Navigation – Plan du site

Fêtes rurales et nouvelles appartenances en Hainaut occidental (Belgique)

Rural Festivals and New Belonging in Western Hainaut (Belgium)
Étienne Doyen
p. 45-61

Résumé

Le Hainaut occidental, en Belgique, est caractérisé par un nombre important de fêtes rurales. Ces évènements, portés par un milieu associatif dense et structuré, connaissent leur point d’orgue durant l’été. Chaque week-end, plusieurs villages de la région organisent simultanément leur fête annuelle. Ce foisonnement d’évènements dans un rural recomposé pose question. L’analyse des pratiques festives dans cette région contribue à donner l’image d’une ruralité plurielle. Les fêtes étudiées ne se réduisent pas à une forme unique et renvoient à des pratiques et des rapports à l’espace distincts. L’ambition de cette étude est double : d’une part, livrer une image de la ruralité contemporaine à travers la description des pratiques festives de ses habitants ; d’autre part, examiner la question des mécanismes d’appartenance à l’œuvre dans cette région rurale. Les fêtes, dans la mesure où elles constituent des moments particuliers de création et d’entretien d’un sentiment d’appartenance à un village et à une région, apparaissent comme une entrée privilégiée pour traiter cette problématique.

Western Hainaut, in Belgium, is the site of several major rural festivals. These events, backed by a dense and structured voluntary association, reach their zenith during the summer. Every weekend, several area villages simultaneously organize their annual festivals. This profusion of events in a recomposed rural area raises questions. Analysis of the regions’ festive practices may contribute to acquiring an image of a multifaceted rurality. The festivals studied are not to be reduced to a single form and refer to practices and relationships with distinct spaces. This study’s ambition is twofold: on the one hand, to provide an image of contemporary rurality through the description of its inhabitants’ festive practices and, on the other, to examine the question of mechanisms of belonging at work in this rural region. Insofar as they represent extraordinary moments in the creation and maintenance of a feeling of belonging to a village and an area, the festivals seem a privileged entry point in treating this problematic.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

fêtes, village, rural, appartenance, Hainaut

Index by keyword :

festivals, village, rural, membership, Hainaut
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article se fonde sur un mémoire de licence en sociologie réalisé par l’auteur à l’Université catholi­que de Louvain, sous la direction de D. Bodson (Doyen E., 2007). Son contenu a été présenté dans le cadre d’une communication tenue lors du colloque de l’Association des Ruralistes Français en novem­bre 2008 à Lyon.

Texte intégral

I. Introduction

1Nos campagnes européennes ont fortement évolué depuis plusieurs dé­cennies : mouvements de populations, modification des fonctions des es­paces ruraux et mutation des modes de vie ont induit de nouvelles sociabi­lités, de nouvelles pratiques de consommation et de nouveaux comporte­ments de mobilité (Dibie, 2006 ; Bodson, 1999).

2Les fêtes rurales, sans disparaître, ont également évolué (Champagne, 1977). En Hainaut occidental, elles sont vivaces, diversifiées et drainent du public. Cette permanence et cette vivacité des fêtes dans un rural recomposé posent question. Au travers de notre recherche, nous avons voulu décrire et comprendre ce phénomène. Qui sont les acteurs derrière ces fêtes ? Quelles motivations les poussent à organiser de tels évènements ? Quel public est présent ? Quelle fonction ces fêtes exercent-elles vis-à-vis des groupes en présence ? Le Hainaut occidental semble nous offrir un ter­rain privilégié pour examiner ces questions. Nous proposons donc d’ana­lyser ces manifestations en les utilisant comme des prismes privilégiés pour apprécier les mutations de l’espace rural, en particulier les rapports variés à cet espace et les mécanismes d’appartenance.

  • 1  Chambre de commerce et d’industrie de Wallonie picarde, http://www.cciwapi.be, consulté le 28/01/2 (...)
  • 2  Le carnaval de Willaupuis, le carnaval de Basècles. le carnaval de Kain, la fête-chapiteau de Lapl (...)

3Le Hainaut occidental est situé en Belgique, à la limite occidentale de la Région wallonne, à la frontière avec la Région flamande et la France. Il est composé des arrondissements de Tournai, Ath et Mouscron ainsi que de la commune de Lessines, auxquels sont parfois ajoutées deux commu­nes de l’arrondissement de Soignies, ce qui porte à vingt-trois le nombre de communes qui le constituent. Sa superficie est de 1 300 km1 pour une population de 330 000 habitants2.

4Notre recherche a porté sur six fêtes associées à autant de villages du Hainaut occidental’, avec une attention particulière accordée aux fêtes d’été. Ces fêtes, dites “chapiteaux”, s’inscrivent ainsi dans une saison, au sens sportif du terme : pendant une période définie de l’année (d’avril à octobre), la même forme de festivités se produit chaque week-end, chaque village de la région ou presque organisant sa fête. L’été est ainsi rythmé par ces festivités. Chaque année, la saison des fêtes reprend et les organi­sateurs comme le public sont présents. L’affluence est importante ; cer­tains villages accueillent ainsi plusieurs milliers de personnes le temps d’un week-end.

5Douze entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’habitants des villages concernés. L’échantillon des villageois interrogés était diversifié : il s’agissait de personnes actives dans l’organisation des fêtes, de simples spectateurs, mais également d’individus n’assistant pas aux évènements organisés. Parallèlement à ces entretiens, des observations ont été menées lors de plusieurs festivités, avec prise de notes dans un carnet de terrain. La fête d’été du village de Thimougies, dans la commune de Tournai, a fait l’objet d’un dispositif plus poussé d’immersion participante : nous avons intégré son comité d’organisation et, de la sorte, nous avons eu l’oc­casion de saisir la fête en train de se faire. Lors de l’évènement, nous fai­sions partie de l’équipe des bénévoles, ce qui nous a permis d’observer de­puis les “coulisses”. Le recueil des données dans les différentes fêtes s’est effectué en deux temps, entre juin et août 2006 et entre février et août 2007. Un entretien complémentaire a eu lieu en septembre 2013 avec lesorganisateurs de la fête, afin de mesurer les évolutions survenues depuis l’analyse de 2007.

6A la suite d’un travail exploratoire, il est ressorti que le Hainaut occi­dental constituait la région d’analyse pertinente pour appréhender ces fêtes. C’est dans cet espace géographique que le public se déplace et que les différents évènements sont en concurrence. Le choix de cette entité géographique relève avant tout d’un souci de cohérence : il s’agissait d’opter pour une unité d’analyse qui soit à la mesure de l’objet étudié. Dans un rural composé de villages interconnectés, aux habitants hyper­mobiles, il était nécessaire de prendre une région comme unité d’analyse, au risque de ne pas pouvoir saisir de nombreuses dynamiques. Ainsi, l’é­tude monographique d’une seule festivité n’aurait pas permis de mettre au jour l’existence d’un marché des fêtes, sur lequel les festivités de la région se positionnent pour attirer leur public, en cherchant à la fois la ressem­blance et la distinction avec les autres évènements.

