Navigation – Plan du site
Lecture critique

Sociologie du corps en bonne santé : sur quelques théories américaines émergentes en sociologie médicale

Yves Laberge
p. 185-193
Référence(s) :

*Vannini Phillip, Waskul Dennis, Gottschalk Simon, The Senses in Self, Society and Culture : A Sociology of the Senses, New York/Abingdon, Routledge, collection “Contemporary Sociological Perspectives”, 2014, x+189p.

Cockerham William(dir.), The New Blackwell Companion to Medical Sociology, Oxford, Wiley Blackwell, collection “Blackwell Companions to Sociology”, 2010, xvii+596p.

Dworkin Shari L., Wachs Faye Linda, Body Panic : Gender, Health and the Selling of Fitness, New York, New York University Press, 2009, viii+227p.

Gimlin Debra, Cosmetic Surgery Narratives : A Cross-Cultural Analysis of Women's Accounts, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2012, ix+197p.

Markula-Denison Pirkko, Pringle Richard, Foucault, Sport and Exercise : Power, Knowledge and Transforming the Self, Abingdon, Routledge, 2006, xii+250p.

Swenson Kristin A., Lifestyle Drugs and the Neoliberal Family, New York, Peter Lang, Collection « Popular Culture and Everyday Life », volume 22, 2013, xi+197p.

Trottier Daniel, Identity Problems in the Facebook Era, Abingdon, Routledge, collection “Framing 21st Century Social Issues”, 2014, xiii+61p.

Vertovec Steven, Wessendorf Susanne (dirs.), The Multiculturalism Backlash. European Discourses, Policies and Practices, Abingdon, Routledge, 2010, x+210p.

Texte intégral

Monsieur Purgon :
« Je viens d'apprendre là-bas, à la porte, de jolies nouvelles :
qu'on se moque ici de mes ordonnances,
et qu'on a fait refus de prendre le remède que j'avais prescrit ».
Molière, Le Malade imaginaire [1673].

« Je préférerais pas »,
Leitmotiv du personnage de Bartleby,
dans Bartleby le Scribe [1853], d’Herman Melville.

I. Les choix de santé comme modes de vie

  • 1 Voir les premières pages du chapitre de George J. Armelagos et Kristin N. Harper sur la perception (...)

1Si les sociologues et les anthropologues se sont régulièrement penchés sur la santé et les inégalités face aux soins, relativement peu de chercheurs en sciences sociales se sont intéressés aux personnes en bonne forme. A ses débuts, la sociologie médicale s’était surtout attardée aux pathologies du corps et aux épidémies1. On remarque pour­tant qu’une foule de gens apparemment en excellente santé font un usage régulier de médicaments ; d’autres personnes bien portantes se font opérer sans avoir été blessées, uniquement pour corriger chirurgicalement ce qui est perçu comme une “erreur de la nature” dont elles se sentent atteintes. Ce recours de plus en plus généralisé à la méde­cine et à certains soins esthétiques sans justification apparente (mais uniquement parce que c’est médicalement possible) suscite bien des interrogations chez certains cher­cheurs anglo-saxons. Les six ouvrages en anglais décrits ci-dessous abordent ces phé­nomènes sous différents angles ; ils seront ici présentés succinctement, en commen­çant par un recueil de textes à la fine pointe des recherches en sociologie médicale.

