Navigation – Plan du site

Rationalisation des modes de gestion

Le cas de la filière sucrière mexicaine dans un contexte d’ouverture commerciale
Rationalization of Management Methods. The Case of the Mexican Sugar Industry in a Context of Commercial Overture
Catherine Delhoume
p. 11-31

Résumés

Depuis le début des années 1990, le Mexique se trouve dans un contexte d’ouverture pluriel conditionné à une plus large échelle par le phénomène de la mondialisation. De ce fait, le pays est particulièrement sensible aux normes externes diffusées par le monde occidental, notamment les orientations économiques. À partir d’enquêtes de terrain menées auprès d’acteurs d’organisations de producteurs de canne à sucre, nous nous interrogeons sur les modalités de diffusion des dispositifs de gestion issus des pays industrialisés au sein des organismes sucriers mexicains, dans un pays et un secteur où d’autres dispositifs d’encadrement leur ont préexisté. Ainsi, on assiste à l’émergence d’un discours mettant en avant la figure de l’agriculteur-entrepreneur performant, relayé par des acteurs qui acquièrent une forte reconnaissance dans la nouvelle configuration sucrière : les « experts scientifiques ». Dans le même temps, les cadres de pensée et d’action hérités montrent que ces dispositifs « rationnels » sont encastrés dans le social. L’article analyse comment cette double dynamique débouche sur des pratiques originales qui peuvent être qualifiées de syncrétiques.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Depuis le début des années 1990, le Mexique se trouve dans un contexte d’ouverture pluriel conditionné à une plus large échelle par le phénomène de la mondialisation. Cette conjoncture se caractérisée particulièrement par l’ouverture politique et la démocratisation accélérée du régime et de la société civile, ainsi que par la libéralisation commerciale et le désengagement de l’État. On peut ainsi dire que le pays, du fait de son endettement et de sa dépendance par rapport à des bailleurs de fonds internationaux, s’est trouvé particulièrement sensible aux normes externes diffusées par des institutions internationales guidées par des orientations « rationnelles-légales » (Weber, 1971) et principalement économiques.

  • 1  La hausse du prix du pétrole du début des années 1980 a provoqué une grave crise financière ainsi (...)

2Bien que l’influence du monde occidental ait toujours été importante au Mexique par les métissages auxquels elle a donné lieu, le pays a pu se définir une identité propre. Ce fut notamment le cas pour le monde rural, marqué par la révolution sociale au début du vingtième siècle. Forte de cette idiosyncrasie, la nation a pu se développer de manière endogène, en construisant ses propres cadres d’action politique et économique. Mais dès les années 1980, l’endettement du pays aboutissait à une crise1 et une restructuration profonde se mettait en place : on assista alors à un désengagement important de l’État des campagnes mexicaines, là où il avait été jusqu’alors omniprésent.

3Ce phénomène s’est traduit par la disparition d’organismes parapublics, ainsi que par la baisse des aides attribuées au monde rural. De même, on assista à une redéfinition des rapports entre État et organisations agricoles : en effet, ces dernières avaient été intégrées de manière verticale au modèle de développement étatique, par l’intermédiaire d’instances parapubliques et d’organisations paysannes qui avaient pour fonction d’encadrer le secteur agricole. Il s’agissait, durant cette période, d’exercer un certain contrôle social pour que les politiques agricoles soient appliquées. Mais ces relations hiérarchiques, hétéronomes à l’égard de l’État-Parti, allaient devenir peu à peu caduques dans la nouvelle configuration politique et économique. Dans ce contexte, les relations sociales établies entre responsables et adhérents des organisations professionnelles agricoles évoluèrent. C’est ainsi que l’on observa l’émergence (ainsi que la légitimation) d’un discours plus professionnel, validé par les experts scientifiques des associations.

  • 2  Comme le soulignent Craipeau et Metzger, «la notion de dispositif doit prendre en compte non seule (...)

4À partir de l’étude de la filière sucre, qui constitue un bon exemple de changement de l’interface État/société, surtout depuis les années 1990, nous nous attacherons à répondre à la problématique suivante : dans quelle mesure assiste-t-on à la diffusion de dispositifs de gestion2 issus des pays industrialisés au sein des organisations de producteurs de canne à sucre mexicains dans un pays et un secteur où, justement, d’autres dispositifs d’encadrement avaient jusqu’alors prévalu ?

  • 3  Les enquêtes de terrain ont été menées de septembre à novembre 2001 et de février à décembre 2002.

5Pour répondre à cette question de départ, cet article, issu de notre thèse de sociologie, se basera, d’une part, sur l’analyse du discours tenu par les principaux responsables d’organisations locales de producteurs de canne à sucre, ainsi que par leur confédération nationale et, d’autre part, sur l’analyse des dispositifs de gestion qui ont orienté la nouvelle organisation du travail. La recherche se base sur des entretiens semi-directifs réa­lisés auprès de responsables d’organisations locales situées dans l’État du Veracruz, ainsi qu’auprès de leaders nationaux et de producteurs de canne à sucre. Le recueil de données a été complété par de l’observation participante dans le but de comprendre les stratégies déployées par les différents groupes d’acteurs composant les deux organisations de producteurs de canne à sucre étudiées. Cette démarche s’est traduite par l’observation des interactions quotidiennes au sein des associations, des sorties en milieu rural, ainsi que par une présence à diverses fêtes locales, auxquelles les producteurs attachent beaucoup d’importance3.

