Navigation – Plan du site

Les obstacles à l'émergence de la citoyenneté dans l'Égypte post-révolutionnaire

Obstacles in the Emergence of Citizenship in Post-revolutionary Egypt
Gaétan du Roy et Clément Steuer
p. 49-66

Résumés

Cet article s'intéresse aux obstacles à l'émergence d'une citoyenneté – au sens d'idéal civique – comme principe dominant la vie politique égyptienne, dans le sillage de la révolution de 2011. Il repose sur des enquêtes de terrain réalisées dans plusieurs circonscriptions égyptiennes avant et pendant les premières élections législatives libres organisées dans ce pays (hiver 2011-2012). Les auteurs ont recours à une analyse multi-scalaire, afin d'examiner comment se déploie l'agency des acteurs dans un contexte marqué à la fois par l'histoire des prati­ques électorales en contexte autoritaire, par des clivages politiques reflétant la structuration communautaire de la société, et enfin par le poids des perceptions dominantes concernant le vote des catégories populaires. La thèse défendue ici est que l’émergence d’une véritable citoyenneté, au-delà des aléas de la transition politique, a été entravée par l’impossibilité de forger un pacte politique et d’instaurer un seuil minimal de confiance. Cela s’explique par les clivages qui surdéterminent la politique égyptienne, par les peurs sociales faisant craindre l’irresponsabilité politique des “masses ignorantes”, et par la difficulté d’extir­per la politique des logiques clientélistes ou communautaires.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1On remarque ces dernières décennies une tendance chez les chercheurs en sciences sociales à vouloir “redonner” des compétences aux acteurs so­ciaux. A l’opposé d’une sociologie de la domination, l’idée est de montrer que même les dominés sont capables d’agir et de produire une culture pro­pre, qui ne se réduit pas à une réaction à la culture dominante. Les études de sciences sociales consacrées au Moyen-Orient, et surtout à l’Égypte ne font pas exception à cette tendance, et mettent en valeur les stratégies, les résistances, l’agency des classes les plus défavorisées de la société. On peut voir par exemple une forte tendance, dans les études produites en lan­gue anglaise, à insister sur les capacités de résistance des “dominés” au quotidien. De très nombreuses études de terrain (surtout au Caire) tentent ainsi de montrer ce que les plus pauvres sont capables d’accomplir et, ainsi, qu'ils sont tout autant à même d'agir que les autres. La sociologie urbai­ne française s’est également lancée sur cette voie, en s’inspirant du thème de “l'acteur capable” de Boltanski, avec le livre collectif Les compétences du citadin dans le monde arabe dirigé par Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Deboulet. D’autres études consacrées aux mouvements islamistes et à leur action concrète sur le terrain, comme celles de Sarah Ben Nefissa (2004) ou Marie Vannetzel (2010), ont insisté sur les modes de participation particuliers induits par les associations caritatives religieuses. Diane Singerman, dans Avenues of Participation, a, de son côté, voulu montrer que loin de l’image – souvent véhiculée dans les médias – d’une population égyptienne apathique, celle-ci participait tous les jours à la “politi­que” au travers des réseaux familiaux et commerciaux, via les stratégies déployées au quotidien pour s’en sortir (Singerman, 1995). Jean-Noël Ferrié a pointé les paradoxes auxquels pouvait mener le fait de considérer comme politiques des activités “triviales” liées à la vie quotidienne (Ferrié, 2004 :87). Le terme “politique” se dilue de sorte que l’on ne voit plus trop le surcroît de sens qu’il apporte à la description d’une action. La remarque vaut pour le terme “résistance” et un ensemble de notions utilisées de manière imprécise (et surtout déconnectées de descriptions ethnographiques) comme “néo-libéralisme”, ou “cosmopolitisme”, emblématiques d’une pensée critique “postmoderne” extrêmement prégnante dans l’an­thropologie anglo-saxonne.

  • 1 Ces notes de terrain seront complétées le cas échéants par des éléments rapportés par d'autres obse (...)
  • 2 Il s'agit des élections à la Chambre basse, l'Assemblée du peuple (Majlis al sha`ab). La Chambre ha (...)
  • 3 Cette étude de trois circonscriptions a été rendue possible par le déroulement des élections en tro (...)

2Pour notre part, nous souhaitons, dans la lignée de ces travaux, prendre au sérieux les actes des électeurs égyptiens, tout en essayant d’articuler différents niveaux d’analyse. En effet, si les acteurs possèdent d’indénia­bles compétences, ils se heurtent également à des obstacles et subissent de fortes relations d’emprise (Chateaureynaud, 2015). Nous nous appuierons pour le montrer sur les résultats de deux enquêtes de terrain menées récemment1. L'une, intensive, portait sur l'étude du quartier copte des chiffonniers du Muqattam au Caire (2007-2013) ; l'autre, extensive, sur l'observation de trois circonscriptions électorales durant le premier scrutin législatif2 de l'après-Moubarak (28 novembre 2011 - 11 janvier 2012) : le centre-ville du Caire (incluant le quartier des chiffonniers), la circonscription de Suez, et celle, plus rurale, incluant Tanta et ses environs, dans le delta du Nil3. Ces élections ont été caractérisées par l'arrivée massive de nouveaux électeurs, issus des classes moyennes diplômées, et par l'entrée dans l'arène électorale de nouveaux entrepreneurs politiques, cherchant soit à mobiliser les premiers, soit à arracher les classes populaires à l'influ­ence des membres de l'ancien parti dominant, le Parti national démocratique (PND).

  • 4 Il fallait voter pour deux candidats, l'un appartenant à la catégorie “ouvriers et paysans” et l'au (...)

3En effet, sous Moubarak, les élections législatives constituaient avant tout un instrument de légitimation et de renouvellement périodique du mécanisme d'allégeance clientéliste qui liait l'État central aux potentats locaux (chefs de tribus et de grandes familles, notables, hommes d'affaires), le PND représentant dans cette configuration moins un parti au sens classi­que du terme, qu'un “réseau des réseaux”, matérialisant ce système d'allégeances partant du sommet de l'État pour s'étendre de proche en proche jusque dans les villages les plus reculés. Dans ce contexte, le taux de parti­cipation était notoirement bas (moins de 7 millions de personnes), et les catégories d'électeurs les plus mobilisées étaient les classes populaires et les populations rurales, qui avaient le plus à attendre des candidats en ter­mes de biens collectifs (accès aux équipements collectifs) ou individuels (promotions, promesses d'embauche, achats de voix). De ce fait, plutôt qu'un représentant du peuple, le député était avant tout un pourvoyeur de services pour sa circonscription (Ben Nefissa/Arafat, 2005 ; Vannetzel, 2010), cette tendance étant encore renforcée par la faiblesse du rôle effectif du Parlement dans l'élaboration et le vote des lois. La révolution du 25 janvier 2011 a modifié cet état de fait. Dès le 19 mars, le référendum constitutionnel a ainsi mobilisé 14 millions d'électeurs, soit près de deux fois plus qu’à l’occasion des élections précédentes. La mobilisation électorale a été plus importante encore durant les législatives, malgré un mode de scrutin particulièrement complexe. Les électeurs étaient en effet invités à pourvoir deux tiers des sièges à la proportionnelle (scrutin de liste), et le tiers restant au scrutin binominal4 majoritaire à deux tours. Au total, ce sont plus de 27 millions d'électeurs qui se sont prononcés pour choisir leurs députés (Hâshim, 2012). Or, ces nouveaux électeurs qui entrèrent en scène au lendemain de la révolution étaient pour l'essentiel des représentants des classes moyennes urbaines diplômées. Ce phénomène a mis «en exergue la baisse de la charge clientéliste du vote et le renforcement de sa dimension politique» (Ben Nefissa, 2014 :24). Aussi bien l'élargissement du corps électoral en termes quantitatifs que la modification de sa composition en termes qualitatifs entraînèrent l'émergence d'un véritable marché électoral en Égypte, là où n'existait auparavant qu'une juxtaposition de clientèles diverses, dont les patrons, s’ils entraient en concurrence pour des places au Parlement, s'accordaient tous sur leur soutien au régime.

