Navigation – Plan du site

Entre mode de raisonnement et mode d’interaction. L’argumentation dans l’action collective comme source de capacités citoyennes ?

Between the Reasoning Mode and the Interactive Mode. Argumentation in Collective Action as a Source of Citizen Capacities ?
Aurélien Allouche
p. 25-47

Résumés

Cet article interroge les (in)capacités citoyennes à partir de la contrainte argumentative imposée aux mobilisations d’acteurs dans l’espace public. L’auteur propose que la capacité des acteurs à gérer simultanément la dimension épistémique et la dimension relationnelle de l’argumentation est déterminante pour cette problématique. Trois dimensions de l’action collective sont discutées sous cet aspect : l’engagement situé, la formation d’un engagement collectif et la convergence axiologique dans les échanges de sociabilité.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Une norme délibérative s’est progressivement imposée dans l’espace public au point de pouvoir être qualifiée d’ “impératif délibératif” (Blondiaux/Sintomer, 2002). En France, des dispositifs institutionnels de participation fondés sur l’échange argumenté de points de vue se sont multipliés sous l’impulsion de la loi Barnier de 1995 ou de la loi de démocratie de proximité de 2002. La capacité des acteurs à intervenir dans l’espace public s’en est trouvée liée à leur capacité à gérer la “contrainte argumentative” qui en résulte (Chateauraynaud, 2011).

2Les liens entretenus par l’argumentation et la participation citoyenne sont complexes, ce qui leur vaut des approches théoriques et empiriques plurielles. L’intérêt pour l’argumentation dans le cadre des processus démocratiques est en grande partie dû à l’initiative de théoriciens de la démocratie délibérative, tels que Bohman (1998), Habermas (1987), Rawls (1993). Dans ces approches, l’argumentation est essentiellement comprise comme l’acte de donner des raisons pouvant être reconnues comme vala­bles par un tiers. Elle pourrait ainsi être l’outil d’une pragmatique formelle qui permettrait la décentration des points de vue personnels et l’intersub­jectivité dans la prise de décisions collectives.

3Ces théories ont fait l’objet de critiques importantes, montrant clairement l’insuffisance de cette approche de l’argumentation (Poletta/Lee, 2006 ; Fung, 2003).

4La sociologie a participé à ce débat suivant différentes orientations. Parmi celles-ci, deux lignes fortes nous paraissent devoir être distinguées. La première aborde l’argumentation principalement à partir des processus cognitifs et épistémiques qu’elle rend possibles, c’est-à-dire à travers les catégories qu’elle manipule, l’établissement de preuves, la mise en équivalence de cas, etc. Des travaux comme ceux d’Alban Bouvier (2004 ; 2007a) nuancent l’efficacité prêtée à l’argumentation par les théories de la démocratie délibérative. En situation de débat public, des processus complexes, par exemple les dynamiques de confiance et d’autorité épistémi­ques, jouent en effet sur l’accès cognitif des acteurs au contenu propositionnel des arguments utilisés.

5En étudiant également les processus cognitifs et épistémiques liés à l’argumentation, Francis Chateauraynaud (2011) rejette l’idée selon laquelle la confrontation d’arguments dans le cadre de délibérations ouver­tes au plus grand nombre suffit à produire un jugement éclairé. L’auteur, qui s’inscrit dans une sociologie pragmatique, montre que l’inscription épistémique d’un argument dans une controverse dépend plutôt des prises élaborées par les acteurs au contact des objets en cause dans la controverse. L’inscription de cet argument dans une arène dépendra de sa trajectoire à travers d’autres arènes publiques et du jeu d’acteurs dans lequel il prend place.

6Un courant, davantage porté par les sciences politiques anglo-saxonnes, avait déjà soulevé la problématique des échelles spatio-temporelles et des pratiques discursives qui préforment la participation citoyenne aux dispositifs institutionnels de délibération. Dryzek (2010) et Mansbridge (1999), avec le concept de “système délibératif”, montrent que l’exercice civique de la délibération s’étend au-delà des dispositifs institutionnels de participation, jusque dans nos conversations quotidiennes. Cette affirmation a dû être relativisée par plusieurs enquêtes empiriques (Eliasoph, 1997 ; Hibbing/Theiss-Morse, 2002), mais différents travaux amènent néanmoins à considérer l’échelle de l’échange ordinaire entre citoyens comme une forme de participation à part entière (Delli Carpini et al., 2004).

7Cet intérêt pour les pratiques ordinaires de citoyenneté est partagé par la seconde ligne sociologique que nous souhaitons aborder. Celle-ci consiste à replacer la délibération et la participation publique dans l’écologie des pratiques discursives et citoyennes, des mobilisations et des processus de publicisation (Berger et al., 2011 ; Cefaï, 2007 ; Cefaï/Trom, 2001). Cette approche poursuit la lecture “micropolitique” d’Erving Goffman, tout en appliquant les théories du cadrage aux mobilisations (Benford/Snow, 2000 ; Snow et al., 1986 ; Cefaï, 2001).

8L’analyse est alors plus microsociologique, ce qui tend à l’éloigner de l’étude des processus cognitifs et épistémiques pris pour eux-mêmes. De plus, si ces travaux se sont également développés autour de l’étude de la conversation, ils n’ont pas mis en œuvre une sociologie systématique des pratiques d’argumentation. De fait, l’argumentation y est davantage traitée à partir de répertoires d’arguments mobilisés comme des ressources pour l’interaction et comme des modes de cadrage du problème public (Cefaï/Lafaye, 2002). Ce type d’approche traite peu de la dimension épistémi­que de l’argumentation, c’est-à-dire de l’utilisation de cette dernière comme une procédure d’évaluation rationnelle de la validité d’un énoncé et de construction de preuves objectivées.

  • 1 Voir la notion d’engagement situé dans Goffman E., 2013.

9A l’inverse, les sociologies de l’argumentation, qu’elles soient pragmatiques ou cognitives, n’ont pas développé d’analyse microsociologique de l’activité argumentative. Or, la problématique des capacités citoyennes rend pertinent le fait d’interroger ces deux niveaux. Cet article a ainsi pour objet de proposer une contribution empirique à l’intersection de ces deux lignes sociologiques. Pour cela, nous partirons de l’étude d’un conflit d’aménagement relatif à un projet de dérivation d’une chaîne hydroélectri­que dans le sud de la France. Nous partirons de l’observation empirique que les acteurs sociaux, lorsqu’ils se mobilisent dans l’espace public, travaillent continuellement à articuler les dimensions micro-interactionnelle et épistémique de l’argumentation. De la qualité de cette articulation dépend bien souvent leur performance publique. Après avoir présenté l’étude de cas, nous interrogerons donc la possibilité que la dimension épistémi­que de l’argumentation, abordée ici à travers la construction et la défense d’un argumentaire technique, soit investie par les acteurs au niveau micro-interactionnel pour s’engager dans l’espace public. Pour ce faire, nous étu­dierons trois moments élémentaires des mobilisations. En premier lieu, nous aborderons l’engagement1 à l’intérieur de situations ordinaires de l’action protestataire des mobilisations. En second lieu, nous traiterons de l’utilisation de l’activité argumentative comme une ressource micro-inter­actionnelle pour maintenir et réaffirmer l’engagement des acteurs à poursuivre leur mobilisation. Enfin, nous nous placerons au niveau des conversations civiques entre membres d’un groupe de protestation pour examiner la possibilité d’une contribution spécifique des échanges argumentatifs à ces pratiques discursives.

II. Le conflit autour de l’aménagement de la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas

  • 2 Nous renvoyons à Allouche A., 2008.

