Navigation – Plan du site

Comprendre le lieu par le monde. Apparition et croissance d’un “rhizome criminel” russo-italien sur la frontière franco-espagnole

Understanding a Place through the World The Appearance and Growth of a Russian-Italian “Criminal Rhizome” on the Franco-Spanish Border
Alain Tarrius, Lamia Missaoui et Olivier Bernet
p. 83-102

Résumés

La notion de moral area proposée par l’Ecole de Chicago a été utilisée durant le XXe siècle pour comprendre comment le cosmopolitisme, surtout nocturne et lié à diverses activités souvent illicites, à même de satisfaire des besoins affectifs et économiques, mêlant par des mobilités urbaines des populations d’origi­nes et de statuts très variés, était un puissant moteur des activités normées de la métropole. Les auteurs rappellent cette notion en définissant la métropole com­me étape et en l’incluant dans celle de “territoires circulatoires transnationaux” pour décrire l’apparition d’un “rhizome de la mondialisation criminelle” – prostitution et drogue –, à la frontière franco-espagnole méditerranéenne du Perthus-La Junquere. Dans cet article, ils prennent à témoin la transmigration européenne de femmes balkaniques et caucasiennes vers les clubs prostitutionnels du Levant espagnol.

Haut de page

Texte intégral

I. Moral area, une clef pour l’analyse des continuités entre échanges masqués et affichés

  • 1  Ulf Hannerz, affirme que cette notion est la plus partagée, toujours contemporaine, par les sociol (...)
  • 2  Le “mouvement des jeunes socialistes”, se réclamant de Hegel, avait gagné Chicago dès la fin du XI (...)

1 Une moral area1, ou “espace de mœurs” est une notion proposée par Robert Ezra Park, un des fondateurs, vers 1920, de l’Ecole de Chicago de sociologie et anthropologie urbaines. Elle désigne une conjonction imprévue des temps sociaux, des lieux, des mélanges de populations, généralement nocturne, susceptible de transformer les rapports sociaux tels qu’ils s’exposent lors des relations normées, généralement diurnes. C’est le Chicago du début du XXe siècle qui posait la question : comment une accumulation-juxtaposition humaine, économique, culturelle, aussi hétéroclite que celle de la grande ville de l’Illinois faisait-elle unité urbaine ? Comment parvenait-elle à constituer une métropole aux échanges d’une grande cohésion structurelle ? Les comportements publics dérogatoires au “bon ordre diurne”, comme, à l’époque, la prostitution, les jeux d’argent, la consommation d’alcool en temps de prohibition… provoquaient, la nuit tombée, grâce aux mobilités urbaines et périurbaines, aux brassages d’ha­bitants aux profils contrastés, des proximités et des mélanges cosmopolites dont semblait bénéficier, malgré leur nature apparemment “immorale”, déviante, le fonctionnement diurne des institutions. L’observation empiri­que découvrait là une mise en œuvre de théories du fonctionnement social du philosophe du XIXe, Friedrich Hegel2 et du sociologue Georg Simmel, qui l’un et l’autre ont tenté de penser l’unité du peuple allemand dispersé par l’histoire de la mitteleuropa.

  • 3  Traduction littérale de concepts des deux auteurs cités. Les néologismes allemands sont souvent fo (...)
  • 4  L’analyse marxiste inspirait également Robert Ezra Park qui considérait la circulation de l’argent (...)
  • 5  Goffman E., 1989. Ouvrage essentiel à la compréhension de Goffman, qui a récemment enrichi les app (...)

2 Les approches usuelles “de la rationalité fonctionnelle” négligent une troisième dimension du changement social, souvent occultée par les débats politiques binaires, rapportés par la presse sur le ton de l’indignation sur des bases idéologiques et statistiques. Cette troisième dimension de la dialectique (triade) du changement, rassemblant “l’encore-enfoui”, le “non-admis”3 des comportements collectifs humains, serait déterminante des processus de changement. Protégée, masquée par l’ordre officiel “de-ce-qui-peut-s’exposer”, elle en devenait d’autant plus redoutable. Pour le dire trivialement, dans le style des pionniers de l’Ecole de Chicago, le partage nocturne du goulot d’une bouteille de whisky de contrebande dans les années 20-30 par le dirigeant d’entreprise et son boy, que la mobilité de l’un, depuis sa villa, et de l’autre, depuis son taudis, permettait, sous l’égale in­jonction du même désir4, ce comportement là était garant du bon ordre di­urne, le boy déployant l’ombrelle sur la tête du dirigeant à l’entrée d’un immeuble d’affaires, sans partage du tapis rouge, et la banque garnissant ses coffres-forts des revenus des activités, diurnes comme nocturnes, des deux protagonistes. De la même façon, les escapades nocturnes vers les bars à femmes contribuaient-elles à la richesse de certains autant qu’aux prêches des pasteurs, etc., éthiques sociales présentées comme antagoniques, opposées, selon la langue de bois publique, mais complémentaires et en continuité selon nos socio-anthropologues… Multiplions cela par les situations et les opportunités nées de ces moments5 nocturnes, sans oublier la circulation de l’argent en œuvre dans la grande métropole, et nous comprenons comment circule l’influence de populations infériorisées dans les rapports diurnes. Bref, un monde fait de continuités dès lors qu’on le libère d’un certain “emballage” de la bonne morale et de ses images.

  • 6  Des clubs prostitutionnels ou “puticlubs” tolérés et légaux ont ouvert, nombreux, dans ce petit vi (...)
  • 7  Alain Tarrius et Lamia Missaoui venaient de terminer la rédaction-publication de Naissance d’une m (...)

3 La description du Chicago de l’époque est évidemment exportable : la notion de moral area est opératoire, à condition d’en revoir les éléments constitutifs au fur et à mesure du travail de l’histoire sur les contextes. La mondialisation, avec ses mobilités et ses réseaux, dessine des configurations territoriales étendues en moral areas originales, qui ne se limitent pas à l’attraction d’une métropole ; les agrégations transfrontalières en particulier fédèrent plusieurs métropoles. Nous pensons au potentiel de la notion de moral area pour aider à la compréhension du fonctionnement des sociétés locales de l’entité transfrontalière sud et nord catalane travaillée par les centralités criminelles internationales du village frontalier de La Junquere6, “rhizome de la mondialisation criminelle”. Etendue à l’échelle des grandes mobilités transnationales contemporaines et des immenses transferts de richesse de l’officiel-légal au souterrain-illicite-illégal et réci­proquement, la notion de moral area nous a en effet beaucoup aidés pour concevoir la Mer Noire comme matrice des grandes migrations europé­ennes, avec leurs activités licites et illégales, en provenance des Balkans, du Caucase, du Moyen-Orient. Intrigué, après 20017 par la présence d’Af­ghans et des premières femmes balkaniques à La Junquere, Alain Tarrius comprit qu’il fallait aller là-bas pour mieux voir et analyser les changements ici.

4 La migration des femmes des Balkans et du Caucase vers le Levant ibérique servira donc de trame à cet article, les encadrés nous situeront ici dans la zone frontalière Roussillon/Ampurdan. Une double lecture est pro­posée : celle des encadrés (de 1 à 3) concerne plus explicitement la part “Pyrénées Orientales-et-La Junquere” de nos actuelles recherches, celle de l’article hors encadrés renvoie aux mobilités internationales balkaniques et caucasiennes des femmes et de leurs “protecteurs” géorgiens vers La Junquere. Le lecteur est invité à lire l’un puis les autres.

  • 8  Une étude commanditée par l’exécutif départemental 66 reflète ces “prudences morales” peu compati­ (...)

5 Les images de femmes sont provocantes en première apparence et la “bonne morale” s’indigne et stoppe là l’analyse mais néglige l’essentiel : les milieux criminels russo-italiens, organisateurs des circulations des prostituées des Balkans et des drogues opiacées, l’héroïne surtout, et les camionneurs associés à ces trafics, et les cupides bourgeois-rentiers locaux à l’affût de placements financiers avantageux, et enfin les perversions clientéliques politiques de l’action publique, facilitatrices des stratégies mafieuses. Scènes et arrières-scènes participent au même scénario. Nous n’interposerons pas la commode “morale sociale”, les images faciles de l’exposition des femmes étrangères et leur effet – ainsi dit-on – sur les fragiles destinées des adolescents8 roussillonnais pour interrompre l’analyse des liens d’argent de tous ceux qui tirent profit d’un dispositif mal évalué lorsqu’on s’en tient à ses dimensions locales (voir encadré 1). Analyser un fait social à partir de ses images de surface sans mettre en question leur rôle de diversion, c’est truquer gravement la réalité.

II. La Mer Noire, de l’ethnicité au cosmopolitisme : pauvretés nationales et richesse des économies souterraines

6 L’espace des nations riveraines de la Mer Noire, à savoir les Balkans, avec la Bulgarie, la Roumanie et la Moldavie, Le Caucase, avec l’Ukraine, la Russie du Sud et la Géorgie, l’Anatolie turque et, à proximité, la Grèce, a longtemps été “glacé” par le face à face local des républiques socialistes avec la Turquie et la Grèce (OTAN versus Pacte de Varsovie).

