Navigation – Plan du site

Les travailleurs des industries culturelles, entre passion et précarisation ? Essai de comparaison sur deux expériences socioprofessionnelles : pigistes à Paris, monteurs à Lima

Workers in Cultural Industries: between Passion and Precarisation? An Attempt at Comparing two Socio-professional Experiences: Freelance Journalists in Paris and Film Editors in Lima
Patrick Cingolani
p. 39-59

Résumés

Cet article approche les rapports à l’autonomie et à l’expressivité de travailleurs des “industries culturelles et créatives” (des pigistes et des monteurs) à partir d’enquêtes respectivement menées à Paris et à Lima. À distance des travaux récents qui considèrent que l’aspiration à l’autonomie est en phase avec le modè­le productif néolibéral, il cherche d’abord à comprendre les ressorts et, au sens large, l’économie de ce type de travail. L’article explore ainsi parmi les deux groupes étudiés l’originalité des conditions de la production et les relations aux valeurs, aux familiarités, à la reconnaissance, et finalement aux affects dans le procès de travail. S’il montre des convergences entre les manières de travailler et les types de vie à Lima et Paris, il tire aussi quelques interrogations que l’on peut résumer en deux points : d’une part comment répondre à la question de la dépendance économique de ces professions souvent aux frontières du salariat précaire et du travail indépendant ? D’autre part : quel sens donner à l’impor­tance toujours plus grande des transferts financiers familiaux dans la résistance aux aléas du secteur culturel au Pérou et à la dégradation de la norme d’emploi de ce même secteur en France ?

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 On résume ici quelques thèmes évoqués par les auteurs autour de cet idéal type (Mercure D., Vultur (...)

1La sociologie a diversement repéré l’importance de l’expressivité et de l’autonomie dans les mondes du travail contemporain. Que l’on s’adresse à des étudiants ou à des adultes déjà engagés dans la vie professionnelle, la légitimité d’un accomplissement de soi dans une activité apparaît de plus en plus constitutive de l’identité. On ne saurait envisager l’avenir sans faire “ce qui plait”, “ce que l’on aime”, sans “se réaliser”, “s’épa­nouir” dans l’activité. L’ascétisme qui a longtemps caractérisé la relation ouvrière au travail dans les grandes entreprises tayloriennes semble s’es­tomper. Il semble que les limites imposées par la spécialisation à la personnalité ne peuvent plus être comme hier compensées dans la sphère de la consommation. Baudelot et Gollac, remarquent que le surcroît d'autono­mie entraîne une « élévation sensible du degré de bonheur » (Baudelot/Gol­lac, 2003 :322). Tout récemment l'enquête de Mercure et Vultur, effectuée à partir d’un questionnaire sur un échantillon représentatif de mille personnes, a mis l’accent sur l’importance à la fois qualitative et quantitative du type social qu’ils désignent comme “l’égotéliste” caractérisé par son besoin d’accomplissement et de réalisation et par son aspiration à « être reconnu pour qui il est » (Mercure/Vultur, 2010 :159). « Le travail est de plus en plus investi par des valeurs d’autodétermination et d’autoréalisa­tion, d’authenticité et d’équilibre de vie… » constatent-ils1. Pourtant, dans le même temps qu’ils effectuent ce constat, les deux auteurs prennent une distance critique radicale à l’égard de ces valeurs en en faisant non seulement le point d’accroche des formes nouvelles de la domination, mais aussi de la collaboration des intéressés à cette domination. Sa conception expérientielle du travail, son adhésion aux diverses attentes de flexibilité, sa grande implication au travail, de même que ses réponses favorables aux demandes de mobilisation dans le procès de production, feraient que ce nouveau type de travailleur est « en phase avec le modèle productif contemporain » (Mercure/Vultur, 2010 :257). Et insistent-ils, son « éthos s’ins­crit dans la ligne directrice des nouvelles normes managériales » (Mercu­re/Vultur, 2010 :258).

  • 2 On entend par “industries culturelles et créatives” un énoncé large dont on n’ignore pas les ambigü (...)
  • 3 On prend quelques-uns des adjectifs par lesquels M. Storper introduit à la “spécialisation flexible (...)
  • 4 Pour une synthèse et une discussion de la relation entre musique, émotion et personnalité, voir Hes (...)

2La thèse n’est pas nouvelle. Elle était déjà tacitement présente dans Le nouvel esprit du capitalisme qui remettait la question de l’autonomie et des émotions au centre d’une analyse du capitalisme contemporain (Boltanski/Chiapello, 1999). Mais elle prend dans l’ouvrage de Mercure et Vultur et dans de nombreux autres travaux de sociologie contemporains un caractère tellement extrême que nous voudrions ici l’examiner à partir d’une enquête qualitative menée auprès de deux groupes de travailleurs des “industries culturelles et créatives” approchés dans deux métropoles distinctes : Paris et Lima2. L’importance économique toujours plus grande de ce secteur dans le monde (Rifkin, 2000), sa mobilisation d’une main d’œuvre souvent jeune ayant fait des études longues et réactives aux transformations culturelles et technologiques, en font un secteur plus particulièrement décisif dans la mise en place des nouvelles formes d’organisation du travail. Le secteur a fait plus particulièrement l’objet d’un processus de désintégration verticale en raison du besoin de diversification, de flexibilité, d’adaptabilité, de créativité des entreprises3. Les travailleurs y sont sou­vent indépendants, externalisés, ou en situation de travail atypique. On sait que le secteur est dans une certaine mesure le lieu d’expérimentation du travail flexible et du néocapitalisme (Menger, 2002). Sur Paris et l’Ile de France, alors que ces industries représentent 5,5 % de l’emploi francilien, soit autant que le secteur de la construction ou de l’hôtellerie-restauration, la part des indépendants y est trois fois plus élevée qu’en moyenne dans les autres secteurs et la présence des petites, voire très petites entreprises y est très importante. Les emplois sont aussi souvent plus précaires : seulement 62 % des actifs ont un contrat à durée indéterminée, contre 80 % des emplois en moyenne dans la région (Camors/Soulard, 2010). A Lima, alors que le Ministère de la culture a été fondé en 2010, le secteur est principalement composé d’indépendants et de travailleurs dont le statut oscille plus ou moins légalement entre salariat et indépendance. Dans les deux cas, les situations constituent un lieu d’interrogation tout particulièrement significatif quant à la place des émotions dans le travail et plus généralement quant à l’éthos du travailleur. C’est dans son expérience émotionnelle que puise un travailleur de la culture ou un technicien engagé dans une activité culturelle et nous savons nous-mêmes combien une simple chanson ou une musique peuvent réveiller un ensemble de sentiments rele­vant de notre intimité4.

  • 5 Voir entre autres, Rot G., Verdalle de L., 2013.

3En circonscrivant plus particulièrement les entretiens et les expériences de pigistes (Paris) et de travailleurs du cinéma et du spectacle vivant (Lima), réalisés dans le cadre d’une enquête qualitative consacrée aux travailleurs de la culture, et menée à Paris et à Lima, on se propose d’interroger de manière compréhensive les nouvelles formes d’autonomie au travail dans leurs relations aux émotions. On a là en effet deux facettes pour ainsi dire du travail culturel avec deux types de procès de travail distincts : l’un très individualisé (pigiste), l'autre dépendant de coopérations professionnelles durant la réalisation du film ou du documentaire (monteur), même s’il suppose aussi de longs moments solitaires devant un écran5. Toutefois, à partir de cette démarche comparative portant sur des groupes profession­nels appartenant à l’univers métropolitain, mais inscrits dans deux sociétés extrêmement différenciées par l’histoire et par la relation aux inégalités, héritées pour Lima du passé colonial et du statut de capitale de la vice-royauté, il ne s’agit pas seulement de démonter l’homogénéité d’un éthos. Il s’agit aussi d’ouvrir la réflexion sur des proximités et des différences qui pourraient nous éclairer d’une part sur les enjeux contemporains du travail indépendant et d’autre part, sur les enjeux du mouvement de précarisation des classes moyennes en France. Si la zone grise entre indépendance et précarisation ouvre une interrogation sur les nouvelles manifestations de la subordination et sur la réponse sociojuridique à leur apporter, la dépendance des jeunes travailleurs de la culture à l’égard des transferts fi­nanciers familiaux, au Pérou, éclaire un aspect de la transformation de l’emploi et du travail en France peu sondé à notre connaissance jusque-là : le besoin pour les travailleurs de la culture précarisés de s’adosser sur des solidarités patrimoniales. Bien qu’issus des classes moyennes, voire des classes moyennes supérieures, la difficulté des jeunes travailleurs péruviens des “industries culturelles” à assumer seuls leur carrière éclaire la question de la précarisation à Paris sous l’angle tout particulièrement vif de la relation aux formes de redistribution privée entre générations.

