Navigation – Plan du site

La rénovation de l’habiter dans le grand ensemble de la Duchère. Pour en finir avec la figure des « nouveaux habitants »

Renovating the Living Environment in the Large La Duchère Complex Putting aside the Image of “New Inhabitants”
Sarah Rojon
p. 23-44

Résumés

Depuis 2003, le quartier de la Duchère fait l’objet d’un Grand projet de ville parmi cinquante sites nationaux classés en zone urbaine sensible”. Reposant sur un programme de démolition-reconstruction, le dispositif vise à réduire la part des logements sociaux et à diversifier l’offre immobilière à l’intérieur de ces territoires marginalisés, afin d’y encourager la “mixité sociale”. Si la rénovation urbaine suppose l’instauration d’un nouveau mode d’habitat et induit la fabrication d’une nouvelle catégorie d’habitants, comment se recompose l’habi­ter dans un tel contexte de mutation ? Malgré l’intention politique de lutter con­tre les processus d’exclusion qui touchent des populations vivant aux franges de la ville, l’appréhension du contexte local de la Duchère, dans une perspecti­ve tant synchronique que diachronique, a permis de révéler la reconstitution de frontières symboliques à travers des formes complexes de réinterprétation et de résistance. Cet article entend montrer en quoi l’expertise anthropologique peut contribuer à éclairer ou anticiper des situations potentiellement conflictuelles, notamment lors de la mise en œuvre d’un projet urbain.

Haut de page

Texte intégral

I. D’une catégorie de “nouveaux habitants” à de nouvelles situations de l’habiter

  • 1  Le choix de ce sujet est issu de mon engagement au sein d'une équipe de recherche-action coordonné (...)

1 Ce texte a été rédigé pour condenser les résultats d’une enquête ethnographique menée en 2010, dans le cadre d’une commande de la Mission Lyon La Duchère (avec le soutien financier de la Direction du développe­ment territorial de la ville de Lyon). Fruit d’une immersion de deux années au sein du quartier de la Duchère, le compte rendu présenté ici s’ins­crit dans le prolongement d’un précédent travail de recherche-action sur les dynamiques mémorielles liées aux transformations urbaines1. L’expé­rience du terrain m’avait permis de prendre la mesure d’un enjeu majeur : l’installation de nouveaux résidents attirés par des programmes de logements neufs. Soucieuse de connaître le public en question, la Mission Lyon La Duchère m’offrit l’opportunité d’explorer cet objet d’étude suivant une démarche inductive, à partir de laquelle je me proposai d’analy­ser les points de vue et les pratiques des protagonistes sous l’angle d’une ethnographie de l’habiter.

2 Conformément aux attentes du commanditaire, l’objectif de l’enquête était de mieux connaître les “nouveaux habitants” en s’attachant à leur profil, leur parcours résidentiel, leurs motivations à venir vivre à la Duchère et leurs perspectives d’intégration dans le quartier. Mais qui sont au juste ceux que l’on considère comme les “nouveaux” habitants de la Duchère ? S’agit-il de résidents venus d’ailleurs ou d’occupants des logements neufs ? Que recouvre le qualificatif “nouveau” ? Comment comprendre les conditions d’émergence de cette catégorie d’habitants et en cerner les contours ?

3 L’expression “nouveaux habitants” suppose l’apparition d’une nouvelle catégorie de résidents qui se différencie des autres populations du quartier. Elle renvoie, en creux, à une relation d’interdépendance entre “anciens” et “nouveaux” habitants – car si l’on évoque des “nouveaux”, c’est bien parce que l’on fait exister des “anciens”. Construire un savoir au sujet des uns passe donc par un questionnement sur leurs rapports aux autres ; faire l’économie de cette démarche reviendrait à fragmenter la réalité sociale. Ainsi, bien que la population ciblée par l’enquête corresponde aux habitants dits “nouveaux”, il convient d’opter pour une approche relationnelle, ceci afin d’éviter de cloisonner ces derniers dans un groupe, comme s’ils formaient un isolat culturel.

4 La Mission Lyon La Duchère m’avait chargée de réaliser une enquête qualitative auprès de “nouveaux résidents” du quartier, « qu’il s’agisse de copropriétaires, de locataires ou d’étudiants des nouveaux îlots livrés » (selon les termes de la commande). Un intérêt particulier pour les habitants du parc neuf était ainsi mentionné. La possibilité de reformuler la commande m’a néanmoins permis de disposer d’une marge de manœuvre et de remettre en question cette catégorie préétablie.

  • 2  Les attributions du qualificatif “nouveau”, mêlant à la fois l’imaginaire et le réel, proviennent (...)
  • 3  Ainsi que le confirme Denys Cuche, « [l]'identité est toujours un compromis, une négociation pourr (...)

5 Si je pensais a priori me concentrer sur les personnes nouvellement arrivées dans le quartier et résidant dans les nouveaux logements, c’est-à-dire appréhender une situation doublement inédite, les premières observations de terrain et l’exploration sémantique des discours à l’égard des “nouveaux habitants” m’ont poussée à reconsidérer la population concernée. J’ai réalisé que les usages vernaculaires de cette expression ne coïnci­daient pas avec la délimitation postulée au départ. Des processus situation­nels d’auto-désignation ou d’assignation2 invitent en effet à complexifier le tableau. Il est par exemple possible de se sentir “autochtone” tout en se considérant “nouvel habitant” (du fait d’habiter dans une résidence neu­ve), ou encore d’être identifié aux “nouveaux habitants” mais de se percevoir autrement (du fait d’habiter dans une barre d’immeuble). D’où la nécessité de prêter attention à la pluralité des représentations locales sur les “nouveaux habitants”, de façon à prendre en compte autant ceux qui se re­connaissent que ceux qui sont reconnus comme tels3. Par conséquent, il m’a semblé important de diversifier les moyens pour entrer en contact avec les intéressés, en faisant appel aux connaissances d’acteurs du terrain (habitants et professionnels confondus) ainsi qu’à mes intuitions, avec le parti pris de laisser les informateurs interpréter librement le sens de l’ex­pression – sans orienter leur réponse en fonction d’une quelconque définition. Le recrutement des enquêtés s’est de ce fait décliné selon deux modalités : la prise de contact “directe”, au gré de rencontres spontanées et aléatoires en différents lieux du quartier ; la prise de contact “indirecte”, par l’intermédiaire du personnel sollicité au sein d’équipements sociaux ou éducatifs, et par l’utilisation de coordonnées disponibles sur le réseau informatique interne de la Mission Lyon La Duchère.

6 La catégorie de “nouveaux habitants” ne constitue pas une évidence. Il s’agit avant tout d’une construction culturelle et sociale que j’ai choisi d’examiner en m’intéressant à la signification qu’elle revêtait pour divers acteurs du quartier. Or, en raison de son caractère polysémique et protéiforme, j’ai été amenée à élargir le public de l’enquête initialement circons­crit. Trois principaux cas de figure ont été repérés à partir des acceptions distinctes quant au terme “nouveaux habitants” :

  • des personnes venues de l’extérieur de la Duchère et ayant emménagé dans le parc immobilier neuf ;

  • des habitants ou ex-habitants de la Duchère s’étant réinstallés dans le quartier (parc immobilier neuf ou existant) ;

  • des personnes venues de l’extérieur de la Duchère et ayant emménagé dans le parc immobilier existant.

7 Ce remaniement catégoriel m’a permis de tenir compte de la diversité des situations pour saisir le phénomène de manière globale et systémique. Se considérer ou être perçu comme un “nouvel habitant” relève en fait d’une position assumée ou assignée et revient à prendre place parmi les autres dans l’espace du quartier. À partir de ce positionnement, circonstan­ciel et mouvant, s’élaborent des visions du monde, s’inventent des prati­ques de lieux et se tissent des rapports sociaux. Il est question non d’un état objectif mais de processus multiples se construisant dans l’intersub­jectivité. Traiter de l’habiter plutôt que de l’habitant devient alors plus pertinent, car cette tournure à l’infinitif substantivé sous-tend une conception du « faire avec de l’espace » (Stock, 2007 :112) qui lui confère une dy­namique interactionnelle. Il convient donc d’opérer un glissement de l’ob­jet d’étude : passer d’une définition unilatérale puis multilatérale des “nouveaux habitants” à une reconnaissance de la pluralité des nouvelles expériences de l’habiter.

8 Dans cette optique, la fabrication d’un nouvel habiter ne se réduit pas au logement stricto sensu, mais embrasse différents aspects de la vie dans le quartier. L’habiter inclut en effet les déplacements à partir et à destination du foyer, des traversées ordinaires ou insolites ; il s’appréhende au travers des sociabilités de voisinage et des questions relatives à l’appropri­ation du territoire. L’habiter peut ainsi se définir comme un rapport sensi­ble à l’habitat dans la mesure où il déborde les limites de l’habitation. C’est tout l’univers – culturel et social – dans lequel il se déploie qui lui donne sens ; autrement dit, il se comprend comme une « totalité signifiante » (Laplantine, 1996 :98).

