Navigation – Plan du site

Valoriser ses “incapacités” dans le jeu des délibérations autour d’un projet de relogement. L’accès à la parole publique des habitants d’un bidonville

Valorizing one’s “Incapacities” in the Play of Deliberations Surrounding a Rehousing Project. A Shantytown Inhabitants’ Access to Public Discourse
Céline Véniat
p. 89-108

Résumés

Cet article propose une réflexion sur les différentes formes de capacités mobilisées par les habitants d’un bidonville pour se faire entendre dans les délibérations au sujet d’un projet de relogement. Il s’appuie sur une enquête ethnographique portant sur la mobilisation collective qui s’est constituée suite à l’évacu­ation du bidonville et en particulier sur les interactions entre les habitants, le collectif de soutien et les élus. Le collectif de soutien valorise une expérience passée commune et cherche à imposer les règles du jeu de la délibération avec les élus pour garder le contrôle sur le bidonville. Les habitants du bidonville, tout en ayant recours à des porte-parole reconnus, mobilisent le registre de l’é­vitement et des confidences hors scène pour affirmer leur liberté de choix et contester la décision collective en coulisses. Cette contestation ressurgit sur la scène politique par une remise en cause des codes rhétoriques valorisés par les élus à travers la conversion d’une incapacité linguistique en capacité d’expres­sion et par l’usage du chahut comme modalité d’insertion dans le discours public.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Cet article propose une réflexion sur les différentes formes de capacités mobilisées par les habitants d’un bidonville pour se faire entendre dans des délibérations dont l’enjeu est la constitution de la liste des familles choisies pour un projet de relogement. D’abord, je montrerai comment les membres du collectif valorisent une expérience passée commune et cherchent, en lien avec cette reconnaissance partagée, à imposer les règles du jeu de la délibération avec les élus pour garder le contrôle sur le bidonville (II). Je montrerai ensuite comment les habitants du bidonville, tout en ayant recours à des porte-parole reconnus, mobilisent le registre de l’évite­ment et des confidences hors scène pour affirmer leur liberté de choix et contester la décision collective en coulisses (III). Je montrerai aussi comment cette contestation va ressurgir sur la scène politique par une remise en cause des codes rhétoriques valorisés par la municipalité en insistant notamment sur l’opportunité saisie par les habitants du bidonville de transformer leur incompétence linguistique en capacité d’expression et sur l’u­sage du chahut comme modalité d’insertion dans le discours public (IV).

A. Cadrage théorique

  • 1 Sur la stigmatisation des habitants des bidonvilles catégorisés comme Roms dans le discours politiq (...)
  • 2 Voir à ce sujet la multiplication, ces dernières années, des rapports de différentes associations s (...)
  • 3 Les habitants des bidonvilles sur lesquels porte ma recherche sont en majorité des familles roumain (...)

2Dans le discours médiatico-politique, les habitants des bidonvilles sont généralement abordés dans une perspective ethnique et catégorisés comme des Roms auxquels sont attribuées des caractéristiques culturelles supposées comme le nomadisme, la délinquance ou la pratique de la mendicité1. La rhétorique militante reprend partiellement cette perspective culturaliste en considérant souvent les habitants des bidonvilles comme des Roms victimes de discriminations et de racisme qu’il faudrait secourir2. Dans la littérature sociologique, certains travaux mettent l’accent sur l’effet des politiques de rénovation urbaine qui conduisent les municipalités à expulser les bidonvilles pour disposer de terrains disponibles (Legros/Vitale, 2011). D’autres soulignent dans un registre plus militant les effets de la politique d’évacuation des bidonvilles (Fassin, 2014). Par ailleurs, certains sociolo­gues contestent l’approche culturaliste mobilisée par les associations et par certains chercheurs et valorisent davantage la dimension sociale et politique soit en dénonçant une ethnicisation du politique (Cossée, 2011), soit en soulignant l’hétérogénéité de situations que recouvre la catégorie Roms (Olivera, 2011). Dans la continuité de cette lecture politique et sociale, j’ai choisi de mener une recherche ethnographique sur l’accès aux droits des habitants des bidonvilles3 en partant conjointement de l’expé­rience des familles et des différents acteurs qui les soutiennent. Pour cet article, j’ai choisi de m’intéresser en particulier à leur accès à la participation politique en m’interrogeant sur les différentes formes de capacités mobilisées afin de se faire entendre et de trouver sa place dans l’ordre du discours politique. Je m’inscris ainsi dans l’approche ethnographique de Tommaso Vitale qui a suivi la mobilisation d’un groupe de Roms de Milan et montré l’ambivalence de leurs relations avec les associations qui dé­fendent leurs droits (Vitale/Boschetti, 2011).

3Mon article est basé sur une approche pragmatiste concevant l’enquête comme une expérience (Dewey, 1938) qui induit un échange avec les enquêtés et qui suppose de privilégier leur perception des situations. Mon observation vise ainsi à mettre en avant l’expérience des habitants des bidonvilles et leurs registres de mobilisation en vue d’accéder à la parole pu­blique. Pour décrire les différentes manières dont les habitants du bidonville et les membres du collectif qui les soutient cherchent à se faire enten­dre dans le jeu des délibérations avec la municipalité et comment ils arrivent à orienter les discussions et les décisions, je mobiliserai la notion de capacité. Notons à la suite de De Munck et Zimmermann (2008 :15) que cette notion se caractérise par «la coexistence des deux concepts de capacité chez Sen : le premier, tourné vers les compétences de l’individu, le second, vers les opportunités accessibles à ce dernier» – une conception que les mêmes auteurs ont retravaillée en passant par Dewey (2015). En s’appuyant sur la description des interactions entre habitants du bidonville, membres du collectif et élus, on peut observer que les différents acteurs qui participent aux délibérations vont engager différentes compétences qu’ils vont chercher à convertir en capacité à se faire entendre au gré des opportunités offertes par l’ordre du discours politique. On notera que cette capacité à se faire entendre s’exerce dans plusieurs espaces de parole allant de la scène des réunions publiques organisées par la municipalité aux différents espaces en coulisses comme les réunions du collectif de soutien ou les confidences.

B. Présentation du terrain d’enquête

4Mon enquête porte sur une mobilisation collective qui s’est constituée suite à l’évacuation d’un bidonville dans lequel étaient installées des familles roumaines depuis dix ans. Les habitants expulsés ont été soutenus à la fois par des acteurs associatifs qui intervenaient sur l’ancien terrain et par des membres du réseau militant local qui ont rejoint la mobilisation au moment de l’expulsion. Le collectif de soutien ainsi constitué a choisi d’interpeler la municipalité pour l’inciter à trouver un autre terrain où installer les familles.

Repères chronologiques et biographiques

- Chronologie de la mobilisation et des réunions :
Juillet 2010 : Évacuation du bidonville. Recherche d’un nouveau terrain.
Août 2010 : Occupation d’un terrain municipal.
Septembre 2010 : Première réunion élargie du collectif de soutien dans le bidonville. Les réunions vont se tenir à un rythme soutenu plusieurs fois par mois selon les sujets à traiter.
Décembre 2010 : Première réunion à la mairie et annonce du recrutement d’un médiateur [séquences 1 et 4]. Une réunion a lieu ensuite chaque mois entre les habitants du bidonville, les membres du collectif de soutien et les élus qui suivent la question pour évoquer les problèmes quotidiens sur le bidonville et le projet de relogement.
Mai 2011 : Annonce de la mise en place par la municipalité de commissions restreintes pour constituer la liste des habitants retenus dans le projet de relogement.
Juin 2011 : Réunion du collectif de soutien dans le bidonville et décision de ne pas se rendre aux commissions [séquence 2].
Juillet 2011 : Dernière réunion à la mairie avant le déménagement programmé en août. Présence en plus grand nombre des habitants du bidonville [séquences 3 et 5].

