Navigation – Plan du site

Le partage d’emploi entre générations. Analyse des effets régulateurs et redistributifs de la réduction du temps de travail en fin de carrière sur l’emploi des jeunes

Intergenerational Employment Sharing. Analysis of the Regulatory and Redistributive Effects of Reducing Career’s end Working Hours on Youth Employment
Jacques Wels
p. 149-166

Résumés

Cet article analyse l’impact des politiques de réduction du temps de travail en fin de carrière sur l’em­ploi des jeunes générations. Dans les années 1970, les sorties précoces de l’emploi des travailleurs âgés se sont développées dans le but de permettre l’entrée à l’emploi des plus jeunes et de réguler le marché du travail. Nous montrons, dans un premier temps, que les enjeux régulateurs et redistributifs de ces po­litiques se sont affrontés jusqu’aux années 1990. Dans un second temps, nous mettons l’accent sur le développement récent du temps partiel en fin de carrière par l’intermédiaire de statuts composites. Dans un troisième temps, nous montrons que le débat scientifique autour du partage d’emploi entre généra­tions se réfère à la notion de “Lump of Labour Fallacy” qui met l’accent sur les effets régulateurs des politiques de sortie anticipée. Nous postulons que les effets régulateurs et redistributifs agissent simulta­nément. Enfin, nous analysons empiriquement, pour la Belgique, l’impact des statuts composites sur le partage d’emploi entre génération en fonction des secteurs d’activité.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Le partage de l’emploi entre les générations désigne une idée d’apparence simple. Il s’agit de favoriser la sortie anticipée des travailleurs âgés dans le but d’offrir les em­plois laissés vacants aux plus jeunes. Si la question a fait l’objet de nombreux travaux en sciences économiques, elle n’a pas été absente du débat sociologique, spécifique­ment en sociologie de l’emploi et du vieillissement. En 1956 déjà, Friedmann (2012) prévoyait – face au développement technologique – un nécessaire retrait anticipé des travailleurs âgés pour faire “place aux jeunes”. Sa vision, nourrie par des travaux en économie et en démographie, allait anticiper les dispositifs publics qui seraient mis en œuvre près de quinze ans plus tard. Plus récemment, Anne-Marie Guillemard (2010) a mis l’accent, à l’inverse, sur la dynamique corrélative liant emploi des jeunes et em­ploi des âgés. Son argumentaire, à nouveau, se réfèrait à des travaux en économie.

2Entre Friedmann et Guillemard, un réel glissement s’est opéré, boutant la redistri­bution de l’emploi hors de l’argumentaire légitime des sorties anticipées. Mais la ques­tion est restée pour les sociologues un objet de seconde main, demeurant avant tout un objet de la science économique, analysé avec des outils spécifiques. Si pour Merton, l’économiste «cherche toujours à passer finalement le problème au sociologue, s’il a un sociologue pour l’accueillir, ce qui arrive assez rarement» (Merton, 1953 :24), le cas du partage d’emploi répond parfaitement à cette critique puisque, à de rares excep­tions, il n’a pas fait l’objet d’une analyse sociologique spécifique. Ce texte porte la double ambition d’enrichir le débat sur la notion en prenant en compte, en réponse à la critique de Merton, des variables qui sont peu questionnées par les sciences économi­ques et de rapatrier dans le champ de la sociologie du travail et de l’emploi un objet de recherche qui lui est trop longtemps resté étranger. Nous verrons en filigrane que la question du partage de l’emploi s’intègre dans des objets bien développés en sociolo­gie tels que les politiques de régulation du temps de travail (Alaluf, 1986 ; Martinez, 2010), les évolutions des statuts sur le marché du travail et leur déstandardisation (Wels, 2014) ainsi que les relations collectives (Trampusch, 2007).

3Le propos sera articulé en trois parties. Dans un premier temps, nous développons brièvement un historique des sorties anticipées en Belgique depuis 1970 et mettons au jour les dynamiques de “redistribution” et de “régulation” qui se sont affrontées au cours de la période. En outre, nous mettons l’accent sur le développement du temps partiel en fin de carrière via des “statuts composites”. Dans une seconde partie, nous revenons sur le débat scientifique qui a été entamé dans les années 1990 à propos des mécanismes redistributifs et développons trois hypothèses. Enfin, la troisième partie est consacrée à l’analyse des effets des statuts composites sur l’emploi des jeunes entre 2005 et 2011.

II. Evolutions du partage de l’emploi entre générations

  • 1 On parlera de chômage “Canada Dry” (Desmet R., Pestieau P., 2003).

4Dans les années 1970, partout en Europe, des voies de sortie anticipée de l’activité professionnelle sont institutionnalisées. Ces dernières favorisent alors – dans des pro­portions différentes selon les pays – une baisse du taux d’emploi des travailleurs âgés. On peut en distinguer deux types. Un premier a trait aux mécanismes qui ont pour vo­cation officielle de permettre la sortie anticipée de l’emploi. Il s’agit des prépensions en Belgique, des préretraites en France ou des VUT aux Pays-Bas. Mais ces mécanis­mes ont vu cohabiter d’autres dispositifs de retrait anticipé officieux. Ce fut le cas du “chômage dispensé de recherche d’emploi” en Belgique1 ou encore de l’invalidité aux Pays-Bas ou en Suède (Jolivet, 2006). On assiste, en ce sens, à des usages nationaux différenciés des sorties anticipées selon que ces dernières sont soutenues par des dis­positifs destinés à cet usage ou s’instituent comme telles (Wels, 2014). Il ne sera, par ailleurs, pas rare d’observer, à mesure que se durcissent les critères d’accès aux dispo­sitifs officiels de sortie anticipée, de réels transferts vers des statuts qui ne leur étaient a priori pas réservés (Jousten/Lefebvre, 2013).

A. La sortie anticipée des travailleurs âgés : entre régulation du marché du travail et partage de l’emploi entre les générations

5La Belgique met en place, dès 1973, un système de “prépension conventionnelle”, initialement associé à la double nécessité de “faire la place aux jeunes”, touchés alors par un chômage de masse, et de réguler le marché du travail (Claes, 2012 :10). Il s’ins­crit dans une période au cours de laquelle les pouvoirs publics marquent une préfé­rence pour les jeunes chômeurs, «au détriment des chômeurs âgés, voire au détriment des travailleurs âgés» (Gieselink/Stevens/Van Buggenhout, 2002 :581). Cette orienta­tion en faveur du partage d’emploi entre générations est à l’époque largement partagée tant par le gouvernement que par les organisations syndicales et patronales (Ibid. :582). Mais la prépension conventionnelle assume à l’époque un caractère expé­rimental et conjoncturel (Gieselink et al., 2002 :583) et n’a pas vocation à être péren­nisée. Le dispositif se maintiendra pourtant jusqu’en 2012.

6Au cours des années 1980, les faibles résultats des politiques belges de partage d’emploi sur le chômage des jeunes montreront que «le système [de prépension] ne répond pas aux attentes en matière de diminution du nombre de jeunes chômeurs qui est l’une des raisons de sa création» (Claes, 2012 :38). Les prépensions assument alors un seul rôle sur les deux qui leur étaient assignés initialement. Au niveau des entrepri­ses, elles sont utilisées avant tout à dessein de réduire la masse de travailleurs plutôt qu’à la renouveler ; le volet régulation des prépensions prend progressivement le pas sur le volet redistribution. La période 1975-1995 est également marquée par une réelle institutionnalisation des sorties anticipées. Il y a alors un glissement entre une mesure contextuelle destinée à réguler le marché du travail et une mesure instituée, entendue comme un acquis social, et généralisée. La mise en place de la “prépension légale” entre 1976 et 1982 et de la “prépension de retraite” entre 1982 et 1991 illustre le chan­gement qui s’opère : tandis que la prépension conventionnelle nécessitait le licencie­ment du travailleur, ces deux mécanismes ouvrent le droit à une sortie anticipée, indé­pendante d’un licenciement. A partir de cette époque, les travailleurs peuvent choisir librement l’âge de leur départ à la retraite sans subir de pénalité (Jousten et al., 2010 :50).