4Cette apparition d'un marché électoral s’est accompagnée d’une mutation profonde de l'offre politique. En effet, sous l'ancien régime, celle-ci était sévèrement encadrée par le pouvoir exécutif, en vertu de la loi n°40 de 1977, qui avait mis en place un système dit de “multipartisme limité”. Si d'autres partis étaient autorisés aux côtés du PND – et se voyaient légalement reconnaître différents avantages –, cette autorisation était délivrée au compte-goutte par la Commission des partis, dont la majorité des mem­bres étaient nommés par le président de la République, et qui disposait d'un véritable droit de vie et de mort sur les partis politiques égyptiens. Le 30 mars 2011, le Conseil supérieur des forces armées (CSFA), qui s'était emparé des pouvoirs exécutifs et législatifs suite à la démission de Moubarak le mois précédent, modifia la loi des partis dans un sens plus libéral. Ainsi les Frères musulmans obtinrent le 6 juin 2011 – pour la première fois depuis la fondation de l’organisation en 1928 –, le droit de créer un parti politique, le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ) ; six jours plus tard, les salafistes créèrent aussi leur première organisation partisane, le parti Nour (“Lumière”) ; le 4 juillet, un nouveau parti libéral – fondé par l'homme d'affaires chrétien Naguib Sawiris – fut autorisé sous le nom de parti des Égyptiens libres. Au total, sur les 23 partis représentés à l'Assem­blée du peuple, 19 avaient été fondés après la révolution. Par ailleurs, 81,2 % des membres de cette Assemblée furent élus députés pour la première fois (contre une moyenne de 62 % pour les scrutins précédents). Ce renouvellement traduisait l'arrivée de nouveaux acteurs dans l'arène électorale, venus concurrencer les notables d'ancien régime.

5Si cette mutation de l'offre et de la demande électorales a incontestable­ment été accompagnée de nombreux engagements citoyens, les obstacles n’en furent pas moins nombreux. Nous essayerons de varier les niveaux d’analyse afin de montrer où et comment apparaissent ces difficultés. La première d’entre elles réside dans la tension entre la logique du particulier – souvent cantonnée dans l’espace local – et celle de l’intérêt général. Elle s’est souvent traduite dans le langage des acteurs en une opposition entre la logique du service et celle de la politique. La seconde difficulté que nous retenons est double, se situant au niveau des clivages structurant la société égyptienne qui ont tendance à reléguer aux marges du débat politi­que les questions économiques et sociales. En effet, beaucoup d’acteurs ont prôné l’instauration d’un “État civil” (dawla madaniyya), qu’ils opposaient, selon les interlocuteurs, soit à l’État militaire, soit à l’État religieux, soit aux deux. Enfin, la dernière limite, énoncée par beaucoup des entrepreneurs de mobilisation que nous avons rencontrés, tient au ressenti d’une partie des Égyptiens de l’incapacité d’une autre partie de la population à remplir son rôle de citoyen-électeur. Ce préjugé a mené à une peur sans cesse grandissante qui explique probablement en grande partie la restauration autoritaire à laquelle nous assistons aujourd’hui en Égypte.

II. L'opposition entre les dimensions clientéliste et politique du vote

  • 5 C'est-à-dire les premières élections compétitives et multipartites visant à pourvoir des fonctions (...)
  • 6 Cette déclaration a été promulguée au lendemain de la chute de Moubarak pour mettre en place une vé (...)

6L'action des nouveaux entrants sur le marché électoral visant à politiser les élections législatives de 2011 a rencontré un terrain favorable en raison de l'enjeu même du vote. En effet, il s'agissait, d'une part, d'élections “fon­datrices”5 appelées à dessiner dans ses grandes lignes un système partisan supposé pérenne et, d'autre part, d'élections indirectement constituantes, dans la mesure où la “déclaration constitutionnelle” du 28 mars 20116 prévoyait que les membres élus du Parlement éliraient à leur tour une commission de 100 membres, chargée de rédiger une nouvelle constitution pour le pays avant de la soumettre au référendum. Les électeurs étaient donc appelés à se prononcer à la fois sur les politiques qu'ils voulaient voir menées au cours de la législature (élection législative libre), sur les gran­des oppositions amenées à structurer la vie politique (élection fondatrice) et enfin sur la forme même de l’État (élection constituante).

7Le premier obstacle à l'émergence d'une pleine citoyenneté électorale est à chercher dans l’héritage de plusieurs décennies de pratiques politi­ques clientélistes. L’Égypte est un pays où les relations personnelles jou­ent un rôle primordial à tous les niveaux de la société. Les liens familiaux, les rapports clientélistes, les allégeances de nature religieuse ou liées à l’o­rigine géographique conditionnent la vie sociale et politique (Haenni, 2005 ; Miller, 2000 ; Rugh, 1984 ; Leca/Shemeil, 1983), même si l’État possède une certaine consistance, comme l’a montré le rejet des Frères musulmans par l’ “État profond” (administration, armée, police, justice, etc.)

8L’un des enjeux importants des premières élections “libres” était donc de savoir comment faire droit à une certaine montée en généralité, et donc comment prendre de la hauteur vis-à-vis d’un régime de proximité qui caractérisait les liens entre individus dans la plupart des contextes, particulièrement dans les régions les plus déshéritées. En effet, les liens familiaux sont en général plus prégnants dans les campagnes et dans les quartiers pauvres des villes. Par exemple, dans le quartier huppé de Héliopolis (au Nord de la capitale) l’universitaire ‘Amr Hamzâwî n’a eu aucun mal à se faire élire comme candidat indépendant, en s’appuyant sur ses qualités d’expert de la chose politique, sur son expérience internationale et sa célébrité médiatique (Sabaseviciute, 2013). Dans les zones moins favorisées, le notable pourvoyeur de services est demeuré une figure importante pour des populations ayant régulièrement besoin d’intermédiaires afin d’accé­der aux services publics comme l’eau, l’électricité ou les produits alimentaires subventionnés par l’État. La question qui se posait était donc de savoir comment faire de la politique autrement en partant d’une situation où dominait l’achat des voix ainsi que la transaction intéressée entre candidats et électeurs.

  • 7 Ce prêtre est connu en Égypte comme l’un des représentants éminents de la communauté des chiffonnie (...)