***

  • 4 Les prénoms des intervenants ont été modifiés afin de préserver l’anonymat des enquêtés.

- Présentation sommaire des intervenants évoqués dans les extraits de journal4 :
Paul : ancien habitant du bidonville perçu comme le porte parole des habitants.
Juliette : animatrice, roumanophone, habite ponctuellement dans le bidonville.
Vasile : militant dans une association de défense des Roms.
Isabelle : militante dans une association antiraciste, travailleuse sociale.
Suzanne : militante dans un collectif pour les mal-logés, ancienne élue de la majorité.
Ana : médiatrice roumanophone recrutée par la mairie par l’intermédiaire de l’association.
Gheorghe, Elena et Ion : habitants du bidonville.
M. Tardi : l’élu le plus investi sur la question qui anime les réunions à la mairie.

  • 5 Le terrain sur lequel porte cet article a été mené en 2010-2011 dans le cadre de mon master de soci (...)

5Adoptant une approche ethnographique, j’ai choisi d’observer les interactions entre les habitants du bidonville, le collectif de soutien et les élus dans l’espace de délibération politique et sur le lieu de vie des familles. En tant que membre du collectif de soutien5, j’ai participé à toutes les réunions qui se sont tenues régulièrement entre les trois parties impliquées dans le projet de relogement et j’ai également eu accès aux conversations en coulisses entre les membres du collectif et les habitants. Mon corpus ethnographique est ainsi constitué des notes prises au cours de mes observations et suite aux conversations informelles avec des membres du collectif de soutien et des habitants.

II. Valoriser une expérience passée pour garder le contrôle sur le bidonville

A. Contester l’intervention d’une association perçue comme extérieure

Séquence 1.
Au début de la première réunion entre les habitants, le collectif de soutien et la municipalité, la discussion porte sur les problèmes quotidiens dans le bidonville. Juliette, une jeune femme roumanophone qui réside ponctuellement sur le terrain et connaît les familles depuis plusieurs années, rappelle qu’il n’y a toujours pas l’électricité ni l’eau dans le bidonville. Un des élus lui répond brièvement que pour l’accès à l’électricité, le problème est en train de se régler avec EDF. Puis il précise que pour l’école, la plupart des enfants sont inscrits, qu’il a déjà vu ça avec elle.

6Juliette réside ponctuellement dans le bidonville et anime des ateliers pour les enfants. Elle est considérée comme une proche par les habitants et est souvent sollicitée pour participer aux moments de convivialité ou pour régler les problèmes pratiques de tous les jours. Elle est ainsi reconnue comme interlocutrice privilégiée à la fois en ce qu’elle assure le rôle de traductrice et de médiatrice avec les familles, et aussi du fait de l’ancien­neté de son engagement et de sa proximité affective et spatiale avec les habitants. C’est elle que les élus sollicitent sur les questions de l’accompa­gnement social, des inscriptions à l’école et du suivi médical des habitants. Son dévouement est également reconnu et validé par les membres du collectif de soutien comme en témoigne la remarque de Vasile dans l’extrait suivant :

M. Tardi, l’un des élus les plus investis sur la question du projet de relogement, annonce que la mairie a décidé de recruter un médiateur salarié par l’intermédiaire d’une association pour répondre aux nombreuses sollicitations sur les problèmes au quotidien et pour pallier au manque de communication entre les habitants et la municipalité. Il précise que cette association s’occupe de l’insertion des Roms et que le médiateur recruté aura pour mission d’assurer le rôle de traduction et d’intermédiaire avec la mairie et de faciliter la gestion quotidienne du bidonville.

  • 6 Au milieu des années 2000, face à l’arrivée de Roumanie de populations précarisées qui occupaient d (...)

- Vasile [un membre du collectif de soutien, militant rom, intervenant de manière théâtrale pour contester cette décision] : D’abord sur votre expression “comment on va continuer à travailler ensemble”, je dirais plutôt comment on va commencer à travailler ensemble. Durant les quatre mois qui ont suivi l’expulsion, il y a eu quelques avan­cées que nous avons vues et il y a eu quelques processus que nous n’avons pas vus, et qui sont en cours ou qui sont presque aboutis, notamment l’entremise d’une association que vous présentez plus ou moins comme le sauveur de tout. Nous, on est peut-être des fous, on est peut-être des imbéciles, on est peut-être des incompétents. Pour certains d’entre nous, Juliette qui a une cohabitation 24h sur 24h avec les personnes expulsées, et pour le reste nous sommes en contact très régulier. Je pense qu’avec notre folie et notre incompétence, on a contribué à ce qu’aujourd’hui on discute de l’avenir, de la sortie et d’un projet qu’on a coordonné. Comme nous en avions convenu ensemble depuis l’expulsion. Continuons notre réunion pour qu’on ne découvre pas qu’il y a des spécialistes de l’insertion. Si vous voulez faire un village d’insertion6 ! J’ai terminé ma performance de mauvaise langue et on peut commencer à travailler.

- Un autre élu [réagissant de manière vive et agacée] : Oh non Vasile, ça ne va pas recommencer ! [faisant référence ici aux échanges verbaux musclés qui ont eu lieu suite à l’expulsion de l’ancien bidonville au moment de la mobilisation pour reloger les familles].

7Vasile anime une association qui se mobilise pour dénoncer les préjugés négatifs à l’égard des Roms dans le discours politico-médiatique et pour défendre les familles vivant en bidonville. Il n’a pas vécu dans le bidonville, mais il habite dans la ville depuis plusieurs années et connaît bien les familles. Il manie la rhétorique militante avec aisance et humour et ses interventions suscitent à la fois le rire, des soutiens et l’agacement des élus. Il insiste ici sur l’expérience et l’engagement des habitants et du collectif qui ont réussi à impulser une mobilisation suite à l’expulsion. Il critique vivement l’ingérence d’une association et, à travers elle, des villa­ges d’insertion. Précisons ici que l’association en question est déjà chargée de gérer plusieurs villages d’insertion en région parisienne. Les opposants à ce dispositif de relogement reprochent notamment la sélection qui est opérée pour entrer dans le dispositif et les règles de vie strictes imposées par les bailleurs. Vasile, au nom du collectif de soutien, entend ainsi rappeler la décision prise au lendemain de l’expulsion de mener un projet concerté de relogement avec les habitants.

- Isabelle [membre du collectif de soutien, militante antiraciste, à propos de l’association] : Je sais qu’ils travaillent sur une ville voisine et j’avais assisté à une réunion où j’avais été scotchée par les propos qui s’étaient tenus. J’avais en face de moi les responsables des associations et il n’y avait pas un Rom dans la salle. Tout se discutait sans eux et c’est vraiment pas le projet qu’on voudrait avoir, c’est exactement l’inverse et cette association était dans une posture de toute puissance et de “je sais tout”, sans un Rom, ce qui est pour moi significatif de leur travail. On ne peut pas parler des Roms à leur place dans une posture de toute puissance.

