Navigation – Plan du site
Lecture critique

Identités de groupes et identités nationales : de quelques nouvelles théories anglo-saxonnes sur les identités sociales

Yves Laberge
p. 147-153
Référence(s) :

Elliott Anthony, Routledge Handbook of Identity Studies, Abingdon, Routledge, collection “Routledge International Hanbooks”, 2014, xxiv+407pp.

Bayley Paul, Williams Geoffrey (dirs.), European Identity. What the Media Say, Oxford, Oxford University Press, collection “IntUne Series”, 2012, xvi+320pp.

Howard Ross Marc (dir.), Culture and Belonging in Divided Societies : Contestation and Symbolic Landscapes, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009, 295pp.

Trottier Daniel, Identity Problems in the Facebook Era, Abingdon, Routledge, collection “Framing 21st Century Social Issues”, 2014, xiii+61pp.

Vertovec Steven, Wessendorf Susanne (dirs.), The Multiculturalism Backlash. European Discourses, Policies and Practices, Abingdon, Routledge, 2010, x+210pp.

Notes de l’auteur

L'ouvrage d'Anthony Elliott constitue l’objet central de cette lecture critique.

Texte intégral

I. Un sujet devenu tabou

  • 1  Finkielkraut A., L'identité malheureuse, Paris, Stock, 2013.
  • 2  On consultera le dossier “Autour de L'identité malheureuse d’Alain Finkielkraut”, Le Débat, Paris, (...)
  • 3  Pensons à Anderson B., L'imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme(...)

1 La publication du livre L'identité malheureuse d'Alain Finkielkraut a suscité en France des remous prévisibles et une certaine controverse, compte tenu du thème abordé et du ton adopté par l’auteur1. Le débat qui s’en est suivi (voir Le Débat, n°179, 2014/2), même au-delà du cercle restreint des intellectuels, confirme à quel point ces sujets (identités nationales, immigration, laïcité et intégration) restent sensibles et ris­qués pour tout chercheur voulant examiner et/ou débattre de la question identitaire en Europe2. Et pourtant, les identités sociales sont étudiées depuis longtemps par les so­ciologues et les anthropologues, et particulièrement dans le monde anglo-saxon3. Cer­tains chercheurs contemporains appréhendent les identités sociales à partir des groupes ethniques ou communautaires, en observant des réseaux sociaux (comme Facebook), les mouvements migratoires ou selon des regroupements de personnes diverses unies occasionnellement par une cause commune qui les rassemble.

  • 4  Sur les distinctions entre la sociologie anglaise et la sociologie française, on se référera à Sch (...)

2 Sans prétendre à l’exhaustivité, ce texte se penchera précisément sur certaines des recherches récentes réalisées en Grande-Bretagne et ailleurs afin de cerner dans des travaux en langue anglaise quelques théories sociales émergentes sur les identités de groupes4. Malgré leur pertinence incontestable, les travaux de langue française sur ces mêmes sujets ont été volontairement laissés de côté. Afin de passer du général au particulier, ce survol débutera par la présentation d’un recueil de textes de fond sur les différentes théories des identités sociales (le Routledge Handbook of Identity Studies, sous la direction d’Anthony Elliott), pour ensuite présenter successivement quatre ou­vrages : une monographie sur les identités virtuelles et le phénomène Facebook (Iden­tity Problems in the Facebook Era, par Daniel Trottier), suivie par une étude compara­tive sur le sentiment d’appartenance dans différents pays (Culture and Belonging in Divided Societies : Contestation and Symbolic Landscapes, sous la direction de Marc Howard Ross), elle-même suivie d’une analyse qui questionne la construction par les médias de l’identité européenne (intitulée European Identity. What the Media Say), pour se terminer par une remise en question du principe même du multiculturalisme (The Multiculturalism Backlash. European Discourses, Policies and Practices).

II. Cerner les théories sociales de l’identité

3 L’anthologie Routledge Handbook of Identity Studies rassemble vingt-deux chapi­tres inédits rédigés expressément à la demande du sociologue Anthony Elliott (Univer­sity of South Australia) ; ce collectif substantiel se subdivise en trois parties couvrant tour à tour les théories de l’identité, l’analyse des identités sociales et enfin les reven­dications axées sur les politiques identitaires (“Identity Politics”). L’introduction d’Anthony Elliott ne manque pas de poser certains constats sur les mutations récentes de l’individualisme qui se caractériserait par quatre éléments : la réinvention de soi, un attrait insatiable pour le changement instantané, une fascination pour la vitesse et une préoccupation pour la pensée à court terme (p.xx).

