Navigation – Plan du site

Précariser les diplômés ? Les jeunes journalistes entre contraintes de l’emploi et ajustements tactiques

Jeopardising Graduates ?Young Journalists between Employment Constraints and Tactical Adjustments
Ivan Chupin
p. 103-125

Résumés

Dans le journalisme, il existe aujourd’hui 14 écoles reconnues par la profession qui dessinent les contours d’une élite. Or, ces jeunes journalistes se retrouvent face à une intensification de la précarisation à l’entrée sur le marché du travail. L’article se propose de revenir sur la manière dont l’élite du journalisme se voit touchée par des formes de déclassement. Il interroge notamment la généralisa­tion des concours ou bourses de la profession qui revient dans les faits à diplô­mer la précarité. Il montre comment ces prix se confondent avec des systèmes de post-formation (“les sas d’entrée”) mis en place par les entreprises dans les années 1990 afin de flexibiliser l’emploi. Il analyse enfin la précarité comme le produit d’un décalage entre les emplois les plus désirés par les jeunes diplômés et la réalité des postes qui leur sont offerts en sortie de l’école. Dès lors, les jeu­nes entrant sur le marché du travail se voient contraints de faire de nécessité vertu et de déployer diverses tactiques de la précarité pour espérer se maintenir dans les “grands” médias qu’ils perçoivent comme les plus légitimes.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Pour une analyse de ces débats, voir Tasset C., 2011.
  • 2  Voir par exemple et sans souci d’exhaustivité Paugam S., 2000 ; Perrin E., 2004 ou encore Maurer S (...)
  • 3  A l’exception de Collovald A., Mathieu L., 2009, qui interrogent le cas de deux mobilisations dans (...)

1Les intellos précaires seraient-ils devenus des “nouveaux intellos pré­caires” ? Telle est la thèse du livre de Marine et Anne Rambach qui, à l’occasion de sa réédition en 2011, ont préféré modifier le titre de leur pre­mier ouvrage Les intellos précaires en y accolant le qualificatif de “nou­veaux”. Selon elles, le quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007-2012) et les réformes entreprises à l’université (la LRU de 2007) sont venus aggraver les conditions de travail des intellectuels ce qui correspondrait donc à une situation inédite. Dès 2001 et leur première enquête (Rambach/Rambach, 2001), les deux auteures pointaient le décalage croissant entre le niveau de diplôme de plus en plus élevé et la déqualification et la précarisation crois­santes des places disponibles sur le marché du travail. Or, cette catégorie générique “d’intellectuels précaires” fait l’objet de nombreuses critiques au sein du monde universitaire en ce qu’elle agrège des professions et des activités aux logiques différentes1. Ce type d’essai politique constitue sur­tout un rappel de la faiblesse des études scientifiques consacrées à la ques­tion. Si les processus de précarisation des populations les plus vulnérables sont davantage renseignés2, beaucoup plus rares sont en effet les travaux sociologiques qui abordent les transformations des conditions de l’emploi des fractions les plus intellectuelles3. Dans le journalisme, cette précarisa­tion a cependant pu donner lieu à certaines études (Accardo, 1998 ; Pilmis, 2013). De manière pionnière, Alain Accardo montrait dès la fin des an­nées 1990 le rôle joué par une “armée industrielle de réserve” (au sens de Karl Marx) dans l’abaissement du niveau de rémunération des jeunes jour­nalistes. Plus récemment, Olivier Pilmis a souligné la communauté de destin existant entre les pigistes et les comédiens intermittents. Selon lui, ces derniers travaillent dans un univers professionnel marqué par la dis­continuité de l’activité, par la précarité et le court terme. Il propose de remplacer le concept de précarité par celui d’intermittence au travail car certains pigistes connaissent des formes d’épanouissement dans leur vie professionnelle.

2Or, cette assimilation pose problème : si les pigistes ont un travail inter­mittent, dans la plupart des cas ils ne disposent pas du statut constitué dans les années 1960 et largement réservé au monde des arts et du spectacle. De plus, de nombreux jeunes journalistes ne relèvent pas d’un travail et de ré­munérations de pigistes. Ils enchaînent plutot une répétition de contrats à durée déterminée (presse régionale, L’Equipe, diverses stations d’audiovi­suel). Dans leurs rapports à l’employeur, ces journalistes s’apparentent alors davantage à des “intérimaires de l’information” qu’à des “intermit­tents” – à cette nuance près que “l’agence d’intérim” est interne à l’entre­prise. Les formes d’emploi qui sont les leurs ressemblent donc beaucoup plus à celles d’un intérimaire dans une entreprise automobile ou dans la grande distribution qu’à celles d’une maquilleuse sur un tournage ou d’un artiste de spectacle vivant.

  • 4  Pour une discussion critique sur cette notion de déclassement et une approche «objectivante et sub (...)
  • 5  Bien entendu comme l’ont montré certains travaux de Rémy Rieffel, l’élite du journalisme ne se réd (...)

3Dans la continuité de ces travaux et de ce débat sur le recours à l’inter­mittence ou à l’intérim, on voudrait ici travailler la manière dont l’élite du journalisme se voit touchée par des formes de déclassement entendues ici dans le sens où « ces personnes seraient ‘sur diplômées’ par rapport à l’em­ploi qu’elles occupent » (Nauze-Fichet/Tomasini, 2002 :21)4. Dans le jour­nalisme, il existe aujourd’hui 14 écoles reconnues par la profession qui dessinent les contours de cette élite5. Or, ces jeunes journalistes se retrou­vent face à une intensification de la précarisation à l’entrée sur le marché du travail. L’afflux de nouveaux candidats accentue la détérioration des conditions du marché du travail. Des « sas d’entrées », pour reprendre la formule de Dominique Marchetti et Denis Ruellan, se constituent et de­viennent des « phases obligées » (Marchetti/Ruellan, 2001 :107).

4Ces sas constituent de nouveaux dispositifs d’emploi qui sont autant de manières pour les entreprises de reprendre la main sur la sélection des jeu­nes journalistes en instaurant leurs propres systèmes de post-formation. Ils délimitent les frontières d’un secteur d’emploi où l’accès est de plus en plus restreint aux seuls diplômés des écoles, mais où les entreprises orga­nisent l’évaluation permanente et la mise en concurrence de tous ces jeu­nes journalistes des écoles reconnues. Si les sociétés sélectionnent depuis longtemps les personnes qu’elles recrutent, la nouveauté vient d’une inten­sification de la sélectivité.

  • 6  Du fait de leur situation précaire, nous avons préféré garantir l’anonymat à nos enquêtés journali (...)

5Sur le plan du terrain, notre enquête résulte d’une série d’incursions dans diverses entreprises. Elle prend appui sur des entretiens réalisés dans le cadre d’une thèse de doctorat en science politique (Chupin, 2008) au­près de jeunes journalistes en école mais également sur le marché du tra­vail. Nous avons également interrogé les principaux cadres de plusieurs entreprises en charge des concours de la profession (Radio France, France 3, Europe 1, RFI, L’Equipe, Prisma)6. S’ajoutent à ces données une obser­vation participante réalisée dans une école de journalisme, le Celsa, ainsi qu’à France 3 région lors d’un stage de journalisme et également la passa­tion de plusieurs questionnaires dans les différentes écoles de journalisme.

6Dans les dernières années, les concours ou bourses de la profession se sont généralisés au sein des entreprises. Pour elles, ils constituent des moyens de capter les diplômés les plus ajustés à leurs contraintes. Les bourses reflètent les transformations du marché du travail et matérialisent cette tendance des entreprises à diplômer la précarité. Il est de plus en plus difficile de tracer la frontière entre les prix venant récompenser “les meil­leurs des étudiants d’écoles” et l’insertion dans des systèmes de post-for­mation (“les sas d’entrée”) intégrés aux entreprises (II).

7Comment dès lors comprendre ce paradoxe qui fait que même l’élite des diplômés n’échappe plus à sa précarisation ? Ce processus découle de la conjonction d’un état objectif du marché du travail et de la création de nouveaux dispositifs de flexibilisation de l’emploi mis en place par les en­treprises dans les années 1990 et qui s’appuient sur une rhétorique de l’inachèvement de la formation des jeunes journalistes (III).

8Ensuite, on peut le comprendre comme le produit d’un décalage entre les emplois les plus désirés par les jeunes diplômés et la réalité des postes qui leur sont offerts en sortie de l’école. Des lors, ils se voient contraints de faire de nécessité vertu et de déployer diverses tactiques de la précarité pour espérer se maintenir dans les “grands” médias qu’ils perçoivent comme le plus légitimes (IV).

II. Diplômer la précarité : la généralisation d’un recrutement par concours dans les entreprises

9Alors qu'existent 14 écoles reconnues, on pourrait croire que ces diplô­més échappent à la précarisation des conditions d'emploi en journalisme, la hiérarchie de la qualité des emplois s'alignant sur la hiérarchie des titres pour leur réserver des conditions plus favorables et plus stables. L'analyse des concours organisés par les entreprises révèle qu’il n’en est pas ainsi : elle permet de comprendre comment des conditions d'emploi précaire sont imposées, à titre de sas de longue durée, y compris aux diplômés des éco­les. Le cas des bourses traduit ainsi la manière dont l’élite des formations se voit atteinte par la précarisation des statuts. La bourse n’est plus suffi­sante : elle ne garantit plus l’accès à un CDI, comme par le passé, puis­qu’elle est devenue un accès à une série de nouveaux contrats présentés comme autant de phases de mise à l’épreuve.