8Isabelle est militante dans une association antiraciste depuis vingt ans et s’est beaucoup mobilisée pour défendre les habitants du bidonville expulsés bien avant leur évacuation. Elle mobilise la rhétorique de l’égalité et de la lutte contre le racisme, considérant les habitants comme des Roms victimes de préjugés et de discriminations. Son accusation de parler à la place des premiers concernés apparaît comme un argument central dans le discours des membres du collectif qui valorisent ainsi leur proximité affective, spatiale ou linguistique avec les habitants et qui leur attribuent une liberté d’agir en leur nom.

- Suzanne [membre du collectif de soutien, militante pour le logement] : Premier truc qui me parait inquiétant : une association qui est prête à accepter un mandat de ce type en ne s’étant jamais déplacée sur les lieux, en connaissant pas le campement, en connaissant pas les habitants.

- Juliette [qui l’interrompt, sur un ton vif] : Si, ils sont venus une fois, enfin le coordinateur, les habitants le connaissent déjà mais ils n’ont jamais travaillé avec lui, et ils ne vont pas commencer aujour­d’hui.

- Suzanne [reprenant sa phrase, adoptant une attitude colérique] : Déjà c’est mauvais signe. Je pense que vous allez avoir un souci si la mission de l’association c’est de gérer le quotidien. Cette association, elle n’aura pas la légitimité. Il faut mettre en place un système de confiance entre la mairie, les habitants et les soutiens.

- Juliette [prenant à partie un des élus qui exprime son désaccord] : Si, on le sait que ça marchera pas, on la connaît cette association, ils le connaissent le responsable, ils ne travailleront pas avec lui. On sait qu’ils vont merder. [Répondant ensuite à l’accusation de l’élu sur les difficultés pour communiquer avec les habitants du bidonville] : Nous, on propose qu’on puisse se voir à des dates et heures précises et que nous soyons prévenus de votre visite.

9Suzanne est une ancienne élue de la majorité municipale, qui se présen­te comme la porte-parole du collectif de soutien. C’est elle qui organise les rencontres avec les élus en communiquant avec eux par téléphone et en transmettant les informations par mail aux autres membres du collectif. Elle cherche à affirmer sa distance avec la municipalité et son indignation sur la façon dont celle-ci a laissé faire l’expulsion par ses prises de parole énergiques et par ses arguments aiguisés. Ses interventions tendent à met­tre au jour les tensions qui se jouent au sein de la majorité municipale en­tre les élus favorables au projet de relogement concerté et les élus qui sont hostiles à cette décision.

Paul, un ancien habitant du bidonville perçu comme le porte parole des habitants, discute bruyamment en roumain avec les autres habitants et Juliette dit en aparté à propos de leur conversation qu’ils n’ont pas confiance et que c’est normal.

  • 7 L’analyse des interactions autour de l’enjeu de la traduction sera traitée dans la partie IV.A de l (...)

- Vasile [qui traduit7 une remarque de Paul en y ajoutant une tonalité ironique] : Il se sent un peu trop sûr de lui, il dit que nous avons plein de compétences et plein d’associations ici et on n’a pas besoin d’aller les chercher ailleurs. Depuis quelques années, il y a eu la signature d’une convention avec la mairie, est-ce qu’il y a eu besoin de person­nes extérieures pour discuter, est-ce que Paul seul n’a pas fait l’af­faire pour servir de médiateur ? [Poursuivant sur un ton plus agressif, tout en conservant une charge comique qui fait réagir bruyamment les membres du collectif de soutien] : Écoutez franchement c’est simple, la personne recrutée n’entrera pas sur le terrain. Vous savez comment les choses se passent avec les fous que nous sommes. Elle n’entrera pas physiquement.

- Juliette [adoptant elle aussi un ton ironique, complète la phrase] : Si eux, ne le veulent pas. [Puis elle prend à partie les élus] : Mais attendez, vous les connaissez vraiment ? 

10Paul, même s’il habite désormais dans un logement en dehors du bidon­ville, continue d’y venir régulièrement pour fréquenter sa famille et ses amis et partage l’expérience commune de la vie sur le terrain et de la mémoire des évacuations passées. Il cherche à affirmer son autorité à la fois par sa tenue soignée et par le ton assuré de ses interventions. Il assume de­puis dix ans le rôle de porte-parole des familles et sa maîtrise approximati­ve du français et son dévouement lui ont valu d’être recruté par la mairie comme médiateur salarié pour les habitants de l’ancien bidonville. Vasile fait ainsi référence à cette fonction de médiateur pour valoriser l’expérien­ce de l’ancien bidonville et démontrer que les acteurs déjà engagés depuis des années avec les familles peuvent assumer le rôle qui est destiné à l’as­sociation. 

11Derrière la tonalité ironique mobilisée par Vasile et Juliette, on assiste à un durcissement de la position des membres du collectif qui s’opposent vi­vement à l’ingérence d’une association extérieure. Vasile valorisant son appartenance à la catégorie qu’il défend, conteste l’incapacité attribuée aux habitants. Il cherche à présenter ceux-ci comme des acteurs capables de se mobiliser à leur manière, ici en empêchant l’entrée de l’association dans le bidonville.

Suzanne [répétant sur un ton colérique] : C’est une mauvaise décision, nous n’avons pas été concertés, ce n’est pas cela la démocratie. Vous feriez mieux de recruter quelqu’un en interne, quelqu’un qui connaît déjà les familles.

- Mr Tardi : Nous n’avons pas cette personne.

- Vasile [sur le ton de la plaisanterie et en montrant Juliette assise à côté de lui] : Cette personne vous l’avez ici, elle fait déjà le travail et il lui manque juste le salaire. [Il s’énerve de nouveau] : Ils ne laisseront pas quelqu’un d’étranger entrer et travailler avec eux. Point.

- Juliette : Le truc c’est le choix de l’association. Eux ils travaillent avec les Roms, on connait cette association et personnellement je n’ai rien à leur reprocher. En revanche je connais bien les gens du terrain et ils ne travailleront pas avec une association qui s’occupe des Roms et qui n’a jamais mis les pieds chez eux sur l’ancien bidon­ville, qui ne s’est jamais intéressée à eux avant. C’est là où est le grand n’importe quoi. Ça fait dix ans qu’ils sont là, c’est leur histoire et il faut en tenir compte. Si vous n’en tenez pas compte, vous allez droit dans le mur. 

12Notons ici l’enjeu matériel soulevé par Vasile qui incite les élus à choisir Juliette comme médiatrice salariée. Il réitèrera sa remarque le diman­che suivant dans le bidonville, au cours d’une réunion du collectif de soutien, en opposant, d’un côté, les associations d’insertion, perçues comme “expertes” des Roms et aptes à gérer les problèmes à leur place, et de l’au­tre, les soutiens, considérés comme des “loosers” car faisant le même travail bénévolement.

13Dans le choix de son argumentation, Juliette met en avant l’expérience passée commune des habitants et des soutiens qui les accompagnent depuis plusieurs années. Elle insiste sur la capacité des habitants à donner leur avis et à se positionner contre l’ingérence d’une association perçue comme extérieure.

14Au moment de l’expulsion du bidonville, s’est ainsi reconfigurée une arène politique locale autour de deux groupes d’acteurs qui valorisent, chacun à sa manière, cette expérience passée commune. D’un côté, les habitants et les acteurs associatifs qui intervenaient dans l’ancien bidonville, notamment Paul, le porte-parole des familles, et Juliette, qui anime des activités pour les enfants, mettent en avant leurs liens affectifs avec les familles et leur rôle de traducteurs. De l’autre, des acteurs du réseau militant local, comme Isabelle, Suzanne et Vasile, vont justifier leur position de représentants du fait de leur implication citoyenne dans la ville et de leur expérience des luttes passées, au cours desquelles ils ont acquis des capacités à délibérer qu’ils vont mettre à disposition de la mobilisation.