10Depuis 1988, l’étang de Berre (Bouches-du-Rhône, France) est le siège de la mobilisation de plusieurs collectifs de riverains et d’associations contre une centrale hydroélectrique. A l’époque, la centrale prélève cha­que année plus de 2 milliards de mètres cubes d’eau douce dans la Durance, une rivière située au nord de l’étang de Berre, qu’elle rejette après turbinage dans ce dernier. Il en résulte l’eutrophisation de l’étang et la dis­parition de ses écosystèmes marins. La contestation à l’égard de la centrale hydroélectrique, mise en œuvre en 1966, s’inscrit dans une longue histoire protestataire, qui débute dans les années 1970 avec l’opposition à la volonté de l’État français, alors fortement centralisé, d’aménager la région de l’étang de Berre en une place industrielle stratégique, notamment dans le domaine de la pétrochimie (Paillard, 1981). Notre propos n’est pas de revenir sur l’histoire de cette protestation2. Nous nous concentrerons plutôt sur un moment important dans la constitution de la réhabilitation de l’étang en un enjeu public, durant lequel l’activité argumentative nous paraît avoir joué un rôle bien spécifique. En effet, après plusieurs plans infructueux de réhabilitation de l’étang, le Comité interministériel d’aména­gement et de développement du territoire décide en 1999 la création d’un groupement d’intérêt public, le GIPREB, chargé d’évaluer, en concertation avec les associations et les usagers des pourtours de l’étang, les solutions possibles de réhabilitation de l’étang. Quinze scénarios techniques, issus de la concertation, sont ainsi soumis à plusieurs bureaux d’études pour en évaluer la faisabilité technique.

11En 2003, quatre scénarios restent en lice à l’issue de ce processus d’évaluation. A cette même période, durant un échange avec le Sous-pré­fet d’Istres, représentant des services de l’État au sein du GIPREB, le char­gé de mission d’un bureau d’étude évoque un scénario supplémentaire qui n’avait pas fait l’objet d’une concertation. Interpellé par ce scénario, le Sous-préfet demande que son étude technique et sa discussion soient ajoutées au cahier des charges du GIPREB. L’aménagement envisagé consiste en un canal de dérivation, d’une largeur potentielle d’une cinquantaine de mètres, reliant la centrale hydroélectrique au Rhône, ce fleuve s’écoulant à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de l’étang. Le risque serait alors de voir le canal traverser la plaine agricole de la Crau et le piémont des Alpilles. Très rapidement, le bruit court parmi plusieurs associations de la Crau et des Alpilles qu’un projet de dérivation se prépare sur leur territoire. Ces associations relaient à leur tour l’information à différents élus municipaux. Des protestations importantes se font entendre : réunions publiques, manifestations, courriers des élus au directeur du GIPREB pour exprimer leur indignation de n’avoir pas été informés ni consultés. L’étude de ce projet de canal sera finalement abandonnée par le GIPREB.

12A la faveur de ces protestations, plusieurs associations de la Crau et des Alpilles vont se rapprocher d’une association de militants berrois pour “faire front”. Celle-ci milite activement contre les propositions retenues par le groupement d’intérêt public alors que ses propositions ont été évaluées puis rejetées par le bureau d’étude mandaté par le GIPREB. De ce rapprochement, naît un collectif constitué de dix-huit associations. Ce dernier revendique l’abandon de tout projet d’aménagement d’un canal de dérivation des effluents de la centrale par un autre canal ; il appelle à la réhabilitation écologique de l’étang de Berre en modifiant les conditions d’exploitation de la centrale EDF suivant la proposition défendue par l’as­sociation berroise. Cette proposition consiste à restituer à la Durance un tiers des débits qui lui sont prélevés par la centrale, pour ne plus rejeter qu’un seul tiers des débits initiaux dans l’étang de Berre, un autre tiers étant restitué aux canaux agricoles.

13Le collectif ainsi formé réunit des personnes qui, pour la plupart, ne se connaissaient pas avant et qui, dans les premiers temps du collectif, ne se fréquentent qu’à l’occasion des réunions de travail consacrées à la rédaction de tracts et à l’organisation d’actions communes. Leur “être-ensem­ble” se résume et s’exprime très concrètement par leur activité durant ces réunions et par leur participation à des réunions publiques ou à des débats. La définition même de l’objet du collectif n’a pas été arrêtée par un manifeste commun ni explicitée dans les statuts d’une association que ces acteurs auraient créée ensemble. Pour partie, le contenu de leur engagement émerge de leur action collective, à mesure qu’elle se déploie à travers l’é­criture de tracts ou de dossiers d’information et la préparation de présentations dans des réunions publiques les amène à développer leurs propositions et à intégrer d’autres cadres de valeurs. L’activité argumentative, qu’il s’agisse de la rédaction commune d’un argumentaire ou d’échanges argumentatifs au sein du groupe, est alors centrale dans le quotidien du collectif.

14C’est aussi à travers cette activité argumentative que les membres les moins habitués aux mobilisations collectives vont faire l’expérience de la protestation civique et prendre place au sein de l’espace public. Ce sera notamment le cas d’Arnaud, agriculteur dans la Crau, qui pour la première fois crée une association devant la “menace” du projet de dérivation.

15En ce sens, l’argumentation ne semble pas seulement remplir des fonctions d’échanges épistémiques, mais aussi participer à une socialisation de postures citoyennes, tout en fournissant une activité permettant de s’enga­ger dans l’espace public.

  • 3 L’analyse discursive a notamment porté sur la transcription exhaustive de trente-quatre réunions de (...)

16Nous avons questionné ces dynamiques sur le plan empirique à partir du suivi par observation directe et par entretiens (de 2004 à 2008) du quotidien de ce collectif : réunions de travail, gestion des archives, rédaction de tracts, manifestations, événements festifs, auditions par des acteurs institutionnels. La méthodologie adoptée a consisté à coupler l’analyse des interactions entre membres et entre acteurs extérieurs au collectif à une analyse discursive des argumentations3 tenues dans et hors du groupe.

III. L’argumentation comme mode d’engagement à l’intérieur de situations de militantisme

A. Argumentation au sein du collectif et engagements situés

  • 4 Le terme “correctement” ne renvoie pas à un jugement normatif extérieur à l’appréciation des acteur (...)

17Le collectif observé s’est constitué autour d’un argumentaire commun, dont la défense et la promotion représentent la principale activité du groupe. Cet argumentaire, d’une technicité importante, aborde, par exem­ple, des problématiques d’hydromorphologie fluviale ou de technologies industrielles. Il provient essentiellement de deux membres du collectif : Benoît, professeur de mathématiques retraité, et Hyacinthe, professeur dans un lycée technique. Or plusieurs membres du collectif ne possèdent que peu de connaissances quant aux données techniques du problème. Les acteurs doivent alors gérer cette technicité que ce soit à l’intérieur du collectif ou dans un débat institutionnel. On peut transposer ici l’analyse de Goffman (2013), car au-delà de la compréhension partagée des données techniques du problème, la question se pose pour les acteurs de pouvoir investir leur attention sur un objet afin de s’engager “correctement”4 dans l’action conjointe.

18Un membre du collectif, s’il n’est pas en capacité d’exprimer un avis sur la géomorphologie du lit de la Durance, peut rapidement se sentir désengagé lorsque les échanges au sein du groupe portent sur l’élaboration d’arguments répondant aux objections soulevées à l’encontre des propositions du groupe. C’est ainsi que plusieurs membres s’en remettent occasionnellement aux acteurs les plus experts du groupe et laissent “filer” l’é­change. De fait, le temps de parole des membres possédant une plus faible expertise technique est souvent inférieur à 5 % du temps de discussion des réunions de travail. Mais si la situation se reproduit régulièrement, un malaise peut éventuellement se ressentir dans le groupe. Faute d’un objet sur lequel fonder leur investissement, la situation de ces membres peut rappeler l’exemple de l’automobiliste pris par Goffman (2013 :45-46) : piètre mécanicien, face à une panne et sous le regard de ses passagers, il ne sait comment marquer son investissement dans la situation faute de savoir où porter son regard et ses gestes devant son moteur fumant.

19Pourtant, les interactions au sein du collectif, telles que nous les avons observées, ne semblent pas butter sur cette difficulté de façon rédhibitoire. Quel rôle l’activité argumentative joue-t-elle dans le dépassement de cette difficulté ? Considérons par exemple Denis, cultivateur de foin. Le choix ciblé de ses interventions lui permet de définir sa participation à la construction de l’argumentaire du groupe comme l’apport d’une connaissance sur l’irrigation agricole à partir de l’eau de la Durance. Sa faible participation à l’argumentaire n’est pas, de ce fait, traitée comme problématique par le reste du groupe.