1. Dispositifs de recherche : des réseaux d’acteurs-informateurs

internationaux et locaux pour une meilleure lecture des faits sociaux nord/sud catalans
Les moyens d’une nécessaire analyse locale multi-située et multi-scalaire

Les enquêtes dans les clubs prostitutionnels du Levant espagnol furent possibles après la participation d’Alain Tarrius, après juin 2005, au Congrès des polices démocratiques, à Barcelone. Les organisateurs lui confièrent la conférence d’ouver­ture, durant laquelle il évalua leur projet de gestion négociée des espaces urbains fréquentés par les prostituées, alors même qu’en France, à l’inverse, la police de proximité était défaite et que l’extension du délit de racolage était en préparation.

  • 9  Echantillon de 120 (sur 816) dans 43 clubs de La Junquere à Malaga, représentant les 272 clubs et (...)

Cette présence lui valut l’appui de nombreux commissaires territoriaux en charge des “clubs prostitutionnels”. C’est dans ce contexte qu’il entreprit différentes enquêtes afin de reconstituer les trajectoires de ces femmes9. Nous disposions donc d’un réseau d’informatrices sur l’ensemble du Levant ibérique. Ces enquêtes furent complétées par une recherche menée dans les zones d’origine des migrantes : ports de la Mer Noire, Balkans, Caucase (2008-2010).

Durant les années 2000, toutes les recherches menées par AlainTarrius dans le ca­dre de l’apparition de nouvelles formes de migrations concernèrent les économies souterraines “licites” (électronique…) et criminelles (femmes avec les alternances nationales licite/illicite et drogues). Par ailleurs de nombreux amis migrants commerçants, Algériens et surtout Marocains, membres de réseaux commerciaux licites Alger/Marseille et Casablanca/Perpignan/Nîmes/Lyon/Bruxelles (Tarrius/Missaoui, 1995) sont demeurés de précieux informateurs/acteurs. Les recherches menées par Alain Tarrius et Lamia Missaoui sur les trafics de drogues à la frontière catalane, leurs origines lointaines et leurs retombées locales, débutèrent en 1996 avec leurs travaux sur la soumission de la communauté gitane roussillonnaise par des élus mu­nicipaux et cantonaux, perpignanais en premier lieu (Tarrius, 1999). Nous avons gardé là encore des réseaux d’acteurs/informateurs, dans les villages de part et d’autre de la frontière. La seconde recherche relative aux trafics transfrontaliers d’héroïne et de cocaïne, fut publiée en 1999 (Missaoui/Tarrius, 1999). Nos récentes recherches (Tarrius, 2002, 2007 ; Tarrius/Bernet, 2010) de la Mer Noire (Ukraine, Russie, Géorgie, Turquie, Bulgarie-Albanie) au Levant espagnol (de La Junquere à Malaga), en passant par l’Italie du Sud, ont consolidé nos réseaux d’informateurs internationaux et assuré à notre équipe des capacités de réactivité et d’entrée rapide en recherche à partir de questionnements locaux, transfrontaliers proches et transnationaux amples.

  • 10  L’autonomie dans le choix des terrains, la liberté d’investigation et de publication (dans leur do (...)
  • 11  D’autre part, méthodologiquement, nous proposons depuis 1987 un paradigme de la mobilité (Tarrius (...)

Nous pouvons ainsi développer des analyses multi-localisées et à différentes échelles qui nous permettent d’éviter l’illusion des sources locales exclusives du changement social. La protection constitutionnelle10 et l’appui de nos prescripteurs ou commanditaires européens facilitent nos travaux et publications11. En effet, dans le contexte clientélique exacerbé de nombreuses collectivités locales, toute démar­che de compréhension des faits sociaux non contrôlée par des instances politiques locales est perçue comme une agression, une potentielle tentative de déstabilisation pilotée par “un camp ennemi” : les tentatives d’interdiction ne manquent pas.

Nous avons donc construit des réseaux d’informateurs sur les échanges illicites et criminels qui croisent l’ici et le là-bas, le proche et le lointain, les réseaux sud-nord européens et est-ouest : ils nous permettent de saisir l’au-delà des problèmes sociaux et sociétaux que les responsables politiques du clientélisme départemental utilisent pour consolider leurs pouvoirs autour d’analyses aussi simplistes que locales.

Nos recherches sur l’émergence du dispositif prostitutionnel de La Junquere disent comment cette machine à produire de l’argent à partir de la “chosification-mar­chandisation” des femmes enrichit les bourgeois-rentiers locaux. Elles dévoilent, au-delà des corruptions locales et internationales, la finalité profonde associée à ce premier commerce, davantage cachée, mais source de violences intenses et de profits plus importants : la diffusion des drogues. Pour comprendre ces troubles, il faut, entre autres, intégrer à l’analyse les mafias russo-italiennes et leurs voyous géorgiens, balkaniques ou caucasiens, qui accompagnent et “gardent” les femmes dans les “puticlubs” du Levant ibérique et gèrent les trafics internationaux d’opiacés, mais aussi le rôle de camionneurs bulgares, polonais, etc., de bourgeois sud et nord catalans à la recherche de la rente (fût-elle criminelle), et la perversion des politi­ques publiques clientéliques.

“L’effet image” de la prostituée exposée présente un intérêt “d’enrobage” des faits criminels qui permet de négliger, au nom de la morale publique, les trafics souterrains… La piste de l’argent mène vers des profondeurs que n’explorent pas les responsables politiques du clientélisme, “objectivement” solidaires en cela des “capos” mafieux. De fait, chefs du clientélisme ou “capos” des trafics criminels sont “objectivement” d’accord pour mettre en avant l’indignation de vitrine : « parlons images et morale, pas argent », comme si la prostitution des êtres humains n’était pas fille de la misère et masque des immenses richesses fournies par la drogue.

  • 12  Par exemple, à l’occasion d’enquêtes au sortir des collèges, nous avons observé les démarchages de (...)

Syndrome Chicago : la dépendance clientélique est proche de la dépendance mafieuse. Chacune exige obéissance aveugle et silence, omerta ; mais lorsqu’elles “gèrent” un même territoire, la seconde, maîtresse des économies souterraines criminelles, utilise la première, nolens volens, corruptive de l’action publique locale, pour se répandre. Elles ne jouent pas dans la même cour : les mafias du sexe et de la drogue sont mondialisées et produisent d’immenses richesses, alors que l’influ­ence d’hommes politiques locaux, qui gèrent des clientèles et dirigent des services de l’action publique locale12, se nourrit de la pauvreté généralisée de leurs “administrés-clients” et ne dépasse pas le pré-carré local. Nos analyses sont donc multi situées et multi scalaires.

Différences d’échelles dans la recherche, différences de sens de la réalité.

7 Aussi, après 1990, alors que les républiques socialistes redéfinissaient leurs fondements politiques et renégociaient leurs solidarités antérieures, ce sont les désaccords du 19e siècle, et ceux bien antérieurs parfois, qui ré­apparurent, réorientant les alliances économiques des principaux ports désormais reliés aux échanges mondiaux indistincts. C’est ainsi qu’Odessa (Ukraine) retrouva ses aconiers grecs, peu attirés par Istanbul, que Sotchi (Russie) renoua avec les bateaux des Emirats du Golfe et d’Arabie Saoudite, que Trébizonde (Turquie) se redynamisa grâce à ses “colonies” multiséculaires grecque et italienne : expansion vers la Méditerranée, effaçant l’ancienne primauté d’Istanbul et développement touristique et économi­que entre les ports de la Mer Noire (Burgas, Varna, Odessa, Sotchi, Soukhoumi, Poti, Trébizonde et Zonduldak). Cargos, cargos mixtes, paquebots de tourisme apparurent rapidement, affrétés par des compagnies surtout russes, turques et italiennes.

8 Les migrations des pays riverains et celles du périmètre formé par la Tchétchénie, l’Azerbaïdjan, l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak, le Golfe, le Liban et divers états balkaniques, jusqu’à la Pologne, sont apparues sur le mode touristique et économique, liées ou non aux bouleversements consécutifs aux guerres menées par l’Otan en Irak et en Afghanistan. Les économies souterraines se sont intensément développées : économies de produits d’u­sages licites, circulant hors taxes et contingentements, passés par Dubaï et commercialisés par les Baloutches afghans et iraniens ; économies de produits d’usage illégal, l’héroïne surtout, aux mains de mafias russo-italien­nes, “managées” par des Géorgiens. La “voie des femmes” vers le Levant ibérique se révélait aussi riche que celle des transmigrations pour reventes en poor to poor. C’est donc, indissociablement, les réseaux d’économies souterraines de produits d’usage licite et ceux de commerces criminels que nous avons étudiés durant les années 2000.

  • 13  Entretiens réalisés en Espagne, alors que toutes ces jeunes femmes travaillaient dans des clubs pr (...)