6En définitive, il s’agit de caractériser les dispositifs de gestion « émergents » au Mexique et de les confronter aux cadres de référence qui leur ont préexisté, marqués par le clientélisme. Les processus de rationalisation qui touchent les organisations cañeras (sucrières) constituent notre angle d’attaque, à partir de l’introduction de plus en plus prégnante d’indices de performance dans le secteur.

II. Des dispositifs gestionnaires rares

7Nous mettrons ici en lumière les modalités d’encadrement des producteurs de canne à sucre qui ont prévalu jusqu’à la fin des années 1980. Ceci nous permettra d’appréhender dans quelle mesure des mécanismes nouveaux de rationalisation, associés à des dispositifs marchands, sont entrés en concurrence avec des pratiques qui leur préexistaient.

A. Un contexte particulier : un État omniprésent

  • 4  Partido Revolucionario Institucional, Parti Révolutionnaire Institutionnel.

8Dès les années 1940, l’État mexicain a pris une place déterminante dans le secteur sucrier. Dès lors que ce dernier constituait une importante source de devises, les dirigeants voulurent rendre le pays auto-suffisant en la matière. À terme, le sucre devait devenir un produit accessible à l’ensemble de la population. Cette volonté s’est traduite par une présence quasi hégémonique de l’État-Parti (le PRI4) dans la filière jusque dans les années 1980, notamment à travers les institutions parapubliques qui assuraient le financement et la commercialisation du sucre et par les décrets présidentiels mis en place dès les années 1940.

  • 5  Ces deux décrets furent remplacés par un nouveau texte en 1975, qui, bien que moins contraignant, (...)
  • 6  Paysans titulaires d’une exploitation agricole particulière, l’ejido. Officialisé en 1928, ce term (...)

9Cette législation, malgré son évolution ultérieure5, a régulé le fonctionnement de l’industrie sucrière dans son ensemble, de la plantation de la canne jusqu’à sa transformation industrielle, en mettant en place une agriculture contractuelle : petits propriétaires et ejidatarios6 avaient l’obliga­tion de planter et de cultiver de la canne à sucre, à l’exclusion d’autres cultures ; en contrepartie, la raffinerie devait acheter toute la matière première produite dans sa zone d’approvisionnement, en ce compris celle dont elle n’avait pas l’utilité. Dans ce contexte, les producteurs de canne à sucre étaient intégrés verticalement au sein de la filière sucrière, avec des obligations réciproques entre cañeros et raffineries de sucre.

  • 7  C’est d’ailleurs dans les années 1970 que l’interventionnisme étatique atteignit son apogée, avec (...)
  • 8  Comisión Nacional de la Industria Azucarera, Commission Nationale de l’Industrie Sucrière, créée e (...)
  • 9  Unión Nacional de Productores de Caña de Azúcar, Union Nationale des Producteurs de Canne à Sucre, (...)
  • 10  Unión Nacional de Cañeros, Union Nationale des Producteurs sucriers, instance rattachée à la Confe (...)

10L’État-Parti au pouvoir a ainsi contrôlé socialement et politiquement les campagnes via les organisations de producteurs de canne à sucre qui constituaient des agents « étatiques », surtout dans les années 1970, époque durant laquelle la plupart des raffineries de sucre furent nationalisées7. Plus précisément, l’encadrement de la filière s’organisait autour d’organismes parapublics tels que la CNIA, l’ONISA et surtout la FINASA8. Ce dispositif était complété par les liens économiques et politiques existant entre le PRI et les associations de producteurs de canne à sucre reconnues par ce dernier, en l’occurrence l’UNPCA9, et l’UNC10. Toutes deux étaient chargées d’organiser et d’encadrer les producteurs, au point que l’on parla longtemps de « corporatisme agraire » (Bizberg, 1992) pour qualifier les relations entre l’État et les organisations paysannes. L’hégémonie de la CNC, reconnue par l’État comme seule interlocutrice valable avec la CNPR (Confédération nationale des producteurs ruraux), eut des incidences sur les rapports existant entre leaders des organisations cañeras et producteurs.

  • 11  Le cacique est ici appréhendé comme un chef local qui exerce sa domination politique sur un ensemb (...)

11Pour parvenir à cette situation, l’État dut toutefois réaliser des concessions sociales et économiques ponctuelles en direction de sa « base ». Ainsi, il est important de souligner que cette intégration verticale des producteurs au pôle industriel s’est accompagnée d’une réciprocité dans les échanges. En effet, les responsables du PRI durent trouver des relais locaux pour que leurs objectifs politiques et économiques puissent être diffusés (Baitenmann, 1999). Des concessions politiques furent accordées aux caciques11 régionaux et des compromis sociaux furent passés avec des producteurs pour légitimer un ordre établi et pérenniser l’ensemble du système politique. On peut dire qu’une réciprocité « asymétrique » fut mise en place entre les producteurs et les acteurs locaux en charge de diffuser les objectifs politiques des acteurs « du haut », en l’occurrence les responsables des organisations cañeras.

