Navigation – Plan du site

Au-delà de quelques pas de danse… Les usages des apparences physiques au cœur de la sociabilité estudiantine

Beyond a few Dancesteps… Uses of Physical Appearance at the Heart of Student Sociability
Oumaya Hidri-Neys et Anaïs Bohuon
p. 63-81

Résumés

En France, les grandes enquêtes présentent les modes de vie des étudiants comme étant étroitement mêlés aux loisirs et aux sorties, aux activités sportives plus particulièrement. Parce que ces dernières donnent l’occasion d’être entre soi, le groupe de pairs constituant l’un des deux pôles de la sociabilité étudian­te. Parce qu’elles permettent de “faire des rencontres”, les stratégies de séduction se développant fortement à cet âge de la vie. Cet article se propose d’ex­plorer in situ ce qui se joue au cœur d’une activité proposée par les services universitaires des sports, au plus près des situations, au plus près des acteurs. Ainsi, les cours de salsa qui, depuis une dizaine d’années, ont intégré l’offre d’activités sportives universitaires, apparaissent comme autant de laboratoires d’étude du processus de socialisation des étudiants. En s’appuyant sur une enquête menée par observations et entretiens ethnographiques, cet article montre comment les modalités de pratique de cette activité participent d’une certaine forme de sociabilité estudiantine.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Elles constituent l’un des loisirs des étudiants les plus pratiqués : «plus d’un étudiant sur deux (...)
  • 2  Selon les données obtenues dans l’enquête nationale de l’Observatoire de la vie étudiante en 2003, (...)
  • 3  Catherine Paradeise a montré, dès 1975, en quoi la pratique associative était un lieu privilégié d (...)
  • 4  En 2003, l’INSEE a réalisé l’enquête “Histoire de vie” auprès de 8 403 adultes âgés de 18 ans et p (...)

1 Être étudiant induit une certaine forme d’existence que nombre de travaux sociologiques se sont attachés à mettre au jour. Ainsi, fait marquant, les modes de vie des étudiants sont fortement mêlés « aux loisirs et aux sorties, qui se déploient plus qu’à aucun autre moment de la vie » (Erlich, 1998 :157). Parmi ceux-ci, les activités sportives1 et les sorties nocturnes2 arrivent en tête, parce qu’elles donnent l’occasion d’être entre pairs3 et qu’elles permettent « d’approfondir des rencontres pouvant conduire notamment à la formation du couple » (Erlich, 1998 :166). Les stratégies de séduction se développent donc fortement à cet âge de la vie, confrontant les étudiants, majoritairement célibataires, à de multiples situations de mise en jeu de l’apparence. Quels que soient les enjeux de ces situations (la sociabilité ou la séduction d’un partenaire), ils conduiraient les étudiants à travailler leur apparence « parce qu’ils perçoivent que ces investissements peuvent avoir des incidences sur le déroulement de la situation » (Pagès-Delon, 1989 :114). En ce sens, de nombreux travaux sociologiques ont souligné le renforcement du caractère normatif des codifications de l’apparence chez les jeunes et précisé que le contrôle social s’exerce à cet âge de la vie par les pairs (Pasquier, 2005 ; Galland, 2006). Il n’est donc pas étonnant de constater la surexposition ou la plus grande sensibilité des jeunes de 18 à 24 ans aux attitudes négatives à leur égard, la moitié d’en­tre eux affirmant « y avoir été confrontés, notamment en raison de leur apparence physique »4 : poids, taille, look (Algava/Bèque, 2004 :1). Ainsi, 16 % d’entre eux relatent un comportement négatif lié à leur poids et leur taille quand 8 % de la population totale est concernée. 13 % d’entre eux évoquent leur look ou leur tenue vestimentaire contre 6 % pour l’ensemble de la population. Cette sur-représentation des 18-24 ans ne peut être imputée à des effets d’âge, de génération et/ou de mémoire, car ces derniers ne jouent pas pour l’ensemble des motifs proposés. Cette période de la vie, correspondant à la vie à l’Université, à l’entrée dans la vie active ou encore au développement de relations amoureuses, est un contexte propice à la confrontation à des attitudes ou des traitements défavorables.

2 Bien que ces quelques caractéristiques ne recouvrent guère l’étendue des données issues de ces enquêtes, force est de constater que la méthodologie utilisée, essentiellement quantitative, ne permet d’appréhender le monde étudiant qu’à travers le prisme d’éléments statistiques. Elle ne permet pas de saisir comment « les conditions de vie concrètes, dont les variables constituent des “indicateurs” approximatifs, se traduisent » (Bertaux, 2010 :9). Explorer in situ ce qui se joue au cœur d’une activité de loisir est « une orientation privilégiée pour l’observation des relations à au­trui » (Rivière, 2004 :223). Cette approche ferait sans doute « apparaître le rôle de certaines “variables” oubliées dans les enquêtes statistiques ou de certains processus insaisissables par ce type d’enquête » (Bertaux, 2010 :9).

  • 5  Parallèlement à l’essor des cours de salsa dans d’autres espaces de diffusion (bars, restaurants, (...)

3 Notre intérêt s’est porté sur les cours de salsa proposés au sein des universités5. Depuis une dizaine d’années, ces deniers reçoivent un bel accueil. Que se passe-t-il lorsque la salsa s’invite à l’Université ? Lorsqu’une activité à l’exotisme caribéen et mixte du point de vue de la représentation des deux sexes, intègre la programmation d’un service universitaire des sports ? Les spécificités de la danse, le cadrage spatio-temporel et les modalités de pratique mises en place au sein des cours proposés dans les services universitaires des sports situent la salsa à mi-chemin entre “activité sportive” et “sortie nocturne”. Elle participe d’une forme de sociabilité étudiante bien particulière si l’on considère que les conditions d’échange entre les participants sont quasi-exclusivement basées sur le regard. En effet, dansée en couple la plupart du temps, la salsa autorise un rapprochement immédiat, mais “sous silence”, des corps. On le pressent, les cours de salsa proposés dans les services universitaires des sports constituent autant de laboratoires d’étude du processus de socialisation des étu­diants. Plus précisément, l’engagement d’un couple de danseurs, d’une femme et d’un homme, fait de la salsa une activité particulièrement paradigmatique pour questionner les rapports sociaux de sexe. Son appropriation culturelle induit l’assimilation de la hiérarchie de genre (“l’homme dirige et la femme se laisse faire”) et l’incorporation d’une hexis corporelle fortement sexuée, puisqu’elle valorise l’expression de la virilité des danseurs et « l’hyper-ritualisation de la féminité » (Goffman, 1977) des danseuses. Ceci incite à étudier finement le rapport au corps des pratiquant(e)s, à questionner plus précisément la construction genrée des corps.

4 En s’appuyant sur une enquête menée par observations et entretiens eth­nographiques auprès d’étudiants pratiquant la salsa dans un service universitaire des sports, cet article explore in situ les relations qui se nouent au cœur de cette activité et qui participent de la sociabilité estudiantine : les relations électives (amicales, amoureuses), les affinités sociales ou encore les « élections négatives » (Nahoum-Grappe, 1998 :77). L’analyse en termes de rapports sociaux de sexe et de classe met au jour trois profils d’étudiant(e)s qui se construisent à partir de définitions distinctes du contexte situationnel et de ses enjeux. Les cours de salsa sont certes considérés par tous les étudiants interrogés comme un moyen, parmi d’autres, de créer ou de renforcer leurs réseaux de sociabilité, mais les étudiants développent des stratégies et présentent des usages de l’apparence physique bien différents selon les profits symboliques qu’ils espèrent retirer de cette activité, profits réinvestissables dans certaines situations de la vie étudiante.

5 Le dispositif empirique sur lequel reposent les analyses présentées dans cet article conjugue deux méthodes de recueil et d’analyse des données. Cette diversité répond au souci d’utiliser les outils les plus appropriés pour saisir ce qui se joue au cœur des relations estudiantines.

  • 6  Des observations participantes et non participantes, menées dans deux autres services universitair (...)