7Confrontés à ce double usage (institutionnalisation et régulation), les pouvoirs pu­blics réaffirmeront leur objectif de partage d’emploi. Ce sera chose faite par l’intermé­diaire de la loi de redressement du 22 janvier 1985 qui institue les “interruptions de carrière à temps partiel”, notamment pour les travailleurs âgés. Cette loi affiche le dou­ble objectif de faciliter la conciliation entre vie de famille et vie professionnelle et de permettre le remplacement des individus qui réduisent leur temps de travail. En 1990, alors que le nombre de prépensionnés est à son apogée, l’obligation de remplacer un prépensionné par un chômeur complet indemnisé (Claes, 2012 :39-46) est instituée afin d’éviter les dérives potentielles du mécanisme. Des dispositions sont également envisagées afin de prendre en compte les entreprises en difficulté et une diminution de l’intervention de l’Etat est amorcée via la création d’une intervention patronale (sauf en cas de dérogation) destinée à couvrir les départs en prépension.

8Dans la lignée de l’interruption de carrière de 1985, la Convention Collective de Travail (CCT) n°55 de 1993 instaure un régime de “prépension à mi-temps” qui ouvre le droit à une indemnité en cas de réduction des heures de travail. Cependant, ce cas de figure n’est plus obligatoirement soulagé par une embauche compensatoire. Le régime n’aura que peu de succès et ne permettra pas de résorber les départs anticipés. A cette époque, on observe par ailleurs un réel transfert entre les systèmes de prépension et le système de chômage dispensé de recherche d’emploi, qui sert alors de prépension déguisée (Fusulier/Moulaert/Tremblay/Larivière, 2009).

9Par la suite, le nombre de prépensionnés va décroître. Les années 1995, 1997, 1999, 2001 et 2003 sont marquées par un durcissement progressif des critères d’accès la pré­pension conventionnelle et par la disparition progressive de l’argumentaire redistribu­tif. Les CCT n°17 et 17bis datées de 2001 visant à améliorer le taux d'emploi des tra­vailleurs âgés viendront offrir des alternatives à la prépension en étoffant le système de réduction des heures de travail en fin de carrière pour les travailleurs du secteur pri­vé (crédit-temps). En 2006, le premier point de la CCT n°17 qui mettait en évidence l’argument du partage d’emploi (CCT n°17, 19/12/1974, Art. 1) est supprimé (Mou­laert, 2007). De la même manière, la loi sur le “pacte de solidarité entre les généra­tions” du 23 décembre 2005 insistera sur la nécessité de développer l’embauche des jeunes travailleurs et de stimuler le vieillissement actif. C’en est fini du partage d’em­ploi entre générations.

B. L’inflation des “statuts composites” et la disparition du “partage d’emploi”

  • 2 Pour un historique du “taux d’emploi” comme indicateur des politiques européennes, consulter : Frey (...)

10Encouragés successivement par les Conseils européens d’Amsterdam (1997), Lis­bonne (2000), Stockholm (2001) et Barcelone (2002), les pays européens mettent en place des dispositifs destinés à augmenter le taux d’emploi des âgés2, en facilitant no­tamment la transition entre l’emploi et la retraite. En Belgique, un Plan d’Action Na­tional pour l’emploi (PAN) vient renforcer de tels objectifs au niveau national. La Commission européenne mettra en outre l’accent dans son Guide de l’Europe sociale (volume 3) sur le postulat erroné qui consiste à penser que le chômage peut être réduit en réduisant la taille de la population active, particulièrement en fin de carrière (Com­mission européenne, 2012 :23). On assiste alors à un double mouvement d’augmenta­tion de la participation à l’emploi des travailleurs âgés et de déconstruction des politi­ques initialement destinées à assurer la redistribution.

11L’augmentation du taux d’emploi des travailleurs âgés dès les années 2000 est réa­lisée en grande partie par le biais d’une expansion sans précédent – bien que relative­ment tardive en Belgique (Latulippe/Turner, 2000) – du travail à temps partiel en fin de carrière, tant pour les hommes que pour les femmes (Léonard & al., 2013) et, plus largement, par la possibilité accrue de cumuler des statuts différents. Plusieurs méca­nismes seront institués et renforcés au cours de cette période. Ils ont en commun de juxtaposer deux statuts (voire davantage) : un statut de travailleur, d’une part, et un statut de non-travailleur, de l’autre. Nous les qualifions de “statuts composites” et nous en distinguons trois types : la “cessation partielle”, la “rupture partielle” et l’ “insertion partielle”.

12La “cessation partielle” désigne le cumul d’une activité professionnelle avec (1) une interruption de carrière à temps partiel ou (2) une prépension à mi-temps. L’inter­ruption de carrière existe en Belgique depuis 1985. Elle a été scindée en 2001 en un volet “interruption de carrière” destiné à la fonction publique et un volet “crédit-temps” destiné aux employés du secteur privé. Il existe plusieurs formes de crédit-temps, destinées par exemple au soin à un proche ou à une réduction des heures de tra­vail en fin de carrière. Le régime de prépension à mi-temps a quant à lui été supprimé en 2012, mais continue de couvrir ceux qui en bénéficiaient.

13La “rupture partielle” regroupe le cumul d’une activité avec (1) une allocation d’in­validité ou (2) une “indemnité maladie professionnelle”. Suivant l’accord d’un méde­cin-conseil, il est possible de reprendre une activité au cours d’une période d’invali­dité. Dans le cas d’une maladie professionnelle, l’individu peut, sous conditions, réduire son temps de travail en bénéficiant d’une prestation d’indemnité maladie pro­fessionnelle.

14L’ “insertion partielle” caractérise le cumul d’un statut de travailleur et (1) un “re­venu d’intégration” sociale (RIS) ou (2) une allocation de garantie de revenu (AGR). Le RIS est dispensé par le Centre Public d’Action Sociale (CPAS) – il s’agit d’une prestation de type assistantielle – tandis que l’AGR est dispensé par l’Office National de l’Emploi (ONEm) – autrement dit, une prestation assurantielle.

15Le tableau 1 illustre les évolutions des taux de “statuts composites” pour les 50-64 ans entre 2003 et 2011. On y observe très nettement une augmentation de l’usage des statuts complémentaires à l’emploi tels que l’invalidité, l’allocation de garantie de re­venus, l’interruption de carrière à temps partiel et le revenu d’intégration. Il faut ce­pendant noter une baisse importante de l’indemnité maladie professionnelle et des pré­pensions à mi-temps (qui disparaissent progressivement).

  • 3 Source : DWMT&PS et EUROSTAT (nos calculs). * : Les statuts composites présentés ici sont les plus (...)

Tableau 1 : Part de statuts composites sur la population totale âgée de 50 à 64 ans, de 2003 à 20113.

2003-1

2004-1

2005-1

2006-1

2007-1

2008-1

2009-1

2010-1

2011-1

Cessation partielle

Interruption de carrière à temps partiel

2,897

3,434

4,027

4,437

4,796

5,186

5,481

5,778

5,928

Prépension à mi-temps

0,058

0,049

0,045

0,040

0,036

0,030

0,028

0,027

0,030

Rupture partielle

Invalidité

1,369

1,545

1,609

1,816

1,867

1,982

2,021

2,041

2,118

Indemnité maladie professionnelle

0,237

0,219

0,210

0,198

0,170

0,167

0,157

0,144

0,139

Insertion partielle

Revenu d'intégration

.

.