II. Précarisation, dérégulation et autonomie

  • 6 On francise ici le nom de “storyboarder”.

4Cet article s’appuie sur deux enquêtes de types qualitatif et exploratoire menées sur base d’entretiens biographiques ou non-directifs à Paris et à Lima auprès de travailleurs du secteur du cinéma, de la télévision ou de la vidéo (monteurs, dessinateurs d’animation, “scénariste image”6), du journalisme (pigistes, photographes) ou des arts proprement dits (plasticiens, comédiens, écrivains).

  • 7 Tasset C., Amossé Th., Grégoire M., 2013.

5Le premier ensemble d’entretiens a été effectué dans le cadre de la recherche “Libres ou prolétarisés ? Les travailleurs intellectuels précaires en Île-de-France”7, à laquelle nous avons collaboré comme conseiller scientifique. 73 entretiens ont été principalement effectués par C. Tasset, auprès de travailleurs des “industries culturelles”, du journalisme et du spectacle pouvant faire l’expérience de la précarité. Les interviewés ont été approchés à partir de réseaux constitués par des chercheurs ayant déjà mené des travaux sur le secteur du spectacle ou du journalisme. Au-delà du point de vue donné par le rapport, on a repris l’intégralité des douze entretiens effectués auprès de pigistes sous l’angle des émotions et de l’autonomie.

  • 8 L’acronyme résume le projet suivant : “Evolution des normes d’emploi et nouvelles formes d’inégali­ (...)

6Le second ensemble d’entretiens a été effectué dans le cadre d’une recherche en cours associée à l’ANR ZOGRIS portant sur les travailleurs des “industries culturelles” du journalisme et du spectacle au Pérou et prolongeant l’investigation parisienne à Lima (n =20)8. La recherche comporte une dimension documentaire et informationnelle (relation auprès du tout jeune ministère péruvien de la culture) et s’appuie sur des entretiens biographiques effectués auprès de vingt personnes : monteurs, dessinateurs d’animation, “scénariste image”, photographes. 8 entretiens biographiques approfondis ont été effectués avec des monteurs dans un contexte où le secteur cinématographique péruvien est très récent.

7Tout en puisant sur les travaux déjà menés sur les deux secteurs (Corsa­ni, 2012 ; Pilmis, 2007, 2010) on a privilégié pour la présente étude les en­tretiens qui portaient sur les pigistes (Paris) et les monteurs (Lima).

  • 9 On reprend l’utile distinction entre polyactivité et pluriactivité, la première rendant compte d’ac (...)

8Les travailleurs étudiés sont plutôt jeunes, même s’ils peuvent avoir jus­qu’à quarante, quarante-cinq ans. A Paris, ils sont le plus souvent en tension entre travail indépendant et travail salarié, entre journalisme et pige, entre secteur associatif et statut d’intermittent du spectacle, entre contrat d’insertion et CDD ou CDI. A Lima, cette tension se situe plus entre travail indépendant et informalité, avec pour une part presque égale des relations de travail avec ou sans contrat. Dans l’une et l’autre capitale, les interviewés arpentent avec plus ou moins de difficultés ces zones intermédiaires et de transitions entre travail et activité qui désormais se multiplient et qu’ils vivent souvent de manière poly- ou pluriactive, passant pour les uns, du montage de documentaire au montage de film d’horreur, ou de bande-annonce, et pour les autres, du journalisme au journalisme reporter d’image (JRI), voire de standardiste à pigiste9. Ils poursuivent un style d’existence qui semble à relative distance de modes d’organisation bureaucratique du travail et de subordinations manifestes. Ils vivent subjectivement avec exaltation et un sentiment d’intensité leurs relations plus ou moins intermittentes ou plus ou moins régulières au travail et à l’activité. Ils sont en quête d’expériences permettant d’acquérir des savoir-faire professionnels, mais plus généralement des savoir-être en ce que l’acquisition des compétences passe le plus souvent par un échange singulier et par des transmissions en personne nourris d’aspects affectifs.

9Les enquêtes avaient pour objectif initial de saisir l’expérience d’inter­mittence et de précarité qui caractérise souvent ces professions notamment parmi les jeunes professionnels. Toutefois, à mesure des investigations, la question de l’autonomie du travail ou plus généralement de l’activité est apparue de plus en plus significative dans les pratiques des travailleurs. Cette autonomie méritait comme telle d’être interrogée, au-delà du seul effet des modes de gestion de la main d’œuvre, dans son caractère affirmatif pour le sujet individuel lui-même et quant au sens qu’en donne ce sujet, car elle appartient à un éthos propre à ce type de travailleur. Je voudrais donc explorer comment ce travail externalisé, flexible, peut être, tant dans le contexte parisien que dans le contexte liménien, porteur de nouvelles aspirations et de nouvelles conceptualisations du travail, mais aussi engager une piste de réflexion quant au processus de précarisation des fractions des classes moyennes du secteur de la culture.

III. Pigistes et monteurs : deux professions distinctes, deux rapports au travail identiques

A. Paris-Lima, pigiste-monteur, des conditions professionnelles distinctes

  • 10  «En quarante ans, les effectifs des pigistes ont décuplé et leur part au sein de la population des (...)
  • 11 Pour les éléments d’information objectifs et principalement économiques concernant la profession et (...)

10A Paris les pigistes interviewés s’inscrivent dans une constellation d’en­jeux sectoriels propres à l’univers des médias. Dans un secteur ébranlé par les concentrations entre groupes de presse, l’apparition des journaux gratuits, mais plus généralement par le développement des nouvelles technologies et de la sphère internet, le nombre des pigistes a fortement augmenté pour répondre au besoin de diversification et d’innovation des journaux et magazines tandis que la part des journalistes professionnels reste faible10. En dépit de cursus de journalisme reconnus par la profession, dispensant des enseignements spécialisés (rédaction, reportage, radio…) les interviewés ont pour leur majorité une formation acquise à l’université ou dans diverses écoles11. Ils sont donc venus à la profession, sans avoir fait d’école de journalisme, le plus souvent par vocation ou par intérêt pour un thème journalistique, mais aussi, pour certains, parce qu’ils ont été séduits par l’imaginaire du métier et le milieu de la presse ou des médias. Ils se sont tout à la fois dépris et repris de leur vocation à la faveur d’un autre travail qui les a remis en relation avec le journalisme et a réactivé le désir de travailler dans la profession. Les carrières s’inscrivent dans des parcours individualisés où la dimension d’indépendance est prépondérante, celle-ci ayant pu se manifester soit par des activités professionnelles liées au statut de travailleur indépendant, soit par de nombreuses mobilités ne permettant pas une intégration forte dans un collectif de travail et une représentation socialisée de la profession.

Des carrières qui rendent difficile la socialisation professionnelle

Jeanine : 38 ans, Paris – Maitrise de philosophie, première initiation au journalisme radio, puis 6 ans indépendante dans l’aide au développement culturel en Afrique. Revient en France et renoue avec le journalisme dans le cadre de la radio et de la télévision. Se forme elle-même pour acquérir de nouvelles compétences et devient journaliste reporter d’image (JRI). Plusieurs incidents de carrière ont mis Jeanine en difficulté professionnellement et matériellement : un conflit avec une équipe et l’investissement financier d’une enquête qui n’a finalement pas été rémunérée. Depuis plusieurs mois, Jeanine a perdu sa carte de journaliste professionnelle tandis que ses employ­eurs l’incitent à endosser le statut d’autoentrepreneur.