6 Nous avons procédé par observation participante des cours de salsa pro­posés au Service universitaire des activités physiques et sportives (SUAPS) de l’Université de Valenciennes6 pendant l’année universitaire 2007-2008. Proposés les lundi et jeudi de 19h00 à 20h30 durant l’année universitaire, ces cours de salsa cumulent plus de quatre cents inscriptions sur l’année. Mais dès les premières séances, le nombre de présents se stabilise autour d’une soixantaine d’étudiant(e)s. D’une séance à l’autre, le nombre de participants est relativement stable et équilibré du point de vue de la représentation des deux sexes.

7 L’observation du cours de salsa a nécessité “une observation totale” au sens où l’entendent Stéphane Beaud et Florence Weber, c’est-à-dire la prise en compte de trois dimensions, « son déroulement, son cadre matériel, les interactions dont il est lui-même le cadre » (Béaud/Weber, 2003 :170). La grille d’observation faisait apparaître le repérage spatio-temporel de l’évènement (la date et les bornes horaires du cours, la description des lieux et des positions respectives des participants dans l’es­pace). Par ailleurs, nous avons accordé une attention particulière aux espa­ces et éléments décoratifs et/ou utilitaires (miroirs, support musical, vestiaires, etc.) qui, nous le verrons, participent à la création de conditions particulières d’échanges. Enfin, les éléments contenus dans l’apparence des participants, c’est-à-dire l’ensemble des caractères physiques (poids et taille approximatifs), des attitudes corporelles (postures, expressions, mimiques) et des attributs (vêtements, coiffure et autres accessoires), ont fait l’objet d’un relevé systématique dans la limite des possibilités qu’autorise l’observation participante. Au-delà, la grille d’observation était volontaire­ment souple de manière à respecter le déroulement chronologique du cours, sans risquer d’écarter des données décisives pour l’analyse qui ne nous apparaissaient pas comme telles au moment de sa construction.

8 Des entretiens ethnographiques menés avec 23 étudiants inscrits à cette activité et suivant celle-ci de manière assidue sont venus compléter les ob­servations. D’une durée comprise entre une heure vingt et deux heures, ils portaient sur la description des pratiques effectives, mais également sur les logiques subjectives, les raisonnements sous-tendant ces dernières. Elaborée à partir du travail exploratoire mené par observation, la grille d’entre­tien abordait quatre grands thèmes : la pratique de la salsa et plus largement ce que les grandes enquêtes incluent dans les “activités sportives” et les “sorties”, les études suivies et le rapport aux études, le rapport au corps et à l’apparence physique, l’environnement amical et familial de l’étu­diant. Intégralement retranscrits, les entretiens ont été soumis à une analyse thématique, réalisée à partir d’outils construits selon une double logi­que. L’analyse horizontale fait apparaître, à l’intérieur d’un même thème, des modes d’expression différents, des pratiques communes ou non. L’a­nalyse verticale révèle quant à elle des associations particulières de thè­mes, des réticences manifestes, etc. ; elle nous a permis d’étudier plus finement les spécificités des trois profils repérés.

9 Les informations recueillies lors des observations participantes ont été consignées dans un cahier et mises en perspectives avec les données récoltées lors des entretiens ethnographiques, les deux analyses s’enrichissant mutuellement. Ceci nous a permis de rendre compte de la pratique des étu­diants observés, d’analyser le sens qu’ils donnent à celle-ci et de mettre au jour les systèmes de valeur ou encore les repères normatifs qui l’orientent.

II. L’entrée dans la danse

10 Parquet clair, miroirs disposés sur la moitié du périmètre, sonorisation puissante, la salle de danse du gymnase universitaire dans laquelle se déroulent les cours de salsa sert de cadre à d’autres activités sportives. Pourtant, les conditions dans lesquelles se pratique cette danse transforment cet espace sportif en un lieu festif, comme pourraient l’être un bar ou une discothèque. Tout d’abord, même si les cours ont lieu en soirée, l’enseignante n’active qu’un nombre minimal de néons de façon à assurer un éclairage tamisé à la salle, conférant ainsi une ambiance particulière à cette dernière. Ensuite, le regroupement d’une cinquantaine de danseurs dans un espace de 100m2 accroît la température qui atteint régulièrement plus de 27°C. Sur le lieu d’exercice, les corps, déjà exaltés par l’intensité et la durée de l’effort, sont soumis à des températures extrêmes. La pratique de la salsa dans cet espace particulier induit une certaine mise en scène des corps, plus généralement des apparences, qui laisse une grande place à la séduction. Par ailleurs, la musique assourdissante et ininterrompue exclu­ant toute discussion, le corps devient l’unique moyen de communication. Enfin, les miroirs sont inutilisés, les formes de pratique valorisées par l’enseignante favorisant le regard direct de l’autre sur soi et de soi sur l’autre au détriment de toute autre combinaison. Plus généralement, le cadrage spatio-temporel de la pratique de la salsa induit des conditions particulières d’échanges entre les participants quasi-exclusivement basées sur le regard. Ici, peut-être plus qu’ailleurs, le regard « n’est pas seulement un moyen de s’informer, d’apprendre, mais il peut être aussi un évènement dans la communication sociale » (Nahoum-Grappe, 1998 :67).

11 L’échauffement commence : les étudiantes et étudiants se font face, éloignés dans l’espace par une ligne symbolique que personne ne franchit. Il s’agit de répéter plusieurs fois, sur un rythme musical lent, le pas de base. De part et d’autre, les danseurs s’observent, se jaugent. Cet exercice élémentaire laisse transparaître l’aisance du danseur confirmé et, à l’inver­se, les hésitations/trébuchements du débutant. Il permet aussi d’apprécier tous les éléments constitutifs de l’apparence physique d’autrui (caractères physiques, attributs et attitudes corporelles). Les danseurs sont alors invités à “se mettre en couple” pour une première situation d’apprentissage. Les étudiantes se placent en cercle et attendent que les cavaliers viennent se placer devant elles. Toutes les deux minutes, l’enseignante signale un changement de partenaire, chaque cavalier se décale alors dans le sens des aiguilles d’une montre. La “mise en couple” conjuguée à la forte densité de la population réduit l’« espace personnel » de chacun (Goffman, 1973 :43). Certains contacts sont permanents, d’autres sont dus à l’appren­tissage de l’activité, les contacts visuels sont largement incités par les consignes répétées de l’enseignante. Enfin, la situation dite “libre” permet aux participant(e)s de choisir leurs partenaires pour enchaîner les pas précédemment appris.

  • 7  Certaines stratégies ont été repérées (aller aux WC, se désaltérer, prétexter un appel urgent à pa (...)

12 Au sein des cours de salsa, sorte de théâtre naturel dans lequel les démonstrations corporelles sont à la fois jouées et lues (Goffman, 1984), le regard de l’autre (sur l’autre, par l’autre) structure les relations qui s’ins­tallent entre les participants en contribuant à l’incorporation de normes corporelles bien spécifiques. Loin d’être guidée par les pairs, cette dernière s’effectue plutôt sur le mode de la contrainte. Pour entrer et rester dans la danse, les étudiants doivent en effet porter une attention soutenue à leur apparence physique (tenue vestimentaire, pilosité et hygiène corporelle). Celles et ceux qui s’y refusent sont vite repérés, stigmatisés, puis, par le développement de stratégies tacites d’évitement, évincés du “cercle de danse” avant d’être “abandonnés”7. Celles et ceux qui peuvent continuer à participer aux cours ont donc répondu, dans un premier temps, aux normes implicites de présentation de soi. Progressivement, trois profils d’étudiants se distinguent.

