Navigation – Plan du site
À propos de livres

Bréda Charlotte, Deridder Marie, Laurent Pierre-Joseph (dir.), La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation

Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2013, 470p.
Gérard Amougou
p. 159-161
Référence(s) :

Bréda Charlotte, Deridder Marie, Laurent Pierre-Joseph (dir.), La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2013, 470p.

Texte intégral

1 Cet ouvrage collectif se propose de montrer comment les conséquences du capitalisme cosmopolite associées aux bouleversements opérés par l’avènement de la mondialisation impactent le quotidien de populations de plus en plus précarisées. Les auteurs s’efforcent en outre de démontrer comment ces dérégulations débouchent sur le renforcement de l’autoritarisme et/ou l’insécurité, tout en pérennisant l’économie de la débrouille au sein des sociétés et/ou communautés dont les ressources (naturelles et humaines) sont soumises à l’exploitation internationale.

2 Dès la première partie du livre qui s’intéresse aux conséquences de la mondialisation sur les sociétés en transition (p.17), les signaux de la modernité insécurisée sont repérés à travers différents continents. Ils s’observent aussi bien dans la vie quotidienne d’un village burkinabé (Pierre-Joseph Laurent, pp. 19-50), qu’au travers d’un déficit d’alternative véritable en matière de transfert des pratiques économiques en campagne roumaine (Séverine Lagneaux, pp. 51-75), en passant par la déstructuration des identités culturelles des localités colombiennes (Lionel Simon, pp. 77-108). À l’instar du bouleversement de la gospodarie (vaste foyer aux terres étendues) du villa­ge roumain de Maureni ou de la transformation du village Mossi sans annulation véritable de l’insécurité, la vie sans chanyrak dans le Kazakhstan contemporain (Anne-Marie Vuillemenot, pp. 109-131) épouserait également les contours des représentations sociales observées en Colombie, où même le simple recours à la ruse – arme ultime souvent utilisée par les laissés-pour-compte – devient inaccessible.

3 Après la présentation du cadre théorique et contextuel, la deuxième partie de l’ou­vrage s’intéresse plus directement aux effets sociaux des changements climatiques et des impacts de la mondialisation sur la gestion des ressources naturelles et des rapports fonciers (p.133). Il en ressort qu’un simple passage d’ouragan en zone de moder­nité insécurisée peut révéler des dysfonctionnements sociopolitiques criants (Julie Hermesse, pp. 135-151). Cette observation nous informe sur la capacité des menaces naturelles à provoquer la précarisation environnementale en zone dite développée, à l’instar du littoral nord-côtier au Québec (Charlotte Bréda, pp. 153-168). Cette insécurité reste néanmoins d’une nature “autre” que celle que peuvent par exemple ressentir les habitants d’une petite ville du Delta du fleuve Niger au Mali (Youmarou), à la suite des processus électoraux cadenassés par une élite peu soucieuse des impératifs d’une gouvernance locale bénéfique pour l’ensemble des populations (Marie Deridder, pp. 169-206).

4 Le cœur de cet ouvrage collectif réside dans sa capacité à relever le lien étroit existant en tout lieu entre le processus global qu’est la mondialisation et les différentes for­mes de gouvernementalité qu’il prend dans ses expériences opérationnelles en dissémination dans tout le globe (partie III, p. 207). Ainsi en est-il des formes de ségrégation et de violence racialisée observées au sein des quartiers populaires de Bruxelles (Pascale Jamoulle, pp. 209-233), une situation qui, dans une certaine mesure, pourrait apporter des éléments théoriques indispensables à la compréhension des mécanismes de production des enfants de la rue – les Timbayi – à Bujumbura (Athanase Nsengi­yumva, pp. 235-254). La seule différence est que la désillusion suit ici presque toujours la perception généralisée d’un État distributeur de ressources. C’est le cas du marché Nzala situé à la périphérie de Kinshasa où une certaine régulation des transactions est assurée par la figure d’un big man junior (Raoul Kienge-Kienge Intudi, pp. 255-276). Ce type d’observation révèle la capacité réactive des populations qui, face aux effets pervers et/ou induits de la modernité insécurisée, restent soucieuses de se prendre en charge en recourant à une pluralité de techniques et de pratiques innovantes, comme c’est le cas également avec les rondes paysannes observées à Cajamarca au Pérou (Emmanuelle Piccoli, pp. 277-294).