7L’objectif de ce travail est à la fois ethnographique et ethnologique (Lévi-Strauss, 1958). Ethnographique car nous entendons livrer une des­cription fine des fêtes rurales en Hainaut occidental, et par là, donner une image du rural contemporain. Ethnologique car nous souhaitons dépasser la description pour livrer une interprétation de ces évènements. Plus parti­culièrement, nous voudrions utiliser les fêtes comme une porte d’entrée pour aborder la question des appartenances en milieu rural : sommes-nous vraiment confrontés à un “rurbain” généralisé, purement fonctionnel et vide de tout lien social, ou est-il possible d’encore observer des dynami­ques de création et d’entretien de sentiments d’appartenance à des grou­pes ?

II. Typologie des fêtes rurales en Hainaut occidental

8Suite à notre travail de terrain, nous avons dégagé une typologie des fê­tes rurales en Hainaut occidental. Cette typologie se fonde sur l’observa­tion des fêtes d’été, mais elle est également applicable aux évènements or­ganisés à d’autres moments de l’année (notamment les carnavals). Trois catégories de fêtes ont été identifiées : les fêtes “chapiteaux”, les fêtes “à l’ancienne” et, enfin, les fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales. La partition que nous proposons s’inspire de la classification que Fournier propose pour les fêtes rurales provençales (Fournier, 2004).

A. Les fêtes “chapiteaux”

9Les “chapiteaux” sont les fêtes de village les plus répandues en Hainaut occidental. Portées par un comité des fêtes qui correspond parfois à une association de jeunes du village, elles durent trois jours et atteignent des chiffres de fréquentation de plusieurs centaines à plusieurs milliers de per­sonnes. L’expression “chapiteau” renvoie à la soirée du samedi, qui se dé­roule sous chapiteau et est, en fait, métonymique : si cette soirée est bien le point d’orgue du week-end de fête, ce dernier comprend d’autres activités et ne se limite pas à ce moment. Ces fêtes comportent systématique­ment la même structure en trois jours : vendredi-samedi-dimanche.

10Le week-end commence le vendredi soir, avec l’ouverture officielle des festivités, suivie par une soirée sous chapiteau. Celle-ci prend la forme d’une soirée de jeunes ; l’ambiance est comparable à celle d’une boîte de nuit, avec une musique de style “techno” et “house”, des spots et des la­sers. L’entrée de ces soirées est gratuite, effet de système qui trouve son origine dans la volonté des organisateurs d’attirer le public dès le vendredi pour le faire revenir le samedi (l’affluence de la soirée du vendredi est moins importante que celle du samedi). La musique de ces soirées est as­surée par des Disc Jockey’s dont les tracts vantent les “références” (“est l’auteur de tel tube”, “mixe dans tel club”, etc.). Les noms de ces soirées sont généralement anglais et participent de leur forme spécifique : “Exotic and Surf Party”, “TechnoParty”, “Decibel’s Night” ou encore “Show Striptease”. Ce dernier exemple renvoie au village de Maulde (commune de Tournai) qui débute son week-end de fête avec une soirée strip-tease, “interdite aux moins de 18 ans”. Depuis plusieurs années, les “jolies filles”, par un processus de surenchère, font partie de la stratégie de com­munication de ces évènements ; sur les prospectus, les “pin-up” côtoient désormais les objets du monde agricole.

11Le samedi est surtout marqué par la grande soirée du week-end. Pen­dant la journée, des activités sportives sont parfois organisées : course cy­cliste, course à pied, tournoi de mini-foot, randonnée moto, etc. Vient en­suite la soirée, moment-phare des trois jours de festivités. L’importance prise par ces chapiteaux se manifeste par l’ampleur des infrastructures dé­ployées, les sommes d'argent considérables brassées (tant en dépenses qu’en recettes) et l’affluence massive qu’ils connaissent (les soirées les plus importantes rassemblent jusqu’à 10 000 personnes). Cette dynamique fait écho aux observations prémonitoires de plusieurs chercheurs (Cham­pagne, 1977 ; Duby/Wallon, 1977) qui, il y a trente ans déjà, décrivaient le caractère central pris par le bal du samedi soir dans les fêtes rurales fran­çaises.

12Contrairement à la soirée du vendredi, cette soirée est payante. La forme, cependant, reste la même : un nom anglais, une ambiance “boîte de nuit” avec Disc Jockey’s et lasers, qui attirent les jeunes de la région. Le public qui fréquente ces fêtes est relativement jeune (entre quinze et trente ans pour la plupart) et issu du village organisateur et des villages de la ré­gion. Par région, il faut ici entendre le Hainaut occidental, et pas unique­ment les villages avoisinants : certaines personnes viennent ainsi de locali­tés situées parfois à plus de quarante kilomètres du lieu de fête, ce rayon s’agrandissant encore pour les évènements de grande renommée. C’est par exemple le cas de la fête du 15 août du village d’Obigies (commune de Pecq). De nombreux Français n’hésitent ainsi pas à traverser la frontière tous les week-ends en raison de la programmation musicale spécifique de ces soirées et surtout du prix attrayant de l’alcool servi (Gossiaux, 1992 :118-119), reproduisant de la sorte les navettes transfrontalières effectuées la semaine pour le travail. Les comités organisateurs surfent sur cette vague et récupèrent ainsi en été un public qui fréquente en hiver les boîtes de nuits belges situées sur les chaussées transfrontalières.

13L’évènement phare du dimanche est généralement une manifestation “moteurs” : course de 4x4, “moiss-batt cross”, “tractor pulling” ou encore “gymkhana tracteurs”. Ces évènements voient des véhicules de grosse cy­lindrée entrer en compétition et faire des démonstrations dans les prairies du village. Le monde agricole n’est jamais bien loin de l’organisation de ces shows ; les comités organisateurs sont composés partiellement ou en­tièrement de membres de la FJA, Fédération des jeunes agriculteurs. Les machines imposantes qui sont détournées et mises en scène dans ces spec­tacles sont celles de leur environnement. Un dîner aux accents ruraux (“dîner campagnard”, “barbecue géant”, “cochon à la broche”) est proposé au public. Des manifestations sportives sont une fois de plus organisées, en présentant une dimension plus ludique que celles du samedi : il s’agit des tournois de mini-foot, d’ “aqua-foot”, de “kicker humain”, etc. Dans ces fêtes très modernes se glisse parfois l’idéologie folkloriste mettant en scène le monde paysan d’antan et le “travail du sol comme autrefois” avec, par exemple, des expositions de vieux tracteurs. Ces reconstitutions du passé ne sont pas nécessairement contradictoires avec le caractère con­temporain de ces fêtes ; elles ne remettent pas en question leur dynamique globale, qui est loin d’être une mise en spectacle du passé - à l’inverse des fêtes “à l’ancienne”. Le week-end se termine dans l’après-midi ou dans la soirée, sous chapiteau, avec diverses animations (concerts, spectacle pour enfants, fanfare, thé dansant) et parfois une soirée de clôture, d’une impor­tance moindre.