III. L’acquisition d’un “capital salsa”

13 La dizaine d’étudiant(e)s constituant le premier profil mis au jour ne ré­pondent pas aux canons de beauté en vigueur dans la société. Grégory, Annie, Amélie, Etienne et Pierrick déclarent d’ailleurs avoir progressivement délaissé les soirées étudiantes ou en discothèque après avoir subi à plusieurs reprises des moqueries et des mises à l’écart en raison de leur taille, de leur poids ou d’autres composants de leur apparence physique. Cette éviction des lieux de sociabilité estudiantine a été mal vécue, certains qualifiant cette période de « véritable dépression […] [ayant] failli mener au suicide » (Amélie). Elle a été d’autant plus mal ressentie par les jeunes hommes qui, inscrits dans des filières traditionnellement masculi­nes (agroalimentaire, génie électrique, informatique industrielle, ingénierie des systèmes images et sons, etc.), n’avaient, selon leurs dires, aucune autre occasion de rencontrer de jeunes femmes.

14 La pratique de la salsa, pourtant découverte « par hasard » (Pierrick), est venue changer la donne. Elle est d’ailleurs décrite par les étudiants de ce profil sur un mode enchanteur, comme « un déclic, un révélateur » (Etienne). Leur premier cours de salsa au SUAPS de Valenciennes remonte à plus de deux ans et ils assistent depuis, systématiquement, aux deux séances hebdomadaires proposées. Ils fréquentent actuellement jus­qu’à cinq espaces différents de danse salsa par semaine et consacrent, en moyenne, 21 heures par semaine à cette activité ; c’est pourquoi nous les appelons les “confirmés”. Cette pratique intensive implique un style de vie centré sur l’activité, et donc l’investissement dans des modes de sociabilité particuliers. Si, au départ, aucun des ces “confirmés” ne se connaissaient, ils forment à présent un noyau dur, un « groupe d’interconnaissan­ces soudé par la danse et excellant dans cette pratique » (Ruel, 2000 :159).

15 L’assiduité et l’ancienneté de ces jeunes gens dans la pratique ont constitué une condition nécessaire à l’acquisition de ce que nous avons nommé un “capital salsa”. Ce dernier ne peut fonctionner comme tel que par rapport à l’existence d’un espace qui lui reconnaît une valeur effective. Les détenteurs de ce capital considèrent que les espaces de danse spécifiquement consacrés à la salsa sont de ceux-là puisqu’ils intègrent les conventions et le code gestuel de l’activité. Un détour par l’apparence physique des “confirmés” permet de le comprendre. En cours, les étudiantes portent une jupe courte ou un jean ajusté, à taille basse, assorti(e) d’un débardeur épousant au plus près leurs formes corporelles. Cette tenue met en évidence leur surcharge pondérale et dévoile, au gré des mouvements, de nombreux “bourrelets”. Pourtant, dans ce contexte particulier, les intéressées n’accordent aucune importance au jugement normatif qui pourrait être porté sur leur silhouette :

[Ici] ce ne sont pas mes bourrelets que les gens retiennent, c’est mon corps qui danse (Annie).

Quelle importance que je sois plus grosse ou plus grande que les fil­les du cours, puisqu’aux yeux des mecs comme des nanas, moi, je sais danser en talon aiguille (Amélie).

16 Ces étudiantes considèrent que, dans cet espace, leur maîtrise de la salsa occulte une non-conformité aux canons de beauté reconnus. Le port du talon aiguille fonctionne d’ailleurs comme un indicateur de leur haut niveau de pratique. Leurs homologues masculins portent, quant à eux, une chemise et un jean, souvent défraîchis, et une paire de baskets pour assister aux cours ou se rendre dans les autres espaces de salsa. Si, dans un pre­mier temps, les critères de commodité sont mis en avant, leurs discours laissent apparaître une rhétorique revancharde. Grégory explique :

J’aime bien ce côté, j’arrive en soirée, ou au cours, ceux qui ne connaissent pas mon niveau, me regardent comme quand j’allais en boîte avant, du style ‘quelle allure ce minable’ [rire ironique] et là, hop-hop, je prends une fille et voilà … je danse, pas la peine d’en rajouter, ils ont compris.

17 On comprend mieux pourquoi ces personnes refusent toujours de participer aux formes plus classiques des soirées étudiantes (sorties en discothèque, etc.). Elles appréhendent le fait que leur “capital salsa” n’y soit pas efficient, pire, que d’autres formes de capital soient reconnues à leurs dépens, le capital corporel notamment. Pierrick en témoigne :

  • 8  Les “zinzins” sont des soirées étudiantes organisées par les corporations d’étudiants, le jeudi so (...)

Je ne cherche pas à aller en zinzins8, il n’y a pas de salsa, ce serait comme avant … je ne vais que dans des lieux salsa, là, je suis sûr de ne pas faire tapisserie, de ne pas me faire insulter parce que j’ai pas le look.

18 C’est également pourquoi, elles continuent d’assister aux cours proposés par le SUAPS alors même qu’elles avouent « ne plus rien y apprendre » (Pierrick).

19 La présence des confirmés à ces cours se justifie par le fait qu’ils ont la possibilité de danser devant un public, le regard de l’autre sur leur prati­que étant déterminant. Dès lors, on comprend mieux les comportements décalés que ces étudiant(e)s adoptent. Avant que le cours ne débute, ils se démarquent des autres pratiquants par leur placement dans l’espace. Confinés en petit groupe à l’intérieur de la salle de danse, près de l’enseignan­te, ils discutent bruyamment des soirées de la semaine, de celles à venir et s’apprennent ensuite des figures. Le fait que ces étudiant(e)s se voient tous les jours renseigne bien sur l’intention de ces premiers “essais”. Esquissée en silence, cette “démonstration” est reçue comme telle par les spectateurs, c’est-à-dire les autres pratiquant(e)s qui attendent sagement le début du cours dans le fond de la salle.

  • 9  Pour ne pas clôturer son cours sur cette forme de pratique, «pas vraiment salsa, puisqu’on danse e (...)

20 Lors de l’échauffement, les “confirmés” se placent en face-à-face sur leurs premiers rangs respectifs, deuxième façon d’occuper une position de « modèle-enseignant » (Ruel, 2000 :162). Lors des situations d’apprentissa­ge, ils endossent d’ailleurs volontiers un rôle pédagogique avec tou(te)s les partenaires qui se succèdent. En revanche, lors de la situation dite “li­bre”, ils privilégient des partenaires de leur niveau pour avoir « la satisfaction de faire des figures complexes » (Amélie) certes, mais surtout, « pour faire le show » (Annie). Enfin, durant les quinze dernières minutes de cours, l’enseignante impulse une rueda del casino, variante cubaine de salsa qui consiste pour un groupe de couples de danseurs à former un cer­cle, à synchroniser les passes et à s’échanger les partenaires sous la direction d’un meneur, l’especto. Dansée par la totalité des participants sur une musique au tempo lent, la rueda mobilise uniquement des pas de base et subit de nombreuses interruptions du fait des changements de partenaires laborieux. En revanche, dansée par les quatre ou cinq couples d’élèves “confirmés”9, elle s’appuie sur de nombreux pas complexes effectués avec vélocité sous la direction de Grégory ou Etienne.

21 Cette mise en exposition au regard de tous consacre l’expertise de ce petit groupe. Comme l’a montré Yannis Ruel (2000 :162), « dans la relation spectaculaire entretenue au sein du public, le danseur expérimenté est l’objet privilégié de tous les regards ». Le regard de l’autre n’a d’intérêt que s’il consacre positivement le “capital” de l’expert, ce dernier pouvant alors l’utiliser en situation de concurrence sociale. Pierrick en témoigne : « une fois qu’elles ont vu mon style, qu’elles ont apprécié mon niveau, normalement, ça se bouscule pour danser avec moi ». De la même manière que Bertrand Réau (2006 :335) l’a montré pour les hommes installés dans le “carré VIP” d’une discothèque, qui, « faute de ressources esthético-cor­porelles particulières, utilisent leurs moyens financiers pour essayer d’atti­rer des filles », ces jeunes danseurs espèrent tirer profit de leurs ressources particulières pour jouer le jeu de la séduction. Grégory l’admet :

Avant, j’avais aucune chance de draguer puisque je ne pouvais jamais me retrouver en tête à tête avec une fille, je ne pouvais pas jouer sur mon physique pour inviter une fille.