2Bien que l’intérêt que beaucoup de sociologues portent au corps socialisé semble relativement récent, la sociologie de la santé et la sociologie médicale s’inscrivent en fait dans une longue tradition de recherche remontant à plus d’un siècle et qui couvre d’innombrables ramifications. Dans une excellente anthologie de textes situant les questions de santé dans le cadre des sciences sociales, le New Blackwell Companion to Medical Sociology des éditions Wiley Blackwell articule magistralement une multitu­de de dimensions essentielles liées au bien-être selon des concepts sociologiques fon­damentaux : santé et culture (chapitre 2), santé et stratification sociale (chapitre 4), ca­pital social et santé (chapitre 9), politiques sociales et inégalités liées à la santé (chapi­tre 21), ou encore la relation entre le médecin et le patient (chapitre 16), pour se con­clure sur les apports des découvertes récentes de la neuroscience sur la sociologie mé­dicale et son indispensable réflexion critique sur des aspects encore peu étudiés com­me la culture des “psys”, l’incitation à la (sur)consommation de médicaments et la ba­nalisation des ordonnances sous l’impulsion de l’industrie biopharmaceutique, dans cet environnement émergeant de la neuro-culture ou de la culture de la neuroscience (chapitre 24, p. 547).

3Dès les premières pages et tout au long de ce New Blackwell Companion to Medical Sociology, une attention particulière est accordée aux modes de vie (en anglais lifesty­les et en allemand Lebensstil) en tant que concept central qui donne la dimension so­ciologique au corps vivant (voir le chapitre “Medical sociology and sociological theo­ry”, p. 12). C’est à Max Weber que William Cockerham et Graham Scambler attribuent cette idée fondamentale voulant que « les individus choisissent leurs modes de vie et les pratiques y correspondant, mais que leurs choix sont dictés et contraints par leur si­tuation sociale » (p.12). Les exemples de pratiques et de choix de consommation ayant des effets bénéfiques ou néfastes pour la santé sont infinis : dépendance à la cigarette, consommation régulière d’alcool ; cures et régimes, exercice physique, adhésion à des clubs sportifs, etc. (p.12). Cependant, Cockerham et Scambler insistent sur le fait que Max Weber utilisait comme critère principal ce que les individus consomment, et non ce qu’ils produisent, afin de bien saisir les manières spécifiques de chacun de conce­voir sa propre perception de ce qui serait bon ou mauvais pour sa santé (p.12). Plu­sieurs chapitres de cette anthologie reprennent cet argumentaire qui oppose la concep­tion de Max Weber (axée sur les pratiques et la consommation) à celle, antérieure, de Marx (voir le quatrième chapitre sur “santé et stratification sociale”, p. 79). Ce sont précisément ces exemples proposés ci-dessus qui seront développés dans les cinq ou­vrages recensés dans cette lecture critique.

II. Corps malades, corps en santé

  • 2 En France, voir Marzano M. (dir.), Dictionnaire du corps, Paris, Presses Universitaires de France, (...)

4Depuis quelques années, les travaux en sociologie de la santé sont souvent ancrés dans une sociologie du corps2. Selon Sarah Nettleton, qui conceptualise le corps en ter­mes sociologiques et non médicaux, « Le corps socialisé s’intéresse aux manières dont le corps physique est perçu », à la suite des écrits d’Ervin Goffman, Michel Foucault, Mary Douglas, Bryan S. Turner et de quelques autres théoriciens (voir le chapitre de Sarah Nettleton sur la sociologie du corps, dans Cockerham, 2010, p. 50). Or, un nou­veau recentrage de la sociologie du corps a été récemment pressenti par une équipe de trois chercheurs nord-américains. Pour les sociologues Phillip Vannini (Université Ro­yal Roads, à Victoria, au Canada), Dennis Waskul (Université d’état du Minnesota) et Simon Gottschalk (Université du Nevada, à Las Vegas), la vogue de la sociologie du corps au cours des années 1990 a fait oublier à certains chercheurs des aspects diffici­lement mesurables comme l’expérience vécue et les dimensions sensorielles de la vie quotidienne. Leur ouvrage conjoint, The Senses in Self, Society, and Culture : A Socio­logy of the Senses, propose précisément de refonder une sociologie des sens, comprise comme « une réaction aux excès théoriques d’une sociologie du corps qui aurait trans­formé le corps de sa position initiale d’absent à une position de présence annulée par un excès de bruit théorique » (p.12). En conséquence, la sociologie des sens touche des dimensions négligées et « tente de ce fait de redécouvrir les aspects sensuels, érotiques et esthétiques entre les individus et aussi entre les individus et leurs environnements » (p.12).