B. Les fêtes “à l’ancienne ”

  • 3 Extrait d’entretien avec un organisateur de la fête de la moisson de la Glanerie, le 15 août 2006.

14Plus marginales dans la région, ces fêtes sont généralement des “fêtes de la moisson” qui tentent de faire revivre, pour un temps, le monde pay­san disparu. Comme les fêtes “à l’ancienne” décrites par Champagne, elles sont avant tout des spectacles qui attirent un public important, en grande partie extérieur au village. Ces fêtes érigent en folklore le monde paysan du temps passé à travers ses outils, ses machines et ses gestes (Champa­gne, 1977). Pour les organisateurs, il s’agit d’un «patrimoine qui doit être préservé et transmis aux générations futures»3. Bien souvent, ces fêtes sont porteuses d’une représentation idyllique du passé, considérant le travail d’antan comme “authentique” et “vrai”.

  • 4 Le village de La Glanerie, dans la commune de Rumes.

15Le public présent à ces fêtes est plus âgé que celui des fêtes “chapi­teaux”. Ceci s’explique par le type d’animations proposées : mettant en scène un passé lointain, ces dernières ne permettent pas aux jeunes de “se retrouver” dans ce type de fête. À ce sujet, il faut mentionner une dynami­que intéressante dans un village de la région analysée4 : parallèlement à la fête des moissons, une fête des jeunes “classique” (une fête “chapiteau”) est organisée chaque année, à un autre moment de l’été. A notre sens, ces deux fêtes ne doivent pas être considérées comme antinomiques mais complémentaires : elles rassemblent sur le territoire du village, à des mo­ments différents, des publics spécifiques selon des logiques distinctes (d’un côté, une population jeune sur le mode d’une fête “chapiteau” ; de l’autre, un public plus âgé autour de la mise en spectacle du passé). Ce fai­sant, elles renvoient à une caractéristique centrale du rural contemporain, à savoir d’être un lieu de cohabitation de plusieurs rapports à l’espace. C’est un espace de production pour certains, pour d’autres un espace de rési­dence et de récréation - un cadre de vie (confer infra).

C. Les fêtes thématiques et les nouvelles fêtes rurales

16Ce panel se termine avec un troisième et dernier ensemble de fêtes, re­groupant des manifestations hétérogènes. Ces fêtes semblent, de prime abord, difficilement comparables, tant leurs programmes sont divers - à l’inverse des fêtes “chapiteaux”, qui proposent les mêmes activités selon une même structure en trois jours, avec une prévisibilité remarquable. Il semble néanmoins possible de dégager une forme commune à partir de ces manifestations hétéroclites. Ces dernières sont à rattacher aux fêtes théma­tiques étudiées par Fournier ; ce sont des fêtes relativement récentes, qui ouvrent le paysage festif en proposant des manifestations sortant des schè­mes usuels des festivités rurales (Fournier, 2004).

17Parfois centrées autour d’un thème (fête de l’asperge, du potiron, du gé­ranium, du moulin, etc.), ces fêtes se caractérisent par un programme éclectique destiné à attirer un public aussi large que possible. Ce dernier est d’ailleurs plus diversifié que dans les fêtes “chapiteaux” : ruraux “de souche”, néo-ruraux, touristes, citadins, jeunes, personnes âgées, familles, tous sont susceptibles de trouver dans ces manifestations des animations qui leur correspondent. Cette diversité du public est rendue possible par la rupture, de la part des organisateurs, de l’association “agriculture-rural”. Parce que les comités et les associations à la base de ces évènements ne sont pas ou peu issus du monde agricole, ils tendent à proposer des activi­tés moins liées à ce monde, en comparaison avec les fêtes “chapiteaux”. Par là-même, ils couvrent un spectre étendu et s’assurent une assistance plus hétéroclite.

18Parmi la foule d’activités et de manifestations qui composent les pro­grammes de ces fêtes thématiques, un élément est récurrent : les foires ar­tisanales. Ce genre de manifestation permet de mettre l’accent sur la fonc­tion symbolique qu’exercent ces nouvelles fêtes. Le “concept” des foires artisanales fait fureur au sein des fêtes de la région, il est repris de plus en plus fréquemment dans les programmes. Son principe peut être facilement résumé : des artisans sont invités, pour quelques heures, à louer un stand pour y vendre le fruit de leur travail ou de leur passion. L’offre est diversi­fiée : certains proposent des produits “du terroir” (escargots, vins, pain, salaisons, miel, pâtisseries, etc.), d’autres vendent les objets qu’ils ont créés (bijoux, tableaux, meubles, verreries, jouets, etc.), d’autres encore, à la manière d’une fête “à l’ancienne”, reproduisent les gestes d’autrefois (le vannier, le cordier, la fileuse de laine, etc.). Entre ces stands regroupés dé­ambulent les badauds qui “picorent”, s’approchant des artisans au gré de leurs centres d’intérêt comme ils décideraient d’entrer dans certains maga­sins d’un centre commercial. Le public consomme ainsi les produits ache­tés, mais également, d’une manière globale, l’artisanat, et plus largement, le rural.

III. Rapports à l’espace et appartenances au travers des fêtes

A. Réécrire le mythe du rural

19Parmi les trois types de fêtes analysées, les fêtes thématiques et les nou­velles fêtes rurales permettent de questionner les objets auxquels le rural est associé. Parallèlement à l’association classique “agriculture-rural”, d’autres associations sont utilisées lors de ces nouvelles fêtes. L’organisa­tion de foires artisanales, par exemple, relève de ces nouvelles associa­tions. L’artisan est, par définition, celui qui travaille de ses mains et qui maîtrise ce qu’il produit. Il renvoie en filigrane à une certaine forme d’au­thenticité. Ce mode de production évoque également le respect de la na­ture et de l’individu, avec la représentation d’un travail qui s’effectue en harmonie avec l’environnement, à l’opposé d’une production industrielle. L’artisanat fait également écho, d’une manière plus abstraite, à la maî­trise ; l’artisan est celui qui possède la maîtrise de ses productions et de leurs effets.