0,113

0,122

0,125

0,126

0,122

0,123

0,123

Allocation de garantie de revenu

0,262

0,294

0,335

0,367

0,392

0,422

0,487

0,530

0,561

Triples Statuts

Indemnité maladie professionnelle et Invalidité

0,072

0,076

0,079

0,081

0,077

0,074

0,071

0,067

0,062

Interruption de carrière à temps partiel et Indemnité maladie professionnelle

0,019

0,021

0,026

0,029

0,027

0,029

0,031

0,031

0,031

Total*

4,936

5,662

6,469

7,114

7,517

8,046

8,429

8,767

9,018

16Il existe une grande variété de “statuts composites”. La “cessation partielle” désigne des mécanismes de réduction du temps de travail tandis que la “rupture partielle” a trait à une réduction du temps de travail pour raisons de santé. Inversement, l’ “inser­tion partielle” se rapporte aux mécanismes de “mise à l’emploi” des chômeurs et des inactifs. Le développement de ces statuts au milieu des années 1980, leur multiplica­tion ainsi que leur utilisation croissante au cours des années 2000 traduisent trois phé­nomènes distincts. Premièrement, à un modèle d’alternance (la période d’emploi se distingue de la période de non-emploi) touchant essentiellement les femmes (Maruani, 2011), se substitue un “modèle cumulatif d’articulation travail-famille faiblement gen­ré” (Fusulier & al., 2006). A l’ “alternance” succède le “cumul” qui, progressivement, touche autant les hommes que les femmes. Deuxièmement, ce foisonnement de dispo­sitifs couvre une grande diversité de situations individuelles. Si les “statuts composi­tes” tendent progressivement à s’institutionnaliser en fin de carrière, cette institution­nalisation est aussi caractérisée par une déstandardisation (Burnay, 2013 ; Guillemard, 2007) des motifs de la réduction du temps de travail. Derrière une tendance marquée s’imposent des situations individuelles moins homogènes qu’auparavant, qui rendent difficile la classification des individus dans des statuts classiques tels que l’emploi, le chômage ou l’inactivité (Vanheerswynghels, 2004). Enfin, ces deux éléments mettent en avant un renouvellement de la centralité de l’emploi en fin de carrière en lui offrant cependant de nouvelles formes ; l’ensemble de ces statuts, les droits, les obligations et les prestations qui leur sont associés sont dépendants d’une relation de travail.

III. Partage d’emploi et “Lump of Labour Fallacy”

17Les dispositifs de départ anticipé des travailleurs âgés ont été initialement mis en place pour (1) réguler le marché du travail et (2) redistribuer l’emploi entre généra­tions. Des résultats en termes d’emploi et de chômage des jeunes n’ont cependant pas été observés au cours de la période. Au niveau individuel, la prépension s’institution­nalise et se généralise. Au niveau des entreprises, elle est avant tout destinée à réguler, à moindres frais, la masse de travailleurs (Gaullier, 2003). Le partage d’emploi entre générations sera réaffirmé en 1985 et en 1990, mais disparaîtra par la suite du registre des politiques publiques. L’heure sera à l’augmentation des taux d’emploi des âgés, dans le sillage de la Stratégie européenne pour l’Emploi et de la Stratégie Europe 2020. Cette augmentation passera par le développement de statuts composites qui assurent la transition entre emploi et retraite. C’est également à cette époque que des travaux – essentiellement en économie – vont analyser les effets du retrait anticipé des âgés sur l’emploi et le chômage des jeunes. Ces travaux vont pour la plupart se fonder sur une notion relativement ancienne : la “Lump of Labour”.

  • 4 Autrement dit l’ “erreur”, l’ “illusion” ou le “sophisme” d’une masse fixe de travail.

18On doit la notion de “Lump of Labour” au journaliste anglais Henry Mayhew qui, en 1851, publie un ouvrage consacré à la population pauvre à Londres à l’ère victo­rienne : “London Labour and the London Poor” (Mayhew, 1864). Ce dernier y appuie la thèse qu’une diminution des heures de travail ferait décroitre le nombre de chô­meurs. Mais cette thèse sera rapidement démentie par un certain nombre d’économis­tes dont, en 1891, David Schloss (Munnell/Wu, 2012a, 2012b). En quelques années, la “Lump of Labour Theory” de Mayhew deviendra une “Lump of Labour Fallacy4”. Formulée dans le langage de la théorie des jeux, la “Lump of Labour Theory” pose l’hypothèse que «le gain d’un joueur se fait nécessairement au détriment des autres joueurs» (De la Croix/Pierrard/Sneessens, 2009 :1), autrement dit, dans son applica­tion au partage d’emploi entre générations, qu’il existe une somme d’emploi partagée entre un ensemble d’individus et que le retrait d’un individu de l’emploi se fait au bé­néfice d’un autre. La “Lump of Labour Fallacy” pose donc l’hypothèse inverse. Elle permet de souligner – comme nous l’avons fait dans le bref historique mentionné plus haut – l’effet “régulateur” produit par les dispositifs de sortie anticipée en dépit de leurs ambitions de répartition de l’emploi.

19D’un point de vue empirique, la notion sera largement utilisée par les économistes et par les sociologues (souvent en seconde main) au cours des années 2000 afin de cri­tiquer l’idée d’un éventuel effet redistributif. Réalisé sur base d’une comparaison in­ternationale, le travail d’Esping-Andersen (2000) visant à étudier les effets potentiels des préretraites sur l’emploi des jeunes est une bonne illustration de l’usage de la “Lump of Labour Fallacy”. Par le biais d’une analyse basée sur les données de l’OCDE, il montre sur base d’une série temporelle (1979-1994) que si les préretraites n’influent pas positivement sur le taux de chômage des jeunes, leur usage est davanta­ge susceptible de provoquer une augmentation de celui-ci. Au niveau des politiques nationales, les cas britannique (Banks/Blundell/Bozio/Emmerson, 2010), allemand (Börsch-Supan/Schnabel, 2010), italien (Brugiavini/Peracchi, 2010) ou encore états-uniens et chinois (Munnell/Wu, 2012a, 2012b) seront ainsi analysés à la lueur de la même critique.

20Mais si ces différents travaux démontrent le caractère fluctuant de la masse de tra­vailleurs, les effets qu’ils mettent en évidence ne font pas consensus dans la littérature scientifique. La notion de partage d’emploi par la réduction de ce dernier pour cer­taines catégories spécifiques (ou du temps de travail dans son ensemble) n’est pas résolue pour autant. Les travaux de Keynes, Pasinetti et de Commons ont, par exem­ple, tous trois mis l’accent sur la nécessaire réduction du temps de travail, ingrédient d’une cure contre le chômage pour le premier, corolaire au progrès technologique pour le second et instrument corrélé au cycle économique pour le troisième (Walker, 2007 :283-285).

21Les analyses qui suivent posent le postulat que la “Lump of Labour Fallacy” et le partage d’emploi ne sont pas antinomiques. Autrement dit, le caractère instable du marché de l’emploi et l’effet régulateur des sorties anticipées ne sont pas dissociables d’effets redistributifs. Afin d’étayer cette proposition, nous développons, sur base de ce qui a été dit plus haut et en réponse aux analyses précitées, trois éléments qui néces­sitent, selon nous, d’être pris en considération dans l’étude des phénomènes redistribu­tifs :

  • 5 Les dynamiques de la concertation sociale belge sont détaillées dans Blaise P., 2010.

221° Les dynamiques de redistribution de l’emploi doivent être analysées au plus près des relations collectives. Nous avons vu que les réformes concernant la sortie anticipée des travailleurs âgés se traduisent, en Belgique, par des Conventions Collectives du Travail. Ces CCT nécessitent une application concrète dans les secteurs d’activité (Commissions Paritaires5) et les entreprises. Elles produisent donc des règlementations et des pratiques différenciées en fonction des Commissions Paritaires. Les types de concertation sociale ne doivent pas être ignorés dans l’analyse (Trampusch, 2007).