  • 3 Sur les débuts de la sociologie des sens, voir la deuxième moitié de Simmel G., Les grandes villes (...)

5L’approche théorique de Senses in Self, Society, and Culture : A Sociology of the Senses est résolument ancrée dans l’interactionnisme symbolique, notamment à partir des écrits fondamentaux de George Herbert Mead mais aussi de Howard Becker, qui s’était intéressé aux sensations olfactives dès les années 1950 (p.19). Historiquement, les trois co-auteurs font remonter à 1912 le tout premier essai sur la sociologie des sens, publié par Georg Simmel (p.16)3. Pour eux, les cinq sens (toucher, odorat, goût, vision et ouïe) sont contextualisés par des pratiques actives et des moyens interpréta­tifs qui sont à la fois symboliques et pré-linguistiques (p.18). L’aspect le plus original (et peut-être le plus déroutant) de cet ouvrage est son ancrage dans l’expérience quoti­dienne des trois auteurs respectifs, qui partent fréquemment de petits événements réels et de transcriptions de dialogues auxquels ils ont pris part pour initier une argumenta­tion sur des phénomènes éminemment sociologiques. On comprend que les trois au­teurs ont voulu questionner nos modes d’appréhension du monde, qui connaissent des transformations et des mutations dans le contexte actuel de plus en plus fondé sur le virtuel et la surconsommation : « L’hyperconsommation et la virtualisation promeuvent des orientations sensorielles dans des directions apparemment contradictoires » (p.162).

III. De la sociologie des corps aux modèles sociaux

  • 4 On lira avec profit Rothblum E., Solovay S. (dirs.), The Fat Studies Reader, New York, New York Uni (...)

6Une série d’ouvrages sociologiques ont porté sur le corps en tant que symptôme face à des normes tacites exigeant la sveltesse, l’apparence de la jeunesse et la perfor­mance physique. Aux États-Unis, l’embonpoint a donné lieu à de nouvelles formes d’exclusion sociale en initiant une obsession de la diète comme le confirme l’avène­ment des études sociologiques sur la stigmatisation, voire l’exclusion des obèses (Fat Studies)4. Plusieurs ouvrages ont scruté ces nouvelles manières d’envisager ces nou­velles normes de beauté et les manières de s’y conformer.

7Dans une étude remarquable qui touche à la fois la sociologie médicale et la socio­logie des médias, Shari Dworkin et Faye Linda Wach identifient les moteurs des stra­tégies publicitaires visant à créer une obsession du corps mince, mais aussi à promou­voir l’image d’un corps musclé. Le titre de l’ouvrage, Body Panic : Gender, Health, and the Selling of Fitness, insiste précisément sur le sentiment d’urgence créé par les publicitaires et par l’industrie de l’amaigrissement aux États-Unis. En fait, sous l’ap­parence d’un discours sur la santé et le bien-être à travers « l’idéologie de la minceur », ces mécanismes publicitaires ne seraient que « la légitimation d’un discours néolibéral lié au consumérisme » et ne feraient que maintenir les modèles idéalisés d’hommes costauds (et donc jugés virils) et de femmes idéalement minces (Dworkin et Wach, p. 24).

8Ces manœuvres, parfois subtiles, visent différemment les femmes et les hommes, identifiant les déviants à la norme édictée, misant parfois sur la « mollesse » et les « pro­blèmes » du corps non-conforme à la norme, n’hésitant pas à employer (mais à des do­sages variables) des termes humiliants afin de miner l’estime de soi de la personne ju­gée obèse (p.83). L’étude comparative faite dans onze magazines spécialisés de mus­culation révèle des discours spécifiques quant aux auditoires ciblés : hommes ou fem­mes, hétérosexuels ou homosexuels, jeunes ou plus âgés ; chaque sous-groupe reçoit des images-modèles planifiées en fonction de son groupe d’âge, de son orientation sexuelle et de son appartenance ethnique ; tout un pan vise spécifiquement les clientè­les homosexuelles en mettant en avant des images d’hommes efféminés mais musclés (p.58).