B. Refuser de participer à la sélection des habitants

15A travers le refus formulé par les habitants et les militants de travailler avec l’association s’exprime implicitement la crainte que celle-ci ait pour mission d’opérer une sélection des habitants. Cette volonté de conserver le contrôle sur l’accès du bidonville en menaçant d’empêcher le médiateur de l’association d’y accéder physiquement fait écho à la volonté des mem­bres du collectif de ne pas dévoiler le nom des habitants présents et de les protéger ainsi du processus de sélection. Cette intrigue entretenue autour de la liste effective des habitants est formulée ironiquement par Juliette : «Il n’y a pas besoin de faire une liste, nous on les connaît les familles, mais non en fait on leur donnera pas». La question de la liste des habitants sélectionnés apparaît donc comme l’enjeu principal des mobilisations dès la première réunion.

  • 8 Il s’agira de Anna, la médiatrice qui sera finalement recrutée par l’intermédiaire de l’association (...)

16Environ six mois après celle-ci, la municipalité va énoncer les critères choisis pour constituer la liste des habitants retenus pour participer au projet de relogement. Elle va s’inspirer des autres dispositifs d’insertion en retenant notamment l’ancienneté de la présence dans le précédent bidonville, l’assiduité scolaire pour les familles avec des enfants et les liens familiaux. Les habitants seront convoqués dans le cadre de commissions restreintes ; ils auront à produire les pièces nécessaires pour prouver qu’ils satisfont aux critères ; une personne sera désignée pour assurer la traduction des échanges8. Suite à l’annonce de la tenue prochaine de ces commissions, les membres du collectif s’accordent sur la nécessité de ne pas y participer et de ne pas coopérer à la constitution de la liste, de peur que certains habitants ne soient pas retenus. Dans le cadre d’une réunion organisée dans le bidonville par le collectif de soutien, cette décision est présentée aux habitants ; il leur est expliqué que les familles doivent se mobiliser collectivement.

III. Délibérations en coulisses et capacités d’agir des habitants

A. Contester la décision du collectif sur le mode des confidences

Séquence 2.
Juste avant le début de la réunion organisée par le collectif de soutien, Juliette et Paul font le tour des familles du bidonville pour les inviter à y assister. Une discussion s’engage : faut-il, ou non, donner suite aux convocations envoyées par la mairie et participer aux com­missions restreintes pour constituer la liste ? Les échanges sont entre­coupés par l’agitation et les tentatives de prise de parole, puis la déci­sion de ne pas se rendre aux commissions restreintes est finalement prise, sans pour autant que tous les participants soient convaincus.

Après la réunion, Juliette passe emprunter un paquet de cigarettes à son grand père adoptif Gheorghe. Il la fait asseoir, lui parle de sa carte grise, de sa visite chez le médecin, et d’autres sujets divers. Puis Gheorghe lui annonce qu’il participera aux commissions restreintes, car il n’a pas à être solidaire avec des gens qu'il n'aime pas. Juliette lui demande pourquoi la réunion s'est achevée, si certains participants n’étaient pas d’accord avec la décision retenue. Il était présent. Pourquoi n'a-t-il pas pris la parole ? Gheorghe continue en annonçant à Juliette que d’autres habitants comptent également participer aux commissions ; il explique leur point de vue : «Nous, on était là. Nous on est restés, on s'est fait expulser à plusieurs reprises, chasser comme des chiens, on était dans la rue. Si on est là aujourd'hui, c'est bien sûr grâce à vous, mais sans nous, personne ne serait là. Alors maintenant on pense à nos familles et uniquement à nos familles. Est-ce que tu viens avec nous demain ? ». Bien que Juliette considère que l’argumentation de Gheorghe se défende, elle décline l'invitation et expose ses raisons.

  • 9 «Sen envisage la personne essentiellement sous l’angle de sa capacité d’action. C’est de sa qualité (...)

17La position défendue par Gheorghe peut être comprise comme une volonté de mobiliser ses capacités d’expression pour défendre l’accès au logement pour sa famille. Celui-ci s’appuie à la fois sur sa capacité à agir librement et sur l’opportunité qui lui est offerte par la municipalité de négocier directement pour faire partie de la liste des habitants sélectionnés. Il choisit d’exprimer sa contestation de la décision sur le mode des confiden­ces, en coulisses de l’ordre du discours public, tout en s’appuyant sur une justification collective. Les habitants qui ont décidé de participer aux com­missions restreintes justifient leur choix par la mise en avant de leur “capacité à choisir leur vie”, au sens entendu par Sen9, l’enjeu ici étant d’im­portance puisqu’il aura un effet concret sur leurs conditions de logement.

18Juliette, de son côté, exprime son incompréhension à propos de la stratégie d’évitement (Eliasoph, 2010) de Gheorghe, qui a choisi de ne pas prendre la parole pendant la réunion ; elle se montre par ailleurs rationnelle et compréhensive face à sa décision. Le registre des tractations en coulisses mobilisé par Gheorghe s’inscrit dans une remise en cause du silence comme approbation d’une décision perçue comme collective et illustre la capacité des habitants à produire d’autres formes d’engagement politique.

  • 10 L’observation des prises de parole au cours de cette réunion et la manière dont les habitants cherc (...)

Séquence 3
Au cours de la réunion avec la municipalité organisée la semaine sui­vante, les tensions entre les familles mises au jour par Gheorghe au cours de sa discussion avec Juliette vont ressurgir et se traduire par des prises de parole bruyantes et simultanées qui vont bouleverser l’ordre du discours public valorisé par les élus10. A la fin de la réunion, Juliette va ainsi valider la reconnaissance et la justification de ces tensions en faisant partager aux membres du collectif présents les confidences de Gheorghe. Elle critique un des habitants qui parlait beaucoup, mettant en évidence ses prises de parole alors qu’il ne sera même pas sur la liste ; elle ajoute que les habitants qui se sont mobilisés au moment de l’évacuation ont décidé de se battre pour eux, qu’ils ont compris qu’on ne pourrait pas loger tout le monde et qu’ils en ont marre de prendre en charge ceux qui se mettent en position d’assistés ; elle se rappelle que dans l’ancien bidonville, il en allait déjà ainsi et que certains ne se prendraient jamais en main ; elle com­plète en expliquant que ceux qui agissent ainsi croient que la mairie peut tout pour eux, qu’elle a de l’argent, des logements à loisir. Juliette paraît blasée et dit que ça va forcément «clasher» entre les familles, qu’il y a déjà eu des tensions.

  • 11 Sur l’importance des transactions en coulisses voir Eliasoph N., 2010 et Cefaï, Carrel, Talpin, Eli (...)

19On notera ici l’importance des discussions “en coulisses”11 (Eliasoph, 2010) et la nécessité de tenir compte des différentes formes de participation. La contestation des décisions prises en assemblée et l’ajustement des prises de position font partie de la délibération politique. Précisons que si certains habitants contestent les décisions validées par les acteurs perçus comme leurs représentants, notamment Paul et Vasile, ils choisissent de le faire en coulisses, ménageant ainsi leurs relations avec ces derniers en ne se confrontant pas à découvert avec eux afin de ne pas les discréditer aux yeux du collectif. Le choix de “se battre pour sa famille” et d’entretenir des relations plus directes avec la mairie, leur permet ainsi de diversifier les pistes de délibérations.