9 Je commencerai par fournir quelques éléments contextuels pour retracer succinctement les étapes ayant abouti à la décision d’une lourde restructuration du grand ensemble de la Duchère ; j’aborderai ensuite la question cruciale de la réception de cette opération par les habitants. Je tâcherai alors d’interroger la formation d’une nouvelle catégorie d’habitants par le recours à un système classificatoire et descriptif, basé sur l’étude qualitative d’un corpus de quinze entretiens (réalisés, retranscrits et analysés entre mars et juillet 2010). Je m’efforcerai de comprendre les logiques des enquêtés, en dévoilant la plurivocité des cadres de référence et d’expérien­ce quant à de nouvelles situations de l’habiter, en faisant ressortir des particularismes, des points de convergence et de divergence, de rupture et de continuité. Je me pencherai ainsi sur les recompositions habitantes, resti­tuées sous la forme d’une invitation à regarder le quartier comme espace d’attachement multiscalaire (Hidalgo/Hernández, 2001), physique et symbolique, aux frontières labiles. Cela me conduira à démontrer l’inopérati­vité de la figure sémantique du “nouvel habitant”, nourrissant les querelles d’un grand partage et perpétuant la distribution des torts qui font honnir l’habitant. Enfin, je reviendrai sur le processus de construction de l’en­quête pour expliquer mes choix, tant éthiques que méthodologiques et épistémologiques.

II. Vers la transformation d’un quartier dit “sensible”

A. Le bain à remous du grand ensemble et des politiques de la ville

10 Bâtie au début des années 1960, la Duchère se situe sur une colline, aux confins nord-ouest de Lyon, dans le 9e et dernier arrondissement. Elle surplombe la ville et jouxte les communes réputées aisées d’Ecully et de Champagne au Mont d’Or. La ceinture verte qui la borde en souligne l’iso­lement topographique. Cette cité d’habitat social, composée à l’origine de 80 % de logements HLM, comptait environ 20 000 habitants en 1968, con­tre moitié moins en 2006. Si, à ses débuts, elle se caractérisait par la cohabitation d’une majorité de Lyonnais et de rapatriés d’Afrique du Nord et regroupait des catégories socioprofessionnelles hétérogènes, la population s’est au fil du temps ethniquement diversifiée et socialement homogénéisée, frappée par la précarité et le chômage atteignant des indices et des taux parmi les plus élevés de l’agglomération. Cette conjoncture n’a eu de cesse de s’aggraver, renforçant la nature enclavée du quartier qui concen­tre aujourd’hui une forte proportion de ménages vieillissants, pauvres et immigrés.

  • 4  Les habitants arrivés dans les premières années de la construction de la Duchère emploient les ter (...)

11 Symbole du modernisme postérieur à la Seconde Guerre mondiale, la forme urbaine du grand ensemble, caractérisée par une architecture de bar­res et de tours, a fait “rêver”4 durant la période des Trente glorieuses. Mais les difficultés économiques et sociales (chômage, précarité, délinquance) s’y sont peu à peu accumulées, annonçant une paupérisation des occupants du parc HLM. La rotation des habitants s’est en effet traduite par le départ de ménages issus des classes moyennes et supérieures ainsi que par l’arri­vée de familles aux revenus modestes, mouvement qui s’est accentué avec la vacance locative et les vagues d’immigration successives (Raulin, 2001). En somme, les conditions de l’habitabilité se sont progressivement dégradées au sein des grands ensembles français, aujourd’hui jugés décadents. L’émergence de cette configuration a alerté les autorités nationales dès les années 1970 (confer circulaire Guichard du 21 mars 1973).

  • 5  La politique de la ville, apparue en France au début des années 1980, consiste en un ensemble de m (...)
  • 6  Il s’agissait de « casser les ghettos » selon une formule de Jean-Louis Borloo, ministre délégué à (...)

12 En proie à un tel processus de dévalorisation, le quartier populaire et multiculturel de la Duchère a été classé en géographie prioritaire de la politique de la ville5 à partir de 1986. Il a ainsi bénéficié de mesures spécia­les dans différents domaines d’intervention (social, économique, culturel, urbain). Pourtant, les dispositifs mis en œuvre par les pouvoirs publics (le développement social des quartiers, puis le développement social urbain…) ont été estimés insuffisants, voire inefficaces. Des programmes de renouvellement urbain ont alors été conçus pour contrer la marginalisation des quartiers dits “en difficulté”. Érigé comme une solution radicale, ce mode d’action réformateur a conduit la politique de la ville vers une logi­que de démolition-reconstruction6.

13 Le site de la Duchère fait actuellement l’objet d’un Grand projet de ville (GPV) soutenu par la ville de Lyon, le Grand Lyon, le Département du Rhône, la Région Rhône-Alpes, l’État et l’Europe. La Mission Lyon La Duchère en assure la maîtrise d’ouvrage globale : elle veille à articuler les volets sociaux et urbains en coordonnant les activités des multiples partenaires (institutions, collectivités territoriales, bailleurs sociaux, etc.). Déployé de 2003 à 2016, sur la base d’un double pilotage politique et techni­que, ce projet de renouvellement urbain a été converti en projet de rénovation urbaine (PRU) à la faveur de la signature d’une convention avec l’A­gence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) en 2005. Cette agence nationale avait été fondée par la “loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine” du 1er août 2003 (dite loi Borloo) qui prévoyait, « en cas de nécessité liée à la vétusté, à l’inadaptation à la demande, ou à la mise en œuvre d’un projet urbain », la démolition de 200 000 logements, la reconstruction du même nombre d’entre eux ainsi que la réhabilitation de 200 000 autres. La loi Borloo a marqué un tournant décisif dans l’histoire de la politique de la ville (Epstein, 2004). A l’instar de Jacques Donzelot (2006), différents auteurs ont montré que le traitement des lieux avait pris le pas sur l’accompagnement des gens. Dans un rapport pour le Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU, Thomas Kirszbaum (2010) a pointé la séparation, au niveau national, des dimensions urbaine et sociale avec la création de deux agences distinctes : l’ANRU et l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances). Marie-Christine Jaillet a même évoqué « la fin de la politique de la ville » (2003 :16) puisque les deux registres sur lesquels elle travaillait conjointement étaient désormais scindés : l’accompagnement social et économique des habitants relevant de la responsabilité des collectivités locales, l’intervention sur le bâti demeurant du ressort de l’État.

  • 7  En 2006, la Duchère a été classée en “zone franche urbaine” (ZFU) : il s’agit d’une “zone urbaine (...)
  • 8  À ce sujet, Jacques Donzelot écrit : « La politique dite de la ville repose implicitement sur l’id (...)
  • 9  Nombre d'auteurs ont montré que la politique de la ville éludait la question ethnique par une acti (...)

14 Reposant sur une politique de démolition-reconstruction, qui s’est intensifiée avec la création de l’ANRU, le GPV vise à remodeler la physiono­mie de certaines zones urbaines dites “sensibles”7 de manière à les rendre – à nouveau – attractives. Dans la lignée de la politique de la ville, cette procédure urbanistique poursuit la recherche des équilibres territoriaux8 en s’appuyant dorénavant sur un objectif affiché de mixité sociale par l’habitat. D’après Jacques Donzelot (2006), si la doctrine de la mixité sociale a toujours été sous-tendue par la politique de la ville, elle s’est toutefois affirmée avec une force croissante : elle est devenue un “objectif légal” en 1991 avec la “loi d’orientation pour la ville” (LOV), puis a été couplée à la loi dite de “solidarité et renouvellement urbains” (SRU) en 2000. À ce ti­tre, les opérations de rénovation urbaine auraient à garantir la planification du brassage des populations afin d’enrayer certains mécanismes de ségrégation socio-spatiale – et, implicitement, de relégation ethnique9. Le “remède” contemporain contre les “maux” urbains résiderait dans l’idéologie d’une mixité sociale organisée et maîtrisée à partir du logement.

15 Afin de garantir une offre immobilière variée, c’est-à-dire différents ty­pes de logement et différents statuts d’occupation, le GPV Lyon La Duchère ambitionne de réduire la part de l’habitat social de 80 % à 55 %. Sur 5 300 logements, il est prévu d’en démolir 1 700 et d’en reconstruire autant. Seront ainsi proposés, en faveur de la “mixité sociale”, des résidences services et des appartements en accession ou en location, dans le parc public ou privé, neuf ou existant. La diversification de l’habitat, consécutive à la suppression de logements sociaux, devrait encourager la mobilité rési­dentielle au sein du quartier mais aussi attirer des ménages de l’extérieur. Car l’enjeu de cette entreprise d’envergure repose sur le désenclavement physique, social et symbolique du grand ensemble lyonnais, censé réaliser son “intégration” dans le tissu urbain de la ville et de l’agglomération.