20L’argumentation est comprise par les membres comme une action cumulative essentiellement définie par la relation d’étayage (Grize, 1996) : chaque membre ajoute un argument pour appuyer l’argumentaire commun. Cette dimension cumulative permet à chaque membre de définir sa participation à l’action collective comme un étayage des propositions du groupe en cantonnant ses interventions à son domaine de compétence. La capacité ou l’incapacité de ces membres à participer à l’activité du groupe dépend alors de leur capacité à adopter une position interactionnelle correspondant au rôle d’expert et de leur propension à importer la parole du collectif dans des arènes publiques où leurs connaissances spécifiques apparaissent comme un gage d’autorité.

21On peut prendre l’exemple d’Arnaud, également cultivateur de foin. Il est rapidement devenu un membre incontournable du collectif. Pourtant il affirme ne comprendre qu’imparfaitement les fondements techniques des propositions du groupe. Dès le départ, il a limité l’essentiel de ses interventions au champ des connaissances liées à l’agriculture, en évitant de discuter les principes constitutifs des propositions techniques du groupe. Dans ses interventions, il adopte régulièrement vis-à-vis de Benoît une posture subordonnée, en exagérant ostensiblement sa mécompréhension des données techniques, mais en conservant une distance amusée à ce rôle, distance que Benoît s’empresse de reconnaître, comme dans cet exemple :

– Arnaud : Mais … Benoît, Benoît ?
– Benoît : Oui, tu peux y aller, mon petit [rires].

  • 5 Goffman E., 2013, pp.33-34.

22En revanche, lorsque Arnaud intervient pour apporter des informations relatives à l’agriculture, ses propos s’inscrivent dans un registre d’exper­tise, laissant peu de place pour une relance ou pour une mise en doute. Dans ce cadre, l’argumentation ne consiste pas tant à éprouver l’accepta­bilité de propositions ni à faire évoluer les positions défendues par le grou­pe, mais davantage à produire de nouveaux arguments à l’appui des propositions du groupe. La présupposition par les membres du collectif d’une division du travail cognitif (Kitcher, 1990) dans la construction d’un argu­mentaire commun et leur conception partagée de l’argumentation leur per­mettent de définir un horizon d’attentes mutuelles à partir duquel articuler leurs interactions. Ce mode d’interaction offre alors le degré d’absorption cognitive et affective5 suffisant pour permettre à chaque membre du collectif, quel que soit son niveau d’expertise technique, de s’engager dans l’activité située du groupe.

B. Argumentation et engagements dans les débats publics

23L’activité argumentative nous paraît donc être investie par les acteurs comme une ressource interactionnelle leur permettant de donner corps à leur statut de militants. Cet investissement interactionnel vient alors s’a­jouter aux fonctions cognitives et épistémiques de l’argumentation (sur ces fonctions, confer Bouvier, 1995). L’habileté des membres du collectif à utiliser ces différents aspects de l’activité argumentative conditionne leur capacité à s’engager dans les situations quotidiennes du groupe. Ce double usage de l’activité argumentative peut-il se prolonger lorsque les membres sont amenés à participer à des arènes publiques, en dehors de l’entre-soi du collectif ?

24Goffman (2013), étudiant la participation à des rassemblements publics, met en exergue différents cas de figure où l’engagement d’un acteur apparaît comme inapproprié au regard des attentes usuellement formées sur ces situations. L’impropriété situationnelle relève non seulement du comporte­ment de l’acteur, mais aussi des objets sur lesquels il porte son attention et de l’intensité de son absorption cognitive dans ce qui se passe.

25On peut s’interroger sur l’existence d’impropriétés situationnelles directement liées à l’activité argumentative dans le cadre de la participation aux arènes de la démocratie de proximité.

26Nous avons pu observer différentes situations dans lesquelles les échan­ges entre participants témoignaient d’un risque d’impropriété situationnelle. En premier lieu, les membres doivent en argumentant manifester une intensité de l’engagement qui correspond à l’esprit de la situation. Il leur faut alors trouver un équilibre entre la ferveur du militantisme et un discours formel et factuel s’inscrivant dans les attentes de l’exercice public de la raison. Cet équilibre est difficile à trouver pour certains mem­bres du collectif. Quelques-uns s’engagent dans le débat avec trop d’ar­deur, provoquant un appel au calme amusé de la part du président du collectif, d’autres au contraire présentent d’abondantes précisions techniques, sur un ton formel.

27Si l’acteur doit gérer l’intensité de son engagement, en évitant par exemple le surengagement, il faut de plus que les variations de l’intensité de son engagement s’accordent avec la force persuasive du contenu de ses arguments. L’impropriété situationnelle, si on l’évalue à la rupture de la fluidité de l’interaction et aux marques de gène manifestées par les partici­pants, paraît très forte lorsque ces deux critères sont dissonants. C’est par exemple le cas lorsqu’un locuteur s’engage avec beaucoup d’intensité en concluant par un argument accueilli par l’auditoire comme non pertinent, voire manifestement erroné. Considérons l’extrait de réunion publique sui­vant :

1. Nicolas : Pour tout à l’heure, je sais pas la personne qui a posé la question pour les rejets dans la Durance, comme quoi ça amènerait tous les problèmes dans le Gard. [Durant l’enquête publique] on s’est retrouvés en terrain ennemi parce que là-bas le grand argument c’est ‘oui - si on rejette de l’eau dans la Durance, […] on va nous noyer’ […] Bon. Mais moi j’aimerais quand même leur poser une question ! En cas de crue ils la mettent où l’eau ? Quand il y a des crues, est-ce qu’elle va pas dans la Durance ? Est-ce qu’ils la jettent pas dans la Durance directement ? [il tend les bras vers l’auditoire].

2. Benoît : C’est pas qu’ils la jettent ! C’est qu’elle y va.

3. Nicolas : C’est qu’elle y va. Alors l’argument, il est où là ? Hein ? elle va où, cette eau ?

4. Benoît : Non, mais elle est dans la Durance !

5. Nicolas : Non, mais enfin, non, pour contrer le GIPREB. C’est le GIPREB actuellement qui nous bassine : ‘oui, on va noyer, euh … on va… si on remet l’eau’.

28L’empressement de Benoît à corriger les propos de Nicolas et un relatif agacement que nous pensons percevoir dans sa prosodie peuvent être interprétés comme traduisant l’impropriété de l’engagement du second. La précipitation embarrassée du propos de Nicolas au dernier tour de parole semble indiquer que celui-ci le perçoit. Cette réaction accroit par ailleurs l’impropriété dans la mesure où il verbalise sa volonté d’argumenter “contre le GIPREB”, volonté qui usuellement demeure implicite dans l’échange.

29Pour devancer ces risques d’impropriétés, le collectif explicite au maxi­mum son argumentaire au cours des réunions du groupe, en revenant régulièrement sur ce qu’il aurait envisagé de répondre aux objections de tel acteur à tel propos dans le cadre d’une réunion publique. Cette routine s’illustre dans l’échange retranscrit ci-dessous, dans lequel Benoît s’a­dresse au collectif. Il réagit aux propos d’Arnaud qui lui a fait part de son malaise lorsque, en réunion publique, il a manqué de répartie face à un intervenant plus expérimenté en matière de débat :

Benoît : Alors y avait Arnaud qui est allé au feu avec Robert [...] Et Arnaud, il était un peu contrit parce qu’il avait un peu le sentiment qu’il avait été battu. [Parce que] quand il a dit ‘on peut remettre de l’eau dans la Durance’, y en a un, qui est un élu d’Istres, il a dit ‘non, c’est pas possible, le syndicat mixte veut pas de l’eau c’est trop dangereux’ […] Mais le rapport SOGREAH, page 3, tout début : ‘les crues importantes - il s’agit de celles de la Durance après son aménagement - restent proches de leur état naturel. L’absence de crues ordinaires les rend d’autant plus dangereuses’. Voilà. Alors quand tu leur dis ça … eux, ils ont pas eu le réflexe de le dire, ils s’en rappelaient plus.