22 En revanche, dans les espaces qui reconnaissent une valeur à son “capital salsa”, c’est sans appréhension qu’il fait le premier pas et invite la personne de son choix à danser.

  • 10  «Dans un espace où l’auto-contrôle est puissant, le regard est un moteur de la jouissance» (RÉAU B (...)

23 Si nos observations montrent que les membres masculins du groupe de confirmés sont très souvent invités par des jeunes femmes répondant aux canons de beauté en vigueur, il n’en va pas de même pour leurs homolo­gues féminines. Sous ce rapport, et même si les jeux de séduction se déroulent dans des espaces analogues, le capital corporel demeure l’arme la plus efficace. Amélie en est parfaitement consciente : « à part pour bien danser, c’est clair que je n’intéresse pas les mecs, pour sortir ensemble, ils préfèrent quand même des bombasses ». Par contre, le “capital salsa” dont disposent les filles du groupe assure à ces dernières des profits symboli­ques plus subtils. A l’image de ce que Bertrand Réau précisait à propos des discothèques10, la jalousie que les danseuses chevronnées provoquent chez certaines pratiquantes est gratifiante, plus encore lorsque ces spectatrices répondent aux canons de beauté reconnus.

IV. Recherche partenaire et plus si affinités…

24 L’observation du public des cours de salsa du SUAPS de Valenciennes montre le caractère intermittent de l’engagement de certain(e)s étudiant(e)s. Une vingtaine d’entre eux, inscrits depuis la rentrée universitai­re, participent à un ou deux cours successifs, à raison d’un cours par semaine, puis disparaissent durant quelques semaines ; ils reviennent alors et reproduisent le même comportement, d’où le surnom d’ “intermittents de la salsa” que leur ont attribué les autres pratiquant(e)s. Ces personnes constituent notre deuxième profil, nous en avons interviewé huit : Mohamed, Karine, Armelle, Sophie, Selim, Charlotte, Karim et Paul. Cette intermittence a des conséquences directes sur leur niveau de pratique. Pour Yannis Ruel (2000 :140),

L’assimilation du pas de base constitue la première étape indispensa­ble pour danser la salsa, la difficulté réside ensuite dans l’exécution d’autres pas et de différentes figures.

  • 11  Ce terme est utilisé, avec un certain agacement, par l’enseignante des cours observés, pour qualif (...)

25 Ces jeunes gens se sont arrêtés à la première étape, et pourtant, leur statut d’ “éternels-débutants”11 ne leur pose guère problème. Leur présence aux cours n’a pas pour objectif l’apprentissage de techniques plus avancées. Elle est uniquement liée à un aspect spécifique de la pratique : dansée en couple, la salsa autorise un rapprochement immédiat des corps et ces étudiant(e)s en profitent pour “draguer”. Ils doivent agir rapidement, car, comme Sophie l’a bien compris,

  • 12  «Etre clairs dans notre attitude» (Sophie) est à la base même du fonctionnement possible de ces st (...)

Sur 1h30 de cours par semaine, avec le roulement, on n’est que 15 minutes maxi dans les bras de partenaires qui peuvent nous intéresser, faut aller vite, être au top et clairs dans notre attitude12.

26 Tant que l’étudiant(e) n’a pas « trouvé chaussure à son pied » (Armelle), il (elle) assiste aux cours. Dès l’instant où il (elle) a « ferré un beau poisson » (Paul), ils (elles) s’absentent jusqu’à l’éventuelle rupture. Si l’utilisa­tion du registre utilitariste et d’expressions grivoises peut choquer, elle renvoie au contexte spatio-temporel de l’activité. Philippe Juhem (1995 :35) a en effet montré que

Plus le milieu est transitoire, plus la drague peut être directe et rapide : d’une part parce qu’on dispose de peu de temps pour séduire, d’autre part parce qu’on pourra quitter ce lieu social en cas d’échec.

27 C’est exactement le mode de fonctionnement qu’adopte Paul :

Je commence à être connu, on dit, ‘tiens lui, ça fait plusieurs fois qu’il vient cette année et qu’il repart avec une fille’, alors, tant pis, je reviendrai l’année prochaine quand ce sera des nouvelles.

  • 13  A ce titre, Karine et Karim se déclarent être des «spécialiste(s) de la drague» (Karim). Inscrits (...)

28 Ces étudiant(e)s13 comptent sur le turn-over important du public pour préserver, dans la durée, ces stratégies particulières.

29 Les cours de salsa observés permettent donc à ces jeunes gens de rencontrer un panel non négligeable de représentants de l’autre sexe. Sous ce rapport, le fait qu’ils se déroulent au sein de l’université est important, puisque le droit d’entrée (la carte d’étudiant) assure un certain recrutement social des participant(e)s. D’origine sociale supérieure, les “intermittents de la salsa” sont très critiques à l’égard des lieux classiques de festivité étudiante. Ils ne les fréquentent pas dans la mesure où, disent-ils,

On ne sait jamais sur qui on peut tomber, un mec paumé, sans tune, qui se la joue étudiant en médecine, ça ne m’intéresse pas de perdre mon temps avec (Armelle).

  • 14  En soirée, dans des conditions permettant l’échange oral, Nasser Tafferant a montré comment certai (...)

30 Si la découverte du conjoint a généralement lieu dans des endroits privés et réservés aux classes supérieures (Bozon/Héran, 1987), ces étudiant(e)s, tous célibataires, considèrent les cours de salsa du SUAPS comme étant de ceux-là. Mais si le droit d’entrée confirme a minima le statut étudiant des participants, il ne permet pas pour autant de connaître leur appartenance sociale. Du fait des conditions de pratique14, les “intermittents de la salsa” s’appuient sur des critères plus immédiats, contenus dans l’apparence physique des pratiquant(e)s, pour estimer « s’il s’agit d’une fille bien » (Karim) ou « d’un mec convenable » (Sophie). Les propos de ces étudiants démontrent une nouvelle fois combien « les conduites de sociabilité les plus anodines engagent toute la position sociale et tout le rapport aux autres groupes sociaux » (Chamboredon/Lemaire, 1970 :13).

  • 15  Nous reprenons à notre compte la distinction opérée par Marie-Thérèse Duflos-Priot (1981) concerna (...)
  • 16  Tous mâchent un chewing-gum durant le cours. Mohamed et Karim ont, en plus, un spray buccal mentho (...)
  • 17  Les “intermittents de la salsa” ont un mouchoir en tissu dans la poche pour essuyer leurs mains de (...)
  • 18  Lors des observations participantes, nous avions été marquées par l’odeur puissante de parfums por (...)

31 Lors des situations d’apprentissage, les participants s’observent attentivement. Il s’agit en réalité d’un échange mutuel d’informations puisque chaque individu est à la fois émetteur et récepteur15. L’apparence physique devenant un indice, ces étudiant(e)s tentent d’infléchir les informations émises « en modifiant certains éléments de celle-ci » (Duflos-Priot, 1981 :64). Pour plaire aux étudiantes qu’ils invitent lors du moment dit “libre”, les jeunes hommes de cette catégorie accordent un soin particulier à leur apparence physique. Du fait de la proximité avec les danseuses, ils soignent leur haleine16, leurs mains17 et leur odeur corporelle18. En matière d’attributs, ce sont les étudiants qui se rapprochent le plus du salsero : chemise blanche entrouverte sur un pantalon en toile ou un jean noir, chaussures noires vernies souvent en pointe, port de bijoux (gourmette, chaînette, etc.). Leurs représentations et pratiques dépassent le simple jeu de rôle et indiquent la volonté d’« être latino » (Mohamed). De nombreux étudiants de cette catégorie étant d’origine nord-africaine, ils profitent de leur peau légèrement hâlée, de leur regard sombre et de leurs cheveux bruns pour brouiller les pistes. Par ailleurs, les conditions spatio-tempo­relles des cours de salsa donnés au SUAPS assurent un certain anonymat. Ce dernier a une fonction de protection ; il permet « virtuellement de jouer d’autres rôles sociaux que le sien, de diversifier les présentations de soi » (Réau, 2006 :334). Selim nous confie,

Quand je danse ici, j’essaie de me la jouer latino, j’en rajoute, je mets du gel dans mes cheveux, je suis souriant à fond, je me la joue “Amérique latine”. Il m’est déjà même arrivé de me faire appeler Pedro ou José, pour draguer, ça fait du bien de profiter pour une fois de mes cheveux frisés et noirs.

