Navigation – Plan du site

Tenir le politique à distance : une capacité citoyenne ? Retour sur l’échec d’une tentative d’instrumentalisation partisane d’une association de loisirs

Keeping Politics at a Distance : a Citizen Capacity ? Looking back at the Failure of an Attempt at Partisan Instrumentalisation of a Leisure Association
Cyrille Rougier
p. 67-88

Résumés

L’engagement associatif est souvent perçu comme une activité permettant de développer des capacités citoyennes et favorisant du même coup une participation à la vie politique légitime. La prise en compte des enjeux entourant cette participation associative laisse cependant apparaître le fait que celle-ci s’ac­compagne parfois d’une volonté de préservation de ces espaces contre des for­mes trop explicites de politisation. A partir de l’analyse d’un conflit autour d’une tentative d’instrumentalisation partisane d’une association de loisirs, cet article entend précisément prendre au sérieux ces pratiques de mise à distance de la politique. Ce faisant, il montre que le rapport au politique au sein des associations peut se structurer autour d’un rejet de la politique qui demande un certain nombre de savoir-faire et de compétences. Dès lors, contre l’idée d’une politisation induite par la possession de compétences politiques, les capacités citoyennes ici mobilisées le sont essentiellement pour se protéger des intrusions de la vie politique et de ses enjeux propres.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Les liens entre monde associatif et champ politique ont longtemps été étudiés à partir de l’idée d’une forme de politisation induite par la participation associative (Ferrand-Bechman, 1992 ; Barthélémy, 2000 ; Putnam, 2001). Les travaux sur l’investissement associatif ont ainsi mis en éviden­ce une corrélation entre ces formes d’engagement et une pratique électora­le plus importante que la moyenne (Mayer, 2003). Toutefois, la généralisation de cette théorie des “vases communicants” entre investissement associatif et politisation a été largement remise en cause du fait de son caractère excessivement homogénéisant (Siméant, 2003). Surtout, la recher­che d’éléments de politisation relativement légitimes conduit bien souvent certains auteurs à l’ambition normative plus ou moins affichée à mettre l’accent sur l’incapacité des acteurs à politiser leurs pratiques (Eliasoph, 2010).

  • 1 Comme le soulignent Lionel Arnaud et Christine Guionnet, «l’identification du politique […] doit êt (...)

2Les travaux sur les “frontières du politique” ou la “politique ailleurs” (CURAPP, 1998 ; Arnaud/Guionnet, 2005 ; Nicourd, 2009) ont toutefois renouvelé la façon d’appréhender les rapports au politique à partir d’une attention portée aux éléments structurant ces rapports, fussent-ils éloignés des pratiques les plus explicitement politiques (Retière, 1991 ; Hamidi, 2006 ; Mischi, 2008). Élargissant la focale d’analyse sur les capacités politiques (Blondiaux, 2007), ce type de perspective a dès lors permis de dépasser les visions parfois excessivement restrictives du politique, centrées notamment sur les seules pratiques légitimes (vote, adhésion partisane, etc.), et d’adopter une définition plus large de la politisation, entendue au double sens de processus de requalification d’une activité comme “politi­que”, mais aussi, plus largement, de socialisation à la vie politique (Lagroye, 2003). Sans remettre en cause les travaux classiques sur l’inégal ac­cès à la compétence politique au sens strict (Gaxie, 1978), cette perspecti­ve présente l’avantage de considérer l’activité politique comme une activité sociale à part entière, construite à la fois dans son champ spécifique, mais aussi dans d’autres sphères (professionnelles, familiales, associati­ves, etc.) et d’appréhender la question des compétences en articulant leurs dimensions pratiques et symboliques1.

3Or, les travaux sur le monde associatif ont tendance à aborder la question des compétences en insistant essentiellement sur la professionnalisation de cet espace (Harvard Duclos/Nicourd, 2005 ; Hély/Simonet, 2013). L’importance du travail salarié dans le monde associatif ainsi que l’aug­mentation significative du niveau de qualification des membres des associations (Dauvin/Siméant, 2002) témoignent en effet des modifications structurelles qui affectent ce secteur avec une rationalisation d’ordre à la fois technique et économique (Collovald et al., 2002 ; Brodiez, 2006 ; Hély, 2009). L’apport de ces travaux encourage toutefois à prendre au séri­eux les pratiques associatives pour penser la question des capacités citoyennes.

4Nous pensons pour notre part qu’une analyse fondée sur les pratiques structurant le rapport au politique au sein des associations permet d’illus­trer le fait que les “profanes” développent, du fait de leur investissement dans différentes sphères d’activités (associative, professionnelle, etc.), un certain nombre de capacités à l’égard du champ politique, mais que cela ne signifie pas pour autant qu’ils “jouent le jeu” de la participation à cet espace. À partir de l’analyse d’une tentative d’instrumentalisation partisane d’une association culturelle et sportive étudiée dans le cadre de notre thèse de sociologie (Rougier, 2012), cet article cherchera à montrer que les formes de résistance (et les compétences qu’elles demandent) peuvent aussi alimenter la mise à distance du politique. On a ainsi affaire ici à des individus dont le rapport au politique au sens large se fonde en grande partie sur un rejet de la politique, entendue comme tout ce qui a trait à la vie politique institutionnelle.

5Situé dans un quartier la ville de Limoges marqué par un profond anticléricalisme, l’Alouette Foyer Club Rive Gauche (AFCRG) a pour caractéristique d’être un ancien patronage catholique, fondé dans les années 1920 en opposition au socialisme municipal, mais largement déconfessionnalisé depuis les années 1970. Toutefois, cet héritage catholique, ainsi que les modes de sociabilité populaires développés au sein du foyer du club, marqués par un rejet des formes d’autorité dont le personnel politique apparaît comme l’une des figures paroxystiques, en ont fait une association entrete­nant des rapports relativement distants avec l’équipe municipale en place.

6Or, si le rejet de la politique régulièrement évoqué au sein de l’Alouette s’explique notamment par une volonté de préserver la cohésion du groupe, un conflit d’envergure s’ouvre à ce sujet au début des années 1990 et met bientôt en danger l’équilibre même du club. À cette époque en effet, certains responsables de la section football cherchent à promouvoir le développement de cette partie de l’association afin de constituer une équipe plus ambitieuse sur le plan sportif. Au-delà de la remise en cause du mode de fonctionnement résolument artisanal et amateur du club (et en vertu du­quel les résultats sportifs ne sont qu’un objectif secondaire), cette volonté de restructuration passe par une deuxième entorse à l’un des principes tacites du club : la personne censée financer ces nouveaux projets semble y voir un moyen d’augmenter son ancrage local en vue de satisfaire ses ambitions politiques.

  • 2 Par souci d'anonymat, les noms et prénoms des enquêtés évoqués dans cet article ont été modifiés, à (...)

7Cet article se propose de revenir précisément sur les tensions nées à la faveur de cette tentative de récupération politique du club. La méthodologie mise en œuvre mêle démarche ethnographique et archivistique (Laferté, 2009). Si l’étude d’archives plus ou moins formalisées (comptes-ren­dus de réunions, bulletins paroissiaux, délibérations du conseil municipal) a permis de reconstituer la chronologie et le processus du conflit, tout en le mettant en perspective avec l’histoire du club, l’immersion réalisée durant cinq ans s’est avérée précieuse pour resituer cet épisode dans la cohérence de l’espace de pratiques que constitue le club et prendre au sérieux la subjectivité des acteurs en présence, que nous avons matérialisée ici sous la forme d’extraits d’entretiens2.

8Cet article permettra tout d’abord de montrer que le rejet de la politique s’explique ici par des considérations a priori éloignées du champ politique lui-même. En l’occurrence, c’est avant tout la volonté des membres de l’Alouette de préserver l’entre-soi protecteur que constitue le foyer qui justifie de tenir à distance tout ce qui a trait à cette activité, perçue comme nécessairement conflictuelle. Par ailleurs, ce rejet passe par la mobilisation de savoir-faire pratiques (report de réunions, rappel au règlement des procédures de vote, etc.) qui seraient considérés dans bien des cas comme caractéristiques de compétences proprement politiques, dans le sens où elles sont notamment mobilisées en vue de maintenir en l’état une configuration de pouvoir. Enfin, contre l’idée d’une dimension nécessairement politisante de la possession d’un tel “capital militant” (Matonti/Poupeau, 2004), la mobilisation de ces compétences a paradoxalement ici pour conséquence de maintenir ces enquêtés à l’écart du champ politique.