20Cette brève analyse des valeurs et des thèmes que l’artisanat charrie par évocation permet de prendre conscience des significations possibles de l’association “artisanat-rural”, ce qui renvoie à la fonction symbolique que remplit le rural dans notre société. Les évocations mentionnées ci-dessus renvoient à la perception du rural comme une “réserve culturelle”, au sens de Chamboredon :

N’est-on pas en train de passer d’une situation où la campagne fonc­tionnait comme une réserve “sociale”, donnant le modèle des rap­ports sociaux [...], à une situation où elle fonctionne plutôt comme une réserve “culturelle”, cadre d’un style de vie non prédateur et non destructeur, affranchi des habitudes de consommation urbaines, res­pectueux des rythmes et des équilibres naturels ? (Chamboredon, 1985 :573).

21La fête thématique semble finalement constituer un moment privilégié pour le rural de “se raconter”, une occasion particulière de réécrire son mythe. Il en est ainsi car la fête, qui prend désormais la forme de l’ouver­ture du village au monde extérieur, est un produit qu’un public consomme. Ce produit n’est pas naturel, il est construit, par l’agencement d’activités et d’animations diverses. Cette construction s’accompagne d’une relation d’extériorité entre la fête et ses organisateurs : quand la culture devient un spectacle et un produit, ses représentants doivent nécessairement adopter une distance réflexive par rapport à eux-mêmes (Fournier, 2004). Dans ce contexte, le village s’ouvre et se livre à l’extérieur sur le mode de l’expo­sition. La fête est ce moment où la culture locale est mise en scène et pro­posée à un public qui consomme, à travers le village, le rural.

  • 5  Nous faisons ici référence à la théorie des cités et des mondes de Boltanski et Thevenot, complété (...)

22Cette réflexion portant sur les fêtes thématiques peut être étendue à l’ensemble des fêtes rurales dans notre région d’analyse. Il est possible de considérer toute fête comme une proposition de ruralité. Toute fête offre un pattern, une grille de lecture du monde rural en Hainaut occidental. Et de cette manière, toute fête réinvente le mythe du rural et les représenta­tions que notre société a de ce monde. Voir la fête comme une proposi­tion, une définition du rural permet d’appréhender d’une manière nouvelle les activités qui y sont proposées. Puisque chaque fête renvoie à une con­ception spécifique de la ruralité, chacune d’entre elles met en scène les objets et les sujets qu’elle juge en accord avec le “monde” rural. Ainsi, dans les fêtes thématiques, l’objet légitime associé au rural est la foire arti­sanale. Cette association n’est pas anodine, comme nous l’avons vu, car elle renvoie à des valeurs et des thèmes spécifiques. Les fêtes thématiques et les fêtes “chapiteaux” renvoient de la sorte à deux conceptions distinc­tes du “monde” rural, parce que les objets et les sujets légitimes qu’elles associent à ce monde sont distincts. L’artisan d’un côté, le pilote partici­pant à une course de moissonneuses-batteuses de l’autre, constituent des sujets-types qui sont à rattacher d’une manière indiscutable à deux mondes différents (Boltanski/Thévenot, 1991)5.

B. L’ouverture progressive des fêtes au public

23La typologie qui a été présentée a été partiellement construite à partir des différences de contenu des programmes d’activités proposés par les trois types de fêtes, mais pas uniquement. Elle se base également sur l'hy­pothèse que ces fêtes sous-tendent des formes différentes de rapport à l’es­pace rural et qu’elles renvoient chacune à une facette distincte de la rurali­té contemporaine. L’examen du rôle joué par la présence d’un public per­met de distinguer les trois types.

24L’évolution des pratiques festives en milieu rural au cours du XXe siècle est caractérisée par l’importance croissante prise par le public. En Hainaut, les ducasses étaient historiquement tournées vers l’intérieur des groupes ruraux. A travers la célébration du saint-patron de l’église du vil­lage, c’est en réalité la communauté villageoise que l’on fêtait. Cette re­fondation périodique du groupe était vitale pour sa survie, elle permettait de renforcer sa cohésion et d’alimenter un sentiment d’appartenance, en dépassant les conflits émergeant au quotidien. Dans ce contexte, la fête avait une fonction essentiellement interne et ne prenait pas de sens vis-à-vis de l’extérieur. Les étrangers étaient peu présents lors de ces évène­ments, simplement parce que ces derniers n’étaient pas pensés comme des spectacles disponibles pour des personnes extérieures au village. Il semble ainsi anachronique de tenter d’appliquer la notion de “spectateur” à ces ducasses, tous les villageois en étant à la fois les acteurs et les spectateurs. Les jeux paysans organisés lors de ces fêtes, comme le mât de cocagne, illustrent cette participation active. Comme le dit l’expression évocatrice, les villageois d’alors «faisaient la fête» (Champagne, 1977 :77).

25Au cours des dernières décennies, la fête a suivi le destin du rural : elle s’est progressivement laïcisée, “dépaysannisée” et ouverte à l’extérieur. La présence d’un public est désormais une composante essentielle des fêtes rurales. Comme Champagne en Mayenne et Fournier en Provence, nous avons observé en Hainaut occidental cette dynamique d’ouverture des fêtes au public.

26Dans les fêtes “chapiteaux”, la proportion d’habitants du village et de personnes extérieures est inversée par rapport à une ducasse traditionnelle. Lors des grandes soirées du samedi, des villages de quelques centaines d’habitants accueillent ainsi plusieurs milliers de personnes. La fête est alors devenue avant tout un spectacle, un divertissement, un produit que l’on offre à un public.

27Les fêtes “à l’ancienne”, comme mises en spectacle du monde paysan passé, suivent la même dynamique ; par essence, ces dernières n’ont de sens que par la présence d’un public extérieur. En 1977 déjà, Champagne montrait comment une fête “à l’ancienne” en Mayenne était conçue comme un divertissement proposé à des spectateurs :

[...] il s’agit d’un spectacle, symbolisé par les barrières, par deux im­menses parkings pour accueillir les 4 000 visiteurs qui viendront de toute la région et par le paiement d’un droit d’entrée ; si tout le villa­ge participe, c’est pour se donner à voir à un public extérieur à la commune (Champagne, 1977 :75).

28Les fêtes thématiques et les nouvelles fêtes de village sont de la même manière tournées vers un public, de telle façon que pour les organisateurs, la réussite de ces évènements est conditionnée par l’affluence plus ou moins importante qu’ils connaissent. Ces fêtes s’inscrivent, à notre sens, dans le rapport très contemporain à l’espace rural comme cadre de vie (Bodson, 1999). Elles consacrent le rural comme un espace de loisirs, de détente, délié des exigences du monde de la production. Les fêtes thémati­ques, les vide-greniers, les brocantes et autres foires artisanales illustrent parfaitement cette fonction de “distraction” du rural. Les manifestations des “fermes ouvertes” s’inscrivent également dans cette perspective : elles constituent des parenthèses pendant lesquelles le public s’habille, mange, se comporte d’une manière différente par rapport au cours ordinaire des choses, ce qui institue leur caractère ludique et extraordinaire.