B. Dans le creux de la vague du Grand projet de ville

16 La Duchère comporte quatre secteurs : la Sauvegarde au nord-ouest, le Château au sud, Balmont au nord-est, et le Plateau au centre, faisant la jonction entre les premiers. La plupart des personnes rencontrées pour les besoins de l’enquête habitent au Plateau, où se concentre l’essentiel des travaux de démolition et de reconstruction. Cette centralité rénovée contraste avec le reste du quartier et cristallise bien des dissensions. Car si les nouveaux arrivants sont principalement attendus au Plateau, les habitants qui en ont été délogés retrouvent rarement un appartement dans cet espace du quartier. La reconstruction d’un nouveau type d’habitat et l’installation de nouveaux résidents ont en effet pour corollaire la démolition de barres HLM et le délogement des locataires concernés. Une jeune mère qui habitait dans l’une des barres aujourd’hui démolies m’a ainsi raconté qu’elle avait été contrainte de partir au Château pour rester à la Duchère ; une autre, inquiète face à l’incertitude du relogement, m’a parlé de l’avenir avec déception, anxiété et ressentiment :

J’ai peur de pas trouver un logement qui soit adapté pour moi […] sur la Duchère ils ont construit que des choses à l’achat, y’a que de l’achat ou bien des choses privées, de la location privée, donc franchement c’est la panique […] les gens veulent rester ici forcément, parce qu’on a l’habitude, on connaît les voisins, les enfants ont pris l’habitude et en plus on se dit si le quartier va s’embellir, pourquoi pas… autant en profiter quoi […] Et du coup, là c’est vraiment la panique parce que tout ce qui se fait, c’est à la vente et sinon ça sera plus cher que ce qu’on paye […] On nous demande notre avis pour embellir le quartier et après du coup ça sera même pas nous qui allons y habiter (Saïda, 34 ans).

17 Dans ce contexte de mutation, les habitants de la Duchère sont couram­ment qualifiés d’ “anciens” ou de “nouveaux” et se désignent eux-mêmes comme tels. Cette séparation révèle la production de discours dont le référentiel est la requalification urbaine du quartier. Partant, le GPV peut être analysé comme un événement au sens où l’entendent Alban Bensa et Eric Fassin (2002), c’est-à-dire en tant qu’acte de rupture, partageant le temps entre un avant et un après. Selon eux, « [s]i, en amont, l’événement est coupé de toute ascendance, il engendre en aval une descendance innombrable » (Bensa/Fassin, 2002 :8) ; autrement dit, l’événement « enclenche une nouvelle intelligibilité » du sens social, il « rend visible, et lisible » un « nouveau paradigme » (Ibid. :8-9). Sous cette perspective, l’ “ancien” habitant paraît congédié, confiné au grand ensemble du passé ; tandis que le “nouvel” habitant, convoqué dans le quartier rénové de demain, semble augurer un avenir prometteur. Requalifier un territoire reviendrait-il alors à requalifier ses habitants ? Le fait de résider ou non dans un nouvel habitat marquerait-il une frontière ? Une anecdote de terrain permet d’étayer cette hypothèse.

  • 10  L’expression est empruntée à Roger Bastide : « des vides pleins, pleins de quelque chose dont on s (...)

18 « L’OPAC du Rhône construit votre avenir », tel était le slogan affiché sur la barre 220 avant sa démolition. Quelques heures après l’implosion, le 19 mai 2010, je me rendis sur les lieux. Deux jeunes hommes se recueillaient devant les gravats. Ils me racontèrent un fragment de leur jeunesse, passée au pied de cette barre, comme si l’absence physique, une sorte de « vide plein »10, pouvait ainsi être comblée. Durant cet échange nostalgique, l’un des deux interlocuteurs rectifia la formule du bailleur en l’inversant : « L’OPAC du Rhône construit votre avenir » devint « L’OPAC du Rhône détruit vos souvenirs ». Ce contre-slogan faisait sens pour eux en regard de la situation qu’ils partageaient avec d’autres habitants. Témoignage d’un ressenti au nom d’un “Nous”, il exprimait l’idée d’une perte collective de re­pères due à l’effondrement des « cadres sociaux de la mémoire » (Halbwachs, 1994). Selon Joël Candau, « la destruction d’un lieu vise à la mise à mort d’une mémoire, [bien que l’] objectif [ne puisse] être atteint tant que vit un porteur de mémoire » (2005 :115). Ceci explique en partie la violen­ce symbolique inouïe que représente la démolition d’une barre d’immeu­ble pour ses habitants : ce sont des traces de leur vécu qui disparaissent du quartier. Par conséquent, la destruction de cet habitat ne signerait-elle pas le déni, non seulement des mémoires ancrées dans cet espace urbain, mais aussi de la légitimité à demeurer en ce lieu ?

  • 11  Ces outils conceptuels (“champ d’expérience” et “horizon d’attente”) ont été forgés par Reinhart K (...)

19 De fait, l’événement du GPV n’a pas le même sens pour tout le monde. Il semble donner lieu à une bipartition entre deux systèmes de valeurs que l’on pourrait approximativement qualifier de “passéiste” et de “futuriste” : le premier se basant sur un “champ d’expérience” (rapport au passé), le second reposant sur un “horizon d’attente” (rapport au futur)11. Cette distinction heuristique esquisse une problématique fondamentale posée par la rénovation urbaine et les interrogations qui en découlent – quoiqu’elle mérite d’être nuancée car craintes, doutes et espoirs s’entremêlent de façon complexe pour évaluer le changement. Je tâcherai dès lors d’appréhender la perception des transformations du grand ensemble de la Duchère à l’au­ne de deux grandes facultés humaines que sont l’imagination et la mémoi­re, en interrogeant l’articulation des éléments de rupture et de continuité. Comme le note Roger Bastide :

Sans doute, il y a des mutations sociales et culturelles, mais elles ne se font pas n’importe comment ; elles s’inscrivent dans une certaine dynamique héritée, qui les canalise. Sans doute, il y a des changements qui peuvent être l’œuvre des hommes, mais ces changements pour réussir doivent suivre ce que les anthropologues appellent la “pente” culturelle, c’est-à-dire se faire dans la direction où les ancê­tres ont déjà travaillé (Bastide, 1998 :183-184).

20 En même temps qu’il enterre l’âge des barres et des tours, le défi du Grand projet de ville émane d’un désir de renouveau rappelant l’histoire commencée avec les pionniers de la Duchère, arrivés au moment de la construction du grand ensemble. Comment alors tirer parti de la cumulativité des expériences de « la vie HLM » (Kaufmann, 1983). Est-elle de mise là où d’aucuns voudraient faire table rase du vécu en cité de logement social ? En empruntant la voie tracée par Roger Bastide, je tenterai d’expo­ser en quoi les bouleversements induits par la rénovation urbaine peuvent s’interpréter au regard de la production de récits mémoriels et de l’actuali­sation de trames symboliques.

III. Essai de compréhension des nouveaux modes de l’habiter

21 L’analyse du matériau d’enquête m’a conduite à élaborer des modèles conceptuels de l’habiter pour repenser cette catégorie de “nouveaux habitants” et rendre compte de la complexité qu’elle met en jeu. J’ai exploré trois axes dans une dimension spatio-temporelle mobilisant les notions de mémoire et d’imagination, de rupture et de continuité : les itinéraires des “nouveaux habitants”, leurs projections d’avenir, les lignes de partage de l’habiter. Je me contenterai ici d’en traiter quelques aspects.

A. Itinéraires des “nouveaux habitants”

22 Dans un premier temps, trois profils peuvent être identifiés en fonction de la provenance géographique et des antécédents vis-à-vis du quartier. Je les ai nommés “connaisseurs”, “passants” et “découvreurs”. Cette catégorisation des “nouveaux habitants” prend évidemment sens au sein d’un contexte précis – les “passants” et les “découvreurs” tendant à devenir des “connaisseurs”.

1. “Les connaisseurs”

23 Les connaisseurs habitaient à la Duchère avant la rénovation urbaine. Ils ont effectué une mobilité résidentielle dans le quartier en accédant à la propriété (dans le parc neuf pour la plupart) :

J’ai mes parents qui étaient déjà aussi locataires. Moi je suis arrivée en 66, j’avais neuf ans, j’en ai 57, donc voyez ça fait déjà un bon petit bail. Presque cinquante ans que je suis sur le quartier, je voulais pas quitter le quartier (Colette, 57 ans).

24 Leur réinstallation est souvent vécue comme une manière de s’appro­prier un nouvel espace en élargissant leur expérience de l’habiter dans un milieu apprivoisé dont ils connaissent les ressources :

C’est un quartier qui est bien et puis avec un peu de recul qui a beaucoup d’avantages, peu de gens le savent, mais tant mieux (Gérald, 37 ans).