30L’argumentation que chaque membre devra tenir en public est ainsi explicitée et formalisée, en y intégrant les contenus qui permettront de devancer les risques d’une mauvaise performance publique. Au-delà de l’ef­ficacité persuasive recherchée, ces compléments visent à faire de l’argu­mentaire collectif un support cognitif et verbal en adéquation avec l’enga­gement dans la situation de débat public. Les locuteurs éviteront ainsi que des situations de trouble surviennent. Ce faisant, ils pourront plus aisément aborder ce qui leur paraît plus central dans leur conception de la citoyenneté et du bien public.

IV. L’argumentation comme support de l’engagement collectif

A. Les échanges argumentatifs comme ratification de l’engagement de chaque membre

  • 6 La polysémie de la notion “d’engagement” oblige à préciser qu’il ne s’agit pas ici d’engagement sit (...)

31On pourrait penser que l’engagement6 de chaque militant se résume au fait de signer les documents issus du groupe. Mais le suivi du collectif rend compte de l’existence de tout un ensemble de situations dans lesquel­les chaque membre éprouve le caractère obligeant de cet engagement envers les autres et atteste auprès d’eux de la sincérité de celui-ci et de sa fi­délité à son égard.

32Les échanges argumentatifs occupant une place importante dans les interactions entre les membres, dans quelle mesure participent-ils à l’affir­mation de l’engagement collectif au sein du groupe ? Nous avons pu observer que le choix des arguments utilisés par un membre peut être interprété dans les termes d’une fidélité ou d’une défection à son engagement. Considérons l’échange suivant :

1. Jean-Laurent : Mais le spécialiste sur la Durance, il disait ‘à l’épo­que aussi il y avait plus d’eau dans la Durance, à un certain moment’, comme on disait.

2. Benoît : Non ! Non, mais attends ! Alors excuse-moi, mais des fois ! Mais moi je te réponds parce qu’apparemment … euh … tu crois ce qu’il dit !

3. Jean-Laurent : Non ! Non ! C’est pas que je crois […].

33L’échange peut toujours déraper si un membre laisse penser par ses arguments qu’il pourrait se ranger du côté de contradicteurs du collectif. Les sources auxquelles un membre emprunte ses arguments l’affilient virtuellement à différentes positions du jeu d’acteur. Le sens de l’interaction change alors, passant ainsi de l’échange épistémique à une ratification de l’engagement des membres.

  • 7 Dans les termes de Hirschman, le recadrage des échanges argumentatifs peut faire passer de l’exit à (...)

34Si le membre mis en cause présente des compétences interactionnelles suffisantes, il pourra recadrer le sens de la situation de sorte à redéfinir ce qui s’y joue, non comme la manifestation de son désengagement, mais comme une demande pour améliorer l’argumentaire du groupe ou préciser des propositions7. Par exemple, dans de telles situations, Rémy réoriente l’échange en prétendant se faire l’avocat du diable. Arnaud multiplie ses questions de sorte à les faire voir comme les marques de son incompréhension (surjouée) involontaire et de son application à vouloir bien comprendre le problème. Le plus souvent, les acteurs se contentent de dénégations formulées avec empressement ou de précautions préalables («c’est pas ce que je pense, mais…»). Mais dans tous les cas, la contrainte de l’engagement aura été perceptible à travers le malaise interactionnel qui aura résulté de cette situation.

35Ce point est essentiel, car il questionne le rôle des échanges cognitifs et épistémiques dans la construction d’une position collective. L’échange cognitif, garant de l’intersubjectivité dans une lecture habermassienne peut-il se trouver détourné en une épreuve de fidélité à l’engagement collectif ?

36Considérons l’échange retranscrit ci-après. Dans cet extrait, Jacqueline, représentant une association de protection de la Durance, pousse le collectif à exiger l’application immédiate d’une mesure qu’il n’envisage qu’à moyen terme et qui consiste en la transformation de la chaîne hydroélectrique en un circuit fermé, isolé de la Durance et de l’étang de Berre. La position du collectif est de demander, en attendant cet aménagement, une limitation des rejets dans l’étang de Berre à hauteur d’un milliard de mètres cubes annuels, niveau évalué par Benoît comme permettant la recolonisation de l’étang par des espèces marines. Le point de vue de Jacqueline n’est donc pas contradictoire avec celui du collectif, mais en s’écartant de l’argumentaire commun, Jacqueline conduit, à ses dépens, à un recadrage de l’échange au cours duquel son statut de membre est explicitement mis en cause :

1. Jacqueline : Le problème qui se pose, c’est même pas le chiffre de 1,4/1,5 [milliards de m3 rejetés dans l’étang], c’est que ce chiffre est saisonnier, c’est-à-dire qu’il y a des moments où il y a de l’eau à turbiner et ça arrive d’un coup. Donc, votre étang de Berre, il est foutu de toute façon !

2. Benoît : Ah ! voilà que tu nous dis ce que tu en penses du problème ! C’est-à-dire que tu n’es pas d’accord du tout avec nous ! Toi, tu dis ‘il est foutu’. Tu viens de le dire !

3. Jacqueline : Non !

4. Benoît : Ah oui ! Eh oui !

5. Jacqueline : Si [silence] si tu veux …

6. Robert : Il est pas foutu.

7. Benoît : Non ! Avec la sécheresse [se fait couper la parole].

8. Nicolas : C’est moins pire.

9. Robert : Y aura moins de limons, y aura moins d’eau douce, ce sera moins pollué.

10. Jacqueline : Oui.

11. Benoît : La sécheresse, elle a imposé des limitations de rejet au niveau de 1 milliard à peu près.

12. Jacqueline : Oui.

13. Benoît : Donc, si on reproduit ces conditions imposées par la sécheresse, en prenant des précautions, en lissant les rejets…

14. Jacqueline : Ah ben oui, ben, mais [se fait couper la parole].

15. Benoît : On va améliorer la situation.

16. Jacqueline : Il faut arriver à étaler les rejets sur une longueur de temps, ce qu’EDF ne fera pas !

17. Benoît : Excuse-moi, mais moi je me demande ce qu’on fait ici.

18. Jacqueline : Eh ouais.

19. Benoît : Si l’étang de Berre est foutu.

20. Jacqueline : Non, mais [se fait couper la parole].

21. Benoît : Qu’est-ce que tu fais toi avec nous ! Parce que nous on se bat pour le sauver !

37Les interventions de Benoît aux tours de parole n° 2, 17 et 21 redéfinissent clairement l’échange en une situation conflictuelle où, subitement, l’appartenance de Jacqueline au groupe redevient discutable. Les interventions de celle-ci sont également redéfinies dans des termes offensifs alors que Jacqueline n’y voyait certainement que des échanges épistémiques, comme en témoigne son étonnement (phrases écourtées, difficulté à trouver une réplique, emballement subit au tour n°16, puis, finalement, acquiescement passif).

38L’échange sort donc de la dimension proprement cognitive et épistémi­que pour devenir une sorte d’épreuve d’engagement. La capacité citoy­enne des membres désireux d’agir dans l’espace public au moyen de l’ac­tion d’un collectif est directement conditionnée par leur habileté à gérer si­multanément la dimension épistémique et la dimension relationnelle de ces échanges.

39Ce type particulier d’action citoyenne, où l’engagement collectif porte sur un contenu épistémique, conduit les acteurs à investir les échanges cognitifs et épistémiques d’une seconde signification, celle de l’expression de la fidélité à cet engagement. De ce fait, la capacité des acteurs à agir dans l’espace public par le biais d’actions collectives de ce type dépendra très largement de leur propre capacité à gérer et à endurer l’inconfort, sinon le malaise, qui naîtrait d’une situation où l’expression d’une incompréhension ou d’un manque de conviction dans une proposition risquerait d’être interprétée comme un symptôme d’insincérité (par exemple, au tour de parole n°2 : «Ah ! voilà que tu nous dis ce que tu en penses du problème !»).