12C’est dans cette perspective que ce système hiérarchisé a pu fonctionner. En effet, en dépit de la domination politique exercée sur les paysans mexicains, ces derniers ne remirent pas en cause ce modèle politique dans la mesure où les concessions sociales qu’il impliquait leur permettaient de reproduire l’unité domestique paysanne, et finalement de pérenniser leur mode de vie. L’instauration de cet ensemble de relations, basées sur une allégeance politique à un État-Parti en échange de biens sociaux, allait ainsi déboucher sur des relations où la dynamique marchande potentiellement attachée à l’agriculture était minorée par des rapports fondés sur la personnalisation des liens (Hardy, 1984).

B. Quelles pratiques organisationnelles ?

1. Le clientélisme : clé de voûte des relations organisationnelles

13Le corporatisme mexicain a longtemps été caractérisé par l’intervention de l’État via des organisations sociales représentant politiquement sa base. En même temps, il a exercé un contrôle politique sur ces acteurs du bas. Cette hiérarchisation des rapports s’est exprimée par un phénomène de clientélisme constituant la modalité première pour « gérer » les producteurs de canne à sucre, ainsi que leur activité, au sein de leur organisation.

14Pour Viviane Brachet-Marquez (1996), le clientélisme fait référence à la structure du pouvoir politique pris dans un réseau de relations informelles qui lient des individus ne disposant pas du même pouvoir dans des relations d’échange. Dans le cas du Mexique, le mode de fonctionnement politique peut être perçu comme une pyramide autoritaire ; c’est le chef de l’exécutif qui se trouve en haut de cette structure hiérarchique et qui distribue des « faveurs » aux acteurs « du bas » par l’intermédiaire de relations patron-client complexes. La société civile est ainsi perçue comme un ensemble de relations verticales fragmentées qui empêchent la formation de groupes d’intérêts horizontaux, c’est-à-dire basés sur des partis ou les classes sociales.

15Cette « architecture » a tout particulièrement caractérisé les organisations de producteurs de canne à sucre qui ont obtenu certains privilèges en échange de leur capacité de canalisation et de réduction des demandes. En ce sens, les organisations étaient non seulement des instruments efficaces de contrôle, mais elles servaient également de source de légitimation au pouvoir (Bizberg, 1992). Dans la filière sucrière, ce principe s’est traduit en 1950 par la création pour les cañeros de services médicaux qui ont acquis de plus en plus de poids au fil du temps (Paré, 1987). De plus, les crédits attribués aux producteurs pour l’entretien et la culture de la canne à sucre ont été considérés comme des salaires et des rentes. Ils ont d’ailleurs souvent été utilisés à d’autres fins que l’entretien des parcelles de canne à sucre, comme la préparation de festivités, le bien-être familial. Ce « bien commun », attribué à l’ensemble des producteurs en échange de leur allégeance à un leader cañero, était relativement satisfaisant pour les paysans cultivateurs de canne à sucre : il leur permettait de disposer d’une sécurité économique et de pérenniser leurs unités domestiques (Cordero Diaz, 2002).

16Dans ce contexte, le leader a joué un rôle important à deux titres : d’une part, il avait la capacité d’obtenir des ressources économiques et sociales perçues comme essentielles par les producteurs ; d’autre part, il constituait une courroie de transmission indispensable pour le pouvoir politique qui était obligé de s’appuyer sur des « caciquismes » régionaux et locaux pour parvenir à ses fins, moyennant des concessions politiques et économiques. Dit autrement, le leader s’est enrichi personnellement en échange de sa fidélité au régime, et il a pu accéder à des postes politiques locaux. De la même façon, la personnalisation des liens entre leader et cañero a enrayé les chances de voir émerger des mobilisations collectives. Les contestations au projet de développement institué par le PRI, assignant aux producteurs de canne à sucre une place subordonnée, s’en sont trouvées limitées.

  • 12  Le mouvement San Cristobal, qui débuta lorsque les relations entre les producteurs et les responsa (...)

17Ainsi, les insurrections, les grèves étaient rapidement réprimées, soit par la violence, soit par la cooptation. Les mobilisations de la base dans les années 1970, notamment dans l’État du Veracruz12, furent « neutralisées » par le pouvoir qui intégra l’organisation protestataire au syndicat dominant et établit de nouveaux échanges avec la base pour assurer la paix sociale. La violence fut mobilisée en dernier recours, de façon ponctuelle, lorsque la stratégie de cooptation ne fut plus suffisante. Le cadre politique et social dans lequel vivaient les producteurs de canne était donc un espace social et politique fermé (Delhoume, 2005).

18In fine, les cañeros n’étaient pas encadrés selon des mécanismes touchant à la rationalisation gestionnaire du travail, ni selon des critères marchands, mais selon d’autres indicateurs, plus qualitatifs, appartenant à une forme de rationalité traditionnelle. Cette dernière divergeait de modes de fonctionnement fondés sur des normes plus impersonnelles sous-tendant des objectifs de performance. Dans cette optique, les dispositifs gestionnaires, fondés sur une rationalité instrumentale, n’étaient pas d’actualité, comme nous allons le voir à présent.