4 Il faut reconnaître d’emblée que la première moitié de ce Routledge Handbook of Identity Studies déçoit par son manque de clarté et de volonté pédagogique même pour aborder une série de passages obligés comme l’identité et la constitution du soi selon Michel Foucault (voir le quatrième chapitre). On sent parfois que le survol est fait par­tiellement et qu’il ne va pas toujours à l’essentiel. Cependant, le lecteur ne devrait pas se décourager car les textes de la deuxième moitié du recueil réussissent à poser un état de la question rigoureux et beaucoup mieux délimité. Tous les textes regroupés fonctionnent selon le même principe d’organisation : d’abord un rappel historique du concept étudié, puis quelques manifestations et variantes selon des auteurs choisis et quelques courants (généralement à partir de cinq ouvrages marquants), une critique (ou des objections de principe quant aux limites de chaque approche) et des remarques finales. Tous les thèmes fondamentaux de l’analyse identitaire sont abordés, notam­ment l’ethnicité, l’individualisme, les identités liées au genre, les identités virtuelles, les anciennes théories sur les races et diverses formes de revendications identitaires ou contestatrices. L’ensemble ne se veut pas exclusivement sociologique et aborde d’au­tres dimensions comme la psychanalyse et les “Cultural Studies” selon la tradition bri­tannique (voir l’excellent chapitre 12 de Nick Stevenson sur les médias). Parmi les nombreuses contributions à retenir, signalons celle à propos des identités virtuelles (chapitre 13) ou encore celle portant sur les manières de se définir à partir de ses choix de consommation (“Consumer identities”) (p.252) ; d’autre part, le texte sur la cons­truction du citoyen écologique (“Ecological citizen”) démontre également comment des choix d’appartenance peuvent conduire à des pratiques et à des actions cohérentes entre elles comme l’adoption d’une alimentation biologique et l’engagement pour la protection de l’environnement (p.302). Plusieurs des théories sociales de l’identité tiennent compte des effets de la mondialisation, que ce soit pour s’y opposer ou pour s’insérer dans des pratiques qui en découlent (voir le chapitre 21 sur les identités de résistance). En dépit de son caractère inégal (déjà signalé), ce Routledge Handbook of Identity Studies mérite d’être lu par les thésards en sciences sociales voulant trouver en un seul volume un aperçu diversifié de la recherche de pointe sur les identités socia­les ; à ce jour, cet ouvrage collectif n’a pas d’équivalent en langue française.

III. Facebook et les identités virtuelles

  • 5  Pour une étude plus approfondie sur Facebook, on lira avec profit Marichal J., Facebook Demo­cracy (...)

5 Dans un fascicule intitulé Identity Problems in the Facebook Era, Daniel Trottier (rattaché à l’Université de Westminster) examine les recompositions de l’identité sociale à partir des nouveaux problèmes occasionnés par les réseaux virtuels et notam­ment Facebook. Les concepts convoqués par Daniel Trottier s’inspirent directement de la pensée d’Erving Goffman : la réputation, les stigmates et même les stigmates digi­taux, désormais rendus possibles par les réseaux virtuels (p.1). Les exemples de stig­mates digitaux sont tristement connus et parfois tragiques : ce cas d’un adolescent homosexuel exclu, stigmatisé et/ou discriminé de manière disproportionnée dans des réseaux sociaux au point d’en perdre son intégrité ou sa dignité, et ultimement sa santé (p.1). Cet appareil conceptuel renouvelé permettra à Daniel Trottier d’élaborer le con­cept de «l’identité gâchée», lorsque l’identité semble échapper au contrôle de son prin­cipal dépositaire (p.7). Au terme d’une démonstration brève, Daniel Trottier conclut par des observations justes sur les mutations de la vie privée des usagers d’Internet, en soulignant fort à propos que le stigmate digital n’est pas un problème social homo­gène, que les conséquences peuvent varier considérablement selon les personnes impliquées : ainsi, comparée à un adolescent inconnu ayant sa page Facebook partagée dans un cercle restreint d’amis et parents, une célébrité (telle actrice célèbre, ou une “people”) habituée aux rumeurs ou construisant toute son image publique à partir des ragots supportera peut-être différemment une surexposition aux dérives des médias sociaux même en ayant des milliers d’amis Facebook (p.40). L’auteur termine en réaf­firmant le droit à l’oubli sur Internet afin de faire disparaître toutes les références vir­tuelles à propos de soi ; cette idée originale est d’ailleurs sur le point de devenir une réalité dans certains pays. Si le livre Identity Problems in the Facebook Era ne réperto­rie pas l’ensemble des problèmes liés à l’ère Facebook, l’auteur réussit néanmoins à amorcer une conceptualisation intéressante de cette situation relativement nouvelle5.