9 Les récits de quatre jeunes femmes relatant leur parcours illustreront les analyses qui suivent13.

10 Magdalena est Ukrainienne, elle est originaire d’une petite ville située entre Kiev et Odessa, elle est l’aînée de la famille, ses trois sœurs vivent au foyer, ses parents sont des employés municipaux, ce sont des militants opposés à l’influence russe, elle a dix huit ans au moment du départ. Irina et Sofia sont les deux seules filles d’un couple d’agriculteurs macédoniens très pauvres, orthodoxes pratiquants (patriarcat de Sofia), vivant à proximité de la frontière Bulgare. Leur séjour sur la Mer Noire s’effectuera à 17 et 16 ans et leur transmigration prostitutionnelle sera commune jusqu’en Espagne. Sardinella, fille d’agriculteurs catholiques du nord de l’Albanie, partira à 17 ans directement vers l’Italie du Sud afin de rejoindre une congrégation religieuse ; son unique frère aîné demeurera près de Shkodar où il créera une entreprise artisanale.

A. La découverte de l’altérité : premières hiérarchisations professionnelles, premières transmigrations lointaines

Dix huit ans, mes diplômes professionnels pour l’entretien des collectivités en poche et pas de travail. […] Une occasion au mois de mai : faire la saison sur un bateau touristique russe qui circule entre mai et octobre d’Odessa à Sotchi [port touristique russe], Trabzon, en Turquie, tout près de la Géorgie, et Varna, en Bulgarie […] les éta­pes duraient sept jours dans des hôtels moyens ; deux jours dans les petits ports intermédiaires ; le personnel était hébergé à bord. […] Il y avait des femmes de partout autour de la Mer Noire, même des Roumaines et des Géorgiennes ; il était évident qu’elles se prostitu­aient dans les ports d’escale, avec des clients des croisières, mais aussi avec des hommes des ports, des marins, des touristes. […] Pendant les longues escales j’allais manger avec elles ; des marins des cargos à quai venaient, et aussi des passeurs de matériel du Golfe, Kurdes, Iraniens et surtout Afghans […]. On se mélangeait et on devenait tous amis ; on était un monde à part, le peuple des ports et de la Mer. J’ai commencé à travailler à l’escale de Trabzon, comme les autres filles que j’avais vues faire à Sotchi et à Soukhoumi, qui travaillent aussi sur les bateaux de tourisme pour des salaires de misère. […] Au fur et à mesure des croisières, des copines, les plus débrouillardes, partent pour le Golfe ou l’Europe de l’Ouest, vers des maisons de passe de luxe, d’autres stoppent en route dans un port avec un homme qui leur plait ou pour travailler sur place, dans tout ce qui peut t’héberger dans les ports. […] Comment aurais-je pu rentrer chez moi ? (Magdalena).

C’est devenu sérieux quand on a fait le stage de trois mois sur le cargo mixte qui faisait Burgas-Trabzon […]. Nous étions dans la même école, dans la même classe, à Sofia. […] Nous avions commencé de temps à autre à monter un touriste dans notre chambre, le travail pour le service du soir dans le restaurant ne rapportait que 60 € chacune par mois et c’est ce que nous faisions payer à un touriste pour une nuit. […] Sur le cargo, il y avait plein d’Arabes qui faisaient du trafic pour rentrer en Europe, plein de marchandises, du cuir, de l’électro­nique, etc. […] On a de suite sympathisé et on les retrouvait, tous les quatre jours, et pour deux jours, au port de Trabzon : la zone, les marins de partout et les trafiquants de drogue et de machines sont là, dans la ville basse du port commercial, pas le port des russes, pour le commerce des gadgets-plastique, ni le port de pêche, le port et les rues autour, restos, hôtels borgnes, surchargés de putes, et au milieu l’hôtel de luxe, avec des riches Russes et des plus riches touristes des Emirats. […] Nous avons cessé d’être des gourdes, à rechercher des touristes riches ; nous avons appris à aller avec tout le monde parce qu’ils étaient tous sympathiques au port et sur les bateaux. On a appris à parler avec n’importe qui […]. On attendait avec impatience les deux jours à Trabzon où on gagnait de plus en plus au fur et à me­sure qu’on connaissait du monde… […] Quand on est rentrés à Sofia, le stage fini, notre logeur nous a proposé un appartement avec accès direct à la rue, et s’est chargé de nous trouver “un départ pour l’Espagne” : comment savait-il ? (Irina).

  • 14  Les interlocutrices citées ont été choisies sur base de leurs capacités discursives : descriptions (...)

11 Ces propos sur le passage par les “territoires maritimes” de la Mer Noire sont récurrents dans les récits de nos cent vingt interlocutrices : migrations ethniques à l’arrivée, transformées dans les ports de la Mer Noire en transmigrations cosmopolites… Les jeunes femmes attirées par cet espace y découvrent de nouvelles proximités qui les relient sur le mode de l’altérité et une première hiérarchisation de leurs destinations de travailleuses du sexe. Nos entretiens ont identifié différents destins pour ces fem­mes : celles directement appelées dans les Emirats du Golfe ; celles directement transférées vers le sud du Levant espagnol, dans des clubs prostitutionnels de haut standing ; celles encore, nous le verrons pour Magdalena et Sardinella, envoyées d’abord en Italie du Sud, comme pour un stage de rattrapage, avant de rejoindre le Levant espagnol ; enfin, les “recalées de l’altérité” destinées aux lupanars turcs, bulgares, russes ou des autres nations voisines de la Mer Noire14.

B. Prendre la “route buissonnière”

Après 1989 mes parents avaient renoué avec la tradition familiale catholique. Ils me firent donc baptiser cérémonieusement par un prêtre italien. A mon prénom chrétien on ajouta celui de “Sardinella”, un peu par dérision… celui là même qui allait me rester : j’étais grande, très maigre avec une petite tête et des yeux ronds, ‘ni bonne à griller, trop sèche, ni bonne à saler, trop longue, ni sardine, ni anchois, c’est une sardinelle’ avait dit le prêtre. Et je suis restée ainsi. Avec mon surnom, que j’aimais bien…

C’est à quinze ans que l’envie me vint de partir pour l’Italie. Ici, dans le nord de l’Albanie nous sommes très liés à la région de Tarente et Brindisi. Les religieux et les bonnes sœurs qui viennent chez nous attirent là-bas des travailleurs saisonniers ou définitifs. Arrivés à Tarente j’ai été en noviciat une année dans un grand appartement bourgeois aménagé en couvent ; une vie tranquille mais un peu triste. L’Italie était dehors… si tu vois ce que je veux dire. J’avais dix huit ans, et on m’a donné, lors d’une petite fête, des papiers de résidente. Mon bonheur était fait, celui de ma famille aussi. Mais le soir même je m’enfuyais dans les rues de Tarente, précipitant dans le malheur tous ceux qui, au même moment, me fêtaient.

Dans cette ville, lorsque tu es en rupture avec les religieux, les bourgeois et ta famille, tu n’as pas de choix, il faut habiter sur l’île, entre les deux bords de la lagune et en face du Golfe. Il y a là de vieux im­meubles de trois ou quatre siècles [sic], complètement pourris et peu­plés de zombies qui sortent la nuit pour la came. Vers le Golfe, des remparts d’environ dix mètres et, vers la lagune, le port de pêche et la grande criée aux poissons. Le quai est large et l’eau affleure. Il y a un café tabac pour des fainéants ivrognes, de ceux que la mafia n’a même pas voulu employer pour nettoyer la criée. Et des types alignés contre les vieilles façades, les mains dans les poches, bien écartées, de huit heures du matin jusqu’à la nuit.

Ensuite, c’était ma vie qui commençait… C’est là que j’ai rencontré Emilio, […] qui travaillait de temps à autre avec un pêcheur qui lui fourguait un peu de mauvaise coke et des poissons invendables pour le payer. Autant te dire qu’Emilio, il a tout de suite été pour moi. Il était petit et gros, alors, tu vois le couple. Mais depuis trois ans qu’il rôdait dans le coin il s’était fait une niche dans un vieil immeuble qui ne prenait pas la flotte. J’ai trouvé un petit boulot à la criée et nous avons vécu comme des oiseaux au nid, ou comme des rats au fond du trou, c’est selon qu’on voit la vie comme deux tourtereaux adolescents ou comme deux adultes ratés : là il s’agissait bien de ratage. Pas de dérapage, tu vois, un virage raté au dessus d’une falaise, et de­puis sept ans je n’en finis pas de chuter vers le fond de je ne sais quel précipice. Emilio et son pêcheur, conseillés par de petits mafieux, m’expliquèrent qu’il serait bon pour tous que je travaille trois ou quatre heures, jusqu’à minuit, en me vendant dans la grande barque de pêche qui possédait une minuscule cabine : ‘tu n’as pas besoin de t’allonger, les clients ils préfèreront que tu fasses tout ça à genoux’ me dit le pêcheur en riant. Comme ils m’aimaient bien, ils m’expli­quèrent encore que je ferais la passe avec de la coke : à moi de la doser pour que le cave s’énerve sans pouvoir passer à l’acte, et surtout qu’il ne s’endorme pas. […] Cette histoire de coke, c’est les mafieux qui nous l’avaient demandé : ‘pour plus tard ; ça pourra servir’ […] (Sardinella).