9Le déploiement d’une telle énergie militante contre cette tentative d’ins­trumentalisation partisane amène dès lors à reconsidérer l’idée d’une domination politique subie passivement. On a en effet ici au contraire affaire à des profanes dont les capacités citoyennes sont essentiellement mises au service de la mise à distance de la politique. Ces différents éléments contribuent ainsi à repenser la question des capacités politiques en montrant ce qu’elles doivent aux modalités pratiques par lesquelles elles se constituent et s’expriment.

II. Une lutte autour des usages légitimes du club

10Le recours à l’ethnographie invite à se départir d’une analyse de ce conflit uniquement centrée sur sa dimension politique. L’immersion réalisée pour étudier les activités ordinaires de l’association (observation participante, discussions informelles, entretiens, etc.) a notamment permis de souligner le fait qu’au-delà des activités de loisirs qu’elle propose (football, tennis de table, club photos), l’Alouette et son foyer représentent un lieu de sociabilité dans lequel des formes d’investissement intenses se développent parfois sur plusieurs décennies (Rougier, 2015). Surtout, à l’image des “troisièmes lieux” étudiés par Olivier Schwartz, elle agit com­me une source de réassurance pour des individus qui trouvent dans cet entre-soi un espace protégé des formes de domination subies notamment dans la sphère professionnelle (Schwartz, 1990). La mise à distance de la politique au sein de l’Alouette provient ainsi d’une volonté de ses mem­bres de préserver la cohésion qui caractérise ce groupe. Les premiers moments de la contre-mobilisation face au projet de rénovation du club n’ont pas pris des accents d’opposition à un projet de “passage en politique” de certains membres du club. Ils ont surtout été marqués par une réaction de rejet face aux logiques non distributives et à prétention professionnelle mi­ses en avant par certains membres du club au background social très atypi­que et plus proche du pôle économique (entrepreneur, salarié du secteur bancaire, etc.) que la plupart des autres adhérents. Les promoteurs de ce projet de rénovation du club mettaient en effet en avant un discours qui heurtait fondamentalement le système de normes et de valeurs sous-ten­dant le fonctionnement de l’association.

A. La préservation d’un entre-soi protecteur au fonctionnement résolument amateur

11Pour comprendre la nature du conflit qui traverse le club au début des années 1990, il faut prendre en compte les caractéristiques sociales des personnes porteuses du projet, mais aussi les changements envisagés à tra­vers ce dernier et qui risquent de remettre profondément en cause le fonctionnement de l’Alouette. Ce qui apparait alors, c’est bel et bien une lutte autour de la définition des usages légitimes du club (Lagroye, Offerlé, 2011) ; cette lutte est d’autant plus intense qu’elle touche deux mem­bres relativement anciens et particulièrement intégrés à la vie du club : Louis Destours et Thierry Andrieux.

12Le premier est entré à l’Alouette au début des années 1970 et y a occupé des postes à responsabilités, dont celui de président de la section football, au moment du conflit. Il en va de même pour le second qui a organisé les échanges franco-allemands mis en place dans les années 1980 durant une quinzaine d’années et qui occupera lui aussi la présidence de la section football quelques années plus tard. On notera que, au regard de la plu­part des autres membres du club, l’un et l’autre jouissent d’un statut professionnel et social relativement atypique : Louis occupe à l’époque un poste d’encadrement à la banque Tarneaud, tandis que Thierry est ingénieur dans une entreprise de l’industrie chimique.

  • 3 L’Alouette se caractérise en effet par un recrutement social à la fois populaire et hétérogène. On (...)

13À l’image des logiques de sélectivité mises en évidence par la sociologie du monde associatif et des pratiques culturelles (Coulangeon/Lemel, 2009 ; Bernardeau-Moreau/Hély, 2007 ; Héran, 1988 ; Prouteau/Wolff, 2002), les personnes occupant des responsabilités bénéficient ici de positions sociales plus élevées que le reste des adhérents du club, qui appartiennent majoritairement aux classes populaires au sens large3. Il n’en demeure pas moins que ces deux dirigeants font clairement partie des mem­bres possédant les positions sociales les plus distinctives. Ces caractéristi­ques sociales ne constituent pas en soi un élément suffisant d’explication quant à la nature du projet dont ils sont alors porteurs puisque d’autres personnes au sein du club occupent des positions de cadres sans que cela ne remette en cause ni leur intégration dans celui-ci, ni la nature des for­mes de sociabilité qu’ils y développent. Cependant, le projet relativement ambitieux de Louis Destours et Thierry Andrieux apparaît ici en décalage avec le mode de fonctionnement du club en tant qu’entité distante vis-à-vis des standards attendus pour une association sportive légitime.

  • 4 Ce processus de rationalisation de l’activité associative impose en effet un travail d’ajustement c (...)

14Le projet vise en effet à développer la section football de l’Alouette à partir notamment d’une équipe première performante sur le plan sportif. Or, cette idée contredit la façon d’appréhender la pratique sportive au sein du club, où les logiques de rationalisation et de professionnalisation affectant le monde associatif sont le plus souvent rejetées4 au nom d’une vision volontariste du bénévolat (Falcoz/Walter, 2007 ; Loirand, 2003), fondée sur la débrouille et une forme d’hédonisme populaire (Bozon, 1982 ; Verret, 1988). L’idée de performance n’est donc ici que secondaire et passe après les pratiques de convivialité, y compris lorsque celles-ci nuisent à la réussite de l’équipe. À l’inverse, Louis et Thierry semblent vouloir faire émerger des pratiques davantage centrées sur la compétitivité, ce sur quoi ironisent aujourd’hui les enquêtés ayant connu cette période : «ils voulaient limite monter un club pro», «ils voulaient faire le Real Madrid», etc.

15Au-delà de cette première entorse aux principes de fonctionnement du club, le projet de développement de la section football s’accompagne surtout d’une double nécessité : trouver les ressources financières nécessaires à sa réalisation, mais aussi autonomiser les différentes sections afin que l’argent récolté pour le football ne soit pas “détourné” au profit des autres composantes (tennis de table, club photo, etc.). Ces objectifs remettent donc également en cause l’un des principes fondamentaux du fonctionnement du club : la mutualisation de ses ressources, selon laquelle, par exemple, les financements obtenus par une section au titre de subvention ou par des recettes générées par un événement tel que le tournoi annuel de football sont reversés dans le budget commun du club et profitent à l’en­semble des sections. Par extension, c’est ainsi la solidarité entre les différentes sections du club qui est ici mise à mal, en accordant en quelque sorte la primauté à la section football au détriment des autres composantes de l’association. Oscar Gallais, secrétaire général de l’Alouette résume rétrospectivement cette problématique :

  • 5 Entretien réalisé le 17 janvier 2012.

Y’a peut-être eu deux façons de voir l’Alouette. Le président, à ce moment-là, c’est André Barataud, [qui] devait avoir dans les… 65, 70 ans, peut-être. Et tu avais quelques dirigeants du foot qui auraient voulu une autre orientation du foot. Bon, alors ici, l’Alouette, c’est un foyer, hein. Bon, comme je l’ai dit souvent, […] AFCRG, le “F”, c’est pas football, hein, c’est foyer. Faut jamais l’oublier, hein […] Parce qu’il y a eu une époque où, effectivement, le football était dominant à l’Alouette. Y’avait à peu près 300 membres du football […] Et y’avait des gars, bon, qui étaient des vieux de l’Alouette, hein, ben notamment Louis Destours avec qui j’avais commencé, moi, en 1970, qui trouvaient André, bon, peut-être un peu ringard, qui auraient voulu gérer leur foot, y compris et surtout financièrement. L’argent est le nerf de la guerre, tu sais. Et ici, à l’Alouette, il n’y a pas de compte football ou de compte tennis de table, y’a le compte Alouette. Normalement, tout l’argent qui transite doit rentrer dans le compte Alouette et ressortir après. […] Et certains ne supportaient plus tellement ce genre de contraintes.5

16Le rappel d’Oscar Gallais au sujet de la signification de l’acronyme AFCRG, ou encore l’évocation des différences de visions sur le club («deux façons de voir l’Alouette») démontrent notamment qu’au-delà de l’équilibre des rapports de force entre les sections, c’est bel et bien la question de la définition de la finalité même du club qui constitue un élément central du conflit. Or, développer la section football, en revenant sur la mutualisation des moyens et les “contraintes” qui en découlent, reviendrait de fait à remettre en cause une définition de l’Alouette qui repose sur la solidarité entre ses différentes branches d’activité. Plus largement, ce projet contient un autre élément en contradiction avec le fonctionnement du club : la volonté pour certains de ses promoteurs d’obtenir de ce développement des retombées politiques.