A. Définir l’excellence du métier : la bourse comme garantie de la carrière dans les années 1960

10Les prix de la profession ne sont pas une invention récente. Le prix Albert Londres a été créé en 1924 (Gatien, 2013). Lorsque nous appréhen­dons les prix, nous entendons principalement ceux qui ne sont pas destinés à des professionnels en exercice (comme “le prix des correspondants de guerre”) mais bien les concours “réservés” aux étudiants tout juste sortis d’écoles de journalisme. La bourse d’Europe n° 1 constitue un premier dis­positif de recrutement et de définition d’une excellence professionnelle. Europe 1 crée avec la bourse Lauga l’une des premières bourses dédiées aux jeunes étudiants d’école de journalisme. Francis Lauga était un jour­naliste d’Europe 1, décédé en février 1961 dans un accident d’avion, alors qu’il se rendait sur un reportage dans les Alpes. La bourse Lauga est orga­nisée trois mois plus tard. Elle vient remplacer et rebaptiser la bourse des Reporters dont les lauréats en 1958 avaient été Pierre Bouteiller et Philippe Labro qu’il avait été impossible de départager à l’époque. La cré­ation de la bourse Lauga traduit donc la volonté d’Europe n° 1 de s’inscrire dans un partenariat avec les formations reconnues afin de “professionnali­ser” davantage le recrutement de ses journalistes. En effet, elle permet de distinguer la nouvelle station privée des logiques ayant cours à la RTF de l’époque, dont le recrutement reposait largement sur des cooptations poli­tiques ou relationnelles.

11Dans les années 1960, obtenir cette bourse garantit à un journaliste une carrière professionnelle. Le concours ouvre vers un voyage à l’étranger de trois mois et surtout débouche quasi immédiatement sur un emploi stable dans la radio. Pour des raisons d’économies budgétaires internes à Europe 1, la possibilité de faire un voyage est supprimée quelques années plus tard, mais dans les années 1980, les lauréats conservent leur intégration dans la maison.

12Au début des années 1980, les épreuves sont de nature théoriques et pratiques. Ce qui deviendra ensuite un entretien d’embauche et de motiva­tion s’apparente à un “grand oral” de Sciences Po ou de l’ENA au cours duquel les journalistes d’Europe 1 cherchent à vérifier la culture générale et la capacité à s’exprimer en public du jeune journaliste. Les candidats font face à des questions de culture générale et des mises en situation vir­tuelles :

  • 7  PDG de la radio à partir de 1977.

On pouvait vous demander ce qui s’était passé six mois auparavant dans tel endroit du globe, si tel ou tel mot vous inspirait un commen­taire, ce que vous auriez fait à la place de tel ou telle journaliste si vous aviez été confronté à telle situation. Mais ça pouvait aussi être, ‘est-ce que vous avez entendu parler de la pêche aux moules en basse Silésie ? ’. Après il y avait délibération du jury. On faisait venir la ou les personnes. Et puis c’était Jean Luc Lagardère7 qui disait et à ce moment là, le champagne ! Il y a les gens qui viennent vous voir et ça y est vous êtes déjà dans la boite. On vous demande à quel mo­ment vous allez pouvoir venir, si vous avez un logement, si on peut vous aider (Entretien, le 13 janvier 2004, avec Marc Tronchot, direc­teur-adjoint à la rédaction d’Europe 1 et boursier Lauga en 1982).

13La bourse, était le signe de l’ouverture d’une carrière à Europe 1 et pré­sentait le caractère d’une ressource rare dans le paysage de formation.

B. Recruter par concours : quand les bourses diplôment la précarité

14Aujourd’hui tournées vers la maitrise de l’artisanat du métier, les bourses sont exclusivement mesurées à l’aune de la pratique profession­nelle. Les épreuves proposées aux jeunes journalistes sont ajustées aux contraintes de chaque entreprise. A Europe 1, pour la Lauga, les apprentis journalistes disposent de trois heures pour rapporter un reportage de deux minutes où doivent figurer trois intervenants. Puis ils enchaînent sur la réalisation d’un flash d’informations. Ils sont enfin reçus par des cadres de la rédaction pour un entretien.

  • 8  Dans le jargon journalistique radio, un “enrobé” englobe différents sons de différents interlocute (...)
  • 9  Ce prix a été supprimé en 2004.

15Dans le même temps, à partir des années 1980 et surtout 1990, les con­cours se généralisent dans les entreprises. La bourse devient une opération de sélection en vue d’un éventuel recrutement. A RFI, pour la bourse Les­caut, il est demandé de réaliser un journal d’une durée de huit minutes, in­tégrant deux éléments sonores, une revue de presse de trois minutes et un reportage, préparé avant le concours, d’une durée de trois minutes sur une thématique internationale. A RTL, la bourse Dumas se déroule sur deux jours. La première journée, les étudiants doivent réaliser, sur un même thème, trois produits journalistiques différents : une interview de deux mi­nutes, un “enrobé”8 d’une minute vingt, et un papier de 50 secondes. La deuxième journée, ils sont reçus dans le cadre d’un entretien de personna­lité. À TF1, pour le prix Bouygues9, il était demandé de réaliser un reporta­ge et une épreuve dite “de plateau” consistant dans le fait de travailler pendant une heure sur un thème, principalement à partir de dépêches et de journaux. Puis le jeune journaliste devait intervenir une minute devant la caméra comme s’il répondait à une question en direct dans le journal. Dans chaque épreuve, on retrouve donc la mise en avant de compétences journalistiques dans deux domaines : reportage et présentation. Les jeunes journalistes sont retenus principalement sur leur “opérationnalité” dans l’action, car de nombreuses épreuves nécessitent de travailler dans l’ur­gence. Leur culture générale est considérée comme un pré-requis validé par le passage par l’école et souvent par un cursus universitaire ou celui d’un Institut d’études politiques (IEP ou “Sciences Po”) avant.

  • 10  Ces bourses se sont par ailleurs généralisées dans de multiples entreprises et sont le plus souven (...)

16Ces bourses10 répondent à des besoins en personnel. Elles rendent d’abord possible le recrutement ponctuel pour un CDD des journalistes sortis d’école pendant la période estivale où les “besoins” se font plus im­portants. La bourse conduit aujourd’hui le plus souvent à un contrat à durée déterminée de quelques semaines ou quelques mois. A Europe 1 ou à TF1, ce premier contrat de trois mois est un moyen de tester les compé­tences et la motivation du jeune entrant. Si celui-ci donne satisfaction, les dirigeants lui redonnent un nouveau contrat de 9 mois. A l’issue de ces 12 mois de travail pour la radio, il peut espérer signer un CDI. A TF1, ce con­trat est d’une durée d’un an pour le premier et s’achève par l’éviction de la chaîne ou une titularisation en CDI. Il est de 6 mois pour la bourse d’Arcy et débouche le plus souvent sur d’autres CDD à répétition pendant plu­sieurs années, comme dans le cas de nombreuses entreprises de l’audiovi­suel public. La bourse Dumas de RTL prévoit un CDD d’un an pour le lau­réat et un CDD de trois mois pour le second. A RFI, le gagnant remporte un CDD d’un an. La bourse Payot offre pour sa part la somme de 6 600 euros et trois mois de stages dans une ou plusieurs radios francophone(s). L’Equipe offre 1 500 euros et un CDD de trois mois au lauréat, ainsi qu’un CDD de trois mois pour le second.

17Historiquement, ces transformations du statut des bourses de CDI vers des CDD de quelques mois correspondent au moment de l’explosion de la précarité :

Au 31 décembre 1998, il y avait selon la commission de la carte d’i­dentité des journalistes professionnels 18,5 % de pigistes [et précai­res] contre 9,6 % en 1980, soit une augmentation de 1 599 à 5 654, équivalant à 253,6 % en 18 ans, alors que le nombre de journalistes n’a augmenté que de 83,6 % durant la même période (Balbastre, 2000 :76).

  • 11  La bourse Ajis donne également lieu à la publication des reportages distingués par le jury dans le (...)

18Parfois, certaines bourses en presse écrite fonctionnent de manière plus économique en proposant aux jeunes journalistes de leur acheter leurs arti­cles, comme c’est le cas pour la Bourse qu’organise chaque année la DRH de Bayard Presse. Au terme de ce concours, les étudiants des écoles ayant obtenu un prix sont conviés avec les responsables des études pour rencon­trer les DRH des divers titres du groupe Bayard presse lors d’un “déjeu­ner-contact”. Ce concours et cette rencontre peuvent alors déboucher sur d’éventuelles collaborations sous la forme de piges. La bourse joue ici une fonction principalement utilitaire puisqu’elle permet de remplir certaines pages des titres du groupe (les publications s’effectuent dans Notre Temps, Phosphore, Terre Sauvage, Côté femme, La Croix, Le Pèlerin ou encore Panorama) en y insérant les reportages réalisés par les étudiants11. Ici, elle se confond avec un marché de la pige où la place et la maitrise de réseaux peu formalisés constituent des élément assez centraux pour obtenir une activité professionnelle (Pilmis, 2007).