III. L’Italie du Sud, cocaïne et nouvelle hiérarchisation

Au cours du cinquième mois, à la veille de la fin de mon contrat de navigation, un Géorgien abkhaze m’a dit, à Sotchi : ‘Tu n’as plus besoin de faire semblant de travailler à la propreté des bateaux. On t’a trouvé une bonne place dans un club espagnol pour faire ce que tu as si bien appris à Trabzon, la troisième semaine de ton travail’. J’étais un peu effrayée par cet homme qui savait quand et où j’avais commencé à vendre mes services, mais j’avais tellement entendu parler des clubs espagnols. […] Quand je suis repassée à la maison, après six mois d’absence, une carte postale tous les mois, tout le monde a été heureux de ma nouvelle embauche dans “l’hôtellerie espagnole” : ma sœur Elena m’a prise à part et m’a dit qu’elle savait ce que j’allais faire, nous avions déjà une voisine au travail dans des clubs espagnols (Magdalena).

Ils nous ont amenées une semaine à Bari, par la route et le bateau. On a mis deux semaines pour aller de Skopje à Bari ! Alors que deux journées suffisent. Ils connaissaient plein de gens ; on n’arrêtait pas de faire des détours et un de mes accompagnateurs a décidé de s’ar­rêter à Tirana pour traiter d’autres affaires avec des va-nu-pieds turcs. Quant au sexe, ils ont de suite compris l’intérêt qu’il y avait à nous faire travailler ensemble. […] Destination : un club de luxe en Catalogne, près de la frontière français (Irina).

2. Femmes et drogues : une réorganisation de réseaux criminels
Les placements des bourgeois-rentiers catalans

Nos travaux antérieurs (2006-2012) ont permis d’identifier les principales modalités de recrutement, de formation et d’acheminement de femmes originaires des Bal­kans et du Caucase (voir texte). Pour elles, comme pour les transmigrants afghans, ukrainiens… du commerce souterrain de marchandises d’usage licite, des séjours de plusieurs mois dans les ports de la Mer Noire d’Odessa, Sotchi, Poti, Trébizonde et Varna, créent les conditions d’une transmigration, non pas ethnique, mais cosmo­polite. Les cheminements vers le Levant espagnol se font généralement avec une étape italienne, où ces femmes apprennent à maîtriser leurs futures doubles fonctions de prostituées et de dealers (le quart de dose de cocaïne au client).

Certaines effectuent le déplacement en plusieurs mois, avant d’être accompagnées pour l’étape finale, d’autres, en quelques semaines, escortées dès leur départ de la Mer Noire. Ces accompagnateurs (sauf pour les femmes serbes et bosniaques) sont quasi-exclusivement des Géorgiens, plutôt abkhazes, c’est-à-dire musulmans et très liés aux Russes. Pour les femmes, choisies durant leur séjour dans les ports, surtout celui, russe, de Sotchi, qui vont travailler dans les Emirats du Golfe, le voyage par bateau ou avion est direct, avec ces mêmes accompagnateurs. Dans les ports cités, ce sont encore des Géorgiens, abkhazes, ossètes ou autres, qui, souvent, commercialisent les drogues opiacées dominantes : opium, morphine et surtout héroïne. Les prix varient : autour de douze euros le gramme pour de la “bonne” afghane, environ neuf euros le gramme pour de la turque ou de la géorgienne, des cultures de pavot récemment et illégalement implantées. La cocaïne, par contre, atteint sur ces marchés des valeurs qui la rendent inabordable (jusqu’à 60 € le gramme).

  • 15  Tarrius A., Bernet O., 2010.

Dans nos actuels terrains sur les migrations, nous étudions le cas de prostituées quittant les clubs du Levant espagnol et circulant en France durant deux ou trois tri­mestres, vers l’Europe du Nord. Nous avons observé, sur des aires d’autoroute ou sur des routes secondaires, les présences ponctuelles de “protecteurs” caucasiens pour fournir les femmes en drogues et veiller sur leur sécurité. En somme, ces nationaux, surtout Géorgiens, interdits d’entrée depuis 2007 en Bulgarie (où ils développaient des entreprises de “gardiennage” dangereuses), apparaissent sur toutes les routes et étapes où des activités illégales sont “gérées” par les milieux criminels russo-italiens. Ces Géorgiens s’exportent comme “hommes de main polyvalents” à l’heure de la mondialisation criminelle15.

  • 16  A la différence des investisseurs espagnols qui opèrent en toute légalité (puticlubs légaux), les (...)
  • 17  Les informations qui suivent sont essentiellement redevables des données communiquées par sept com (...)
  • 18  Le terme est expliqué ci-après.

A La Junquere nous les retrouvons au Paradise, un “puticlub pilote”, comme dans d’autres établissements récents plus au sud. Ils accompagnent désormais directement les femmes des Balkans et du Caucase, sans étape italienne, et les installent immédiatement dans et autour des clubs, négligeant parfois l’appel à participation des bourgeois-rentiers des pourtours frontaliers16. Par contre leur emprise sur les autres réseaux de trafic de drogue est devenue importante. Si l’appel à investissements locaux, auprès des bourgeois-rentiers, pour blanchiment, est toujours réel (environ 12 % des gains de la drogue – 1,7 milliards d’euros17–, soit plus de 200 millions d’euros annuels en investissements rentiers, pour 38 millions d’intérêts, alors que le travail des femmes – 1,2 milliards annuels dans l’ensemble du Levant – représente 70 % des revenus globaux des drogues, hors coulure18, dans le même espace), il s’effectue selon des formes modernisées. Désormais les placements de capitaux, lorsqu’ils sont possibles – ce qui n’a pas été le cas, à l’ouverture, pour le Paradise –, sont moins limités et se réalisent, pour partie, suivant des procédures bancaires légales.

Le paiement des intérêts aux “bourgeois-rentiers” du Roussillon ou de l’Ampurdan est inclus dans la “coulure”, la perte usuelle pour le blanchiment de l’argent des drogues, c’est-à-dire environ 30 % du montant brut, soit près de 550 millions d’euros dans ce cas : l’intérêt des placements est d’environ 19 % au maximum de 200 millions d’euros, soit un débit de 38 millions. La prostitution “légale”, déclarée au fisc, produit des sommes qui contribuent au blanchiment. Il est donc intéressant de “déclarer un stock” bien plus important que celui réellement présent : les impôts supplémentaires (environ 220 millions d’euros) représentent moins de la moitié de la “coulure” et sont compensés par les investissements des bourgeois rentiers, qui ne coûtent “que” 38 millions par an.

Selon notre enquête et par extrapolation sur base des 43 clubs, avec 816 femmes balkaniques et caucasiennes, et autant d’autres origines, toutes gérées par des réseaux géorgiens, les 272 clubs au total relevés en Catalogne, Pays valencians, alicantains et andalous méditerranéens, hébergent 10 880 prostituées, qui, pour des recettes journalières moyennes nettes (disponibles pour le blanchiment) de 345 euros durant 320 jours, permettent la déclaration-blanchiment de 1,2 milliards d’euros, tandis que les investissements “bourgeois” permettent d’avoisiner les 1,4 milliards. Restent 300 millions environ sur le chiffre théorique du blanchiment : ils correspon­dent, outre le paiement du surplus d’impôts, aux remises consenties dans les échan­ges héroïne/cocaïne. Tous les partenaires sont bénéficiaires, sauf les femmes-matière évidemment. Les bourgeois-rentiers sont blanchisseurs de l’argent de la drogue, conscients ou non que leurs “placements” dans les “puticlubs” constituent un apport direct aux trafics de psychotropes. D’autre part, certains promoteurs de ces clubs pourraient se passer de l’argent de ces investisseurs locaux, surtout lorsque femmes et drogues sont directement importées de la zone Mer Noire, comme pour le Paradise. Mais des manifestations de femmes à la frontière ont constitué un sérieux avertissement : les Géorgiens ont pensé qu’elles étaient téléguidées par les notables locaux furieux d’être dépossédés des retombées du plus moderne des “puticlubs”. Ils ne disposaient, dans leur monde criminel, d’aucune autre “grille de lecture” de l’événement. Ils ont donc repris leurs versements : détournement de finalité !

  • 19  Attention aux chiffres qui suivent : ces femmes ne sont pas présentes en même temps dans les clubs (...)
  • 20  En 2008 : treize journées réparties en trois mois, 6 “puticlubs” observés, dont 4 à La Junquere mê (...)