29Il semble d’ailleurs difficile de qualifier ces moments de “fêtes”, si l'on considère que cette acception renvoie à la célébration d’un groupe ou d’un évènement heureux, en étant le théâtre d’émotions intenses. La forme de ces évènements et le comportement des participants les rattachent plutôt, en réalité, à des moments de loisir : l’espace d’un après-midi, les familles se baladent pour consommer denrées et culture. Il s’agit, en quelque sorte, d’un tourisme “immobile”, où l’on visite cet ailleurs qu’est le village. C’est dans ce sens que cette forme de fête est l’incarnation d’un rapport à l’espace rural en tant que cadre de vie. Il s’agit d’un rapport distancié, qui ne demande que peu d’engagement : tout qui le désire peut “passer” à la fête, pour y rester une demi-heure ou tout l’après-midi, et y prendre ce qui lui plaît. Tout est fait pour que les animations proposées soient culturelle­ment “faciles d’accès”, c’est-à-dire aisément consommables par un large public, notamment par un public étranger au monde agricole voire au monde rural. Il s’agit d’une “implication minimale”, où l’assistance peut se contenter de déambuler dans le village comme elle l’entend, sélection­nant les animations qui l’intéresse, sans devoir participer. L’attitude type du “fêtard” - si tant est que ce terme soit encore pertinent - est de regar­der, d’assister, d’être un spectateur.

C. La fête comme porte d’entrée pour reposer la question des appartenances en milieu rural

30Si les fêtes se sont progressivement ouvertes à l’extérieur, est-ce à dire qu’elles ont corollairement perdu leur fonction sociale interne de construc­tion et régénération d’une communauté ? Ceci serait peu étonnant, dans la mesure où l’existence même d’un groupe au sein d’un village est une image qui semble appartenir au passé ; les ruraux d’aujourd’hui partagent en effet peu de choses et déploient leurs activités sur des réseaux distincts, travail, scolarité, consommation et loisirs se situant bien souvent hors du village. Dibie dépeint ainsi comment son village de Bourgogne se vide tous les matins de ses habitants hyper-mobiles (Dibie, 2006 :69-70).

31Il semble pourtant que des mécanismes de création et d’entretien du sentiment d’appartenance à un groupe existent encore en milieu rural, et que la fête constitue un moment privilégié pour les observer. L’extrait sui­vant permet de l'illustrer :

Il serait mal avisé d’analyser la dynamique d’appartenance à l’œuvre dans le carnaval de Basècles sans s’arrêter quelque peu sur ce qui a constitué, à nos yeux d’observateur, un moment-clé de la soirée du samedi. A la fin de la cérémonie, un des organisateurs du carnaval a pris le micro et a annoncé que l’assemblée allait entonner “l’hymne de notre village”, qui a pour titre : “Basecqu’ ch’est l’pu biau des vil- lôges”.

Une effervescence toute particulière a saisi alors l’assemblée, et les carnavaleux se sont pris les coudes pour former des chaînes. 11 a été difficile de résister à cet engouement, et nous fûmes prestement invi­té à intégrer l’une de ces chaînes.

La chanson est composée de plusieurs couplets en picard, qui décri­vent Basècles, son charme, ses habitants chaleureux, etc. Cette ode au village était connue dans son entièreté par une majeure partie de l'assemblée. Pendant cinq minutes, toute l'assistance, divisée en grou­pes reliés par les coudes, a chanté les couplets en se balançant au ry­thme de la musique. Notre ignorance des paroles était, semble-t-il, flagrante, et notre voisine de coude n’a pas tardé à nous demander :

  • 6  Extrait de carnet de terrain, carnaval de Basècles, février 2007.

‘T'es pas de Basècles, toi ? ’6.

32Les moments festifs exercent à cet égard une double fonction : ils per­mettent aux membres d’un groupe d’exprimer leur appartenance, et dans le même temps, ils génèrent ce sentiment. Ces deux phénomènes sont en­tremêlés, et doivent être pensés de façon dialectique. En Hainaut occiden­tal, l’évolution de la forme des fêtes rurales est caractérisée par une muta­tion fondamentale quant à leur fonction de création et de renforcement d’un groupe. Ce n’est pas parce que les fêtes se sont ouvertes qu’elles ont perdu cette fonction ; seulement, il semble que désormais, le groupe se ré­génère moins en faisant la fête qu’en l’organisant (Doyen, 2007). La mise sur pied de tels évènements est en effet le fruit d’un travail de longue ha­leine qui constitue l'occasion idéale pour forger un groupe. Pendant plu­sieurs mois, les organisateurs se rencontrent régulièrement pour mettre sur pied l’évènement, proposant parfois des soupers et des soirées pour récol­ter des fonds ; ce travail de préparation se termine par une période plus dense (comprenant le week-end de fête ainsi que les quelques jours qui le précédent et le suivent), pendant laquelle ces personnes sont constamment à pied d’œuvre. C’est dans ce qui constitue un véritable travail commun que le groupe se construit et s’éprouve comme tel. Quoi de mieux, en ef­fet, que de fournir ensemble des efforts physiques importants (entre autres, montage du chapiteau), de travailler côte à côte plusieurs heures durant (servir au bar, assurer la restauration, gérer les parkings, etc.) pour créer et entretenir un sentiment d’appartenance à un groupe ?

33Ces fêtes semblent en fait assurer la fonction que remplissait autrefois le travail au champ des paysans. Quand les tâches agricoles dépendaient plus des bras des hommes que des moteurs des machines, l’entraide était nécessaire (par exemple durant les moissons) et ce labeur en groupe tissait des liens. C’était en premier lieu à travers le travail en commun que la communauté paysanne se construisait. Aujourd’hui, pour des villageois qui ne sont plus dépendants les uns des autres et qui ne partagent plus une condition paysanne commune, qui de surcroît ne pratiquent que peu l’es­pace villageois, la fête remplit, in fine, la fonction des travaux paysans d’antan : elle permet à un groupe de travailler ensemble dans le cadre d’un projet commun, et par là, de se construire et de se percevoir comme tel.