Noémie : 39 ans, Paris – DESS mode et communication, “acheteuse d’art” (publicité), puis divers emplois en CDD, à partir de 2000 attachée commerciale dans un journal de mode, puis journalisme d’entreprise dans une institution européenne (« je gagnais le triple de ce que je gagne aujourd’hui »), se lasse de l’atmosphère bureaucrati­que, se dispute avec son supérieur et après un bilan de compétences revient comme journaliste pigiste dans le journal de mode tandis que parallèlement elle est hôtesse d’accueil intérimaire. « À côté du journalisme, qui me rapporte peu de sous, je me suis inscrite dans une agence d'intérim et en fait je fais des petits boulots, je remplace des hôtesses standardistes bilingues et c'est totalement imprévisible. […] On me demande d'être présente mais j'ai le droit de passer des coups de fil, d'aller sur internet, de lire ou de travailler pour moi, donc je suis un peu payée à bosser à mi-temps pour moi ».

  • 12 Cette école très renommée en Amérique Latine, fut fondée à la fin des années 1980, notamment par Ga (...)

11A Lima, les monteurs et travailleurs du cinéma rencontrés appartiennent à un secteur professionnel relativement peu développé et qui a longtemps été dominé par une production cinématographique étrangère. Ils ont parfois une formation initiale ne relevant pas du cinéma : communication, journalisme, etc., mais, à un moment, que ce soit en cours d’études univer­sitaires ou après celles-ci, une conversion professionnelle se produit, enga­geant la poursuite d’une formation spécifique dans le montage. En ce sens la qualification professionnelle est ici décisive. Elle a été acquise dans des écoles ou des universités étrangères et plus particulièrement à la célèbre Escuela internacional de cine y televisión de San Antonio de los Baños (Cuba)12. La passion ou plus simplement le goût pour ce type de travail ont ainsi été constitués et éprouvés dans un contexte scolaire et professionnel et, si là encore, on trouve une forte individualisation des parcours, celle-ci est en partie équilibrée par une intégration à une profession qui exclut l’autodidaxie, même si l’acquisition de l’expérience se fait en partie “sur le tas”. Dans le contexte des classes moyennes ou supérieures liménien­nes, ces travailleurs appartiennent tous à un réseau professionnel d’inter­connaissance, toutefois la concurrence et la rareté des opportunités d’em­ploi amènent ces monteurs à diversifier leurs activités et à être confrontés à de fortes irrégularités de temps dans le travail et à de fortes discontinuités dans les périodes d’activité, ces dernières exposant souvent à des incertitudes quant aux rémunérations et aux ressources financières.

Pluriactivité et incertitudes du jeune monteur

« On m’a demandé de faire la bande annonce d’un film de L. [réalisateur réputé au Pérou]. Pour cette bande annonce, ils ne m’ont jamais payé. Le problème était avec le producteur. Je lui demandais de me payer 40 $ par jour, il me dit 30 $ tout en me demandant de faire la bande annonce en trois jours, alors que parallèlement je travaillais sur une série télévisée. J’accepte en me disant ça va me prendre un peu de temps, mais j’aurai de l’expérience. J’ai fait la bande annon­ce, elle a enchanté le producteur, mais il ne m’a jamais payé. Mais même en fait ce n’était pas le plus important. J’avais fait cette bande annonce exprès pour qu’elle me serve de référence, alors que lorsqu’elle est sortie elle n’était même pas à mon crédit… ». Pablo, 34 ans, Lima – père et mère chirurgiens-dentistes, diplômé de San Anto­nio de los Baños. Depuis son retour de Cuba, mène plusieurs activités de montage de front ou successivement : séries-tv, documentai­res, bande-annonce, post-production, enseignement.

B. Paris-Lima : deux éthos très proches

12On peut, pour les uns et les autres, repérer quatre grandes dimensions de mobilisation émotionnelle dans le travail, qui relèvent d’un même déplacement d’éthos quant à la relation au travail et quant à la réalisation émotionnelle de celui-ci.

1° Relation axiologique et horizon d’accomplissement

13L’idée “de faire ce qui plait” et plus largement, au sein du parcours biographique, de faire ce que l’on désire, apparaît de manière récurrente dans les entretiens. Loin d’une posture narcissique de complaisance, celle-ci est le plus souvent construite dans l’épreuve et dans la pénibilité d’un parcours qui n’était pas joué d’avance et où l’acquisition d’un savoir-faire re­lève de l’authenticité d’une expérience dans la durée. Il s’agit pour les monteurs d’une épreuve plus proprement professionnelle, au sens de l’ac­quisition d’un savoir-faire et d’une compétence technique, alors que pour les pigistes elle s’inscrit plus directement dans une identification entre travail et mode de vie ; mais dans l’un et l’autre cas, la dimension d’engage­ment dans la profession apparait comme constitutive du rapport passionnel à celle-ci. Le rapport vocationnel et les épreuves qui l’accompagnent constituent des éléments d’authentification de la relation à la profession et attestent de convictions eu égard au travail et à son résultat. Ils supposent souvent une résistance à la vénalité de l'échange marchand qui viendrait corrompre le procès de travail : activité dans la publicité, le journalisme d’entreprise pour les uns, le montage de séries tv de mauvaise qualité pour les autres :

14J'ai fait ma première mission marketing comme on fait une première passe en me disant, ‘voilà de l'argent facile’. C'était du CDD, du CDD à temps partiel et j'avais quelques journées de salaire. Il fallait aller assister à ces réunions horribles [pour tester les produits], et après c'était du travail chez moi, qui me laissait aussi du temps pour mes projets. […] Et il y a un moment où j'ai arrêté, j'ai plus pu faire ce travail, je pouvais plus du tout vendre l'usage de mon cerveau comme ça. J'ai décidé de leur vendre du temps et j'ai travaillé comme freelance mais à faire que des entretiens que je devais analyser (Marianne, 34 ans, Paris – pigiste, comédienne, scénariste. Classe préparatoire, DEA de lettres).

15Il ne s’agit pas de repousser l’argent mais de contester la dégradation que suppose l’assujettissement à la valeur d’échange et ses conséquences : la subordination des fins aux moyens, le devenir des moyens en fins, l’argent devenant l’objectif premier et dernier du travail. Certes, les contraintes financières et les accommodements réputationnels exigent parfois d'en passer par des compromis, voire des compromissions, mais ces entor­ses aux principes ne sont pas une raison pour trahir les convictions axiologiques. Un interviewé rappellera :

16Je ne vais pas laisser de côté le meilleur que je peux faire, sinon je ne sais pas qui je suis… (Alberto, 39 ans, Lima – monteur, réalisateur, producteur, célibataire, vit dans un appartement appartenant à sa famille).

2° Familiarité et porosité travail/privé

  • 13 Voir sur ce point les témoignages dans Pillon T., 2012.

17Que ce soit pour les pigistes à Paris ou les monteurs à Lima les conditions matérielles et technologiques permettent de faire d’un lieu familier un lieu de travail ou, à tout le moins, de mélanger le temps de travail et le temps privé. L’ordinateur est le médiateur de cette relation au lieu familier. Même s’il mobilise des savoir-faire technologiques bien distincts il est l’outil qui absorbe l’attention du travailleur. Alors que traditionnellement la relation à l’altérité du lieu de travail passe par une domestication du milieu professionnel qui devient habité par l’importation d’objets privés venant du foyer (reproductions de lieux de vacances, photographies de parents ou d’enfants, etc.13), ici le travailleur est d’emblée dans le contexte du familier et l’intime s’y confond souvent avec l’activité. La nette séparation qui donnait un ancrage matériel et morphologique au temps scandé entre travail et non-travail, dedans et dehors, s’estompe pour devenir comme un continuum que rien ne vient découper, pas même parfois le temps du repas accompli sur un coin de table, ni la chambre à coucher où se tient parfois le bureau. Concrètement les rites qui ménagent les seuils entre travail et hors travail s’effacent. Cet effacement des marqueurs temporels peut inciter à la prolongation et à l’intensification de la journée de travail notamment par un travail de nuit pour les monteurs ou un travail en continu pour les pigistes, les uns et les autres sous contrainte d’échéance.