9Le plus souvent, faute de temps pour s’organiser, les partis ont négocié leur ancrage dans les quartiers en intégrant d’anciens notables et candidats à l’un ou l’autre scrutin antérieur (souvent pour les Conseils locaux). Ainsi, au Muqattam, dans le quartier des chiffonniers, le parti des Égyptiens libres s’est adressé directement au puissant père Sam‘an pour s’assurer d’obtenir le soutien de la majorité de la population locale7. Une équipe de jeunes (pour la plupart dans la trentaine), largement impliqués dans le tissu associatif du quartier sans être pour autant des notables influents, fut chargée de faire campagne pour le parti tout en essayant de maintenir une relative autonomie par rapport au père Sam‘an. Au moment de choisir un candidat pour figurer sur la liste des Égyptiens libres dans la circonscription, ce ne fut cependant pas l’un d’eux qui fut désigné, mais un notable issu d’une importante famille du quartier. Ces jeunes engagés ne reconnaissaient pas beaucoup de qualités à ce candidat, si ce n’est le fait d’être influent et de pouvoir s’appuyer sur ses réseaux de parenté. Talaat, l’un des membres les plus écoutés du groupe, estimait que l’on pourrait choisir lors d’une prochaine élection un candidat sur la base de ses aptitudes politiques, mais que pour l’instant il n’y avait d’autre possibilité que de s’ap­puyer sur les logiques qui continuaient à gouverner le quartier.

  • 8 Observé à Suez (15 décembre 2011) et à Tanta (30 décembre 2011).
  • 9 Cette expression était régulièrement exprimée par les partisans des notables locaux, généralement a (...)
  • 10 Suez, 15 décembre 2011.

10Les diverses campagnes électorales connurent de nombreuses difficultés à s’extraire des questions touchant aux difficultés du quotidien : à Suez, la question de l'imposition d'un quota de main-d’œuvre locale aux sociétés implantées dans le gouvernorat prit une place importante dans la campagne ; au Muqattam, on promit la construction d’une école secondaire pour jeunes filles au terme du scrutin. Certains candidats s'avéraient même totalement désemparés quand une question touchant à la politique nationale venait à être évoquée8. Mais cette incapacité à s'exprimer sur les enjeux nationaux ne semble avoir concerné que certains petits candidats indépendants. Au sein des partis politiques, une division du travail s’opéra avec les notables cooptés. Ceux-ci évoluèrent souvent sur le terrain familier d’une politique de l’échange clientéliste, valorisant leur rôle de pourvoyeurs de services et les liens personnels avec les électeurs. Ce positionnement était perceptible au travers du vocabulaire, à la connotation affective, souvent mobilisé par ces notables pour justifier leur candidature : ainsi, ce riche candidat indépendant de Suez, désigné par ses supporters comme «un enfant du pays»9 rendant «des services sans rien attendre en retour si ce n’est le jugement de Dieu»10 ; ainsi encore ce candidat des Égyptiens libres au Muqattam, qui racontait avoir été plébiscité par l’af­fection des habitants de son quartier. La montée en généralité fut alors souvent laissée aux bons soins des cadres du parti à l’occasion des meetings.

  • 11 Les familles élargies issues des villages de Haute-Égypte d’où viennent les chiffonniers.

11Pourtant, au-delà de cette répartition des rôles entre le notable coopté et les cadres des partis, d’autres intervenants se sont trouvés tiraillés entre la logique des liens personnels dont ils tentaient de s’extirper et celle des idéaux politiques qu’ils souhaitaient promouvoir. Ainsi, au Muqattam, un groupe de jeunes, qui rejoindra quelques mois plus tard la campagne des Égyptiens libres, a souhaité promouvoir la prise de distance vis-à-vis des liens familiaux et des réseaux clientélistes après la révolution. En effet, le quartier comptait de nombreuses associations et ONG que ce groupe accusait de corruption ou de défendre l’intérêt des clans11. Ces jeunes, poussés à s’engager par l’élan révolutionnaire, ont voulu dépasser ce qu’ils percevaient comme les impasses de cette «société de proximité» (Battesti/Puig, 2011 :158). Leur objectif restait cependant assez vague, et consistait essentiellement à faire reconnaître leur existence parmi les associations du quartier tout en faisant prévaloir un certain sens de l’intérêt collectif, une «grandeur civique», ce principe politique selon lequel «les citoyens renoncent à leur singularité et se détachent de leurs intérêts particuliers pour ne regarder que le bien commun» (Boltanski/Thévenot, 1991 :138). Ce positionnement pouvait également traduire une tension, de plus en plus difficile à dépasser, avec cette “citoyenneté morale” selon laquelle, dans une perspective qui a longtemps dominé au sein des institutions religieuses ca­ritatives, le citoyen se définit «principalement par sa vertu, sa morale, son intériorité» (Ben Nefissa, 2004 :238), beaucoup plus que comme un individu abstrait doté de droits et devoirs politiques. La révolution apporta un appui décisif à la dénonciation des dissonances entre la citoyenneté morale affichée et les comportements réels.

  • 12 La connaissance de langues étrangères constitue toujours un atout, mais c’est particulièrement le c (...)

12Cet idéal civique pouvait pourtant difficilement être promu, dans un en­vironnement qui ne fonctionnait pas selon ces principes, sans utiliser les manières de faire qui étaient par ailleurs rejetées par les jeunes militants. Dans cette perspective, il manquait aux membres de ce groupe quelques-uns des atouts nécessaires pour exister dans le paysage des pouvoirs du quartier : une position éminente dans leur clan, de l’argent, des réseaux, la connaissance de langues étrangères…12 L’appui décisif leur a été fourni justement par leur arrimage au parti des Égyptiens libres, auquel ils ont adhéré quand celui-ci s’est implanté dans leur quartier. Ils se sont alors mobilisés en vue des élections pour convaincre les électeurs de voter pour ce parti, qui défendrait le principe d’un État civil (voir infra) garantissant l’égalité des citoyens chrétiens et musulmans. Les membres du groupe considéraient la lutte contre l’islamisme comme l’enjeu vital de cette élection. Ils percevaient par contre leur action au sein du parti comme une manière de faire valoir leur inspiration civique dans le cadre micro-politique du Muqattam. L’espace du quartier était dominé à leurs yeux par l’idéal de lutte contre la corruption et le clientélisme, tandis que la scène nationale était, elle, surdéterminée par l’opposition civil/islamique. Prenant appui sur cette inquiétude communautaire, les membres du parti ont adopté un discours civique – c’est-à-dire détaché de la logique clientéliste qui avait court jusqu’alors – et qui impliquait de voter en échange d’un service. L’enjeu de l’écriture d’une constitution inclusive servait donc d’appui pour encourager les électeurs à adopter une attitude prenant de la distance vis-à-vis des enjeux et des intérêts locaux. Certes, dans le cas du Muqattam, un faisceau d’acteurs différents – le parti, l’église locale et l’Église copte – promouvaient de concert le même objectif, mais ils ne le faisaient pas tous dans le même état d’esprit. Cette situation a créé une forme de pluralisme paradoxal au sein du quartier. Au fond, les jeunes porteurs d’un idéal civique s’efforçaient de mener cette mobilisation communautaire dans un style qui se voulait politique, en s’appuyant sur des idées généra­les et en enjoignant les électeurs à participer à l’avenir du pays. Mais dans le même temps, ils organisaient les modalités concrètes d’un vote quasi unanime. L’équipe de campagne se chargeait en effet de vérifier dans quel bureau de vote les habitants devaient se rendre, d’organiser le transport vers les urnes, et répétaient à l’envi le nom des candidats et les symboles associés (dans le but de permettre aux analphabètes de pouvoir les identifier) pour éviter les erreurs au moment du vote. En bref, on demandait aux électeurs de faire preuve de sens citoyen pour délivrer un vote communautaire.