9Le décodage des images étudiées est précis et s’intéresse même à caractériser le ty­pe de sourire employé dans les images publicitaires pour annoncer différents types de parfums et d’eau de toilette (pour hommes et pour dames) (p.44). D’autres observa­tions sur les compartimentations interraciales indiquent comment les personnes de couleur sont sous-représentées dans les magazines de musculation destinés prioritaire­ment aux personnes blanches (de type caucasien) (p.44). Couvrant une dizaine d’an­nées, Body Panic : Gender, Health, and the Selling of Fitness fournit une analyse ri­goureuse qui pourra certainement être adaptée et transposée dans d’autres pays afin de mieux comprendre les modèles masculins et féminins (p.25). L’ouvrage de ces deux Californiennes saura inspirer les chercheurs voulant amorcer une réflexion interdisci­plinaire sur le corps genré.

IV. « Je vais te raconter mon opération… »

10En Angleterre, la sociologue Debra Gimlin (Université d’Aberdeen) s’est intéressée durant dix ans aux récits de chirurgie esthétique relatés par une centaine de femmes britanniques et nord-américaines (p.11). Son troisième livre, Cosmetic Surgery Narra­tives : A Cross-Cultural Analysis of Women's Accounts, part d’un constat similaire à celui de Shari Dworkin et Faye Linda Wach sur la norme du corps idéal de la femme, particulièrement au niveau du visage et du buste (p.117). Ce sont de loin ces deux par­ties du corps féminin qui sont le plus souvent “corrigées” ou augmentées, créant par­fois une forme d’engouement, de concurrence ou de surenchère au sein d’un groupe d’amies ou de collègues de travail voulant rivaliser entre elles pour attirer l’attention (p.144). D’autres femmes invoqueront « le besoin de ne pas avoir l’air vieille » pour justifier leur recours à la chirurgie esthétique, prétextant que l’on pousserait vers la re­traite celles qui semblent trop âgées (p.145). Or, comment en arrive-t-on à stigmatiser ces femmes qui ne recourent pas (ou pas encore) à la chirurgie esthétique afin de régler grâce aux nouvelles technologies disponibles leurs “déviances physiques” face aux normes esthétiques ? (p.11).

  • 5 Berry B., 2008.

11En sociologue, Debra Gimlin introduit le concept de frontière symbolique entre les corps afin de distinguer le soi et l’ “autre”, puis le modèle à atteindre et avec lequel éventuellement se confondre par l’imitation au moyen de la chirurgie esthétique (pp. 10, 70, 108). Là où Bonnie Berry voyait une simple manière d’atteindre un modèle corporel et un idéal de beauté dans un corps rêvé (dans son livre The Power of Looks : Social Stratification of Physical Appearance), Debra Gimlin va plus loin dans son échantillonnage en incluant dans ses questionnaires non seulement des femmes ayant subi une chirurgie esthétique mais également huit chirurgiens ayant pratiqué de telles opérations (p.107)5. En outre, on comprend que cette “autre” personne que la patiente deviendra après l’opération est d’abord imaginée et idéalisée, comme l’indiquent les récits des cent patientes interrogées (d’où le titre de l’ouvrage, Cosmetic Surgery Nar­ratives : A Cross-Cultural Analysis of Women's Accounts).