25 Parfois, il s’agit même de reconquérir un lieu d’attachement pour renouer avec un passé florissant et idéalisé. D’autant plus que certains s’étaient résignés à quitter ou à éviter le secteur du Plateau, peu à peu investi par des habitants “indésirables” :

Là c’est vrai que c’était un peu la faune, enfin je veux dire c’est vrai que c’était pas évident, pas terrible. Donc on évitait un peu parce que c’est vrai que c’était pas… Avant qu’ils cassent quand même les deux barres là, le 210, là où on est maintenant, et le 220, y’avait des bandes, des groupes, donc on évitait quand même de monter. Donc là on a zappé un peu le quartier pendant quelques années (Colette, 57 ans).

26 Se ré-établir sur ce territoire revêt donc une charge symbolique particulièrement forte lorsque l’enjeu imaginaire est d’y rétablir un ordre ancien, celui du “passé commun” des “vieilles familles”, que seraient venus troubler des “intrus” (Elias/Scotson, 1997), les familles immigrées et leurs descendants, dont l’altérité – en partie fantasmée – peut être vécue comme une agression par les familles françaises qui s’évertuent à instaurer une “distanciation” sociale et spatiale (Calogirou, 1989).

2. Les “passants”

27 Les “passants” ont vécu et/ou travaillé dans les alentours de la Duchère. Le quartier était pour eux un lieu de passage, voire de fréquentation, mêlant étrangeté et familiarité. Le choix de s’y installer procède d’une extension de l’espace habité au sein d’une zone-repère :

Mes parents habitaient les Sources [à Ecully] donc forcément avec le bus je passais tout le temps. Ma petite sœur a été au lycée [à la Duchère], qui a une très bonne renommée d’ailleurs. Et moi j’ai connu le quartier avant que les tours soient détruites quoi (Elise, 31 ans).

28 Les “passants” ont majoritairement accédé à la propriété. Leur vision négative du quartier avant la rénovation urbaine a servi de point de comparaison et de repoussoir à la perspective du changement qui les a rassurés et séduits :

Je sais vraiment comment c’était avant et de voir comment ça évolue c’est plutôt rassurant quoi, sincèrement (Elise, 31 ans).

29 Ils éprouvent les transformations actuelles en se référant à leurs émotions visuelles et sont convaincus des améliorations potentielles – esthéti­que et éthique étant étroitement liées dans leur grille de lecture. Par ailleurs, certains disent découvrir avec étonnement des atouts qu’ils méconnaissaient, occultés par une « image d’enclave [qui] empêchait de voir ».

3. Les “découvreurs”

30 Les “découvreurs” viennent du dehors : d’un autre arrondissement, de l’extérieur de la ville, de l’agglomération ou de la région. La Duchère constituait pour ces derniers un univers inconnu dont ils devinaient la réalité de façon indirecte et partielle, notamment à travers le prisme des médias (Avenel, 2010). Ils forment une catégorie plutôt jeune (la plus âgée a 36 ans) et sont en majorité locataires – quelques-uns seulement sont accédants à la propriété. Leur emménagement dans le quartier résulte souvent d’un rapprochement stratégique, de conditions favorables de logement et d’un espoir de renouveau. Tiraillés entre l’image dépréciée de la Duchère et la visée méliorative du Grand projet de ville, les “découvreurs” ont parfois été animés par un double mouvement de répulsion et d’attraction :

Nous financièrement on n’avait pas bien le choix […] Moi je connaissais pas du tout ou si de nom, enfin voilà… la Duchère il fallait pas y aller […] on n’avait pas des très bons échos et puis tous les gens nous ont pas forcément dit ‘allez-y, allez-y !’, non non ils nous ont dit ‘vous êtes fous !’ (Agnès, 36 ans).

4. L’habiter sous condition

31 “Connaisseurs”, “passants”, “découvreurs” ont tous été attirés par le coût du logement relativement avantageux à la Duchère et pensent que le Grand projet de ville devrait revaloriser le territoire mais aussi régénérer la population :

De toute façon ça peut pas aller en se dégradant, ça c’est impossible… ça peut qu’aller en s’améliorant (Gérald, 37 ans).

32 Les “connaisseurs” et les “passants” entretenaient cependant des rapports sensibles et sensoriels au quartier, en tant qu’habitants pour les premiers et en tant que visiteurs ou voisins pour les seconds, tandis que les “découvreurs” ne l’avaient jamais saisi dans sa matérialité, par un corps à corps répété à partir duquel se fondent les relations de proximité ou d’inti­mité avec les lieux (si ce n’est lors des premières venues précédant leur emménagement).

33 Les constats relevés permettent d’envisager deux hypothèses. D’une part, les “nouveaux habitants” se caractériseraient globalement, soit par leur connaissance préalable de la Duchère (les connaisseurs et les passants), soit par leur jeune âge (les découvreurs). D’autre part, il existerait une corrélation entre niveau de connaissance du quartier et statut d’occu­pation résidentielle : les habitants qui connaissaient la Duchère entreprendraient plus facilement d’accéder à la propriété, contrairement aux découvreurs qui seraient plus réticents à devenir propriétaires.

B. Projections d’avenir

34 Le second axe a trait aux façons de se projeter dans l’avenir. J’ai dégagé trois types de postures décrivant les ressentis des enquêtés : s’ancrer, se poser, s’élancer. Toutefois, ces modes d’habiter ne sont pas exclusifs les uns des autres du fait de la porosité de leurs frontières. La typologie proposée doit en effet s’appréhender dynamiquement étant donnée la fluctuation des désirs et des possibilités de chacun quant au lieu d’habitation.

1. S’ancrer

35 Si la posture de l’ancrage est principalement liée à un mode d’habiter spécifique aux copropriétaires, elle concerne tous les profils : trois “passants”, deux “découvreurs” et un “connaisseur”. Ces habitants se (re)créent un attachement à la Duchère en s’inspirant de leurs cadres d’ex­périence. Ils perçoivent le quartier comme un espace en devenir, à cultiver ; ils désirent s’investir et participer à sa transformation de manière plus ou moins active (engagement en tant que président du conseil syndical, fréquentation du lieu “accueil-parents” de l’école, implication comme bénévole au centre social, etc.) :

C’est du vécu indirect, donc avant que mon père s’implique dans le conseil de l’immeuble où il était y a longtemps, les gens d’avant avaient un peu laissé faire. Et bon, comme ils m’ont dit, hier après-midi je suis allé rencontrer une association […] : ‘c’est votre patrimoine, il faut s’en occuper […]’. Donc voilà, c’est un peu pour être impliqué, pour suivre ce qui touche potentiellement aussi… pas qu’à mon appartement mais voilà la résidence. Mais c’est du temps et puis y a beaucoup de choses à apprendre (Martin, 33 ans).

  • 12  Dans Le sens de la propriété, Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin (1990) étudient le phénom (...)

36 En revanche, tous les accédants à la propriété ne se situent pas forcément dans cette perspective puisqu’une partie d’entre eux, en l’occurrence des “connaisseurs”, ont choisi ce statut d’occupation dans l’intention de faire un placement immobilier rentable12, une plus-value qui leur permettra de “s’élancer” dans un ailleurs.

2. S’élancer

37 L’idée de “s’élancer” dépeint l’état d’esprit de ceux qui prévoient ou imaginent leur ascension résidentielle dans un ailleurs. Cette posture caractérise trois “connaisseurs” et une “passante”. Leur (ré)installation à la Duchère est vécue comme une transition voire un tremplin pour passer du logement collectif actuel à la maison individuelle rêvée :

C’est un investissement parce qu’on ne pense pas rester définitive­ment ici quand même. On se projette dans l’avenir… moi personnellement d’être muté dans le midi, donc se faire un capital et être muté dans le midi (Gérald, 37 ans).

38 Ces personnes investissent le quartier à la carte en élaborant leurs pro­pres stratégies d’évitement :

Moi j’ai jamais eu de problème parce que déjà je fréquente pas entre guillemets ‘la mauvaise fréquentation’ […] : la casse, les problè­mes… Voilà je parle de ça, je parle pas des écoles ou l’administra­tion (Jamila, 40 ans).

39 Mais plus leur projet de départ est concret, plus elles semblent se désen­gager du quartier, comme si la faculté d’habiter s’amenuisait au fur et à mesure qu’elles se projettent autre part.