5 De manière plus frontale encore, la quatrième partie de l’ouvrage aborde les effets de la mondialisation sur les relations État-institutions (p.295). A cet effet, les conditions d’accès au traitement des patients tuberculeux du Burundi sont étudiées. Elles in­forment paradoxalement sur la récupération du malade par des proches érigés en véritable filet de sauvetage face à la précarité des politiques étatiques de sécurité sociale (Chiarella Mattern, pp. 297-315). Certaines situations d’insécurité financière vont jus­qu’à provoquer l’apparition d’une autorité charismatique répondant à la fragilité des sociétés étatiques occidentales (Hélène Eraly, pp. 317-337), alors que s’observent par ailleurs des réactions de “défiance” vis-à-vis de pesanteurs socioprofessionnelles et socioculturelles pratiques, comme c’est le cas pour des trajectoires universitaires coincées entre deux logiques (occidentale et africaine) (Véronique Gosselain, pp. 339-363).

6 Enfin, la cinquième partie de l’ouvrage (p.365) présente deux contributions. Philippe Chanson (pp. 367-397) interroge la portée et la signification profonde de trois masques rebelles portés en contre-feux d’une « modernité ombilicale » tout en démontrant comment le carnaval créole – moment de la mise en scène des groupes portant ces masques – apparaît comme une occasion de dénonciation d’une modernité de « profitation » qui lie élites politiques locales et intérêts économiques étrangers dans un consortium de domination au détriment des populations de la Martinique, de la Gu­yane, et de la Guadeloupe. Jacinthe Mazzocchetti (pp. 399-425) décrit quant à elle des trajectoires inédites d’individuation observées auprès de la jeunesse estudiantine burkinabé dont le rêve d’accès au luxe et à la consommation est constamment rattrapé par le verdict d’une réalité prise « en tenaille entre ouverture des imaginaires de réussite et fermeture des possibles socio-économiques mais aussi sociopolitiques » (p.400).

7 Le premier mérite de cet ouvrage réside dans sa portée heuristique : s’appuyant sur une fondation théoriquement ancrée, elle révèle sa pertinence dans des contextes forte­ment distincts de celui de son élaboration originelle. Le second mérite, qui s’articule au premier, est de préserver le concept de modernité insécurisée des biais éventuels « d’une pensée néocoloniale et ethnocentrée » (p.9) univoque et peu dialectique. En articulant les singularités micro et méso aux processus macro, la recherche permet une meilleure appréhension des réalités au-ras-le-sol à travers une description au demeurant très fouillée des structures sociales en permanente recomposition.

8 Il nous semble cependant difficile de suivre entièrement Pierre-Joseph Laurent jus­qu’au bout de sa démonstration dès lors qu’il n’envisage comme conséquence de la modernité insécurisée que ces « nouvelles logiques de jalousie, de défiance, de rivalité, de face-à-face permanent, de performance, de concurrence, de domination et de réussi­tes personnelles aussi instables que précaires et éphémères » (p.9). A notre sens, s’arrê­ter à ce seul constat objectif pourrait laisser l’observateur sur sa faim. Car cela risque de limiter la portée heuristique de ce sillon épistémologique dont la pertinence conceptuelle, théorique et méthodologique demeure considérable. Il importe de creuser encore et de jeter un regard “autre” sur cette modernité dite insécurisée pour pouvoir, non pas épuiser totalement et d’un coup cette réalité fort complexe, mais découvrir d’autres effets induits, qui ne sont peut-être pas nécessairement et/ou toujours négatifs, précaires et éphémères.