III. Les enjeux des élections et la notion d’État civil

13On perçoit à travers l’exemple que nous venons de donner la difficulté d’articuler les scènes politiques locales et nationale. De fait, cette dernière s'est polarisée autour des deux principaux clivages structurant la société égyptienne : l’un, dominant, opposant l'islamisation à la sécularisation, l’autre, secondaire, mettant en tension révolution et contre-révolution (Steuer, 2015). Or, ces deux oppositions ont en commun de porter sur la forme même de l’État, puisqu'il s'agit de savoir, d'une part, si la production du droit positif doit ou non se conformer à la norme religieuse incarnée par la sharî`a et, d'autre part, dans quelle mesure les institutions politi­ques doivent rompre avec l'ancien régime, dominé par l'appareil de sécurité étatique. Il est intéressant de constater, à ce propos, que les candidats se réclamant de la révolution – à commencer par la coalition électorale baptisée “la Révolution continue” – ont le plus souvent mis en avant les questions de l’abrogation du pouvoir militaire et de la réforme de la police, au détriment des revendications sociales. Celles-ci, pourtant centrales pour les manifestants de la place Tahrir en janvier-février 2011 (instauration d'un salaire minimum, liberté syndicale, etc.), semblaient ne pouvoir être abordées qu’après la réforme de l’État autoritaire. Cette difficile convergence des revendications venait en grande partie de la fragmentation du tissu social égyptien, composé notamment d’un énorme secteur informel «dont la capacité de résistance sur la durée est très faible» (Bozarslan, 2015 :65) et qui se rallia majoritairement à une demande d’ordre après la révolution.

  • 13 L’expression est empruntée à Rui de Figueiredo et Barry Weingast par Hala Bayoumi et Bernard Rou­gi (...)
  • 14 Quoique avec beaucoup de réticence dans le camp salafiste, qui a recueilli plus de 25 % des suffrag (...)

14Ces deux oppositions se sont cristallisées dans la notion d’État civil, qui – du fait même de son ambiguïté sémantique – peut être utilisée pour exprimer l’opposition aussi bien à l’État islamique qu'à l’État militaire. Rapidement, le choix entre une orientation “civile” et une orientation “islamique” s'est imposé comme la principale alternative proposée aux électeurs, laissant peu de place aux enjeux économiques et sociaux. Une véritable “rationalité de la peur”13 s’est alors mise en place – les acteurs politi­ques se sentant menacés dans leur être profond – qui enclencha une logi­que de Kulturkampf autour de la définition des valeurs qui domineraient la nouvelle scène politique (Bozarslan, 2015 :93-98). La plasticité du terme “civil” lui a cependant permis d’être utilisé par la quasi-totalité du spectre politique14. Le parti des Égyptiens libres, appuyé par l’Église copte et par des musulmans “libéraux”, a par exemple utilisé ce slogan pour marquer son opposition au projet politique des islamistes. Lors d’un meeting électoral organisé peu de temps avant le scrutin chez les chiffonniers du Mu­qattam, les représentants du parti ont ainsi entrepris une pédagogie politi­que axée sur l’idée que les élections détermineraient la future constitution. Voter pour le parti signifiait, dès lors, s’exprimer en faveur d’une “constitution civile”, c’est-à-dire ne basant pas sa légitimité sur les principes religieux (musulmans).

15À l'inverse Ayman Nour – leader du parti Ghad Al-Thawra, notoirement libéral, mais allié aux Frères musulmans à l'occasion de ces élections dans le cadre de la Coalition démocratique – se servit de cette expression pour marquer son opposition au pouvoir militaire, tout en évitant de se positionner sur le clivage religieux. Venu prononcer un discours à Suez le 12 décembre 2011 afin de soutenir les candidats de son parti (dont l'un fi­gurait sur la liste conduite par les Frères musulmans dans la circonscription), il proclamait que l'objectif de la Coalition démocratique était l'établissement d'un “État civil démocratique”, qu'il opposait au pouvoir des militaires. C'est au Parlement, expliquait-il, que devait revenir le pouvoir, et non au Conseil supérieur des forces armées (CSFA), ce dernier n'ayant pas été élu : «Nous voulons l'armée pour l’Égypte, et non l’Égypte pour l'armée, ça suffit ! […] Nous voulons une fin heureuse […] comme dans les films pour enfants». Ayman Nour faisait ici allusion à la volonté du CSFA de continuer à jouer un rôle politique suite aux élections législati­ves. La déclaration constitutionnelle du 28 mars 2011 (promulguée par le même CSFA) prévoyait en effet que l’institution militaire conserverait le pouvoir exécutif assorti d'un droit de veto sur les actes du Parlement, jusqu'à l'élection encore à venir d'un président de la République.

  • 15 Suez, 8 décembre 2011.

16De leur côté, les leaders du Wasat (un parti islamiste plus centriste que les Frères dont il est issu) s'alignèrent sur le clivage confessionnel lorsqu’ils affirmèrent par la voix de leur porte-parole Issam Sultan, lors d’un meeting de soutien aux candidats du parti à Suez, que le plus important était de choisir «le projet civilisationnel d'un État civil à référence islami­que». Sultan aborda également la “citoyenneté”, sur laquelle l’État civil is­lamique devrait être fondé, à savoir l'égalité de tous les citoyens sans distinction de sexe ni de religion. Pour les leaders de ce parti, il s'agissait donc d'incarner une troisième voie (wasat signifie “milieu”, ou “centre”) sous la forme d'un islamisme modéré (l’État doit se réclamer de l'islam, mais ce dernier doit être compris comme une civilisation davantage que comme une Loi révélée, cette civilisation n'étant pas hostile par principe à l'égalité des citoyens). Le terme d’État civil leur permettait par ailleurs de se positionner sur le terrain des deux principaux clivages, puisque Issam Sultan réclamait également le passage du pouvoir des mains des militaires à celles de civils élus15. Cette voie médiane se verra marginalisée par la radicalisation progressive de la scène politique sous la présidence de Morsi.

  • 16 Cette coalition comporte également deux partis marqués au centre-gauche, le parti Égyptien social-d (...)
  • 17 Discussion avec de jeunes militants du Front démocratique dans leur local de campagne à Suez le 9 d (...)
  • 18 Cas déjà évoqué du Wasat, mais aussi de l'islamiste indépendant Abd Al-Munim Abul-Futuh, en cam­pag (...)
  • 19 Suez, 11 décembre 2011. En outre, les Frères musulmans ont imprimé et collé des affiches arborant l (...)

17Le principal clivage demeurait donc celui qui opposait les partisans de l'islamisation du droit aux défenseurs de la neutralité religieuse de l’État. Cette polarisation du champ politique reflétait la structuration essentiellement communautaire de la société égyptienne, structuration encore renforcée depuis les années 1970. En effet, le camp de la sécularisation ne comportait pas uniquement des militants laïques, loin de là. Le parti des Égyptiens libres – et plus largement la coalition électorale conduite par ce dernier et nommée le Bloc Égyptien16 – bénéficiait en effet du soutien à peine dissimulé de l’Église copte, qui n'avait pas ménagé ses efforts durant des décennies pour encadrer tous les aspects de la vie de ses ouailles et pour s'assurer un monopole de la représentation de la communauté. Ainsi, le camp séculier a-t-il profité lui aussi de la mobilisation d'une communauté définie avant tout en termes religieux et encadrée par des autorités spirituelles. Cet état de fait ne manqua pas d'être critiqué par d'autres partis libéraux, concurrents du Bloc égyptien, et même par les Frères musulmans17. La prééminence de ce clivage explique pourquoi les candidats et les partis en campagne ont souvent cherché à se positionner sur cet axe dans leurs discours, à travers le recours aux formules religieuses dans les meetings, y compris parmi les islamistes les plus modérés, dont le discours était par ailleurs entièrement dominé par des questions séculières18. Mais elle explique également un certain nombre de pratiques de campa­gne, comme la séparation stricte des hommes et des femmes dans le public lors d'un meeting du parti des Frères musulmans19, la banderole du Bloc Égyptien ostensiblement visible devant une église sur la rue principale de Suez, ou encore le fait qu’un candidat indépendant musulman fit imprimer un tract de campagne portant l’effigie du saint éponyme de l’église Saint-Sam‘an du Muqattam.