2. Un discours légitimant une rationalité traditionnelle et guidant les pratiques organisationnelles

19En définitive, on peut dire que jusqu’au début des années 1990, les pratiques organisationnelles ont fonctionné sur le mode d’une rationalité traditionnelle (au sens wébérien du terme), dans la mesure où elles étaient guidées par les relations sociales personnalisées entre les leaders et leurs adhérents. En effet, celles-ci étaient fondées sur des principes relationnels, sociaux, où les problématiques de « rentabilité » et de productivité n’occupaient qu’une place mineure, d’autant plus qu’il s’agissait très souvent d’une petite paysannerie, qui, du fait de la répartition agraire, ne possédait que de un à cinq hectares, ce qui lui permettait juste de subsister et de reproduire l’unité domestique paysanne. Deux situations illustreront ici notre propos : d’une part, la façon dont se sont construites les relations entre les producteurs et leurs leaders, d’autre part le déroulement de l’organisation du travail.

  • 13  Cette notion désigne originellement le parrainage religieux en vertu duquel le patron s’attachait (...)

20En premier lieu, cette rationalité traditionnelle était associée au clientélisme : le compadrazgo13. Au Mexique, les compadres sont des individus qui se sont liés sur la base d’un échange loyal de solidarités. Ainsi, les liens personnels, l’allégeance à celui qui est capable d’offrir une certaine protection étaient à la base des relations politiques instituées dans les campagnes mexicaines. Ces chefs dispensaient des faveurs individualisées en échange d’un appui politique. Dans le secteur du sucre, ce système s’est traduit par des privilèges accordés aux compadres (les producteurs) en échange de leur loyauté vis-à-vis du leader de leur organisation et du PRI. Comme le souligne Alain Rouquié (1998), le cacique faisait passer les liens personnels avant les considérations d’idéologie ou de légitimité organisationnelle, et n’admettait que les structurations verticales du champ politique.

21En second lieu, cette rationalité traditionnelle a guidé l’organisation du travail, notamment dans le cadre des récoltes : par exemple, entre 1940 et 1970, la production de sucre a été multipliée par 6,8, mais dans le même temps, les surfaces coupées ont augmenté dans la même proportion. Par conséquent, la production dépendait moins d’une amélioration de la productivité que d’une extension des zones de culture de la canne, qui passèrent de 59.398 hectares en 1940 à 402.852 hectares en 1970 (Paré, 1987). De plus, les raffineries ne furent pas rénovées ou modernisées, l’organisation de la récolte et l’amélioration des techniques de production n’étant pas à l’ordre du jour. L’objectif principal était donc l’extension des surfaces. Dans cette perspective, les subventions attribuées, qui devaient servir à optimiser les conditions de production, furent utilisées à d’autres fins : elles furent détournées vers d’autres activités jugées plus rentables, comme l’hôtellerie, l’assurance ou la banque. Les industriels spéculèrent ainsi avec les fonds octroyés par la FINASA ; pour accroître cette manne financière, ils avaient tout intérêt à ce que la surface cultivée de sucre soit la plus étendue possible pour bénéficier de prêts encore plus importants.

22Quant aux deux décrets de 1943 et de 1944 régissant les relations entre producteurs et raffineries, ils n’ont pas incité les cañeros à vouloir dégager des rendements optimaux de leurs parcelles de sucre. L’ordonnance de 1944 établissait les modalités suivant lesquelles étaient fixés les prix du sucre et de sa matière première ; ceux-ci furent gelés jusque dans les années 1970. Ces décrets ont ainsi enlevé aux producteurs de canne la possibilité de prendre des décisions. Ils ont en outre mis l’accent sur la productivité moyenne pour déterminer le prix de la canne (Singelmann, 1998). Par ailleurs, ce dernier fut établi en liaison avec le rendement industriel. Le schéma organisationnel de la production ne favorisait donc pas l’amélioration du rendement individuel de chaque producteur et, corrélativement, la rentabilité du secteur sur le long terme.

  • 14  Confer la définition de Boltanski et Thévenot (1991).
  • 15  Par grandeur, les deux auteurs entendent les différentes formes de bien commun légitimes.

23À ce titre, les principes de justification mobilisés étaient de nature « domestique »14. Dans ce contexte, la grandeur15 domestique constituait l’expression du bien commun. C’est donc sur ce registre que les leaders et les organisations cañeras basaient leur légitimité. Le discours mobilisé mettait donc l’accent sur les ressources domestiques et des dispositifs fondés sur des relations personnalisées et non sur des indicateurs de performance.

24Ce schéma allait connaître un coup d’arrêt dans les années 1990 : on assista alors à un désengagement important de l’État. Les raffineries furent privatisées et un nouveau décret radicalement différent des précédents fut promulgué ; les autorités souhaitaient donner une plus grande autonomie aux cañeros, tant dans leurs choix agricoles que dans leur gestion du crédit. Dans le même temps, le contexte économique international était extrêmement défavorable pour l’ensemble des acteurs du secteur sucrier dans la mesure où les responsables mexicains avaient très mal négocié l’ouverture du marché interne aux importations étrangères ; les réformes s’accompagnèrent d’un plan de restructuration des raffineries (Olvera/Quiñonez, 2001).