L’envers de la liberté : quand les repères s’effacent

« Je passe beaucoup de temps derrière mon ordinateur, beaucoup de temps à travailler ou à passer des coups de téléphone. Parce que je n'ai jamais trouvé l'équilibre parfait. J'ai une tendance work-alcooli­que personnelle, et puis je pense que dans ce boulot on a tous du mal à se canaliser. Je ne sais pas trop dire non, j'ai une tendance à accumuler les choses. Donc voilà je ne le vis pas toujours très bien. Je vais bosser tout un week-end, je vais être en retard critique, en retard bien dépassé pour un truc que je dois rendre, et donc ça devient très désagréable et très angoissant. On ne peut pas travailler tout le temps non plus, mais je ne fais rien d'autre. J'ai vraiment l'impression de ne faire rien d'autre que bosser. Je ne peux pas faire de ciné. Je ne regar­de pas de film, – bon je n’ai pas de télé mais je regarde des films sur mon ordinateur, ce que j'adore faire. Je n’ai pas trop le temps de bou­quiner. Voilà, je bosse comme un fou ». Georges, 40 ans, Paris – pigiste spécialisé dans le journalisme technique, DEA d’anglais.

Expérience, domestication et socialisation du travail

« Je travaille comme monteur depuis douze, treize ans. Et un monteur travaille seul dans une chambre obscure. Et donc c’est très solitaire. Pour équilibrer cela j’ai besoin de contacts avec le monde. Quand je fais de la production, ou lorsque je dirige c’est l’inverse. Je dois coordonner, parler avec beaucoup de personnes, à l’extérieur et cela m’est très salutaire ». Alberto, 39 ans, Lima – monteur, réalisateur, producteur, célibataire, vit dans un appartement de sa famille.

18Cependant, si l’on peut mesurer l’ambiguïté d’une telle situation autour du paradoxe évoqué par un interviewé, « ma liberté, c’est le manque de li­mites » (Juan, Lima – 31 ans, monteur, réalisateur, scénariste études de communication), il faut aussi explorer tout le sens de cette familiarité dans sa relation à l’autonomie. Le travailleur à domicile jouit là d’une sorte de liberté négative qui le maintient en retrait de la domination capitaliste sur le procès de travail, mais elle ne lui permet pas bien évidemment d’échap­per à ce dernier. Toutefois, celle-ci lui évite l’altérité immédiate de la domination capitaliste en ce qu’elle assujettit concrètement le procès de travail, qu’il soit individuel ou collectif, à la loi de la valeur et transforme le travail, comme le disait le jeune Marx, en puissance ennemie (Marx, 1972). Le travail ressaisi par le travailleur perd l’ambivalence qui le caractérise dans le rapport salarial, toujours confronté aux effets délétères des segmentations, des hiérarchies et des dépossessions provoquées par la subordination. Requalifié dans sa dimension d’autonomie il acquiert une fluidité émotionnelle dans la relation aux échanges et aux coopérations qu’ignore souvent le contexte de subordination. Requalifié comme procès de travail, il devient à travers le résultat, l’article écrit, le film monté, un élément de reconnaissance et d’identification qu’ignore par définition le travailleur subordonné qui « n’acquiert à aucun moment de droit sur la chose travaillée » (Supiot, 1994 :60).

3° Coopération et reconnaissance

19Les coopérations sont elles aussi pour partie associées aux familiers. Souvent ad hoc, comme dans le cinéma, celles-ci relèvent de la reconnaissance et de la réputation des membres du collectif de travail. Ainsi peut-on parler de coopération entre personnes de connaissance – au sens multiple que le français prête à ce mot – et ces relations sont essentielles pour les pratiques d'embauche ou pour les occasions de piges, comme pour les collaborations à un tournage ou à un montage. Sont mobilisés dans la coopération des individus identifiés pour leurs spécialités professionnelles, reconnus pour leurs compétences techniques et leurs qualités coopératives, et pouvant ainsi puiser dans une expérience leur savoir-faire et leur savoir-être. Ces derniers souvent acquis au-delà de la seule sphère scolaire ou de la seule sphère de la formation professionnelle décident aussi des affinités, des autorités et des charismes. Dans certaines circonstances c’est “l’admi­ration”, “l’affection” ou en retour le “rayonnement” personnel qui vont décider de l’autorité d’un individu sur le collectif de travail de salariés, d’indépendants ou de bénévoles. Si dans la grande entreprise fordiste, ou dans les petites entreprises du patronat traditionnel, cette dimension affectée des relations entre travailleurs existait, elle se nourrissait principalement de la régularité du travail et de son lieu ; ici elle se perpétue dans une irrégularité qui puise dans la rencontre, le partage du savoir et la réputation et peut-être aussi dans les sociabilités et les réseaux du monde métropolitain (Sassen, 1991 ; Florida, 2002).

20Cette organisation du travail “par connaissance” est en même temps la condition d'une confiance coopérative qui dans le cadre disciplinaire est massivement assurée par la hiérarchie et par l'organisation bureaucratique. Pour attester cette confiance, l’usage du don et du contre-don et la récipro­cité sont des moyens importants et ont tout leur sens à la fois dans les référencements et dans l'affirmation des liens. La disponibilité collaborative à un travail d'équipe trouve sa réciprocité dans la disponibilité collaborative que pourront apporter les membres de cette équipe à telle ou telle occasion. De nombreux interviewés sont ainsi amenés à accepter un travail même lorsqu'ils n'ont ni matériellement, ni professionnellement besoin de travailler parce que ce “coup de main” renforcera le lien et sera l'occasion d'une aide en retour, voire d'une éventuelle embauche dans un projet ciné­matographique. Et là où cette attestation fait défaut, elle ouvre des sortes de vides réputationnels qui exposent la coopération à des risques plus ou moins importants. Les plus jeunes interviewés expliquent comment le manque d'organisation d'un tournage ou l'impréparation d'un téléfilm peuvent avoir de lourdes conséquences sur les conditions de travail du monteur. Toutefois, dans le cas des journalistes, cette disponibilité collaborati­ve, qui s’inscrit davantage dans la relation à un donneur d’ordre qu’à un collectif de travail, relève plus explicitement d’un rapport de dépendance économique, où par sa réactivité à une commande, le pigiste atteste de sa convocabilité, un refus pouvant être rédhibitoire d’une opportunité professionnelle décisive :

21Moi le plus que je puisse prévoir, c’est trois semaines et déjà trois se­maines je prends un risque… Alors il y a des fois on prend les ris­ques, il y a des fois on ne préfère pas… du coup on préfère ne pas trop s’engager avec les autres. Cette fois-là, c’était important parce que c’était ma famille qui venait, c’était peut-être la seule fois dans ma vie. Je n’ai pas voulu ne pas les accueillir, je ne pouvais pas leur dire que je bossais, ça me gênait. Donc j’ai dit non à *** et après j’ai jamais réussi bosser à nouveau pour cette entreprise (Jeanine : 38 ans, Maitrise de philosophie, première initiation au journalisme radio, puis 6 ans indépendante dans l’aide au développement culturel en Afrique).