34Cette dynamique a été observée à la fois pour les fêtes “chapiteaux”, pour les fêtes “à l’ancienne” et pour les fêtes thématiques en Hainaut occi­dental. Elle illustre les phénomènes de sociabilité élective caractéristiques du monde rural contemporain (Bodson, 1999) : l’adhésion au projet col­lectif est libre et n’est pas érigée en norme. C’est ainsi que va émerger un groupe villageois, à échelle réduite en comparaison avec le passé, qui prend la forme d'un “comité des fêtes” ou d’une ASBL, et dans lequel se développe une interconnaissance forte. Cette autochtonie (Retière, 2003 ; Renahy, 2010), sous la forme d’une implication associative, n’est pas liée au fait d’être natif du village : certains habitants originaires du village ne s’impliquent pas dans le comité, et à l’inverse, des “étrangers” peuvent y avoir leur place. Tout le village n’appartient pas à ce mini-groupe dans la mesure où l’adhésion à ce mode de relation est libre ; il s’agit d’un choix.

35Pour ces nouveaux groupes, le village redevient une entité qui fait sens. La mise sur pied d’évènements de grande ampleur permet ainsi le déve­loppement d’une conscience fière d’être villageois et constitue une ma­nière de proclamer son sentiment d’appartenance. Plus la fête est renom­mée et plus elle draine un public important, plus ce sentiment peut s’épa­nouir. L’ampleur d’une festivité symbolise de la sorte la puissance du groupe villageois qui la supporte, elle constitue une traduction matérielle de sa solidité. Dans ce contexte, la présence d’un public apparaît comme un élément essentiel pour l’exercice de la fonction sociale de ces fêtes. Ceci peut paraître paradoxal, mais la venue en masse de personnes exté­rieures permet de valider la fête et de sanctionner l’action du groupe orga­nisateur. L’ouverture progressive des fêtes ne peut donc être perçue uni­quement comme une dénaturation de celles-ci, dans la mesure où le public constitue un levier puissant pour appuyer les phénomènes de création et d’entretien de sentiments d’appartenance qui y sont liés.

D. L’appartenance sous forme de mobilisation : le cas du village de Thimougies

  • 7 Plus précisément une Association sans but lucratif (ASBL).
  • 8 Extrait d’entretien avec le président de l’association, juin 2007.
  • 9 II s’agit du projet éolien Nordex, présenté en séance publique en juillet 2012.

36La fête permet ainsi d’observer la subsistance de mécanismes d’appar­tenance en milieu rural ; elle permet également de déceler les nouvelles formes que peut prendre cette appartenance. La fête de Thimougies, villa­ge appartenant à la commune de Tournai, est ainsi exemplaire. Chaque an­née, la fête du mois de juin mobilise une partie du village pendant trois jours et accueille plusieurs milliers de visiteurs. Cet évènement est la vitri­ne d’une association7, composée d’habitants du village, qui est active tout au long de l’année. Outre la re-création d’un groupe villageois à travers l’organisation de la fête, la spécificité de l’évènement est de voir l’appar­tenance prendre moins la forme d’une cohésion que d’une mobilisation (Doyen, 2007). Tout se passe comme si un groupe villageois existait en puissance, un groupe qui se matérialiserait à la faveur d’occasions ponctu­elles : lorsqu’il s’agit de mettre une fête sur pied et qu’un nombre impor­tant de bénévoles est nécessaire ; lorsqu’il s’agit de rassembler des fonds pour restaurer l’orgue du village, considéré comme «l’ambassadeur»8 de celui-ci ; lorsqu’il s’agit de s’opposer à la création de logements sociaux sur la place du village ; lorsqu’il faut faire entendre sa voix aux réunions du Plan communal de développement rural pour obtenir une Maison de village ; lorsqu’un projet éolien est proposé à proximité du village9. Lors de tous ces moments particuliers, le groupe ainsi entretenu doit exister et être disponible.

37En 2013, suite à plusieurs années de lobbying, l’association a ainsi ob­tenu plus d’un million d’euros de financements de la Région wallonne et de la Ville de Tournai pour la construction d’une Maison de village ainsi que la reconstruction d’un moulin à vent, symbole de la localité, détruit par une tempête en 2006. Outre l’organisation de moments festifs, le grou­pe villageois est ainsi capable d’obtenir des ressources conséquentes de la part des acteurs institutionnels et politiques. Ces subsides lui permettent de concrétiser un véritable projet de territoire, qui dépasse largement la simple animation du village.

38L’action de l’association, qui entend retrouver la maîtrise de l’espace qui l’entoure, favorise l’émergence de cette nouvelle appartenance. Il ne s’agit plus d’un rapport total à un groupe, mais plutôt d’un lien privilégié qui s’exprime lors de moments localisés. La fête du mois de juin joue un rôle important dans la création de cette nouvelle forme de lien entre villa­geois, dans la mesure où elle leur donne l’occasion de se percevoir comme partageant un espace commun. Au-delà des barrières qui clôturent les jar­dins privés, l’espace villageois, réinvesti d’un contenu, fait l’objet d’un projet collectif pour lequel ses utilisateurs sont prêts à se mobiliser.

  • 10 Extrait d’entretien avec le président de l’association, juin 2007.

39Dans ce contexte, la fête s’intégre dans un dispositif plus vaste qui vise à retrouver de la maîtrise sur son espace, au sein d’un univers décisionnel délocalisé. En effet, depuis la fusion des communes belges de 1977, Thi- mougies a perdu son autonomie pour être rattaché à la commune de Tour­nai. La mise en place d’une structure associative date d’ailleurs de cette époque et avait pour but «de préserver l’identité du village et d’organiser une fête qui lui était propre»10. Cette volonté de réactiver le tissu social local est d’autant plus forte dans la région que Tournai est la plus grande commune de Belgique en superficie (21 375 ha) et également celle qui compte le plus d’entités (30 anciennes communes). Il est remarquable de constater que la majorité des comités organisateurs des fêtes analysées en Hainaut occidental ont vu le jour de la même manière à la fin des années 1970. C’est la dimension politique de tels évènements qui apparaît ici, re­jetant décidemment loin l’imagerie de fêtes rurales anodines et sans enjeu.

IV. Les fêtes vivaces et variées du Hainaut occidental

40Pourquoi choisir la fête pour parler des appartenances ? Parce qu’elle constitue ce moment particulier permettant à la fois d’exprimer son appar­tenance et de la créer. Fabriques de lien social, les fêtes rurales permettent d’intégrer efficacement les nouveaux venus dans les villages, en leur offrant la possibilité de rejoindre un comité d’organisation ou d’être de sim­ples spectateurs.