25Le retournement de situation fut de taille : d’acteurs occupant un rôle passif dans le processus agro-industriel, les producteurs de canne à sucre furent sommés, par le nouveau décret de 1991, d’être autonomes et de devenir les gestionnaires de leur propre exploitation. C’est donc l’image d’un producteur de canne à sucre « entrepreneur » qui allait s’imposer, alors que les caractéristiques paysannes restaient importantes pour une profession qui cherchait à reproduire l’unité domestique paysanne. Ce modèle de l’agriculteur entrepreneur se traduisit par un rôle clé accordé à la technologie et au marché, ainsi que par une rationalité marquée par des fondements technico-économiques (Déléage, 2004). C’est donc le passage à une autre forme de rationalité, plus instrumentale, qui était en jeu. De la même façon, cette évolution allait se traduire par la mobilisation d’un registre fondé sur des principes industriels (les juges de la grandeur industrielle étant les experts) et marchands (prédominance de l’économie de marché), ce qui n’irait pas sans poser problème, dans la mesure où il y aurait litige avec le registre de justification préexistant, fondé sur des principes domestiques. C’est dans ce contexte que les organisations cañeras et leurs confédérations durent redéfinir certains de leurs objectifs, devenus caduques dans un environnement moins protectionniste.

III. Changement de contexte et émergence d’un discours d’expert

A. Un dispositif clé qui change

26C’est à travers un nouveau décret, entré en vigueur en 1991, que l’on a assisté à l’émergence de dispositifs gestionnaires dont les normes faisaient référence à celles existant dans les pays industrialisés. Nous utilisons ici le concept de « dispositifs gestionnaires » dans une acception relativement large : il permet d’appréhender les outils et règles de gestion, non seulement sous l’angle de la rationalisation qu’ils visent, mais aussi par le biais des rapports de domination qu’ils incorporent, notamment, en imposant ou en cherchant à imposer des représentations et des croyances, touchant ainsi aux dimensions culturelles et idéologiques (Boussard/Maugéri, 2003). Il s’agit d’une notion centrale pour la sociologie de la gestion. Celle-ci, telle qu’elle s’est institutionnalisée récemment en France, est donc apparue dans un contexte où les sociétés traversaient de nouveaux processus de rationalisation s’incarnant de manière emblématique dans ces dispositifs gestionnaires. Plusieurs sous-questionnements structurent cette discipline : comment définir ce terme central qu’est « le dispositif de gestion », ainsi que l’objet même de la gestion ? Quels sont les acteurs structurant les dispositifs de gestion ? L’étude de la gestion doit-elle s’étendre à d’autres sphères que celle de l’entreprise et si oui de quelle manière peut-on analyser cette diffusion de la gestion d’une sphère à l’autre ?

27Nous nous intéressons plus particulièrement aux deux dernières thématiques, mais couplées à une nouvelle problématique qui structure le champ de la sociologie de la gestion : la « diffusion » des dispositifs gestionnaires, à travers des outils, des principes, des pratiques, des modèles d’action, des discours ou encore des représentations, dans des espaces ou des contextes non marchands et dans des aires culturelles, économiques et politiques non occidentales (Benedetto-Meyer/Metzger, 2008). Cet angle thématique est particulièrement intéressant pour l’étude des filières agro-alimentaires au Mexique.

  • 16  Kilográmas de Azúcar Recuperable Base Standar.

28Ainsi, dans le domaine sucrier, le processus de privatisation des raffineries de sucre s’est déroulé entre 1988 et 1990. Les relations entre producteurs de canne à sucre et propriétaires des raffineries s’orientèrent vers une plus grande efficacité du complexe agro-industriel. Entre autres points forts, la nouvelle législation offrait aux raffineries et producteurs de canne à sucre la possibilité de créer des associations, des co-investissements et des contrats afin de favoriser la productivité du secteur ; établissait le prix de la canne à sucre en fonction du taux de Karbe16, nouvel indicateur de gestion, afin d’inciter les producteurs à améliorer les rendements agricoles ; prévoyait que les producteurs de canne à sucre auraient recours aux services d’un chimiste afin de contrôler les mesures de saccharose réalisées à partir de la matière première.

29Conformément à ce décret, chaque producteur signerait un accord d’achat-vente de la canne individuellement avec la raffinerie : les engagements et les obligations de chacune des parties y seraient définis. D’une part, la raffinerie devait octroyer un financement afin que s’effectuent les travaux propres de la culture de la canne à sucre ; d’autre part, l’agriculteur s’engageait à livrer la canne cultivée sous certaines conditions de qualité préalablement définies.

30Ce nouveau décret présentait, aux yeux des producteurs, deux facettes. D’un côté, sa mise en œuvre pouvait paraître purement contraignante, puisqu’elle les obligeait à être plus efficaces en les incitant à accroître la « qualité sucrière » de la matière première produite. D’un autre côté, il pouvait être source d’accroissement de leurs revenus dans la mesure où le prix de la canne dépendrait de sa teneur en saccharose, et non plus de son poids. Le paiement s’effectuerait en plusieurs parties : pré-liquidations (80 % de la somme totale) tout au long de la récolte, et liquidation finale, le mois suivant la fin de la récolte.