4° Affects et intensités

22Même si nous avons vu que sous le verbe “plaire” se cache un enjeu axiologique fondamental – ce qui plait est surtout ce qui vaut – cette référence au plaisir permet de comprendre la fréquente substitution de l'émotion au régime disciplinaire et aux diverses formes d'incitations pécuniai­res qui encourageaient l'investissement au travail du salarié. L'émotion semble suivre son économie propre, auto-suffisante, dans la gratification qu'elle procure et dans la vérification qu'elle apporte au travail fait et bien fait. Ces investissements rompent dans une large mesure avec ceux qui hier s'inscrivaient dans les contraintes imposées par la subordination et l’hétéronomie salariales. Elles inversent pour ainsi dire l'ordre de la gratification qui hier avait plutôt pour ressort le différemment et l'attente de la rémunération, entendue comme réparation, alors que dans le cas des interviewés elle s'éprouve surtout dans la gratification immédiate qui est intimement liée à l'enjeu d'autonomie. C'est la raison pour laquelle nous reprenons librement à Freud et à Lyotard la catégorie d’intensité pour parler de ces investissements dont le degré de mobilité et de plasticité est bien plus grand que dans un procès de travail assigné par une organisation bureaucratique (Lyotard, 1977). Le témoignage de cette interviewée devenue nouvellement journaliste pigiste est illustratif à cet égard :

23Je n'ai jamais eu des satisfactions intellectuelles comparables, et c'est bien pour ça que je m'accroche ; j'ai fait 14 boîtes en 10 ans, et je m'accroche à ce que je fais parce que, ça paraît peut-être stéréotypé, mais tous les matins je me lève en étant enthousiaste à propos de ce qui m'attend.

24L'attestation émotionnelle accompagne le processus de dérégulation temporelle (longues périodes de travail parfois de nuit pour les monteurs). C'est elle qui assure l'attention au travail et soutient la continuité de ce dernier eu égard aux contraintes d’une commande qui ne relève pas de la subordination salariale. Dans un contexte de multiactivité entre travail ali­mentaire et journalisme, entre commande publicitaire, montage d’un film et travail personnel, l’investissement émotionnel n'est parfois pas sans produire un effet d'exaltation du sujet qui peut osciller selon les circonstances entre l’épuisement du burn out et la crise dépressive dans le défaut d’activité et le manque de revenu. L’effacement des marqueurs temporels conduit d’un coté à une densification du travail soutenue par les diverses gratifications émotionnelles et économiques (satisfaction professionnelle, réputation, hausse des revenus) et de l’autre à un processus dépressif, lors­que la crise émotionnelle et identitaire s’associe avec une crise de la conti­nuité du revenu.

C. Le travailleur de la culture entre frugalité et ressources privées

25Cette dynamique professionnelle entre vocation et autonomie parmi les pigistes de Paris ou parmi les monteurs de Lima se paie souvent par un mode de vie frugal et une situation économique fragile. A Lima, le caractère souvent privé des assurances, l’absence d’indemnisation chômage en raison de l’irrégularité des emplois font de l’épargne un des principaux ressorts contre l’adversité lorsqu’elle n’est pas volatilisée par les crises financières. A Paris, l’incertitude devant l’avenir, la faiblesse des rémunérations incitent à des régimes de vie caractérisés par la sobriété et c’est sur le plan du mode de vide plus que sur celui du travail que les deux groupes se distinguent. Si à Lima comme à Paris on constate un certain déplacement de la dépense du côté du faire et de formes d’épanouissement personnel (dont le travail est un élément essentiel) plutôt que du côté de la seule consommation, souvent perçue comme réductrice voire “aliénante”, ce style de comportement n’en prend pas moins des traits relatifs au type de société dans lequel les deux groupes évoluent. A Paris, en effet, les travailleurs de la culture, et plus particulièrement ici les pigistes, se situent davantage dans une certaine distance à l’égard des normes sociétales et dans un sentiment de différence par rapport aux autres groupes socioprofessionnels que ne le sont les monteurs de Lima. Le “choix” de la culture suppose une orientation en valeur et l’attention à la qualité de ce qui est fait. Cette attitude prend ses distances à l’égard des modèles de vie confor­mistes. Elle est accompagnée d’une certaine sobriété dans les pratiques de consommation qui apparaît comme le prix à payer pour le plaisir d’un travail qui permet de se réaliser. A Lima, par contre, si la valeur de la chose produite reste tout aussi importante, le mode de vie semble bien moins alternatif et la relative sobriété de celui-ci est largement compensée par la qualité du cadre urbain dans lequel vivent souvent les interviewés les mieux intégrés à la profession.

26Pourtant, derrière les différences semblent se dessiner des proximités liées à la situation contemporaine des classes moyennes et plus particulièrement des classes moyennes travaillant dans le secteur de la culture.

  • 14 Ajoutons que, spécificité liménienne, ils ont souvent fait leurs études aux Etats-Unis.

27D’un côté, à Lima, l’épargne apparaît comme une réponse aux incertitu­des financières et, par conséquent, plus directement comme une source de difficultés. “Vivre de son épargne” est ici une préoccupation des travailleurs de la culture. Par l’épargne le travailleur pallie le défaut de protection sociale et l’aléa socio-professionnel. Une certaine frugalité de vie apparait plus comme un mode de rationalisation économique que comme un style de vie à distance de la marchandisation du travail. A l’inverse, à Paris, la frugalité est comme revendiquée dans un style de vie dont la culture est le pivot et dans une relative opposition à son éventuelle marchandisation. C’est ainsi que si l’on peut en effet parler de précarité dans le contex­te parisien en gardant au mot l’ambivalence d’un style de vie et d’une insécurité socioprofessionnelle, il en va différemment pour les monteurs de Lima, dans un contexte où ceux-ci sont, par leur parents (ingénieurs, entrepreneurs dans la grande distribution, médecins dentistes, antiquaires, romancier, etc.14), souvent intégrés au milieu des classes moyennes, voire des classes moyennes supérieures.

  • 15 On appelle “travailleur familial non-rémunéré” (TFNR) «une personne qui travaille sans rémunération (...)

28Cependant, à Lima comme à Paris, la confrontation des travailleurs de la culture à l’incertitude, à la flexibilité et à des mécanismes d’exploitation originaux contraint ces derniers à s’appuyer sur des transferts intergénérationnels sur lesquels il convient d’insister. Si dans la société péruvienne l’adossement de la sécurité sur l’épargne privée peut sembler la norme, il est intéressant de noter que cette situation spécifique éclaire aussi certains aspects des conditions matérielles des travailleurs de la culture en France. Dans une société où l’informalité est endémique, où 35 % des travailleurs sont indépendants et 19 % sont des “travailleurs familiaux non-rémuné­rés”15, la propriété privée et l’institution familiale apparaissent comme deux institutions assurant la protection de l’individu. A Lima, les interviewés vivent souvent dans des appartements prêtés ou donnés par la famille et, lorsque ce ne sont pas le statut et la rémunération du conjoint qui assurent un équilibre au foyer, ce sont les parents eux-mêmes qui se portent garants de l’appartement. L’absence d’assurance privée suppose aussi qu’en cas de maladie ou d’incident de carrière, le travailleur indépendant peut être éventuellement pris en charge financièrement par sa famille. Les inégalités sociales sont ainsi irréductibles aux seules relations de travail, mais relèvent globalement du patrimoine et de ses transferts. Seuls les transferts familiaux permettent de faire face à l’expérience d’un secteur professionnel qui, tant pour les jeunes que pour les moins jeunes, a pour caractéristique modale l’absence de régulation en raison de la flexibilité et de l’incertitude des rémunérations.

29Toutefois, si à Paris la situation est bien différente, pour vivre ces expériences individuelles et ces carrières professionnelles incertaines et souvent précaires, les interviewés sont eux-aussi, quand ils le peuvent, conduits à puiser dans des solidarités privées (parents ou conjoint). Paradoxalement, la distance à l’égard de la subordination et l’autonomie au travail nourrissent des rapports de dépendance au sein des liens familiaux et des alliances allant parfois jusqu’à une relation quasi parasitaire. Si la conjugalisation de la jeunesse suppose souvent une sorte de contractualisation de la vie des jeunes couples, dans une économie de la réciprocité et du partage des dépenses, certains en arrivent parfois à devoir vivre aux dépens de leur conjoint. Toutefois au-delà de ce paradoxe, le phénomène est peut-être l’indice d’une transformation socioéconomique en ce qui concerne l’évolution des classes moyennes et, par contrecoup, en ce qui concerne les inégalités sociales.