18La question confessionnelle a souvent servi de base aux discours et aux pratiques des candidats, limitant la mobilisation de principes civiques, ou l’expression de revendications sociales, souvent relégués au second rang. Dès lors, les nombreuses tentatives pour promouvoir l’engagement citoyen ont connu d’énormes difficultés à trouver un terrain commun avec d’autres initiatives. La forte segmentation de la société égyptienne – un temps affaiblie par l’élan révolutionnaire – explique en partie cette situation, ainsi que la difficulté de formuler un discours dépassant les divisions communautaires pour «libérer l’imaginaire politique et créer de nouveaux espaces de citoyenneté» (Bozarslan, 2015 :94). La “rationalité de la peur” intervint également dans la perception du rôle des classes sociales les plus modestes par les couches moyennes et supérieures de la société, venant re­doubler la crainte d’une hégémonie frériste.

IV. L’incapacité supposée des électeurs comme argument politique

  • 20 Si l’enseignement public se porte assez mal en Égypte, il n’en reste pas moins que les progrès réal (...)
  • 21 Même si après l’érosion de la popularité des Frères, la plus grande part de leur électorat, ainsi q (...)
  • 22 Suez, 16 décembre 2011.
  • 23 Suez, 16 décembre 2011.

19Al-gahl, “l’ignorance” est souvent évoquée par les Égyptiens pour se plaindre de leurs concitoyens ou de l’état du pays en général20. Après la victoire du candidat des Frères musulmans à la présidentielle de 2012, des voix se sont élevées pour prôner l’instauration du suffrage capacitaire : les illettrés devaient, selon cette perspective, être privés du droit de vote. Pourtant, le taux d’alphabétisation (73,9 % en 2011) est loin de pouvoir expliquer à lui seul les 70 % des voix remportées par les islamistes de tou­tes obédiences durant les législatives21. Liée à cette perception, l’idée selon laquelle les électeurs égyptiens suivraient aveuglément les consignes des hommes de religion, fut souvent mobilisée pour expliquer la polarisation du corps électoral autour de la question religieuse. Le sentiment, exprimé par maints égyptiens, d’une surdétermination du choix de leurs compatrio­tes du fait du clivage communautaire, obéra leur confiance vis-à-vis de la capacité de ces derniers à exprimer des choix politiques autonomes. Ainsi Talaat, artisan de la campagne des Égyptiens libres au Muqattam, estimait qu’un candidat copte n’avait aucune chance de se faire élire car, quoi qu’il arrivât, les musulmans voteraient selon les consignes données par l’imam lors du prêche du vendredi précédant l’élection. De même à Suez, Saoud Omar, candidat indépendant proche de l'extrême-gauche et syndicaliste ouvrier à la retraite, voyait les bons résultats obtenus par les islamistes comme “naturels”, dans la mesure où la menace d'une amende de 5000 livres pour les abstentionnistes aurait poussé les électeurs les plus pauvres à se rendre aux urnes22. De son côté, Ahmad Fathi, un salafiste se présentant comme candidat individuel et représentant une organisation locale de révolutionnaires de Suez, estimait que les résultats reflétaient le choix d’un peuple sans éducation politique. Les Égyptiens aimant la religion – chrétiens et musulmans confondus –, il n’était pas surprenant, affirmait-il, que le courant religieux fût le plus proche du peuple23.

20Pour nuancer cette perception – sans sous-estimer pour autant la force de l’autorité religieuse –, on peut noter que le champ islamiste est également marqué par un important pluralisme. La chercheuse Yasmine Moataz Ahmed, a pu, par exemple, montrer que, loin d’être manipulés par les beaux parleurs ou les religieux, les paysans du Fayoum (oasis à l’ouest du Caire) étaient capables de choisir leurs représentants en fonction de leurs intérêts bien compris. Un certain nombre d’agriculteurs rejetèrent en l’oc­currence les candidats des Frères musulmans au profit des salafistes, parce qu’ils jugeaient les premiers trop corrompus et peu solidaires avec la petite paysannerie (Moataz Ahmed, 2012).

  • 24 Tanta, 29 décembre 2011.

21Une autre source d’inquiétude pour la bourgeoisie est liée aux quartiers informels – les ‘ashwa’iyyât selon le terme consacré (connotant un caractère irrégulier, spontané) –, souvent montrés du doigt comme des poches d’ignorance et d’ “arriération”. Ces nouveaux quartiers, bâtis en dur pour la plupart, abritent 65 % de la population cairote. Ils sont souvent perçus par les citadins qui n’y vivent pas comme des repères d’islamistes et de trafiquants en tous genres. Les ‘ashwa’iyyât représentent pour les classes moyennes le spectre des masses de pauvres ruraux envahissant les villes. Pourtant, si les habitants des quartiers informels ont pour la plupart des origines campagnardes, la majorité d’entre eux sont nés au Caire, et l'exo­de rural s'est tari il y a déjà plusieurs décennies. La figure du sa‘îdî, l’ha­bitant de la Haute-Égypte, est l’objet de constantes railleries, et de stéréotypes peu flatteurs véhiculés notamment par le cinéma. Le récit historique dominant présente l'histoire moderne du pays comme une longue et continuelle mission de l’État et des élites intellectuelles visant à éduquer les masses incultes, pour l'essentiel originaires des périphéries. La proportion d'analphabètes n'a pourtant cessé de diminuer avec les progrès de l’ins­truction, et elle est désormais quasi-nulle chez les moins de trente ans. Les Frères musulmans eux-mêmes procèdent de cette vision du monde, puis­que cette organisation fut fondée à la fin des années 1920 dans le but de prêcher dans les campagnes, de sillonner les lieux alors négligés par les hommes de religion, afin d'éduquer les musulmans à leur propre foi. De ce fait, la supposée ignorance des électeurs peut parfois être déplorée par les islamistes eux-mêmes, comme ce responsable local des Frères musulmans qui espérait qu'un jour les électeurs égyptiens voteraient «pour un parti, et non pour un candidat»24.