12Ces multiples dimensions sur l’image de soi nous amènent inévitablement sur le terrain de l’identité, tant du point de vue sociologique que psychanalytique, mais aussi sur la question des sens (et principalement les sensations du toucher, du goût, de la vue et donc de l’apparence) chez la personne “transformée” après avoir subi sa chirurgie esthétique (p.109). Dès les premières pages, les observations sont nombreuses : ainsi, comparées aux Britanniques, les répondantes des États-Unis consomment davantage de médicaments et sont plus enclines à s’abonner à un club de conditionnement physi­que ; les soins de santé sont généralement perçus aux États-Unis comme une commo­dité que l’on peut se procurer si on en a les moyens (par l’entremise des assurances de groupe offertes par les employeurs), tandis que la plupart des Britanniques les voient comme un recours uniquement en cas de besoin, et non pour des motivations exclusi­vement cosmétiques (« pour être plus belle ») (p.4).

13Puisqu’une grande partie de ce livre examine l’image souvent négative que les fem­mes ont de leur corps et d’un idéal inatteignable, ce livre passionnant de Debra Gimlin servira aux étudiants en études sur le genre, mais également aux chercheurs dans des domaines aussi variés que les identités sociales et la sociologie médicale. En outre, cet excellent livre reconfirme la place privilégiée occupée par l’éditeur Ashgate dans le domaine des études sociologiques sur le corps. Une seule coquille subsiste dans ce Cosmetic Surgery Narratives : le prénom de Foucault y est erronément rédigé au fémi­nin (« Michele » [sic], p. 192).

V. Foucault et… le sport ?

14Les prolongements de la pensée foucaldienne dans de multiples disciplines sont pratiquement infinis. Dans ce livre conjoint de Pirkko Markula-Denison et Richard Pringle intitulé Foucault, Sport and Exercise : Power, Knowledge and Transforming the Self, les concepts présents dans les ouvrages décrits ci-dessus étaient déjà articulés. Les professeurs Pirkko Markula-Denison (de l’Université de Bath, en Grande-Breta­gne) et Richard Pringle (de l’Université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande) reconnais­sent que Foucault n’a pas traité de sport ou d’exercice dans ses livres ; néanmoins, les concepts de technologies du pouvoir, de corps socialisé et de savoir servent ici d’a­morces pour appliquer les concepts de Foucault aux sports et à l’exercice physique (pp. ix, 24).

15La première moitié de Foucault, Sport and Exercise… reprend les principales idées de Foucault (la généalogie, l’ordre des discours, les relations de pouvoir, la domina­tion, le biopouvoir) pour en montrer la malléabilité (p.45). Les constats de Markula-Denison et Pringle sont élaborés en termes théoriques ; d’abord, les jeunes hommes non-sportifs sont marginalisés et parfois soupçonnés de déviances (p.94). Par contre, les associations entre sport, santé, virilité, obéissance et capacité d’endurance au tra­vail sont encouragées et fréquentes (p.94). L’analyse qui suit dans la deuxième moitié du livre part de l’expérience de jeunes joueurs de rugby, garçons et filles (p.130). Comme dans d’autres titres présentés dans cette lecture critique, les références à Michel Foucault sont ici fondatrices : pas moins de trois pages de la bibliographie ren­voient à des références de textes de Foucault en anglais, dont plusieurs m’étaient in­connus (p.233-235).

VI. Quand les remèdes deviennent quotidiens

16Le livre Lifestyle Drugs and the Neoliberal Family a été publié dans la section new­yorkaise de l’éditeur Peter Lang, dans la collection : “Popular Culture and Everyday Life” dirigée par Toby Miller. Spécialiste en études sur le genre, Kristin Swenson (de l’Université de Butler, en Indiana) examine trois problèmes largement répandus qui nécessitent souvent la prise quotidienne (ou presque) de médicaments sous ordonnance (en anglais prescription drugs) : l’usage de tranquillisants chez les jeunes Américains considérés comme “trop turbulents”, la consommation d’antidépresseurs chez les fem­mes adultes et le recours au viagra chez certains hommes d’âge mûr (p.4). En ce qui concerne cette dernière catégorie, on estime à 10 millions le nombre d’individus souf­frant de dysfonction érectile aux États-Unis (p.88). D’autres sources évoquent le nom­bre de 30 millions, toujours aux États-Unis (p.92).