IV. Revoir nos appartenances

  • 6  On relira Nora P. (ss. dir.), Les lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, coll. (...)

6 Dans Culture and Belonging in Divided Societies : Contestation and Symbolic Landscapes, Marc Howard Ross reprend à son compte le concept de “paysage symbo­lique” qui exprime «des significations sociales et politiques au moyen d’images publi­ques spécifiques, d’objets et de représentations expressives incluant certains lieux pu­blics et particulièrement sacrés (mais pas forcément religieux)» (p.6). Autrement dit, «les paysages symboliques reflètent comment les personnes comprennent leur monde et ceux qui s’y trouvent» (p.6). En lisant cette définition du “paysage symbolique”, on penserait aussitôt aux lieux de mémoire que Pierre Nora conceptualisait magistrale­ment il y a trente ans ; le nom de ce grand historien français est ici mentionné au pas­sage dans un seul paragraphe (p.11). Cette négligence de la part de ces universitaires est déplorable et pourrait presque disqualifier tout le cadre théorique de l’ouvrage6. Néanmoins, l’accent mis sur les aspects symboliques dans certains chapitres compense pour ces faiblesses. Les douze chapitres qui suivent portent spécifiquement sur les identités collectives dans un pays ou une région, par exemple Hawaii, l’Irlande du Nord, ou l’Afrique du Sud. Étudiant le cas de la France dans deux chapitres (dont un porte spécifiquement sur le débat à propos du port du voile dans les écoles républicai­nes malgré les principes de la République et de la laïcité), Marc Howard Ross précise dans sa présentation du cas français que son «paysage symbolique n’est pas l’espace public en soi mais bien les expressions de l’identité à travers les façons de se vêtir et le langage que les individus expriment et performent» (p.19). Pour le lecteur qui sait rester critique, il convient d’apprécier dans ce livre le renouveau apporté par certaines approches interdisciplinaires ; en revanche, l’incapacité de certains auteurs (par exem­ple le chapitre d’Elaine Thomas sur les écoles publiques en France) de bien compren­dre le bien-fondé des lois républicaines est ici flagrant, surtout dans son oscillation entre les principes anglo-américains et le cas français de “l’affaire du voile” en 2003 (p.120). Comme beaucoup d’universitaires anglo-saxons, la prépondérance des libertés individuelles et la préoccupation pour le statut des minorités filtre l’analyse et laisse le lecteur devant un essai engagé mais biaisé qui nous éloigne du commentaire sociologi­que appuyé et objectif (pp.120-124).

V. La construction médiatique de l’identité européenne

7 Résultant d’un projet de recherche international, le livre European Identity : What the Media Say examine les discours et les représentations sociales de l’Europe dans les médias européens. Huit études comparatives combinent de différentes manières des cas français, britanniques, italiens et polonais, convoquant tour à tour la presse écrite ou la télévision. A partir d’une analyse de discours selon des méthodologies compara­tives, les auteurs se demandent simultanément comment les institutions européennes sont présentées, légitimées ou critiquées, selon les circonstances, dans les médias. D’autres chapitres adoptent des approches dérivées de la sociolinguistique et de l’étude des textes selon la fréquence des certains mots-clés (voir chapitre 9). A travers ces questionnements, des préoccupations majeures émergent, à savoir s’il peut exister une véritable “identité européenne” à partir d’un passé commun et qui serait partagé par tous les Européens (p.119). Cet ouvrage sous la direction de Paul Bayley et Geof­frey Williams est d’une indéniable richesse, sans doute en raison de la diversité des approches méthodologiques proposées et aussi parce que ces études comparatives ont été réalisées par des équipes bilingues (par exemple au chapitre 6, on compare la cons­truction sociale de la citoyenneté européenne dans la presse anglaise, française et ita­lienne) en y opposant les questions de l’immigration et de l’intégration (p.153). Les conclusions sont assez similaires d’un chapitre à l’autre : certains journaux sont plutôt eurosceptiques tandis que d’autres le sont moins ; ces disparités s’expliquent par diverses raisons ; ainsi, les médias polonais célèbrent encore l’accession relativement récente de leur pays au sein de l’Union européenne (en 2004), tandis que les Britanni­ques semblent les plus agacés par les dépenses excessives et les énormes budgets des institutions européennes : sa Commission, son Conseil, son Parlement, son Tribunal (p.231). D’autres thèmes et antagonismes apparaissent dans plusieurs chapitres, par exemple la nécessité de préserver une identité européenne forte pour s’opposer à une certaine américanisation dénoncée dans certains médias de Pologne, peut-être dans un certain relent d’anti-américanisme à peine dissimulé et possiblement hérité de l’épo­que du Rideau de Fer durant le Guerre froide (p.230). On peut considérer European Identity : What the Media Say comme une contribution importante dans les études sur les identités européennes et sur les différentes manières de concevoir l’Europe. Derrière ces articles signés à deux, trois ou quatre mains, on sent bien que des équipes plus élaborées ont mené de front des projets immenses avec des échantillonnages con­sidérables. On pourrait ici résumer le dernier chapitre récapitulatif ; mais ce serait élu­der injustement toutes les nuances apportées dans les démonstrations précédentes par chaque auteur ou chaque équipe.