B. Le rejet d’une instrumentalisation politique du club

  • 6 Dufay F., “La vraie bataille de Bellac”, Le point, 28 janvier 1995.
  • 7 Sur ce point, on se permet de renvoyer à notre article sur les formes d’identification aux classes (...)

17S’il ne s’agit pas directement de l’un des membres du club, la personne censée apporter les fonds susceptibles à la mise en place d’une équipe compétitive, Jacques-Michel Faure, semble considérer cet investissement comme le premier pas d’une stratégie d’implantation politique dans l’es­pace local. Or J.-M. Faure présente un profil social très éloigné du marquage populaire qui caractérise le recrutement et les modes de sociabilité au sein de l’Alouette. Après des études de pharmacie à l’université de Marseille, c’est dans le monde de l’entreprise qu’il a fait carrière en tant que PDG de différents grands groupes. Ce profil d’entrepreneur se retrou­ve dans la façon dont il est présenté dans la presse : un article du Point, consacré aux élections municipales de 1995, relève, par exemple, ses «lunettes d’écailles en demi-lune et [son] “barreau de chaise” entre les dents»6. Ces caractéristiques ne correspondent a priori pas à celles de la plupart des autres membres, y compris ceux occupant des positions socia­les relativement élevées, mais qui respectent en général la sobriété, notam­ment vestimentaire, de mise au sein du club7.

  • 8 Entretien avec G. Brisset, le 10 janvier 2012.

18Ce personnage semble cependant disposé à injecter une importante somme d’argent dans le club afin de satisfaire ses ambitions sportives, mais aussi politiques. C’est ce que perçoivent les membres historiques de l’Alouette, comme Georges Brisset, pour qui l’entrepreneur «avait des vues sur l’Alouette pour en faire limite un club pro […] mais surtout pour se faire un ancrage par rapport aux élections»8. Si plusieurs membres du club reprochent à J-M. Faure d’avoir voulu se constituer une assise politi­que – évoquant notamment le fait de l’avoir vu un jour “débarquer” sur le parking du foyer avec un certain nombre de personnalités politiques de droite à qui l’on venait faire visiter les locaux de l’association –, l’opposi­tion à ce projet ne se nourrit pas ici d’arguments idéologiques en tant que tels. Au même titre que d’autres espaces associatifs (Hamidi, 2006 ; Wacquant, 1989), les discussions “trop sérieuses” et plus particulièrement celles liées à la vie politique, sont généralement tenues à l’écart du foyer. En effet, la politique est ici perçue comme une activité conflictuelle par définition et son importation au sein du club met donc en danger la cohésion de cet entre-soi :

  • 9 Entretien avec J. Guilhou, le 22 mai 2012.

Et beh, dès l’instant qu’il y a les pour et les contre, ben ça fait une bataille, et c’est jamais bon une bataille, y’a toujours des blessés, hein, et c’est ce qui s’est passé [avec ce projet]. Tu vois, bon, c’est tout bête. Oui, ça a fait partie des choses qui ont un peu abîmé l’Alouette9.

19Si J-M. Faure trouvera finalement un autre point de chute pour lancer sa carrière politique (il deviendra en 1993 député RPR de la 3e circonscription de la Haute-Vienne avant d’être élu maire entre 1995 et 2008 de la ville de Bellac), sa tentative de prise de contrôle du club se solde par un échec pour de multiples raisons. Les archives de l’Alouette témoignent à la fois de la longueur du conflit, mais aussi des formes très particulières que prend celui-ci : ce n’est pas seulement sur un désaccord quant aux attendus politiques du projet que se cristallise l’opposition, mais plus largement sur ce que doit être le club.

III. La résistance active à une tentative de dépossession

20Les archives mettent en exergue l’étendue de la capacité de résistance des membres du club face à ce qu’ils perçoivent comme une remise en cause du fonctionnement de l’Alouette. Bien que les sources soient lacunaires – l’ensemble des comptes-rendus de réunions ne figurent pas dans ces archives – elles permettent de reconstituer la chronologie de ce conflit, de comprendre comment ce projet de refondation vient heurter les routines institutionnelles sédimentées par de longues années d’existence de l’asso­ciation, mais aussi de souligner les capacités de résistance dont disposent les membres du club.

A. Un conflit de long terme

  • 10 Convocation du conseil d’administration, rédigée le 30 mars 1992 par A. Barateaud. Archives de l’AF (...)
  • 11 Lettre manuscrite de L. Destours à l’adresse d’A. Barateaud, rédigée le 31 mars 1992. Archives de l (...)
  • 12 Lettre manuscrite d’A. Barateaud à l’adresse de L. Destours, rédigée le 2 avril 1992. Archives de l (...)

21Le premier document faisant part des tensions qui agitent alors le club est une convocation du conseil d’administration (CA), datée du 30 mars 1992 et rédigée par le président André Barateaud, dans laquelle celui-ci mentionne une rencontre, la veille, avec Louis Destours («à sa demande») et le fait que ce dernier «souhaiterait faire part au CA de son constat de l’état de l’Alouette à ce jour et faire des propositions quant au devenir de [l’] association»10. Le contenu de la discussion entre les deux hommes, ainsi que la date choisie pour convoquer le CA (le 27 avril, soit près d’un mois plus tard) entraînent dès le 31 mars un courrier pour le moins critique de Louis Destours dans lequel celui-ci annonce son intention de démissionner et demande à pouvoir se justifier devant le CA11. Cette décision provoque une réaction rapide du président qui, dans un courrier rédigé deux jours après12, tente alors de minimiser la gravité de la situation et souligne le fait que la décision d’accepter ou non cette démission interviendra lors d’une réunion du bureau élargi le 15 avril.

  • 13 Compte-rendu du bureau élargi du 15 avril 1992. Archives de l’AFCRG.

22Si la réponse du président André Barateaud permet en quelque sorte à L. Destours de temporiser, le compte-rendu de ce bureau élargi témoigne bel et bien de la tension palpable qui pèse alors sur le club. Ce document donne à voir à la fois la remise en cause du fonctionnement du club par les dirigeants de la section football («l’Alouette n’est plus ce qu’elle était» ; «le CA est un fantôme» ; «Manque de coordination entre toutes les sections» ; «Le Président a dit qu’il n’y avait rien de très urgent : l’Alouette se casse la gueule, il faut qu’on fasse quelque chose»), mais aussi les propos très durs des autres membres du bureau sur ce projet de refondation («on est dans un climat déplorable» ; «Tu critiques le CA. Tu es le premier à faire autre chose» ; «vous me faites beaucoup de peine» ; «vous êtes des adolescents» ; «on se bagarre sur un os où il n’y a pas de viande autour»)13. Pour reprendre les termes de Jacques Lagroye, la crise agit ici «comme un révélateur singulier», elle révèle tout à la fois aux différents membres «des mutations de l’engagement», un «reflux de formes d’auto­rité désormais rejetées» et «la disqualification de principes de légitimation naguère peu contestés» (Lagroye, 2006 :33). Se faisant, les porte-paroles d’une forme de professionnalisation générale du football amateur au sein de la structure, les promoteurs du projet de rénovation de la section football critiquent le fonctionnement de l’Alouette et regrettent le manque d’ambition de l’institution.

  • 14 Compte-rendu du conseil d’administration du 4 mai 1992. Archives de l’AFCRG.