232° Les catégories administratives nationales doivent être privilégiées aux nomencla­tures internationales. Nous avons montré qu’il existe différents mécanismes de sortie anticipée de l’emploi (prépension, crédit-temps, chômage, invalidité, etc.). Or, les bases de données internationales créent des indicateurs standardisés qui, bien que per­mettant la comparaison entre pays, réduisent la lisibilité des politiques nationales. La nomenclature NACE, les taux de chômage ou d’emploi ainsi que la catégorie “prére­traite” des “Enquêtes sur les Forces de Travail” (Esping-Andersen, 2000 ; Jousten et al., 2010 ; Lefebvre, 2007) ou des enquêtes SHARE (Jousten/Lefebvre, 2013) sont des reconstructions internationales de réalités nationales et empêchent l’étude fine des dif­férents mécanismes de sortie anticipée.

243° Les statuts composites produisent des effets potentiels sur le partage d’emploi. Le développement de statuts plus individualisés permettant la réduction des heures de travail en fin de carrière invite à repenser la redistribution de l’emploi non plus à l’aune des prépensions (dont l’usage décroît), mais à la lumière d’une variété de dispo­sitifs, dont les conditions d’accès et les effets diffèrent. Une telle perspective permet la prise en compte des différentes modalités de réduction du temps de travail (Oudiz/Ra­oul/Sterdyniak, 1979) et de leurs effets contrastés.

IV. Analyses empiriques : tests descriptifs et perspectives empiriques

25L’expansion des “statuts composites” participe de l’augmentation importante du nombre d’âgés à l’emploi. La figure 1 permet d’illustrer cette progression en schémati­sant l’augmentation de la participation à l’emploi, par classe d’âge, sur base du pre­mier trimestre de l’année 2003. On peut y observer que l’emploi de 50-64 ans a aug­menté de 44% entre le premier trimestre de 2003 et le dernier trimestre de 2011 (tandis que leur poids démographique n’a augmenté que de 20%). Inversement, l’emploi des 18-24 a connu deux types de mouvements : il est resté relativement stable jusqu’au troisième trimestre de 2008, pour s’effondrer ensuite à une valeur inférieure de 12% de sa valeur initiale (alors que la durée de la scolarité est passée de 19,4 à 19,6 ans sur la période). L’emploi des 25-49 ans est quant à lui resté stable avec, cependant, une légè­re augmentation (de l’ordre de 3%) entre 2007 et 2009. Les mouvements des tranches d’âge 18-24 et 50-64 indiquent une augmentation massive de la participation à l’em­ploi des âgés, indépendamment des variations économiques (la crise de 2007-2008 n’a qu’un effet très limité), et, inversement, une porosité plus grande de l’emploi des plus jeunes à de telles variations. Ces dernières ne peuvent donc être imputées aux seules évolutions démographiques.

  • 6 Source : DWMT&PS – nos calculs.

Figure 1 Evolution de l’emploi en Belgique, par tranche d’âge sur base de l’emploi au premier trimestre 20036.

Figure 1 Evolution de l’emploi en Belgique, par tranche d’âge sur base de l’emploi au premier trimestre 20036.
  • 7 La période 2005-2011 constitue un laps de temps nécessaire à l’appréciation des politiques publique (...)

26Dans cette partie, nous mettons à l’épreuve les évolutions de la redistribution de l’emploi entre les âges entre 2005 et 20117 en Belgique. Dans un premier temps, nous créons un indicateur pondéré de rapport d’âge permettant d’évaluer un ratio entre tra­vailleurs jeunes et âgés. Ce dernier est calculé par commissions paritaires et se limite à la population salariée. Dans un second temps, nous analysons, par le biais d’une ré­gression linéaire les effets de l’évolution des statuts composites sur le rapport d’âge.

A. Un indicateur pondéré de rapport d’âge (IPRA)

27L’Indicateur Pondéré de Rapport d’Age (IPRA) correspond à une soustraction de deux termes. Le premier calcule le rapport entre les individus à l’emploi (n) âgés de 18 à 24 ans en 2011 et les individus à l’emploi âgés de 50 à 64 ans également en 2011. Le second terme rapporte le nombre d’individus à l’emploi âgés de 18 à 24 ans en 2005 sur le nombre d’individus à l’emploi âgés de 50 à 64 ans en 2005. Afin d’atteindre une équivalence en termes de classes d’âge (18-24 et 50-64 ans), ces dernières sont rappor­tées à l’ensemble des années révolues couvertes (respectivement 7 et 15).

28Le calcul de l’indicateur revient à rapporter la part d’individus jeunes sur la part d’individus âgés en 2005 et en 2011. En mettant en pourcentage chaque nombre abso­lu par tranche d’âge, on neutralise deux effets : (1) un effet démographique qui tend à réduire la part des jeunes sur la population totale et (2) un effet sectoriel qui tend à faire varier dans le temps l’ampleur numérique de certaines commissions paritaires.

  • 8 Les données agrégées sont disponibles via l’application web du DWMT&PS : https://www.bcss.fgov.be/s (...)
  • 9 Il s’agit des CP 225, 330, 331, 332, 336, 337 et 339.

29Les données utilisées pour réaliser cet indicateur sont issues du Datawarehouse Marché du Travail et Protection Sociale (DWMT&PS) qui compile des informations sur le marché du travail et la protection sociale en Belgique, de la fin des années 1990 à aujourd’hui8. Ces données couvrent l’ensemble de la population belge ; il n’est, en cela, pas nécessaire de calculer de marge d’erreur. Les deux années sélectionnées (2005 et 2011) correspondent aux données disponibles les plus récentes. La population retenue est une population exclusivement salariée. L’ensemble des Commissions Pari­taires est étudié. Sont exclues, les Commissions Paritaires pour lesquelles des informa­tions manquent en 2005, notamment parce qu’elles ont été créées récemment9. Au to­tal, 58 Commissions Paritaires sont étudiées.

30Le graphique 1, qui schématise les résultats de l’indicateur par Commission Pari­taire, invite à plusieurs considérations.

  • 10  Source : DWMT&PS, nos calculs. Moyenne : -1,15 / Médiane : -0,58.

Graphique 1 : Le rapport d’âge (2005/1 – 2011/1) par Commission paritaire10.

Graphique 1 : Le rapport d’âge (2005/1 – 2011/1) par Commission paritaire10.

31Premièrement, le décalage entre la moyenne (-1,15) et la médiane (-0,58) donne à voir la présence de valeurs extrêmes négatives. Il s’agit des CP 322 (travail intérimaire et entreprises agréées fournissant des travaux ou services de proximité), 314 (coiffure et soins de beauté) et 311 (grandes entreprises de vente au détail). La valeur de l’indi­cateur est respectivement de -16,55 ; -8,45 et -4,87. Cela signifie que la part de jeunes de 18 à 24 ans pour l’équivalent d’une personne âgée de 50 à 64 ans a baissé de ces trois valeurs de 2005 à 2011.

32Deuxièmement, il existe trois valeurs positives : pour la CP 326 “industrie du gaz et de l’électricité”, la CP 323 “gestion d'immeubles et les agents immobiliers”, ainsi que pour la CP 317 “service de gardiennage et surveillance”. Compte de tenu de leur faible valeur, elles n’agissent pas de façon significative sur la moyenne. Une tendance néga­tive pour 55 CP sur 58 peut donc être constatée. Dans ces dernières, l’indice est à la baisse, ce qui confirme que l’emploi des âgés n’est pas remplacé à cent pour cent par l’emploi de populations plus jeunes. L’effet distributif n’opère donc pas de façon “pu­re” par un déplacement de l’emploi des catégories les plus âgées vers les jeunes en­trants sur le marché du travail. Autrement dit, sur une période de six années, l’écart en­tre la part de jeunes pour une personne âgée de 50 à 64 ans a eu tendance à baisser dans l’ensemble des commissions paritaires.

  • 11 Les CTT conclues au niveau des CP peuvent apporter des modifications en termes de (1) nombre de per (...)