  • 1  Lebeau Y., Niane B., Piriou A., Saint-Martin M. (dir.), État et acteurs émergents en Afrique. Démo (...)
  • 2  Banégas R., Warnier J.-P. (coord.), “Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir”, Politique Af (...)
  • 3  Ela J.-M., Travail et entreprise en Afrique. Les fondements sociaux de la réussite économique, Par (...)
  • 4  Laurent P.-J., “Le «big man» local ou la gestion coup d’Etat de l’espace public”, Politique Africa (...)

9 Un contexte commun – ici la modernité insécurisée – peut déboucher sur la production d’individus et de réalités différenciés. Un environnement composé d’individus différenciés est nécessairement producteur de dynamiques sociales et historiques inédites. De telles dynamiques découvertes par une démarche de terrain plurielle attirent forcément l’attention sur d’autres changements qui s’opèrent, discrètement certes, mais d’une manière qui n’est pas seulement éphémère et conjoncturelle. Car il n’est pas sûr que l’émergence de plus en plus visible de nouveaux acteurs1, de nouvelles fi­gures de la réussite2 et autres figures entrepreneuriales3, puisse uniquement participer de la consolidation d’une modernité insécurisée comme on peut le voir par exemple avec la figure du big man4. Il est encore moins certain que l’impact de la précarité et des disparités sur le confort physique et moral de l’individu ne soit pas susceptible d’entraîner l’émergence de sujets animés par un urgent désir de changement structurel véritable et, surtout, que ce désir ne puisse déboucher sur un engagement concret individuel ou collectif, pouvant, d’une certaine manière, retravailler les liens de socialités débouchant sur des acquis moins éphémères.

10 Il est vrai que la contribution d’Emmanuelle Piccoli sur les rondes paysannes au Pérou s’efforce de mettre en relief le sens profond d’un engagement inscrit dans une perspective différente des pratiques classiques de clientélisme, de la sorcellerie et de la figure du big man, où l’on observe la création d’espaces de consolidation de relations humaines paisibles et d’épanouissement du “moi”, sans que la menace de l’insécurité ne soit nécessairement vraiment évacuée. Mieux, cette esquisse d’éclairage sur les pro­cessus de subjectivation des “dominés” associée à la perspective historique adoptée par l’auteure permet de mieux cerner les enjeux véritables d’une dynamique locale dans son rapport avec l’historicité sociopolitique ambiante, elle-même interconnectée à la logique cosmopolite marchande, aliénante et dominante. On pourrait néanmoins regretter l’absence de visibilité sur les trajectoires biographiques des principaux meneurs de ces rondes ; cette information aurait certainement renseigné davantage sur les bifurcations intersubjectives qui très souvent déterminent le sens de l’histoire en cours.

  • 5  Touraine A., La fin des sociétés, Paris, Le Seuil, 2013.

11 La contribution de Jacinthe Mazzocchetti nous renseigne, du moins en partie, sur ce point. Les récits présentés permettent une meilleure appréhension des « stratégies de résistance […] de réussite et d’apaisement » face à la banalité quotidienne de l’insécu­rité sociale, que l’auteure finit d’ailleurs par ériger en essence même de la modernité (p.418). On pourrait cependant regretter que J. Mazzocchetti – à l’instar d’autres auteurs ayant contribué à cet ouvrage – semble confondre modernité et pratiques de modernisations, si l’on s’en tient à la distinction opérée par Alain Touraine. Nous inspirant de ce dernier, nous parlerions donc plutôt d’une certaine modernisation expérimentée par les étudiants burkinabé, dès lors qu’il convient de distinguer la singularité de la modernité de la pluralité des modèles de modernisations développés sur le terrain et qui ne renvoient pas nécessairement à la modernité5. Et le modèle-type de modernisation en question est très probablement celui-là qui, en contexte post-ajustement structurel par exemple, va coincer les jeunes étudiants – par exemple encore – entre une ouverture des imaginaires – le contexte étant également celui de la libéralisation politique et de la mondialisation – et une fermeture de fait des possibles (p.403).