3. Se poser

40 “Se poser” correspond tendanciellement à une installation en location et à un moindre investissement dans le quartier, tant affectif que financier. Cette posture touche trois “découvreurs” et deux “passants”. Célibataires pour la plupart, ces habitants ne se projettent qu’à court terme à la Duchè­re et se montrent réservés quant à l’avenir. Ils envisagent leur établissement comme une nouvelle période de leur vie sans concevoir ce qu’il adviendra ensuite. Partir ou rester dépend d’opportunités indéterminées (l’acquisition d’un diplôme, une offre d’emploi, la possibilité de fonder une famille, l’évolution d’une maladie, etc.) :

J’attends de voir ce que ça va donner, comment va être le quartier […] Donc voir un peu comment ça va évoluer, quand tout sera fini […] Et puis après je verrai, ce sera suivant le boulot, suivant comment va évoluer ma vie, que je déciderai ce que je fais derrière (Damien, 26 ans).

41 Toujours est-il que les mutations urbaines en cours les incitent à atten­dre la fin des travaux pour se faire une opinion, car ils conçoivent la ruptu­re architecturale comme le signe de l’avènement d’une esthétique urbaine qui pourrait être porteuse de changement social.

C. Lignes de partage de l’habiter

42 Le troisième et dernier axe porte sur les représentations et les pratiques de la cohabitation façonnant des territorialités spécifiques. Comment appréhender les rapports à l’altérité au sein d’un quartier d’habitat social en pleine restructuration ? En quoi la perception d’un écart différentiel entre soi et l’autre intervient-elle comme une contribution ou comme un obsta­cle au vivre ensemble ?

1. L’espace résidentiel

43 Qu’ils soient “découvreurs”, “passants” ou “connaisseurs”, de nombreux résidents des nouvelles constructions déplorent d’être ennuyés par des habitants du quartier qui les considèrent comme des intrus :

Ils nous disaient qu’on avait piqué leur rue. Je regrette on a piqué la rue à personne, on habitait là avant eux d’ailleurs, déjà et d’une, on était là bien avant eux. Donc là nous agresser, moi on m’a massacré la voiture au garage en nous disant ‘vous êtes des bourgeois, vous nous avez piqué notre rue’. On était là largement avant eux. Moi à neuf ans je suis arrivée ici. Donc y a pas de raison, j’veux dire que nous… j’veux dire qu’ils n’ont pas plus de droits que nous ici je regrette. Donc moi personne m’aurait arrêtée de venir ici, ils m’au­raient pas arrêtée. Et puis même si… ils m’arrêteront pas (Colette, 57 ans).

44 En se rendant dans leur garage, des locataires d’une résidence tout juste livrée ont trouvé inscrit en grosses lettres “Vous n’êtes pas chez vous ! ”. Ils sont ainsi victimes de propos injurieux, voire menaçants, et d’actes de vandalisme. Ces relations conflictuelles traduisent des difficultés de cohabitation relevant de rapports antagoniques entre habitants du parc existant (barres d’immeubles) et habitants du parc neuf (îlots résidentiels). Les actes et les propos s’avèrent d’autant plus virulents que les insurgés se sentent exclus du projet de rénovation urbaine, notamment parce qu’ils ha­bitaient l’emplacement de lieux démolis-reconstruits auxquels ils n’ont dé­sormais plus accès. Certains acteurs du quartier (professionnels en charge du projet urbain ou habitants) préfèrent analyser ces agressions comme une sorte de bizutage pour se convaincre de leur caractère temporaire, épisodique ou sporadique.

45 Outre les malveillances qu’ils subissent, ces nouveaux résidents endurent d’autres désagréments : dysfonctionnements et malfaçons du bâtiment, soucis de communication avec le promoteur ou la régie. Face aux tensions multiples qui s’exercent sur eux, ils s’entraident et se réconfortent plus volontiers. Si le cumul des problèmes resserre parfois leurs liens, il engendre surtout un sentiment de vulnérabilité et d’insécurité. Ceux qui ne parviennent pas à surmonter ces épreuves voudront sans doute quitter le quartier prématurément car lorsque l’espace résidentiel ne préserve guère du dehors ou ne procure plus la quiétude recherchée il peut devenir inhabitable.

46 Néanmoins, plusieurs ménages se disent attirés par une mixité sociale et culturelle qui fait sens dans leur trajectoire individuelle. Ils valorisent ainsi la coprésence, à la Duchère, de différents milieux socio-économiques et de diverses communautés ethniques ou religieuses. La mixité est donc promue au rang de valeur à vivre au quotidien par le biais de l’habiter. De jeunes parents expriment même leur désir de transmettre cette attitude à leur(s) enfant(s) :

On est issus de milieux où nos parents sont modestes, on a évolué dans des HLM, en cité, avec à la fois des personnes de toutes nationalités et tout ça. Et nous c’est ce qu’on souhaitait pour notre petit. On voulait pas qu’il soit cloisonné dans un milieu très très français. Non on veut qu’il soit ouvert à tout. Et ça correspond bien, la preuve ici en propriétaires, y’a toutes les nationalités, c’est ça qui nous plaisait. Et puis c’est un quartier assez populaire, c’est pas guindé donc ça nous plaisait bien ça aussi (Elise, 31 ans).

47 Mais l’être parmi les autres implique-t-il pour autant le faire avec les autres ? Dans quelle mesure une certaine tolérance apprise et incorporée peut-elle permettre de franchir le seuil de la rencontre ?

48 Des points communs tels que le statut de copropriétaire et l’apprentis­sage de la parentalité contribuent à créer des affinités résidentielles. Autre­ment dit, le fait d’investir de nouveaux rôles se révèle propice à la construction des liens sociaux de voisinage. Le rapprochement entre voisins s’opère également via l’échange de services, mais encore le partage d’une “intimité culturelle” (Herzfeld, 2007) favorisée par l’entremise de la lan­gue maternelle, de l’origine nationale ou ethnique. En outre, malgré l’hé­térogénéité des conditions sociales, une relative homogénéité du capital économique pourrait rendre la distance à l’autre plus acceptable. Ajoutons enfin que, par opposition aux barres d’immeubles, la conception urbanisti­que des îlots résidentiels serait garante d’un entre-soi spatial rassurant et bienveillant. D’après les dires des informateurs, la forme architecturale des nouvelles résidences restreint de fait les sociabilités de voisinage immédiat à un cercle limité, de manière à ce que la proximité soit suffisamment supportable, et même agréable, pour nouer des liens de familiarité :

Y’a au moins un point positif, ça change de ces barres qui sont un véritable… Disons peut-être par rapport au contexte de la reconstruction c’était valable à l’époque mais maintenant c’est vrai que c’est totalement dépassé […] Donc mettre… C’est ça qui crée des problè­mes aussi parce que plus vous multipliez les personnes, plus vous multipliez les mentalités, plus vous multipliez les nationalités, plus vous multipliez les problèmes aussi. Faire des petits quartiers comme ça résidentiels, ça a aussi son avantage parce que nous maintenant on est… par exemple avec les T, pratiquement c’est de la famille maintenant. […] parce que c’est petit. Donc je me dis pas tiens, si je vais m’ouvrir au voisin et puis après y a cent bonhommes qui sont dans la même cage d’escalier, je sais pas si ça va être gérable. Là on est cinq, donc on s’entend très bien. J’ai une voisine, pratiquement j’allais dire c’est le grand frère. Bref, elle est toute seule donc elle a des problè­mes, donc c’est moi qui vais lui régler les problèmes, de temps en temps elle fait appel à moi, donc on s’entraide (Faouzi, 44 ans).

49 Les habitants du parc neuf ont la sensation d’expérimenter la mixité sociale au sein de leur résidence à travers la diversité culturelle et générationnelle qu’occasionne la cohabitation entre “nouveaux arrivants” (“découvreurs” et “passants”) et “anciens habitants” (“connaisseurs”). Ces derniers sont d’ailleurs perçus comme des représentants du quartier susceptibles d’apaiser les problèmes relationnels par une action médiatrice. Ils apparaissent ainsi comme des passeurs (potentiels ou avérés). Mais la mixité sociale fait-elle sens en dehors de l’espace résidentiel ? Comment composer avec les autres dans des lieux publics ou institutionnels ?

2. L’espace public

50 D’après mes observations et les descriptions de plusieurs enquêtés, une lutte symbolique pour la possession des lieux se joue au square des Marronniers, une petite surface de jeu particulièrement prisée des familles habitant les immeubles voisins. Chacun défend son pré carré dans cet espace exigu. La concentration des personnes est souvent source de tensions et les esprits s’échauffent vite. Ceux qui ont pris leurs marques le font sentir aux plus hésitants qui devront renoncer au square ou redoubler d’efforts. Les façons d’agir de chacun se trouvent ainsi confrontées les unes aux autres dans un rapport conflictuel exacerbant les différences. L’opprobre est jeté sur celui dont le comportement s’écarte de la norme et à qui l’on reproche son manque de savoir-vivre. Comme Kauffman le souligne,

Rien n’est marqué à l’avance dans le grand ensemble, les lieux […] sont à qui les prendra. Pour les enfants aussi tous les lieux sont à prendre, qu’ils soient espace de jeu, escalier, pelouse ou centre com­mercial. Or, la vie sociale des enfants n’est pas plus neutre que celle de leurs parents : quand un modèle culturel s’impose quelque part, un modèle différent ne peut plus s’exprimer ou au moins court le risque d’être sérieusement contaminé. Une véritable guerre culturelle des territoires se livre entre les enfants, souvent sous le contrôle des parents transformés en stratèges. Aux yeux des belligérants, l’espace originellement ouvert prend les attributs du groupe qui se l’est appro­prié ; il n’est jamais, ou presque jamais, un simple emplacement technique, il est une scène où se joue, de temps en temps, un peu du destin de la famille (Kaufmann, 1983 :122).