19Ce mouvement traduit bien la généralisation de la précarisation à l’en­semble des débutants d’une même classe d’âge constatée par des sociolo­gues ayant étudié l’histoire de la précarité dans d’autres secteurs (Faguer, 1999 ; Gorgeu/Mathieu/Pialoux, 1998). Au total, la détention d’un prix du métier ne constitue plus une garantie en soi de faire carrière dans une entreprise.

III. La précarisation comme effet conjoint du marché et de la politique de flexibilité des entreprises

20Comment dès lors comprendre ce processus de précarisation des diplô­més ? Ici, pour saisir les raisons de la parcellisation de l’emploi et son éclatement en CDD, ce sont sans doute autant des variables structurelles propres au marché qui sont à prendre en considération (effet de l’ajuste­ment/désajustement de l’offre et de la demande d’emploi), que l’effet de nouvelles politiques de gestion des ressources humaines et leur recherche de “flexibilité” initiée à partir des années 1990.

A. Un marché du travail paradoxalement dynamique : la double explosion de l’offre et de la demande d’emploi

21A partir des années 1990, le développement de médias nouveaux (Inter­net, TNT…), mais aussi de plus en plus spécialisés (presse magazine…) entraine des offres d’emplois. Dans le même temps, et non sans lien, l’at­tractivité du métier journalistique se renforce auprès des jeunes candidats et contribue à une augmentation plus générale des effectifs de la profes­sion. Or, si l’offre et la demande progressent, elles ne s’ajustent que dans le cadre de conditions d’entrée détériorées sur le marché du travail.

  • 12  Sur l’histoire des radios libres, voir entre autres Cojean A., Eskenazi F., 1986.

22Durant les années 1980, on constate un développement rapide des ra­dios et de la presse magazine. L’offre radiophonique doit d’abord son essor à l’émergence des radios libres qui sont 350 en septembre 1981 (d’Almeida/Delporte, 2003 :241)12. Puis, les radios commerciales se déve­loppent du fait du vote, en juin 1984, d’une loi autorisant la publicité de marques sur les stations de la bande FM. Le début des années 1980 voit également l’essor du secteur de la presse magazine. Le caractère multimé­dia et international des groupes de presse magazine (Prisma, Emap…) s’affirme (Charon, 1999 :18).

  • 13  Voir Baisnée O., Marchetti D., 2000, 2002.

23Cet essor des activités journalistiques se retrouve à la télévision avec la constitution de chaînes privées : Canal + en 1984, la Cinq en 1985 puis avec la privatisation de TF1 en 1986. Dans les années 1990, l’accès au câble et au satellite favorise la naissance de nouvelles chaînes télévisées. Des recrutements s’opèrent donc dans l’audiovisuel pour accompagner ce développement. Les chaînes thématiques se multiplient. Fin 1999, la Fran­ce dispose de plus de 70 chaînes spécialisées (Devillard/Lafosse/Leteintu­rier/Marhuenda/Rieffel, 2001 :29) ce qui entraîne un mouvement de seg­mentation des publics et donc des publicités. On compte également plu­sieurs chaînes nouvelles d’information en continu (LCI et i-télévi­sion, Euronews13). Avec la télévision numérique terrestre (TNT), le marché de l’information s’élargit avec la récente mise en place de nouvelles chaî­nes comme BFM TV, Direct 8. Enfin, internet a contribué à développer de nouveaux médias intégralement en ligne (pure players) et rend possible un ciblage toujours plus poussé de l’audience (Antheaume, 2013 :25).

24L’augmentation du nombre de candidats à la profession de journaliste peut être mesurée principalement à l’aide du critère du nombre de nou­velles cartes de presse délivrées chaque année par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP). Dans les années 1960, le nombre de nouvelles cartes était en moyenne de 600 par an (CEREQ, 1973 :4). En 1990, des chercheurs de l’IFP constataient que :

L’augmentation régulière du nombre de journalistes titulaires, mais surtout l’accroissement continu du nombre de premières demandes de cartes (+30 % entre 1970 et 1980 et +78 % entre 1980 et 1990) illustrent la croissance de l’activité de la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) mais sont aussi le signe de l’attrait pour cette profession ! (Devillard/Lafosse/Leteintu­rier/Marhuenda/Rieffel, 1992 :18).

25De manière plus générale, entre 1965 et 1999, la profession a vu ses effectifs multipliés par trois. A l’exception de la période 1991 à 1993, où les médias ont traversé une crise publicitaire on note une croissance régu­lière des effectifs (Ibid. :16). A partir de 1996, le nombre de journalistes augmente à nouveau assez sensiblement pour atteindre les 37 012 cartes de presse en 2012.

26Comme le souligne une étude de l’IFP datant de 1990,

  • 14  Contrairement à ce qu’avancent les auteurs, il ne s’agit pas forcément de “recrutements” mais bien (...)

Il y a donc eu dans l’audiovisuel des recrutements et ce phénomène est largement illustré par la croissance continue du nombre de repor­ters d’images et cameramen : 200 en 1970, 360 en 1982, ils sont 509 en 199014.

  • 15  1993 en 2012.

27Aujourd’hui, la profession délivre environ 2 000 nouvelles cartes de presse par an15. Or, si certaines de ces cartes peuvent être liées à des recon­versions, « il ne s’agit que d’une minorité (21 % ont plus de 36 ans) qui ne saurait expliquer les fortes proportions exprimées ci-dessus » (Marchet­ti/Ruellan, 2001 :17).

  • 16  Il n’existe pas d’ailleurs dans ce domaine de statistiques unifiées sur les jeunes diplômés dans l (...)

28La précarisation des diplômés ne peut pas se réduire au seul effet direct joué par l’offre et la demande car il apparaît que les deux courbes (nou­veaux emplois dans les médias et nouvelles cartes) sont en hausse. S’il est possible que la demande des journalistes ait largement excédé les nou­veaux emplois, ce qui aurait eu comme effet mécanique de renforcer la concurrence entre eux, les statistiques dont nous disposons ne permettent malheureusement pas de répondre avec précision à cette hypothèse16. Toutefois, ce qui est notable, c’est que ce double accroissement est loin de s’ajuster dans le cadre d’un équilibre général pur et parfait : il n’a pas été synonyme de stabilisation des parcours dans le métier. Pour saisir les rai­sons de cette précarisation des diplômés il faut donc déplacer le regard vers la mise en place de nouvelles politiques de ressources humaines au sein des entreprises.

B. Des “écoles après l’école” : la précarité comme effet des politiques de gestion des ressources humaines des entreprises

  • 17  Antares (Application nationale et télématique d’aide aux recherches d’emplois non permanents) est (...)
  • 18  Sur les redéfinitions de cette Académie et sa précarisation accrue, voir Chupin I., Jeanson de Men (...)

29Certaines entreprises comme Europe 1, RTL, TF1 octroient trois ou quatre contrats appelés également “stages” à des jeunes issus d’écoles et n’ayant pas terminé premiers dans les épreuves du concours. La bourse est devenue une manière d’alimenter des viviers de pigistes ajustés aux profils recherchés par les entreprises. De manière significative, L’Equipe anime d’ailleurs un “vivier” de pigistes et de jeunes journalistes en CDD baptisés “vivieristes”. Mais ce journal n’est pas un cas isolé. Ces nouveaux dispo­sitifs d’emploi offrent à des jeunes journalistes sortis d’écoles une série de contrats à durée déterminée leur permettant d’exercer de manière plus ou moins intermittente une activité de journaliste. Radio France a ainsi lancé son “planning” dans les années 1980 et France 3 a créé en 1996 un logiciel afin de gérer le recours à des emplois en CDD envoyés dans les différentes rédactions régionales17. A la fin des années 1990, Prisma presse refonde son Académie afin de recruter en contrats courts et sur concours de futurs journalistes18. De grands titres de presse quotidienne régionale comme Sud Ouest, La Provence ont également recours à des viviers de CDD pour les envoyer dans leurs antennes locales. L’entrée en vigueur de ces systèmes traduit de manière globale une tentative des DRH de reprendre le pouvoir en centralisant la gestion du personnel et en évitant ainsi que les recrute­ments se fassent de manière trop localisée au niveau des responsables de rédaction.

Rationaliser la précarité : la constitution des “plannings” dans l’audiovisuel public

Si les dispositifs de gestion de la précarité sont présents dans diver­ses entreprises, le cas des plannings est sans doute la forme la plus aboutie. Ils sont plus d’un millier à occuper des CDD à répétition sur Antares, le système mis en place à France 3, et plus de 150 sur celui de Radio France. L’intérêt pour l’entreprise de recourir à ce type de dispositif n’est pas principalement d’ordre financier, mais il permet surtout de bénéficier d’une flexibilité maximale dans l’organisation des emplois du temps. Si les deux dispositifs répondent aux mêmes fins (“rationaliser la précarité” dans des entreprises à réseau réunis­sant un grand nombre de stations locales), ils se sont structurés de manière différente. A Radio France la centralisation du système va s’opérer à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Elle a longtemps été placée entre les mains d’un secrétaire avant d’être transférée à la rédactrice en chef d’une locale.