33L’hétérogénéité de l’indicateur traduit plusieurs phénomènes qui impactent de fa­çon différenciée les secteurs d’activité, tels que la croissance économique sectorielle, les niveaux de formation requis, la pénibilité du travail ou encore la présence d’un marché interne du travail (Doeringer/Piore, 1970). L’ensemble de ces facteurs déter­mine, d’une part, les accords sectoriels négociés dans les CP, notamment en ce qui concerne le crédit-temps11, et, d’autre part, l’usage des dispositifs de réduction du temps de travail et les pratiques redistributives des entreprises. La partie suivante aura pour but d’expliquer les variations de l’IPRA en fonction de l’usage, par CP, des diffé­rents statuts composites mentionnés plus haut.

B. Sortie partielle de l’activité et rapport d’âge

34Le modèle proposé se fonde sur une variable dépendante, les variations du rapport d’âge entre 2005 et 2001 (R), et huit variables explicatives qui correspondent à l’évo­lution des huit statuts composites mentionnés plus haut pour les employés âgés de 50 à 64 ans. L’ensemble de ces variables prend la forme d’une droite de régression (voir annexe 2). Ce modèle part d’une hypothèse : le développement de statuts composites en fin de carrière (50-64 ans) favorise un rapport d’âge positif. Autrement dit, les sta­tuts composites auraient un impact positif sur la répartition des emplois dans les diffé­rentes commissions paritaires, favorisant ainsi la présence des travailleurs plus jeunes (18-24 ans). Cette hypothèse est vérifiée par l’intermédiaire d’une corrélation de Pear­son et d’une régression linéaire (annexes 1 & 2).

1. Du point de vue des corrélations

35La matrice de corrélations, présentée en annexe 2, donne à voir les coefficients de Pearson calculés termes à termes. On peut, pour la ligne “rapport d’âge”, observer quatre corrélations importantes. Deux corrélations sont négatives (“invalidité et occu­pé” et “occupé avec une AGR”), ce qui signifie qu’une augmentation de ces statuts est corrélée à une diminution du rapport d’âge : si ces deux statuts augmentent, la pré­sence de jeunes à l’emploi baisse (et inversement). A l’inverse, deux corrélations sont positives (avec “occupé et prépension à mi-temps” et “occupé et revenu d’intégra­tion”), autrement dit : une augmentation de l’un suppose une augmentation de l’autre. A priori, sans avoir neutralisé les effets des autres variables, le revenu d’intégration combiné à un emploi tend à faire croître le rapport d’âge, au profit des plus jeunes. A l’inverse, l’invalidité combinée à un emploi le fait baisser.

36En ce qui concerne les corrélations entre variables indépendantes, peu de corréla­tions fortes (plus de 0,50) sont observées. C’est le cas cependant entre “indemnité ma­ladie professionnelle” et “invalidité, indemnité maladie professionnelle” (0,64), ce qui paraît cohérent dans la mesure où l’on observe un statut double et un statut triple dont le second est composé des modalités du premier. C’est également le cas pour “prépen­sion à mi-temps” et “revenu d’intégration” (0,57). Mais, outre ces deux corrélations relativement fortes, peu de corrélations significatives sont observées. Il ne semble donc pas y avoir de problème de colinéarité entre les variables : aucune variable expli­cative introduite dans l’analyse n’est inutile, elles expliquent chacune un phénomène propre.

2. Du point de vue de la régression linéaire

37Afin de saisir l’impact de l’introduction, dans le modèle, des différentes variables indépendantes citées précédemment, nous avons procédé à une régression linéaire “par étape”. Quatre étapes se succèdent ici. La première introduit les deux variables liées à la “cessation partielle”. La seconde étape ajoute aux deux variables précédentes les deux variables liées à la “rupture partielle”. La troisième étape prend en compte les tri­ples statuts composites (invalidité, interruption de carrière et occupé, d’une part, et in­validité, indemnité maladie professionnelle et occupé, d’autre part). La quatrième éta­pe enfin, prend en compte les six variables précitées et leur additionne les variables liées à l’insertion partielle.

38La qualité du modèle – autrement dit, la qualité explicative des variables prises en compte – est expliquée par les R, R2 et R2 ajustés. On observe, pour le premier bloc, un R2 ajusté de 0,068, autrement dit, le premier modèle explique 6,8% de la variance ; on peut ainsi, avec les deux premières variables introduites, prédire 6,8% de la varian­ce de la variable dépendante, ce qui est faible. Constat identique pour les modèles 2 et 3 qui prédisent respectivement 12,8% et 9,7% de la variance de la variable dépendan­te. Par contre, le quatrième modèle atteint un pourcentage d’explication de la variance satisfaisant (56,9%). Le calcul d’un Coefficient de Durbin-Watson permet de confir­mer qu’il n’y a pas de colinéarité excessive entre les variables (le coefficient, proche de 2, montre que cette dernière ne pose pas problème).

  • 12 Une augmentation de 1 point du statut d’ “occupé et prépension à mi-temps” fait donc augmenter de 0 (...)

39L’analyse de coefficients de régression bruts (B) et standardisés (β) est présentée. Dans le bloc 1, les deux variables liées à la réduction de la durée du travail en fin de carrière montrent une tendance positive, tendance plus largement marquée pour les prépensions à mi-temps. Autrement dit, dans les Commissions Paritaires dans lesquel­les l’usage de ce type de statuts a augmenté entre 2005 et 2011, une augmentation po­sitive du rapport d’âge est observée12. Il y a donc un lien probable entre les deux phé­nomènes ; la réduction du temps de travail produisant une distribution de l’emploi en faveur des jeunes, une fois contrôlés les effets des variations structurelles dans les sec­teurs d’activité. Cependant, ce lien doit être nuancé par la faiblesse du R2 : si impact il y a, ce dernier n’influe que très peu sur la variance de la variable dépendante.

40L’introduction, dans le bloc 2, des variables liées à la diminution des heures de tra­vail en cas d’invalidité ou de maladie professionnelle et, dans le bloc 3, des variables aux “triples statuts” ne fait que très peu varier la tendance pour les prépensions à mi-temps. L’interruption de carrière à temps partiel varie davantage, mais sur une échelle bien plus faible qui donne à penser que son implication sur le partage de l’emploi dis­ponible est quasi nulle. Pour rappel, la corrélation observée plus haut entre ce type de statut et le rapport d’âge était positive, mais relativement faible (0,17) tandis qu’elle était davantage élevée pour les prépensions à mi-temps (0,32). Durant les trois premiè­res étapes, il semble cependant y avoir un effet propre de cette variable.

41A l’inverse, les variables entrées au bloc 2 (maladie et invalidité) illustrent une rela­tion négative avec le rapport d’âge. L’augmentation de l’invalidité à temps partiel et de l’indemnité maladie professionnelle font baisser le rapport d’âge, ce qui signifie que l’augmentation, par Commission Paritaire, de l’usage de ces dispositifs n’est pas favorable aux plus jeunes : lorsque l’un augmente, l’autre diminue. Cela est confirmé au bloc 3, dans le cas de l’invalidité. Le statut d’ “indemnité professionnelle”, pour le­quel le β est beaucoup plus faible est par contre beaucoup plus sensible à l’introduc­tion de nouvelles variables et ne permet pas de tabler avec certitude sur l’effet propre de cette variable. Les deux variables introduites au cours de l’étape 3 – composée, no­tamment de l’invalidité – confirment la tendance : le statut d’ “invalidité et indemnité maladie” montre un β négatif tandis que le statut “invalidité, interruption de carrière” montre un β quasi-nul.