51 Au demeurant, comme Calogirou l’a montré, dénigrer les normes éducatives des autres constitue pour l’individu un procédé discursif courant visant à « opérer un surclassement de son identité sociale » et manifestant une détermination à « sauver son honneur » en présence d’un interlocuteur tiers (l’enquêteur) (1989 :41) :

Là y a beaucoup beaucoup d’enfants […] ils sont pas trop surveillés. Enfin des fois ils sont sans les parents, mais des fois même quand y a les parents on a l’impression que c’est pire… parce que les gamins se sentent plus protégés […] Y a un peu une loi on a l’impression […] On va dire qu’y a différentes façons d’élever les enfants et y en a qui font leur caïd. Enfin, maintenant je pense que chaque enfant a en effet le droit d’aller partout. Mais bon y en a je pense qui peuvent être un peu plus violents. De toute façon avec des pistolets, enfin les pistolets qui tirent des petites billes là, bon c’est pas… (Cécile, 38 ans).

52 À l’inverse, le parc du Vallon est considéré comme un espace vaste et apaisant, relativement peu fréquenté. Certains coins trop convoités sont ainsi délaissés au profit d’autres endroits. Ces stratégies d’évitement et de repli tendent à redessiner les frontières urbaines. La fréquentation des lieux dépend également de l’ancienneté des habitants et de leur familiarité avec ceux-ci. Les personnes récemment arrivées attendent de découvrir les équipements publics neufs, alors que les connaisseurs – et dans une moin­dre mesure les passants – investissent plus aisément l’existant du quartier. Ces derniers n’hésitent pas non plus à en franchir les limites pour se promener vers les communes nanties des alentours. Plus généralement, tous misent sur les futurs espaces publics promis sur les plans, et osent espérer que ceux-ci auront une chance d’être marqués par les mœurs dites “policées” de la caste des “nouveaux habitants” – appartenant aux classes moyennes –, par contraste avec les zones prétendues “souillées” qui portent l’empreinte des familles du parc HLM. Les “bons” et les “mauvais” usages sont ainsi répartis selon la classification des lieux et des habitants – avec plus ou moins de discernement.

53 Les “découvreurs” et les “passants” ont inscrit ou pensent inscrire leurs enfants dans les écoles de la Duchère mais la plupart souhaitent éviter le collège à cause de sa mauvaise renommée. Les “connaisseurs” qui ont des enfants regrettent de les avoir scolarisés dans le quartier ou projettent de ne pas les y scolariser, invoquant des barrières culturelles jugées insurmontables, avant tout fondées sur le ouï-dire. Selon eux, « les sortir du quartier » reviendrait à les préserver. Les “nouveaux habitants” semblent se fier aux commentaires concernant la réputation des établissements, ce qui contribue à attiser la rumeur. Le choix de contourner la carte scolaire dès l’école primaire pourrait alors influencer des parents nouvellement arrivés sur le quartier. Or, l’imitation d’une telle pratique risquerait de creuser la ségrégation au lieu de l’endiguer, et de compromettre l’objectif de “mixité sociale”.

3. L’ascension habitante ou la disqualification des locataires HLM

54 Nombre de sociologues affirment que la notion de “mixité sociale” comporte une idée d’émulation : les “classes moyennes” seraient montrées comme exemples d’intégration pour les “couches défavorisées” qui les cô­toient ; on leur prêterait également la vertu de pouvoir changer des comportements tenus pour non conformes ou attentatoires (Avenel, 2005 ; Kir­szbaum, 2008). Mais comment ? Par contagion ? La mixité est brandie comme une sorte d’antidote qui corrigerait la déviance supposée des habitants ou de leur mode d’habiter collectif grâce à une double efficacité, la dispersion des clans familiaux présumés néfastes et l’apport d’une culture citadine jugée bénéfique :

Pour prendre l’exemple au Plateau, les voisins y a : la maman, les fils, la belle-mère, la belle-fille. Mais comme ça quand ils ont démoli là, ils sont allés de partout, la belle-fille est partie là-bas, c’est mieux. […] Rapprochés, non non. C’est pas bon. Ça, ça peut créer des problèmes. Ça peut créer pas mal de choses oui. Mais quand on ramène des gens par exemple du 3ème arrondissement ou mettre des gens… Ils auront une autre mentalité, une autre civilisation, un autre mode de vie (Jamila, 40 ans).

Ca amène des personnes de l’extérieur donc ça peut être enrichissant par rapport au quartier et ça peut peut-être permettre aux autres gens qui habitent ici de changer un peu leur… leur façon de vivre (Gérald, 37 ans).

55 Le dénigrement des “anciens habitants” des barres démolies est une composante récurrente du discours des “nouveaux habitants”, y compris de ceux qui résidaient auparavant en HLM. Parmi les leitmotifs, j’ai inventorié la saleté, la bêtise et l’oisiveté (“mère de tous les vices”) :

On a gagné notre blé, notre argent difficilement toute notre vie pour se payer notre appartement, on a rien volé. Donc nous traiter de bour­geois, ça je regrette. Tout le monde peut… eux ils peuvent travailler. J’veux dire nous on a travaillé très très dur en apprentissage, eux se lever le matin bouger un peu leur derrière, travailler au lieu de tout casser, tout brûler. Je pense que tout le monde a sa chance ici-bas, dans cette société (Colette, 57 ans).

56 L’ascension résidentielle au sein du quartier n’est pourtant pas accessible à tout un chacun : elle est réservée à une part très minoritaire de Duchérois, quand la majorité n’a d’autre option, pour rester, que de se cantonner à l’habitat des “anciens” – que les heureux élus bien lotis se figurent moribond. Bon nombre d’occupants du parc social existant aspirent bien sûr à passer du côté des “nouveaux”. Or, ce statut de “nouvel habitant” s’obtient précisément en prenant la place là où d’autres “tenaient les murs”. D’où un sentiment de dépossession : « Vous n’avez qu’à travailler car il faut mériter », ont l’air de dire certains connaisseurs en guise de réponse à la rancœur des “anciens habitants” délogés.

57 Si quelques-uns (plutôt des “découvreurs”) cherchent à s’adapter au mieux à certains usages répandus à la Duchère, d’autres (plutôt des “connaisseurs”) pensent que les habitants – sous-entendu des barres d’immeu­ble – auraient tout intérêt à adopter leur conduite. Les seconds perçoivent leur propre style de vie comme un mode d’habiter recommandable, susceptible d’importer de nouveaux comportements dans le quartier. Ils désirent ainsi impulser la marche à suivre. Cela dit, les postures sont plus souvent nuancées entre ces deux pôles – que l’on pourrait respectivement appeler l’ “apprenant” et le “censeur”.

58 Qu’ils soient “connaisseurs”, “passants” ou “découvreurs”, les accédants à la propriété estiment qu’ils évitent de “payer un loyer à perte” et sont unanimement persuadés que les gens prennent davantage soin des biens qui leur appartiennent. Passant pour du bon sens, un tel postulat sug­gère que les ménages locataires de la Duchère auraient tendance à négliger leur habitat et, par extension, leur environnement. Ces derniers sont tacite­ment disqualifiés, suspectés d’irrespect et mis en cause dans la détérioration du quartier par ceux qui arborent l’étendard de la propriété. La défian­ce se déguise en arguments de raison et d’autorité : la colonisation foncière et l’augmentation des copropriétaires devraient entraîner une dynamique de préservation du patrimoine immobilier urbain. Cette croyance en un régime de propriété réparateur porte les germes de l’adhésion à un système généralisé de privatisation et de dérégulation du marché du logement social qui décharge les prestataires de leur mission d’entretien et altère profondément la configuration des grands ensembles.

IV. Conclusion : La régénération des frontières urbaines

59 Les témoignages d’une nouvelle occupante d’un logement neuf localisé en marge du quartier, qui déclare ne pas avoir l’impression d’habiter la Duchère, ou d’un locataire fraîchement installé dans une barre HLM située au cœur de la cité, et qui considère ne pas faire partie des “nouveaux habitants”, illustrent les conditions de fabrication d’une nouvelle catégorie de résidents à la Duchère. Pour s’y sentir intégrés, il ne suffirait pas d’être nouvellement arrivé dans le quartier, il serait en revanche nécessaire d’avoir élu domicile dans une résidence de la centralité rénovée.