VI. La fin du multiculturalisme ?

  • 7  Rocher G., Le Québec en mutation, Montréal, Éditions H.M.H.,‎ 1973.

8 Le titre du livre sous la direction de Steven Vertovec et Susanne Wessendorf, The Multiculturalism Backlash : European discourses, policies and practices, pourrait se traduire par le ressac, le rejet, ou les contrecoups du multiculturalisme. Les corespon­sables de ce collectif sont rattachés à l’Institut Max-Planck de Göttingen. Chacun des dix chapitres touche à la situation du multiculturalisme dans un pays particulier : Grande-Bretagne, Pays-Bas, Danemark, France, Suisse, Allemagne, Espagne et Canada. D’entrée de jeu, l’introduction générale de l’ouvrage rappelle les multiples annonces d’une «mort prochaine du multiculturalisme» et les variantes des politiques multiculturelles selon les pays, ce qui rend sa définition imprécise (p.2). On se remé­more par la suite les principales objections souvent entendues à propos du multicultu­ralisme, souvent perçu comme étant une “doctrine” déniant tous les problèmes sociaux liés aux chocs interculturels et disqualifiant la possibilité de tout débat équilibré dans un contexte rigide qui semble régi par la rectitude politique (p.7). La défense et illus­tration du multiculturalisme se poursuit avec des termes équivalents (comme “diver­sité”) et un diagnostic provisoire sur son état (le multiculturalisme serait plongé dans une “crise de perceptions”) (p.21). Néanmoins, The Multiculturalism Backlash : Euro­pean discourses, policies and practices reste un livre inégal ; son dixième chapitre sur le Canada est particulièrement faible et perd une occasion de critiquer le modèle multi­culturel canadien qui au départ reléguait les Francophones du Canada du statut de “peuple fondateur” à celui d’une minorité parmi d’autres minorités, ce qui a conduit à une marginalisation progressive des Canadiens de langue française vivant à l’extérieur du Québec. Plus grave encore, l’auteur de ce dernier chapitre ignore même les travaux fondamentaux du sociologue Guy Rocher sur les injustices créées envers les Franco­phones par les politiques sur le multiculturalisme au Canada à partir des années 19707. Par son manque de rigueur et de critique, The Multiculturalism Backlash : European discourses, policies and practices devient une sorte d’apologie aveugle du multicultu­ralisme qui se justifie uniquement par le fait que l’ouvrage néglige de convoquer les auteurs qui contesteraient son point de vue idéalisé sur le multiculturalisme.

VII. Conclusion

  • 8  A ce sujet, voir les remarques biaisées de Thomas E. R. dans son chapitre “Islamic Headscarves in (...)

9 Au-delà du renouveau théorique apporté par certains de ces ouvrages, il ne faudrait pas forcément considérer les écrits de ces chercheurs anglo-saxons comme étant des guides absolus et incontestables sur les questions identitaires en France et en Europe ; en fait, plusieurs de ces textes contiennent des zones floues ou échappent à une certaine neutralité. L’incompréhension par un bon nombre de ces auteurs de la pri­mauté des valeurs républicaines sur ce qui est souvent considéré comme des libertés individuelles apparaît évidente dans certaines critiques formulées, et notamment sur la question du voile ou de l’interdiction du turban8. Ces lacunes se retrouvent également dans The Multiculturalism Backlash : European discourses, policies and practices, notamment dans le chapitre 5 (“We’re not all multiculturalists yet”, p.92). Pour résu­mer les apports et les spécificités de chaque ouvrage, indiquons sommairement que le Routledge Handbook of Identity Studies gagne à être consulté même partiellement ou dans le désordre, soit en choisissant un chapitre donné ou en consultant l’index théma­tique. La brève monographie de Daniel Trottier (Identity Problems in the Facebook Era) contient une conceptualisation originale des stigmates dérivée de Goffman ; cependant, l’ouvrage reste bien mince et s’apparenterait presque au tiré-à-part d’un article. En dépit de ses limites, l’ouvrage dirigé par Marc Howard Ross (Culture and Belonging in Divided Societies : Contestation and Symbolic Landscapes) étudie et compare pour une rare fois diverses manifestations du symbolique. Ouvrage éminem­ment plus rigoureux, European Identity : What the Media Say donne le diagnostic le plus exhaustif sur le rôle des médias dans la construction de l’opinion publique en Europe et sur l’Europe. Enfin, le collectif The Multiculturalism Backlash. European discourses, policies and practices aurait dû apporter une critique plus nuancée et mieux articulée autour du concept de multiculturalisme ; mais cette occasion ratée partait d’une idée qui pourra être reprise. Ce n’est qu’à partir d’une critique équilibrée de cette notion que l’on pourra renouveler l’idée même du multiculturalisme, à condi­tion d’en souligner aussi les inconvénients tout en rappelant les erreurs du passé com­mises au nom de l’idéal multiculturel. Les chercheurs sur les questions identitaires doivent constamment échapper aux logiques partisanes et garder à l’esprit les risques de dérives idéologiques ou de soumission à la rectitude politique sous prétexte de valoriser et de légitimer une “noble cause”.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B.,
2006 L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte

Bureau M.-C.,
2012 “Penser le métissage. De la tragédie individuelle de l’identité au débat politique sur le multiculturalisme”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-2, pp.121-134.

Marichal J.,
2012 Facebook Democracy : The Architecture of Disclosure and the Threat to Public Life, Surrey, Ashgate.

Nora P. (ss. dir.),
1984 Les lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, coll. “Bibliothèque illustrée des histoires”.

Reynaud-Paligot C.,
2011 De l’identité nationale. Science, race et politiques en Europe et aux Etats-Unis, XIXe-XXe siècles, Paris, PUF.

Rocher G.,
1973 Le Québec en mutation, Montréal, Editions H.M.H., 1973.

Schnapper D.,
2011 “L’expérience-enquête au Conseil constitutionnel”, Sociologie, [en ligne], n°3, vol.2.

Thomas E. R.,
2009 “Islamic Headscarves in Public Schools : Explaining France’s Legal Restrictions”, inHoward Ross M. (dir.), Culture and Belonging in Divided Societies : Contestation ans Symbolic Landscapes, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, pp.107-127.

Haut de page

Notes

1  Finkielkraut A., L'identité malheureuse, Paris, Stock, 2013.

2  On consultera le dossier “Autour de L'identité malheureuse d’Alain Finkielkraut”, Le Débat, Paris, Gallimard, n° 179, 2014/2, mars-avril 2014.

3  Pensons à Anderson B., L'imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006. En France, on se référera à Reynaud-Paligot C., De l'identité nationale. Science, race et politiques en Europe et aux États-Unis, XIXe-XXe siècles, Paris, PUF, 2011. Plus récem­ment, on se référera à Bureau M.-C., “Penser le métissage. De la tragédie individuelle de l'identité au débat politique sur le multiculturalisme”, dans Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-2, 2012, pp.121-134.

4  Sur les distinctions entre la sociologie anglaise et la sociologie française, on se référera à Schnapper D., “L’expérience-enquête au Conseil constitutionnel”, Sociologie [En ligne], N°3, vol.2, 2011, mis en ligne le 6 janvier 2012, consulté le 25 juin 2014. URL : http://sociologie.revues.org/1035

5  Pour une étude plus approfondie sur Facebook, on lira avec profit Marichal J., Facebook Demo­cracy : The Architecture of Disclosure and the Threat to Public Life, Surrey, Ashgate, 2012.

6  On relira Nora P. (ss. dir.), Les lieux de mémoire, tome 1, La République, Paris, Gallimard, coll. “Bibliothèque illustrée des histoires”, 1984.

7  Rocher G., Le Québec en mutation, Montréal, Éditions H.M.H.,‎ 1973.

8  A ce sujet, voir les remarques biaisées de Thomas E. R. dans son chapitre “Islamic Headscarves in Public Schools : Explaining France's Legal Restrictions”, inHoward Ross M. (dir.), Culture and Belonging in Divided Societies : Contestation and Symbolic Landscapes, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009, pp.107-127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Identités de groupes et identités nationales : de quelques nouvelles théories anglo-saxonnes sur les identités sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-1 | 2014, 147-153.

Référence électronique

Yves Laberge, « Identités de groupes et identités nationales : de quelques nouvelles théories anglo-saxonnes sur les identités sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 04 août 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1216 ; DOI : 10.4000/rsa.1216

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa, Canada et Centre de recherche en éducation  et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org