31À travers l’introduction d’une nouvelle forme de contractualisation et d’un nouveau mode de paiement, la privatisation de l’industrie sucrière allait donc se traduire par un nouveau modèle de gestion de la filière sucrière, mais également par une nouvelle logique organisationnelle. Dans cette perspective, nous pouvons appréhender les dispositifs mobilisés comme des indicateurs des changements organisationnels à l’œuvre.

B. Un discours qui évolue

32Pour illustrer notre propos, nous allons montrer à partir de deux études de cas que l’évolution du discours, ainsi que l’application de nouvelles normes techniques, sont révélatrices de changements orientés vers un souci de performance.

1. Deux associations du Veracruz

  • 17  Données récoltées sur le site du Comité de l’agro-industrie sucrière http://www.coaazucar.org/, au (...)

33L’État du Veracruz est le principal producteur de canne à sucre au Mexique. Sur les 60 industries que compte le pays, 22 se trouvent dans cette zone géographique ; ces fabriques représentent 36 % de l’ensemble des usines établies dans le pays et produisent 38 % du sucre national. 45 % de la superficie cultivée est dédiée à la canne à sucre. 620.000 personnes dépendent directement ou indirectement de l’agro-industrie sucrière. Durant la récolte 2002-2003, l’État a produit 4.927.574 tonnes de sucre17.

34Depuis la privatisation du secteur, les industries régionales sont en difficulté. Nombre d’entre elles se trouvent au bord de la faillite ; les producteurs et leurs organisations doivent donc lutter pour maintenir en vie des raffineries qui constituent une activité économique de premier ordre pour les localités rurales. C’est tout particulièrement le cas de l’Ingenio La Concepcion, qui doit son maintien à la pugnacité de la CNPR locale.

35Cette petite organisation, créée en 1992 et à laquelle adhèrent un millier de producteurs, se trouve dans un contexte particulièrement hostile. En effet, les petits villages qui l’approvisionnent sont durement touchés par la crise agricole que traverse le pays : ce sont avant tout des localités marquées par la culture de la canne, mais aussi du café, deux filières en pleine crise. De plus, de nombreuses tensions sociales et économiques se sont cristallisées en 2002. S’estimant insolvables, les propriétaires de la raffinerie n’ont pas payé une grande partie des liquidations finales dues aux producteurs. Ces derniers, soutenus par leurs organisations (tout particulièrement l’union locale de la CNPR), ont réfuté l’argument et accusé les industriels de détourner de l’argent. En définitive, plusieurs facteurs expliquent l’attitude des cañeros : l’obligation, sans recherche scientifique préalable, d’utiliser de nouvelles variétés de canne qui ont eu de très mauvais rendements ; une estimation de la production revue à la baisse par les industriels pour que les producteurs soient moins payés ; enfin, un mépris affiché à l’égard de ces derniers, perçus comme des ouvriers agricoles devant obéissance aux propriétaires de la raffinerie. Pour le dirigeant de la CNPR locale, Rafael Rincón Lopez, le propriétaire se comporte comme un cacique et ses pratiques sont jugées anachroniques (Delhoume, 2005).

36L’autre organisation étudiée appartient à la même confédération, la CNPR, mais se situe plus près du port de Veracruz, à La Gloria (à l’est de l’État). Cette organisation ne se trouve pas dans une situation dramatique comme celle qu’a pu connaître La Concepción en 2001 et 2002. Les rendements agricoles et industriels sont satisfaisants et la raffinerie occupe une des premières places au niveau de l’État. 1266 producteurs y adhèrent. Nous allons ici nous attacher plus particulièrement aux discours tenus par les responsables locaux, mais aussi aux nouveaux indicateurs retenus pour « évaluer » les cañeros.

2. Normes « impersonnelles » et mutation organisationnelle

37À La Concepción, face à la privatisation de la filière sucrière, au désengagement de l’État et aux mauvaises relations entretenues avec les propriétaires de la raffinerie, les producteurs ont fait évoluer peu à peu la nature des rapports cañeros/raffinerie. Cette démarche s’est traduite par un renouvellement des pratiques organisationnelles afin de maintenir la culture de la canne dans la région et a amené les responsables de l’organisation à adopter un nouveau discours.

38Les différents cañeros interrogés lors de nos enquêtes se sont tous accordés pour dire qu’ils avaient de bons leaders à la tête de leur organisation, qu’ils étaient légitimés par les actions menées à l’encontre de la raffinerie d’une part, par leur honnêteté et leur volonté de miser sur une certaine transparence d’autre part. Concrètement, ils n’ont pas essayé de gérer l’organisation de manière formelle et impersonnelle ; au contraire, ils ont par exemple veillé à résoudre les tracasseries administratives auxquelles étaient confrontés les producteurs pour l’obtention de la sécurité sociale, à régler les problèmes de délimitation des parcelles et, plus généralement, à traiter les difficultés spécifiques au milieu agricole. Pour représenter au mieux les intérêts des producteurs, ils ont étroitement surveillé le laboratoire et des échantillons destinés à la mesure du Karbe, pour que la raffinerie ne fausse pas les résultats, ce qui s’était produit par le passé (Delhoume, 2005).

  • 18  Les noms des personnes interviewées ont été changés pour préserver leur anonymat.