60 Cette nouvelle catégorie marque non seulement un point de rupture inédit, mais elle réactualise également d’anciennes lignes de faille. L’opposi­tion entre “anciens” et “nouveaux” habitants, souvent associée à un cliva­ge entre “barres d’immeubles” et “îlots résidentiels”, vient en effet réactiver d’autres antagonismes : celui entre “locataires” et “propriétaires”, ou encore celui entre “logement sociaux” et “logements libres”. Bien que ces variables dichotomiques soient brouillées dans la réalité, elles se superposent aisément dans les représentations et l’imaginaire, accentuant la différence perçue entre soi et l’autre. Des frontières urbaines se reconstituent ainsi à partir de l’événement du Grand projet de ville. Autrement dit, celui-ci génère une recomposition des rapports à l’autre, à l’espace et au temps.

61 Du fait de son caractère performatif (Austin, 1970), l’appella­tion “nouveaux habitants” comporte et conforte une logique séparatrice qui discrimine le reste de la population duchéroise. Valider l’existence de cette catégorie risquerait alors de produire des effets pervers : renforcer la ségrégation à l’intérieur même du quartier, voire stigmatiser et discréditer toute une partie des habitants ainsi que leurs modes de vie. Je voulais donc éviter l’écueil de la réification des “nouveaux habitants” et privilégier une approche dynamique.

62 En déplaçant l’objet d’étude vers la question de l’habiter, cette enquête ethnographique a apporté un éclairage sur les “nouveaux habitants” permettant de se décaler des images fantasmées et d’appréhender la réalité à la lumière de situations singulières. A travers la diversité des points de vue et des postures des personnes enquêtées, j’ai dégagé quelques pistes de ré­flexion – certes à approfondir – qui pourraient servir à anticiper les transformations du quartier. Car l’orientation que prend le changement – voulu par des décisionnaires – est largement imputable aux modes de l’habiter qui s’épanouissent et se propagent. Tenir compte de ces observations est donc primordial pour tenter d’améliorer les conditions de mise en œuvre d’un projet de rénovation urbaine, mais aussi pour en comprendre les blocages et essayer d’y remédier. Les passeurs, les transfuges et tous ceux qui sèment des images décalantes (qu’il s’agisse d’habitants, d’artistes, de travailleurs sociaux, de médiateurs culturels, de professionnels de l’urbain ou de commerçants) devraient ainsi jouer un rôle charnière pour que la rupture habitante puisse s’atténuer. En tout cas, ce n’est pas en tirant un trait sur le quartier des “anciens” que l’on permettra à de nouveaux récits d’émerger, loin s’en faut.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Austin J. L.,
1970 Quand dire c’est faire, Paris, Seuil.

Avenel C.,
2005 “La mixité dans la ville et dans les grands ensembles : entre mythe social et instrument politique”, Informations sociales, vol. 5, n° 125, pp. 62-71.
2010 Sociologie des quartiers sensibles, Paris, Armand Colin.

Bastide R.,
1970 “Mémoire collective et sociologie du bricolage”, L’année sociologique, n° 21, pp. 65-108.
1998 Anthropologie appliquée, Paris, Stock, [1971].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bensa A., Fassin E.,
2002 “Les sciences sociales face à l’événement”, Terrain, n° 38, pp. 5-20.
DOI : 10.4000/terrain.1888

Bourdieu P., Saint Martin (de) M.,
1990 “Le sens de la propriété”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 81-82, pp. 52-64.

Calogirou C.,
1989 Sauver son honneur, Paris, L’Harmattan.

Candau J.,
2005 Anthropologie de la mémoire, Paris, Armand Colin.

Cuche D.,
1996 La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte.

Donzelot J.,
2006 Quand la ville se défait : quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil.

Elias N., Scotson J. L.,
1997 Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard.

Epstein R.,
2004 “La loi Borloo : renforcement ou remplacement de la politique de la ville ?”, Revue de droit sanitaire et social, vol. 40, n° 3, pp. 714-726.

Genestier P.,
2010 “La mixité : mot d’ordre, vœu pieux ou simple argument ?”, Espaces et sociétés, n° 140-141, pp. 21-35.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Halbwachs M.,
1994 Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel [1925].
DOI : 10.1515/9783110869439

Herzfeld M.,
2007 L’intimité culturelle : poétique sociale de l’État nation, Québec, Presses de l’Université Laval.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hidalgo M. C., Hernández B.,
2001 “Place Attachment : Conceptual and Empirical Questions”, Journal of Environmental Psychology, vol. 21, n° 3, pp. 273-281.
DOI : 10.1006/jevp.2001.0221

Jaillet M. C.,
2003 “La politique de la ville en France : histoire et bilan”, Regards sur l’actualité, n° 296, pp. 5-23.

Kaufmann J. C.,
1983 La vie HLM : Usages et conflits, Paris, Les éditions ouvrières.

Kirszbaum T.,
2008 Mixité sociale dans l’habitat : Revue de la littérature dans une perspective comparative, Paris, La documentation française, Etudes & recherches de la HALDE.
2010 Articuler l’urbain et le social : enquête sur onze sites “historiques” de la politique de la ville en rénovation urbaine. Synthèse de l’étude menée pour le Comité d’évaluation et de suivi (CES) de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), Paris, REPS.

Koselleck R.,
1990 Le futur passé : Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS.

Laplantine F.,
1996 La description ethnographique, Paris, Nathan.

Lelévrier C.,
2001 “La mixité sociale et les politiques urbaines”, Revue Passages, n° 109-110, pp. 29-32.

Raulin A.,
2001 Anthropologie urbaine, Paris, Armand Colin.

Salignon B.,
2010 Qu’est-ce qu’habiter ?, Paris, La Villette.

Stock M.,
2007 “Théorie de l’habiter. Questionnements”, in Paquot T., Lussault M., Younès C. (dir.), Habiter, le propre de l’humain : Villes, territoires et philosophie, Paris, La Découverte, pp. 103-125.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Cet article traite de la question des “nouveaux habitants” de la Duchère, un grand ensemble d’habitat social du Nord-Ouest lyonnais en cours de rénovation urbaine. L’objet d’étude a été exploré lors d’une enquête ethnographique menée en 2010 dans le cadre d’une commande institutionnelle de l’organisme maître d’ouvrage du Grand projet de ville Lyon La Duchère.

Sarah Rojon se propose d’interroger les modalités de constitution d’une catégorie de “nouveaux habitants” en montrant que l’appellation renvoie en creux à celle d’ “an­ciens habitants”. Elle problématise cette relation pour en dévoiler la charge conflictu­elle, et s’appuie pour ce faire sur une anthropologie de la mémoire des lieux habités. Dans un premier temps, l’auteure dresse le contexte de la mise en œuvre d’un tel projet puis esquisse, dans un second temps, les résultats de son enquête qualitative basée sur un corpus d’entretiens semi-directifs. Analysant les points de vue ainsi que les prati­ques des protagonistes sous l’angle d’une ethnographie de l’habiter, elle présente une description modélisée selon trois entrées : les itinéraires des “nouveaux habitants”, leurs projections d’avenir, les lignes de partage de l’habiter.

Au vu de l’objectif de “mixité sociale” poursuivi par la Mission Lyon La Duchère et des enjeux fondamentaux de cohabitation et d’intégration dans le quartier (énoncés dans une perspective politique de “cohésion sociale”), il a semblé nécessaire d’appré­hender comment ces “nouveaux habitants” se situaient par rapport aux autres pour cerner les éventuels obstacles au vivre ensemble. Au départ, les questions qui intéressent le chercheur ne sont pas forcément celles qui préoccupent les professionnels, et vice-versa. La recherche commanditée consiste alors en un compromis nécessitant un dépla­cement et un repositionnement de chacun. L’enjeu réside dans la capacité à co-cons­truire une problématique à partir de la mise en commun et de la mise en mouvement de différents regards. Si l’anthropologue missionné doit pouvoir proposer un nouvel angle d’approche, il faut qu’il soit à l’écoute, à la fois des commanditaires et des informateurs, prêt à transformer son objet d’étude en fonction d’attentes multilatérales.