23Mettant fondamentalement en cause les prescriptions de comportement attachées aux rôles institutionnels, cette crise ne peut être résolue simplement à travers la confrontation de ces investissements différenciés. Plusieurs démissions de membres du conseil d’administration et de responsa­bles de la section football (dont Thierry Andrieux) se succèdent ainsi dans les semaines suivantes, menaçant un temps les activités du club, notamment la tenue du tournoi annuel de football, événement majeur de la vie de l’association14. Ceux-ci entendent de la sorte peser de tout leur poids dans ce rapport de force et espèrent revenir à la faveur de la réélection générale d’une équipe de direction.

  • 15 Lettre de L. Destours, datée du 12 novembre 1992. Archives de l’AFCRG.

24Le conflit connaît toutefois son apogée dans les derniers mois de l’an­née 1992, à l’approche de l’assemblée générale (AG) du club qui doit notamment servir à renouveler un tiers des membres du conseil d’administra­tion. Le 12 novembre, Louis Destours adresse un courrier «aux principaux dirigeants foot et à certains parents» dans lequel il revient sur la «non-ac­ceptation par le CA d’une comptabilité séparée par section» et le manque d’«animation cohérente de l’Alouette en général», tout en appelant à une réunion afin de préparer la future assemblée générale pour laquelle les «membres du bureau Foot ont décidé de présenter des candidats à l’élec­tion du CA»15. Le conflit prend ainsi une nouvelle forme puisque les principaux dirigeants de la section football n’hésitent désormais plus à exprimer leurs différents sur la place publique, tout en affirmant leur volonté d’imposer leurs représentants au sein du CA. Les semaines précédant l’as­semblée générale annuelle prennent alors une dimension conflictuelle intense qui témoigne des savoir-faire tactiques des différents protagonistes.

B. Un déploiement de savoir-faire tactiques qui rappelle le champ politique

  • 16 Courrier du bureau de la section football, non daté. Archives de l’AFCRG.

25Fait relativement inédit, la préparation de l’assemblée générale prend des allures de véritable campagne électorale et les membres du bureau de la section football publient un nouveau courrier adressé à leurs membres et aux parents des plus jeunes dans lequel ils soulignent l’«importance particulière [de cette réunion]» et lancent un appel à la mobilisation : «Le Bureau Foot a décidé de présenter des candidats à cette élection. Votre présence […] doit permettre leur élection pour représenter la section foot au sein du CA. Nous comptons sur vous»16.

  • 17 Compte-rendu de l’assemblée générale de l’Alouette FCRG du 4 décembre 1992. Archives de l’AFCRG.

26Le 4 décembre, une soixantaine de personnes sont présentes pour participer à l’assemblée générale. Alors que neuf postes sont à pourvoir, pas moins de seize personnes présentent leur candidature. Les tensions surgissent au moment du rappel des procédures de vote. Le compte-rendu de cette AG évoque ainsi le fait que les participants à cette élection sont sou­mis à des conditions qui excluent, de fait, une part importante des person­nes présentes17. Cette restriction concerne non seulement les parents des enfants de moins de seize ans, qui pour la plupart ne sont pas eux-mêmes adhérents du club, mais aussi un certain nombre de bénévoles et dirigeants de la section football qui ne sont pas en ordre de cotisation, ce qui suscite la colère de ces derniers. La confusion est telle qu’une suspension de sé­ance est demandée. Celle-ci doit permettre aux membres du CA de se prononcer «sur l’examen d’une proposition tendant à calmer les esprits, à savoir : le report du vote afin de trouver une liste unique de neuf candidats après négociation». Bien que les membres du CA acceptent cette proposition, celle-ci n’est finalement pas appliquée du fait de l’impossibilité de trouver un compromis autour des candidats d’une éventuelle liste unique, «les différentes tendances ne voulant rien céder dans la négociation». Conséquence de cette application stricte du règlement, plusieurs dirigeants de la section football, dont Louis Destours, ne peuvent participer au vote – pour cause de non-paiement des cotisations – et la liste des candidats passe alors de seize à huit personnes, un poste vacant ne trouvant de fait pas preneur. La stratégie des dirigeants de la section football les conduit donc à un échec cuisant.

27Cette séquence du conflit témoigne des capacités de mobilisation et d’organisation pratiques dont sont capables les membres du club pour contrecarrer des tentatives de prise de pouvoir depuis l’intérieur de la structure. À l’opposé de la vision d’un engagement associatif dépolitisé, les membres de l’Alouette mobilisent ici des savoir-faire proprement politi­ques (sens tactique, capacité à nouer des alliances en vue d’un jeu électoral) et visant à conserver le contrôle de l’assemblée générale. Pour Jean Guilhou, vice-président de l’Alouette, opposé au projet de rénovation et présent au sein du CA depuis de nombreuses années, le respect du règlement concernant les procédures de vote s’inscrivait non seulement dans sa façon de concevoir le bénévolat, mais correspondait aussi plus explicitement à une façon de garder le contrôle sur le club face à une tentative de dépossession :

  • 18 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

Moi, je supportais pas que les gars ne payent pas leurs cotisations sous prétexte qu’ils filaient… enfin, qu’ils étaient bénévoles à un truc. Moi, je suis désolé, j’étais bénévole, j’étais fier de payer ma cotisation. […] Et puis, de toute façon, ils ne pouvaient rien dire puis­que l’Alouette, le pouvoir, c’était plutôt le tennis de table qui l’avait, pas par le nombre parce qu’il y avait toujours énormément de footballeurs, mais comme c’était… Alors, c’est là que c’est peut-être mal fait, y’avait beaucoup de jeunes footballeurs, mais qui n’avaient pas le droit de vote, et les parents payaient pas de cotisations, ils pou­vaient pas voter. Donc, voilà, on tenait la boutique un petit peu comme ça, tu vois…18.

28Cette idée qu’à travers les cotisations de la section tennis de table il était possible de “tenir la boutique”, que l’anticipation des rapports de force par les porteurs du projet de rénovation passait à côté de l’enjeu essentiel des cotisations, etc., pourrait être d’emblée considérée – si le terrain de bataille avait été celui d’un parti politique – comme une compétence proprement politique. La capacité d’évaluer la morphologie et la plasticité concrète d’une configuration de pouvoir et de s’y projeter en anticipant les “coups” joués par l’adversaire est souvent présentée comme la preuve d’une socialisation politique aboutie (Elias, 1974 ; Gaxie, 2002). Ce conflit montre paradoxalement toute l’énergie que sont capables de dé­ployer des agents sociaux que l’on dit souvent “exclus” de la participation politique pour préserver un espace de sociabilité de tentatives de déposses­sion, voire pour en rester les “maîtres”.

29Si les différentes actions des membres du club ne peuvent pour autant être assimilées à une stratégie délibérée et construite rationnellement de part en part, la richesse du “répertoire d’action” (Tilly, 1984) mobilisé (re­ports de réunions, minimisation du conflit, attitude attentiste face à l’ac­ceptation ou non des démissions, rappel rigoureux de points de règlements, etc.) donne bel et bien l’impression d’une forme de résistance d’ac­teurs engagés dans la lutte pour le maintien en l’état de l’institution que représente l’Alouette et, plus globalement, de leur pouvoir en son sein.

C. Un épilogue douloureux

  • 19 Lettre manuscrite des dirigeants de la section football, non datée, adressée à A. Barataud suite à (...)

30L’épilogue du conflit entraîne le départ en série de “piliers” du club. Le coup de théâtre provoqué par le rappel rigoureux des procédures de vote, s’il permet de mettre fin aux ambitions des animateurs de la section football, apparaît à ces derniers comme une “manœuvre” malhonnête de la part de leurs opposants, dont une dizaine annoncent leur démission dans la foulée afin de protester contre le déroulé de la dernière assemblée générale19.

31Cette rupture au sein de l’Alouette marque pour beaucoup de membres “la fin d’une époque”, symbolisée l’année suivante par le départ d’André Barateaud du poste de président, qu’il occupait depuis trente ans. Pour Jean Guilhou par exemple, le départ de certains dirigeants liés à cette affaire a laissé des regrets, y compris vis-à-vis de l’attitude qu’il avait adoptée à l’époque :

  • 20 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

À force, on arrivait à faire des conneries. En définitive, il faut prendre toutes les bonnes volontés, et même s’il y a des excès, bon, il faut peut-être tenir les brides pour éviter que ça déborde, mais il faut pas faire de clash, ça c’est sûr, parce qu’on perd les meilleurs… et les plus volontaires20.