30A France 3, face à l’inflation du nombre de CDD, Antares a été mis en place en 1996 par Bernard Gourinchas, alors Directeur des relations socia­les de la chaîne. Le système visait à éviter les titularisations des person­nels “occasionnels”. Or, à la différence de Radio France, à France 3, la centralisation du dispositif n’est pas parvenue à s’imposer et à enrayer les formes de fidélisation locales.

31Les employeurs interrogés considèrent que les jeunes journalistes qui entrent sur le marché du travail ne sont pas immédiatement aptes à inté­grer l’entreprise. C’est pour cette raison, notamment, qu’ils justifient l’existence de ces “sas d’entrée” dans la profession. Ces entreprises d’au­diovisuel public présentent leurs “plannings” comme des “écoles après l’école” :

Quand on sort d’école, on n’est pas fini. Le planning de Radio France permet de se tester soi-même, de se muscler cérébralement. Comme ça, dans un contexte d’information chaude, on se lance dans le grand bain et on traverse la piscine. On sait qu’on sait nager. Et on sait qu’on peut nager […] Le parcours en CDD est un complément de formation (Entretien avec Bernard Creutzer, directeur de locale de Radio France, le 18 avril 2003).

32Les gestionnaires de ces systèmes mettent en avant l’apprentissage d’un tour de main propre à l’entreprise et un “compagnonnage” qui seraient l’une des vertus de ce type de dispositifs. Ils instaurent des logiques de sé­lection à l’entrée de ces systèmes en réservant par exemple ce type d’em­ploi précaire à des étudiants d’écoles recrutés sur des formes de concours.

  • 19  Il le peut en faisant jouer l’article L.122-1 du Code du travail qui précise que «le CDD, quel que (...)
  • 20  Par exemple, à la rédaction nationale de France 3 en novembre 1999. Les journalistes en CDD régu­l (...)
  • 21  Collovald A., Mathieu L., 2009. Voir également Benquet M., 2010.
  • 22  A Radio France, un mouvement de journalistes précaires est en cours. Il fait suite à l’annonce de (...)

33Le propre de ces systèmes est d’installer les jeunes journalistes dans une précarité sans fin prévisible qui peut déboucher soit sur une titularisa­tion soit sur leur éviction progressive du dispositif. Ce type d’utilisation des journalistes est d’ailleurs contestable en droit si le journaliste précaire parvient à établir qu’il a pourvu de manière durable un emploi perma­nent19. Ceci dit, les cas de procès aux prudhommes sont relativement rares. Ce fait tient d’abord à l’importante méconnaissance du droit du travail par les journalistes précaires. De plus, dans la plupart des cas, les syndicats des entreprises utilisent la menace d’un recours aux prudhommes comme une ressource dans les négociations portant sur la requalification d’un cer­tains nombre de CDD en CDI20. Dans ce type de mobilisations improba­bles21, les précaires eux-mêmes se mobilisent par l’intermédiaire des syndicats22.

34Avant toute (éventuelle) intégration, le précaire doit faire ses preuves. Pour cela, les entreprises ont mis en place différents systèmes d’évaluation par le biais de rapports. Ces mécanismes d’encadrement social et de mise à l’épreuve permanente ne sont pas l’apanage exclusif de l’audiovisuel public, ni même du journalisme (Gorgeu/Mathieu, 1995).

IV. De la formation à l’emploi : les tactiques de la précarité chez les diplômés

  • 23  Voir Boltanski L., Bourdieu P., 1975.

35Les écoles ont construit leur reconnaissance symbolique sur le lien étroit avec le secteur des médias les plus généralistes. Dans les années 1970, ce marché entre en crise et, par voie de conséquence, les écoles se retrouvent désajustées par rapport aux emplois qui s’ouvrent à leurs étu­diants. Les diplômés d’école, recrutés de manière sans cesse plus sélec­tive, continuent de se tourner en priorité vers ce monde des médias géné­ralistes. Cette raréfaction de l’espace des débouchés les plus prestigieux force les écoles à gérer chez leurs jeunes diplômés une tension grandis­sante entre le titre et le poste23. Ceux-ci déploient de véritables tactiques de précarité afin de pouvoir se maintenir dans le cadre des emplois qu’ils valorisent le plus.

A. La fin des médias généralistes ? Réaliser et accepter le décalage entre le titre et le poste

36Le fait d’accéder à une école reconnue entretient chez les étudiants-journalistes des aspirations à l’exercice d’un travail dans les médias les plus généralistes. Ce faisant, ils ignorent les zones productrices de plus forts taux d’activité et d’emplois – souvent précaires – pour les nouveaux entrants que sont par exemple la presse magazine, la presse spécialisée et la presse professionnelle et technique :

La presse de proximité emploie plus d’un quart des nouveaux titulai­res diplômés, une proportion un peu inférieure au poids du secteur (qui représente un tiers des emplois de nouveaux titulaires [de la carte]). L’affectation des diplômés est indépendante de l’offre glo­bale d’emploi dans la catégorie, puisque les médias les plus deman­deurs (les spécialisés) sont les moins dotés en diplômés (Marchet­ti/Ruellan, 2001 :51).

  • 24  Le sociologue Yannick Estienne parle de “lumpen journalistes” pour désigner les travailleurs sur i (...)
  • 25  Comme le rappelle Louis Chauvel, «la dévalorisation des diplômes n’est pas le résultat de la seule (...)

37L’attrait pour l’audiovisuel et le journalisme numérique amène aussi les jeunes entrants vers des secteurs particulièrement précarisés24. Ces désa­justements entre les aspirations des jeunes diplômés et la valeur de leur titre, concrétisée par la réalité des positions ouvertes sur le marché du tra­vail (“les postes”), alimentent chez certains une frustration professionnelle (Chauvel, 2002 ; Arliaud/Eckert, 2002). Il ne faut d’ailleurs pas penser qu’il y aurait dans ce décalage une spécificité propre au journalisme tant cette tension découle de logiques structurelles liées aux diverses phases de massification de l’enseignement supérieur25.

  • 26  Au Parisien, par exemple, le passage aux 35 heures était couplé avec le fait de sortir le journal (...)

38Les écoles ont d’abord vu disparaître une partie de leurs débouchés, no­tamment avec les difficultés rencontrées par les secteurs de la presse écrite nationale (quotidiens et hebdomadaires) ainsi que par les agences de presse. Hormis des phases de recrutement exceptionnelles comme lors du passage aux 35 heures26 ou du lancement de suppléments, la plupart des grands médias se contentent le plus souvent de remplacer les seuls départs à la retraite. Comme le rappelle Eric Marquis, représentant du Syndicat national des journalistes (SNJ),

La crise a pris une forme aigüe depuis qu’à la baisse des ventes s’est ajoutée la défection de la publicité. Le resserrement des deux princi­pales sources de revenus des entreprises les a conduites à tenter de réduire leurs coûts. Les rapports sociaux se sont tendus, l’emploi a été revu à la baisse, en particulier dans les rédactions, ce qui n’a évi­demment pas été sans effet sur la qualité des journaux (Marquis, 2006 :7).

  • 27  Données tirées de Martin L., 2005.

39Le développement de nouveaux concurrents (presse gratuite et Internet) a encore plus affaibli la presse quotidienne. L’ensemble de la presse quoti­dienne nationale payante est en recul, comme le confirment les derniers chiffres disponibles : de 1997 à 2003, l’audience des quotidiens nationaux a baissé de 12 %, soit une perte de 800 000 lecteurs ; par ailleurs entre 2001 et 2003, la part des quotidiens nationaux dans l’ensemble des recet­tes de la presse passait de 10 à 8,1 %27. Des hebdomadaires comme les news magazine (L’Express, le Point, Le Nouvel Observateur) n’embau­chent que très rarement. Le marché des agences a pour sa part fortement ralenti sur le plan des recrutements à partir du milieu des années 2000.

40Pour autant, ces évolutions ne sont pas immédiatement perçues et les étudiants en journalisme continuent d’espérer pouvoir intégrer les médias les plus généralistes. Le maintien de ces aspirations professionnelles à ce type de travail prend appui sur quelques politiques de recrutement spécifi­que comme l’audiovisuel public ou TF1 qui réservent certaines places à des diplômés. De plus, l’étude des trajectoires professionnelles des an­ciens étudiants passés par une école confirme la présence d’une majorité des diplômés des écoles agréées dans les médias généralistes. On a donc un phénomène plus général de déconnexion entre l’offre d’emplois et la demande de débouchés pour des étudiants diplômés.

41Dans un questionnaire que nous avons réalisé en commun avec Géraud Lafarge et Dominique Marchetti, il était demandé aux étudiants des écoles de citer les trois entreprises dans lesquelles ils souhaiteraient idéalement travailler à leur sortie de formation. Les apprentis journalistes mentionnent principalement des quotidiens nationaux (Libération, Le Monde…), des chaînes de radios nationales et notamment publiques (RFI, Radio Fran­ce…), des chaînes de télévision publique également (France 2, France 3). Dans une grande école privée parisienne, l’IPJ, il était à plusieurs reprises fait mention d’hebdomadaires comme Télérama, Charlie hebdo ou Le Nouvel Observateur. A l’école de journalisme de Bordeaux, qui a formé de nombreux journalistes sportifs, on retrouve fréquemment cité L’Equipe. Cela dit, aucun de ces étudiants ne mentionne en premier choix un titre de presse quotidienne régionale. Cette catégorie est souvent mentionnée en troisième choix. A l’exception de deux étudiants qui mentionnent en pre­mier choix un magazine féminin et France Football, les magazines sont inexistants dans les réponses. Autrement dit, il se dessine un espace des débouchés espérés qui coïncide fortement avec le pôle des grands médias nationaux, les plus généralistes.