39Pour les responsables de l’organisation, notamment les chargés de récolte (à l’instar de Miguel18, qui a occupé cette fonction), il a fallu « responsabiliser » les producteurs et leur faire prendre conscience qu’ils devaient mieux gérer leurs parcelles de canne. C’est ainsi qu’à La Concepción, le discours « gestionnaire » est devenu légitime : émanant de dirigeants reconnus et appréciés, il a été d’autant plus volontiers repris par les producteurs de canne à sucre. Bien que technique et économique, il est aussi apparu plus axé vers des principes égalitaires (horizontalité des rapports). Cette réussite n’a pas été démentie puisque la même équipe dirigeante a été réélue à la tête de l’organisation en 2002, sans opposition réelle.

40À La Gloria, le besoin de changement était moins prégnant. Des pratiques plus « professionnelles » ont été mises en place, mais selon d’autres modalités. L’organisation du travail s’en est trouvée améliorée. Cependant, les relations sont restées très hiérarchisées, ce qui a provoqué une perte de popularité du leader, S. L., ce dernier ayant été accusé de corruption et s’étant vu reprocher d’être peu présent pour régler des problèmes opérationnels. Ces pratiques « traditionnelles », acceptées tant qu’il y avait redistribution économique, ont déçu les producteurs qui n’ont dès lors plus hésité à exprimer leurs critiques face à un leadership de moins en moins capable de leur assurer un « bien commun ».

41Si S. L. a pu se maintenir à la tête de l’organisation, c’est en mettant en avant la technique et la « science » à travers le rôle attribué aux experts. Ainsi, lors d’une réunion pré-récolte, il s’est appuyé sur son équipe et plus particulièrement sur l’expert agronome mandaté par la fédération nationale. S. L. affirme que la productivité en milieu rural s’est améliorée durant son mandat. Mais s’il justifie le bilan de son mandat en se basant principalement sur l’amélioration des indicateurs agricoles, c’est parce que le reste de son action n’a fait que susciter des critiques (autoritarisme, personnalisation du pouvoir). Et c’est, tout compte fait, l’équipe d’experts qui a été légitimée, puisque c’est dans ses rangs qu’à été élu le successeur de S. L.

42Malgré les différences entre les deux organisations que nous venons d’évoquer, on a donc assisté, dans les deux cas, à une valorisation de l’expertise scientifique, à l’image de ce qui s’est fait au niveau national, notamment à travers les séminaires d’information mis en œuvre par l’équipe dirigeante de la CNPR nationale à l’attention des organisations régionales (Delhoume, 2005). Ce fut notamment le cas en février 2002 à Xalapa dans le Veracruz, avec le « Premier séminaire à l’usage des directions et du personnel technique d’appui aux Unions régionales et Associations CNPR ». Le but affiché de cette rencontre était de mettre à jour et d’améliorer les connaissances du personnel technique des différentes associations locales à travers des séances spécialisées. Cet objectif s’est notamment traduit par des conférences consacrées aux problèmes liés à la fertilisation et au mode d’utilisation des équipements de mesure du Karbe.

43On est ainsi passé d’un discours relevant d’une justification « domestique » basée sur les relations de confiance personnalisées liant les membres d’un même groupe par la médiation d’un dispositif d’interactions, à une justification « marchande » fondée sur la prégnance des échanges monétarisés. Cette évolution s’est traduite par une nouvelle représentation des fonctions et du fonctionnement des organisations de producteurs, dorénavant basée sur une rationalité plus instrumentalisée, dont les indicateurs technico-économiques sont les révélateurs.

44Ainsi, à La Concepción et La Gloria, les préoccupations plus « techniques » et agricoles sont devenues déterminantes, les organisations souhaitant améliorer la productivité des parcelles de canne à sucre. Dans ce but, une plus grande attention a été portée à l’organisation de la récolte, ainsi qu’aux indicateurs chiffrés, notamment le taux de Karbe. C’est dans cette perspective que les chefs de secteurs agricoles de deux organisations ont été l’objet de toutes les attentions, car ils avaient pour mission de surveiller le bon déroulement de la récolte, depuis son organisation quotidienne jusqu’au dépôt de la canne à sucre à la raffinerie. Par ailleurs, la mesure du Karbe revêtait une dimension stratégique, révélant une volonté de rationaliser la production sucrière selon des critères normatifs précis, ce qui n’était pas le cas auparavant.

45Ce souci d’orienter les producteurs de canne à sucre vers plus de productivité a été observé à La Concepción, en pleine phase de récolte. Ainsi, lors d’une réunion de routine entre ingénieurs agronomes, chimistes et producteurs responsables de zones prédéfinies (guardacortes, chargés de récolte), un des ingénieurs a présenté un tableau pour informer les cañeros de l’avancée de la récolte. Il était accompagné dans sa tâche par son supérieur hiérarchique, qui demandait à être tenu informé de l’ordre de coupe et de son bon déroulement par les chargés de récolte. Le tableau et les différents points qui y étaient repris ont ensuite été commentés (rendements, quantités d’impureté, mesure du Karbe). Par ailleurs, les dirigeants et responsables ont mis aussi l’accent sur l’importance qu’il y avait à améliorer l’organisation du travail, c’est-à-dire, en réalité, à la repenser pour améliorer la valeur des indicateurs jugés centraux.