32 Ce jeune homme s’appuie ici sur « la représentation du tempérament des Latino-Américains caractérisé par le contact chaleureux » (Ruel, 2000 :220) pour se comporter en cours ; il tente de se conformer à l’image stéréotypée que les Français se font de Cuba (Puccio, 2000), espérant ainsi accroître ses chances de séduction. Cette stratégie n’est envisageable qu’à court terme, comme Karim nous le confirme :

Deux ou trois fois, je suis sorti avec des filles que j’avais rencontrées en cours qui avaient cru que j’étais cubain, comme quoi ça marche bien ! [rires] Après, si je tombe sur une fille qui me plait vraiment, en salsa, avec qui je veux que ce soit sérieux, je lui dirai que je m’appelle Karim, mais tout de suite, c’est moins cubain, c’est moins latino.

33 De leur coté, pour plaire à leurs homologues masculins et être invitées durant le moment libre, les étudiantes doivent correspondre aux normes de la beauté féminine en vigueur dans la société. Karine, Armelle, Sophie et Charlotte sont considérées par le corps médical comme étant “minces” (IMC compris entre 17 et 20), elles portent majoritairement un débardeur à fines bretelles avec une jupe courte, des collants et des petites chaussures plates. Du fait de leur niveau de pratique, elles ne se risquent pas au port du talon-aiguille, même si elles estiment que cet attribut servirait mieux leur « architecture anatomique » (Detrez, 2002 :154). On assiste, par ailleurs, dans les vestiaires à une véritable file d’attente devant les deux miroirs. Toutes se remaquillent, c’est-à-dire qu’elles réalisent des retouches plus prononcées au maquillage porté habituellement en journée. Ici, cette parure apparaît bien comme le « résultat d’un choix de représentation de soi tourné essentiellement vers une exigence de séduction par la manipulation de l’apparence en vue de mise en valeur esthétique » (Pagès-Delon, 1989 :53).

  • 19  Les jeunes hommes sont inscrits en licence professionnelle d’automatisme, de réseaux et télécommun (...)
  • 20  Le dating, institution typiquement américaine, née dès la fin des années 40 «constitue un système (...)

34 En définitive, ces étudiant(e)s souhaitent vivre « la dernière étape qui marque la fin de l’entrée dans la vie adulte, l’étape conjugale » (Galland, 2007 :220), mais n’y parviennent pas. Inscrits dans des filières fortement sexuées19, habitant chez leurs parents, ils ne s’adonnent à aucun des loisirs caractéristiques des jeunes de leur âge (cinéma, discothèque, spectacles sportifs, activités sportives, fêtes foraines, etc.). Les cours de salsa du SUAPS de Valenciennes constituent leur seul lieu possible de dating20 (Galland, 2007 :76).

V. Un moyen supplémentaire de profiter de la “vie étudiante”

35 Les observations font ressortir un dernier profil constitué d’une trentaine d’étudiant(e)s, parmi lesquels Marine, Julie, Valérie, Antoine, Jonathan, Florence, Eléonore, Elodie, Luc et Sarah, que nous avons interviewés. Inscrit(e)s depuis la rentrée universitaire, ils assistent scrupuleusement aux deux cours hebdomadaires proposés. Le pas de base est acquis, les passes les plus simples également, ils s’appliquent alors à maîtriser un code gestuel plus élaboré. Engagé(e)s dans une démarche d’apprentissage de l’activité, ils tentent toutefois de contourner les modalités de pratique imposées.

36 Tout d’abord, le fait que la musique assourdissante exclue les possibilités de discussion et réduise les échanges à des « expressions indirectes » (Goffman, 1973) indispose ces jeunes gens. Ce qu’ils apprécient dans les loisirs sportifs, c’est la possibilité de « discuter, échanger des idées » (Marine), de « rencontrer de nouvelles personnes » (Elodie), bref, d’accroître les réseaux de sociabilité étudiante. Ils sont les seuls à engager des discussions durant les situations d’apprentissage et le moment libre, ils sont également les seuls à apprécier la rueda del casino finale puisque « le cafouillis général me permet de rigoler, de parler avec tous les partenaires que je croise » (Florence).

37 Dans le même ordre d’idée, le fait de danser exclusivement en couple ne satisfait qu’à moitié ces étudiant(e)s qui ont, ce faisant, l’impression de ne connaître que les représentant(e)s du sexe opposé. Ils profitent donc « des temps morts » (Eléonore) pour discuter avec leurs homologues. Ils sont d’ailleurs les seuls à pouvoir citer une trentaine de prénoms d’étu­diant(e)s, hommes et femmes confondus. Enfin, l’obligation de regarder dans les yeux son partenaire les place dans une situation inconfortable. Selon eux, cela introduit « une dimension drague » (Sarah) qu’ils n’ont « pas du tout envie de vivre ici » (Jonathan).

38 Dans cette perspective, les cours de salsa du SUAPS de Valenciennes sont comparables aux autres activités sportives que ces personnes pratiquent dans la même enceinte (badminton, volley-ball, entre autres) et ne s’inscrivent pas dans leurs stratégies de séduction :

Ca reste une danse de couple, sensuelle et des pays du soleil, mais ça veut pas dire, open bar … enfin, moi, c’est une pratique comme le volley, on drague pas sur un terrain, alors ici c’est pareil (Julie).

39 De fait, ces étudiant(e)s sont attentifs(ves) à ne pas travailler outre mesure leurs attributs. Ils(elles) portent « une tenue sportswear » (Jonathan) et ne souhaitent pas « en faire trop, histoire de ne pas passer pour la nana qui vient draguer » (Sarah). Partant, si ces jeunes gens acceptent sans réticence de danser avec les “confirmé(e)s” auxquels ils confèrent un rôle exclusive­ment pédagogique, ils(elles) développent de nombreuses stratégies tacites d’évitement concernant les “intermittent(e)s de la salsa”. On mesure, avec eux comment le fait d’éviter le regard et de neutraliser l’apparence leur permet d’échapper au “repérage”. 

40 Bien que célibataires, les étudiant(e)s de ce dernier profil ne souhaitent donc pas sortir du cadre des relations amicales avec les autres participant(e)s des cours. Ces jeunes gens, les plus jeunes de notre échantillon (19 ans en moyenne), sont bien décidés « à profiter à fond de la vie étudiante » (Jonathan). Cette dernière est étroitement associée au célibat dans leurs propos. Que ce soit au SUAPS ou en dehors de l’université, ces étudiant(e)s s’adonnent à de nombreuses activités sportives (4 par étudiant(e) en moyenne, salsa incluse) et si l’on additionne l’ensemble de ces loisirs, on obtient une moyenne de 15 heures par semaine. Concernant leurs sorties, si ces jeunes gens ne fréquentent pas les espaces de danse dédiés à la salsa, ils participent assidûment à toutes les autres soirées, auxquelles il faut ajouter les soirées organisées chez eux, dans leur « logement étudiant » (Valérie) qu’ils occupent seul(e)s ou qu’ils partagent avec des amis. Fraîchement inscrits dans des établissements relativement mixtes du point de vue de la représentation des deux sexes (STAPS, IAE, Faculté de droit, etc.), ils profitent de toutes les activités proposées au sein de l’université : les évènements culturels et sportifs, les mandats dans les associations étudiantes, les activités culturelles et sportives, etc. Les cours de salsa au SUAPS de Valenciennes apparaissent donc comme un réseau de sociabilité supplémentaire, à condition de contourner les modalités de pratique pour « ne pas tomber dans le piège de la mise en couple trop facile, trop rapide » (Luc). Franchir l’étape conjugale serait « la fin des délires » (Antoine) ou « le début des emmerdes » (Luc) ; cela reviendrait à supprimer la plupart de ces activités spécifiques du mode de vie juvénile et à s’engager dans des voies de sociabilité adulte.