Au niveau du nombre des prostituées, il semble que les camions et les maigres bosquets calcinés ne suffisent pas à “héberger” l’excédent de femmes déclarées par rapport à celles travaillant effectivement dans les clubs19. A cet égard, nous avons procédé à des observations sur le périmètre de La Junquere20. En 2008, sur La Junquere, trois clubs sur 4 comptaient 60 femmes (pour moitié balkaniques caucasien­nes) en activité en club, pour 85 femmes en dehors, dont 23 en camions ; en outre, trois clubs (un sur La Junquere, deux dans le périmètre), faisaient travailler 35 fem­mes en intérieur et 58 en extérieur. En 2012, sur cinq clubs de La Junquere (dont un se consacrant au périmètre), nous avons relevé 102 femmes en club pour 171 en dehors ; sur 3 clubs actifs dans le périmètre, nous avons observé 52 femmes travaillant en club pour 137 en dehors et 57 en camions. L’effet camions est évident ; il faut être prudent avec nos chiffres qui variaient de 12 à 16 % par observation sur les mêmes lieux à des moments différents ; ils donnent cependant une estimation très proche (6 % au pire, 3 % au mieux) de la réalité… fort éloignée des déclarations.

  • 21  Dans le Levant espagnol, l’importation directe des opiacés, à très bas prix, a permis aux milieux (...)

L’héroïne en importation directe, achetée à 12 € le gramme et cédée à divers dealers plus du double, procure des bénéfices considérables qui ont permis aux Géorgiens d’acquérir leur nouvelle position dominante le long des réseaux prostitutionnels balkaniques en Europe de l’Ouest et surtout à partir des espaces de légalisation de la prostitution (donc de déclaration de revenus). Elle leur a également permis, après négociations sur les cessions héroïne/cocaïne avec les milieux habituels de son commerce (id est, Hollandais et Marocains gestionnaires de la filière nigériane en Andalousie), d’implanter de nouvelles filières de distribution, de “couler” d’an­ciennes filières locales (les “capos” de la Côte, en Catalogne Nord) et de réorganiser, dans les Pyrénées Orientales par exemple, la distribution de toutes les dro­gues21.

  • 22  Indique le sens de circulation sur l’autoroute où se trouve cette station essence.

A travers ces partages, le Roussillon a “hérité” d’un statut original pour ce qui concerne la prostitution et les psychotropes : pas de femmes balkano-caucasiennes sur les routes, les aires d’autoroute ou les périphéries de Perpignan qui suggéreraient une “conquête” de l’espace le plus voisin de La Junquere ; ce commerce commence… à Port la Nouvelle et à l’aire de service descendante de La Palme22. Par contre les Géorgiens maîtrisent la distribution des psychotropes les plus renta­bles dans les conditions d’approvisionnement russo-italiennes : l’héroïne et la cocaïne.

Les têtes de micro-milieux criminels locaux “tombent”, la police, dans ces circonstances, multipliant son efficacité. L’addition toutefois devient lourde dès lors que l’on observe que les nouveaux “maîtres” des réseaux concèdent aux “petits distributeurs locaux” tout le commerce des herbes et dérivés, distributions familiales ou artisanales locales organisées à partir du Maroc, et, surtout, des “drogues chimi­ques”, amphétamines (y compris l’ecstasy), et métamphétamines, produites en Catalogne Sud et souvent commercialisées via l’Andorre. Benzédrine, “kéta”, “speed”, “ice”, etc., psychotropes bon marché mais sanitairement redoutables, sont à la disposition des “petits dealers” des villes et villages du département. Les bénéfices étant bien moindres, les dealers sont incités à diffuser auprès des adolescents des collèges et lycées. Le contexte clientélique départemental, loin d’être un frein pour ces trafics, est perméable, pour le moins, à la diffusion de ces drogues.

12 Trois villes différentes dans le dispositif sud-italien et une même finalité : la hiérarchie des destinations espagnoles. Deuxième “tri” après l’étape de la Mer Noire. Sardinella, qui avait vécu une “formation plus naturelle” a obtenu son voyage vers le Levant espagnol, mais avec de nouvelles épreuves sélectives à la clef. Elle faisait partie de ces femmes, un quart de l’effectif environ, qui inspiraient la méfiance de ne pas être passées par l’étape qualificative de la Mer Noire, mais la demande des clubs de dernier niveau n’était pas négligée par nos “accompagnateurs” :

Et tout s’est terminé par la grande transaction finale : les mafieux ont envoyé le rafiot du pêcheur par le fond, à l’aide d’un bidon d’es­sence. […] On m’a embarquée dans une grande vedette : direction la Catalogne (Sardinella).

A. Territoires circulatoires : route des Sultans, “route en pointillés”, étapes, enclaves

  • 23  Les marchandises des majors du Sud-Est asiatique (Sony, Nikon, Canon, Olympus, etc.) sont diffusée (...)
  • 24  Un milieu cosmopolite s’était constitué dès 1991 et, depuis, fournissait un accueil d’étape aux tr (...)

13 La Mer Noire est une matrice des transmigrations entre nations pauvres de l’Est et du Sud et nations riches de l’Ouest, qui se confondent avec l’espace de libre circulation Schengen. Les transmigrants afghans du poor to poor mondial de l’électronique, des produits du Sud-Est asiatique passés par Dubaï, et d’autres migrants internationaux en “formations ethni­ques” qui la traversent une dizaine de fois en un mois jusqu’à passer chacun environ 100 000 $23 de matériel en Bulgarie24 s’organisent en groupes marchands cosmopolites, Afghans-Géorgiens-Ukrainiens-Azéris-…, dotés d’un pidgin universel et d’un savoir-vivre l’altérité : « l’association de tous les brokens européens » comme le disait un Kurde.

14 Dès Burgas ou Varna, ports bulgares, les Afghans introduisent leurs nouveaux compagnons de route et une bonne moitié de l’effectif des candidates à l’entrée dans l’eldorado prostitutionnel espagnol sur la “route des Sultans” : tous découvrent que l’espace européen des Balkans offre des continuités territoriales musulmanes historiques. La route n’est pas parcourue selon les règles des logistiques usuelles d’économie de temps dans un espace contraint, mais selon des temporalités variables : traversées directes, sept jours, arrêts pour un travail saisonnier en compagnie des trans­migrants du commerce en poor to poor, deux ou trois mois, arrêts peut-être définitifs avec l’un d’entre eux ou avec un habitant de ces espaces, en Bulgarie, Macédoine, Serbie du Sud, Monténégro ou Albanie.

15 Ces voies, ces topiques où les temporalités sociales modulent les espa­ces, nous les nommons territoires circulatoires : les transmigrants y trouvent le lieu-mouvement de leur intégration sur le mode de la mobilité. L’expérience du cosmopolitisme que permet ce parcours, avant d’arriver au deuxième balcon d’Europe, sur les côtes adriatiques, est, définitive­ment, celle de la transmigration : mise à distance des institutions étatiques, et proximité des populations par une production originale de rapports sociaux dans l’interface mobilité/sédentarité. Des jeunes femmes partagent ces expériences ; elles demeureront, pour bon nombre d’entre elles, définitivement liées à l’univers des transmigrants. Désormais tout espace sédentaire devient étape, passage, et dès l’arrivée, la sortie est négociée.

B. La déclinaison des effectifs : de trop peu à beaucoup trop

16 Dana, roumaine de Constanza, arrivée à La Junquere après l’ouverture du Paradise et travaillant en alternance dans un club et près d’un carrefour de la route nationale, raconte :

Ils nous disaient : ‘vous êtes seize dedans et quatre vingt dehors, qui travaillent plus que vous’. […] C’était faux, faux, on n’était pas quatre-vingt, du club, dehors, mais 27. Les anciennes n’y comprenaient rien ; elles nous disaient que les patrons comptaient et déclaraient “à l’époque” toujours moins de filles qu’il y en avait, ça se comprend pour les impôts et les papiers ; […] et voilà que, depuis l’ouverture du Paradise, on compte à l’envers, les patrons déclarent plus de filles qu’il y en a réellement. […] entre les deux, les Géorgiens, qui sont maintenant partout. Et je ne crois pas qu’ils ne savent pas compter… (Dana).

17 Fausse ou vraie naïveté ? Dana signale un fait majeur touchant l’écono­mie récente des centralités prostitutionnelles espagnoles (telle La Junquere) : sa dépendance vis-à-vis du blanchiment par les femmes des revenus de l’importation, depuis la Mer Noire, des drogues opiacées convo­yées par des Géorgiens au service des milieux criminels russo-italiens. Avant de détailler les rôles et les mobilités de ces hommes de main privilégiés de la mondialisation des réseaux criminels, il est important de signaler une autre centralité continentale présente à La Junquere : les camionneurs de transports internationaux.

IV. Rencontre d’une autre centralité européenne : les camions

18 L’encadré qui suit présente quelques chiffres concernant le parc de camions, leurs passages et leurs stationnements.

19 La “pieuvre” que dessinent les itinéraires des camions qui transitent par La Junquere coïncide assez précisément avec les voies migratoires des femmes (environ 1 800 par an) qui partent des clubs prostitutionnels du Levant, mais aussi d’autres régions espagnoles.

3. Les camions de La Junquere. Une étape, une centralité autre

Olivier Bernet a réalisé des enquêtes sur l’étape frontalière, à La Junquere, des camions de transports internationaux.