41Au terme de notre recherche, nous dressons les constats suivants. Pre­mièrement, nous observons la diversité des fêtes rurales en Hainaut occi­dental. La typologie présentée, inspirée du travail de Fournier, en témoi­gne : nous proposons une partition du paysage festif rural en Hainaut occi­dental en fêtes “chapiteaux”, en fêtes “à l’ancienne” et en fêtes thémati­ques et nouvelles fêtes rurales. Deuxièmement, cette diversité reflète, en filigrane, la diversité des acteurs et des rapports à l’espace présents sur le territoire. Les agriculteurs sont toujours présents mais ils n’organisent pas l’ensemble des fêtes observées ; ils sont particulièrement impliqués dans les fêtes “chapiteaux” et des fêtes “à l’ancienne”. D’autres catégories d’habitants sont actives au travers des fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales. Troisièmement, les fêtes se sont progressivement ouvertes au pu­blic, comme d’autres recherches l’ont montré en France précédemment. Cette ouverture, variable d’un type de fête à l’autre, loin de menacer l’ex­istence même des évènements, permet de les valider. Quatrièmement, la présence croissante d’un public extérieur, permet aux organisateurs de mettre en scène leur village et le rural, toute fête constituant une proposi­tion de ruralité. Dans cette réécriture du mythe du rural, les fêtes thémati­ques et nouvelles fêtes rurales sont remarquables par les nouvelles associ­ations qu’elles proposent avec le monde rural. Moments de loisir et de consommation, de la même manière que Fournier le décrit en Provence, elles consacrent un rapport à la ruralité en tant que cadre de vie. La pré­sence d’un public, enfin, permet d’appuyer les mécanismes d’appartenan­ce que ces festivités sous-tendent. Cette appartenance peut s’exprimer de différentes manières ; en chantant l’hymne du village comme à Basècles ou, de manière moins explicite, en organisant la fête annuelle comme c’est le cas à Thimougies. Dans ce dernier exemple, le groupe ainsi entretenu peut être mobilisé et se positionner comme un acteur sur le territoire, dans un contexte décisionnel décentralisé.

42Dans plusieurs villages du Hainaut occidental, le tissu associatif est vi­vant et puissant - et le lien social se crée et se recrée, selon de nouvelles modalités à décrypter. De futures recherches pourraient se pencher sur les fêtes de village dans d’autres régions de Wallonie ou ailleurs, en cherchant à montrer si la typologie présentée s’applique également, en particulier pour les fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales. L’évolution des ac­teurs en présence, du tissu associatif ainsi que des dynamiques d’apparte­nance et d’autochtonie dans nos campagnes recomposées pourrait ainsi être utilement étudiée au travers du prisme que constituent les fêtes.

Haut de page

Bibliographie

BodsonD.,
1993 Les villageois. Essai de sociologie rurale, Paris, L’Harmattan.

Bodson D., Bodson J-M.,
1999 II y a une vie en dehors des villes, Bruxelles, La lettre volée.

Boltanski L., Thevenot L.,
De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu P.,
2002 Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Seuil.

Chamboredon J.-C.,
1980 “Les usages urbains de l’espace rural : du moyen de production au lieu de récréation”, Revue française de sociologie, XXI, 1, pp.97-119.
1985 “Nouvelles formes de l’opposition ville-campagne”, in DUBY G., RON- CAYOLO M. (dir.), Histoire de la France urbaine, tome V, Paris, Seuil, pp .557-573.

Champagne P.,
1975 “La restructuration de l’espace villageois”, Actes de la recherche en sciences sociales, 3, pp.43-67.
1977 “La fête au village”, Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18, pp.73-84.

Cretin N.,
1999 Fêtes et traditions occidentales, Paris, PUF.

Dibie P.,
1979 Le village retrouvé. Essai d’ethnologie de l’intérieur, Paris, Grasset.
2006 Le village métamorphosé. Révolution dans la France profonde, Paris, Plon.

Doyen É.,
2007 Fêtes de village et nouvelles appartenances. Les fêtes rurales en Hainaut occidental, Louvain-la-Neuve, Mémoire de Licence.

Duby G., Wallon A. (dir.), Gervais M., Jollivet M.,Tavernier Y.,
1977 Histoire de la France rurale IV. La fin de la France paysanne. De 1914 à nos jours, Paris, Seuil.

Duvignaud J.,
1973 Fêtes et civilisations, Genève, Weber.

Fournier L.-S.,
2004 “Le patrimoine, un indicateur de modernité. À propos de quelques fêtes en Provence”, Ethnologie française, XXXIV, 4, pp .717-724.
2007 “La fête thématique, nouveau visage de la fête locale en Provence (France)”, Recherches sociologiques et anthropologiques, XXXVIII, 2, pp.165-174.

Gossiaux J.-F.,
1992 Avoir 16 ans dans les Ardennes, Paris, CTHS.

Lévi-Strauss C.,
1958 Anthropologie structurale, Paris, Plon.

Mormont M.,
1989 “Vers une définition du rural”, Recherches sociologiques, XX, 3, pp.331 - 350.

Renahy N.,
2010 Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010.

Retiere J.-N.,
2003 “Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social popu­laire”, Politix, 63, pp.121-143.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Contexte et terrain : La partie occidentale de la province du Hainaut (Belgique) se caractérise par un nombre important de fêtes de village. Ces évènements, portés par un milieu associatif dense et structuré, connaissent leur point d’orgue lors de la période estivale. Chaque week-end, plusieurs villages de la région organisent simultanément leur fête annuelle. Ce foisonnement d’activités entre en contradiction avec une représentation ambiante du rural comme un espace socialement peu dynamique et amène à reconsidérer la thèse des “villages-dortoirs”, selon laquelle l’arrivée de nouvelles populations dans les espaces ruraux s’accompagnerait nécessairement d’un délitement des relations sociales.

Problématique et théorie : Cette étude s’est attachée à la fois à décrire et comprendre ce phénomène. Qui sont les acteurs derrière ces fêtes ? Quelles motivations les poussent à organiser de tels évènements ? Quel public y assiste ? Et particulièrement, quelle fonction ces fêtes exercent-elles au sein des groupes en présence ? Ces manifestations ont ainsi été analysées et utilisées comme des prismes privilégiés pour apprécier les mutations de l’espace rural, particulièrement sur les plans du rapport à cet espace et des mécanismes d’appartenance. Les théories mobilisées étaient celles de la sociologie rurale française et belge (Bodson, Chamboredon, Dibie, Mormont), et plus particulièrement des recherches portant sur les fêtes rurales (Champagne, Fournier).

Methodologie : La recherche a porté sur six fêtes associées à autant de villages du Hainaut occidental, avec une attention particulière accordée aux fêtes d’été. Douze entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’habitants des villages concernés. Parallèlement à ces entretiens, des observations ont été menées lors de plusieurs festivités, avec prise de notes dans un carnet de terrain. L’une des fêtes a fait l’objet d’un dispositif plus poussé d’immersion participante.