  • 6 La revue Recherches sociologiques et anthropologiques avait innové en consacrant plusieurs dossiers (...)

17En dépit de leurs disparités apparentes, ces trois phénomènes touchant des groupes distincts (les enfants hyperactifs, les femmes dépressives, les hommes sexuellement insécurisés) sont étroitement liés puisque les médications respectives deviennent régu­lières, presque quotidiennes et sur une longue période mesurable en années. En outre, les encouragements liés à l’usage de ces nouvelles formes de médication sous ordon­nance visent toujours l’épanouissement personnel mais aussi, ultimement, une meil­leure performance (ou un meilleur moral) sur les lieux du travail, et non l’espérance d’une vie plus longue (p.4). C’est le but commun des publicités pour ces trois remè­des : le bien-être individuel et la cohésion au sein de l’environnement humain sur une base quotidienne. En ce sens, ce livre rejoint à la fois la sociologie de la santé, les étu­des sur le genre et la sociologie du travail6.

  • 7 Initialement paru en 1970 dans La Pensée, ce texte devenu classique se retrouve dans Althusser L., (...)

18Le cadre théorique de Kristin Swenson emprunte volontiers à Spinoza et à Louis Althusser (p.28) pour diagnostiquer « la gestion de la santé affective de la population » en concordance avec « la conception capitaliste du bien-être et de la santé » (p.30). Cette idée reliant le capitalisme à ces trois remèdes revient à chaque chapitre : l’incita­tion à la consommation de médicaments fait intrinsèquement partie de la logique capi­taliste centrée sur la performance de chacun, soit à l’école ou au travail (p.113). Sui­vant Althusser pour en prolonger la pensée (notamment son concept d’ “appareil idéo­logique d’état”), Kristin Swenson forge le concept d’« appareil affectif d’état » pour montrer comment « l’état appréhende certaines des fonctionnalités des individus dans des domaines considérés comme rentables » pour la préservation de l’économie (p.23)7. L’analyse transdisciplinaire de Kristin Swenson s’appuie sur une multitude de sources, notamment les publicités télévisées et les images véhiculées par les annonceurs de remèdes ; aux États-Unis comme au Canada, il n’est pas illégal de télédiffuser les pu­blicités pour des médicaments prescrits sous ordonnance (p.4). Certains de ces remè­des-miracles sont devenus célèbres comme le Ritalin, le Prozac et le Viagra ; ce ne sont plus de simples noms de médicaments mais aussi des noms communs désormais répandus dans le quotidien et qui résument à eux seuls le problème médical (et parfois existentiel) dont ils représentent également la solution la plus facile (p.8).

19Après un chapitre critique sur George W. Bush et ses politiques en santé mentale, les chapitres centraux de Lifestyle Drugs and the Neoliberal Family abordent séparé­ment les effets de la prise de médicaments chez les femmes et les hommes au travail, en se centrant sur les antidépresseurs et le viagra, selon une perspective sociologique axée sur le récit (en anglais narratives) des troubles par les patients eux-mêmes, par exemple le cycle d’exclusion puis de retour dans le milieu des amis et collègues de la femme dépressive après avoir pris du Cymbalta (p.72). Le quatrième chapitre touche le “Trouble du déficit de l'attention” (avec ou sans hyperactivité), qui atteindrait une proportion de près de 10 % des jeunes aux États-Unis (p.119). Ici, le conformisme à la norme peut devenir une obligation. Désormais, au lieu d’être punis physiquement, les « enfants délinquants seraient médicamentés » et dans des cas extrêmes, les parents récalcitrants refusant d’administrer ces médicaments à leurs enfants seraient sanction­nés, pénalisés ou convoqués par la direction de certaines écoles aux États-Unis, ce qui équivaudrait à une consommation forcée de médicaments (p.42). Et selon ce schème, les médicaments seraient devenus comme « un ingrédient nécessaire de la vie quoti­dienne » et non plus une solution ponctuelle à un problème épisodique (p.170).