42Alors que les trois premières étapes ne permettent d’expliquer les variations des rapports d’âge que dans une maigre mesure, la quatrième étape présente un R2 impor­tant. Cette dernière prend en compte l’effet propre de deux statuts combinés à l’em­ploi : le “revenu d’intégration sociale” (RIS) et l’ “allocation de garantie de revenu” (AGR). On observe nettement que les coefficients β pour les variables introduites dans les étapes précédentes deviennent quasi-nuls et n’ont plus un impact prégnant, voire que leur lien avec la variable dépendante change de sens (l’invalidité présente un signe positif et la prépension un signe négatif). Les deux variables introduites permettent d’observer une tendance opposée. D’une part, l’AGR – qui est une mesure d’insertion à l’emploi de la catégorie “chômeurs” – fait baisser le rapport d’âge, donc la présence des populations plus jeunes. D’autre part, le RIS – qui constitue une mesure d’inser­tion professionnelle pour les catégories “inactives” – fait croître la part des jeunes. Il y a donc une distinction marquée entre l’insertion des chômeurs et celle des inactifs. Ces deux types de mise à l’emploi révèlent le caractère pluriel des effets de l’insertion à l’emploi des populations âgées.

V. Conclusions

43Partant du constat de Merton formulé dans l’introduction, cet article nous a permis d’ébaucher trois perspectives de recherche qui viennent nourrir le débat sur le partage d’emploi entre générations.

44Premièrement, nous mettons en avant l’influence des relations collectives sur les dynamiques redistributives. Cette influence a trait, dans un premier temps, aux évolu­tions économiques sectorielles différenciées qui impactent la gestion de la main d’œu­vre. Elle se rapporte, dans un second temps, aux dynamiques de la négociation qui ap­pliquent les règlementations à l’échelle sectorielle, via des Conventions Collectives du Travail. Enfin, elles impactent largement l’usage des statuts composites, le partage de l’emploi et la régulation des âges.

45Deuxièmement, nous soulignons le caractère ambivalent des notions de régulation et de redistribution. Si le marché du travail n’est pas un “jeu à somme nulle”, il n’y a pas de facto opposition entre redistribution et régulation. Mais les effets redistributifs peuvent, par contre, être masqués par une analyse macro du marché du travail (Robin­son, 1950). Il faut donc lui privilégier un niveau d’analyse plus fin, basé sur les sec­teurs d’activité ou, dans le meilleur des cas, sur les entreprises.

46Enfin, nous insistions sur la nécessaire réappropriation dans le champ sociologique – et plus spécifiquement par la sociologie du travail et de l’emploi – des questions liées au partitionnement des âges à l’emploi. Si le point de vue quantitatif abordé ici met au jour des dynamiques plurielles de redistribution d’emploi en fonction de l’usa­ge différencié des statuts composites, deux autres approches peuvent prolonger ce tra­vail. Une analyse quantitative doublée d’une approche juridique pourrait, d’une part, venir expliquer plus finement les dynamiques sectorielles en œuvre. Mais cela nécessi­te de ne sélectionner qu’un échantillon réduit de Commissions Paritaires, ce qui n’était pas l’ambition de cet article. Une analyse qualitative, d’autre part, pourrait souligner, au-delà des dynamiques redistributives, les modalités du partage de fonctions et de postes au sein de l’entreprise, qui ne suivent pas nécessairement une logique similaire.

Haut de page

Bibliographie

Alaluf M.,
1986 Le temps du labeur. Formation, emploi et qualification en sociologie du travail, Bruxelles, Editions de l’université de Bruxelles.

Banks J., Blundell R., Bozio A., Emmerson C.,
2010 “Releasing Jobs for the Young ? Early Retirement and Youth Unemployment in the United Kingdom”, inGruber J., Wise A. (Eds.), Social Security Programs and Retirement around the World : The Relationship to Youth Employment, Chicago, University of Chicago Press, pp.319-344.

Blaise P.,
2010 “Le cadre institutionnel de la concertation sociale”, in Arcq E., Capron M., Léonard E., Reman P. (Eds.), Dynamiques de la concertation sociale Bruxelles, CRISP, pp.43-74.

Börsch-Supan A., Schnabel R.,
2010 “Early Retirement and Employment of the Young in Germany”, inGruber J., Wise D. A. (Eds.), Social Security Programs and Retirement around the World : The Relationship to Youth Employment, Chicago, University of Chicago Press, pp.147-166.

Brugiavini A., Peracchi F.,
2010 “Youth Unemployment and Retirement of the Elderly : The Case of Italy”, inGruber J., Wise D. A. (Eds.), Social Security Programs and Retirement around the World : The Relationship to Youth Employment, Chicago, Chicago University Press, pp.167-215.

Burnay N.,
2013 “Aménagement des fins de carrière ? Entre reconfiguration des temps sociaux et transformations normatives”, SociologieS, 17, en ligne.

Claes T.,
2012 “La prépension conventionnelle (1974-2012)”, Courrier Hebdomadaire Du CRISP, 29-30, n°2154-2155, pp.5-94.

Commission européenne,
2012 Démographie, vieillissement actif et retraites. Guide de l’Europe Sociale, Vol. 3, Luxembourg, Office des publications de l’Union européenne.

De la Croix D., Pierrard O., Sneessens H.,
2009 Les travailleurs âgés prennent-ils la place des jeunes ?, Belgrade, IWEPS, Les Brêves de l’IWEPS n°7.

Desmet R., Pestieau P.,
2003 “Sécurité sociale et départ à la retraite”, Revue Française d’économie, 18(1), pp.3-21.

Doeringer P., Piore M.,
1970 Internal Labor Markets and Manpower Analysis, New York, ME Sharpe.

Esping-Andersen G.,
2000 “Regulation and Context : Reconsidering the Correlates of Unemployment”, inEsping-Andersen G., Regini M. (Eds.), Why Deregulate Labour Markets, Oxford, Oxford University Press, pp.99-112.

Freyssinet J.,
2004 “Taux de chômage ou taux d’emploi, retour sur les objectifs européens”, Travail, Genre et Sociétés, 11(1), pp.109-120.

Friedmann G.,
2012 Le travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

Fusulier B., Giraldo S., Legros E.,
2006“L’utilisation des dispositifs d’articulation de la vie familiale et de la vie professionnelle. Étude auprès de 48 entreprises de Wallonie (Belgique)”, Enfances, Familles, Générations, (4), pp.1-21.

Fusulier B., Moulaert T., Tremblay D., Larivière M.,
2009 Travailler plus longtemps ! ? L’aménagement des fins de carrière en Belgique et au Québec, Louvain-la-Neuve/Montréal, ARUC, Note de Recherche de l’ARUC, 3.

Gaullier X.,
2003 Le temps de retraites. Les mutations de la société salariale, Paris, Seuil.

Gieselink G., Stevens Y., Van Buggenhout B.,
2002“Départ anticipé des travailleurs âgés en Belgique”, Revue Belge de Sécurité Sociale, (4), pp.579-617.

Guillemard A.-M.,
2007 “Une nouvelle solidarité entre les âges et les générations dans une société de longévité”, in Paugam S. (Ed.), Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, Paris, PUF, Quadrige, pp.355-375.
2010 Les défis du vieillissement. Age emploi, retraite. Perspetives internationales. Paris, Armand Colin.

Jolivet A.,
2006 “Usages nationaux des sorties anticipées liées à la santé : les exemples suédois et néerlandais”, Retraite et Société, 49(3), pp.99-119.

Jousten A., Lefebvre M.,
2013 Retirement Incentives in Belgium : Estimations and Simulations Using SHARE Data, Tilburg, Netspar, Netspar Discussion Paper, 04/2013-012.

Jousten A., Lefèbvre M., Perelman S., Pestieau P.,
2010 “The Effects of Early Retirement on Youth Unemployment : The Case of Belgium”, inGruber J., Wise D. A. (Eds.), Social Security Programs and Retirement around the World : The Relationship to Youth Employment, Chicago, University of Chicago Press, pp.47-76.

Kalwij A., Kapteyn A., Vos K. (de),
2009 Early Retirement and Employment of the Young, Santa Monica, Rand Labour and Population, Working paper n°679.