B. L’argumentaire technique pour préserver l’engagement des conflits de valeurs

40Si la discussion d’un argumentaire technique peut conduire à la remise en cause de la sincérité de l’engagement d’un acteur, elle peut également offrir des ressources interactionnelles aux intervenants pour éviter certains conflits. Les membres du collectif attachent beaucoup de soin à définir leur action dans les seuls termes de la défense d’un projet technique et apolitique. Plus qu’une stratégie rhétorique à destination des autres acteurs, ce souci se comprend à partir de la genèse du collectif qui s’est constitué en rassemblant des individus aux profils hétérogènes sur la seule base de ce qu’ils avaient en commun de ne pas vouloir. La conscience est vive au sein du collectif que le fait d’aborder, par exemple, les affiliations politiques des différents membres menacerait de faire rompre le groupe.

41Nous avons en effet pu observer que les risques de rupture au sein du groupe associés à des échanges en cours de réunion touchant aux convictions politiques des membres étaient “parés” en rabattant l’échange sur l’élaboration de l’argumentaire technique. Ce recadrage offre une puissante routine d’évitement des situations où les acteurs doivent livrer trop de leurs convictions personnelles ou, inversement, répondre à l’expression de convictions qu’ils n’avaient pas sollicitée.

  • 8 Une STEP consiste à disposer de deux bassins de rétention pour turbiner d’amont en aval durant les (...)

42L’échange suivant est illustratif de cette problématique. Benoît vient de présenter l’installation d’une station de transfert d’énergie par pompage (STEP)8 comme une solution écologique alternative à la centrale hydroélectrique. Vernon est en désaccord avec lui, car cet aménagement revient selon lui à pérenniser un modèle énergétique industrialiste :

1. Vernon : Mais c’est, c’est … en même temps c’est pérenniser un système [se fait couper la parole].

2. Benoît : Non, c’est pas vrai ! C’est pas vrai ce que tu dis ! Que ce soit des énergies renouvelables ou pas, le problème majeur c’est le stockage de l’énergie.

3. Vernon : Oui, ça je suis d’accord avec toi.

4. Benoît : Et là, on a un outil de stockage exceptionnel de l’énergie convertible immédiatement en énergie électrique, moi je lis et je relis les messages d’[une association du réseau “Sortir du nucléaire”] par exemple hein, ils sont beaucoup sur les énergies renouvelables, ils s’extasient quand on leur dit ‘on va électrolyser l’eau’ et puis on alimentera les piles à combustible avec l’hydrogène produit. C’est une façon de voir, mais c’est du bricolage par rapport à ce qu’on a là. Et c’est vraiment con de ne pas l’exploiter […].

5. Vernon : Non !

6. Arnaud : On n’ouvre pas le débat sur les énergies renouvelables ! [Arnaud conclut ensuite l’échange en enjoignant au groupe de poursuivre la préparation de leur présentation pour un débat public].

43Lorsqu’un conflit de valeurs oppose deux membres, un troisième mem­bre pourra toujours rabattre l’échange sur le cœur de l’action collective – l’élaboration d’un discours argumenté permettant de réfuter les projets de dérivation – en appelant à revenir au “vrai problème”. L’échange conflictuel pourra alors être clos sans même donner lieu à un échange réparateur ni à la formulation d’un compromis entre les deux contradicteurs.

44Dans ces différents recadrages de l’interaction, l’argumentation ne joue pas tellement comme un support de l’intersubjectivité des membres, mais davantage comme une ressource micro-interactionnelle. Elle n’est pas tant mobilisée comme une opération de décentration cognitive que comme une procédure d’évitement (Eliasoph, 1997). On peut ainsi se demander dans quelle mesure l’utilisation de l’argumentation comme support à des inter­actions dans un groupe et comme épreuve d’engagement n’interfère pas avec la visée intersubjective prêtée à l’argumentation par une lecture habermassienne. En ce sens, le pouvoir de l’argumentation de prévenir les conflits par évitement plutôt que par décentration interroge la capacité citoyenne, si l’on comprend celle-ci comme la possibilité d’orienter l’action collective à partir de conceptions partagées du bien public.

V. L’argumentation au service de la conversation civique

A. L’argumentation pour structurer la conversation

45Malgré ces stratégies d’évitement, les membres du collectif ne s’interdi­sent pas de chercher d’éventuels rapprochements sur des convictions plus personnelles, plus politiques, par exemple. Pour cela, ils recourent à un autre format d’interaction qui, tout en reposant sur l’activité principale du groupe, rend possible par tâtonnement la convergence des acteurs sur des contenus axiologiques. Selon différents auteurs (Conein, 2005 ; Mansbrid­ge, 1999), la conversation, spécialement la conversation de sociabilité, constitue une forme discursive fortement investie par les acteurs pour con­verger dans leurs conceptions du bien commun. Bien que n’étant jamais complètement débarrassée des risques d’offense territoriale (Goffman, 1987), la conversation offre un mode d’échange relativement pacifié, car orienté vers la qualité de la relation établie entre les participants plutôt que vers le contenu de leur énoncé (Simmel, 1980). Cette caractéristique fait des “conversations civiques” (Klofstad, 2011) un support important pour la discussion pacifiée de valeurs et de conceptions du bien public en imposant une contrainte de civilité à l’échange d’arguments (Chateauraynaud, 2011).

46On pourrait penser que les échanges argumentatifs sont peu fréquents dans ce type de conversations. En effet, on a longtemps associé l’argu­mentation à une forme de discours visant à persuader un auditoire de penser ou d’agir en un sens donné. Les échanges informels et sociables sont difficilement conciliables avec cette lecture utilitariste de l’argumentation. Mais des travaux comme ceux de Deborah Schiffrin (1984) ou de Marian­ne Doury (2012) montrent clairement que les échanges argumentatifs ne se réduisent pas à la fonction persuasive et peuvent s’inscrire dans une pratique de sociabilité, dont la conversation.

47L’enquête que nous avons menée nous a conduit à identifier des situations dans lesquelles l’échange d’arguments est investi par les acteurs pour développer des conversations civiques. Nous nous rapportons ici aux travaux de Véronique Traverso (1996) qui montrent que les conversations à bâtons rompus, dans un contexte de sociabilité, reposent sur un principe d’amplification thématique. Celui-ci consiste à relancer la conversation en glissant sur un segment de l’énoncé du précédent locuteur, l’essentiel étant de maintenir la conversation vivante et de fournir aux autres participants matière à rebondir. Nous avons pu observer au sein du collectif de nombreux échanges descriptibles en ces termes. L’argumentation participe alors à structurer la conversation grâce à la relation d’étayage argumentatif. Cette dernière n’est pas tant mobilisée pour sa fonction cognitive (qui consisterait à aboutir à une représentation partagée et assurée), mais sert de principe simple pour faire circuler la parole. On perçoit clairement cet aspect dans l’échange suivant :

1. Benoît : Parce que si tu peux pas la mettre [l’eau dans le] Rhône ou en mer et si tu peux pas la mettre dans la Durance…

2. François : Tu la mets où ?

3. Benoît : Alors justement, c’est ce que je disais au départ.

4. Robert [plaisantant] : On la fait chauffer pour la faire évaporer !

5. François : Ben voilà ! Il faut qu’un con parle pour qu’on trouve la solution ! [rire].

6. Robert : Non, mais des solutions y en a : la faire chauffer pour la faire évaporer ou alors la saler à la sortie de Saint-Chamas pour plus envoyer d’eau douce à l’étang de Berre, comme y en a un qui l’a pro­posé à la commission des sites. Quand tu fais le compte à 25g/l de sel, ça fait quelques semi-remorques !

7. Benoît : Faut proposer le sel de Manosque.

8. Robert : C’est faisable de resaler l’eau douce, mais il faut doubler les autoroutes et les nationales ! Autrement y a pas de problème, c’est faisable ! Tout est faisable. Il faut doubler les autoroutes, mais c’est faisable.