22Cette vision extrêmement négative de ceux qui manqueraient d’éduca­tion se retrouve également à l’intérieur des quartiers informels, où de nombreux habitants ont eu l’occasion de suivre des études secondaires et, de plus en plus souvent, supérieures. Cette classe moyenne, qui émerge tant bien que mal, a sans doute constitué une part importante des protestataires des années post-révolutionnaires. Certains d’entre eux se sont engagés dans de nouvelles associations ou dans des partis. Au Muqattam par exemple, un groupe de jeunes s’est lancé après la révolution dans une tentative de discussion avec les compagnies étrangères ayant passé des contrats avec le gouvernement égyptien pour ramasser les déchets ménagers de la capitale. En effet, en 2003, la transaction s’était faite sans tenir aucun compte des chiffonniers, et le groupe souhaitait désormais mettre en relation directe les “petits chiffonniers” avec les compagnies, afin de contourner les intermédiaires locaux. Pour autant, les véritables éboueurs étaient absents, non seulement de ce groupe, mais également de toutes les discussions initiées par ce dernier. Son leader estimait en effet qu’il suffisait qu’ils représentent la pensée, l’esprit des “petits chiffonniers”, et que si les discussions allaient dans le bon sens – celui de leur intérêt bien compris –, ils ne pourraient qu’être d’accord. De même, durant toute la campagne pour le parti des Égyptiens libres au Muqattam, les membres de l’équipe firent part à plusieurs reprises du manque de foi qu’ils avaient dans les ca­pacités des électeurs potentiels auxquels ils s’adressaient. Ils pensaient bien sûr que le choix des Égyptiens libres était le bon, mais qu’ils l’effec­tuaient pour de mauvaises raisons : en l’occurrence parce qu’ils se pliaient aux injonctions des prêtres.

23Cette perception de l’incapacité des électeurs constitue donc, elle aussi, un obstacle à l’émergence d’une conscience citoyenne, laquelle nécessite un minimum de confiance réciproque entre les différentes composantes de la société. Ces remarques autour des perceptions n’invalident pas totalement les arguments évoqués. Le communautarisme peut en effet constituer un puissant facteur de démobilisation. Chez les coptes, la communautarisation à l’œuvre depuis les années 1970 au moins, entrave la capacité à se projeter dans l’espace public national tant ils se sentent menacés par la do­mination de l’idiome politique islamiste présent en son sein. Mais cette tendance au repli communautaire existe également chez leurs concitoyens musulmans, au moins depuis la présidence de Sadate, dans les années 1970, lorsque les mosquées devinrent, de fait, l'un des derniers espaces où une parole critique à l'égard du pouvoir pouvait librement s'exprimer. On ajoutera que le mauvais état dans lequel se trouve l’appareil éducatif égyptien ainsi que la dureté des conditions de travail jouent certainement un rôle négatif dans l’émergence d'une citoyenneté participative.

V. Conclusion

24L'argument de l'incapacité citoyenne supposée des électeurs les plus défavorisés a ainsi été utilisé d'abord contre les notables d'ancien régime (accusés d'acheter des voix), puis contre les islamistes (coupables d'instru­mentaliser la religion sur le terrain politique, de manière déloyale vis-à-vis de leurs adversaires, et de plus en plus par la suite, de recourir eux aussi à l'échange de services avec leurs électeurs), contribuant ainsi à délégitimer le scrutin, et préparant le terrain pour la dissolution de l'Assemblée du peuple le 14 juin 2012, puis la destitution du président Morsi le 3 juillet 2013. La “grande peur” des classes populaires d'origine rurale issues des régions périphériques alimente de fait une défiance des classes moyennes et supérieures à l'égard de la démocratie (Bianchi, 2014), à laquelle l’Égy­pte ne serait pas préparée, ou dont les moins éduqués devraient être exclus.

25La nette domination du clivage islamisation/sécularisation dans le choix des électeurs égyptiens s'expliquerait ainsi en partie par sa “superposition” au moins partielle avec les deux grands clivages territoriaux (Rokkan/Lip­set, 1967) opposant le rural à l'urbain et le centre à la périphérie. L'opposition à l'islam politique, et la méfiance à l'égard des populations suscepti­bles de voter pour ce courant, est en effet ce qui a uni révolutionnaires et contre-révolutionnaires durant les journées décisives du 30 juin 2013 qui menèrent au renversement de Mohammed Morsi. Cette méfiance exprimée à l'égard de la démocratie par une partie de la société égyptienne doit cependant être replacée dans son contexte historique.

26Ce pays a connu dans l'entre-deux-guerres une première phase dite “libérale”, tout en restant soumis à une domination coloniale britannique qui ne disait pas son nom. Durant cette période, les élections ont été régulière­ment truquées – en faveur des partis soutenant la monarchie –, l'opposition régulièrement empêchée de gouverner lorsqu'elle parvenait malgré tout à remporter une majorité à la Chambre, les Parlements systématiquement dissous, et la Constitution plusieurs fois suspendue. Par ailleurs, l'instrumentalisation clientéliste des opérations électorales sous le règne de Moubarak, ainsi que les violences qui accompagnaient chaque scrutin au cours des trente années qui ont précédé la révolution de 2011, ont à leur tour contribué à brouiller le lien entre élections, libertés et démocratie dans les représentations des Égyptiens.

27Si la construction sociale du vote est le résultat d'un long processus d'apprentissage, passant notamment par la définition et la négociation de frontières entre pratiques légitimes et illégitimes (Garrigou, 1992), il n'est pas surprenant que ce processus s'avère particulièrement chaotique dans un pays situé à la “semi-périphérie” du système-monde, et que sa situation géopolitique a rendu particulièrement vulnérable à toute une série d'interférences occidentales au cours de l'histoire contemporaine. La déconnex­ion du vote, du système partisan, et du choix effectif des politiques adoptées par les gouvernants ne facilite pas l'apprentissage des règles démocratiques par les électeurs. L'expérience des quatre dernières années a néanmoins montré que cet apprentissage était malgré tout possible, et que les obstacles rencontrés par le pays sur la voie de la démocratisation ne constituaient pas une fatalité. La délégitimation de certaines pratiques électora­les jugées déloyales (achat de voix, échanges de services, recours à un argumentaire religieux), si elle a contribué sur le court terme à saper l'autorité d'institutions démocratiquement élues, peut malgré tout constituer une étape décisive dans le long processus de construction de pratiques électorales acceptées par tous.

Haut de page

Bibliographie

Battesti V., Puig N.,
2011 “Comment peut-on être urbain ? Villes et vies urbaines”, in Battesti V., Ireton F. (dir.), L’Égypte au présent. Inventaires d’une société avant révolution, Arles, Sindbad (Actes Sud), pp.145-182.

Bayoumi H., Rougier B.,
2015 “Sociologie électorale de la séquence 2011-2013”, in Rougier B., Lacroix S. (dir.), L'Égypte en révolution(s), Paris, PUF, pp.165-189.

Ben Nefissa S.,
2004 “Citoyenneté morale en Égypte, une association entre État et Frères musulmans”, in Ben Nefissa S., Abd al-Fattah N., Hanafi S., Milani C., Eds, ONG et gouvernance dans le monde arabe, Le Caire/Paris, Karthala, pp.213-270.

Ben Nefissa S., Alâ’ Al-dîn A.,
2005 Vote et Démocratie dans l’Égypte contemporaine, Paris, IRD-Karthala.

Bianchi R. R.,
2014 “Urban Backlash against Democracy : Battling the Tyranny of the Majority or the Rise of Rural Power ? ”, Égypte Monde Arabe, n°11, 3e série, en ligne : http://ema.revues.org/3274, consulté le 15/01/2015.

Boltanski L., Thévenot L.,
1991 De la justification. Essai sur les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bozarslan H.,
2015 Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015, Paris, CNRS Éditions.

Chateaureynaud F.,
2015 “L’emprise comme expérience. Enquêtes pragmatiques et théories du pouvoir”, SociologieS, [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 30 juin 2015, http://sociologies.revues.org/4931.