VI. Discussion conclusive

41 Au terme de son étude sur les soirées salsa organisées à Toulouse, Déborah Puccio (2000) invitait à creuser la piste des modes de sociabilité que pouvait engager une pratique si particulière. En choisissant d’étudier plus finement les cours de salsa proposés dans les universités, on constate en effet que « l’illusion de couple constitué dans et par la salsa » (Puccio, 2000 :38) et les jeux de regard (de l’autre, sur l’autre et par l’autre) sont le reflet d’une certaine forme de sociabilité estudiantine, de différentes for­mes de sociabilité estudiantine. Cet article a montré combien le pluriel a son importance. L’analyse en termes de rapports sociaux de sexe et de classe a identifié trois profils distincts d’étudiant(e)s selon les usages qui sont faits de l’activité. Elle a également permis de caractériser les relations nouées entre les étudiant(e)s. Le fait que ces dernières soient soumises aux contraintes spécifiques de l’activité (des relations “sous silence”) a été particulièrement heuristique : il a placé les usages du corps et des apparen­ces au cœur de la réflexion sur la sociabilité estudiantine.

42 Certains étudiants, parmi les plus jeunes de notre échantillon, considèrent les cours de salsa comme une activité sportive supplémentaire qui participe à l’élargissement du réseau de sociabilité, amical exclusivement, déjà dense. D’autres les utilisent comme un lieu privilégié pour rencontrer des étudiants de l’autre sexe et développer des stratégies de séduction. Ils considèrent ces cours dispensés à l’université comme un haut-lieu de “dra­gue” et/ou de découverte du conjoint puisqu’ils sont réservés aux étudiant(e)s. C’est en analysant l’apparence physique des personnes en présence qu’ils tentent de déterminer une “cible potentielle” d’origine sociale supérieure pour être conforme à leur désir d’homogamie. Pourtant, les informations contenues dans l’apparence physique peuvent être trompeuses et fausser l’interaction. Nous avons montré comment certains d’entre eux profitent de cette situation pour rendre invisible ce qu’ils considèrent être un stigmate (leur origine maghrébine) dans le jeu de la séduction. Ils jouent consciemment des signes d’une identité virtuelle (par le port abusif ou la dissimulation de signes connotés) pour orienter l’interaction dans le sens souhaité ; ils tentent de dominer la communication par des « façades frauduleuses » (Goffman, 1973 :55). Les étudiantes, quant à elles, travaillent en permanence leur apparence physique. La forme de pratique particulière de l’activité autorisant un rapprochement immédiat et sous silence des corps les a amenées à mesurer l’importance de leur « façade personnelle » (Goffman, op. cit.) dans les interactions.

43 Ces étudiant(e)s ne fréquentent pas les autres lieux classiques de sociabilité estudiantine et ne comptent que sur l’activité salsa, pratiquée au sein de leur établissement universitaire, pour satisfaire leurs stratégies matrimoniales, quelle que soit la nature de la relation visée (relation amoureuse durable ou simple jeu de séduction pour une aventure passagère). Pour ces étudiant(e)s, les cours de salsa sont véritablement un moment de séduction et de fait, ils donnent à voir un jeu des apparences physiques tant dans la préparation des attributs et des caractères physiques que dans les attitu­des (les gestes, les postures) au cours de la situation elle-même.

44 Un dernier groupe d’étudiants, stigmatisés du fait de leur apparence physique dans les lieux plus classiques de sociabilité estudiantine, ont trouvé avec la salsa le moyen d’acquérir des ressources spécifiques qu’ils peuvent mobiliser dans certaines situations de concurrence sociale. Les cours de salsa proposés à l’université, mais également les soirées dans des espaces de diffusion salsa qu’ils fréquentent par ailleurs assidûment, en font partie. Ces jeunes gens n’adhèrent pas aux codes vestimentaires et physiques de leurs pairs, ils y résistent même, car ils considèrent que seu­les leurs compétences dans l’activité reçoivent une valeur dans le cadre des cours observés. La possession de ce capital symbolique leur permet de “briller” dans cet espace et de jouer le jeu de la séduction.

45 Mais ces stratégies révèlent une asymétrie des genres bien particulière : si les jeunes hommes sont largement sollicités par des jeunes femmes répondant aux canons de beauté en vigueur, pour les jeunes femmes, le capital corporel demeure l’arme la plus efficace. Comme François de Singly (1984) l’a montré sur le marché matrimonial, le marché de la séduction est régi par un échange contrasté entre les hommes et les femmes, ici, “capital salsa” contre “capital corporel”. Dans cette activité estudiantine, l’image sociale des femmes continue d’être définie autour de l’apparence physi­que, on attend des étudiantes qu’elles soignent leurs tenues vestimentaires, leurs caractères physiques et leurs attitudes à un degré supérieur de celui exigé des étudiants (Löwy/Marry, 2007).

46 Cette étude met au jour une asymétrie des genres : dans les jeux de séduction, la nécessité de conformité/conformation des apparences physi­ques est plus grande chez les femmes que chez les hommes. Si « l’hyper-ritualisation de la féminité » (Goffman, 1977) des danseuses est largement valorisée, il n’en va pas de même pour l’expression de la virilité des danseurs ; pour ces derniers, d’autres formes de capital entrent en jeu. Mais conclure que ce sont les regards d’hommes qui décident des corps des femmes (Kaufmann, 1995) reviendrait à occulter d’autres regards tout aussi déterminants. Les relations qui se nouent au sein des cours de salsa et participent de la sociabilité estudiantine – ce sont les relations électives amicales, amoureuses, les affinités sociales ou encore les « élections négatives » (Nahoum-Grappe, 1998 :77) – passent aussi par des jeux de regards des femmes sur les hommes, des femmes sur les femmes et des hommes sur les hommes. Et celles et ceux qui transgressent les normes implicites d’apparence physique sont rappelés à l’ordre dans un premier temps, stig­matisés puis évincés du cercle de danse et des jeux de séduction dans un second temps. Du fait des caractéristiques particulières de l’activité, la seule source de stigmatisation consiste en ce qui touche au corps, support le plus proche de l’identité et pour lequel l’exigence de normalité est la plus forte (Le Breton, 1990, 1991). Cette étude confirme combien le corps est « un signe de statut – peut être le plus intime et par là le plus important de tous – dont le rendement symbolique est d’autant plus fort qu’il n’est pas, le plus souvent, perçu comme tel et n’est jamais dissocié de la personne même de celui qui l’habite » (Boltanski, 1971 :232).

Haut de page

Bibliographie

Beaud S., Weber F.,
2003 Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Boltanski L.,
1971 “Les usages sociaux du corps”, Annales ESC, n° 26/1, pp. 205-233.

Bozon M., Heran H.,
1987 “La découverte du conjoint : évolution et morphologie des scènes de rencontre”, Population, n° 6, pp. 943-986.

Chamboredon J.-C., Lemaire M.,
1970 “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement”, Revue française de sociologie, n° 11, pp. 10-23.

Choquet O.,
1988 “Les sorties : une occasion de contacts”, Economie et statistique, n° 214, pp. 19-25.

Detrez C.,
2002 La construction sociale du corps, Paris, Seuil.

Duflos-Priot M-T.,
1981 “L’apparence individuelle et la représentation de la réalité humaine et des classes sociales”, Cahiers internationaux de sociologie, n° LXX, pp. 63-84.

Erlich V.,
1998 Les nouveaux étudiants. Un groupe social en mutation, Paris, Armand Colin.

Galland O.,
2006 “Jeunes : les stigmatisations de l’apparence”, Economie et statistique, n° 393/394, pp. 151-188.
2007 Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, 4e édition.

Goffman E.,
1973 La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit.
1977 “La ritualisation de la féminité”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 14, pp. 34-50.
1984 L’ordre de l’interaction, Paris, Sociétés.