12 La modernité insécurisée, qui traduit la tension « entre deux mondes » et qui débou­che sur les conséquences sociologiques funestes des transformations du système de croyance observé (p.29), pourrait pourtant être également explorée comme un “moment”, surtout si l’on garde à l’esprit que plusieurs sociétés étudiées ici se cherchent encore, tout en demeurant dynamiques. Un moment d’incertitude – ici la modernité in­sécurisée – n’est pas une fatalité indépassable. C’est aussi un préalable prédisposant au désir d’auto-prise en charge chez l’individu-acteur désireux de devenir réellement maître et possesseur de son destin.

  • 6  Olivier de Sardan J.-P., La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation (...)

13 Avec sa dérégulation du capitalisme, la modernité insécurisée décrit certes “un monde qui est”. Cette trouvaille est sans aucun doute le fruit d’une démarche épistémologique de terrain objective. Mais rarement l’existant objectif épuise à lui seul l’es­sentiel de la complexité du réel. Très souvent, il ne constitue que la partie visible d’un iceberg recouvrant une réalité autre – voire opposée – et non nécessairement visible à première vue. Or, cette réalité “autre”, camouflée souvent, décrit davantage le monde qui se construit à la lisière de celui qui est. Cette autre trouvaille possible n’en est pas moins la conséquence d’une démarche épistémologique de terrain également. Sauf qu’il s’agit surtout ici d’une épistémologie de terrain compréhensive et dynamique s’intéressant au monde vécu et surtout aux aspirations qui orientent l’action du sujet6.

14 Le “monde qui est” de la modernité insécurisée consacre le règne d’un individu-type (big man par exemple), ou d’une gouvernementalité-type (néopatrimonialisme par exemple), qui entretiennent l’inégalité et la reproduction de la dépendance. Ce monde apparent et dominant pérennise ainsi la personnalisation et, partant, l’effiloche­ment des rapports sociaux par le creusement continu des mêmes inégalités. Il apparaît même que l’érection au dessus des lois des agents d’un tel système ne soit rendue possible que par la nature même d’un dispositif systémique en place plus favorable aux pratiques obscures et de travestissement des normes officielles (p.43). A ce sujet, un autre “regret” s’est fait ressentir dans l’évocation sans analyse plus poussée des possi­bles implications théoriques de la remarque de P.-J. Laurent sur le recul de plus en plus critique des populations (p.44). Ceci laisserait supposer que ces dernières ne sont guère dénuées des moyens et capacités de remise en question de cette modernité qui les insécurise. C’est peut-être la genèse de ce mouvement de recul, ainsi que ses différentes manifestations qui constituerait une piste de recherche prometteuse et certainement complémentaire à cette investigation. Mais alors faudrait-il probablement renforcer la démarche avec de nouveaux outils susceptibles de traquer les logiques d’action des sujets animés par une véritable quête existentialiste qui, dès lors, ne se contente plus seulement de l’unique logique de la “survivance” (p.46).

Haut de page

Notes

1  Lebeau Y., Niane B., Piriou A., Saint-Martin M. (dir.), État et acteurs émergents en Afrique. Démocratie, indocilité et transnationalisation, Paris-Ibadan, Karthala-IFRA, “Hommes et Sociétés”, 2003.

2  Banégas R., Warnier J.-P. (coord.), “Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir”, Politique Africaine, n°82, 2001/2, pp.15-21.

3  Ela J.-M., Travail et entreprise en Afrique. Les fondements sociaux de la réussite économique, Paris, Karthala, 2006.

4  Laurent P.-J., “Le «big man» local ou la gestion coup d’Etat de l’espace public”, Politique Africaine, n°80, 2000/4, pp.169-181.

5  Touraine A., La fin des sociétés, Paris, Le Seuil, 2013.

6  Olivier de Sardan J.-P., La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-La-Neuve, Bruylant-Academia, 2008. Bajoit G., Socio-analyse des rai­sons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur, Laval, PUL, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Amougou, « Bréda Charlotte, Deridder Marie, Laurent Pierre-Joseph (dir.), La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-1 | 2014, 159-161.

Référence électronique

Gérard Amougou, « Bréda Charlotte, Deridder Marie, Laurent Pierre-Joseph (dir.), La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 04 août 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1225

Haut de page

Auteur

Gérard Amougou

Ulg, ISHS, Pôles-SUD

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org