Deboulet A., Berry-Chikhaoui I. (dir.),
2000 Les compétences du citadin dans le monde arabe, IRMC/Karthala/URBAMA.

Ferrié J-N.,
2004 Le Régime de la civilité en Égypte. Public et réislamisation, Paris, CNRS Éditions.

Figueiredo de R., Weingast B.,
1999 “The Rationality of Fear : Political Opportunism and Ethnic Conflict”, in Walter B., Snyder J. (eds.), Civil Wars, Insecurity, and Intervention, NY, Columbia University Press, pp.261-302.

Garrigou A.,
1992 Le Vote et la vertu, comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses De Sciences Po.

Haenni P.,
2005 L’ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, Paris/Le Caire, Karthala/CEDEJ.

Hâshim R. ‘A. (dir.),
2012 Intikhâbât majlis al-cha‘b 2011/2012 (Les élections à l’Assemblée du peuple, 2011-2012), Le Caire, Centre d’études politiques et stratégique d’Al-Ahrâm.

Herrera L.,
2011 “Éduquer la nation : les dilemmes d’un système éducatif à l’ère de la mondialisation”, in Battesti V., Ireton F. (dir.), L’Égypte au présent. Inventaires d’une société avant révolution, Arles, Sindbad (Actes Sud), pp.685-713.

Leca J.,
1991 “La citoyenneté en question”, in Taguieff P.-A. (dir.), Face au racisme. Tome 2. Analyses, hypothèses, perspectives, Paris, La Découverte, pp.311-336.

Leca J., Shemeil Y.,
1983 “Clientélisme et patrimonialisme dans le monde arabe”, International Political Science Review, vol.4, n°4, pp.455-494.

Miller C.,
2000 “Réseaux et territoires migrants de Haute Égypte à Guizah (agglomération du Caire)”, in Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (Eds.), Les compétences des citadins dans le Monde arabe : penser, faire et transformer la ville, Paris/Tours/Tunis, Karthala/URBAMA/IRMC, pp.221-246.

Moataz A.,
2012 “Who Do Egypt’s Villagers vote for ? ”, Egypt Independent, 10/04/2012, en ligne : http://www.egyptindependent.com/opinion/who-do-egypt%E2%8099s-villagers-vote-and-why, consulté le 13/01/2015.

O’Donnell G., Schmitter P. C., Whitehead L.,
1986 Transitions from Authoritarian Rule : Tentative Conclusions about Uncertain Democracies, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Rokkan S., Lipset S. M. (eds.),
1967 Party Systems and Voter Alignments : Cross-national Perspectives, Toronto, The Free Press.

Roy du G.,
2014 Le prêtre des chiffonniers ou la construction d’une autorité religieuse au Caire entre charisme, tradition et clientélisme (1974-2014), thèse d’histoire, Université catholique de Louvain.

Rugh A.,
1984 Family in Contemporary Egypt, New York, Syracuse University Press.

Sabaseviciute G.,
2013 “Entre le savant et le politique : la campagne électorale de‘Amr Hamzawi dans les élections législatives de l’automne 2011”, Égypte Monde Arabe, n°10, 3e série, pp.233-252.

Steuer C.,
2015 “Le rôle des élections : recomposition du système partisan”, in Rougier B., Lacroix S. (dir.), L'Égypte en révolution(s), Paris, PUF, pp.99-122.

Vannetzel M.,
2010 “Secret public, réseaux sociaux et morale politique. Les Frères musulmans et la société égyptienne”, Politix, n°92, en ligne : http://www.cairn.info/article.php?REVUE=politix&ANNEE=2010&NUMERO=4&PP=77, consulté le 13/01/2015.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Cet article s'intéresse aux obstacles à l'émergence d'une citoyenneté – au sens d'idéal civique – comme principe dominant la vie politique égyptienne, dans le sillage de la révolution de 2011. Il repose sur des enquêtes de terrain réalisées dans plusieurs circonscriptions égyptiennes avant et pendant les premières élections législatives libres organisées dans ce pays (hiver 2011-2012). Les auteurs ont recours à une analyse multi-scalaire, afin d'examiner comment se déploie l'agency des acteurs dans un contexte marqué à la fois par l'histoire des pratiques électorales en contexte autoritaire, par des clivages politiques reflétant la structuration communautaire de la société, et enfin par le poids des perceptions dominantes concernant le vote des catégories populaires.

La thèse défendue ici est que l’émergence d’une véritable citoyenneté, au-delà des aléas de la transition politique, a été entravée par l’impossibilité de forger un pacte po­litique et d’instaurer un seuil minimal de confiance. Cela s’explique par les clivages qui surdéterminent la politique égyptienne, par les peurs sociales faisant craindre l’ir­responsabilité politique des “masses ignorantes”, et par la difficulté d’extirper la politi­que des logiques clientélistes ou communautaires.

Nos enquêtes montrent que les électeurs appartenant aux catégories sociales les plus défavorisées étaient davantage que les autres soupçonnés de reproduire les pratiques électorales de l'ancien régime, au profit à la fois des membres de l'ancien parti dirigeant (le parti national démocratique, PND) et des organisations islamistes, mais aussi de voter en fonction de leur appartenance communautaire, en suivant aveuglément les consignes de leurs leaders religieux. Ces comportements électoraux supposés des membres de classes populaires sont communément interprétés comme le résultat de leur origine rurale et de leur manque d'éducation, voire de leur analphabétisme.

Ces arguments ont dès lors été utilisés pour saper la légitimité du vote de ces catégories de la population, puis du résultat des élections, puis enfin du processus de transition dans son ensemble. La délégitimation des institutions élues a en effet ouvert la voie à la dissolution du parlement en juin 2012, puis au renversement du président de la République en juillet 2013. La restauration autoritaire en œuvre en Égypte depuis cette date repose donc en grande partie sur cette entreprise de délégitimation. Cependant, si cette expérience démocratique a échoué sur le court terme, elle peut encore porter ses fruits sur le moyen terme, puisqu'elle a contribué à tracer une limite entre les comportements jugés légitimes et illégitimes en période électorale, et a donc probable­ment joué un rôle accélérateur dans la construction historique du vote en Égypte.

Structured Summary

This article focuses on obstacles to the emergence of a citizenship – in the sense of civic ideal – as a principle dominating Egyptian political life – in the wake of the 2011 revolution. It relies on field investigations carried out in several Egyptian districts before and during the first free legislative elections organized in that country (winter 2011-2012). The authors have recourse to a multi-scalar analysis in order to examine how the agency of actors deploys in a context marked at once by the history of electoral practices in authoritarian contexts, by political cleavages reflecting the society’s community structuring and, finally, by the weight of dominant perceptions concerning the vote in lower categories.

The thesis defended here is that beyond the vicissitudes of political transition the emergence of a true citizenship has been hampered by the impossibility of forging a political pact and establishing a minimal threshold of confidence. That is explained by cleavages which over determine Egyptian politics, by social fears inspiring dread of the political irresponsibility of the “ignorant masses”, and by the difficulty in extirpating politics from clientelist or communitarian logics.

Our investigations show that voters belonging to the most underprivileged social categories were more suspected of reproducing the electoral practices of the ancient regime than others, at once to the advantage of members of the former ruling party (the democratic national party, DNP) and Islamist organizations, but were also more suspected of voting according to their community membership, in blindly following the instructions of their religious leaders. These supposed electoral behaviours of members of lower classes are commonly interpreted as the result of their rural origin and their lack of education, or even their illiteracy.