La Junquere compte environ 2 800 habitants répartis en deux unités urbaines séparées et aux destins différents. L’entité du Perthus rassemble le long de la route nationale transfrontalière et face au “trottoir français” de nombreux commerces. A 5 km de là, entre route nationale et autoroute, “l’aire de service”, longue de trois kilo­mètres, est bordée de nombreuses stations services, restaurants, commerces, hôtels et, à sa lisière, de cinq clubs prostitutionnels. Cet immense caravansérail était, en 2006 le principal lieu de vente de gazole (en stations services) en Europe. Le trafic routier et autoroutier (mixte souvent, avec deux entrées-sorties d’autoroute en début et en fin de l’aire de services) était estimé à 80 000 véhicules par jour dans les deux sens, dont 20 000 passages de poids lourds. Entre 2001 et 2008 les arrêts de camions sur cette aire sont passés de 2 000 à 3 600 par jour, déversant dans les servi­ces commerciaux environnants quelque cinq mille personnes liées aux activités d’import-export routiers. 32 % de ces camions se déplaçaient à travers trois nations et 6 % à travers quatre nations.

Le périmètre routier parcouru par ces camions, véritable pieuvre circulatoire, dési­gne La Junquere comme une centralité de cette mondialisation là, à l’échelle européenne, qui n’a rien à envier à la centralité prostitutionnelle et psychotropique : l’une couvrant le Levant ibérique, le Sud et l’Est français, l’Italie, la zone nord Balkans, la Suisse, l’Allemagne, la Tchéquie et la Pologne, la Belgique et les Pays-Bas ; l’autre, nous l’avons précédemment signalé, concernant les Républiques circum-Mer Noire, les Balkans, et l’Europe méridionale, et par extension migratoire, l’Allemagne et la Belgique. Rien moins… Ces énumérations disent, d’une part, les vastes opportunités nées de la rencontre, en un même lieu, de ces deux centralités européennes et, d’autre part, la modestie des apports nord-catalans à l’économie générale du lieu : non, les dispositifs de La Junquere n’ont pas été pensés en fonction de Perpignan.

  • 25  Le premier prix pour un whisky est à 4 €, à 3,5 € pour un pastis de Tarragone.
  • 26  Enquêtes par observation de cinq journées réalisées en octobre 2012.

Les camionneurs représentent une clientèle très intéressante pour les commerces (alcools25, cigarettes…) et pour les clubs. Le problème est que ces derniers, artisans ou salariés, sont de plus en plus recrutés à bas salaires (autour de 800 € mensuels) dans des nations européennes pauvres. D’autre part, le nombre de prostituées est plus de 2 fois supérieur aux places-chambres disponibles en club et, parfois, le temps ou les paysages calcinés ne se prêtent pas aux activités extérieures. Dans cette perspective, des camionneurs louent aux femmes leur cabine de repos, relativement confortable (encadré 2) ; le stationnement du camion peut durer 24 heures et rapporter jusqu’à 400 € rapidement réinvestis dans le dispositif commercial26.

Les recherches que nous avons entamées depuis peu permettent également d’affir­mer que nombre de femmes qui migrent, seules ou accompagnées de parentèles, des clubs prostitutionnels ibériques vers l’Allemagne, la Belgique… font en deux trimestres le parcours français par les aires d’autoroutes et les routes nationales et travaillent avec la “logistique” des camionneurs rencontrés à La Junquere. Ce parcours débute sur une aire située près de Narbonne et remonte jusqu’à des stationnements près de Valence, Dijon… La recherche entreprise (voir en fin d’article) nous dira l’organisation de ces complémentarités, mais dès à présent l’hypothèse de la convergence d’activités et de mobilités entre camionneurs, prostituées, leurs accompagnateurs géorgiens et donc psychotropes, opiacés ou cocaïne, est plausible.

Le fait est que le dispositif prostitu-psychotropique de La Junquere ne doit pas être évalué par sa seule attraction ou influence sur ses voisins immédiats, Pyrénées orientales et Ampurdan.

V. Géorgiens et autres caucasiens et balkaniques, de Poti et Soukhoumi à La Jonquère et Perpignan

  • 27  Et qui ont valu l’expulsion et l’interdiction de séjour généralisées des Géorgiens en Bulgarie.

20 Les recherches que nous avons consacrées aux transmigrations d’origi­nes moyen-orientales et caucasiennes vers l’Europe méridionale illustrent un phénomène : partout où apparaissaient d’autres transmigrant/e/s, des Afghans, des Iraniens, des Irakiens, des Kurdes sont impliqués dans des trafics de marchandises électroniques, produits d’usages licites donc. Ces colporteurs du poor to poor européen se voient proposer les sommes avan­cées au moment de l’acquisition de marchandises à Koweït City, Dubaï, etc. (40 %). En réalité, il s’agit là d’opérations de blanchiment des revenus d’opiacés cultivés et transformés en Turquie, Géorgie, et bien sûr Afghanistan. Les milieux criminels russo-italiens, toujours aidés des mêmes affi­dés, recourent à la technique de la “moins-value positive” : la perte admise d’environ 30 % lors du blanchiment de l’argent des ventes de psychotropes est astucieusement orientée. Par exemple, lorsque des Baloutches afghans ou iraniens s’acquittent des 40 % d’avance sur leurs achats auprès des importateurs émiratis, les 30 % de “coulure” du blanchiment sont réinvestis dans la baisse du prix des marchandises qui en arrivent, in fine, à ne plus valoir que 35 % du “prix FNAC”. De même, au moment du passage du prix de l’héroïne de 15 à 35 euros environ, entre les ports de Durrës (Albanie) et Bari (Italie), ces fameux 30 % sont réinvestis dans l’achat des mêmes marchandises arrivées des Emirats en cargo dans le port albanais. Les prix des produits commercialisés en poor to poor diminuent d’un continent à l’autre au fur et à mesure de l’avancée des transmigrants commerçant le long de leurs territoires circulatoires. Les Géorgiens assurent la logistique maritime de port en port sur la Mer Noire et les transferts de sommes à blanchir. Ils recrutent, protègent, accompagnent des femmes originaires du pourtour de la Mer Noire ; ils “travaillent” dans les clubs prostitutionnels ou les sociétés de “gardiennage” qui se sont multipliés dans certaines régions italiennes et espagnoles27.

21 Ces employés zélés de la mondialisation criminelle occupent donc une place prépondérante dans les mobilités au départ de la Mer Noire en ce qui concerne la prostitution, les psychotropes, les échanges monétaires… Ils ne sont pas des imitateurs du mode de vie “jet society”, sans attaches aux lieux. Au contraire, à partir de leur implantation le long des rhizomes de la mondialisation criminelle, ils modifient les cartes du banditisme local. Ainsi les Pyrénées Orientales n’échappent-elles pas à leur vigilance : la moins-value positive sert, d’une part, à payer les impôts consécutifs à la majoration artificielle des effectifs ou des revenus tirés du travail des fem­mes, et, d’autre part, à payer de forts intérêts à des placements de bourgeois sud et nord catalans (voir encadrés et notes).

VI. “Entrer/sortir”

22 Sardinella a investi les économies de sept années de “travail” dans les “puticlubs” et “abattoirs” du Levant dans l’entreprise de transformation alimentaire de son frère, en Albanie, où désormais elle travaille depuis trois ans comme unique commerciale. Elle a rénové la vieille ferme de ses parents, non loin de Shkodra et y habite. Ses voisins retiennent de son “voyage” qu’elle a voulu être none en Italie.

23 Irina et Sofia ont inauguré un grand salon d’esthétique, en Macédoine. Irina est mariée et a un enfant. Georgi l’a attendue huit années, pendant son “voyage” en Espagne.

24 Magdalena a épousé un (sud) catalan plus âgé qu’elle. La parentèle ukrainienne qui l’avait rejointe est toujours là, dans un petit village proche de La Junquere, bien intégrée.

25 D’Elena nous n’avons plus de nouvelles depuis sa “mutation” dans un “abattoir” près d’Almeria.

26 Sur le Levant espagnol, les Géorgiens, qui renforcent leurs implantations, cèdent des places aux Serbes, tout aussi violents, accompagnés de leur cortège de jeunes femmes pauvres, Bosniaques, Hongroises, etc. Le système criminel demeure, associé à son ersatz clientélique local, roussillonnais, ampurdannais…, les discrets bourgeois-rentiers de la drogue.

Haut de page

Bibliographie

Athens L.,
2013 “Park’s Theory of Conflict and his Fall from Grace in Sociology”, Cultural Studies <=> Critical Methodologies, vol. 13, n° 2, pp. 75-87.

Goffman E.,
1983 “The Interactive Order”, American Review of Sociology, 48, pp. 1-17.
1989 Les moments et leurs hommes, textes présentés par Winkin Y. (ed.), Paris, Seuil/Minuit.

Hannerz U.,
1983 Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit.

Marcuse H.,
1963 Eros et Civilisation, Paris, Minuit.

Missaoui L., Tarrius A.,
1999 Naissance d’une mafia catalane ? Les jeunes de “bonnes familles” locales dans les trafics de drogues de Barcelone à Perpignan, Toulouse et Montpellier, Perpignan, Trabucaire, coll. Recherches en cours.