Être travailleur précaire et propriétaire

« Ce qui a changé : mes parents achètent cet appartement, et en avril **** je déménage ici. Donc plus de loyer à payer. Entretemps j'avais commencé des boulots de scénariste, alors qui rapportent pas beaucoup d'argent, mais, il y a toujours eu en fait différents apports ; j'ai commencé à piger pour ****. L'apport d'argent a toujours été très diversifié entre marketing, cours particuliers, un peu de pige à droite à gauche. […] Et moi, je me suis dit c'est génial, j'ai plus de loyer, ça m'a vraiment sécurisée, à un point tel que je rentre dans l’apparte­ment je me mets au travail comme une dingue, je pose mes objets et je commence concrètement mon travail » (Marianne, Paris – 34 ans, pigiste, comédienne, scénaristes, classe prépa, Normal sup, DEA de lettres).

Couple très précaire avec enfant

« Là on dépense tout. On doit toucher on va dire, entre ma copine, moi j'ai des petits revenus quand même, entre mes droits d'auteurs, des petites choses comme ça, je touche, je dois toucher 100 euros. Elle doit toucher 2000, donc ça nous fait 2100. Des fois elle a des primes, 2100-2200. On est trois à vivre là-dessus, donc on a 750 euros de loyer. Donc il reste théoriquement de quoi vivre, parce qu’avec 1300, 1400 par mois on doit pouvoir vivre, mais le truc c'est qu'on n'a pas vraiment d'épargne et que la moindre déconvenue nous fout dedans en fait. C’est-à-dire que moi j'ai dû me faire opérer l'année dernière et que ça m'a coûté … 3600 euros. Rien remboursé » (Arthur 38 ans, Paris – cinéaste, écrivain, pigiste. Après le bac, travaille comme assistant sur des tournages ou en post-production notamment dans la publicité, puis sur ses projets cinématographiques. Mediatraining, etc. Marié, une fille).

30En France, de plus en plus confrontées au travail atypique et à l’incerti­tude du revenu, les nouvelles générations de travailleurs de la culture sem­blent ne plus trouver dans l’emploi les conditions d’une sécurité socioéconomique, mais doivent désormais puiser dans des transferts privés contribuant tacitement, et presque à leur corps défendant, à un mécanisme de privatisation du social. Le constat n’est pas sans conséquences quant à la question de la précarité et des mécanismes de la précarisation. Si celle-ci relève bien du travail et de l’emploi, on sait qu’elle relève aussi de phéno­mènes plus généraux et notamment de la question du logement en ce que le montant des loyers, les conditions de la caution sont des enjeux décisifs quant à la précarité de la jeunesse.

31Dans le contexte qui nous occupe ici, on voit qu’une même situation d’emploi peut être liée à des conditions plus ou moins précaires en fonction des transferts intergénérationnels et des solidarités privés. Une apparente précarité peut ainsi en cacher une autre, beaucoup plus grave, et les divers accidents socioprofessionnels, tels que la perte d’un emploi ou d’une opportunité de travail, les impasses d’une carrière, la concurrence de nouvelles générations, un accident de santé, etc., peuvent être d’autant plus précarisants qu’ils touchent des personnes dépourvues de patrimoine. Les interprètes des mouvements sociaux récents ont insisté sur la situation de jeunes scolarisés et formés à l’université, notamment dans le contexte nord-américain, que le coût de l’éducation supérieure a endettés (Graeber, 2011). Frustrés dans leurs aspirations socioculturelles et dans leurs orientations axiologiques, ils découvrent des concurrences et des inégalités toujours plus grandes dans l’accession à un travail gratifiant dans les arts, dans la culture, dans le social. Sans doute y-a-t-il dans ces situations un enjeu majeur quant à la protection sociale et quant à l’égalité dans les possibilités de réalisation.

IV. Conclusion

32L’analyse des passions au travail nous semble devoir aujourd’hui s’ap­puyer sur la constellation de représentations qui, depuis la seconde moitié du XXe siècle, ont valorisé l’expressivité, et avec elle, l’idée d’autonomie. Dans les années 1960, après la vague des révoltes libertaires, de nombreux travaux nord-américains ont vu dans la recherche d’authenticité et d’ex­pressivité de la jeunesse une crise de l’éthos protestant autant qu’une crise majeure du capitalisme. Parmi eux, D. Bell a plus particulièrement insisté sur les conséquences de cette expressivité quant au travail et à l’organisa­tion des entreprises, faisant de celle-ci une contradiction majeure d’un capitalisme, hier institué sur l’éthos protestant et sur la rationalité en finalité (Bell, 1978). Cette contradiction culturelle semble avoir été surmontée dans les conditions du néocapitalisme qui, a travers la désintégration verti­cale, a fait se conjoindre un nouveau régime d’exploitation et l’aspiration à l’expressivité et à l’autonomie.

33Si le “nouvel esprit du capitalisme” se nourrit de la revendication expressive et de l’autonomie, il ne nous semble pas possible de faire de celles-ci les ressorts d’une idéologie néolibérale à laquelle consentiraient les travailleurs, voire les ressorts d’une “servitude volontaire”. Une telle posture conceptuelle liquide la force critique de cette aspiration dans un contexte où toute une fraction des sciences sociales a été compromise avec l’idéologie technocratique et bureaucratique et a négligé la tradition du mouvement ouvrier qui a lutté pour son autonomie individuelle et collective et pour l’autogestion, plutôt que négocié les mécanismes compensateurs d’un travail dégradé par le taylorisme (Trentin, 2012). En ce sens, la requalification émotionnelle du travail, notamment dans le secteur des “industries culturelles”, mais aussi, probablement par contrecoup, dans d’autres secteurs, constitue un aspect décisif de ce début du XXIe siècle et de la revendication égalitaire eu égard à des vies professionnelles souvent mutilées par la division du travail et envenimées par des rapports hiérarchiques et une rationalité en finalité assujettie aux exigences du capital. Il faut mesurer toute la légitimité d’une aspiration à faire du travail un lieu de déploiement et de reconnaissance de la subjectivité et de la singularité. Au demeurant, que ce soit à Lima ou Paris, parmi les monteurs ou parmi les pigistes, c’est une conscience axiologique de ce qu’ils font qui habite les travailleurs plutôt qu’un consentement à loi de la valeur.

  • 16 Dans ce passage Supiot invite à sortir des frontières européennes pour regarder l’Afrique, l’Inde e (...)

34Derrière l’aspiration à l’émotion et à l’autonomie, il en va donc d’une question décisive pour le travail aujourd’hui. Comment est-il possible de faire droit à cette autonomie sans qu’elle soit l’occasion de formes originales et extrêmes d’exploitation ? Le capitalisme met en avant l’autono­mie et incite les salariés à reprendre une marge de liberté dans leur travail et à personnaliser celui-ci. Ces derniers, lorsqu'ils s’en sentent les moyens, se prêtent à cette invitation parce qu’ils mesurent légitimement la puissance de réalisation qu’elle comporte. Pour que cette incitation ne soit pas un “leurre” qui exténue et dépossède le salarié de son œuvre il faut bien évidemment qu’elle fasse l’objet d’un contrôle collectif et syndical. Il faut encore que l’autonomie ouvre sur de nouveau droits, et notamment que les diverses formes de l’indépendance ou de la sous-traitance qui sont aujour­d’hui l’occasion de précarités soient prises en charge par un droit du travail qui a vocation à devenir le droit commun à toutes les situations de tra­vail, salarié ou non (Supiot, 2000). L’oscillation des pigistes parisiens entre indépendance, salariat et ce que l’on pourrait aussi appeler un précariat (dans l’espace pour ainsi dire situé entre l’une et l’autre), la présence massive de l’indépendance dans le secteur de la culture en Amérique latine, et plus particulièrement parmi nos interviewés à Lima, incitent à reconsidérer de ce point de vue le droit à un travail décent : un travail qui apporte pour toutes et tous « une vraie sécurité économique sans exposer à une insécurité physique » (Supiot, 2010 :453)16.