These arguments have consequently been used to undermine the legitimacy of the vote of these categories of the population, and then the result of the elections, and finally the transition process as a whole. Delegitimizing the elected institutions in effect opened the way to the dissolution of Parliament in June 2012, followed by the overthrow of the president of the Republic in July 2013. The authoritative restoration taking place in Egypt since that date is thus in good part based on this enterprise of delegitimization. However, if this democratic experiment failed on a short term basis, it may still bear fruit in the medium term, since it contributed to drawing a line between behaviours judged to be legitimate and illegitimate at election time, and thus probably played an accelerating role in the historical construction of the vote in Egypt.

Haut de page

Notes

1 Ces notes de terrain seront complétées le cas échéants par des éléments rapportés par d'autres observateurs de ce scrutin, et notamment par différents chercheurs du CEDEJ ayant publié sur ces questions au cours des dernières années.

2 Il s'agit des élections à la Chambre basse, l'Assemblée du peuple (Majlis al sha`ab). La Chambre haute – ou Assemblée consultative – (Majlis al-chûrâ) a été élue au cours du mois de février, mais avec des enjeux beaucoup plus faibles, moins de partis et de candidats en lice, et surtout un taux de participation extrêmement faible (12 %, soit 6,5 millions d'individus), du fait justement de cette absence d'enjeu.

3 Cette étude de trois circonscriptions a été rendue possible par le déroulement des élections en trois phases successives.

4 Il fallait voter pour deux candidats, l'un appartenant à la catégorie “ouvriers et paysans” et l'autre non. La Constitution prévoyait en effet que la moitié au moins des sièges du Parlement soient occupés par des ouvriers et des paysans. Pour les sièges attribués à la proportionnelle, chaque liste devait comporter au moins une moitié de candidats appartenant à cette catégorie (en alternance). Un candidat en tête de liste pouvait donc être écarté au profit de son second par la commission électorale au cas où le quota d'élus appartenant à cette catégorie n'était pas atteint dans sa circonscription.

5 C'est-à-dire les premières élections compétitives et multipartites visant à pourvoir des fonctions officielles d’importance nationale au sortir d’une période d’autoritarisme (O’Donnell G., Schmitter P. C., Whitehead L., 1986, p.57).

6 Cette déclaration a été promulguée au lendemain de la chute de Moubarak pour mettre en place une vé­ritable feuille de route de la “transition démocratique”. Celle-ci avantageait considérablement les Frères musulmans parce qu’elle prévoyait que l’écriture de la constitution dépendrait de la nouvelle assemblée élue. La confrérie jouissait en effet d’un avantage organisationnel décisif pour remporter ce premier scrutin.

7 Ce prêtre est connu en Égypte comme l’un des représentants éminents de la communauté des chiffonniers du Muqattam, mais aussi pour avoir bâti un important lieu de culte au sein du quartier. Il est l’un des tenants d’une nouvelle tendance charismatique dans l’Église copte, influencée par le pentecôtisme (Roy du G., 2014).

8 Observé à Suez (15 décembre 2011) et à Tanta (30 décembre 2011).

9 Cette expression était régulièrement exprimée par les partisans des notables locaux, généralement accompagnée d'une autre formule : “il fait le bien”.

10 Suez, 15 décembre 2011.

11 Les familles élargies issues des villages de Haute-Égypte d’où viennent les chiffonniers.

12 La connaissance de langues étrangères constitue toujours un atout, mais c’est particulièrement le cas de ce quartier qui attire régulièrement l’attention des ONG de développement et des organisations internationales.

13 L’expression est empruntée à Rui de Figueiredo et Barry Weingast par Hala Bayoumi et Bernard Rou­gier pour évoquer la sociologie électorale de l’Égypte (Figueiredo de R., Weingast B., 1999 ; Bayoumi H., Rougier B., 2015, p.174).

14 Quoique avec beaucoup de réticence dans le camp salafiste, qui a recueilli plus de 25 % des suffrages exprimés au cours de ces élections.

15 Suez, 8 décembre 2011.

16 Cette coalition comporte également deux partis marqués au centre-gauche, le parti Égyptien social-démocrate, créé en 2011, ainsi que le parti du Rassemblement, issu de l'aile gauche de l'ancien parti unique hérité de l'ère nassérienne. Le PND est pour sa part issu de l'aile centriste de la même organisation. Son aile droite avait quant à elle donné naissance au parti des Libéraux, réduit quasiment à l'état de coquille vide au cours des années 1990.

17 Discussion avec de jeunes militants du Front démocratique dans leur local de campagne à Suez le 9 décembre. Au cours d'une autre discussion, le 11 décembre au Caire, avec une électrice musulmane de Shubra, cette dernière a affirmé regretter avoir voté pour le Bloc égyptien, cette coalition étant selon elle fondée sur une base confessionnelle. Un militant très actif dans la campagne de cette coalition – et par ailleurs de religion musulmane – nous a expliqué que, selon lui, la démocratie est nouvelle en Égyp­te, et que malheureusement, elle y est aussi confessionnelle. De ce fait, le Bloc égyptien a été assimilé au christianisme du fondateur du parti des Égyptiens libres, Naguib Sawiris, et cela aurait selon lui desservi la coalition (Suez, 19 décembre).

18 Cas déjà évoqué du Wasat, mais aussi de l'islamiste indépendant Abd Al-Munim Abul-Futuh, en cam­pagne pour les élections présidentielles, durant un meeting à Suez le 18 décembre. Durant la troisième phase des élections, les militants du Bloc égyptien, soucieux de corriger son image de coalition chrétien­ne, feront eux aussi un usage important des formules religieuses musulmanes dans leurs discours et leur matériel de campagne (Tanta, 23-31 décembre 2011 ; Siber Bay, 31 décembre 2011).

19 Suez, 11 décembre 2011. En outre, les Frères musulmans ont imprimé et collé des affiches arborant le slogan interdit “L'islam est la solution”. Bien que ne portant aucune mention du PLJ et étant seulement signées des Frères musulmans, ces affiches reprenaient les couleurs du parti (le jaune et le vert). Par ail­leurs, à l'approche des élections, des voitures ont circulé, surmontées de mégaphones, rappelant «le parti de la Liberté et de la Justice est le parti des Frères musulmans» (Le Caire, 28 novembre 2011).

20 Si l’enseignement public se porte assez mal en Égypte, il n’en reste pas moins que les progrès réalisés dans l’éducation ont été très importants depuis la fin de la monarchie, notamment concernant l’accès des femmes aux études supérieures (Herrera L., 2011).

21 Même si après l’érosion de la popularité des Frères, la plus grande part de leur électorat, ainsi que celui des salafistes semble se concentrer dans les campagnes de Haute-Égypte et les quartiers informels les plus récents du Caire, voir (Bayoumi H., Rougier B., 2015).

22 Suez, 16 décembre 2011.

23 Suez, 16 décembre 2011.

24 Tanta, 29 décembre 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy et Clément Steuer, « Les obstacles à l'émergence de la citoyenneté dans l'Égypte post-révolutionnaire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 31 mai 2016. URL : http://rsa.revues.org/1374

Haut de page

Auteurs

Gaétan du Roy

FNRS/Laboratoire de recherches historiques (LaRHis), UCL 

Clément Steuer

CEDEJ et Oriental Institute (ASCR)

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page