  • 8 Pensons à l’excellent Tucker C. M., Coffee Culture : Local Experiences Global Connections, Abing­do (...)

20Dans les dernières pages, Lifestyle Drugs and the Neoliberal Family se penche même sur le “moral” du chien de la famille, à partir des résultats d’un questionnaire sur son comportement que l’on retrouve même sur Internet : « est-il excessivement af­fectueux lors de votre retour après une longue absence ? ». Si c’est le cas, il s’agit peut-être du symptôme d’un chien malheureux qui pourrait être résolu par une petite pilule prise quotidiennement : après tout, selon le raisonnement précédemment démon­tré, chaque membre doit remplir ses fonctions, et « la tâche du chien familial est d’éga­yer et d’aimer inconditionnellement la famille en causant le moins de soucis possible » (p.168). Après avoir rappelé que les stimulants étaient déjà évoqués dans la nouvelle Bartleby, le scribe (1853), d’Herman Melville, les remarques finales laissent une inter­rogation sur l’illusion de liberté que procurent artificiellement les drogues (non pas dans le sens de médicaments mais en tant que narcotiques, puisque le mot anglais drugs peut désigner ces deux termes) (p.169). Ce faisant, Kristin Swenson entrouvre peut-être la porte à une autre étude sur nos dépendances insoupçonnées8. D’entrée de jeu, la rigueur de sa démonstration amenuise très rapidement les réticences du lecteur qui serait sceptique devant l’originalité du sujet abordé.

VII. Conclusion

  • 9 Julier A. P., Eating Together : Food, Friendship, and Inequality, Champaign, University of Illinois (...)
  • 10 Sur l’usage des drogues en guise de consolation provisoire face aux vicissitudes du quotidien, voir (...)
  • 11 Sur l’industrialisation des produits du tabac et ses effets dissimulés, voir Cairney P., Studlar D. (...)

21Cette recherche bibliographique exploratoire (ayant mené au choix des six livres de sociologie de la santé présentés ici) devait initialement inclure un nombre beaucoup plus important de titres ; seuls les ouvrages les plus novateurs ont été retenus, avec une volonté de représenter différents éditeurs. Quelques livres sur la sociologie de l’ali­mentation auraient aussi pu être inclus9. Naturellement, les sociologues ne prétendent pas se substituer aux médecins, pas plus qu’ils ne veulent inciter leurs concitoyens à renoncer spontanément à tous leurs remèdes ; mais la réflexion sociologique devrait néanmoins inviter à prendre conscience de la surmédicalisation ambiante et banalisée, et des liens à établir avec l’exigence de performance dictée par notre société de con­sommation, avec comme but ultime l’accession (illusoire ?) au bonheur ou du moins, l’impression d’échapper à nos démons pour nous consoler des déceptions du quoti­dien10. Évidemment, les sciences sociales inscriront ces phénomènes complexes dans des cadres proprement sociologiques axés sur le travail, la consommation, la perfor­mance, les identités et les rouages inhérents au capitalisme, sans jamais vouloir déni­grer le dévouement des professionnels de la santé11. Par ailleurs, sur le plan théorique, le lecteur francophone notera au passage la place prépondérante et l’influence des écrits de Michel Foucault dans chacun de ces six ouvrages anglo-saxons.

  • 12 Voir Tucker, 2011.

