que le pouvoir économique fait peser sur leur champ.

Haut de page

Bibliographie

Bader V.,
2003 “Religions and States. A New Typology and a Plea for Non-Constitutional Pluralism”, Ethical Theory and Moral Practice, 6 (1), pp. 55-91.

Bourdieu P.,
1971 “Champ du pouvoir, champ intellectuel et habitus de classe”, Scolies, n° 1, pp. 7-26.
1977 “Sur le pouvoir symbolique”, Annales E.S.C., 32 (3), pp. 405-411.
1983 “The Field of Cultural Production, or : the Economic World Reversed”, Poetics, 12, pp. 311-356.
1989 La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éd. de Minuit.
1992 Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.
2001 Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil (Collection Points Essais).

Byrne S.,
2001 “Consociational and Civic Society Approaches to Peacebuilding in Northern Ireland”, Journal of Peace Research, 38 (3), pp. 327-352.

Craen (van de) P.,
2002 “What, if Anything, Is a Belgian ?”, Yale French Studies, 102, pp. 24-33.

De Coorebyter V.,
2008 “Clivages et partis en Belgique”, Courrier hebdomadaire du CRISP, (15), pp. 7-95.

Delvaux B., Mangez É.,
2013 “Le rôle des connaissances dans le champ de l’éducation belge francophone : de la nécessité de discrétion au développement hétéronome de connaissances”, Revue française de pédagogie, 182, pp. 31-40.

De Munck J.,
2002 La Belgique sans ses piliers ? Du conflit des modèles au choix d’une politique, in De Munck J., Dehogne R. et al. (eds.), Piliers, réseaux et démocratie, Bruxelles, Vista, pp. 95-115.

Dobbelaere K., Voyé L.,
1990 “From Pillar to Postmodernity : The Changing Situation of Religion in Belgium”, Sociology of Religion, 51 (Special Issue), S1-S13.

Fusulier B., Marquis N.,
2008 “La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 39 (2), pp. 3-21.

Gabel M. J.,
1998 “The Endurance of Supranational Governance : A Consociational Interpretation of the European Union”, Comparative Politics, 30 (4), pp. 463-475.

Hilgers M., Mangez E.,
2014a “Introduction to Pierre Bourdieu’s Theory of Social Fields”, in Hilgers M., Mangez E., Bourdieu’s Theory of Social Fields. Concepts and Applications, London/New-York, Routledge, Routledge Advances in Sociology, pp. 1-36 [à par.].
2014b “Afterword. Theory of Fields in the Postcolonial Age”, in Hilgers M., Mangez E., Bourdieu’s Theory of Social Fields. Concepts and Applications, London/New-York, Routledge, Routledge Advances in Sociology, pp. 254-270 [à par.].

Jadot M.,
2001 “L’évaluation administrative de la politique fédérale de l’emploi”, in Visscher (de) C., Varone F. (dir.), Évaluer les politiques publiques. Regards croisés sur la Belgique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 87-94.

Jelen T. G., Wilcox C.,
1998 “Context and Conscience : The Catholic Church as an Agent of Political Socialization in Western Europe”, Journal for the Scientific Study of Religion, 37 (1), pp. 28-40.

Kickert W. J. M.,
2003 “Histoire de la gouvernance publique aux Pays-Bas”, Revue française d’administration publique, 105/106, pp. 167-182.
Lawn M., Lingard B.,
2002 “Constructing a European Policy Space in Educational Governance : the Role of Transnational Policy Actors”, European Educational Research Journal, 1 (2), pp. 290-307.

Lemieux C.,
2011 “Le crépuscule des champs. Limites d’un concept ou disparition d’une réalité historique”, in Fornel (de) M., Oglen A. (dir.), Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 75-99.

Liénard G.,
2010 Entre travail, responsabilité et action : quelles articulations, Louvain-la-neuve/Charleroi, Université catholique de Louvain, Cahiers du CIRTES n° 2.

Lijphart A.,
1979 “Consociation and Federation : Conceptual and Empirical Links”, Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique, 12 (3), pp. 499-515.
1985 “Non-Majoritarian Democracy : A Comparison of Federal and Consociational Theories”, Publius, 15 (2), pp. 3-15.