48Ni la dimension dialectique de l’argumentation, c’est-à-dire la décidabilité de propositions sur lesquelles les avis divergent, ni la dimension rhétorique, c’est-à-dire celle de convaincre un tiers, ne sont véritablement l’objet de ces échanges, les locuteurs partageant déjà le même avis et en étant conscients. Le plaisir de se sentir au diapason dans ses convictions paraît davantage recherché dans ces échanges de sociabilité où chaque membre donne raison aux autres. On peut, de ce fait, se demander si ces derniers jouent un rôle dans la constitution collective d’une capacité (ou d’une incapacité) citoyenne à agir dans l’espace public

B. Rôle et utilité de l’argumentation dans la conversation civique du point de vue de la capacité citoyenne

49Les échanges, en prenant la forme de conversations plus personnelles, où chacun peut livrer une partie de sa biographie et de son ressenti d’ac­teur, incitent chaque membre tout autant à entrer dans le territoire des autres qu’à inviter ceux-ci à davantage pénétrer le sien. Si cela n’est pas propre à ce type d’échange (Polletta/Lee, 2006), la tension entre le formalisme conservé par la forme argumentée de la conversation et le relâchement de celle-ci offre une spécificité à ces échanges. Cette dose de formalisme maintient à distance l’offense territoriale en rendant visible l’attente d’une certaine tenue et retenue. Car au fond, le sujet de conversation reste celui de l’action du collectif, et tout ne peut pas être dit. On le perçoit clairement lorsque de nouveaux acteurs participent à ces réunions de travail. C’est le cas pour Armand qui, comme grisé par le ton relâché que la conversation a subitement pris et souhaitant à son tour émettre une plaisanterie sur un élu local, dérape par les propos qu’il tient, propos que Benoît ac­cueille par un appel à la retenue :

1. Armand : C’est parce qu’il [l’élu mentionné] est italien de Corse [rire] quand j’entends les noms.

2. Benoît : Je suis d’origine italienne et je me sens pas mafieux du tout ! Et je sais pas de quelle origine tu es [silence]. En octobre 2005, ils ont fait un schéma de mise en valeur de l’étang [reprise de l’échange].

50Inversement, ce mode d’échange permet aux membres du groupe de ne pas tenir compte (jusqu’à un certain point) de propos qui seraient tenus dans le “feu” de la conversation et qui risqueraient d’exposer les autres membres à des convictions politiques ou personnelles qu’ils ne partageraient pas. C’est le cas dans cet échange au cours duquel un participant, pris par l’emballement de la conversation, étaye les positions du collectif par une discussion sur le communisme soviétique :

1. Benoît : Eux [une association proche du parti communiste], dès le départ, ils ont été pour une dérivation parce qu’ils veulent pas qu’on touche à EDF.

2. Robert : À force d’être au niveau des emplois, on fait des conneries derrière.

3. Jean-Laurent : Eh ouais !

4. Benoît : En plus, c’est d’autant plus tragique, qu’entre nous, quand tu analyses les raisons pour lesquelles le système soviétique s’est effondré, mais la principale raison, c’est que dans ce système les gens fermaient leur gueule ou alors ils se faisaient taper dessus. S’ils avaient eu le droit à la parole, je suis sûr que le système aurait été viable !

5. Robert : A l’Est c’était comme ça, à l’ouest c’était pas mieux […] moi je vais dans certaines communes des Alpilles, je te signale que ça se passe plus mal [coupé].

6. Benoît : Pourquoi les habitants du pays soviétique, pourquoi ils ont dit à un moment donné ‘on en a ras-le-bol de ce système’ ? Parce que c’était ‘ferme ta gueule’ et c’était pas efficace au plan économi­que, pour la bonne raison qu’on leur faisait fermer la gueule.

7. Robert : Ben, ils auraient pu le dire avant quand même.

8. Benoît [avec emportement] : Mais ils ont pas pu le dire avant ! Parce qu’il y avait tellement de raisons de leur fermer la gueule.

9. Jean-Laurent : Maintenant c’est le capitalisme ça !

10. Benoît [renfrogné] : Bon alors donc passons !

11. Robert : Ouais.

51La sensibilité politique des membres du collectif s’inscrivant aussi bien à droite qu’à gauche, l’évocation de la viabilité du soviétisme aurait pu créer une rupture au sein du groupe. Toutefois, le format de l’interaction est clairement perçu par les acteurs comme relevant de la conversation à bâtons rompus et le ton de l’échange rend manifeste que cette intervention ne vise pas à engager le groupe ni à définir l’argumentaire collectif. De fait, cette intervention est rapidement traitée comme ne portant pas à conséquence et aucun malaise interactionnel ne s’installe dans la conversation.

52Par ailleurs, le glissement thématique à partir de la relation d’étayage favorise des rapprochements entre causes à défendre. Il n’est en effet pas rare dans ce type d’échanges que des membres, cherchant à rebondir sur la défense de l’argumentaire collectif, empruntent des exemples ou des infor­mations à d’autres mobilisations dans lesquelles ils sont engagés. Cela leur permet de nourrir l’échange, mais aussi de livrer un peu de leurs pro­pres expériences et d’inviter leurs interlocuteurs à en faire autant. Or ce faisant, les membres en viennent à mettre en rapport leurs différentes expériences de militantisme. De nouvelles causes de protestation peuvent s’en trouver importées dans le collectif.

53L’échange ci-après fournit un exemple de l’entrecroisement des expériences militantes à l’œuvre dans le cadre de la conversation, en l’occurrence à l’évocation de l’opposition à la construction d’un incinérateur d’ordure ménagère à Fos-sur-Mer :

1. Barnabé : A l’heure actuelle y a le mouvement de produire des énergies renouvelables, alors on dit ‘mais quoi, y a des gens qui se prétendent écolos et qui voudraient faire fermer des centrales hydrauliques alors qu’il en faudrait plus ! ’ Faut avoir des arguments parce que l’opinion publique à l’heure actuelle, du côté de l’incinérateur quand vous essayez de discuter avec les gens, ils vous disent ‘mais putain, faut bien les mettre quelque part les ordures ! ’.

2. Benoît : Ca me fait plaisir que vous fassiez référence à l’incinéra­teur parce que ce que font les associations dans le domaine de l’inci­nération et bien elles se créent une expertise incomparable ! Et tu relaies toi-même et moi je relaie chaque fois qu’il y en a des arguments techniques et des données scientifiques sur l’incinération et c’est pareil avec la Durance !

54Plusieurs échanges de ce type ont participé à inscrire l’opposition à la construction de l’incinérateur dans les causes officiellement défendues par le collectif.

55Plus largement, ces situations nous paraissent contribuer à la définition de l’éthos du groupe, entendu ici au sens de Bateson et de Goffman (2013 :85 et seq.) comme une sorte d’ambiance spécifique, un mode d’être-ensemble qui connote l’action collective de ses membres. La revendication par le collectif d’un statut de contre-pouvoir démocratique est affirmée et affermie au cours de tels échanges, comme en témoigne l’ex­trait suivant :

1. Benoît : C’est intéressant ce que les commissaires-enquêteurs ils disent. Ils partent avec des préjugés, enfin en gros, je dirais des préjugés qui sont retranscrits par les études qu’ils ont lues, les documents qu’ils ont lus. C’est les documents de qui ?

2. Patrick : Oui, ah oui les documents officiels.

3. Benoît : Y a pas de documents contradictoires ! Et c’est là qu’on voit bien que le fait que ces documents soient dus à EDF ça ne peut pas être accepté ! C’est peut-être légal, mais c’est inacceptable. Faut savoir si le droit prime la loi ou pas !

4. Nicolas : D’où l’intérêt du collectif !

5. Benoît : D’où l’intérêt d’apporter la contradiction…

6. Nicolas : Un contre-pouvoir.

7. Benoît : Ouais, mais on n’a pas les moyens qu’ils ont, eh !

8. Plusieurs : Ouais.

9. Patrick : Oui, mais bon, le bon sens parfois fait des miracles. C’est-à-dire que … enfin, en ’66 [se fait couper la parole].