  • 21 Longtemps délaissée par la sociologie du monde associatif, la question de la domination et des rapp (...)

32Les regrets exprimés ici sont liés à la fois à la remise en cause des relations d’amitié causée par le conflit, mais aussi plus largement à la difficulté pour les responsables de l’Alouette de concilier contrôle de l’institution et permanence d’un discours enchanté sur le fonctionnement du club. Le conflit a rendu visible des modes de fonctionnement et des attitudes qui, bien qu’ils permettaient d’entretenir la vie du club, étaient le plus souvent dissimulés et euphémisés afin de préserver le “mythe collectif” d’un espa­ce sans rapports de pouvoir et à l’abri des travers des mondes du travail ou des “politiciens”21. Toutefois, ce déploiement de savoir-faire tactiques doit aussi être mis en parallèle avec l’histoire longue des relations entre l’Alouette et le pouvoir municipal et la façon dont l’apolitisme est ici régulièrement réactivé.

IV. Une mobilisation pour le maintien d’un rapport distant au politique

33La mobilisation décrite précédemment a pour fondement non pas la mise à l’écart d’une instrumentalisation politique, mais le maintien “à bonne distance” du politique et la préservation d’un équilibre fragile que la longue histoire des rapports entre la mairie et le club a rendues possi­bles.

A. La préservation de relations distanciées au personnel politique

34L’Alouette, au cours de son histoire, a entretenu des relations complexes avec le champ politique local. Loin de l’image régulièrement revendiquée par ses membres d’une association apolitique au sens strict, l’histoire de cette dernière peut être perçue sous l’angle d’un long processus d’autonomisation, certes relatif, du club vis-à-vis du champ politique. Constituée à l’origine comme un moyen pour le clergé local de lutter con­tre l’hégémonie socialiste des formes d’encadrement des classes populai­res et donc porteuse d’une dimension politique, l’Alouette s’est en effet peu à peu recentrée sur ses activités sportives et culturelles au gré des évolutions structurelles ayant affecté à la fois les champs politique, religieux et sportif (Clément/Defrance/Pociello, 1994 ; Defrance, 1995).

  • 22 On retrouve ici les formes de délégation étudiées par Pierre Bourdieu au sujet de la représentation (...)

35Cependant, cette autonomisation progressive a aussi conduit le club à maintenir des relations raisonnées avec le personnel politique, en particulier autour des subventions municipales nécessaires à sa survie. Dès lors, le rejet du projet des dirigeants de la section football semble aussi s’expli­quer par une volonté de ne pas apparaître aux yeux de la mairie comme une association complice de l’émergence d’un nouveau concurrent politi­que. Toutefois, ce n’est pas un “acteur de droite” qui est écarté par les membres du club, mais un projet remettant en cause un espace de prati­ques à l’abri du champ partisan. Le projet de rénovation aurait induit un nouveau rapport au personnel politique local. Or, les échanges avec la mairie prennent essentiellement la forme de relations institutionnelles (courriers, demandes de subventions, etc.) qui permettent une certaine mise à distance de ce rapport aux institutions politiques et notamment aux élus locaux. Les relations avec ces derniers sont avant tout le fait de certains membres du conseil d’administration du club et font l’objet d’une véritable division du travail entre les membres de l’association22.

  • 23 La visibilité sociale de telle ou telle catégorie de la population dépend en effet en partie des in (...)

36De plus, cette mise à distance du personnel politique est fréquemment présentée comme une chose positive par les membres du club, qui y voient un moyen de préserver une forme d’indépendance, tout en étant conscients que les élus locaux eux-mêmes partagent cette volonté d’une relative distance. S’opère ainsi une sorte de pacte de bonne entente dans lequel à la fois les élus et les membres du club trouvent leur intérêt à ne pas avoir à développer de relations trop étroites. Du côté des élus, en effet, malgré le soutien bien réel – notamment d’un point de vue matériel et financier – qu’ils apportent au club, les relations avec les représentants du club sont teintées d’une certaine froideur. Cette distance est d’autant mieux acceptée par le personnel politique que les membres de l’Alouette n’entrent pas a priori dans les figures du populaire les plus valorisées dans le champ politique local23, notamment du fait du passé catholique du club – même si cette dernière dimension a depuis quasiment totalement disparu – , mais aussi en raison de l’absence d’un projet sportif particulièrement ambitieux de sa part qui contribue à maintenir le club dans un relatif anonymat dans l’espace public local. Pour le dire clairement, il y a bien congruence, ou tout du moins cohabitation possible entre les usages qui sont faits du club par les classes populaires (qui ne s’accompagnent pas d’une démonstrativité potentiellement politique dans l’espace public) et ceux, politiques, relevant du personnel municipal.

  • 24 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

37Or, le fait de pouvoir bénéficier du soutien de la mairie sans avoir à endosser l’image d’une association inféodée au pouvoir municipal constitue pour les membres du club une façon d’assurer la survie de ce dernier tout en maintenant l’idée de son apolitisme : «La mairie a toujours eu l’intelli­gence de pas trop se montrer mais de nous aider. Alors, moi je dis “bravo”»24. Les relations vis à vis de la mairie sont ici d’autant mieux perçues qu’elles n’entraînent pas un marquage politique trop important. Dès lors, le fait que le projet de Louis Destours et Thierry Andrieux oblige à transformer le rapport à la municipalité (soit en demandant moins de financements, soit en servant de “rampe de lancement” à une personnalité en vue de son entrée dans le champ politique local) ne peut laisser les cadres du club indifférents. Non seulement cette perspective entre en contradiction avec l’apolitisme revendiqué ici, mais elle remet aussi plus fondamentale­ment en cause l’équilibre des relations entretenues avec l’équipe municipale.

38Alors même qu’il rend possible, grâce à l’afflux d’argent privé, une diminution de l’aide financière en provenance de la mairie, le projet de rénovation renforce paradoxalement la coloration politique du club et empê­che ses membres de se sentir “à bonne distance” du champ partisan. Du fait de l’histoire du club, c’est précisément cette forme de dépendance directe au champ politique local qui est perçue comme une “menace” et qui risque de remettre en cause la spécificité de l’Alouette vis-à-vis d’autres associations proches du socialisme municipal (Rougier, 2010). Placés entre deux alternatives, la majorité des membres préfèrent un statu quo permettant en quelque sorte de conserver leur “ligne de conduite” (Goffman, 1973) prudente vis-à-vis des élus locaux et de maintenir en l’état leurs relations clientélaires (Briquet, 1999).

39Cet état de fait a également des effets une fois la crise passée, lorsque l’association voit le départ d’une partie de ses membres l’affaiblir. En interne, il n’est en aucune façon possible de penser ces départs autrement que sous l’angle “personnel”. Là où une organisation de type partisan produirait une lecture à visée homogénéisante de la crise afin de raffermir les engagements et proposer une analyse commune des événements (Pudal, 2005), ne sont valorisées à l’inverse au sein de l’association que des lectu­res “humaines” ou dépolitisées du conflit, si ce n’est pour dénoncer l’arri­visme des “ambitieux du champ politique”.

B. Dépolitisation rétrospective du conflit et préservation symbolique des anciens membres

40Au-delà de la réserve généralement adoptée au sujet d’une éventuelle orientation politique de l’Alouette, des circonstances exceptionnelles comme cette tentative de prise de pouvoir au sein du club peuvent donner lieu à des lectures explicitement politiques. Mais ces grilles de lecture ont surtout pour finalité de critiquer l’importation dans le club d’une logique de conflictualité dont l’activité politique serait par définition porteuse. Pour l’actuel président de l’Alouette, Philippe Chaumon, les partis politi­ques obligeraient par exemple les prétendants au métier d’élu à une instru­mentalisation des structures associatives :

  • 25 Entretien avec P. Chaumon, le 16 janvier 2012.