Park R. E.,
1955 Society : Collective Behavior, News and Opinions, and Sociology, and Modern Society, edited by E. C. Hugues, Glencoe, The Free Press.

Tarrius A.,
1987 “Territoires des migrants Maghrébins à Marseille et Tunis”, Revue européenne des migrations internationales, n° 1-2, vol. 3, pp. 131-148.
1989 Anthropologie du mouvement, Caen, Paradigme.
1999 Fin de siècle incertaine à Perpignan. Drogues, pauvreté, communautés d’étranger, jeunes sans emplois, et renouveau des civilités dans une ville moyenne française, Perpignan, Trabucaire.
2002 La mondialisation par le bas, Paris, Balland.
2007 La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, Avignon, l’Aube.
2014 “Deux notions nécessaires à l’étude des transmigrations”, Revue européenne des migrations internationales, n° 2, vol. 30, a.p.

Tarrius A., Bernet O.,
2010 Migrations internationales et nouveaux réseaux criminels, Perpignan, Trabucaire.
2014 Mondialisation criminelle, l’étape frontalière franco-espagnole de La Junquere à Perpignan. Saint-Denis, Edilivres.

Tarrius A., Missaoui L.,
1995 Arabes de France dans l’économie mondiale souterraine, Avignon, l’Aube.

Tarrius A., Missaoui L., Qacha F.,
2013 Transmigrants et nouveaux étrangers, Toulouse, PUM.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

La première piste suivie par les chercheurs retrace les parcours de la prostitution et de la drogue de la Mer Noire et des Balkans jusqu’au Levant espagnol. La seconde s’atta­che à montrer que les réseaux de la mondialisation criminelle présents du côté espagnol de la frontière ont trouvé un terreau favorable dans le département frontalier des Pyrénées Orientales.

De la Mer Noire au Levant espagnol :La première partie de la publication est consacrée aux parcours prostitutionnels de femmes originaires des pourtours de la Mer Noire ou des Balkans, accompagnées par les réseaux criminels qui les encadrent com­me par la circulation des drogues. A partir des entretiens menés avec 120 de ces fem­mes, les auteurs retracent cinq parcours-types, leurs étapes et leurs issues. Pour Magdalena, Irina et Sofia, par exemple, il commence sur les paquebots qui sillonnent cette mer. Le stage à bord ou l’escale au port, à Sotchi, Trabzon ou Odessa, deviennent les lieux des premières recrutements. Marins à bord ou logeurs, de retour au pays, agissent pour le compte d’un large réseau diffusant femmes et drogues vers les Emirats, le Levant espagnol et l’Italie. La vente des drogues est intimement associée à celle des corps. La marchandisation est totale.

Cadrage notionnel :Les sociologues s’appuient largement pour leurs approches empiriques sur la notion de moral area ou espace de mœurs, proposée par R. E. Park, l’un des fondateurs de l’Ecole de Chicago, en la redéfinissant : de l’attraction d’une métropole à celle d’une fédération de ports, de la centralisation urbaine des mobilités à la formation de communautés cosmopolites marchandes transnationales. Elle leur permet de comprendre les continuités spatiales, politiques et économiques masquées dans l’exploitation de l’argent et du désir. Des notions, construites au cours d’une longue antériorité de leurs recherches sur les transmigrations, sont proposées pour comprendre les parcours, “territoires circulatoires”, d’une moral area à l’autre, et la spécificité des rapports sociaux en mobilité, “paradigme de la mobilité” : Halbwachs, Marcuse, Barel, sont cités pour les cadrages théoriques, l’Ecole de Chicago et Goffman pour les monta­ges méthodologiques.

La frontière franco-espagnole :Si la Mer Noire est une moral area dans la première partie du propos, c’est aussi le cas de la Catalogne. Les auteurs montrent que les réseaux criminels russo-italiens, les centralités des clubs prostitutionnels, les camionneurs internationaux, les bourgeoisies rentières locales, participent à cette zone de mœurs et sont parties prenantes d’un dispositif qu’il ne faudrait pas confondre avec ses manifestations visibles que sont les seuls espaces de prostitution. Les observations de terrain et les informations transmises par des commissaires territoriaux espagnols permettent d’exposer les dimensions et les dynamiques du dispositif “rhizome de la mondialisation criminelle”.

A partir de l’étude de l’expansion de la centralité criminelle frontalière de La Junquera, Haut Ampurdan, débouché majeur des réseaux de drogue et de prostitution, les auteurs découvrent que le département voisin des Pyrénées Orientales a aussi trouvé sa place dans ce dispositif. Un système politique clientélique local opère, de fait, comme relais des stratégies des milieux russo-italiens.

Structured Summary

The first path followed by the researchers retraces the routes of prostitution and drugs from the Black Sea and the Balkans to Eastern Spain. The second attempts to show that the networks of criminal globalization present on the Spanish side of the border have found fertile ground in the border department of the Eastern Pyrenees.

From the Black Sea to Eastern Spain : The first part of the paper is devoted to the prostitutional routes of women coming from the perimeters of the Black Sea or Balkans, accompanied by criminal networks supervising them as well as by the circulation of drugs. Based on interviews carried out with 120 of these women, the authors retrace five typical journeys, their stages and their end results. For Magdalena, Irina and Sofia, for example, it began on the liners plying that sea. Onboard training or port calls at Sotchi, Trabzon or Odessa, became places of initial recruitment. Sailors on board or landlords, on their way home, act on behalf of a broad network, sending women and drugs towards the Emirates, Eastern Spain and Italy. Selling drugs is intimately associated with selling bodies. The commodificationis total.

Notional contexts : In their empirical approaches, sociologists base themselves largely on the concept of “moral area” or moral space proposed by R.E. Park, one of the Chicago School’s founders, redefining it as ranging from the attraction of a metropolis to that of a fe­deration of ports, from urban centralization of mobilities to the formation of trans-national, commercial, cosmopolitan communities. It enables them to understand the spatial, political and economic continuities – masked in making money and exploiting desire. Concepts constructed during extended research work on transmigrations are proposed for understanding the itineraries, “circulatory territories”, from one moral area to another, as well as the specificity of social relationships in mobility, “the paradigm of mobility” : Halbwachs, Marcuse and Barel are cited as theoretical frameworks, and the Chicago School and Goffman for the methodological constructions.

The Franco-Spanish border : If the Black Sea figures as a “moral area” in the discussion’s first part, the same can be said of Catalonia. The authors show that Russian-Italian criminal networks, central locations of prostitution clubs, international truck drivers and independently wealthy local bourgeoisie, all take part in this moral zone and are stakeholders in an arrangement that should not be confused with its visible manifestations – which are the only spaces of prostitution. Observations in the field and information transmitted by Spanish territorial police chiefs help us expose the dimensions and dynamic arrangements of this “rhizome of criminal globalization”.

Based on this study of the expansion of the criminal centrality of the Junquera-Haut Ampurdan border region, a major outlet for drug and prostitution networks, the authors discover that the nearby Eastern Pyrenees department has also found its place in the arrangement. A local clientelic political system holds sway, in fact, as a strategy relay for the Russian-Italian mafia.

Haut de page

Notes

1  Ulf Hannerz, affirme que cette notion est la plus partagée, toujours contemporaine, par les sociologues de la ville qui se reconnaissent proches de l’Ecole de Chicago (Hannerz U., 1982). La notion est explicitée dans Park R. E., 1955.

2  Le “mouvement des jeunes socialistes”, se réclamant de Hegel, avait gagné Chicago dès la fin du XIXe.

3  Traduction littérale de concepts des deux auteurs cités. Les néologismes allemands sont souvent formés par la juxtaposition de mots usuels, et moins, comme dans la tradition française, de mots nouveaux.

4  L’analyse marxiste inspirait également Robert Ezra Park qui considérait la circulation de l’argent com­me un aspect important de la moral area. Economies de l’argent et du désir étaient étroitement intriquées, de “l’encore-enfoui” au manifeste (du jeu d’argent à la banque…) : continuités clivées par la commode morale bourgeoise. Cette intuition sera autrement approfondie par l’Ecole de Francfort, dans les années 50. Herbert Marcuse, en particulier, reformulera la théorie de la troisième dimension en 1957.

5  Goffman E., 1989. Ouvrage essentiel à la compréhension de Goffman, qui a récemment enrichi les approches de l’Ecole de Chicago : Goffman E., 1983.

6  Des clubs prostitutionnels ou “puticlubs” tolérés et légaux ont ouvert, nombreux, dans ce petit village sud-catalan frontalier (encadrés 2, 3) entre Catalogne-Nord (“française”, capitale Perpignan, département des Pyrénées-Orientales), et Catalogne Sud (“espagnole”, capitale Barcelone). Ces “puticlubs” comptent environ 50 % de femmes originaires des républiques balkaniques et caucasiennes. La Junquere et sa proche campagne comptent 8 clubs, 462 prostituées, 223 en intérieur et 182 en extérieur, pour 2 800 habitants. Ce village est aussi centralité européenne des passages-et-arrêts (80 000 passages quoti­diens de véhicules dont 20 000 camions, 3 600 arrêts journaliers de camions, avec environ 5 000 conducteurs de toute l’Europe, 1ères ventes européennes de gazole).