22Cette perte apparente de contact avec le réel et cette altération presque permanente de nos sentiments réels par les remontants et stimulants de toutes sortes (médicaments, énergisants, excitants, alcools, drogues, produits dérivés de la caféine) sont signalés dans de nombreux ouvrages en plus de ceux recensés dans la présente contribution12. D’ailleurs, la conclusion du livre de Phillip Vannini, Dennis Waskul et Simon Gotts­chalk (The Senses in Self, Society, and Culture : A Sociology of the Senses) abonde dans le même sens et parle d’une perte de nos repères dans un mode virtuel où l’on dé­pend de moins en moins de notre mémoire et de nos sens, à part la vue, mais dans ce cas par le truchement indispensable de nos appareils intelligents comme le GPS (p.165).

Haut de page

Notes

*  Cet ouvrage constitue l’objet central de cette lecture critique.

1 Voir les premières pages du chapitre de George J. Armelagos et Kristin N. Harper sur la perception et la mesure démographique des épidémies, surtout durant les phases d’industrialisation et d’urbanisation massives : “Emerging Infectious Diseases, Urbanization, and Globalization in the Time of Global War­ming”, in Cockerham W., 2010, pp.291-311.

2 En France, voir Marzano M. (dir.), Dictionnaire du corps, Paris, Presses Universitaires de France, 2007. En Angleterre, on se référera à l’excellent Berry B., The Power of Looks : Social Stratification of Physical Appearance, Aldershot, Ashgate, 2008.

3 Sur les débuts de la sociologie des sens, voir la deuxième moitié de Simmel G., Les grandes villes et la vie de l'esprit. Suivi de «Sociologie des sens», Paris, Payot, coll. “Petite Bibliothèque Payot”, 2013.

4 On lira avec profit Rothblum E., Solovay S. (dirs.), The Fat Studies Reader, New York, New York University Press, 2009. Par ailleurs, il existe aussi une revue interdisciplinaire sur ce même sujet dans une perspective sociologique : Fat Studies. An Interdisciplinary Journal of Body Weight and Society. En France, Lucien Sfez avait rédigé un excellent essai qui semble être arrivé trop tôt : La santé parfaite : critique d'une nouvelle utopie, Paris, Éditions du Seuil, 1995.

5 Berry B., 2008.

6 La revue Recherches sociologiques et anthropologiques avait innové en consacrant plusieurs dossiers à cette triade unissant sociologie de la santé, sociologie du travail et études sur le genre ; on se référera notamment aux numéros 38-2/2007 (“Articuler vie familiale et vie professionnelle : une entrée par les pères” et 44-2/2013 (“Transgresser le genre au travail. Des hommes dans des domaines professionnels ‘féminins’ ”).

7 Initialement paru en 1970 dans La Pensée, ce texte devenu classique se retrouve dans Althusser L., Positions, Paris, Éditions sociales, 1976, pp.67-125.

8 Pensons à l’excellent Tucker C. M., Coffee Culture : Local Experiences Global Connections, Abing­don, Routledge, collection “Routledge Series for Creative Teaching and Learning in Anthropology”, 2011.

9 Julier A. P., Eating Together : Food, Friendship, and Inequality, Champaign, University of Illinois Press, 2013.

10 Sur l’usage des drogues en guise de consolation provisoire face aux vicissitudes du quotidien, voir Clack B. R., Love, Drugs, Art, Religion : The Pains and Consolations of Existence, Farnham, Ashgate, 2014.

11 Sur l’industrialisation des produits du tabac et ses effets dissimulés, voir Cairney P., Studlar D. T., Mamudu H. M., Global Tobacco Control. Power, Policy, Governance and Transfer, London, Palgrave Macmillan, 2012.

12 Voir Tucker, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Sociologie du corps en bonne santé : sur quelques théories américaines émergentes en sociologie médicale », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-2 | 2014, 185-193.

Référence électronique

Yves Laberge, « Sociologie du corps en bonne santé : sur quelques théories américaines émergentes en sociologie médicale », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1333

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa, Canada et Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE, UQAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org