Je pense qu’au niveau politique, pour un politique, c’est toujours intéressant, si tu veux, de… ça peut servir de base, peut-être, une association comme ça […] Si tu veux, tu voudrais rentrer en politique […] Bon, moi j’en ai jamais fait si tu veux, mais j’en ai entendu parler, bon, souvent. […] Bon, tu vas avoir en face de toi les gars qui vont te dire : ‘Et toi, qu’est ce que tu as fait ?’. […] ‘Qu’est-ce que tu as fait au niveau social ?’ Parce que ça se passe comme ça, je sais pas si tu sais. […] Bon, déjà, si tu as œuvré dans une structure comme ça, tu peux présenter un bilan. Donc, il est possible, je dis bien il est possible que, si tu veux, au niveau politique, y’ait eu des… comment dirais-je, des arrières-pensées à ce niveau là, en se disant…25.

41Dans une sorte de mouvement de balancier entre le fait de garder une posture distante avec l’activité politique et l’affirmation d’une certaine maîtrise de son fonctionnement, cette vision d’un champ politique “requérant” une base sociale (bien sûr pas totalement fausse, mais énoncée ici en des termes purement stratégistes) fait reposer sur l’extérieur du club les causes du conflit. Ces lectures rétrospectives du conflit, qui font de l’asso­ciation un espace aux prises avec des logiques extérieures, justifient aussi la mobilisation des ressources proprement tactiques (comme ne faire voter que des membres en ordre de cotisation) et renvoient le politique à la sphère du calcul intéressé où se gèrent des carrières (à l’opposé du club où l’on “ne se prend pas au sérieux”).

42Suivant la même logique, l’évocation des hypothétiques intentions politiques de Louis Destours et Thierry Andrieux suscite des réactions empreintes de réticence : évoquer de telles intentions reviendrait en quelque sorte à ajouter au souvenir douloureux de leur départ et à la remise en cause de leur amitié l’idée d’une forme de malhonnêteté dans leur chef du fait de la trahison d’un des principes fondamentaux de l’Alouette : son apolitisme. C’est cette volonté de préserver en quelque sorte l’intégrité morale de ses anciens amis qui amène Jean Guilhou, malgré sa déception à leur égard, à souligner l’idée d’une démarche désintéressée de leur part :

  • 26 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

Mais, je pense que le Louis, il en avait rien à foutre, c’était essayer de trouver de l’argent pour l’Alouette et tout ça, c’était pas une histoire de politique, c’est plutôt toujours un moyen de récupérer… de nous aider, de travailler pour sa boutique, tu vois, voilà. C’est tout bête26.

  • 27 Ibid.

43Alors qu’il souligne explicitement les visées politiques de J-M. Faure –«un mec de droite […] qui voulait une rampe de lancement à Limoges»27 – Jean Guilhou cherche en même temps à dédouaner Louis Destours d’éven­tuelles intentions “malveillantes”. Ce type de lecture, qui épargne en quel­que sorte ce dernier et, par extension, les autres protagonistes du conflit, témoigne bien du souci de protection de ces anciennes figures du club, quelle qu’ait été la nature réelle de leurs intentions. Cette posture permet aussi aux actuels membres de l’Alouette de préserver l’idée d’apolitisme de l’institution : le conflit n’aurait en fait pas révélé d’orientation particulière du club puisque, malgré les intentions politiques d’acteurs extérieurs, les membres ayant soutenu ces derniers auraient eux-mêmes été dénués de telles arrière-pensées. En somme, le refus de limiter ce conflit à sa dimension politique est aussi un moyen de rappeler que l’investissement au sein de l’Alouette se situe “au-dessus” de telles considérations.

V. Conclusion

44La mise à distance de ce projet de “rénovation” de l’Alouette et d’une possible instrumentalisation partisane montre que la neutralisation de ce qui est repéré, au sein du club, comme une ambition proprement politique a comme principe générateur le maintien des conditions de possibilité des pratiques sociales dont le club est le lieu. Ce n’est pas au nom d’étiquettes partisanes que le projet est contré, mais en fonction des menaces qu’il représente pour le maintien d’un entre-soi. La mise à distance de ce qui est repéré comme un geste politique mêle indissociablement le refus d’être enrôlé dans une stratégie de conquête électorale, mais aussi le rejet plus général des ambitions d’acteurs porteurs de caractéristiques sociales supérieures (chefs d’entreprises, cadres). Ce rejet du processus de professionnalisation du secteur associatif produit dans le même mouvement un rejet des agents sociaux qui seraient les plus prédisposés à utiliser le club à des fins partisanes. Sur la durée le processus s’entretient car, ce faisant, les ca­dres du club refusent aussi une certaine rationalisation qui, ayant des effets directs sur les résultats sportifs, finit par rendre de moins en moins proba­bles les investissements d’acteurs intéressés par une reprise en main du club à des fins financières ou politiques.

45Plus fondamentalement, cet épisode conflictuel nous incite à nuancer les définitions qui font de l’apolitisme une absence de compétence politi­que. La capacité à repérer les marqueurs politiques peut être nécessaire à d’autres pratiques sociales que la politique et est ici suffisamment maîtrisée pour rendre possible l’échec d’une tentative d’instrumentalisation du club. Y compris au sein de l’Alouette subsistent plusieurs formes d’apoli­tisme dont l’imbrication garantit sur la durée la non implication du club. À la défiance généralisée envers les figures d’autorité des membres ordinai­res du club, à l’apolitisme nourri par une distance sociale au monde politi­que répond l’apolitisme des cadres de l’association qui vise à maintenir à la fois l’homogénéité du collectif et l’équilibre des rapports avec les autorités municipales. Paradoxalement, cette non-implication en politique passe par le déploiement d’une énergie militante conséquente et par la maîtrise de savoir-faire pratiques. L’engagement de ces personnes qui se déplacent aux AG afin de contrer la “reprise en main” d’une section football devrait sans doute être pris en compte lorsque vient l’heure de dresser le constat d’une “apathie” des classes populaires dans la sphère publique. Si pour certains la politique est devenue un “métier”, s’en tenir à distance est pour d’autres un savoir-faire permettant de préserver une relative autonomie dans leurs pratiques de sociabilité.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud L., Guionnet C. (Eds.),
2005 Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et dépolitisation, Rennes, PUR.

Barthélémy M.,
2000 Associations : un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de Science Po.

Bernardeau-Moreau D., Hély M.,
2007 “Transformations et inerties du bénévolat associatif sur la période 1982-2002”, Sociologies pratiques, n°15, pp.9-23.

Blondiaux L.,
2007 “Faut-il se débarrasser de la notion de compétence politique ? Retour critique sur un concept classique de la science politique”, Revue française de science politique, vol.57, n°6, pp.759-774.

Bourdieu P.,
1981 “La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol.36-37, pp.3-24.
1984 “La délégation et le fétichisme politique”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol.52, n°52-53, p.49-55.
2000 Propos sur le champ politique, Lyon, PUL.

Bozon M.,
1982 “La fréquentation des cafés dans une petite ville ouvrière. Une sociabilité populaire autonome ? ”, Ethnologie française, XII, n°2, p.137-146.

Briquet J.-L.,
1999 “Des amitiés paradoxales. Échanges intéressés et morale du désintéressement dans les relations de clientèle”, Politix, vol.12, n°45, pp.7-20.

Brodiez A.,
2009 “Gérer sa croissance. Le cas des associations de solidarité et humanitaires depuis les années 1940”, Entreprises et histoire, n°56, p.73-84.

Cartier M., Retière J-N., Siblot Y. (Eds.),
2010 Le salariat à statut. Genèses et cultures, Rennes, PUR.

Clément J.-P., Defrance J., Poccielo C.,
1994 Sport et pouvoirs au XXe siècle. Enjeux culturels, sociaux et politiques des éducations physiques, des sports et des loisirs dans les sociétés industrielles (années 20 – années 90), Grenoble, PUG.

Collovald A. (Dir.),
2002 L’Humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de “solidarité internationale” en faveur du Tiers-Monde, Rennes, PUR.

Coulangeon P., Lemel Y.,
2009 “Les pratiques culturelles et sportives des Français : arbitrage, diversité et cumul”, Économie et statistique, n°423, p.3-30. 

CURAPP,
1998 La politique ailleurs, Paris, PUF.