10. Nicolas : Et les gens qui osent s’y intéresser !

56Cet échange montre comment la dimension épistémique de l’argument est investie à travers un format discursif informel pour incarner une posture citoyenne.

57De ce point de vue, il est permis de considérer que l’inscription des échanges argumentatifs dans l’exercice de la sociabilité militante contribue à la capacité citoyenne des acteurs en tant que mode spontané et infor­mel de convergence (Conein, 2005) sur des motifs axiologiques d’action et sur le sens qu’ils donnent à leur action dans l’espace public.

58Sans la prise en compte de ces échanges de sociabilité, il est impossible de complètement accéder à la pleine signification que les acteurs donnent à leur engagement, au sens civique ou citoyen que leur action cherche à faire reconnaître dans l’espace public. On pourrait en un sens dire que la signification citoyenne de leur engagement est indexicalisée (Garfinkel, 1962) dans et par cette pratique d’échanges sociables argumentés. La seule défense d’un argumentaire factuel restant dans les cadres les plus formels de l’espace public (enquête publique, réunion de concertation, rencontre avec un représentant de l’autorité, etc.) échoue à communiquer la conception que ces acteurs se font du bien commun et la motivation citoyenne qui les anime. Lorsque le collectif doit se limiter à un tel format discursif, il n’est pas rare qu’il soit qualifié de “mouvement NIMBY”.

VI. Conclusion

59L’approche de l’argumentation dans le cadre des expériences de démocraties délibératives a préférentiellement suivi une entrée épistémique, probablement en raison de l’assimilation platonicienne de l’argumentation et du logos. Nous avons souhaité aborder l’argumentation dans sa dimension relationnelle et située. Nous avons ainsi décrit quelques modalités mi­crosociologiques par lesquelles l’activité argumentative ordinaire d’un collectif d’opposants à l’aménagement de la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas sert de support à son engagement dans l’espace public ainsi qu’à l’évolution de ses revendications. Il ne s’agit pas pour autant de privilégier cette dimension de l’argumentation sur sa dimension épistémique. On voit au contraire dans ce qui précède que la double propriété de l’argu­mentation d’être tout autant un mode de raisonnement qu’un type de relation sociale est régulièrement investie par les acteurs sociaux comme une ressource pour leur engagement dans l’espace public. La problématique des (in)capacités citoyennes nous paraît alors relever, dans ce cadre, d’un travail constant des acteurs pour articuler la dimension micro-interac­tionnelle de l’argumentation et sa dimension épistémique et cognitive. Il nous semble que l’étude systématique de ce travail d’articulation demeure un chantier théorique et empirique à ouvrir.

Haut de page

Bibliographie

Allouche A.,
2008 “Comment l’étang de Berre mobilise ses riverains et leurs affects”, Cosmopolitiques, n°17, pp.47-59.

Benford R. D., Snow D. A.,
2000 “Framing Processes and Social Movements : An Overview and Assessment”, Annual Review of Sociology, Vol.26, pp.611-639.

Berger M, Cefaï D., Gayet C. (Eds.),
2011 Du civil au politique. Ethnographies du vivre ensemble, Bruxelles, Peter Lang.

Blondiaux L., Sintomer Y.,
2002 “L’impératif délibératif”, Politix, vol.15, n°57, pp.17-35.

Bohman J.,
1998 “The Coming of Age of Deliberative Democracy”, The Journal of Political Philosophy, vol.6, n°4, pp.400-425.

Bouvier A.,
1995 L’argumentation philosophique, Paris, PUF.
2004  “Dimensions axiologique, épistémologique et cognitive de la délibération publique : analyse d’un exemple”, Cahiers d’économie politique, n°47, pp.215-234.
2007 a “La dynamique des relations de confiance et d’autorité au sein de la démocratie dite ‘participative’ et ‘délibérative’ ”, Revue européenne des sciences sociales, vol.45, n°136, pp.181-230.
2007 b “Qu’est-ce qu’un engagement de groupe en sciences sociales ? ”, in Bouvier A., Conein B. (Eds.), L’épistémologie sociale : une théorie sociale de la connaissance, Paris, EHESS, pp.255-294.

Catherin V.,
2000 La contestation des grands projets publics. Analyse microsociologique de la mobilisation des citoyens, Paris, L’Harmattan.

Cefaï D.,
2001 “Les cadres de l’action collective. Définitions et problèmes”, in Cefaï D., Trom D. (Eds.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, EHESS, pp.51-98.
2007  Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

Cefaï D., Lafaye C.,
2002 “Les répertoires d’argumentation et de motivation dans l’action collective. Le cadrage d’un conflit urbain à Paris”, in Cefaï D., Joseph I. (Eds.), L’héritage du pragmatisme, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp.371-394.

Cefaï D., Trom D. (Eds.),
2001 Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, EHESS.

Chateauraynaud F.,
2007 “La contrainte argumentative. Les formes de l’argumentation entre cadres délibératifs et puissances d’expression politiques”, Revue européenne des sciences sociales, vol.XLV, n°136, pp.129-148.
2011  Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra.

Conein B.,
2005 Les sens sociaux, Paris, Economica.

Delli Carpini M. X., Cook F. L., Jacobs L. R.,
2004 “Public Deliberations, Discursive Participation and Citizen Engagement : A Review of the Empirical Literature”, Annual Review of Political Science, vol.7, n°1, pp.315-344.

Doury M.,
2012 “Preaching to the Converted. Why Argue when Everyone Agrees ? ”, Argumentation, vol.26, n°1, pp.99-114.

Dryzek J. S.,
2010 “Rhetoric in Democracy : A Systemic Appreciation”, Political Theory, vol.38, n°3, pp.319-339.

Eliasoph N.,
1997 “Close to Home : the Work of Avoiding Politics”, Theory and Society, vol.26, n°5, pp.605-647.

Fung A.,
2003 “Recipes for Public Spheres : Eight Institutional Design Choices and Their Consequences”, Journal of Political Philosophy, Vol.11, n°3, pp.338-367.

Garfinkel H.,
1962 Studies in Ethnomethodology, New Jersey, Englewood Cliffs.

Gilbert M.,
2003 Marcher ensemble. Essais sur les fondements des phénomènes collectifs, Paris, PUF.

Goffman E.,
1973 La mise en scène de la vie quotidienne, T. II : Les relations en public, Paris, Éditons de Minuit.
1987  Façons de parler, Paris, Éditions de Minuit.
2013  Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Economica.

Grize J.-B.,
1996 Logique naturelle et communications, Paris, PUF.

Habermas J.,
1987 Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

Hibbing J. R., Theiss-Morse E.,
2002 Stealth Democracy : Americans’ Beliefs About How Government Should Work, Cambridge, Cambridge University Press.

Hirschman A. O.,
2011 Exit, Voice, Loyalty, Défection et prise de parole, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles.

Kitcher P.,
1990 “The Division of Cognitive Labor”, Journal of Philosophy, vol.87, n°1, pp.5-22.

Klofstad C. A.,
2011 Civic Talk, Peers, Politics, and the Future of Democracy, Philadelphie, Temple University Press.

Mansbridge J.,
1999 “Everyday Talk in the Deliberative System”, inMacedo S. (Ed.), Deliberative Politics : Essays on Democracy and Disagreement, New York, Oxford University Press, pp.211-238.

Paillard B.,
1981 La damnation de Fos, Paris, Seuil.

Perelman C., Olbrechts-Tyteca L.,
2008 Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Polletta F., Lee J.,
2006 “Is Telling Stories Good for Democracy ? Rhetoric in Public Deliberation after 9/II”, American Sociological Review, vol.71, n°5, pp.699-723.

Rawls J.,
1993 Political Liberalism, New York, Columbia University Press.

Schiffrin D.,
1984  “Jewish Argument as Sociability”, Language in Society, vol.13, n°3, pp.311-335.

Simmel G.,
1980 “Sociologie de la sociabilité ” [trad.], URBI, n°3, pp.109-113.

Simon G.,
2010 Plogoff. L’apprentissage de la mobilisation sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Snow D. A., Rochford E. B., Worden S. K., Benford R. D.,
1986 “Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation”, American Sociological Review, Vol.51, n°4, pp.464-481.