B. Les coulisses de la délibération municipale : les commissions restreintes

20Le choix des habitants de mener des initiatives propres non validées par le collectif et la possibilité de traiter directement avec la mairie sont facilités par la volonté des élus de privilégier les réunions en commissions restreintes pour faire avancer le problème de manière plus efficace, comme l’exprime clairement Mr Tardi : «Je propose que les points importants comme la liste soient traités en commission restreinte. Il vaut mieux qu’il y ait quelques personnes qui parlent que dix personnes qui ne disent rien». On assiste ainsi au passage d’une logique de réunions plénières ouvertes à tous à une logique de commissions restreintes. Ces commissions se tiennent à un rythme soutenu de une à deux rencontres par semaine et réunissent les familles, les élus, la médiatrice et quelques soutiens en fonction de leurs disponibilités. Cette décision de la mairie coïncide avec le moment où le projet de relogement commence à se dessiner concrètement : recrute­ment d’un architecte, recherche de financements par la municipalité. Le choix de certains habitants de s’émanciper des décisions du collectif et d’affirmer leur capacité à agir librement est ainsi motivé par la recherche d’une amélioration de leurs conditions matérielles.

21Les délibérations autour de la résolution du problème “être ou ne pas être sur la liste”, se jouent donc sur différentes scènes qui vont du lieu de vie à la scène politique locale. Notons ici la symétrie et la simultanéité entre deux espaces de coulisses : du côté du collectif de soutien, la contestation au sein des familles basée sur le mode des confidences, et du côté des délibérations politiques, le recours aux commissions restreintes validant une individualisation des dispositifs institutionnels.

IV. Se faire entendre en réunion

A. Imposer le rythme de la traduction et valoriser un entre-soi linguistique

  • 12 J’ai choisi de conserver le mot “traducateur”, car il ressemble au roumain traducӑtor,qui signifie (...)

Séquence 4
Au cours de la première réunion rassemblant habitants, membres du collectif de soutien et municipalité, alors que les discussions ont débuté depuis une demi-heure environ, un élu fait remarquer que les habitants présents ne comprennent rien à ce qui se dit et ne participent pas aux échanges. Vasile suggère alors de servir de traducteur et se met à parler en roumain à l’attention des habitants. Il leur explique que la mairie a décidé de recruter un médiateur par l’intermédiaire d’une association qui s’occupe de l’insertion des Roms afin d’assurer le suivi au quotidien du bidonville. Paul, élégamment vêtu d’une veste grise et affichant un visage fermé, visiblement pour faire autorité, réagit vivement en parlant fort avec un accent marqué : «Les personnes ici, pourquoi elles viennent ici ? On vient à la réunion, on connaît pas qu’est-ce qui parler et vous parlez toutes les associations, vous parlez la mairie, mais nous on a pas parlé. S’il vous plait un traducateur12 pour gitan». Suite à l’intervention de Paul, les autres habitants réagissent vivement, en parlant à voix forte, en roumain. Vasile, s’adressant en français aux élus, annonce à ces derniers que les habitants ne veulent pas de cette association ; montrant Juliette il complète en précisant qu’ils préfèrent rester avec le collectif de soutien. Les élus, manifestement contrariés par cette protestation, répètent que la décision est prise et l’un d’eux demande à Vasile de leur demander s’ils sont d’accord avec cette proposition. Celui-ci traduit de nouveau en précisant aux élus qu’il a déjà posé la question : «Est-ce que vous êtes d’accord pour qu’il y ait une association qui vienne tra­vailler avec vous ? ». Puis reformulant la réponse des habitants : «Non, jusqu’ici on a travaillé entre nous, avec les associations, les habitants et tous les soutiens qui se sont créés dans la ville». Plus tard dans le cours de la réunion, se sentant écoutés et pris au sérieux, les habitants se mettent à parler fort en roumain, parfois à plusieurs en même temps, pour évoquer leurs problèmes quotidiens. Vasile traduit les prises de parole des habitants : «Ils veulent savoir quand ils pourront avoir l’électricité, étant entendu qu’il y a des gamins qui vont à l’école et il y a des personnes qui tombent malade, et que, en plus, tout le monde n’a pas une couverture médicale. Et les adresses ne sont pas reconnues y compris pour faire les démarches pour l’aide médicale».

22A première vue, la non maîtrise de la langue apparaît ici comme une “incapacité citoyenne” car elle prive les habitants du bidonville de l’accès à la délibération. Le décalage entre la volonté du collectif de soutien de faire participer les habitants et le fait que ces derniers ne peuvent accéder au dialogue dès lors qu’ils ne comprennent pas la langue est souligné dès la première réunion par un des élus, puis par Paul. Par la suite, la traduction sera systématique. La formulation d’une demande de traduction par Paul s’inscrit dans la contestation du cadre d’interaction donné à la réunion et constitue une injonction adressée aux élus et aux soutiens de tenir compte des habitants. Ceux-ci vont, du fait de leur incapacité linguistique, modifier le modèle discursif des réunions et imposer un rythme plus lent à la traduction. On notera ici la position d’autorité que constitue le statut de traducteur, celui-ci pouvant sélectionner les informations à traduire et orienter ainsi les discussions, volontairement ou non. La portée critique du rôle de traducteur apparaît ainsi : elle peut-être interprétée comme une transposition de la compétence linguistique en capacité d’influencer la délibération.

23En allant plus loin, on peut remarquer que la non maîtrise de la langue française et la possibilité d’échanger en roumain vont permettre aux habitants de se constituer un entre-soi linguistique, comme en témoignent les propos formulés à plusieurs reprises par les participants non roumanopho­nes : «Vous pouvez traduire, on ne vous comprend pas». Cet entre-soi pourra volontiers devenir contestataire à travers l’expression du refus de traiter avec une association perçue comme extérieure au bidonville ; tout au moins il permettra d’orienter les sujets traités avec, entre autres, une récurrence des demandes concernant les problèmes quotidiens, notamment autour de l’accompagnement social. Parler roumain devient alors une capacité, car les autres participants à la réunion ne comprennent pas les échanges et ne sont donc plus les seuls à pouvoir orienter la discussion. On peut considérer ici que le fait de ne pas parler français devient une “incapacité capacitante”.

B. Mobiliser le chahut comme modalité d’insertion dans l’ordre du discours public

Séquence 5
A mesure que s’approchent les échéances relatives à la validation de la liste d’habitants retenus pour le projet de relogement, la présence des habitants du bidonville aux réunions à la mairie est en constante augmentation et leur prise de parole devient plus fréquente et plus revendicative. Lors de la dernière réunion avant le départ prévu du terrain, les habitants du bidonville étaient plus nombreux que les membres du collectif et trois femmes étaient présentes. La médiatrice traduit tous les échanges et les prises de parole des habitants occupent un temps important de la réunion, les membres du collectif de soutien intervenant peu.

M. Tardi ouvre la réunion en expliquant comment va se passer le déménagement. Il précise qu’à la fin de l’été tous les habitants devront quitter le terrain. La médiatrice Ana traduit en roumain. Ion, l’un des habitants participant régulièrement aux réunions, demande que la date du départ soit précisée. Elena, une habitante, s’adresse à Ana sur un ton vif en l’interpelant par son prénom. Un autre habitant, Florin, prend la parole à voix forte, en même temps qu’Elena ; celle-ci, le visage sévère, continue à parler en haussant le ton. Plusieurs habitants commencent alors à parler en même temps, à voix forte, engendrant un brouhaha peu conforme au format habituel des autres réunions à la mairie.