Latulippe D., Turner J.,
2000 “Retraite partielle et politique des retraites dans les pays industrialisés”, Revue Internationale Du Travail, 139(2), pp.201-220.

Lefebvre M.,
2007 “Les effets redistributifs des systèmes de retraite en Europe”, Revue Française d’économie, vol.XXII/2, pp.57-80.

Léonard D., Martinez E., Wels J.,
2013 “La fin des prépensions : l’ère de la complexité”, Nieuw Arbeidsblad-Nouvelle Revue Du Travail, (chronique 2012), pp.70-86.

Martinez E.,
2010 Les salariés à l’épreuve de la flexibilité, Bruxelles, Editions de l’université de Bruxelles.

Maruani M.,
2011 Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte (Repères).

Mayhew H.,
1864 London Labour and the London Poor : The Condition and Earnings of Those that Will Work, Cannot Work, and Will Not Work, London, Charles Griffen and Company.

Merton R. K.,
1953 Eléments de méthode sociologique, Paris, Plon.

Moulaert T.,
2007 “Vieillissement actif : quête d’emploi ou de respect ? ”, La Revue Nouvelle, 10, octobre, pp.66-71.

Munnell H. A., Wu A.,
2012 aAre Aging Baby Boomers Squeezing Young Workers out of Jobs ?, Boston, Center for Retirement Research, Issue Brief 12-18.
2012 bWill Delayed Retirement by the Baby Boomers Lead to Higher Unemployment among Younger Workers?, Boston, Center for Retirement Research, Working Paper 2012/22.

Oudiz G., Raoul E., Sterdyniak H.,
1979“Réduire la durée du travail, quelles conséquences ? ” Economie et Statistique, 111(1), pp.3-17.

Robinson W. S.,
1950 “Ecological Correlations and the Behavior of Individuals”, American Journal of Sociology, 15, pp.351–357.

Salais R.,
2004 “La politique des indicateurs. Du taux de chômage au taux d’emploi dans la stratégie européenne pour l'emploi (SEE)”, in Zimmermann B. (Ed.), Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe,Paris, Maison des Sciences de l’Homme, pp.1-28.

Trampusch C.,
2007 “Industrial Relations as a Source of Social Policy : A Typology of the Institutional Conditions for Industrial”, Social Policy & Administration, 41(3), pp.251-270.

Vanheerswynghels A.,
2004 “De l’emploi au chômage ou à l'inactivité : un parcours enchevêtré de situation non homogène”, L’Année Sociale 2003, pp.223–229.

Walker T.,
2007 “Why Economists Dislike a Lump of Labor”, Review of Social Economy, 65(3), pp.279-291.

Wels J.,
2014 “La politique des fins de carrière. Vers un modèle européen convergent ? ”, Sociologie, 5(3), pp.233-253.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Matrice de Corrélations

Corrélations de Pearson

Rapport d'âge

(Indemnité maladie professionnelle et occupé)

(Invalidité et occupé)

(Occupé avec une allocation de garantie de revenus)

(Occupé et interruption de carrière à temps partiel)

(Occupé et prépension à mi-temps)

(Occupé et revenu d'intégration / aide financière)

(Invalidité et occupé) (Indemnité maladie professionnelle et occupé)

(Occupé et interruption de carrière à temps partiel) (Invalidité et occupé)

Rapport d'âge

1.00

-.05

-.35*

-.76*

.17

.32*

.55*

-.10

.16

(Indemnité maladie professionnelle et occupé)

-.05

1.00

.12

.07

.04

.11

-.11

.64*

-.19

(Invalidité et occupé)

-.35*

.12

1.00

.45*

-.27*

-.17

-.41*

.33*

.01

(Occupé avec une allocation de garantie de revenus)

-.76*

.07

.45*

1.00

-.29*

-.36*

-.49*

.13

-.14

(Occupé et interruption de carrière à temps partiel)

.17

.04

-.27*

-.29*

1.00

.36*

.16

.16

.15

(Occupé et prépension à mi-temps)

.32*

.11

-.17

-.36*

.36*

1.00

.57*

.28*

.56*

(Occupé et revenu d'intégration / aide financière)

.55*

-.11

-.41*

-.49*

.16

.57*

1.00

-.06

.43*

(Invalidité et occupé) (Indemnité maladie professionnelle et occupé)

-.10

.64*

.33*

.13

.16

.28*

-.06

1.00

.00

(Occupé et interruption de carrière à temps partiel) (Invalidité et occupé)

.16

-.19

.01

-.14

.15

.56*

.43*

.00

1.00

*SIG .05 - Source : DWMT&PS - Logiciel : R

Annexe 2 : Régression linéaire (méthode par entrée successive)

variables indépendantes*

(B)

(Bêta)

modèle 1

(Constante)

-3,112

Interruption de carrière à temps partiel

0,065

0,067

Prépension à mi-temps

0,108

0,292

modèle 2

(Constante)

-2,401

Interruption de carrière à temps partiel

-0,006

-0,006

Prépension à mi-temps

0,1

0,271

Indemnité maladie professionnelle

-0,14

-0,045

Invalidité

-0,566

-0,304

modèle 3

(Constante)

-2,685

Interruption de carrière à temps partiel

0,009

0,009

Prépension à mi-temps

0,108

0,292

Indemnité maladie professionnelle

0,04

0,013

Invalidité

-0,503

-0,27

(Invalidité et Indemnité maladie professionnelle

-1,216

-0,101

Interruption de carrière à temps partiel et invalidité

0,007

0,001

modèle 4

(Constante)

0,322

Interruption de carrière à temps partiel

-0,038

-0,038

Prépension à mi-temps

-0,029

-0,079

Indemnité maladie professionnelle

0,114

0,036

Invalidité

0,082

0,044

Invalidité et Indemnité maladie professionnelle

-0,026

-0,002

Interruption de carrière à temps partiel et invalidité

-0,015

-0,002

Revenu d'intégration / aide financière

3,667

0,292

Allocation de garantie de revenus

-1,901

-0,683

(*) Variable dépendante : IPRA
Modèle 1 = R : ,322 ; R2 : ,104 ; R2 ajusté : ,068
Modèle 2 = R : ,441 ; R² :,194 ; R² ajusté : ,128
Modèle 3 = R : ,446 ; R² : ,199 ; R² ajusté : ,097
Modèle 4 = R : ,796 ; R² : ,634 ; R² ajusté : ,56
Durbin-Watson : 1,988

Source : DWMT&PS
Logiciel : SPSS

Résumé structuré

Cet article étudie l’impact de la réduction du temps de travail en fin de carrière sur la participation à l’emploi des générations les plus jeunes. Partant d’une analyse histori­que du cas belge, nous montrons que les départs anticipés des travailleurs âgés, large­ment favorisés au début des années 1970, ont été légitimés par deux arguments : la re­distribution de l’emploi entre génération et la régulation du marché du travail. Ces deux arguments se sont opposés depuis la mise en place de la préretraite convention­nelle en 1974 jusque dans les années 1990. A partir des années 2000, les politiques pu­bliques ont abandonné l’argumentaire redistributif qui légitimait en partie l’usage des départs anticipés. En outre, suivant les inflexions européennes, l’accent a été mis sur le maintien des travailleurs âgés à l’emploi. Pour ce faire, des réductions du temps de tra­vail ont été rendues possibles par le biais de “statuts composites” qui permettent désor­mais de combiner un emploi à temps partiel et un statut extérieur au marché du travail. Nous en distinguons trois types en Belgique (la “cessation partielle”, la “rupture par­tielle” et l’ “insertion partielle”) et montrons leur importance croissante en fin de car­rière.