Dans une vision pragmatique, le Grand projet de ville de la Duchère peut ainsi être examiné comme une œuvre produite par des interactions entre plusieurs groupes humains et susceptible de donner lieu à diverses interprétations. Autrement dit, le projet échappe au contrôle de ses concepteurs et de ses gestionnaires pour être redéfini par d’autres acteurs. L’application d’un programme tel que le Grand projet de ville dérive en effet indéniablement en donnant lieu à des expressions plurielles qu’il convient d’examiner. L’anthropologue commanditée s’intéresse ici aux manières singulières dont les “nouveaux habitants” de la Duchère réinterprètent le projet de rénovation urbaine du quartier, afin de comprendre comment ils perçoivent et vivent leur installation ou leur réinstallation dans ce territoire de la ville, et quelles peuvent en être les conséquences. Les habitants se réapproprient le changement en lui donnant du sens ; ils réin­ventent l’habiter mais ils réactualisent aussi des valeurs attachées au grand ensemble de la Duchère. Leurs pratiques et leurs représentations nous renseignent donc sur une transformation du quartier qui ne peut être ni planifiée, ni maîtrisée. L’anthropologue, qui est simplement un acteur parmi les autres, intervient dans la compréhension publi­que des processus complexes affectant la réalisation du projet urbain, mettant en garde contre l’écueil de la réification des “nouveaux habitants”.

Structured summary

This article deals with the question of the “new inhabitants” of La Duchère, a large housing complex in north western Lyon undergoing urban renovation. The object of study was explored in an ethnographic survey carried out in 2010 within the context of an institutional order from the entity overseeing work on the “Major City Project” Lyon La Duchère.

Sarah Rojon suggests investigating the methods used in representing a category of “new inhabitants” in showing that the name reflects poorly on … the “old inhabitants”. She problematizes this relationship to reveal it as conflict loaded, doing so based on an anthropology of memory of places lived in. The author first describes the context of the implementation of such a project and then, secondly, sketches the results of her qualitative survey based on a corpus of semi-directed interviews. Analyzing the prota­gonists’ practices as well as their points of view from the angle of an ethnography of the living environment, she presents a modelized description according to three entries : the “new inhabitants’ ” itineraries, their projections for the future, and watersheds in the living environment.

In view of the “social diversity” goal pursued by the Mission Lyon La Duchère and the fundamental issues of cohabitation and integration in the quarter (stated within a political perspective of “social cohesion”), we naturally had to learn how these “new inhabitants” situated themselves compared to the others, in order to discern possible obstacles to living together. At the outset, the questions which interested the researcher were not necessarily those which worried the professionals, and vice versa. Hence the sponsored research consisted of a compromise requiring a shifting and repositioning on all sides. The challenge lies in the ability to co-construct a problematic based on a pooling and actuation of different regards. If the appointed anthropologist is to be able to propose a new angle of approach, she/he must be receptive to both the sponsors and the informants, and ready to transform her/his object of study in terms of multilateral expectations.

In a pragmatic vision, the “Major City Project” Lyon La Duchère can thus be exami­ned as a work produced by interactions between several human groups and likely to occasion various interpretations. In other words, the project escapes the control of its conceivers and managers to be redefined by other actors. In fact, the application of a programme like the Major City Project undeniably derives from making room for plural expressions – which ought to be examined. Here the appointed anthropologist is interested in the singular ways in which the “new inhabitants” of La Duchère reinterpret the quarter’s urban renovation project, so as to understand how they perceive and live their installation or reinstallation in this territory of the city, and what the consequences may be. The inhabitants reappropriate the change for themselves in giving it meaning ; they reinvent the living environment as well as reactualizing values attached to the large La Duchère complex. Thus their practices and descriptions inform us about a transformation of the quarter which can be neither planned nor controlled. The anthropologist, who is simply one actor among others, intervenes in the public understanding of the complex processes affecting the urban project’s realization, warning against the pitfalls of reifying the “new inhabitants”.

Haut de page

Notes

1  Le choix de ce sujet est issu de mon engagement au sein d'une équipe de recherche-action coordonnée par Bianca Botea (ethnologue) et Marie Burdin (animatrice culturelle) sous l’égide de la MJC du quartier. Le projet associait des habitants de la Duchère et réunissait différents partenaires locaux (centre so­cial, bibliothèque, espaces verts…) autour d’une action culturelle intitulée “Cafés partagés”. Cet espace de discussion et de travail, initialement axé sur les parcours migratoires, les pratiques culturelles et les lieux de rencontre, s’est peu à peu orienté vers la thématique des mémoires partagées et des changements du quartier en suivant les préoccupations des habitants vis-à-vis du contexte de rénovation urbai­ne. L’expérience de recherche-action a donné lieu en 2010 à l’exposition “Questions de ville. La Duchè­re en (re)construction”.

2  Les attributions du qualificatif “nouveau”, mêlant à la fois l’imaginaire et le réel, proviennent de toutes parts : de l’acteur institutionnel qui pense avoir repéré quelques têtes, de l’enquêté s’autoproclamant “nouvel habitant”, de l’ “ancien” duchérois qui croit flairer cet “autre”, ou encore de l’ethnologue à l’af­fût de l’ “allogène”.

3  Ainsi que le confirme Denys Cuche, « [l]'identité est toujours un compromis, une négociation pourrait-on dire, entre une “auto-identité” définie par soi et une “hétéro-identité” ou “exo-identité”, définie par les autres » (1996, p. 86).

4  Les habitants arrivés dans les premières années de la construction de la Duchère emploient les termes “luxe”, “paradis” et “rêve” pour décrire leurs conditions de vie initiales. A l’époque, le grand ensemble était en effet porteur de progrès par rapport à la ville historique (améliorations en termes de confort, d’hygiène et de luminosité).

5  La politique de la ville, apparue en France au début des années 1980, consiste en un ensemble de mesures mises en place par l'Etat en vue « de revaloriser les zones urbaines en difficulté et de réduire les inégalités entre les territoires » (extrait du site internet du ministère de la Ville). Cette catégorie de l’action publique cible son intervention au niveau du quartier en l’inscrivant tantôt dans la ville, tantôt dans l’agglomération (Jaillet M. C., 2003), suivant dans les deux cas une doctrine de totalisation – comme pour soigner une partie malade du corps urbain. Construite autour de deux axes majeurs, l'intervention sur l'habitat (projet urbain) d'une part et l'accompagnement des habitants (projet socioéconomi­que) d'autre part, la politique de la ville s’efforce d’agir à plusieurs niveaux : « développement social et culturel, revitalisation économique, emploi, rénovation urbaine et amélioration du cadre de vie, sécurité, citoyenneté et prévention de la délinquance, santé… » (extrait du site internet du ministère de la Ville).

6  Il s’agissait de « casser les ghettos » selon une formule de Jean-Louis Borloo, ministre délégué à la ville et à la rénovation urbaine de 2002 à 2004.

7  En 2006, la Duchère a été classée en “zone franche urbaine” (ZFU) : il s’agit d’une “zone urbaine sensible” (ZUS) bénéficiant de dispositifs d’ordre fiscal et social supplémentaires. L’assignation de cette catégorie à des quartiers jugés particulièrement défavorisés permet de légitimer certaines interventions, telles les opérations massives de démolition-reconstruction qu’encourage le programme national de rénovation urbaine (PNRU) géré par l’ANRU.

8  À ce sujet, Jacques Donzelot écrit : « La politique dite de la ville repose implicitement sur l’idée qu’il existe une ville idéale dont il faut rétablir les traits en résorbant les anomalies qui font tache ici ou là. Il s’agit d’une lecture statique de la ville, au sens strict d’une vision étatique, à savoir la pure projection d’une rêverie d’Etat en vue d’un territoire homogénéisé sous son autorité. On passe ainsi à côté de la compréhension de ce qui fait la spécificité de la ville, de sa diversité, de sa dynamique » (Donzelot J., 2006, p. 27)

9  Nombre d'auteurs ont montré que la politique de la ville éludait la question ethnique par une action ter­ritoriale mais traitait pourtant de l'intégration des familles immigrées en cherchant à éviter les concentrations de populations d’origine étrangère et les formations de communautés particulières. Pour approfondir cette réflexion, voir, par exemple Lelévrier C., 2001 ; Donzelot J., 2006 ; Genestier Ph., 2010.

10  L’expression est empruntée à Roger Bastide : « des vides pleins, pleins de quelque chose dont on sent la nécessité pour que la totalité du scénario retrouve son sens […] l’absence n’est pas vraiment oubli to­tal ; la forme à remplir existe si les images destinées à la remplir manquent ; l’absence devient donc sen­timent de manque » (1970, p. 34).

11  Ces outils conceptuels (“champ d’expérience” et “horizon d’attente”) ont été forgés par Reinhart Ko­selleck (1990).

12  Dans Le sens de la propriété, Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin (1990) étudient le phénomène d’accroissement de l’accession à la propriété et mettent en évidence cette forme actuelle de place­ment dans le logement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Rojon, « La rénovation de l’habiter dans le grand ensemble de la Duchère. Pour en finir avec la figure des « nouveaux habitants » », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://rsa.revues.org/1132

Haut de page

Auteur

Sarah Rojon

Centre Max Weber (UMR 5283) – Université Jean Monnet Saint-Etienne/Université de Lyon.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page