Navigation – Plan du site
À propos de livres

Firth R., Symbols, Public and Private

Abingdon, Routledge, collection « Routledge Revivals », 2013, 469p.
Yves Laberge
Référence(s) :

Firth R., Symbols, Public and Private, Abingdon, Routledge, collection « Routledge Revivals », 2013, 469p.

Texte intégral

1Rédigé en 1972 et paru initialement en 1973 chez l’éditeur londonien George Allen and Unwin, cet ouvrage de Sir Raymond Firth (1901-2002) sur les symboles et la sym­bolique est considéré comme un classique de l’ethnologie. Souvent cités mais depuis longtemps épuisés, les livres de Firth n’ont toutefois pas été traduits en français. Érudition, clarté du propos, méticulosité, abondance de démonstrations et d’exemples caractérisent son style.

2 Né en Nouvelle-Zélande mais longtemps rattaché à la London School of Economics, l’anthropologue Raymond Firth emprunte à l’histoire, à la littérature, aux arts, aux expressions religieuses, à la diplomatie, aux relations internationales et à l’anthro­pologie pour tenter d’analyser les processus d’élaboration, de circulation et de compré­hension des symboles ; il postule par ailleurs que les anthropologues devraient aussi se soucier des manières dont les « gens ordinaires » (« ordinary people ») « conçoivent les symboles, se conduisent symboliquement dans leur quotidien en tant que membres de la société, et comment ceux-ci interprètent ce qu’ils font à partir des significations symboliques » (p.15). Selon Raymond Firth, le symbole serait « le produit d’un ensem­ble intégral de relations entre le fabriquant et l’interprète », mais cette définition incomplète néglige les dimensions esthétiques du symbolique dans les formes artistiques (p.46). Raymond Firth donne l’exemple du Pop Art des années 1960 pour illustrer le cas d’une expression esthétiquement faible (selon lui) mais dont la force symbolique est incontestablement expressive et éminemment puissante en pouvoir suggestif (p.47). A première vue, cette définition concise pourrait sembler imparfaite, mais Firth rappelle qu’avant lui l’anthropologue Alfred Radcliffe-Brown concevait le symbole comme étant simplement « tout ce qui a une signification » (Radcliffe-Brown, cité par Firth, p. 138).

3 Ouvrage substantiel, Symbols, Public and Private se subdivise en douze chapitres ; la première moitié articule et délimite la notion de symbole, tandis que la seconde moitié propose différentes études de cas dans différentes sociétés, allant de la symboli­que des drapeaux (aux États-Unis) à la symbolique du don qui crée la réciprocité entre les personnes (à la suite des travaux de Marcel Mauss) (p.399). Ces exemples variés touchent autant le symbolisme des aliments que les habitudes d’accueil et d’hospitalité selon les cultures : doit-on serrer la main ou faire la bise dans telle ou telle société ? (p.314). S’attardant aux processus de signification et aux réseaux d’interprétations possibles, Firth considère les symboles comme des « réserves de significations » (« stores of meaning », p. 81), ajoutant que les symboles sont « produits socialement » et qu’ils peuvent faire référence à différentes idées (p.81). Dans un brillant exercice de conceptualisation, l’auteur élabore de nombreuses démonstrations afin d’illustrer les symboles à l’œuvre, introduisant l’idée de symboles en tant qu’instruments de pouvoir et de contrôle, faisant référence aux symboles dominants (« dominant symbols ») de Victor Turner, plus ou moins équivalents des maîtres-symboles (« master symbols ») de Charles Wright Mills (p.86). A ces formulations théoriques antérieures, Firth dit préférer les expressions de « symboles empathiques » et de « symboles non-empathiques » (p.91).

4 Dans un autre chapitre, Raymond Firth examine la notion de symbole telle qu’utilisée implicitement par Edward Burnett Tylor, l’anthropologue pionnier des étu­des sur la culture, dans son livre Primitive Culture (1871), notant fort à propos que Tylor aurait pu intituler son livre « Primitive Symbols » puisque la culture y est définie comme un ensemble de symboles propres à un groupe donné à une époque donnée (p.111). Pourtant, Firth déplore que dans ses écrits, Tylor n’ait « jamais défini le terme de symbole » (p.115).

5 La force de Symbols, Public and Private réside dans sa capacité d’examiner une multitude de particularités, de problèmes et de manifestations du symbolique, par exemple dans l’opposition apparente entre la symbolisation et la réalité, ou encore dans cette articulation fondamentale entre les symboles personnels (ou privés) et le symbolisme public (p.215). Ainsi, un artiste comme Picasso pouvait renvoyer à sa pro­pre cosmogonie et à ses symboles personnels, ne faisant référence à aucun autre systè­me de valeurs ; mais pour être compris, l’art doit selon Firth générer une réaction esthétique ou émotive (p.215). En conclusion, Firth réaffirme l’importance pour l’an­thropologue « d’examiner et de comprendre les formes de l’expression symbolique, de saisir les systèmes d’idées qui sont manifestées et de constater les effets liés à ces usages » (p.428).

6 Aurions-nous négligé le symbolique ? Si tel est le cas, l’ouvrage de Raymond Firth réactualisera d’une manière vivante l’étude des symboles et des processus de symbolisation pour leur en redonner toute leur pertinence. Le fait que cet ouvrage ne soit pas récent ne diminue en rien sa rigueur ni sa pertinence ; pour les thésards et les chercheurs en sciences sociales, Symbols, Public and Private sera instructif et inspirant. Ainsi, tout son huitième chapitre sur la symbolique de la chevelure pourrait alimenter de nombreuses recherches actuelles en sociologie du corps (p.265). C’est une de ses nombreuses qualités qui confirme que certains classiques vieillissent bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Firth R., Symbols, Public and Private », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 04 août 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1230

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa, Canada et Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org