Dauvin P., Siméant J.,
2002 Le travail humanitaire, les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de la FNSP.

Defrance J.,
1995 “L’autonomisation du champ sportif. 1890-1970”, Sociologie et sociétés, vol.XXVII, n°1, pp.15-31.

Dunezat X.,
2010 “Organisation du travail militant, luttes internes et dynamiques identitaires : le cas des ‘mouvements de chômeurs’ ”, in Surdez M., Voegtli M., Voutat B. (Eds.), Identifier – S’identifier. A propos des identités politiques, Lausanne, Publications universitaires romandes, pp.155-175.

Elias N.,
1974 La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy [1969].

Eliasoph N.,
2010 L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Paris, Economica [1998].

Falcoz M., Walter E.,
2007 “Travailler dans un monde de bénévoles. Contraintes et limites de la professionnalisation dans les clubs sportifs”, Revue internationale de l’économie sociale, n°306, p.78-91.

Ferrand-Bechman D.,
1992 Bénévolat et solidarité, Paris, Syros Alternatives.

Gaxie D.,
1978 Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil.
2002 “Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales”, Revue française de science politique, vol.52, n°2-3, p.145-178.

Gaxie D., Lehingue P.,
1984 Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, PUF-CURAPP.

Goffman E.,
1973 Les rites d’interaction, Paris, Minuit [1963].

Hamidi C.,
2006 “Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration”, Revue française de science politique, vol.56, n°1, pp.5-25.

Harvard Duclos B., Nicourd S.,
2005 Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Paris, Payot.

Hély M.,
2009 Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF.

Hély M., Simonet, M.,
2011 “Le monde associatif en conflits : des relations professionnelles sans relation ? ”, in Béroud S., Dompnier N., Garibay D. (Eds.), L’Année Sociale 2011, Paris, Syllepse.
2013 Le travail associatif, Paris, Presses Universitaires de Paris Ouest.

Héran F.,
1988 “Un monde sélectif : les associations”, Économie et statistique, n°208, p.17-31.

Laferté G.,
2009 “L’ethnographie historique ou le programme d’unification des sciences sociales reçu en héritage”, in Buton F., Mariot N. (Eds.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF, pp.45-68.

Lagroye J.,
2006 La Vérité dans l'Église catholique. Contestations et restauration d'un régime d'autorité, Paris, Belin.

Lagroye J. (Ed.),
2003 La politisation, Paris, Belin.

Lagroye J., Offerlé M. (Eds.),
2011 Sociologie de l’institution, Paris, Belin.

Loirand G.,
2003 “Les paradoxes de la ‘professionnalisation’ des associations sportives”, in Prouteau L. (Ed.), Les associations entre bénévolat et logique d'entreprise, Rennes, PUR, p.85-103.

Mariot N.,
2010 “Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté”, Politix, vol.23, n°92, pp.167-194.

Matonti F., Poupeau F.,
2004 “Le capital militant. Essai de définition”, Actes de la recherche en sciences sociales, n°155, pp.5-11.

Mayer N.,
2003 “Les conséquences politiques du ‘capital social’ : le cas français”, Revue internationale de politique comparée, vol.10, n°3, p.381-395.

Mischi J.,
2008 “Les militants ouvriers de la chasse. Éléments sur le rapport à la politique des classes populaires”, Politix, vol.21, n°83, pp.105-131.

Nicourd S. (Ed.),
2009 Le travail militant, Rennes, PUR.

Prouteau L., Wolff F-C.,
2002 “La participation associative au regard des temps sociaux”, Économie et statistique, n°352-353, p.57-80.

Pudal B.,
2005 “La crise intellectuelle du communisme français”, in Matonti F. (Ed.), La démobilisation politique, Paris, La Dispute, pp.97-116.

Putnam R.,
2001 Bowling alone : the Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster.

Retière J-N.,
1991 “La sociabilité communautaire, sanctuaire de l’identité communiste à Lanester”, Politix, n°13, pp.87-93.

Rétif S.,
2013 Logiques de genre dans l'engagement associatif. Carrières et pratiques militantes dans des associations revendicatives, Paris, Dalloz.

Rougier C.,
2010 “Usages politiques et appropriation ‘populaire’ d’une tradition ‘réinventée’ : la Fête des Ponts à Limoges”, Politix, vol.23, n°92, pp.125-143.
2012 Le “maintien des distances”. La contribution ordinaire des classes populaires à la clôture du champ politique, Thèse de doctorat de sociologie, Université de Limoges.
2015 “Le sport à-côté. Les logiques sociales de la permanence d’un investissement associatif en milieu populaire”, Sciences sociales et sport, à paraître.

Schwartz O.,
1990 Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF.
1998 La notion de “classes populaires”, Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. 

Scott J. C.,
2008 La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam [1992].

Siméant J.,
2003 “Un humanitaire ‘apolitique’ ? Démarcations, socialisations au politique et espaces de la réalisation de soi”, in Lagroye J. (Ed.), La politisation, Paris, Belin, pp.163-196.

Tilly C.,
1984 “Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne”, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°4, pp.89-108.

Tissot S.,
2007 L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil.

Verret M., avec la collaboration de Creusen J.,
1988 La culture ouvrière, Saint-Sébastien, ACL-Crocus.

Wacquant L.,
1989 “Corps et âmes. Notes ethnographiques d’un apprenti boxeur”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol.24, pp.50-61.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

L’engagement associatif est souvent perçu comme une activité permettant de développer des capacités citoyennes et favorisant du même coup une participation à la vie politique légitime. La prise en compte des enjeux entourant cette participation associative laisse cependant apparaître le fait que celle-ci s’accompagne parfois d’un effort constant de préservation de ces espaces contre des formes trop explicites de politisation.

C’est notamment le cas de l’association de loisirs étudiée ici, l’Alouette Foyer Club Rive Gauche, confrontée dans les années 1990 à une tentative d’instrumentalisation partisane quiva donner lieu à un conflit interne. Fondé sur une méthode mêlant démar­ches ethnographique et archivistique, cet article retrace à la fois la chronologie et les modalités de ce conflit, pensé en lien avec l’histoire du club, tout en cherchant à resituer cet épisode dans la cohérence de l’espace de pratique que constitue l’association.

Ce qui apparaît alors, c’est que le rejet de cette forme de récupération politique se fon­de ici sur des considérations a priori éloignées du champ politique lui-même, en l’oc­currence une volonté des membres de l’Alouette de préserver l’entre-soi protecteur que constitue l’association contre une activité – la politique – perçue comme porteuse de conflictualité. Au-delà même de cette dimension, ce sont aussi les changements structurels qu’apporterait la mise en place de ce projet dans les activités du club qui sont rejetés. En effet, la volonté de promouvoir des objectifs sportifs plus ambitieux contenue dans ce projet de reprise en main contredit le caractère résolument amateur et fondé sur la débrouille et l’autonomie relative qui régit le fonctionnement de ce club au recrutement social populaire. Dès lors, le conflit pose plus largement la question de la définition légitime de l’institution que constitue l’Alouette. La reconstitution de la chronologie de ce conflit illustre l’étendue des capacités de résistance et des savoir-faire mobilisés pour contrer ce projet perçu comme une tentative de dépossession. Que ce soit par sa longueur – qui s’étend sur plusieurs mois – ou par la diversité des manœuvres effectués pour garder le contrôle de l’institution, ce conflit permet de souligner l’énergie militante et les savoir-faire à la fois pratiques et tactiques que sont capa­bles de mobiliser les membres du club. Proches dans la forme de certaines compéten­ces traditionnellement attribuées aux acteurs impliqués dans le champ politique (évalu­ation des rapports de force, stratégies multiples afin de gagner du temps ou de maintenir une majorité lors d’une assemblée générale, etc.), ces savoir-faire posent la question de la possession de compétences citoyennes et de leurs usages pratiques. En l’oc­currence ici, loin d’être utilisées dans le cadre d’une participation à la vie politique, elles le sont avant tout afin de se tenir à distance des enjeux propres au champ politique.

Si l’histoire longue des relations entre le club et la mairie permet de comprendre la vo­lonté des membres de l’Alouette de maintenir en l’état des relations distanciées, la dépolitisation rétrospective à laquelle se livrent les enquêtés interrogés sur ce conflit illustre parfaitement leur volonté de rappeler la supériorité symbolique de leur investissement associatif sur les manœuvres qui caractériseraient le champ politique.