42Ce type d’aspirations professionnelles rend donc difficile le placement des diplômés d’école. Or, la perception de l’espace des possibles semble avoir évolué depuis la fin des années 1990 dans certaines écoles. Face aux difficultés de placement, certaines formations ont dû reconfigurer leurs dé­bouchés en fonction du marché du travail en y incluant plus largement les presses magazine et quotidienne régionale. On retrouve ici une logique classique des phénomènes de déclassement mise au jour par Roger Char­tier. Dans un de ses textes sur les “intellectuels frustrés” du XVIIe siècle dans plusieurs pays ou régions européens (Angleterre, Castille, Hollande), l’auteur s’interroge sur les effets multiples de la dévaluation des titres sco­laires sur le marché du travail. En l’espèce, il souligne comment la dimi­nution d’un certain nombre de postes d’offices laïcs et de bénéfices stables obtenus par concours avaient provoqué une intense frustration chez les intellectuels anglais du XVIIe siècle, anciens étudiants de Cambridge et d’Oxford, obligés alors par “réalisme” d’occuper des postes de maître d’é­cole nettement moins valorisés (Chartier, 1982). A l’image de ces intellec­tuels frustrés du XVIIe siècle, les étudiants en journalisme sont de plus en plus contraints à revoir leurs anticipations de carrière à la baisse.

43Un ancien responsable des études de l’école supérieure de journalisme de Lille décrit les difficultés qu’il a rencontrées à faire accepter par ses étudiants les contrats de sortie qu’il leur proposait à la fin des années 1990. Il qualifie le climat lors des attributions de CDD “d’hystérique”, ce qui a provoqué pour partie son départ de son poste :

L’école était devenue une agence de placement. Or, pour moi, c’est partiellement sa mission. L’école doit aider sur le marché de l’em­ploi, mais les étudiants considèrent que c’est un dû. Ça je ne pouvais pas l’accepter.

  • 28  Télé 7 jours était à l’époque le premier tirage en presse magazine qui sortait à plus de 2 million (...)

44En 1997-98, il reçoit trois propositions d’emplois portant sur des con­trats de six mois à Télé 7 jours28 : il se heurte à un refus catégorique des étudiants au motif qu’ils ne seraient pas venus « faire l’école pour se ra­masser dans cette merde de presse télévisuelle » (entretien avec Thierry Watine, ancien directeur des études de l’ESJ de Lille, le 14 mars 2006). Il raconte également le cas d’une étudiante de l’école désireuse de travailler à Libération et au Monde qui refuse un CDD de six mois à Ouest-France, ne souhaitant pas « aller se faire chier en presse quotidienne régionale »,

Parce qu’évidemment, ils voulaient tous aller au Monde, à Libé, à TF1, à France Télévisions. Parce que c’était ça. On les préparait aux grands médias nationaux. L’atmosphère, l’ambiance, la philosophie, tout ce qui suinte des murs de l’école de Lille, c’est pour préparer les étudiants à avoir les meilleurs boulots. Ce n’est pas forcément mau­vais en soi. Mais quand ça crée une attitude d’enfants gâtés qui refu­sent d’autres possibilités qui paraissaient intéressantes. […] Les seuls boulots que je pouvais vendre aux étudiants, c’était vraiment les grands médias français, sauf que j’en avais quarante à trouver, ce n’est pas comme ça que ça marche. Ça a été deux mois d’hystérie (Ibid.).

  • 29  Sur ce point, voir les statistiques dans Chupin I., 2009 ; voir également Marchetti D., Lafarge G. (...)

45La conjoncture de la fin des années 1990 permet de rendre en partie compte de ce rejet car c’est sans doute le moment où s’opère une disjonc­tion entre, d’une part, une tendance sociologique lourde, amorcée depuis les années 1980, à l’élévation des propriétés sociales des entrants (hausse du niveau scolaire, progression de diplômés d’IEP…) dans la plupart des grandes écoles29 et, d’autre part, une baisse des débouchés considérés comme les plus prestigieux.

46Ce type de rejet à l’égard de certains emplois jugés peu valorisés sem­ble aujourd’hui moins fréquent chez les étudiants. La plupart se sont faits moins “exigeants” et le seuil s’est déplacé. Si, voici quelques années, la frontière de l’emploi acceptable s’arrêtait au niveau de la presse régionale et de la presse magazine, elle passe sans doute davantage aujourd’hui par des réticences prononcées à travailler, par exemple, dans la communica­tion ou dans la presse professionnelle, activités perçues comme relative­ment distantes des principes du journalisme enseignés dans les écoles. Les jeunes journalistes se sont convertis à une forme de réalisme. En effet, c’est ce que laisse entendre un responsable de formation de l’ESJ :

Certains étudiants développent de plus en plus des stratégies régiona­les. Ce sont des gens qui partent directement en province en presse quotidienne régionale ou à Radio France et France 3, mais en ré­gions. Ils peuvent avoir envie de bosser en province et puis ils pren­nent en compte la concurrence nationale. Ils développent ensuite une stratégie d’entrisme, notamment en presse quotidienne régionale, s’ils sont mobiles (Entretien avec Eric Maitrot, directeur des études de l’ESJ, le 6 janvier 2005).

B. Une dimension tactique ? Pratiques et usages différenciés de la précarité en sortie d’école de journalisme

  • 30  Voir notamment Cadin L., Bender A-F., Saint Giniez V., 1999.

47Pour autant, si ce phénomène apparaît comme largement subi ainsi qu’on l’a montré précédemment, l’analyse révèle également que la préca­rité peut être choisie. Certains modèles d’étude des carrières des cadres sont venus souligner à quel point le “nomadisme” et la mobilité entre en­treprises reconfiguraient des carrières plus organisationnelles30. Ces analy­ses s’efforcent à présent de préciser si ce nomadisme permet de dévelop­per des savoir-faire spécifiques (des knowing différents) et des compéten­ces émotionnelles propres à cette expérience (Bender/Dejoux/Wechtler, 2009). Or, si les auteurs n’adhèrent pas à une vision “sans contraintes” des carrières, l’ensemble de ces analyses issues des sciences de gestion repo­sent sur un impensé sociologique : celui des apports supposés du nomadis­me à l’entreprise. Plutôt que de nous demander ici ce que la précarité ap­porte à l’entreprise au travers du développement de compétences spécifi­ques, il nous a semblé préférable de voir ce qui fait que par delà ce réalis­me dicté par le marché du travail, ces étudiants d’école acceptent de faire de nécessité vertu.

  • 31  Ce type d’oubli des variables socio-démographiques et contextuelles a d’ailleurs été rappelé. Voir (...)
  • 32  En tenant compte des frais de mission et de la prime de précarité à la fin de chaque contrat.

48A une analyse des compétences émotionnelles, nous avons donc privilé­gié l’étude d’une dimension plus tactique qui présente l’intérêt de ne pas faire l’impasse sur les conditions sociales du nomadisme31. Si les débuts de carrière se caractérisent le plus souvent pour la majeure partie des jeunes journalistes par la polyactivité et une pluralité de ressources financières (cumul de CDD de courtes durées, de piges, d’indemnités chômage, d’aide parentale, de travail alimentaire dans d’autres secteurs…), certains préfè­rent consentir à une situation de précarité plutôt que d’accepter ce qui serait perçu comme une forme de déclassement (occuper un CDI dans la presse professionnelle par exemple). Ils se “latéralisent”, comme l’expli­que Patrick Cingolani, espérant ainsi pouvoir obtenir à terme une plus grande régularité de travail dans le domaine ou le secteur de travail qu’ils privilégient (Cingolani, 2006). Précarité ne rime pas forcément avec pauvreté. Le fait de décrocher quelques contrats en télévision, en radio ou en agence permet à ces jeunes journalistes de gagner à peu près correcte­ment leur vie, ce qui facilite également l’acceptation de leur instabilité. A condition de travailler régulièrement, le journaliste ne souffre pas de la né­cessité économique, au contraire. S’il est difficile de fixer précisément le niveau de rémunération en raison des différences de profession (JRI/rédac­teur, journaliste de desk dans les agences…), de grade (stagiaire école, CDD…), de média (télévision, radio, agence, presse écrite, internet), on peut estimer qu’à condition de travailler en moyenne deux semaines par mois, le précaire ne gagnera pas moins de 1 500 euros dans ces sas d’en­trée32. A l’AFP, qui fonctionne également sur un système de succession de CDD, le journaliste débutant touche 1 900 euros nets mensuels. Si on le rapporte aux conditions de travail des pigistes débutants dans la presse écrite en sortie d’école, la fréquentation de ces nouveaux dispositifs d’em­ploi apparaît comme financièrement plus avantageuse : les autres diplô­més sont plus fréquemment conduits, lorsqu’ils en disposent, à mobiliser ponctuellement les soutiens familiaux (aide au logement, aide financiè­re…) dans les années qui suivent leur sortie d’école.

  • 33  Entretien avec une journaliste précaire, 30 ans.