7  Alain Tarrius et Lamia Missaoui venaient de terminer la rédaction-publication de Naissance d’une ma­fia catalane ? Fils de “bonnes familles” locales dans le trafic transfrontalier de drogues de Barcelone à Perpignan, intrigués qu’ils étaient par la dissimulation de la forêt bourgeoise des dealers derrière un ar­bre gitan ; c’est alors que se produisit la rencontre avec ces nouveaux et nouvelles venus de l’Est à la Junquere : il y a douze ans…

8  Une étude commanditée par l’exécutif départemental 66 reflète ces “prudences morales” peu compati­bles avec l’investigation. Sans analyser les rôles de l’argent, des drogues, des bourgeois locaux, des ma­fias russo-italiennes, des hommes de main géorgiens, des camionneurs complices, de la perversion clientélique de l’action publique locale, il ne reste qu’à stigmatiser les femmes visibles près des carrefours, sans même leur parler : en elle-même la méthode porte le stigmate de la ségrégation. Les adolescents, prétextes au sentiment d’indignation, les aperçoivent, à l’occasion d’un passage… images anodi­nes et éphémères si on les compare au spectacle autrement salace du porno-internet, d’accès plus fréquent et facile, dans les Pyrénées Orientales ou ailleurs.

9  Echantillon de 120 (sur 816) dans 43 clubs de La Junquere à Malaga, représentant les 272 clubs et 10 880 femmes de l’Est au total dans le Levant espagnol. 47 sont demeurées informatrices : 2007-2009-2012.

10  L’autonomie dans le choix des terrains, la liberté d’investigation et de publication (dans leur domaine) des Professeurs d’université est rattachée à l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du ci­toyen comme garante de la démocratie : CC 93-322, DC 28/7/1993.

11  D’autre part, méthodologiquement, nous proposons depuis 1987 un paradigme de la mobilité (Tarrius A., 1989) nous permettant de mener des enquêtes du local au global et, depuis 1993, la notion de “territoires circulatoires” pour rendre compte de la capacité de production de rapports sociaux originaux en mobilité transnationale. Un article dans le n° 2, vol. 30, 2014, de la Revue Européenne des Migrations Internationales fait le point sur la création et les usages de ces notions.

12  Par exemple, à l’occasion d’enquêtes au sortir des collèges, nous avons observé les démarchages de pré-adolescents fragiles, en famille d’accueil, par des revendeurs locaux (élèves ayant décroché, retraités de l’agriculture…) : nos signalements immédiats ont été ignorés par les instances départementales responsables de l’enfance protégée chaque fois que les familles d’accueil qui les hébergeaient étaient “clientes” des exécutifs politiques locaux. La perte des revenus fournis par ces “accueils” était en effet probable.

13  Entretiens réalisés en Espagne, alors que toutes ces jeunes femmes travaillaient dans des clubs prostitutionnels (voir l’encadré 1). Leurs propos ont été choisis parmi ceux des 120 femmes rencontrées et des 15 “typologiquement représentatives”, pour leur aisance à détailler les situations clefs de leurs transmigrations et à livrer des analyses précises… dans leur propre langage. Il s’agissait d’extraire des témoignages des éléments pertinents pour la démonstration. Les propos ont été transposés à partir d’un broken english rudimentaire pour Magdalena, Irina et Sofia, et de l’italien littéraire pour Sardinella.

14  Les interlocutrices citées ont été choisies sur base de leurs capacités discursives : descriptions de l’en­semble des phases du voyage qui nous intéressent pour cet article.

15  Tarrius A., Bernet O., 2010.

16  A la différence des investisseurs espagnols qui opèrent en toute légalité (puticlubs légaux), les bourge­ois français, surtout perpignanais, à la recherche d’une rente par des placements dans les puticlubs dotés de très forts intérêts (jusqu’à 19 %) masquent leur identité ou ne déclarent qu’une partie légale (5,5 %) des revenus de leurs investissements auprès de banques en ligne, une part, occultée, étant payée de la main à la main. Avant 2011, ils investissaient directement et anonymement auprès de chaque puticlub. L’apparition des Géorgiens, marqueurs de l’exploitation directe par les milieux criminels russo-italiens, correspond à une gestion nouvelle centrée sur les blanchiments de reventes intenses de psychotropes opiacés (d’Afghanistan, Turquie, Géorgie, Russie) et les placements internationaux auprès de banques en ligne très implantées au Moyen-Orient.

17  Les informations qui suivent sont essentiellement redevables des données communiquées par sept commissaires territoriaux, répartis sur l’ensemble du Levant et en charge des clubs prostitutionnels de diverses tailles. Le rapport entre revenus de la prostitution et de la drogue était proche (64 à 70 %), quelle que soit la taille et la localisation des clubs. La proportion entre revenus de la prostitution, renseignés par les 120 femmes rencontrées de 2007 à 2009, et de la drogue, renseignés par les 7 commissaires, se révélait donc stable quelle que soit la taille et la localisation des clubs. C’est ainsi que nous pûmes avancer les montants de 1,2 milliards d’euros pour la prostitution et 1,7 milliards pour la drogue. Les investissements des bourgeois-rentiers locaux sont estimés sur base de huit dossiers fiscaux (grands clubs) et des témoignages de douze femmes livrées aux “enchères” (de 6 à 10 % des femmes sont directement proposées aux placements rentiers dans une parodie d’enchères au moment de leur arrivée dans un club). Les commissaires ont exigé, en échange de ces informations, que nous ne divulguions aucun nom.

18  Le terme est expliqué ci-après.

19  Attention aux chiffres qui suivent : ces femmes ne sont pas présentes en même temps dans les clubs et leurs environs, mais sur 24 heures (le flux des camions est continu…). Il faut diviser par 2,5 les chiffres donnés pour obtenir (à peu près) la présence instantanée.

20  En 2008 : treize journées réparties en trois mois, 6 “puticlubs” observés, dont 4 à La Junquere même ; fin 2012, neuf journées, 8 “puticlubs” observés dont 5 à La Junquere même.

21  Dans le Levant espagnol, l’importation directe des opiacés, à très bas prix, a permis aux milieux russo-italiens des transactions avec les importateurs de cocaïne latino américaine de façon à maîtriser sa distribution à des coûts moindres sur le territoire signalé, d’Alicante à Valence/Lyon et à partir de leur réseau prostitutionnel.

22  Indique le sens de circulation sur l’autoroute où se trouve cette station essence.

23  Les marchandises des majors du Sud-Est asiatique (Sony, Nikon, Canon, Olympus, etc.) sont diffusées à partir de Dubaï, en économie souterraine, à 40 % de leur valeur dans la grande distribution européenne. Id est, un “coolpix” Nikon, premier prix 80 € FNAC, est vendu 35 €, sous emballage d’origine et garantie internationale, “tombé du camion”, “mano a mano”, etc. Les estimations donnent 6 milliards de dollars d’électronique ainsi “passée” par la Mer Noire vers l’Europe (enquêtes Alain Tarrius et Katia Vladimirova, Université nationale et mondiale de Sofia, 2007), 8 milliards de dollars par la voie Djedda, Dakar, Miami, etc.

24  Un milieu cosmopolite s’était constitué dès 1991 et, depuis, fournissait un accueil d’étape aux transmigrants. Le recensement bulgare de 1992 signale 5 438 “Arabes”, comptés comme partie des “populations musulmanes” regroupant 14 % de la population (avec les turcophones bulgares et les Pomaks – Serbes islamisés). Celui de 2001 signale 3 000 Syriens, tous statuts confondus, ayant créé plus de 1 000 entreprises (commerces, bazars, artisanat) à Sofia. Une enquête de l’OIM de 1994 signale, quant à elle, 1 780 Syriens, 390 Irakiens, 275 Iraniens et 129 Afghans avec un statut de résidents permanents ou de longue durée.

25  Le premier prix pour un whisky est à 4 €, à 3,5 € pour un pastis de Tarragone.

26  Enquêtes par observation de cinq journées réalisées en octobre 2012.

27  Et qui ont valu l’expulsion et l’interdiction de séjour généralisées des Géorgiens en Bulgarie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Tarrius, Lamia Missaoui et Olivier Bernet, « Comprendre le lieu par le monde. Apparition et croissance d’un “rhizome criminel” russo-italien sur la frontière franco-espagnole », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-1 | 2014, 83-102.

Référence électronique

Alain Tarrius, Lamia Missaoui et Olivier Bernet, « Comprendre le lieu par le monde. Apparition et croissance d’un “rhizome criminel” russo-italien sur la frontière franco-espagnole », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 01 août 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1177 ; DOI : 10.4000/rsa.1177

Haut de page

Auteurs

Alain Tarrius

Professeur de sociologie et d’anthropologie des migrations et de la ville. Université Toulouse le Mirail. Laboratoires CNRS LISST et MIGRINTER. altarrius@gmail.com.

Lamia Missaoui

Maître de conférences, Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines.

Olivier Bernet

IFRASS, Toulouse.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org