Cette analyse, en prenant au sérieux les compétences pratiques d’enquêtés investis dans le monde associatif, permet dès lors de nuancer un certain nombre d’analyses du rapport au politique des classes populaires, non seulement du point de vue de leur dépossession à l’égarddu champ politique, mais aussi du caractère nécessairement politisant qu’impliquerait la maîtrise de compétences citoyennes. A travers l’exemple de ce conflit, on a en effet affaire à des acteurs dont le rapport au politique se fonde sur un rejet de la politique et passe par le déploiement de capacités et de savoir-faire permettant de se tenir à distance des intrusions de la vie politique et de ses enjeux propres.

Structured Summary

Associative involvement is often perceived as an activity facilitating the development of citizen capacities and at once favouring participation in legitimate political life. Yet taking the issues surrounding this associative participation into account reveals the fact that it is sometimes accompanied by a desire to safeguard those spaces against overly explicit forms of politization.

This is notably the case for the leisure association studied here, the Alouette Foyer Club Rive Gauche, confronted in the 1990’s with an attempt at a partisan instrumentalisation which gave rise to an internal conflict. Based on a method mixing ethnographic and archivistic procedures, this article retraces both the chronology and methods of that conflict, thought in connection with the club’s history, in seeking to resituate the episode in the coherence of the space of practice the association represents.

Hence what appears is that the rejection of this form of political exploitation is based here on considerations a priori far removed from the political field itself, in fact the Alouette members’ desire to preserve the protective kinship the association represents against an activity – politics – perceived as embodying conflictuality. Even beyond that dimension, there are also the structural changes the introduction of that project into the club’s activities would bring about which are rejected. In effect, the will to promote more ambitious sporting objectives contained in this revival project contradicts its resolutely amateur character founded on managing things and the relative autonomy governing the operation of that club – with a lower class social recruitment. Consequently, the conflict raises the broader question of the legitimate definition of the institution the Alouette represents. Reconstituting the chronology of this conflict illustrates the extent of the resistance capacities and know-how mobilized to counter that project, perceived as an attempt at dispossession. Whether it be by its length – which extended over several months – or by the diversity of the manoeuvres carried out to retain control of the institution, this conflict allows us to underline the militant energy and know-how, both practical and tactical the club members were able to mobilize. In a form close to certain competencies traditionally attributed to actors involved in the political field (evaluation of power relations, multiple strategies aimed at gaining time or maintain a majority at the time of a general meeting, etc.), this know-how posed the question of the possession of citizen competencies and their practical uses. As it happened here, far from being used in the context of participation in political life, they were above all used to maintain the issues proper to the political field at a distance.

If the long history of the relations between the club and city hall makes us understand the Alouette members’ desire to maintain a state of distanced relations, the depoliticization retrospective the respondents questioned on this conflict develop illustrates perfectly their desire to remind us of the symbolic superiority of their associative investment as compared to the manoeuvres characterizing the political field.

In taking the practical competencies of interviewees invested in the associative sector seriously, this analysis consequently allows us to nuance a certain number of analyses of the lower classes’ relationship to politics, not only from the point of view of their disempowerment with regard to the political field, but from that of the necessarily politicizing character the mastery of citizen competencies involves. Through the example of this conflict, we are in fact dealing with actors whose relationship to politics is based on a rejection of politics and involves the deployment of capacities and know-how allowing them to distance themselves both from the intrusions of political life and the issues proper to it.

Haut de page

Notes

1 Comme le soulignent Lionel Arnaud et Christine Guionnet, «l’identification du politique […] doit être recherchée de façon concomitante et dans une compétence “aveugle à elle-même”, qui n’inclut pas forcément le contrôle de la logique (politique) qui s’y exprime (ce que P. Bourdieu appelle la “maîtrise pra­tique”), et dans des actes qui, bien que non commentés de façon directe par les acteurs, n’excluent pas une certaine maîtrise (“symbolique”) de leur part» (Arnaud L., Guionnet C., 2005, p.16).

2 Par souci d'anonymat, les noms et prénoms des enquêtés évoqués dans cet article ont été modifiés, à l'exception de Jacques-Michel Faure, dont le statut de personnalité politique reconnue publiquement ren­dait vaine toute tentative d'anonymisation.

3 L’Alouette se caractérise en effet par un recrutement social à la fois populaire et hétérogène. On compte notamment parmi ses membres de nombreux individus appartenant aux fractions stables des classes populaires et/ou au “salariat à statut” (artisans, ouvriers et employés des services municipaux, etc.) (Schwartz O., 1998 ; Cartier M., Retière J.-N., Siblot Y., 2010), mais aussi des personnes d’origines populaires ayant connu des trajectoires sociales relativement ascendantes.

4 Ce processus de rationalisation de l’activité associative impose en effet un travail d’ajustement continu de la part des membres des associations. Cette adaptation peut prendre des formes très diverses, entre ré­sistance et acceptation, docilité apparente et mécontentement plus ou moins feint (Brodiez A., 2009 ; Hély M., Simonet M., 2011).

5 Entretien réalisé le 17 janvier 2012.

6 Dufay F., “La vraie bataille de Bellac”, Le point, 28 janvier 1995.

7 Sur ce point, on se permet de renvoyer à notre article sur les formes d’identification aux classes populaires générées par l’engagement au sein de l’Alouette (Rougier C., 2015).

8 Entretien avec G. Brisset, le 10 janvier 2012.

9 Entretien avec J. Guilhou, le 22 mai 2012.

10 Convocation du conseil d’administration, rédigée le 30 mars 1992 par A. Barateaud. Archives de l’AFCRG.

11 Lettre manuscrite de L. Destours à l’adresse d’A. Barateaud, rédigée le 31 mars 1992. Archives de l’AFCRG.

12 Lettre manuscrite d’A. Barateaud à l’adresse de L. Destours, rédigée le 2 avril 1992. Archives de l’AFCRG.

13 Compte-rendu du bureau élargi du 15 avril 1992. Archives de l’AFCRG.

14 Compte-rendu du conseil d’administration du 4 mai 1992. Archives de l’AFCRG.

15 Lettre de L. Destours, datée du 12 novembre 1992. Archives de l’AFCRG.

16 Courrier du bureau de la section football, non daté. Archives de l’AFCRG.

17 Compte-rendu de l’assemblée générale de l’Alouette FCRG du 4 décembre 1992. Archives de l’AFCRG.

18 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

19 Lettre manuscrite des dirigeants de la section football, non datée, adressée à A. Barataud suite à l’as­semblée générale du 4 décembre 1992. Archives de l’AFCRG.

20 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

21 Longtemps délaissée par la sociologie du monde associatif, la question de la domination et des rapports de pouvoir au sein de cet espace constitue aujourd’hui une part importante des travaux sur les associations (Dunezat X., 2010 ; Hély M., Simonet M., 2011 ; Nicourd S., 2009 ; Rétif S., 2013).

22 On retrouve ici les formes de délégation étudiées par Pierre Bourdieu au sujet de la représentation au sein du champ politique (Bourdieu P., 1981, 1984).

23 La visibilité sociale de telle ou telle catégorie de la population dépend en effet en partie des intérêts qu’il y a, pour le personnel politique, à les placer ou non au centre du débat public (Gaxie D., Lehingue P., 1984 ; Tissot S., 2007).

24 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

25 Entretien avec P. Chaumon, le 16 janvier 2012.

26 Entretien avec J. Guilhou, op. cit.

27 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Rougier, « Tenir le politique à distance : une capacité citoyenne ? Retour sur l’échec d’une tentative d’instrumentalisation partisane d’une association de loisirs », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 67-88.

Référence électronique

Cyrille Rougier, « Tenir le politique à distance : une capacité citoyenne ? Retour sur l’échec d’une tentative d’instrumentalisation partisane d’une association de loisirs », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1388 ; DOI : 10.4000/rsa.1388

Haut de page

Auteur

Cyrille Rougier

Docteur en sociologie de l’Université de Limoges, membre du Gresco (EA 38 15).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org