Navigation – Plan du site
À propos de livres

Addi Lahouari, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz

Paris, Editions des archives contemporaines, 2013, 288 p.
Gilles Ferréol
p. 196
Référence(s) :

Addi Lahouari, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz, Paris, Editions des archives contemporaines, 2013, 288 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, structuré en dix chapitres, se propose de confronter les travaux d’Ernest Gellner et de Clifford Geertz, deux des plus grands noms de l’anthropologie anglo-saxonne, notamment leurs écrits consacrés au Maghreb et à l’Islam, le Maroc constituant un champ d’investigation privilégié, étudié pour l’un en référence au Haut Atlas et pour l’autre à partir d’une ville moyenne (Sefrou).

2Se démarquant du savoir colonial des années 1950 et 1960 incarné entre autres par Robert Montagne ou Jean Servier, nos deux auteurs – s’inscrivant dans une perspective critique – entendent souligner, à la suite de Jacques Berque puis de Pierre Bourdieu, les pièges de l’ethnocentrisme et les effets déstructurants de la modernité, qu’il s’agisse de frustration, d’inégalités ou de domination. Cependant, au-delà de cette préoccupation commune, les approches et les méthodologies diffèrent. On retrouve ici les débats classiques entre explication et compréhension, positivisme et phénoménologie, objectivation du social et interprétation de l’imaginaire : d’un côté, avec Gellner, un souci de modélisation et l’attachement aux canons de la raison ; de l’autre, pour Geertz, l’importance des représentations et le refus de l’héritage durkheimien tel qu’il s’est perpétué chez Radcliffe-Brown, Malinowski, Evans-Pritchard ou Lévi-Strauss.

3Ces clivages sont particulièrement présents lorsque sont abordées les problémati­ques de la berbérité, de la segmentation et du nationalisme ou un certain nombre de questionnements ayant trait à la religion et au langage, à la construction de l’Etat ou au Maghzen. Au cœur des discussions : les rapports d’autorité, les types de légitimité ou bien encore les tensions entre essentialism (être soi-même, montrer de l’attachement à sa culture) et epochialism (s’organiser économiquement, socialement et politiquement comme les nations modernes) avec, en toile de fond, la place qu’il convient d’accorder au relativisme et le rôle joué par les liens de consanguinité, le tribalisme ou le monde agro-pastoral dans la constitution de l’unité chérifienne.

4A travers cet effort de contextualisation et cette relecture attentive d’œuvres majeu­res comme Les Saints de l’Atlas ou Ici et là-bas, la contribution de Lahouari Addi nous aide à mieux appréhender les dynamiques de mobilisation contemporaines dans les pays du Maghreb ainsi que les affirmations identitaires et les croyances collectives qui leur sont associées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Addi Lahouari, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-2 | 2014, 196.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Addi Lahouari, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1345

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté, laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org