35Mais précisément, dans ce nouveau moment du capitalisme, les classes moyennes autant que les enfants des classes populaires sont directement engagées dans une compétition à la fois confuse et en partie occulte. Ce que montre l’exemple liménien, c’est une configuration sociale où la possibilité de réalisation professionnelle doit s’adosser sur une épargne et des transferts privés et il nous semble possible d’en tirer quelques conséquen­ces pour l’Europe. Certes, en dépit de conditions d’insécurité et de flexibilité professionnelles très fortes, il ne s’agit pas à Lima de précarité ou de précarisation des travailleurs de la culture. Comme on l’a vu, dans une large mesure les interviewés sont impliqués dans un processus de reproduction des classes moyennes très spécifique à la situation péruvienne. Toutefois on constate de plus en plus que pour soutenir leurs enfants dans leur ambition à l’autonomie et à la réalisation, ces mêmes classes, en Europe, puisent de plus en plus dans leurs ressources patrimoniales, voire s’endettent. C’est là où la situation liménienne peut éclairer certains changements dans l’équilibre des classes en Europe. Il apparait, en effet, qu’au cœur des professions culturelles se produit un double processus qui allie conjointement, d’une part, la précarisation des classes moyennes et, d’autre part, la privatisation de fait des modalités de la protection et de l’assurance.

36Ce double mouvement non seulement montre que la précarisation ne saurait être envisagée sous l’angle du seul travail quand bien même celui-ci est au cœur du processus, mais encore que certaines transformations dans les conditions de la protection sociale associées au travail ont une incidence sur la configuration des classes.

  • 17 C’est en tout état de cause ce que constatent les sociologues D. Hesmondhalgh et S. Baker dans leur (...)

37La massification de l’aspiration à l’autoréalisation, à mesure de la scolarisation, mais aussi la concurrence provoquée par cette scolarisation, débouchent désormais sur une diminution du coût de la force de travail sur le marché. Tout se passe comme si pour certaines professions, la chance sociale de faire un travail enrichissant légitimait une rémunération au rabais17. De plus en plus, les fractions des classes moyennes dont les enfants aspirent à une profession leur permettant d’accomplir une mission sociale ou culturelle sont contraintes de soutenir ceux-ci par des transferts privés tant ils sont de plus en plus confrontés durant une partie de leur carrière à l’incertitude de l’emploi et à l’insécurité professionnelle. Cette lutte individuelle contre la précarisation apparait comme un processus de privatisation d’une sécurité qui jusque-là relevait de l’Etat social ou de sa médiation. Elle nourrit de fait des inégalités dont font plus particulièrement les frais ceux qui ne peuvent s’appuyer sur de tels transferts. Mais ce processus est aussi l’expression d’une seconde tendance : il s’agit rien moins que du processus original de précarisation des classes moyennes qui jusque-là avaient réussi à résister à l’accroissement des inégalités sociales. La dégradation des conditions de rémunération et d’emploi que rencontrent de plus en plus les jeunes travailleurs des industries culturelles est peut-être bien l’expression d’une crise du processus de reproduction des classes moyennes. Cultivés, formés par l’appareil scolaire et universitaire, capa­bles d’autonomie et d’initiative, ces jeunes sont la principale force de travail du capitalisme informationnel qui en capte l’énergie et l’inventivité et qui les exploite en rencontrant de moins en moins de résistance face à lui. Seul un sursaut politique pourrait nous semble-t-il venir à bout d’une conjoncture marquée par la polarisation extrême des inégalités et par la confiscation inégalée de la richesse et du savoir (Piketty, 2013).

Haut de page

Bibliographie

Aubert C.,
2011 La figure du pigiste comme forme de mobilisation de la main d’œuvre : le cas de la presse écrite française, Thèse pour le Doctorat de Sciences Economiques, Université Paris 1.

Baudelot C., Gollac M.,
2003 Travailler pour être heureux ?, Paris, Fayard.

Bell D.,
1978 Contradiction culturelle du capitalisme, Paris, PUF.

Boltanski L., Chiapello E.,
1999 Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bouquillion P.,
2012 Creative economy, creative industries : des notions à traduire, Presses Universitaire de Vincennes, Saint-Denis.

Bureau M-C., Perrenoud M., Shapiro R. (éds.),
2009 L'artiste pluriel : démultiplier l'activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires septentrion (coll. Le regard sociologique).

Camors C., Soulard O.,
2010 Les industries créatives en Île-de-France - Un nouveau regard sur la métropole, Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région d'Ile-de-France.

Corsani A.,
2012 “Autonomie et hétéronomie dans les marges du salariat : les journalistes pigistes et les intermittents du spectacle porteurs de projets”, Sociologie du travail, n° 54-4, pp. 495-510.
DOI : 10.1016/j.soctra.2012.09.008

Florida R.,
2002 The Rise of the Creative Class: And How it’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Perseus Book Group.

Fourier Ch.,
1849 L'Harmonie universelle et le phalanstère, Paris, Librairie Phalanstérienne.

Graeber D.,
2011 The Democracy Project a History, a Crisis, a Movement, New-York, Spiegel and Grau.

Hesmondhalgh D.,
2007 “Musique, émotion et individualisation ”, Réseaux, n° 141-142, pp. 203-230.

Hesmondhalgh D., Baker S.,
2010 “ ‘A Very Complicated Version of Freedom’ – Conditions and Experiences of Creative Labour in three Cultural Industries”, Poetics, n° 38, pp. 4-20.
DOI : 10.1016/j.poetic.2009.10.001

Lyotard J-F.,
1977 Rudiments païens, Paris, Christian Bourgois.

Marx K.,
1972 Manuscrits de 1844. Économie politique et philosophie, Paris, Éditions sociales [1962].

Menger P-M.,
2002 Portrait de l’artiste en travailleur métamorphose du capitalisme, Paris Seuil.

Mercure D., Vultur M.,
2010 La signification du travail nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, PUL.

Piketty Th.,
2013 Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil.

Pillon T.,
2012 Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock.

Pilmis O.,
2007 “Faire valoir ses compétences : les pigistes et le placement de sujet”, Formation emploi, n° 99 juillet-septembre, pp. 75-86.
2010 “Protection sociale, structures marchandes et temporalité de l’activité. Pigistes et comédiens face à l’assurance-chômage”, Sociologie, vol. 1, n° 2, pp. 215-233.

Rifkin J.,
2000 L’âge de l’accès, Paris, La découverte.

Rodriguez J., Berry A. (ed.),
2010 Desafíos laborales en América Latina dos décadas despuès de las reformas estructurales. Bolivia, Paraguay y Peru (1997-2008), Lima, IEP/Fondo Editorial de la PUCP.

Ross A.,
2003 No-Collar – The Human Workplace and its Hidden Costs, Philadelphia, Temple University Press.

Sassen S.,
1991 The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

Storper M.,
1989 “The Transition to Flexible Specialization in US Film Industry: External Economies, the Division of Labour, and the Crossing of Industrial Divide”, Cambridge Journal of Economics, 13/2, pp. 273-305.

Supiot A.,
1994 Critique du droit du travail, Paris, PUF.
2000 “Les nouveaux visages de la subordination”, Droit social, n° 2, février, pp. 131-145.
2010 “L’esprit de Philadelphie”, entretien avec A. Corsani, Droit social, n° 4, avril, pp. 448-456.

Tasset C., AmossÉ Th., GrÉgoire M.,
2013
Libres ou prolétarisés ? Les travailleurs intellectuels précaires en Île-de-France, Noisy-le-Grand, Centre d’études de l’emploi, Rapport de recherche n° 82.

