Navigation – Plan du site
À propos de livres

Gros Frédéric, Le principe sécurité

Paris, Gallimard, 2012, 286 p.
Lionel Francou
p. 196-198
Référence(s) :

Gros Frédéric, Le principe sécurité, Paris, Gallimard, 2012, 286 p.

Texte intégral

  • 1 Gros F., États de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2006.
  • 2 Il a participé à l’édition de plusieurs de ses Cours au Collège de France et est notamment l’auteur (...)

1Alors que le succès du terme “sécurité ”, et de son pendant négatif, l’ “insécurité”, n’est plus à démontrer dans les discours médiatiques et politiques, le philosophe Frédéric Gros propose de prendre du recul pour interroger les soubassements et les significations mêmes de ce concept. À distance des travaux qui se contentent de dénoncer l’avènement de l’État sécuritaire aidé dans cette voie par des médias peu scrupuleux, il cherche à comprendre ce terme à travers le processus socio-historique par lequel sa signification a évolué au fil du temps. Dans États de violence. Essai sur la fin de la guerre paru en 20061, Gros constatait que l’antagonisme structurant entre la guerre et la paix n’était plus aussi net aujourd’hui, notamment du fait de l’euphémisation de dis­cours leur préférant les termes d’ “intervention” et de “sécurité”. Dans cet ouvrage im­posant qu’est Le Principe Sécurité, Frédéric Gros, bien que spécialiste de Michel Foucault2, ne se contente pas d’introduire les thèses du maître ou de les commenter. Par un travail véritablement original et ambitieux qui prend appui sur des sources nombreuses (en témoignent les abondantes notes en fin d’ouvrage), il identifie et circonscrit quatre “foyers de sens” de ce concept de “sécurité” qui peuvent constituer un outillage théori­que bien utile pour les sociologues. Ce terme n’a pas qu’une seule acception et la succession de ses différentes significations a débouché sur leur superposition en différen­tes strates qui en forment le sens actuel, leurs influences subsistant à des degrés divers. Dans une perspective diachronique, l’auteur s’intéresse à l’émergence du terme dans les différentes écoles de philosophie de l’Antiquité grecque, puis au millénarisme qui se fera vif durant tout le Moyen Âge, ensuite à la figure de l’État moderne à partir du XVIe siècle et, enfin, à la forme de sécurité prévalant depuis la fin du XXe siècle.

2Le premier sens de la sécurité est celui de la tranquillité de l’âme, une sérénité, un état intérieur particulier qui peut être atteint en s’exerçant en ce sens. Les écoles philosophiques que sont le stoïcisme, l’épicurisme ou le scepticisme développent des “techniques spirituelles” censées mener à cette sécurité, à cette ataraxia. Ce cheminement intérieur a lieu malgré les dangers et les risques qui parsèment l’existence, il compose avec la potentialité de leur survenance et permet d’établir une assise suffisante pour leur faire face. Un deuxième foyer de sens renvoie à la sécurité « comme situation objective caractérisée par l’absence de dangers, l’effacement définitif des périls ». C’est l’« utopie » de la disparition de tous les dangers au profit d’un « état de l’humanité absolument harmonieux » (p.52) dont on attend, voire tente de provoquer, l’apparition. La troisième signification est celle qui va « poser une équivalence parfaite et sans reste entre l’État et la sécurité » ; l’État y trouvant dès lors sa légitimité. Cette sécurité, qui est considérée comme « la finalité, l’objectif, la fonction première de l’État » (p.94), aura une triple dimension juridique, policière et militaire renvoyant à autant de figures de l’État (État de droit, force publique et puissance extérieure). Quant au quatrième et dernier foyer de sens, le plus récent et contemporain, il concerne ce que l’auteur nom­me la « biosécurité », c’est-à-dire « l’ensemble des dispositifs de protection, contrôle et régulation de l’individu considéré sous l’aspect de sa finitude biologique » (p.174-175). Il s’agit donc d’assurer la « continuité d’un processus » par un « accompagnement des flux » (p.234), vitaux, certes, mais aussi de biens matériels ou d’informations, par exemple, et ce parallèlement à la chute vertigineuse du rôle dévolu à la figure de l’État.

3Ces différents sens de la sécurité sont resitués par Frédéric Gros dans leurs foyers d’émergence, dans des époques et des traditions de pensée différentes, ce qui ne les empêche pas de coexister aujourd’hui sous des formes actualisées. La quatrième acception de la sécurité, la biosécurité conceptualisée par l’auteur, ne fait pas disparaître des significations qui ont traversé les siècles et influencent encore nos conceptions contemporaines de la sécurité. Ces différentes significations sont prises dans une dyna­mique historique où elles se sont reconfigurées ou réactivées en fonction des changements qui affectent les sociétés. Elles ont aussi été marquées et influencées dans leurs évolutions par des tensions internes en leur sein ou des contradictions externes entre elles. Pour l’auteur, ces différentes acceptions du terme sécurité ont en commun qu’il s’agit toujours d’une « retenue de la catastrophe » (p.237).

4À la suite de son exposé rigoureux des différents foyers de sens de la sécurité qu’il a décrits avec soin, l’auteur ose une conclusion plus critique et politique. En effet, il avance que le « dogme » qui se représente la sécurité du marché à partir de son « infailli­bilité » empêche une remise en question du système malgré les crises et l’accroisse­ment des inégalités ; ce qui l’amène à affirmer avec pessimisme que la sécurité y est garantie « quand tout continue comme avant » (p.238). Finalement, cet ouvrage s’avère d’une lecture agréable, grâce à une écriture fluide parsemée d’anecdotes (historiques et littéraires, notamment) qui donnent chaire au propos. On trouvera, à la fin de l’ouvra­ge, une bibliographie et un tableau récapitulatifs bien utiles pour faire le point, un index des noms et l’ensemble des notes qui y sont regroupées, ce qui complique quelque peu la lecture par rapport à une localisation en bas de page. On regrettera de temps à autre une structure qui ne rend pas aisé le repérage d’une suite de points développés par l’auteur sur plusieurs pages ; mais ce n’est là qu’un détail qui n’enlève rien à l’in­térêt de cet ouvrage pour les chercheurs en sciences sociales, au-delà des seuls spécialistes des questions de sécurité ou d’insécurité.

Haut de page

Notes

1 Gros F., États de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2006.

2 Il a participé à l’édition de plusieurs de ses Cours au Collège de France et est notamment l’auteur de Michel Foucault, Paris, PUF, 1996 et de Foucault et la folie, Paris, PUF, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Francou, « Gros Frédéric, Le principe sécurité », Recherches sociologiques et anthropologiques, 45-2 | 2014, 196-198.

Référence électronique

Lionel Francou, « Gros Frédéric, Le principe sécurité », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1347

Haut de page

Auteur

Lionel Francou

Sociologue UCL, membre du comité de lecture d’Urbanités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org