49On voit donc se mettre en place de véritables tactiques de la précarité. Par exemple, une journaliste inscrite au planning de Radio France recon­nait qu’elle ne souhaite pas décrocher une titularisation coute que coute. Du fait de son expérience de plus de 10 ans, elle revendique un “droit à des exigences”33. Elle s’accommode donc d’une situation de précarité qui lui garantit un travail à mi-temps dans des rédactions de Radio France qu’elle juge les plus prestigieuses, mais elle se refuse à jouer le jeu d’une mobilité en région.

  • 34  Entretien avec un ancien journaliste précaire, 27 ans.

50Cette capacité à jouer “ce jeu” de la précarité reste inégalement répartie. En effet, pour ce faire, il faut disposer des moyens permettant d’assumer cette précarité, moyens qui dépendent largement des origines sociales des jeunes journalistes. Pour continuer de pouvoir travailler dans le monde des sociétés de production qu’il souhaitait intégrer, un journaliste interrogé disait avoir choisi de prolonger sa formation après l’école par des stages. Pour ce faire, il s’était inscrit dans un diplôme universitaire de serbo-croate lui ouvrant alors droit à des conventions. Or, à l’issue de quelques expériences de stages de 2 ou 3 mois très peu payés par les sociétés de production, il a du se résoudre à quitter le journalisme et a obtenu un CDI dans une agence de communication. Depuis l’obtention de ce CDI payé 1 900 euros, il n’a plus sollicité l’aide de ses parents, contrairement à ce qu’il faisait lorsqu’il était journaliste précaire34. Dans son cas, la nécessité économique de gagner sa vie pour continuer à vivre à Paris a constitué un réel frein à l’insertion dans le monde de la télévision qu’il visait initiale­ment. La “sortie” observée chez ce jeune homme s’apparente au “change­ment de file” évoqué dans certaines études sur le déclassement. En effet, comme le précisent Emmanuelle Nauze-Fichet et Magda Tomasini,

  • 35  Voir aussi Fondeur Y., Minni Cl., 1999.

A un niveau de diplôme donné, en fonction de la longueur de la file d’attente pour un type d’emploi donné, les individus sont amenés à arbitrer entre prolonger leur attente (c’est-à-dire rester au chômage) ou changer de file d’attente (c’est-à-dire postuler pour des emplois moins qualifiés (Nauze-Fichet/Tomasini, 2002 :29)35.

51A l’opposé de ce modèle, cette journaliste, diplômée d’une école recon­nue, rédactrice sur Antares de France 3 depuis 1 an, déclare se satisfaire de ces systèmes de “plannings”. Soutenue financièrement entre deux con­trats par ses parents chez qui elle loge à Paris, sa pratique du planning et de la précarité s’inscrit aux antipodes des nécessités économiques et frôle même l’hédonisme :

Je suis une CDD snob. Je pars du principe que je ne dois pas me faire de gras avec les frais de mission. Quand tu es loin de chez toi long­temps, tu n’as pas envie d’être dans un gourbi. Je négocie les tarifs dans les hôtels. A [ville de l’Est], je suis descendue dans le top du top, comme une rock star (entretien avec une journaliste précaire, 25 ans).

  • 36  En moyenne, dans les écoles privées, la scolarité s’élève entre 3 000 et 6 000 euros par an.

52Ce qui ressort de ces entretiens avec ces jeunes entrant sur le marché c’est que la situation est plus fréquemment ressentie comme une souffran­ce au travail chez les jeunes journalistes dont les familles sont les moins dotées en capitaux économiques, alors qu’elle est relativement acceptée par les autres. Ce phénomène tient au fait qu’ils doivent, en plus de subve­nir à leur besoin, rembourser également des dettes contractées au moment de la scolarité dans une école privée de journalisme36.

53Ce qui vient aussi limiter les sorties du métier tient dans le caractère fortement vocationnel du journalisme. Il existe comme pour tous les tra­vaux intellectuels, un fort investissement affectif dans une profession qui jouit d’un prestige symbolique élevé et qui est censée permettre l’épa­nouissement intellectuel, des rencontres, des voyages. Et le passage par une école reconnue tend d’ailleurs à renforcer chez le jeune journaliste ce type de dispositions et le sentiment de sa propre élection.

V. Conclusion

  • 37  On reprend ici la formule à Lionel Okas.

54Il y a une dimension identitaire à la précarité. Qu’elle relève du choix volontaire et/ou d’une intériorisation des contraintes objectives du marché du travail des journalistes, cette accommodation de la précarité “fait de né­cessité vertu”37. La flexibilité imposée par les employeurs rencontre par­fois une appétence à la mobilité, au changement perpétuel, renforcée par un certain mythe romantique, bohème, présent chez de nombreux jeunes (journalistes). La précarité finit ainsi par devenir une dimension de l’affir­mation identitaire chez celui ou celle qui y est exposé(e).

  • 38  Bourdieu P., 1979, p.123.

55Or, cette dimension “stratégique” ou “tactique” des choix de carrière des étudiants nous semble également à relativiser en ce qu’elle n’explique rien à elle seule. Pour ces jeunes journalistes, il s’agit parfois d’un « travail de deuil », c’est-à-dire, « un désinvestissement qui porte les agents à ajuster leurs aspirations à leurs chances objectives »38. Il faut donc bien garder à l’esprit que ces “stratégies” s’effectuent toujours sous l’effet de contrain­tes du marché.

56L’analyse de la précarité que nous avons proposée se refuse à trancher entre le caractère subi ou choisi de celle-ci. Elle invite à penser les proces­sus de précarisation comme la résultante de plusieurs facteurs concomi­tants. Tout d’abord certes, il existe des effets classiques et directs de désa­justement entre l’offre et la demande d’emploi. Mais ce genre de dynami­ques découlent également de politiques de flexibilisation du personnel in­ternes aux entreprises et de raisonnements plus micro sociologiques com­portant un caractère tactique.

57Il faudrait pousser plus loin l’analyse des carrières et des durées de fré­quentation de ces “sas d’entrée” ou des “écoles après l’école” pour savoir si ce sont les étudiants les plus dotés en capital social à l’entrée de l’école qui se distinguent le plus dans ces prix et qui feraient ensuite carrière dans ce qui reste de l’espace des médias réputés être les plus prestigieux. Ceux-ci disposent en effet a priori d’une ressource clé dans la réussite profes­sionnelle : la capacité à attendre dans un espace précaire l’obtention du meilleur emploi possible.

Haut de page

Bibliographie

Accardo A.,
1998 Journalistes précaires, Bordeaux, Le Mascaret, 1998.

Antheaume A.
2013 Le journalisme numérique, Paris, Presses de Sciences-Po.

Arliaud M., Eckert H. (coord.),
2002 Quand les jeunes entrent dans l’emploi, Paris, La Découverte.

Baisnée O., Marchetti D.,
2000 “Euronews : un laboratoire de la production de l’information européenne”, Culture et conflits, n° 38-39, décembre, pp. 121-152.
2002 “L’économie de l’information en continu. A propos des conditions de production dans les chaînes d’information en général et à Euronews en particulier”, Réseaux, vol. 20, n° 114, p. 181-214.

Balbastre G.,
2000 “Une information précaire”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 131-132, p. 76-85.

Bender A-Fr., Dejoux C., Wechtler H.,
2009 “Carrières nomades et compétences émotionnelles”, Revue de gestion des resssources humaines, n° 73, aout-septembre, p. 19-35.

Benquet M.,
2010 “Les raisons de l’action collective : retour sur la mobilisation improbable des salariés d’hypermarchés”, Sociologie du travail, n° 52, pp. 305-322.

Boltanski L., Bourdieu P.,
1975 “Le titre et le poste : rapports entre le système de production et le système de reproduction”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2, pp. 95-107.

Bouffartigue P., Pochic S.,
2002 “Cadres nomades : mythes et réalités. A propos des recompositions du marché du travail des cadres”, Sociologia del lavoro, n° 85, pp. 96-106.

Cadin L., Bender A-Fr., Saint Giniez V.,
1999 “Au-delà des murs de l’entreprise : les carrières ‘nomades’, facteur d’innovation”, Revue française de gestion, n° 126, pp. 58-67.

CEREQ,
1973 Enquête sur les nouveaux titulaires de la carte de journaliste 1964-1971, juillet 1973.

Charon J-M.,
1999 La presse magazine, Paris, La Découverte.

Chartier R.,
1982 “Espace social et imaginaire social. Les intellectuels frustrés au XVIIème siècle”, Annales ESC, n° 3, mai-juin, pp. 389-400.

Chauvel L.,
2002 Le destin des générations. Structure sociale et cohorte en France au XXe siècle, Paris, PUF, [1998].

Chupin I.,
2008 Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2008), Thèse de doctorat, Université Paris Dauphine.
2009 “Sciences sociales et formation en journalisme”, Questions de communication, n° 16, pp. 45-70.

Chupin I., Jeanson de Menou A.,
2006 “Produire le groupe. Fondation et refondation d’un dispositif de recrutement et de formation à la presse magazine pour les journalistes de Prisma”, in Chupin I., Nollet J., Journalisme et dépendances, Paris, L’Harmattan, pp. 273-309.

Cingolani P.,
2006 La précarité, Paris, PUF.