Hidri Neys O., Bohuon A.,
2012 “Quand la salsa s’invite à l’Université”, L’Ethnographie, n° 5, pp. 53-66.

Juhem P.,
1995 “Les relations amoureuses des lycéens”, Sociétés contemporaines, n° 21, pp. 29-42.

Kaufmann J.-C.,
1995 Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des seins nus, Paris, Nathan.

Laporte R.,
2002 “Sociabilité des pratiquants sportifs”, L’Année sociologique, n° 52, pp. 371-387.

Le Breton D.,
1990 Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF.
1991 “Handicap d’apparence : le regard des autres”, Ethnologie française, n° XXI/3, pp. 323-330.

Löwy I., Marry C.,
2007 Pour en finir avec la domination masculine, Paris, Les empêcheurs de tourner en rond.

Nahoum-Grappe V.,
1998 “L’échange des regards”, Terrain, n° 30, pp. 67-82.

Pages-Delon M.,
1989 Le corps et ses apparences, l’envers du look, Paris, L’Harmattan.

Paradeise C.,
1975 Loisir et sociabilité : étude de quelques variables statistiques, Thèse de 3e cycle, Université de Paris V.

Pasquier D.,
2005 Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement.

Puccio D.,
2000 “Sous le signe de la salsa. Les danses latino-américaines à Toulouse”, Terrain, n° 35, pp. 23-40.

Reau B.,
2006 “Enchantements nocturnes : ethnographie de deux discothèques parisiennes”, Ethnologie française, vol. 2, n° 36, pp. 333-339.

Riviere C.-A.,
2004 “La spécificité française de la construction sociologique du concept de sociabilité”, Réseaux, n° 123, pp. 207-231.

Ruel Y.,
2000 Les soirées salsa à Paris. Regard sociologique sur un monde de la fête, Paris, L’Harmattan.

Singly F. (de),
1984 “Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales”, Revue Française de Sociologie, n° 25/4, pp. 523-559.

Tafferant N.,
2007 “Enquête d’une partenaire idéale”, Terrain, n° 49, pp. 155-166.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Objet : Cet article nous invite aux cours de salsa dispensés dans les services universitaires des sports et explore in situ les relations qui se nouent entre étudiant(e)s. Le fait que ces dernières soient soumises aux contraintes spécifiques de l’activité (“sous silence”) est particulièrement heuristique, il permet de placer les usages des apparences physiques au cœur de la réflexion sur la sociabilité estudiantine.

Théorie : Les cours de salsa constituent autant de laboratoires d’étude du processus de socialisation des étudiants. Plus précisément, l’engagement d’un couple de danseurs, d’une femme et d’un homme, fait de la salsa une activité particulièrement paradigmatique pour questionner les rapports sociaux de sexe. Son appropriation culturelle induit l’assimilation de la hiérarchie de genre (“l’homme dirige et la femme se laisse faire”) et l’incorporation d’une hexis corporelle fortement sexuée, puisqu’elle valorise l’expression de la virilité des danseurs et « l’hyper-ritualisation de la féminité » (Goffman, 1977) des danseuses. Ceci permet d’étudier finement le rapport au corps des pratiquant(e)s, à questionner plus précisément la construction genrée des corps.

Méthode : Cet article s’appuie sur une enquête menée par observations et entretiens ethnographiques (n =23) auprès d’étudiants pratiquant la salsa dans un service universitaire des sports. La grille d’observation intègre le repérage spatio-temporel de l’évènement, les éléments décoratifs et/ou utilitaires (miroirs, support musical, vestiaires, etc.) et les éléments contenus dans l’apparence des participants. La grille d’entretien aborde la pratique de la salsa et plus largement ce que les grandes enquêtes incluent dans les “activités sportives” et les “sorties”, les études suivies et le rapport aux études, le rapport au corps et à l’apparence physique, l’environnement amical et familial de l’étudiant. L’analyse des données a permis de rendre compte de la pratique des étudiants observés, d’analyser le sens qu’ils donnent à celle-ci et de mettre au jour les systèmes de valeur ou encore les repères normatifs qui l’orientent.

Résultats :L’analyse en termes de rapports sociaux de sexe et de classe met au jour trois profils distincts d’étudiant(e)s selon les usages qu’ils font de l’activité. Les cours de salsa sont certes considérés par tous les étudiants interrogés comme un moyen, parmi d’autres, de créer ou de renforcer leurs réseaux de sociabilité, mais les étudiants développent des stratégies et présentent des usages de l’apparence physique bien différents selon les profits symboliques qu’ils espèrent retirer de cette activité.

Conclusion : Cette étude met au jour une asymétrie des genres : dans les jeux de séduction, la nécessité de conformité/conformation des apparences physiques est plus grande chez les étudiantes que chez les étudiants. Mais conclure que ce sont les regards d’hommes qui décident des corps des femmes (Kaufmann, 1995) reviendrait à occulter d’autres regards tout aussi déterminants. Les relations qui se nouent au sein des cours de salsa et participent de la sociabilité estudiantine – qu’elles soient électives amicales, amoureuses, négatives, ou renvoient à des affinités sociales (Nahoum-Grappe, 1998) – passent aussi par des jeux de regards des femmes sur les hommes, des femmes sur les femmes et des hommes sur les hommes. Du fait des caractéristiques particulières de l’activité étudiée, la seule source de stigmatisation consiste en ce qui touche au corps, support le plus proche de l’identité et pour lequel l’exigence de normalité est la plus forte (Le Breton, 1990, 1991).

Structured Summary

Subject: This article invites us to salsa courses offered by university athletics services and explores in situ the relationships established between male and female students. The fact that the latter are subjected to specific constraints in the activity (“in silence”) is particularly heuristic ; it allows us to place the uses of physical appearance at the heart of the reflection on student sociability.

Theory : These salsa courses all provide laboratories for studying student socialization processes. More precisely, the involvement of a pair of dancers, a woman and a man, makes salsa a particularly paradigmatic activity for questioning social sexual relations. Its cultural appropriation induces assimilation of the hierarchy of gender (“the man leads and the woman lets herself be led”) and the incorporation of a highly sexualized corporal hexis, in valorizing the expression of the male dancers’ virility and “the hyper-ritualization (of the female dancers’) femininity” (Goffman, 1977). This allows us to study the relationship to the practitioners’ bodies in detail, to question the gendered construction of bodies more precisely.

Method : This article is based on a survey carried out using ethnographic observations and interviews (n =23) with students practicing salsa in a university athletic service. The observation grid includes the event’s space-time location, the decorative and/or utility elements (mirrors, musical support, clothing, etc.) and the elements contained in the participants’ appearance. The interview grid takes up the practice of salsa and, more widely, what the major surveys include under “athletic activities” and “going out”, what the students’ area of concentration is and their relationship to their studies, the relationship to the body and to physical appearance, as well as the student’s amical and family environment. The data analysis has allowed us to take the observed students’ practice into account, to analyze the sense they give it and shed light on the value systems and normative reference points orienting it.

Results : In terms of social, sexual and class relationships, the analysis brings to light three distinct male and female student profiles, according to the uses they make of the activity. All the students questioned certainly see the salsa courses as a means, among others, of creating or reinforcing their networks of sociability, but the students develop strategies and present quite different uses of physical appearance depending on the symbolic profits they hope to derive from the activity.

Conclusion : This study brings to light a gender asymmetry : in the games of seduction, the need for conformity/conformation in physical appearance is greater among the female than among the male students. But to conclude that it is men’s scrutiny of women that decides on women’s bodies (Kaufmann, 1995) would amount occulting other scrutinies that are just as determinative. Relationships that are born in salsa cour­ses and participate in the student’s sociability – whether they involve chosen friends, are amorous, negative, or refer to social affinities (Nahoum-Grappe, 1998) – are also subject to the game of women looking men over, women looking women over and men looking men over. Due to the particular characteristics of the activity studied, the only source of stigmatization consists in what touches on the body, the nearest support of identity and for which the demand for normality is strongest (Le Breton, 1990, 1991).