Lorwin V. R.,
1971 “Segmented Pluralism : Ideological Cleavages and Political Cohesion in the Smaller European Democracies”, Comparative Politics, 3 (2), pp. 141-175.

Luhmann N.,
1995 Social Systems, Stanford, Stanford University Press.

Mangez C., Mangez E.,
2011 “Producing Dangerous Knowledge : Researching Knowledge Production in Belgium”, European Educational Research Journal, 10 (2), pp. 252-258.

Mangez E.,
2004 “La production des programmes de cours par les agents intermédiaires : transfert de savoirs et relations de pouvoir”, Revue française de pédagogie, 146, pp. 65-77.
2008 Réformer les contenus d’enseignement. Une sociologie du curriculum, Paris, PUF.
2009 “De la nécessité de discrétion à l’Etat évaluateur”, La Revue Nouvelle, juillet-août, pp. 32-37.
2010 “Global Knowledge-Based Policy in Fragmented Societies : the Case of Curriculum Reform in French-Speaking Belgium”, European Journal of Education, 45 (1), pp. 60-73.

Mangez E., Hilgers M.,
2012 “The Field of Knowledge and the Policy Field in Education : PISA and the Production of Knowledge for Policy”, European Educational Research Journal, 11 (2), pp. 189-205.

Mangez E., Vanden Broeck P.,
2014 “ ‘Speaking truth to power ?’ On the challenges of collaborative research through European funding, in Lawn M., Normand R., Shaping of European Education : Interdisciplinary perspectives, London, Routledge, [à par.].

Martuccelli D.,
1999 Sociologies de la modernité. L’itinéraire du XXe siècle, Paris, Gallimard (Folio/Essais).

Molitor M.,
2013 “Vers la fin des piliers dans l’enseignement supérieur ? ”, Les analyses du CRISP, en ligne, 28 octobre 2013, www.crisp.be.

Monnier E.,
2001 “État des pratiques d’évaluation dans les pays européens”, in Visscher (de) C., Varone F. (dir.), Évaluer les politiques publiques. Regards croisés sur la Belgique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 55-64.

Papadopoulos Y.,
2003 “Gouvernance et transformation de l’action publique : quelques notes sur l’apport d’une perspective de sociologie historique”, in Laborier P., Trom D. (Eds), Historicités de l’action publique, Paris, PUF pp. 119-135.

Quaghebeur M., Rebérioux M.,
1997 “Intellectuels en Belgique et en France : « piliers », citoyenneté, État”, Le Mouvement social, 178, pp. 89-115.

Remy J., Voyé L., Servais E.,
1978 Produire ou reproduire ?, Tome 1, Bruxelles, Vie Ouvrière.
1980 Produire ou reproduire ?, Tome 2, Bruxelles, Vie Ouvrière.

Rokkan S.,
1977 “Towards a Generalized Concept of Verzuiling : a Preliminary Note”, Political Studies, 25 (4), pp. 563-570.

Schoon A.,
2001 “L’évaluation des politiques publiques en Région wallonne : la vision de l’évaluateur”, in Visscher (de) C., Varone F. (dir.), Évaluer les politiques publiques. Regards croisés sur la Belgique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 79-85.

Seiler D.-L.,
1997 “Un système consociatif exemplaire : la Belgique”, Revue internationale de politique comparée, vol. 4, n° 3, pp. 601-624.

Swyngedouw M.,
1995 “Les nouveaux clivages dans la politique belgo-flamande”, Revue française de science politique, 45 (5), pp. 775-790.

Vandenberghe F.,
1999 “ ‘The Real is Relational’ : An Epistemological Analysis of Pierre Bourdieu’s Generative Structuralism”, Sociological Theory, 17 (1), pp. 32-67.

Vanderstraeten R.,
2002 “Cultural Values and Social Differentiation : the Catholic Pillar and its Education System in Belgium and the Netherlands”, Compare, 32 (2), pp. 133-148.

Varone Fr., Jacob S.,
2004 “Institutionnalisation de l’évaluation et nouvelle gestion publique : un état des lieux comparatif”, Revue internationale de politique comparée, vol. 11, n° 2, p. 271-292.