Cojean A., Eskenazi Fr.,
1986 FM, la folle histoire des radios libres, Paris, Grasset.

Collovald A., Mathieu L.,
2009 “Mobilisation improbables et apprentissage d’un répertoire syndical”, Politix, n° 86, pp. 119-143.

D’Almeida F., Delporte Chr.,
2003 Histoire des médias en France. De la grande guerre à nos jours, Paris, Flammarion.

Devillard V., Lafosse M-Fr., Leteinturier Chr., Marhuenda J-P., Rieffel R.,
1992 Les journalistes français en 1990, Radiographie d’une profession, Paris, La Documentation française.
2001 Les journalistes français à l’aube de l’an 2000. Profils et parcours, Paris, Editions Panthéon Assas.

Estienne Y.,
2007 Le journalisme après internet, Paris, L’Harmattan.

Faguer J.-P.,
1999 Pour une histoire de la précarité. Transformation des emplois précaires et des modes de management, la Lettre du CEE, n° 57.

Fintz M.,
2004 “Les usages biographiques du journalisme. L’exemple d’étudiants en journalisme et de localiers”, in Legavre J-B. (dir.), La presse écrite : objets délaissés, Paris, L’Harmattan, pp. 167-189.

Fondeur Y., Minni Cl.,
1999 Le ‘déclassement’ à l’embauche. Rapport pour le Commissariat général au Plan.

Gatien E.,
2013 Prétendre à l’excellence. Prix Albert Londres, Prix journalistiques, et transformations du journalisme, Paris, Fondation Varennes.

Gorgeu A., Mathieu R.,
1995 Recrutement et production au plus juste. les nouvelles usines d’équipement automobile en France, Dossiers du CEE, n° 7.

Gorgeu A., Mathieu R., Pialoux M.,
1998 Organisation du travail et gestion de la main d’œuvre dans la filière automobile, Dossier du CEE, n° 14.

Johsua Fl.,
2013 “Repenser la production sociale de la révolte. A partir d’une étude des transformations du recrutement à la LCR depuis 2002”, Revue française de science politique, vol. 63, 2013/5, pp. 841-864.

Marchetti D., Lafarge G.,
2011 “Les portes fermées du journalisme. L’espace social des étudiants des formations ‘reconnues’ ”, Actes de la recherche en sciences sociales,n° 189, pp. 72-99.

Marchetti D., Ruellan D.,
2001 Devenir journaliste. Sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Paris, La documentation française.

Marquis E.,
2006 La presse : malade imaginaire ?, Paris, Scrinéo.

Martin L.,
2005 La presse écrite en France au XXème siècle, Paris, Le Livre de poche.

Maurer S., Pierru E.,
2001 “Le mouvement des chômeurs de l’hiver 1997-1998. Retour sur un miracle social”, Revue française de science politique, n° 3, pp. 371-407.

Nauze-Fichet E., Tomasini M.,
2002 “Diplôme et insertion sur le marché du travail : approches socioprofessionnelle et salariale du déclassement”, Economie et statistique, n° 354, pp. 21-48.

Observatoire des métiers de l’audiovisuel, AFDAS,
s.d. Etude sur l’emploi des journalistes titulaires d’une carte professionnelle de 2004 à 2009, CCIJP.

Okas L.,
2007 “Faire de nécessité vertu. Pratiques de la précarité dans deux entreprises d’audiovisuel public”, Sociétés contemporaines, n° 65 (1), pp. 83-111.

Paugam S.,
2000 Le salarié de la précarité, Paris, PUF.

Perrin E.,
2004 Chômeurs et précaires au cœur de la question sociale, Paris, La Dispute.

Pilmis O.,
2007 “Faire valoir ses compétences. Les pigistes et les placements de sujet”, Formation emploi, n° 99, juillet-septembre, pp. 75-86.
2013 L’intermittence au travail. Une sociologie des marchés de la pige et de l’art dramatique, Paris, Economica.

Rambach A., Rambach M.,
2001 aLes intellos précaires, Paris, Fayard.
2001 b Les nouveaux intellos précaires, Paris, Fayard.

Rieffel R.,
1984 L’élite du journalisme : les héraults de l’information, Paris, PUF.

Tasset C.,
2011 “Entre sciences sociales, journalisme et manifestes. La représentation de groupes sociaux réputés émergents dans la france des années 2000”, Les Enjeux de l'Information et de la Communication,n° 12/3, Supplément, pp. 139-157.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Dans le journalisme, il existe aujourd’hui 14 écoles reconnues par la profession qui dessinent les contours d’une élite. Or, ces jeunes journalistes se retrouvent face à une intensification de la précarisation à l’entrée sur le marché du travail. L’article se pro­pose de revenir sur la manière dont l’élite du journalisme se voit touchée par des for­mes de déclassement et de surqualification. Il interroge notamment la généralisation des concours ou bourses de la profession qui revient dans les faits à diplômer la préca­rité. Le cas des bourses traduit ainsi la manière dont l’élite des formations se voit at­teinte par la précarisation des statuts. La bourse n’est plus suffisante : elle ne garantit plus l’accès à un CDI, comme par le passé, puisqu’elle est devenue un accès à une série de nouveaux contrats présentés comme autant de phases de mise à l’épreuve. Il est ainsi montré comment ces prix se confondent avec des systèmes de post-formation (“les sas d’entrée”) mis en place par les entreprises dans les années 1990 afin de flexi­biliser l’emploi.

Sur le plan théorique, l’article s’inscrit dans le cadre des débats qui assimilent les jour­nalistes à des intermittents alors même qu’ils n’en ont pas spécialement le statut. En effet, l’article permet de rappeler que les formes d’emploi qui sont les leurs ressem­blent donc beaucoup plus à celles d’un intérimaire dans une entreprise automobile ou dans la grande distribution qu’à celles d’une maquilleuse sur un tournage ou d’un artis­te de spectacle vivant. L’article s’inscrit également dans une discussion des travaux portant sur les carrières nomades. A une analyse des compétences émotionnelles, nous avons donc privilégié l’étude d’une dimension plus tactique qui présente l’intérêt de ne pas faire l’impasse sur les conditions sociales du nomadisme.

Sur le plan de la méthode, l’article repose sur une série d’incursions dans diverses en­treprises. Il prend appui sur des entretiens réalisés auprès de jeunes journalistes en école mais également sur le marché du travail dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue en science politique en 2008. Nous avons également interrogé les principaux cadres de plusieurs entreprises en charge des concours de la profession (Radio France, France 3, Europe 1, RFI, L’Equipe, Prisma). S’ajoutent à ces données une observation participante réalisée dans une école de journalisme, le Celsa, ainsi qu’à France 3 région lors d’un stage de journalisme et également la passation de plusieurs question­naires dans les différentes écoles de journalisme.

Comment dès lors comprendre ce paradoxe qui fait que même l’élite des diplômés n’é­chappe plus à sa précarisation ? Ce processus découle de la conjonction d’un état objectif du marché du travail et de la création de nouveaux dispositifs de flexibilisation de l’emploi mis en place par les entreprises dans les années 1990 et qui s’appuient sur une rhétorique de l’inachèvement de la formation des jeunes journalistes. La précarité apparaît comme le produit d’un décalage entre les emplois les plus désirés par les jeu­nes diplômés et la réalité des postes qui leur sont offerts en sortie de l’école. Les écoles ont construit leur reconnaissance symbolique sur le lien étroit avec le secteur des mé­dias les plus généralistes. Dans les années 1970, ce marché entre en crise et, par voie de conséquence, les écoles se retrouvent désajustées par rapport aux emplois qui s’ou­vrent à leurs étudiants. Cette raréfaction de l’espace des débouchés les plus prestigieux force les écoles à gérer chez leurs jeunes diplômés une tension grandissante entre le ti­tre et le poste. Il y a une dimension identitaire à la précarité. Or, l’article se refuse à trancher entre le caractère subi ou choisi de la précarité. Qu’elle relève du choix volon­taire et/ou d’une intériorisation des contraintes objectives du marché du travail des journalistes, cette accommodation de la précarité “fait de nécessité vertu”. Elle con­traint les diplômés à déployer diverses tactiques de la précarité pour espérer se mainte­nir dans les “grands” médias qu’ils perçoivent comme les plus légitimes. Enfin, cette capacité à jouer “ce jeu” de la précarité reste inégalement répartie. Elle nécessite en effet des moyens qui dépendent largement des origines sociales des jeunes journalistes.

Structured Summary

In journalism today, there are 14 schools which are recognized by the profession and sketch the contours of an elite. However, these young journalists find themselves faced with an intensification of employment risks at their entry on the job market. This article proposes reconsidering the ways in which this journalistic elite find themselves af­fected by forms of downgrading and over-qualification. It notably questions the gene­ralization of competitions and professional scholarships which actually amount to granting degrees in precariousness. Thus the case of scholarships reveals how the elite of these schools end up being affected by the precarisation of statuses. The scholarship is no longer sufficient : it no longer guarantees access to a permanent work contract as in the past, since it has become a point of access to a series of new contracts all presen­ted as trial periods. We thus see how these prizes became indistinguishable from post-training systems, (the “gateways”) set up by companies in the 1990s to optimize employment flexibility.