- Mr Tardi [réagissant vivement] : Chut ! Chut ! [en tapant sur la table pour faire cesser ces débordements verbaux].

- Un autre élu [d’une voix forte] : Si c’est pas chacun son tour pour parler, c’est pas possible. Il faut que ce soit chacun son tour.

Certains habitants continuent à parler tout de même, s’exhortant les uns les autres à se taire. Plusieurs membres du collectif demandent le silence également.

- Mr Tardi [intervenant de nouveau] : On ne peut pas s’en sortir. Il faut aussi compter le temps de traduction. Nous reprenons la conversation calmement. [Puis donnant un tour de parole en montrant la dame qui avait commencé à parler à la médiatrice] : Oui madame là, elle voulait dire quelque chose. [Il tente alors d’interrompre un des habitants qui a repris la parole] : Non ! Non ! C’est chacun son tour pour parler, sinon on ne comprend pas. On reprend. Madame ? [Puis sollicitant la médiatrice pour remettre de l’ordre] : Est-ce que vous pouvez dire une chose, si vous pouvez traduire tout de suite. Ceux qui veulent prendre la parole lèvent la main.

Les habitants répondent positivement à la médiatrice tout en continuant à parler plus bas.

- La médiatrice [reprenant dans le calme] : La dame tout à l’heure, elle se pose des questions, car il y a des gens qui n’étaient pas à l’an­cien bidonville et qui ont leur maison en Roumanie, alors qu’eux, ils habitent ici depuis longtemps et que leurs enfants vont à l’école depuis quatre ou cinq ans. Eux, ils se sont battus au moment de l’éva­cuation et ils veulent rester entre eux.

24Les prises de parole bruyantes et le chahut sont mobilisés par les habitants comme une modalité d’insertion dans le discours afin de se faire entendre en public. Les interventions jugées intempestives des habitants font l’objet de rappels à l’ordre de la part des élus et des membres du collectif qui les perçoivent comme une forme d’incapacité à respecter les règles de l’ordre institué dans le déroulement habituel des réunions. Cet ordre du discours est notamment exprimé par l’élu qui demande que chacun parle à son tour et sollicite la médiatrice pour recadrer les interactions verbales. Au contraire, les habitants vont imposer leurs revendications par leurs interventions indisciplinées, bousculant ainsi les règles instituées de la prise de parole en public. Elena, qui prend la parole pour défendre son droit à être sur la liste, formule ainsi une argumentation claire en valorisant son engagement dans la mobilisation et en reprenant les critères définis par la mairie. Les questions des habitants portent sur l’application concrète du projet de relogement ; elles valorisent le dialogue direct avec les élus, celui-ci étant rendu possible par la présence de la médiatrice et par l’absence des porte-parole présents au début des négociations, notamment Paul et Vasile. Ici, les habitants, en mobilisant des formes d’expression différen­tes du jeu habituel des prises de parole lors des autres réunions, transposent ce qui est perçu par les élus et les soutiens comme une incapacité à respecter les règles de la prise de parole en capacité à se faire entendre et à faire valoir leurs droits.

  • 13 De Munck J., Zimmermann B., 2008, p.228.

25Ici, les deux formes d’incapacités citoyennes perçues par les élus et les militants, à savoir la non maîtrise du français et le non respect des règles de prises de parole instituées par les animateurs de la réunion vont devenir des atouts dans le jeu de l’interaction. Les habitants vont mobiliser leurs prétendues incapacités pour obliger les autres participants à les entendre et à tenir compte d’eux. Leurs prises de parole non contrôlées et le non-res­pect des injonctions à “parler chacun à son tour” s’inscrivent dans une volonté de s’exprimer sur un sujet qui les concerne en lien avec l’échéance prochaine du projet et l’enjeu que représente pour eux la possibilité d’être relogés ou non. Bohman évoque «la capacité sociale des gens à initier une délibération publique à propos de ce qui les concerne»13. La prise de conscience de l’imminence des décisions et de la nécessaire sélection que devront opérer les élus exacerbe l’expression des tensions entre les familles qui se positionnent dans le jeu de l’interaction en valorisant leur engagement dans la mobilisation.

V. Pour conclure : de l’accès à la délibération à la résolution du problème

26Dans le jeu des délibérations relatives à la constitution de la liste des habitants sélectionnés pour le projet de relogement, on assiste donc à une cohabitation de deux modèles de mobilisation et de contestation. L’un, mis en oeuvre par les membres du collectif de soutien, s’inscrit dans la va­lorisation de capacités reconnues dans le jeu de l’interaction comme le partage d’une expérience passée commune avec les habitants, la maîtrise du roumain ou l’insertion dans le réseau militant local. L’autre, instauré par les habitants du bidonville au gré des opportunités et des reconfigurations, consiste à convertir des modalités d’insertion dans l’ordre du discours public perçues comme des “incapacités”, ici la non maîtrise de la langue et les prises de parole intempestives et bruyantes, en “capacités” à se faire entendre et à orienter les délibérations. L’approche collective privilégiée par les soutiens est progressivement remise en cause par la volonté des occupants du bidonville de “choisir leur vie” et de valoriser leur “liberté d’agir”. Cette aspiration à la liberté est exprimée d’abord en coulis­ses par quelques habitants sur le mode des confidences, puis va trouver une expression plus large sur la scène publique des réunions en lien avec une reconfiguration des interactions qui facilite les échanges directs entre familles et élus.

27On relèvera que l’expérimentation de cette capacité de mobilisation des habitants du bidonville remet en cause une perception de la représentation politique qui nécessite de maîtriser des capacités particulières pour accéder à la parole publique. Du fait de leur insuffisante maîtrise de la langue et des codes de mise en scène de soi valorisés dans l’ordre du discours institué par les élus, les habitants du bidonville sont perçus le plus souvent comme étant situés hors du jeu démocratique et comme devant être représentés par des acteurs du réseau militant local dotés, eux, des capacités at­tendues et perçues comme légitimes. Mon article montre que les habitants du bidonville adoptent d’autres formes de contestation, faisant preuve de “capacités citoyennes” qui bousculent le cadre habituel des pratiques du discours politique, s’appropriant ainsi une parole publique qui s’inscrit dans le jeu de la participation et qui influence les délibérations sur la scène politique.

28Il convient cependant de se poser la question de l’effet de cet accès aux délibérations publiques sur la situation effective des habitants en distinguant différents registres de mobilisations. Arriver à se faire entendre en réunion ne conduit pas systématiquement à la résolution du problème, à savoir, ici, être relogé dans un dispositif pérenne. Cinq ans après la première réunion et la proposition d’un projet de relogement concerté, le problème n’est pas résolu car les familles sont installées sur un terrain aména­gé, prêté provisoirement par la ville. La question de la liste des habitants continue de faire l’objet de négociations entre habitants et municipalité et certaines familles qui n’ont pas été retenues dans le projet sont tout de même présentes sur le terrain provisoire. Ainsi, même si la question du relogement n’est que partiellement résolue, l’enjeu de la mobilisation des habitants du bidonville consiste ici à prendre part à la délibération politi­que et à affirmer une position d’acteurs capables de défendre leurs droits et d’influer sur les décisions politiques les concernant.