Dans le même temps, la littérature scientifique consacrée à la question a également abandonné l’argumentaire redistributif au profit d’une notion – la “Lump of Labour Fallacy” – qui souligne les effets régulateurs de la sortie anticipée des travailleurs âgés. La plupart des travaux en la matière montrent qu’il n’existe pas de lien – ou sinon un lien positif – entre cessation de l’activité des âgés et emploi des jeunes. Nous postulons, à l’inverse, que les effets de redistribution et de régulation ne sont pas con­tradictoires et mettons l’accent sur trois éléments clefs, absents des analyses réalisées jusqu’ici : (1) la prise en compte des niveaux sectoriels de la négociation collective (les “Commissions paritaires”, en Belgique), (2) l’utilisation de données administrati­ves plutôt que d’enquêtes internationales et (3) la prise en compte de la variabilité des mécanismes qui permettent la sortie anticipée des travailleurs âgés.

Afin de tester ces trois hypothèses, nous réalisons une régression linéaire sur base des données belges fournies par le Datawarehouse Marché du Travail et Protection So­ciale. Le rapport d’âge – autrement dit, le nombre de jeunes pour un travailleur âgé – par commission paritaire est sélectionné comme variable dépendante. Les statuts com­posites mentionnés plus haut sont quant à eux utilisés comme variables indépendantes. Le but de la régression est de tester l’effet de l’évolution du nombre de statuts compo­sites entre 2005 et 2011 sur l’évolution du rapport d’âge, en fonction des commissions paritaires.

Les résultats obtenus permettent de souligner plusieurs phénomènes. Premièrement, on observe que le rapport d’âge est globalement négatif, ce qui souligne le caractère régu­lateur de la sortie de l’emploi des travailleurs âgés, mais reflète également les évolu­tions démographiques au cours de la période. Deuxièmement, le rapport d’âge varie en fonction des commissions paritaires. Partant de cela, la régression nous montre, dans un troisième temps, que l’usage plus ou moins prononcé de certains statuts composites en fin de carrière impacte le rapport d’âge. Autrement dit, nous observons que le parta­ge d’emploi entre générations est influencé – positivement ou négativement – par l’u­sage des mécanismes de cessation partielle de l’emploi.

Ces constats nous permettent de souligner plusieurs éléments essentiels quant à l’ana­lyse des effets régulateurs et redistributifs du partage de l’emploi. En plus de la néces­sité de travailler sur des données nationales complètes et précises, nous montrons que la négociation collective réalisée au niveau sectoriel a un impact partiel sur l’usage des statuts composites et leurs conditions d’accès ainsi que sur les évolutions du rapport d’âge. Il est donc essentiel de prendre en considération ce niveau d’analyse. En outre, nous insistons sur la variabilité des dispositifs favorisant le temps partiel en fin de car­rière et invitons à prendre en considération leurs effets propres.

Structured Summary

This article studies the impact of reducing work time at the end of careers on the parti­cipation of younger generations in employment. Based on an historical analysis of the Belgian case, we show that the early retirements of older workers, largely favoured in the early 1970’s, were legitimized by two arguments : redistributing employment between generations and regulating the job market. These two arguments were opposed to one another from the implementation of the pre-retirement convention in 1974 until the 1990’s. From the 2000’s on, public policies have abandoned the redistributive argument which legitimized in part the use of early retirements. Moreover, following European reorientations, the accent has been placed on maintaining older workers in employment. To do this, reductions in work time were made possible by means of “composite statuses” which henceforth allow the combining of part-time employment with a status outside the job market. We distinguish three types in Belgium (partial ter­mination, partial interruption and partial inclusion) and show their increasing impor­tance at career’s end.

At the same time, the scientific literature devoted to the question has also abandoned the redistributive argument utilizing the “Lump of Labour Fallacy”, a notion which underlines the regulatory effects of older workers’ leaving earlier. Mosts works on the subject show that there is no link - or no positive link - between the old ceasing their activities and youth employment. On the contrary, we postulate that the redistribution­nal effects and regulation are not contradictory and stress three key elements absent from the analyses carried out so far : (1) taking the sectorial levels of collective bargai­ning (a “joint commission”, in Belgium) into account, (2) the use of administrative data rather than international surveys and (3) taking the variability of mechanisms allowing the early departure of older workers into account.

In order to test these three hypotheses, we carry out a linear regression based on the Belgian data provided by the Datawarehouse Job Market and Social Protection. The age ratio - in other words, the number of young for one older worker - by joint commission is selected as a dependent variable. The composite statuses mentioned above are, for their part, used as independent variables. The goal of the regression is to test the effect of the evolution in the number of composite statuses between 2005 and 2011 on the evolution of the age ratio, in function of the joint commissions.

The results obtained allow us to underline several phenomena. Firstly, we observe that the age ratio is negative overall, which underlines the regulatory character of the old workers’ exiting employment, as well as reflecting demographic trends during the period. Secondly, the age ratio varies in function of the joint commissions. Based on that, the regression shows us, thirdly, that the more or less pronounced use of certain composite statuses at career’s end effects the age ratio. In other words, we observe that sharing employment between generations is - positively or negatively - influenced by using mechanisms of partial cessation of employment.

These observations enable us to underline several essential elements for analysis of the regulatory and redistributive effects of employment sharing. In addition to the need to work with complete and precise national data, we show that the collective bargaining carried out at the sectoral level has a partial impact on the use of composite statuses and their conditions of access, as well as on evolutions in the age ratio. Hence taking this level of analysis into account is essential. Moreover, we insist on the variability of the mechanisms favouring part-time at career’s end and suggest that their specific effects be taken into account.

Haut de page

Notes

1 On parlera de chômage “Canada Dry” (Desmet R., Pestieau P., 2003).

2 Pour un historique du “taux d’emploi” comme indicateur des politiques européennes, consulter : Freyssinet J., 2004 et Salais R., 2004.

3 Source : DWMT&PS et EUROSTAT (nos calculs). * : Les statuts composites présentés ici sont les plus récurrents. Il existe d’autres types de configurations qui ne sont pas intégrées au total.

4 Autrement dit l’ “erreur”, l’ “illusion” ou le “sophisme” d’une masse fixe de travail.

5 Les dynamiques de la concertation sociale belge sont détaillées dans Blaise P., 2010.

6 Source : DWMT&PS – nos calculs.

7 La période 2005-2011 constitue un laps de temps nécessaire à l’appréciation des politiques publiques. Le choix d’une période plus réduite n’aurait pas révélé leurs effets.

8 Les données agrégées sont disponibles via l’application web du DWMT&PS : https://www.bcss.fgov.be/samigc/?language=fr.

9 Il s’agit des CP 225, 330, 331, 332, 336, 337 et 339.

10  Source : DWMT&PS, nos calculs. Moyenne : -1,15 / Médiane : -0,58.

11 Les CTT conclues au niveau des CP peuvent apporter des modifications en termes de (1) nombre de personnes qui exercent le droit, (2) durée maximale du crédit-temps et (3) modalités en cas de travail en équipe ou par cycle.

12 Une augmentation de 1 point du statut d’ “occupé et prépension à mi-temps” fait donc augmenter de 0.108 ou 0.292 (en coefficient standardisé) le rapport d’âge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Evolution de l’emploi en Belgique, par tranche d’âge sur base de l’emploi au premier trimestre 20036.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1304/img-1.png
Fichier image/png, 28k
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1304/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique 1 : Le rapport d’âge (2005/1 – 2011/1) par Commission paritaire10.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1304/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Titre Modèle
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1304/img-4.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Wels, « Le partage d’emploi entre générations. Analyse des effets régulateurs et redistributifs de la réduction du temps de travail en fin de carrière sur l’emploi des jeunes », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-2 | 2014, 149-166.

Référence électronique

Jacques Wels, « Le partage d’emploi entre générations. Analyse des effets régulateurs et redistributifs de la réduction du temps de travail en fin de carrière sur l’emploi des jeunes », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1304 ; DOI : 10.4000/rsa.1304

Haut de page

Auteur

Jacques Wels

Sociologue, Université libre de Bruxelles/Centre Metices.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org