Varone Fr., Visscher (de) C.,
2001 “Introduction”, in Visscher (de) C., Varone F. (eds.), Évaluer les politiques publiques. Regards croisés sur la Belgique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 7-17.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

La sociologie nous invite à penser toute chose en fonction de ses conditions sociales de production, de fabrication, de circulation, d’usage. Peut-on faire cet exercice à propos de la théorie sociologique elle-même ? Partant ici de la théorie des champs de Pierre Bourdieu, nous traitons la question suivante : est-ce que le concept de champ continue à fonctionner de la même manière (et avec la même efficacité) quand on le déplace vers un contexte autre que celui de la société française, où il a été forgé ? La théorie des champs parait particulièrement adéquate pour penser la différenciation fonctionnelle (entre sphères d’activité) au sein d’une formation relativement homogène sur le plan culturel (comme la France). Mais quels sont les apports et les limites de cette thé­orie dès lors que l’on entend étudier des sociétés plus profondément divisées que la France ?

Si le processus de différenciation fonctionnelle – qui est à l’origine des champs – est à l’œuvre dans les sociétés modernes, certaines formations sociales sont marquées égale­ment par un processus de différenciation culturelle qui distingue différentes commu­nautés en leur sein (le plus souvent en fonction de leur orientation philosophique, de leur langue ou de leur origine ethnique). Le concept de pilarisation sert à désigner le processus au travers duquel une communauté organise sa vie collective en mettant en place un certain nombre d’organisations actives dans des champs différents. Les concepts de champ et de pilier désignent ainsi des réalités différentes, articulées entre elles. Si le “champ” rassemble un certain nombre d’acteurs autour d’un enjeu spécifi­que, qui fait l’illusio du champ, le “pilier” tend pour sa part à réunir, autour d’une certaine identité culturelle, des acteurs actifs dans des champs différents et mobilisés par des enjeux différents propres à chacun de leur champ respectif. Le pilier traverse donc différents champs : il leur est transversal.

Il semble à première vue que les deux types de différenciation/fragmentation renvoient à des forces qui s’exercent en sens opposés. La naissance de tel champ (fragmentation fonctionnelle) provient du travail social et symbolique d’agents qui, peu à peu, parviennent, dans des rapports de force, à faire reconnaitre un domaine spécifique d’acti­vité et à maitriser les conditions d’entrée et les règles du jeu en interne… La construction d’un pilier (fragmentation culturelle) est un processus qui va en partie à l’encontre de cette autonomisation des champs, puisqu’il s’agit plutôt de faire exister des liens transversaux aux champs. Deux dynamiques paraissent en tension : l’une est favorable à l’autonomie du champ ; l’autre structure des liens sociaux et symboliques entre acteurs issus de champs différents. On serait conduit, en suivant Bourdieu, à considérer la résultante de cette double dynamique sous le seul angle de l’autonomie relative du champ. Ainsi, la présence de piliers dans une formation sociale serait synonyme d’un déficit d’autonomie des champs. La situation belge actuelle (qui nous sert d’étude de cas) qui se caractérise par un relatif affaiblissement des piliers, devrait alors être comprise comme favorable à l’autonomie des champs concernés par la (dé-) pilarisation.

Un tel diagnostic, qui ne voit dans la pilarisation qu’un déficit d’autonomie des champs spécifiques, est insatisfaisant, ou plus précisément, incomplet. L’étude du cas belge montre que le croisement de la fragmentation culturelle (les piliers) avec la frag­mentation fonctionnelle (les champs) produit des effets spécifiques qui ne peuvent se réduire à des formes de “déficit” : un effet de solidarité, qui se réalise au sein de cha­que pilier entre des champs différents ; et un effet de discrétion inter-segmentaire (interpiliers) qui s’impose au sein des différents champs. Ces effets étant, c’est notre thèse, causés par le croisement des champs et des piliers, ils sont susceptibles de s’af­faiblir avec l’affaiblissement actuel des piliers. On comprendra donc, dans le contexte belge, le déclin actuel de la discrétion (visible par exemple avec la montée de l’évalua­tion) et de la solidarité intra-pilier (visible par exemple dans l’échec, en 2002, de la fu­sion des universités associées au monde chrétien) comme un indice empirique favora­ble à la thèse que nous défendons.