Haut de page

Bibliographie

Berger M.,
2008 “Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des engagements ordinaires”, Tracés, n°15, pp.191-208.
2011 “Micro-écologie de la résistance. Les appuis sensibles de la parole citoyenne dans une assemblée d’urbanisme participatif à Bruxelles”, in Berger M., Cefaï D., Gayet-Viaud C., Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, pp.101-130.

Boschetti L., Vitale T.,
2011 “Les Roms ne sont pas encore prêts à se représenter eux-mêmes ! Asymétries et tensions entre groupes Roms et associations «gadjé» à Milan”, in Berger M., Cefaï D., Gayet-Viaud C., Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, pp.401-428.

Carrel M., Talpin J.,
2012 “Cachez ce politique que je ne saurais voir ! Ethnographie des conseils de quartier roubaisiens”, Participations, 2012/3, n°4, pp.179-206.

Cefaï D.,
2002 “Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste”, in Cefaï D., Joseph I., L’héritage du pragmatisme, Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, L’Aube, pp.51-81.

Cefaï D., Carrel M., Talpin J., Eliasoph N., Lichterman P. (dir.),
2012 “Ethnographies de la participation” [dossier], Participations, n°4.

Cefaï D. (ed.),
2010 L’engagement ethnographique, Paris, EHESS.

Cossée Cl.,
2011 “Regards croisés sur les trajectoires migratoires”, Colloque «Roms en Fran­ce – Quelles conditions d’accueil et d’accès aux droits ? », Aubervilliers.

De Munck J., Zimmermann B.,
2008 La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà du libéralisme, Paris, Éditions de l’EHESS.
2015 “Evaluation as Practical Judgment”, Human Studies, mars 2015, vol.38/1, pp.113-135.

Dewey J.,
1967 Logique : La théorie de l’enquête, Paris, PUF [1938].

Eliasoph N.,
2010 L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Paris, Economica [1998].

Fassin E.,
2014 Roms et Riverains. Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique.

Genard J-L., Cantelli F.,
2008 “Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmati­ques”, SociologieS [en ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008.

Goffman E.,
1973 La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Minuit [1959].
2013 Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Economica [1963].

Gusfield J.,
2009 La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica [1981].

Legros O., Vitale T.,
2011 “Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes : mobilités, régulations et marginalités”, Géocarrefour, vol.86, pp.3-14.

Olivera M.,
2011 Roms en (bidon)villes, Paris, Éditions rue d’Ulm.

Rius P.,
2012 “Les assemblées de desocupados dans la périphérie sud de Buenos Aires”, Participations, 2012/3, n°4, pp.103-127.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

La question de l’accès aux droits des habitants des bidonvilles est le plus souvent envisagée en termes de discriminations et d’empêchement, notamment par les acteurs du monde associatif. Concernant leur accès à la participation politique, ils sont souvent présentés comme devant nécessairement être représentés par des acteurs qui maîtrisent les codes de la délibération et du discours public. Mon enquête porte sur une mobilisation collective qui s’est constituée suite à l’évacuation d’un bidonville dans lequel étaient installées des familles roumaines. Les habitants expulsés ont été soutenus à la fois par des acteurs associatifs qui intervenaient sur l’ancien terrain et par des membres du réseau militant local qui ont rejoint la mobilisation au moment de l’expulsion. Le collectif de soutien ainsi constitué a choisi d’interpeler la municipalité pour l’inciter à trouver un autre terrain où installer les familles et pour négocier la mise en place d’un projet de relogement concerté.

Adoptant une approche ethnographique, j’ai choisi d’observer les interactions entre les habitants du bidonville, le collectif de soutien et les élus dans l’espace de délibération politique et sur le lieu de vie des familles. Dans une perspective pragmatiste, mon article vise à mettre en avant la perception des habitants des bidonvilles et leurs registres de mobilisation en vue d’accéder à la parole publique. Je mobilise la notion de capacité pour décrire les différentes manières dont les habitants du bidonville et les membres du collectif de soutien cherchent à se faire entendre dans le jeu des délibérations avec la municipalité et comment ils arrivent à orienter les discussions et les décisions. Ces dif­férentes capacités à se faire entendre s’exercent dans plusieurs espaces de parole allant de la scène des réunions publiques organisées par la municipalité aux différents espa­ces en coulisses comme les réunions du collectif de soutien jusqu’au mode des confidences.

Cet article propose une réflexion sur les différentes formes de capacités mobilisées par les habitants du bidonville pour participer au jeu des délibérations au sujet du projet de relogement. Le collectif de soutien valorise une expérience passée commune et cher­che à imposer les règles du jeu de la délibération avec les élus pour garder le contrôle sur le bidonville. Les habitants du bidonville, tout en ayant recours à des porte-parole reconnus, mobilisent le registre de l’évitement et des confidences hors scène pour affirmer leur liberté de choix et contester la décision collective en coulisses. Cette contestation ressurgit sur la scène politique par une remise en cause des codes rhétoriques valorisés par les élus à travers la conversion d’une incapacité linguistique en capacité d’expression et par l’usage du chahut comme modalité d’insertion dans le discours public.

Dans le jeu des délibérations autour de la constitution de la liste des habitants sélectionnés dans le projet de relogement, on assiste donc à une cohabitation de deux modè­les de mobilisation et de contestation. L’un, mobilisé par les membres du collectif de soutien, s’inscrit dans la valorisation de capacités reconnues dans le jeu de l’interaction comme le partage d’une expérience passée commune avec les habitants, la maîtrise du roumain ou l’insertion dans le réseau militant local. L’autre, instauré par les habitants du bidonville au gré des opportunités et des reconfigurations, consiste à convertir des modalités d’insertion dans l’ordre du discours public perçues comme des “incapacités”, ici la non-maîtrise de la langue et les prises de parole intempestives et bruyantes, en “capacités” à se faire entendre et à orienter les délibérations. Mon article montre ainsi que les habitants des bidonvilles adoptent d’autres formes de contestation faisant preuve de “capacités citoyennes” qui bousculent le cadre habituel des pratiques du dis­cours politique, s’appropriant ainsi une parole publique qui s’inscrit dans le jeu de la participation et qui influence les délibérations sur la scène politique.

Structured Summary

The question of the shantytown inhabitants’ access to their rights is generally envisaged in terms of discriminations and prevention, notably by actors in the associative sector. Concerning their access to political participation, they are often presented as necessarily having to be represented by actors who master the codes of deliberation and public discourse. My investigation deals with a collective mobilization which was constituted following the evacuation of a shantytown that had housed Rumanian families. The expelled inhabitants were supported both by associative actors who intervened on the former grounds and by members of a local militant network who joined the mobilization at the time of the expulsion. The support group so constituted chose to challenge the municipality to encourage it to find another parcel of land the families might be moved onto and to negotiate the implementation of a concerted rehousing project.

Adopting an ethnographic approach, I chose to observe the interactions between the shantytown inhabitants, the support group and the elected officials in the political space of deliberation and on the site where the families live. From a pragmatic point of view, my article seeks to highlight the inhabitants’ perception of shantytowns and the nature of their mobilizations with a view to acceding to the realm of public discourse. I draw on the concept of capacity to describe the various ways in which the shantytown inhabitants and the support group members seek to make themselves heard in the play of deliberations with the municipality and how they manage to orient the discussions and decisions. These various capacities for making themselves heard are exercized in several discursive spaces, ranging from the support group meetings organized by the municipality to various spaces offstage to sharing secrets.