Résultats : L’analyse du panorama des pratiques festives dans la région considérée montre la pluralité et le dynamisme de la ruralité. Les fêtes étudiées ne se réduisent pas en effet à une forme unique mais relèvent de trois formes bien distinctes : les fêtes “chapiteaux”, les fêtes “à l’ancienne” et enfin les fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales. Cette diversité reflète la diversité des acteurs et des rapports à l’espace sur le territoire. Si les agriculteurs sont toujours présents, ils n’organisent pas l’ensemble des fêtes observées ; ils sont particulièrement impliqués dans les fêtes “chapiteaux” et des fêtes “à l’ancienne”. D’autres catégories d’habitants se mobilisent dans les fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales. Par ailleurs, les fêtes se sont progressivement, mais à des degrés variables, ouvertes au public, comme cela a été observé dans des manifestations similaires en France (Champagne, Fournier). Cette ouverture, loin de menacer l’existence même de ces évènements, permet de les valider. La présence croissante d’un public extérieur permet en outre aux organisateurs de mettre en scène leur village et le rural, toute fête constituant une proposition de ruralité. Dans cette réécriture du mythe du rural, les fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales sont remarquables par les nouvelles associations qu’elles proposent avec le monde rural. Moments de loisir et de consommation, elles consacrent un rapport à la ruralité en tant que cadre de vie. La présence d’un public, enfin, permet d’appuyer différents mécanismes d’appartenance que cette étude décrit, comme par exemple la mobilisation d’un groupe à travers l’organisation de la fête. De futures recherches pourraient se pencher sur les fêtes de village dans d’autres régions de Wallonie ou ailleurs, en cherchant à montrer si la typologie présentée s’applique également, en particulier pour les fêtes thématiques et nouvelles fêtes rurales. L’évolution des acteurs en présence, du tissu associatif ainsi que des dynamiques d’appartenance et d’autochtonie dans nos campagnes recomposées pourrait ainsi être utilement étudiée au travers du prisme que constituent les fêtes.

Structured summary

Context and field : The western part of the province of Hainaut (Belgium) is the site of several major rural festivals. These events, backed by a dense and structured voluntary association, reach their zenith during the summer. Every weekend, several area villages simultaneously organize their annual festivals. This profusion of activities tends to contradict an ambient representation of the rural as a space socially lacking in dynamism and leads us to reconsider the thesis of “bedroom towns”, according to which the arrival of new populations in rural areas is necessarily accompanied by a crumbling of social relationships.

Problematic & theory : This study strives to both describe and understand this pheno­menon. Who are the actors behind these festivals ? What motivations drive them to or­ganize such events ? What kind of public goes to them ? And, particularly, what functions do these festivals exercise within the groups involved ? These manifestations were thus analyzed and used as privileged prisms for assessing changes in rural space, particularly on the level of relationships to this space and mechanisms of belonging. The theories used were those of French and Belgian rural sociology (Bodson, Chamboredon, Dibie, Mormont) and, more particularly, research relating to rural festivals (Champagne, Fournier).

Methodology : Research focussed on six festivals associated with as many villages in western Hainaut, with particular attention paid to summer festivals. Twelve semi-directed interviews were carried out with inhabitants of the villages involved. Along with these interviews, observations were carried out during several festivities – taking notes in a field notebook. One of the festivals was the subject of a more refined arran­gement facilitating participative immersion.

Results : Analysis of the panorama of festive practices in the area considered showed the many facets and dynamism of rurality. The festivals studied are surely not to be re­duced to a single form but may be broken down into three quite distinct forms : “Big Top” festivals, “old days” festivals and, finally, theme festivals and new rural festivals. This diversity reflects the diversity of the actors and relationships to space within the territory. While the farmers are ever present, they don’t organize all the festivals observed ; they get particularly involved in the “Big Top” festivals and the “old days” festivals. Other categories of inhabitants take the initiative in theme festivals and new rural festivals. In addition, the festivals are becoming gradually, but in variable degrees, open to the public, as has been observed in similar manifestations in France (Champagne, Fournier). Far from threatening the very existence of these events, this overture assures their success. Moreover, the increasing presence of an external public allows the organizers to highlight their village and the rural, with every festival constituting an endorsement of rurality. In this rewriting of the rural myth, the theme festivals and new rural festivals are remarkable for the new associations they propose with the rural world. Moments of leisure and consumption, they consecrate a relationship to rurality as a way of living.

Finally, the presence of a public allows them to support various mechanisms of belon­ging this study describes, such as, for example, launching a group involving the festival’s organization.

Future research might consider village festivals in other parts of Wallonia, or elsewhere, in trying to determine whether or not the typology presented also applies, in particular, to theme festivals and new rural festivals. Thus the evolution of the actors involved, the associative network, as well as the dynamics of belonging and autochthony in our recomposed countrysides might well be usefully studied through the prism the festivals represent.

Haut de page

Notes

1  Chambre de commerce et d’industrie de Wallonie picarde, http://www.cciwapi.be, consulté le 28/01/2014. Il convient de préciser que sous une impulsion politique, l’appellation “Wallonie picarde” est désormais utilisée fréquemment en lieu et place de "Hainaut occidental”.

2  Le carnaval de Willaupuis, le carnaval de Basècles. le carnaval de Kain, la fête-chapiteau de Laplai- gne, la fête de la moisson à La Glanerie et la ducasse de Thimougies.

3 Extrait d’entretien avec un organisateur de la fête de la moisson de la Glanerie, le 15 août 2006.

4 Le village de La Glanerie, dans la commune de Rumes.

5  Nous faisons ici référence à la théorie des cités et des mondes de Boltanski et Thevenot, complétée par Boltanski et Chiapello. Si la différence d'objet étudié (les organisations, d’un côté, les fêtes rurales, de l’autre) ne permet pas de faire correspondre exactement les types de fêtes aux sept cités du modèle, des rapprochements restent néanmoins possibles. Ainsi, les fêtes “à l’ancienne”, avec la valorisation de l’an­cien et de la tradition, se fondent en partie sur des principes de la cité domestique.

6  Extrait de carnet de terrain, carnaval de Basècles, février 2007.

7 Plus précisément une Association sans but lucratif (ASBL).

8 Extrait d’entretien avec le président de l’association, juin 2007.

9 II s’agit du projet éolien Nordex, présenté en séance publique en juillet 2012.

10 Extrait d’entretien avec le président de l’association, juin 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Doyen, « Fêtes rurales et nouvelles appartenances en Hainaut occidental (Belgique) », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-1 | 2014, 45-61.

Référence électronique

Étienne Doyen, « Fêtes rurales et nouvelles appartenances en Hainaut occidental (Belgique) », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 05 août 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1155 ; DOI : 10.4000/rsa.1155

Haut de page

Auteur

Étienne Doyen

Sociologue-Urbaniste (UCL), Consultant en mobilité, etienne.doyen@traject.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org