Si l’on admet que la théorie des champs doit beaucoup au cas, daté et situé, d’une France dotée d’un Etat fort, capable d’uniformiser les hiérarchies culturelles, en est-on pour autant réduit à disqualifier la prétention de la théorie des champs à être utile et fé­conde en dehors des cas de ce genre ? Il nous parait plus pertinent de considérer que l’extension de la théorie des champs à d’autres contextes – en particulier ceux moins, peu ou, en tout cas, différemment différenciés – demande un ajustement du cadre théo­rique permettant de dépasser les limites générées par la spécificité du point de vue qui a servi de point d’appui au travail théorique de Bourdieu.

Structured Summary

Sociology invites us to think of everything in terms of its social conditions of production, manufacture, circulation and use. Can we continue this exercise in connection with sociological theory itself ? Beginning here with Pierre Bourdieu’s field theory, we deal with the following question : does the concept of field continue to function in the same way (and with the same effectiveness) when it is displaced towards a context outside the French society it was forged in ? Field theory seems particularly adequate for thinking the functional differentiation (between spheres of activity) within a relati­vely homogeneous formation on the cultural level (like France). But what are the contributions and limits of this theory once we decide to study societies more deeply divided than France ?

If the process of functional differentiation – which is at the origin of the fields – is at work in modern societies, certain social formations are also marked by a process of cultural differentiation which distinguishes various communities within them (general­ly in terms of their philosophical orientation, their language or their ethnic origin). The concept of pillarisation is used to indicate the process through which a community organizes its collective life in setting up a certain number of active organizations in va­rious fields. The concepts of field and pillar thus indicate different realities, related to one another. If the “field” gathers a certain number of actors around a specific issue, whence the illusion to a field, the “pillar”, for its part, tends to unite actors active in different fields and mobilized by different issues around a certain cultural identity, proper to each of their respective fields. The pillar thus crosses various fields : it is transversal to them.

At first glance, it seems that the two types of differentiation/fragmentation refer to for­ces exerted in opposite directions. The birth of such a field (functional fragmentation) comes from the social and symbolic work of agents who, little by little, in power struggles, manage to have a specific domain of activity recognized and to master the conditions of entry as well as the internal game rules… The construction of a pillar (cultural fragmentation) is a process which goes partly against this autonomization of fields, since it is rather a question of creating bonds that are transversal to the fields. Two dynamics appears in tension : one is favourable to the field’s autonomy, the other structures social and symbolic bonds between actors issuing from different fields. In following Bourdieu, we would be led to consider the resultant of this double dynamics uniquely from the angle of the relative autonomy of the field. Thus, the presence of pillars in a social formation would be synonymous with a deficit in the fields’ autonomy. The current Belgian situation (which we use as a case study), which is characterized by a relative weakening of the pillars, would then have to be understood as favourrable to the autonomy of the fields concerned by the (de-) pillarisation.

Such a diagnosis, which only sees a deficit of autonomy of specific fields in pillarisation, is unsatisfying, or more precisely, incomplete. Study of the Belgian case shows that the crossing of cultural fragmentation (the pillars) with functional fragmentation (the fields) has produced specific effects which cannot be reduced to forms of “deficit” : an effect of solidarity, which is achieved within each pillar between different fields ; and an effect of inter-segmentary (inter-pillar) discretion which is essential within the various fields. These effects being, and this is our thesis, caused by the cros­sing of fields and pillars, they are likely to weaken with the present weakening of the pillars. Hence, in the Belgian context, we should understand the current decline in discretion (visible, for example, with the rise of evaluation) and intra-pillar solidarity (visible, for example, in the 2002 failure of the fusion of universities associated with the Christian world) as an empirical index favourable to the thesis we defend.

If we admit that the field theory owes a lot to the dated and situated case of a France endowed with a State quite capable of standardizing cultural hierarchies, are we for all that reduced to disqualifying the field theory’s claim of being rich and useful beyond cases of this kind ? To us it seems more relevant to consider that the extension of field theory to other contexts – particularly those less, little or, in any case, otherwise diffe­rentiated – requires an adjustment of the theoretical framework allowing us to exceed the limits generated by the specificity of the point of view which has served as a fulcrum for the theoretical work of Bourdieu.