Traverso V.,
1996 La conversation familière. Analyse pragmatique des interactions, Lyon, PUL.

Van Eemeren F. H., Grootendorst R.,
2004 A Systematic Theory of Argumentation. The Pragma-dialectical Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Cet article aborde la contrainte argumentative de l’espace public comme un facteur possible des (in)capacités citoyennes. Les mouvements sociaux et l’action citoyenne sont en effet de plus en plus soumis à l’obligation de fonder leur revendication sur un argumentaire technique et factuel. Comment cette obligation conditionne-t-elle les modes d’engagements dans l’espace public ?

L’auteur explore ce questionnement à partir d’un type particulier de protestation sociale : les conflits d’aménagement. Pour cela il s’appuie sur une étude de cas relative à un conflit portant sur le fonctionnement d’une chaîne hydroélectrique dans le sud de la France qui, en se déversant dans un étang lagunaire, provoque d’importants déséquilibres écologiques. L’auteur recourt à l’observation participante d’un collectif d’asso­ciations militant pour la restauration écologique de l’étang et une modification des mo­dalités d’exploitation de la chaîne hydroélectrique. Il analyse en particulier la façon dont ces acteurs défendent leurs revendications dans l’espace public au moyen d’un ar­gumentaire technique et s’organisent autour de l’élaboration de cet argumentaire.

Les théories de la démocratie délibérative et des engagements citoyens abordent souvent le rôle de l’argumentation dans l’action citoyenne à partir de deux points de vue opposés. Soit, elles se concentrent uniquement sur la dimension cognitive de l’argu­mentation, en négligeant alors la dimension micro-interactionnelle des engagements ci­toyens, soit, elles traitent l’argumentation comme une forme symbolique parmi d’au­tres, sans en étudier le fonctionnement spécifique. Or des travaux récents en sociologie argumentative et en sociologie de l’action collective suggèrent de concilier ces deux points de vue.

En s’inscrivant dans ce cadre d’analyse, l’auteur décrit alors l’engagement public des acteurs du collectif observé comme un travail constant d’articulation entre la dimension cognitive et la dimension relationnelle et micro-interactionnelle de l’argumenta­tion.

Trois composantes de l’action collective sont étudiées sous cet aspect : l’engagement situé, la formation d’un engagement collectif et la convergence axiologique dans les échanges de sociabilité. D’une part, l’argumentation conditionne les engagements situ­és en délimitant un type particulier d’impropriété situationnelle. La performance publi­que d’un militant dépend alors de sa capacité à utiliser la dimension cognitive de l’ar­gumentation pour s’engager dans les situations publiques de façon conforme aux atten­tes des autres acteurs. D’autre part, durant l’activité quotidienne du collectif, les échan­ges argumentatifs sont utilisés par les militants pour attester du respect de l’engage­ment collectif par chacun d’entre eux. Enfin, l’argumentation fournit aux militants un mode spécifique de conversation civique qui favorise une convergence sur le sens de leur action collective et la portée de leur engagement.

Dans les trois cas, l’argumentation a une fonction supplémentaire à celle de l’intersub­jectivité. Elle sert de ressource interactionnelle aux acteurs. Toutefois, les acteurs doivent s’assurer continuellement que cette fonction interactionnelle ne déborde pas la fonction cognitive, et réciproquement, sans quoi une rupture risque d’avoir lieu dans le groupe.

Structured Summary

This article approaches the argumentative constraint of public space as a possible factor of citizens’ (in)capacities. Social movements and citizen action are in fact increasingly subjected to the obligation of basing their claim on a technical and factual argumentation. How does this obligation condition commitment modes in public space ?

The author explores this questioning beginning with a particular type of social protest : land use conflicts. To do that he relies on a case study relating to a conflict dealing with the operation of a hydroelectric station in the south of France which, in emptying into a lagoonal pond, provokes considerable ecological imbalances. The author has recourse to the participatory observation of a group of militant associations for the ecological restoration of the pond and a modification in the hydroelectric station’s methods of operation. He analyses in particular how these actors defend their claims in public space by means of a technical argumentation and organize themselves around the development of this argumentation.

Theories of deliberative democracy and citizen commitments often approach the role of argumentation in citizen action from two opposed points of view. Either, they concentrate uniquely on the argumentation’s cognitive dimension, in neglecting the micro-interactional dimension of citizen commitments, or else they treat the argumentation as one symbolic form among others, without studying its specific operation. However recent works in argumentative sociology and the sociology of collective action suggest reconciling these two points of view.

In adopting this framework of analysis, the author therefore describes the public commitment of actors in the group observed as a constant task of articulation between the cognitive dimension and the relational and micro-interactional dimension of the argumentation.

Three components of collective action are studied under this aspect : situated commitment, the formation of a collective commitment and the axiological convergence in exchanges of sociability. On the one hand, the argumentation conditions the situated commitments by delimiting a particular type of situational impropriety. The public performance of a militant hence depends on her/his capacity to use the cognitive dimension of the argumentation to involve her/himself in the public situations in a way that conforms with the other actors’ expectations. On the other hand, in the collective’s daily activity, the argumentative exchanges are used by the militants to show respect for each one’s collective commitment. Lastly, the argumentation provides the militants a specific mode of civic conversation which favours a convergence on the sense of their collective action and the scope of their commitment.

In the three cases, the argumentation has a function supplementing that of intersubjectivity. It is serves the actors as an interactional resource. However, the actors must continually see to it that this interactional function does not overwhelm the cognitive function, and reciprocally, without which a rupture risks taking place in the group.

Haut de page

Notes

1 Voir la notion d’engagement situé dans Goffman E., 2013.

2 Nous renvoyons à Allouche A., 2008.

3 L’analyse discursive a notamment porté sur la transcription exhaustive de trente-quatre réunions de travail, soit près de 70 heures d’échanges. Les argumentations ont été traitées à partir des cadres d’ana­lyse du programme argumentativiste de la sociologie cognitive (Bouvier A., 1995) et de la logique na­turelle (Grize J-B., 1996). Une approche suivant la linguistique pragma-dialectique (Van Eemeren F. H., Grootendorst R., 2004) et la nouvelle rhétorique (Perelman C., Olbrechts-Tyteca L., 2008) a également été menée.

4 Le terme “correctement” ne renvoie pas à un jugement normatif extérieur à l’appréciation des acteurs, mais aux attentes mutuelles que ceux-ci forment quant à leurs comportements respectifs. Une déception de ces attentes s’observe empiriquement par une rupture de l’interaction et un travail des acteurs pour rétablir l’ordre de cette dernière, en lui redonnant sa fluidité.

5 Goffman E., 2013, pp.33-34.

6 La polysémie de la notion “d’engagement” oblige à préciser qu’il ne s’agit pas ici d’engagement situé, tel que l’engagement dans une action, mais d’une acception promissive de l’engagement – qui renvoie au fait de contracter un engagement envers quelqu’un ou de “s’engager à” faire quelque chose. Ces deux acceptions ont été rapprochées sur le plan théorique par Margaret Gilbert à travers la notion d’ “engagement conjoint” (Gilbert M., 2003). Voir sur ce point Bouvier A., 2007b.

7 Dans les termes de Hirschman, le recadrage des échanges argumentatifs peut faire passer de l’exit à la voice (Hirschman A. O., 2011).

8 Une STEP consiste à disposer de deux bassins de rétention pour turbiner d’amont en aval durant les heures pleines et “remonter” l’eau durant les heures creuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Allouche, « Entre mode de raisonnement et mode d’interaction. L’argumentation dans l’action collective comme source de capacités citoyennes ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 25-47.

Référence électronique

Aurélien Allouche, « Entre mode de raisonnement et mode d’interaction. L’argumentation dans l’action collective comme source de capacités citoyennes ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1364 ; DOI : 10.4000/rsa.1364

Haut de page

Auteur

Aurélien Allouche

Chercheur associé au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) UMR 7305 (AMU - CNRS).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org