Haut de page

Notes

1  Elles constituent l’un des loisirs des étudiants les plus pratiqués : «plus d’un étudiant sur deux pratique un sport dans la semaine contre seulement un français sur cinq» (Erlich V., 1998, p.160). Durant l’an­née universitaire, elles occupent en moyenne 2,6 heures de leur temps par semaine.

2  Selon les données obtenues dans l’enquête nationale de l’Observatoire de la vie étudiante en 2003, 31% des étudiants interrogés sont allés à une soirée étudiante au cours des trente jours précédant l’enquête.

3  Catherine Paradeise a montré, dès 1975, en quoi la pratique associative était un lieu privilégié de socia­bilité. Voir Paradeise C., 1975. D’autres travaux plus récents ont explicitement fait le lien entre activités physiques et sportives et sociabilité. Voir notamment Choquet O., 1988 et Laporte R., 2002.

4  En 2003, l’INSEE a réalisé l’enquête “Histoire de vie” auprès de 8 403 adultes âgés de 18 ans et plus. L’un des modules abordés, “Relations avec les autres”, permet de mesurer les attitudes intolérantes ou discriminatoires auxquelles ont pu être éventuellement confrontées les personnes interrogées. 32% des personnes enquêtées citent au moins un motif pour lequel elles déclarent avoir subi des insultes, des mo­queries, des traitements injustes, des mises à l’écart, ou des refus d’un droit.

5  Parallèlement à l’essor des cours de salsa dans d’autres espaces de diffusion (bars, restaurants, discothèques, etc.), les services universitaires des sports se sont progressivement intéressés à cette activité. Le recensement établi au niveau national signale 38 services sur 46 intégrant cette activité dans leur offre pour l’année 2009-2010.

6  Des observations participantes et non participantes, menées dans deux autres services universitaires des sports, Lille (n=10), Orsay (n=10) durant l’année universitaire 2010-2011, ont confirmé les résultats présentés dans cet article et le fait d’avoir atteint la “saturation” concernant ce volet de l’enquête.

7  Certaines stratégies ont été repérées (aller aux WC, se désaltérer, prétexter un appel urgent à passer, etc.). Elles permettent de contourner la rotation imposée par l’enseignante. Répétée à l’infini et par un nombre croissant de pratiquant(e)s, cette régulation autonome initiée par les pratiquant(e)s aboutit à l’exclusion de certain(e)s étudiant(e)s. Pour plus d’informations à ce sujet, voir les résultats de notre en­quête exploratoire parus dans Hidri Neys O., Bohuon A., 2012.

8  Les “zinzins” sont des soirées étudiantes organisées par les corporations d’étudiants, le jeudi soir dans le Nord/Pas-de-Calais, dans des discothèques, hangars, chapiteaux ou autres.

9  Pour ne pas clôturer son cours sur cette forme de pratique, «pas vraiment salsa, puisqu’on danse en groupe et pas en couple» (Karim), voire «désagréable» (Paul), l’enseignante propose systématiquement de voir ce qu’est «une véritable rueda» en mettant en spectacle quelques «bons danseurs». Nos cinq in­terviewé(e)s en font systématiquement partie.

10  «Dans un espace où l’auto-contrôle est puissant, le regard est un moteur de la jouissance» (RÉAU B., 2006, p.336).

11  Ce terme est utilisé, avec un certain agacement, par l’enseignante des cours observés, pour qualifier les “intermittents de la salsa”.

12  «Etre clairs dans notre attitude» (Sophie) est à la base même du fonctionnement possible de ces straté­gies. Exactement comme Bertrand Réau l’a montré dans deux discothèques parisiennes, «les signes d’ “ouverture” délivrés par les femmes sont assez subtils, il s’agit, par exemple, de suggérer par un coup d’œil rapide que le sourire ou le regard de l’homme croisé ne laisse pas indifférent ; détourner la tête, au contraire, indique le rejet de la tentative supposée de drague» (Réau B., 2006, p.336). Les étudiants concernés attendent la fin du cours pour s’échanger leurs coordonnées, voire fixer un rendez-vous. Lors­que les échanges visuels donnent lieu à des interprétations erronées, il n’est pas rare de voir un(e) danseur(se) “planter” son partenaire et aller s’asseoir au fond de la salle en attendant le prochain signal de roulement.

13  A ce titre, Karine et Karim se déclarent être des «spécialiste(s) de la drague» (Karim). Inscrits depuis deux ans, ils ont profité de ce turn-over pour développer à nouveau leurs stratégies compte-tenu de leur célibat renouvelé. Karine affiche fièrement cinq relations sur une année, Karim compte une dizaine de rendez-vous et trois relations plus suivies.

14  En soirée, dans des conditions permettant l’échange oral, Nasser Tafferant a montré comment certains jeunes hommes tentaient de distinguer les “filles de patrons” en interrogeant les étudiantes «sur la profession de leurs parents, les trajectoires scolaires de leurs frères et sœurs, la situation et la taille de leur résidence principale, l’existence d’une résidence secondaire, leurs lieux de vacances et leurs loisirs» (Tafferant N., 2007, p.162).

15  Nous reprenons à notre compte la distinction opérée par Marie-Thérèse Duflos-Priot (1981) concernant l' “émetteur” (celui qui, par son apparence, fournit des informations sur lui-même) et le “récepteur” (celui qui reçoit les informations provenant de l'apparence de l'émetteur et les interprète).

16  Tous mâchent un chewing-gum durant le cours. Mohamed et Karim ont, en plus, un spray buccal mentholé, toujours à portée de main.

17  Les “intermittents de la salsa” ont un mouchoir en tissu dans la poche pour essuyer leurs mains de temps à autre ; Mohamed et Paul utilisent même un gel hydroalcoolique deux à trois fois durant le cours.

18  Lors des observations participantes, nous avions été marquées par l’odeur puissante de parfums portés par certains étudiants. Si cette pratique concerne exclusivement les “intermittents de la salsa” et répond à la volonté assumée de «marquer les esprits, enfin … les nez […], [afin] que la fille se souvienne de moi rien qu’à mon odeur» (Paul), elle n’a pas forcément les effets escomptés sur toutes les participantes. Nous avons souvent été écœurées par la chaleur conjuguée aux nombreux effluves mélangés, au point de “passer notre tour” en allant nous désaltérer par exemple. D’autres pratiquantes, parmi les “intermittentes de la salsa” d’ailleurs, sont en revanche sensibles à cet effort, comme Armelle qui considère cette «odeur musquée comme typique du mec aisé qui prend soin de son corps».

19  Les jeunes hommes sont inscrits en licence professionnelle d’automatisme, de réseaux et télécommunication ou encore de logistique, quand les jeunes femmes sont essentiellement issues de la faculté des lettres, des arts et des sciences humaines.

20  Le dating, institution typiquement américaine, née dès la fin des années 40 «constitue un système de fréquentation des jeunes gens des deux sexes hautement contrôlé par le groupe des jeunes lui-même et parfaitement cohérent avec les valeurs de la société américaine. Il s’agit pour le jeune garçon d’obtenir d’une jeune fille un rendez-vous qui, s’il est suivi d’autres, constituera l’ébauche d’une idylle» (Galland O., 2007, p.76).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumaya Hidri-Neys et Anaïs Bohuon, « Au-delà de quelques pas de danse… Les usages des apparences physiques au cœur de la sociabilité estudiantine », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-1 | 2014, 63-81.

Référence électronique

Oumaya Hidri-Neys et Anaïs Bohuon, « Au-delà de quelques pas de danse… Les usages des apparences physiques au cœur de la sociabilité estudiantine », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 01 août 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/1167 ; DOI : 10.4000/rsa.1167

Haut de page

Auteurs

Oumaya Hidri-Neys

Maître de conférences, atelier SHERPAS (EA 4101), faculté des sciences du sport et de l’éducation physique, Université de Lille 2.

Articles du même auteur

Anaïs Bohuon

Maître de conférences, laboratoire SPOTS (JE 2496), UFR STAPS, Université de Paris Sud 11.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org