Haut de page

Notes

1  Cet article a été rédigé dans le cadre du projet de recherche intégré n°028848-2 financé par le 6e programme-cadre européen : KNOWandPOL (The role of knowledge in the construction and regulation of health and education policy in Europe : convergences and specificities among nations and sectors). Site web : http://www.knowandpol.eu.

2  Pour une critique de l’autonomie des champs, voir l’excellente analyse de Lemieux C., 2011.

3  La situation de Bruxelles, où cohabitent francophones et néerlandophones, demande de nuancer quel­que peu l’analyse. On y voit se développer certaines formes de discussion entre francophones et néerlan­dophones à propos notamment des infrastructures scolaires qui seront nécessaires pour faire face au développement démographique de la ville.

4  Leur financement dépend cependant encore de négociations politiques au niveau fédéral. C’est en effet le pouvoir fédéral, où siègent des francophones et des néerlandophones, qui finance les gouvernements spécifiques (le gouvernement flamand et le gouvernement de la Communauté française) qui sont chacun en charge d’organiser l’éducation pour leur communauté spécifique.

5  Selon certains auteurs (Lawn M., Lingard B., 2002), un champ international de l’éducation se développe aujourd’hui, sous l’effet notamment d’instruments de mesure et de comparaison internationale. Les acteurs de l’éducation belges francophones et néerlandophones peuvent être considérés comme agissant dans ce champ, chacun au même titre que d’autres acteurs issus d’autres espaces nationaux.

6  On trouve deux piliers principaux en Belgique (Seiler D-L., 1997) : un pilier catholique et un pilier anticlérical (ou laïc) au sein duquel on trouve deux branches, une branche socialiste et une branche libérale. Chacune de ces branches est elle-même auto-organisée et active dans différents champs. En prati­que, c’est le pilier chrétien qui a indéniablement été le plus structuré : il a longtemps représenté une forme quasi idéal-typique de pilier (Vanderstraeten R., 2002). Puis vient la branche socialiste du monde anticlérical, qui compte elle aussi un grand nombre d’organisations et qui forme un pilier relativement bien intégré. La branche libérale compte un moins grand nombre d’organisations et d’acteurs et son degré d’intégration en pilier est moins fort.

7  Si le monde laïc et le monde chrétien ont chacun constitué un pilier d’organisations et d’acteurs collectifs actifs dans divers champs, on doit néanmoins souligner que ce processus de pilarisation a été plus intense et plus complet du côté chrétien. Dans le camp laïc, les acteurs ont articulé deux dynamiques : l’une consistant à développer des organisations propres ; l’autre consistant à investir des services publics (en particulier, les écoles publiques) et, à certaines époques, à lutter contre l’emprise des acteurs chrétiens sur les services publics.

8  Il faut cependant noter également que le fait que la ligne de division catholique/laïc est en quelque sorte “extérieure” aux champs spécifiques ne signifie pas qu’elle n’est pas, dans certains cas, emplie de sens pour le développement des activités spécifiques au sein des champs.

9  Outre les dimensions examinées dans cette contribution, il faudrait sans doute tenir compte également des acteurs extranationaux et des dimensions internationales qui participent également à la complexification du champ du pouvoir. On voit bien par exemple que des organismes internationaux (tels que l’OCDE, la banque mondiale…) produisent ou tentent de produire des effets sur des champs spécifiques (Mangez E., Hilgers M., 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Mangez et Georges Liénard, « Pilier contre champ ? De l’articulation entre différenciation fonctionnelle et fragmentation culturelle  », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-1 | 2014, 1-22.

Référence électronique

Éric Mangez et Georges Liénard, « Pilier contre champ ? De l’articulation entre différenciation fonctionnelle et fragmentation culturelle  », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1119 ; DOI : 10.4000/rsa.1119

Haut de page

Auteurs

Éric Mangez

Eric Mangez est professeur de sociologie de l’Université catholique de Louvain et chercheur au Cirtes et au Girsef (Iacchos).

Articles du même auteur

Georges Liénard

Georges Liénard est professeur ordinaire émérite de sociologie de l’Université catholique de Louvain, il est actuellement professeur invité à la Fopes et chercheur associé au Cirtes (Iacchos).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org