Trentin B.,
2012 La Cité du travail. Le fordisme et la gauche, Paris, Fayard.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Cet article porte sur les travailleurs des “industries culturelles et créatives”. Il s’appuie sur deux enquêtes : l’une menée à Paris (73 entretiens biographiques), l’autre menée à Lima (20 entretiens biographiques) et approche plus particulièrement l’expérience professionnelle des pigistes et des monteurs. À distance des travaux récents qui considèrent que l’aspiration à l’autonomie est en phase avec le modèle productif néolibéral, il cherche d’abord à comprendre les ressorts et, au sens large, l’économie de ce type de travail, souvent aux limites de l’indépendance et du salariat précaire notamment en France.

L’article explore ainsi parmi les deux groupes étudiés l’originalité des conditions de la production qu’il précise sur quatre points : 1°) la relation aux valeurs à partir des enjeux d’authenticité que suppose la relation à l’expressivité et à l’autoréalisation ; 2°) la relation aux familiarités à partir de la “domestication” d’un lieu de travail souvent au domicile et les nouvelles porosités entre travail et intimité que celle-ci induit ; 3°) le rapport à la reconnaissance en montrant l’ambivalence de l’enjeu réputationnel dans un contexte où les conditions de travail, qu’elles soient formelles ou informelles, demandent souvent de la part du travailleur l’attestation de sa disponibilité coopérative ; 4°) le rapport aux affects et aux intensités, alors que là encore se manifeste une ambivalence entre l’investissement passionnel dans le travail et les possibilités d’usure physique, éventuellement mentale.

Empruntant la notion d’intensité à la psychanalyse et aux divers commentaires qui en ont été donnés, l’article entend insister sur l’originalité de la mobilisation des énergies au travail dans un contexte de dérégulation. Tout en montrant des convergences entre les manières de travailler et les types de vie à Lima et Paris, l’article tire aussi quelques interrogations que l’on peut résumer en deux points.

D’une part comment répondre à la question de la dépendance économique de ces professions souvent aux frontières du salariat précaire et du travail indépendant ? Si le travail indépendant et l’autonomie ne sont pas seulement les ressorts d’une nouvelle “servitude volontaire”, l’article s’interroge en suivant A. Supiot sur la possibilité d’un droit du travail ayant vocation à devenir le droit commun à toutes les situations de travail salarié ou non. D’autre part : quel sens donner à l’importance toujours plus grande des transferts financiers familiaux dans la résistance aux aléas du secteur culturel au Pérou et à la dégradation de la norme d’emploi de ce même secteur en France ? La privatisation et la patrimonialisation de la protection sociale des travailleurs de la culture au Pérou, souvent longtemps dépendants des transferts financiers des parents, interrogent dans le contexte français sur une précarisation des classes moyennes dont est symptomatique parfois l’insuffisance des revenus des travailleurs de la culture pour subvenir à leurs conditions de vie et de logement.

Structured Summary

This article deals with workers in “cultural and creative industries”. It is based on two investigations : one carried out in Paris (73 biographical interviews), and the other car­ried out in Lima (20 biographical interviews) and, more specifically, approaches the professional experience of freelance journalists and film editors. At a distance from re­cent works which consider that the aspiration to autonomy is in keeping with the neoli­beral productive model, it first tries to understand the resources and, in the broader sense, the economy of this type of work, often at the limits of independence and preca­rious wage-earning, particularly in France.

Thus, among the two groups studied, the article explores the originality of the conditions of production, which it specifies in four points. 1°) the relationship to values based on the issues of authenticity which the relationship to expressivity and self-achievement supposes ; 2°) the relationship to fa­miliarities based on the “domestication” of a work place, often at home and the new porosities between work and intimacy that induces ; 3°) the relationship to recognition in showing the ambivalence of the issue of reputation in a context where working conditions, be they formal or informal, often require the worker’s attesting to her/his co-operative availability ; 4°) the connection to affects and intensities : while here too an ambivalence appears between passionate investment in work and the possibilities of physical, and possibly mental, strain. Borrowing the concept of intensity from psychoanalysis and the various comments which have been offered, the article intends to insist on the originality of the mobilization of energies for work in a deregulated context.

While showing convergences between ways of working and types of lives in Lima and Paris, the article also formulates some questions which may be summarized in two points. On the one hand, how might we respond to the question of the economic dependence of these professions at the borders of precarious wage-earning and indepen­dent work ? If independent work and autonomy are not merely instances of a new “voluntary servitude”, in following A. Supiot the article considers the possibility of a labour law intended to become civil law in all work situations, salaried or not.

On the other hand : what sense shall we give to the ever increasing scale of familial fi­nancial transfers aimed at resisting the hazards of the cultural sector in Peru and the degradation of employment norms in this same sector in France ? The privatization and patrimonialization of cultural workers’ social protection in Peru, often dependent on long-term financial transfers from parents, in the French context, questions a preca­risation of middle-classes of which the insufficiency of the cultural workers’ incomes to meet their housing and living requirements is sometimes symptomatic.

Haut de page

Notes

1 On résume ici quelques thèmes évoqués par les auteurs autour de cet idéal type (Mercure D., Vultur M., 2010, pp.159 sq.).

2 On entend par “industries culturelles et créatives” un énoncé large dont on n’ignore pas les ambigüités conceptuelles. Pour un historique argumenté de l’expression “industries culturelles” voir Bouquillon P., 2012.

3 On prend quelques-uns des adjectifs par lesquels M. Storper introduit à la “spécialisation flexible” (Storper M., 1989).

4 Pour une synthèse et une discussion de la relation entre musique, émotion et personnalité, voir Hesmondhalgh D., 2007.

5 Voir entre autres, Rot G., Verdalle de L., 2013.

6 On francise ici le nom de “storyboarder”.

7 Tasset C., Amossé Th., Grégoire M., 2013.

8 L’acronyme résume le projet suivant : “Evolution des normes d’emploi et nouvelles formes d’inégali­tés : vers une comparaison des zones grises ? ”.

9 On reprend l’utile distinction entre polyactivité et pluriactivité, la première rendant compte d’activités dans des secteurs professionnels distincts (par exemple journaliste et standardiste), la seconde rendant compte d’activités dans un même secteur professionnel (par exemple : photographe et pigiste). Voir Bureau M-Ch., 2009.

10  «En quarante ans, les effectifs des pigistes ont décuplé et leur part au sein de la population des journalistes a triplé» (Pilmis O., 2007, p.75).

11 Pour les éléments d’information objectifs et principalement économiques concernant la profession et l’usage des piges on s’appuie sur Aubert C., 2011.

12 Cette école très renommée en Amérique Latine, fut fondée à la fin des années 1980, notamment par Gabriel Garcia Marquez. A partir de méthodologies d’enseignement très originales, elle a formé de nombreux étudiants de cinéma latino-américains et africains.

13 Voir sur ce point les témoignages dans Pillon T., 2012.

14 Ajoutons que, spécificité liménienne, ils ont souvent fait leurs études aux Etats-Unis.

15 On appelle “travailleur familial non-rémunéré” (TFNR) «une personne qui travaille sans rémunération dans une entreprise exploitée par un parent vivant dans le même ménage». Pour cette définition, comme pour les statistiques et les informations qui suivent, on s’appuie sur Rodriguez J., Berry A., 2010. Rappelons qu’en France, les indépendants correspondent à environ 8% de la population active.

16 Dans ce passage Supiot invite à sortir des frontières européennes pour regarder l’Afrique, l’Inde et l’Amérique Latine.

17 C’est en tout état de cause ce que constatent les sociologues D. Hesmondhalgh et S. Baker dans leur enquête sur le secteur de la production télévisuelle à Londres (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cingolani, « Les travailleurs des industries culturelles, entre passion et précarisation ? Essai de comparaison sur deux expériences socioprofessionnelles : pigistes à Paris, monteurs à Lima », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-2 | 2014, 39-59.

Référence électronique

Patrick Cingolani, « Les travailleurs des industries culturelles, entre passion et précarisation ? Essai de comparaison sur deux expériences socioprofessionnelles : pigistes à Paris, monteurs à Lima », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1252 ; DOI : 10.4000/rsa.1252

Haut de page

Auteur

Patrick Cingolani

Laboratoire de changement social et politique (LCSP), Université Denis Diderot, Paris 7.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org