On the theoretical level, this article forms part of debates comparing journalists to part-timers, although they are not normally attributed that status. Indeed, the article shows why the forms of employment they exercise thus resemble much more those of a part-timer in an automobile company or a hypermarket than those of a make-up girl on a set or an artist in a live performance.

The article forms part of a discussion of works dealing with nomadic careers. Instead of analysing emotional competencies, we have rather opted to study a more tactical di­mension with its advantage of not sidestepping the social conditions of nomadism.

On the methodological level, the article is based on a series of incursions into various companies. Within the context of a doctoral thesis in political science defended in 2008, It relies on interviews carried out with young journalists in school as well as on the job market. We also questioned the principal executives of several companies in charge of professional competitions (Radio France, France 3, Europe 1, RFI, L’Equi­pe, Prisma). To this data may be added a participatory observation carried out at the Celsa school of journalism, as well as at France 3 région during a journalism trainee­ship, as well as administering several questionnaires in various schools of journalism.

So how are we to understand this paradox : that even the elite among graduates no lon­ger manage to avoid precarisation ? This process stems from the conjunction of an objective state of the job market and the creation of new mechanisms to make employ­ment more flexible put in place by companies in the 1990s and which are based on a rhetoric touting the incomplete nature of the young journalists’ training.

Precariousness seems to result from a gap between the positions most sought after by the graduates and the reality of the posts they are offered on leaving school. These schools built their symbolic reputations on the close link established with the least-specialized sector of the media. That market entered a crisis in the 1970’s and, consequently, the schools found themselves maladjusted vis-à-vis the employment open to their students. This narrowing of the most prestigious outlets forced the schools to ma­nage an increasing tension among their graduates over discrepancies between the degrees and the positions.

Precariousness has an identity dimension. However, the article refuses to adjudicate between the “suffered” or “chosen” character of precariousness. Whether it involves voluntary choice and/or an interiorization of the objective constraints of the journalists’ job market, adapting oneself to precariousness “make a virtue of necessity”. It obliges graduates to deploy various tactics of precariousness in the hopes of maintaining themselves in the major media they consider the most legitimate. Lastly, their abi­lity to play “the game” of precariousness remains unequally distributed. Indeed, such coping requires the means for assuming one’s precariousness, means largely depen­dent on the young journalists’ social origins.

Haut de page

Notes

1  Pour une analyse de ces débats, voir Tasset C., 2011.

2  Voir par exemple et sans souci d’exhaustivité Paugam S., 2000 ; Perrin E., 2004 ou encore Maurer S., Pierru E., 2001.

3  A l’exception de Collovald A., Mathieu L., 2009, qui interrogent le cas de deux mobilisations dans des commerces.

4  Pour une discussion critique sur cette notion de déclassement et une approche «objectivante et subjec­tiviste des petits et grands déplacements sociaux», voir Johsua F., 2013, p.843.

5  Bien entendu comme l’ont montré certains travaux de Rémy Rieffel, l’élite du journalisme ne se réduit pas aux diplômés des écoles, mais dans le cadre de cet article, nous l’entendrons dans ce sens restrictif. Voir Rieffel R., 1984.

6  Du fait de leur situation précaire, nous avons préféré garantir l’anonymat à nos enquêtés journalistes car c’était une des conditions de possibilité de notre enquête. En revanche, les responsables des rédac­tions ne se sont pas dits opposés à être cités.

7  PDG de la radio à partir de 1977.

8  Dans le jargon journalistique radio, un “enrobé” englobe différents sons de différents interlocuteurs avec entre chacun d’entre eux, une intervention ou une relance du journaliste.

9  Ce prix a été supprimé en 2004.

10  Ces bourses se sont par ailleurs généralisées dans de multiples entreprises et sont le plus souvent dé­diées à la mémoire d’un journaliste décédé. En 1982, la bourse des radios francophones (Radio France, RTBF, Radio Suisse-romande) est dédiée à René Payot. En 1984, Hervé Bourges crée au sein de TF1 une bourse Jean d’Arcy du nom de l’ancien directeur des programmes en 1952 de la RTF. L’Association des journalistes sociaux se dote en 1985 d’une bourse Ajis. En 1997, RFI lance la bourse Charles Lescaut, ancien grand reporter de la station décédé en 1989. Signe de cette généralisation, plus récemment, ce sont des institutions et non plus seulement des entreprises qui ont mis en place des bourses à l’image du prix Robert Guillain qui récompense le meilleur reportage sur le Japon ou bien de la bourse du ministère finlandais des Affaires étrangères.

11  La bourse Ajis donne également lieu à la publication des reportages distingués par le jury dans les pages consacrées au social de divers titres comme Libération, Les Echos.

12  Sur l’histoire des radios libres, voir entre autres Cojean A., Eskenazi F., 1986.

13  Voir Baisnée O., Marchetti D., 2000, 2002.

14  Contrairement à ce qu’avancent les auteurs, il ne s’agit pas forcément de “recrutements” mais bien d’emplois qui peuvent prendre des formes plus ou moins précaires. Devillard V., Lafosse M-F., Leteinturier Ch., Marhuenda J-P., Rieffel R., 1992, p.13.

15  1993 en 2012.

16  Il n’existe pas d’ailleurs dans ce domaine de statistiques unifiées sur les jeunes diplômés dans le jour­nalisme. Les statistiques en restent à un niveau très général de l’ensemble de la profession (37 049 cartes de presse en 2009) ce qui rend difficile une analyse par secteurs d’emplois. Pour un exemple d’analyse générale sur la profession, voir Observatoire des métiers de l’audiovisuel, AFDAS, s. d.

17  Antares (Application nationale et télématique d’aide aux recherches d’emplois non permanents) est un logiciel qui contient 1000 journalistes, mais également des preneurs de son, des techniciens ce qui fait qu’il y a entre 6 000 et 10 000 personnes qui alternent les contrats temporaires.

18  Sur les redéfinitions de cette Académie et sa précarisation accrue, voir Chupin I., Jeanson de Menou A., 2006.

19  Il le peut en faisant jouer l’article L.122-1 du Code du travail qui précise que «le CDD, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise».

20  Par exemple, à la rédaction nationale de France 3 en novembre 1999. Les journalistes en CDD régu­liers s’étaient alors mis en grève pour des revendications salariales et pour la titularisation des plus an­ciens d’entre eux. Sur ce point, voir Okas L., 2007.

21  Collovald A., Mathieu L., 2009. Voir également Benquet M., 2010.

22  A Radio France, un mouvement de journalistes précaires est en cours. Il fait suite à l’annonce de la di­rection dans un CCE en novembre 2012 de diminuer le budget affecté aux CDD de 12% pour l’année 2013. A la suite d’une lettre ouverte des journalistes précaires à la direction, ce montant a ensuite été ra­mené à 7,7%. Les précaires de Radio France sont éclatés en plusieurs lieux, ne bénéficient pas d’une même appartenance localisée. Ils sont consultés au travers d’un site de sondage pour définir collective­ment la stratégie à adopter et s’expriment de manière anonyme via un blog.

23  Voir Boltanski L., Bourdieu P., 1975.

24  Le sociologue Yannick Estienne parle de “lumpen journalistes” pour désigner les travailleurs sur in­ternet. Estienne Y., 2007.

25  Comme le rappelle Louis Chauvel, «la dévalorisation des diplômes n’est pas le résultat de la seule dif­fusion des diplômes, mais le fait d’un décalage entre le rythme de progression des diplômes et celui de la croissance des postes qualifiés» (cité dans Nauze-Fichet E., Tomasini M., 2002, p.29).

26  Au Parisien, par exemple, le passage aux 35 heures était couplé avec le fait de sortir le journal tous les jours de la semaine. Il a été créé 35 emplois en CDI. Le lancement du supplément économique a per­mis l’embauche de 5 journalistes.

27  Données tirées de Martin L., 2005.

28  Télé 7 jours était à l’époque le premier tirage en presse magazine qui sortait à plus de 2 millions d’exemplaires.

29  Sur ce point, voir les statistiques dans Chupin I., 2009 ; voir également Marchetti D., Lafarge G., 2011.

30  Voir notamment Cadin L., Bender A-F., Saint Giniez V., 1999.

31  Ce type d’oubli des variables socio-démographiques et contextuelles a d’ailleurs été rappelé. Voir Bouffartigue P., Pochic S., 2002.

32  En tenant compte des frais de mission et de la prime de précarité à la fin de chaque contrat.

33  Entretien avec une journaliste précaire, 30 ans.

34  Entretien avec un ancien journaliste précaire, 27 ans.

35  Voir aussi Fondeur Y., Minni Cl., 1999.

36  En moyenne, dans les écoles privées, la scolarité s’élève entre 3 000 et 6 000 euros par an.

37  On reprend ici la formule à Lionel Okas.

38  Bourdieu P., 1979, p.123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Chupin, « Précariser les diplômés ? Les jeunes journalistes entre contraintes de l’emploi et ajustements tactiques », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-2 | 2014, 103-125.

Référence électronique

Ivan Chupin, « Précariser les diplômés ? Les jeunes journalistes entre contraintes de l’emploi et ajustements tactiques », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1282 ; DOI : 10.4000/rsa.1282

Haut de page

Auteur

Ivan Chupin

Ivan Chupin est docteur en science politique. Il est membre du CERAPS de Lille 2 (UMR 8026).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org