This article proposes reflection on the various forms of capacities mobilized by the shantytown’s inhabitants to take part in the play of deliberations about the project of rehousing. Making the most of shared past experience, the support group sought to impose the game rules in deliberations with the elected officials so as to maintain control over the shantytown. While having recourse to a recognized spokesperson, the shantytown’s inhabitants used avoidance techniques and off-stage secrets to affirm their freedom of choice and challenge the collective decision behind the scenes. This challenging re-appeared on the political scene through a questioning of the rhetorical codes valorized by the elected officials through conversion of a linguistic incapacity into a capacity for expression and in using uproar as a means of inclusion in public discourse.

Thus in the play of deliberations surrounding the composition of the list of inhabitants selected in the rehousing project we witnesses a cohabitation of two models of mobilization and dispute. One, mobilized by the support group members, is developed through the valorization of capacities recognized in the play of interactions, such as the sharing of past experience with the inhabitants, the mastery of Rumanian language or the insertion in the local militant network. The other, established by the shantytown inhabitants in line with opportunities and reconfigurations, consists in converting methods of insertion into the order of public speech perceived as “incapacities”, here the non-mastery of the French language coupled with untimely and loud speeches, into “capacities” for making themselves heard and directing the deliberations. My article thus shows that the shantytown inhabitants adopt other forms of dispute manifesting “citizen capacities”, which jostle the usual framework of the practices of political discourse, thus appropriating a public message which fits into the play of participation and influences deliberations on the political scene.

Haut de page

Notes

1 Sur la stigmatisation des habitants des bidonvilles catégorisés comme Roms dans le discours politique et médiatique, voir par exemple : “Roms : L’overdose – Sondage exclusif : Le ras-le-bol des Français – Assistanat, délinquance… Ce qu’on n’a pas le droit de dire”, Valeurs Actuelles, 22 août 2013, p.9 ; “Les occupants de campements ne souhaitent pas s’intégrer pour des raisons culturelles ou parce qu’ils sont entre les mains de réseaux versés dans la mendicité ou la prostitution”, Entretien avec Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, Le Figaro, 15 mars 2013 ; les propos de Gilles Bourdouleix, maire de Cholet, relatifs aux Gitans, pour qui «Hitler n’en a pas tué assez», Courrier de l’Ouest, 22 juillet 2013 ; le discours de Jean-Marie Le Pen à Nice en juillet 2013 qui dénonçait «la présence urticante et odorante des Roms».

2 Voir à ce sujet la multiplication, ces dernières années, des rapports de différentes associations sur les discriminations à l’égard des Roms vivant en bidonville : La persistance des préjugés anti-roms, Rapport Collectif National Droits de l’Homme Romeurope 2014 ; Destruction des progrès, progrès des des­tructions : Les femmes et enfants roms, citoyens européens en France, Rapport European Roma Rights Center 2014 ; Condamnés à l’errance : les expulsions forcés de Roms en France, Amnesty International, Rapport 2013 ; Harcèlement et stigmatisation : politiques et paroles publiques aggravent la précarité des habitants des bidonvilles, Rapport Romeurope 2012-2013 ; Protéger les droits des Roms,Conseil de l’Europe, 2012 ; La santé des roms en France, une urgence sanitaire, Médecins du monde, Synthèse forum du 25 février 2010 ; Les Roms, boucs-émissaires d’une politique sécuritaire qui cible les migrants et les pauvres, Rapport Collectif National Droits de l’Homme Romeurope 2010-2011.

3 Les habitants des bidonvilles sur lesquels porte ma recherche sont en majorité des familles roumaines précarisées qui construisent des baraques en matériaux de récupération dans les espaces interstitiels du territoire urbain et qui, pour la plupart, sont arrivées en France dans les années 2000 pour des raisons économiques.

4 Les prénoms des intervenants ont été modifiés afin de préserver l’anonymat des enquêtés.

5 Le terrain sur lequel porte cet article a été mené en 2010-2011 dans le cadre de mon master de sociologie à l’EHESS. J’ai choisi d’adopter une posture de participante observatrice pour avoir accès aux différentes formes de discours mobilisées par les acteurs.

6 Au milieu des années 2000, face à l’arrivée de Roumanie de populations précarisées qui occupaient des friches urbaines, une des premières mesures des municipalités concernées avait été de mettre en place des villages d’insertion, financés conjointement par la ville et la région Ile de France, notamment dans le cadre du dispositif d’éradication des bidonvilles. Ces villages regroupent des logements individuels raccordés à l’eau et à l’électricité dont la gestion est assurée par un bailleur social en lien avec la mairie et les habitants ont accès à un accompagnement social et à des ateliers d’alphabétisation pour fa­voriser leur démarche d’insertion professionnelle. Précisons que les villages d’insertion sont conçus comme des projets d’installation provisoire avec généralement un bail de trois ans et la nécessité, au-delà de ce délai, d’avoir une autre solution de logement.

7 L’analyse des interactions autour de l’enjeu de la traduction sera traitée dans la partie IV.A de l’article.

8 Il s’agira de Anna, la médiatrice qui sera finalement recrutée par l’intermédiaire de l’association, malgré les protestations du collectif de soutien.

9 «Sen envisage la personne essentiellement sous l’angle de sa capacité d’action. C’est de sa qualité d’acteur que dépend l’étendue effective de sa liberté. Cette aptitude n’est pas seulement liée à des aptitu­des ou des compétences personnelles, elle est tributaire aussi des opportunités disponibles dans un environnement donné et des moyens accessibles pour les transformer en accomplissements» : De Munck J., Zimmermann B., 2008, p.119-120.

10 L’observation des prises de parole au cours de cette réunion et la manière dont les habitants cherchent à défendre leur accès aux délibérations seront développées dans la partie IV.B. de l’article.

11 Sur l’importance des transactions en coulisses voir Eliasoph N., 2010 et Cefaï, Carrel, Talpin, Eliasoph, Lichterman (dir.), 2012, notamment Rius P., 2012, pp.124-125 : «L’accord provisoire qui se manifeste lors des assemblées reste par ailleurs en rapport avec des formes de prise de parole en coulisses […]. Cet accord met entre parenthèses les désaccords qui s’expriment en sourdine dans l’as­semblée, qui sont formulés implicitement au sein du foyer ou confiés une fois que la déléguée est partie» ; et Carrel M., Talpin J., 2012, p.202 : «Il s’agit à la fois de pénétrer les relations entre conseillers de quartier, “simples habitants”, militants associatifs, agents municipaux et élus afin de comprendre comment ils relient ce qui se passe sur les différentes scènes auxquelles ils participent, mais également de saisir les discussions en coulisses».

12 J’ai choisi de conserver le mot “traducateur”, car il ressemble au roumain traducӑtor,qui signifie “traducteur”. Le terme “gitan” désigne en fait la langue romani parlée par la majorité des Roms dans des versions différentes et que Paul maîtrise mieux que le roumain.

13 De Munck J., Zimmermann B., 2008, p.228.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Véniat, « Valoriser ses “incapacités” dans le jeu des délibérations autour d’un projet de relogement. L’accès à la parole publique des habitants d’un bidonville », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 89-108.

Référence électronique

Céline Véniat, « Valoriser ses “incapacités” dans le jeu des délibérations autour d’un projet de relogement. L’accès à la parole publique des habitants d’un bidonville », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1400 ; DOI : 10.4000/rsa.1400

Haut de page

Auteur

Céline Véniat

EHESS/CEMS-IMM.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org