46À la Gloria, bien qu’il n’y ait pas eu beaucoup de réunions au cours de cette récolte 2001-2002, le service du responsable du pôle agricole et agronomie a reçu des prérogatives importantes qui lui ont permis de gérer au mieux l’organisation de la récolte, et notamment sur le terrain, où les coordonnateurs ont été chargés de diffuser un message lié à l’amélioration de la qualité de la matière première.

47C’est ainsi que peu à peu, les dispositifs de gestion ont été « naturalisés » par l’intermédiaire de nouveaux acteurs, comme nous allons le voir à présent. Il s’agit donc pour nous de mettre l’accent sur la logique d’un groupe d’acteurs dans la construction et l’utilisation de dispositifs gestionnaires.

3. L’émergence de nouveaux gestionnaires

48Comme nous venons de le constater, un changement de législation au niveau national (la modification du décret sucrier) a provoqué l’émergence de nouveaux cadres de référence, dont les indicateurs techniques sont les révélateurs. De plus, on a assisté à l’émergence de nouvelles légitimités, ainsi qu’à une renégociation de la distribution du pouvoir au sein des organisations de producteurs de canne à sucre. Ces évolutions résultent de la médiation de dispositifs de gestion utilisés par des acteurs jusqu’alors subordonnés aux leaders « traditionnels » : les experts scientifiques.

49En effet, ces dispositifs de gestion, qui rappelons-le, visent à transformer l’organisation du travail, à en contrôler la bonne exécution, ainsi qu’à intervenir dans l’évaluation des personnels et de leurs performances (Maugeri, 2006), occupent un rôle central au sein des organisations de producteurs dans la mesure où ils favorisent une redistribution du pouvoir au profit d’ingénieurs chimistes et agronomes possédant les compétences requises pour les « utiliser ». Ce n’est pas le cas des leaders « traditionnels », dans la mesure où ceux-ci ont construit leur légitimité sur leur capacité redistributive, mélange de rationalités traditionnelle et affective.

50Nous rejoignons ici les thèses développées par S. Maugeri (2005, 2006) à propos de l’utilisation des dispositifs de gestion. En effet, l’étude de la mesure du Karbe et de sa mobilisation par des experts scientifiques permet de comprendre l’émergence de nouveaux principes d’organisation des activités productives, et plus largement de comprendre les enjeux qui se sont tissés autour de ces changements, non seulement en termes de cadres cognitifs, mais surtout de concurrence entre logiques professionnelles distinctes pour l’accès aux positions de pouvoir.

51De manière générale, ces « nouveaux professionnels », qui occupent de façon croissante des postes à responsabilité au sein des organisations correspondent à un personnel qualifié apparu à la faveur de la rationalisation de la filière sucrière pour concrétiser la volonté d’améliorer la qualité de la canne. Schématiquement, on peut dire que ces acteurs ont une vision « entrepreneuriale » de l’agriculture. Nombre d’entre eux sont des propriétaires moyens qui possèdent plus de 20 ha de terres. Ils sont généralement dotés d’un capital culturel élevé (fin d’études secondaires, université). Ainsi, un des futurs responsables de la nouvelle équipe élue en 2002 a été, dans un premier temps, ingénieur chez Coca-Cola, avant de diriger une équipe de 70 personnes, ce qui lui a permis d’acquérir une formation managériale. Selon lui, les producteurs doivent se montrer plus responsables pour améliorer les rendements agricoles, car c’est dans ce domaine que se trouve l’obstacle majeur à l’amélioration de la santé économique de la filière sucrière. On trouve aussi de nombreux jeunes diplômés en chimie ou en agronomie, qui tiennent un discours axé sur des objectifs technico-économiques, comme la mécanisation et l’amélioration de la productivité. C’est notamment le cas de l’ingénieur-chimiste de la CNPR La Gloria, qui est aussi un jeune producteur et qui souhaite que les associations sucrières s’orientent davantage dans cette voie. Il critique aussi la politique de la raffinerie relative aux prêts octroyés pour acheter engrais et matériel : pour lui, le taux d’intérêt pratiqué est trop élevé. Enfin, il déplore l’utilisation que certains producteurs (souvent les plus âgés) font de ces prêts, car pour lui, ils n’utilisent pas forcément cet argent pour la culture de la canne, mais pour des frais « personnels ». Ces jeunes diplômés véhiculent donc de nouvelles pratiques de travail, ce qui se traduit par la volonté de transformer l’organisation de la récolte afin que les rendements agricoles et industriels soient améliorés.

52Tout compte fait, en s’emparant de nouveaux objets de connaissance liés aux transformations de la filière sucrière mexicaine, un groupe professionnel en construction justifie son accession à des positions plus importantes au sein des organisations de producteurs de canne à sucre. C’est dans ce cadre que doivent être interprétées les décisions prises pour accroître la valeur du taux de Karbe : elles manifestent les stratégies de ces acteurs collectifs pour se maintenir et se pérenniser. Dans ce contexte, l’appropriation de dispositifs de gestion émergents (les indicateurs liés au Karbe, ainsi que les connaissances agronomiques et chimiques que leur mesure requiert) permet de conquérir du pouvoir, dans la mesure où ces experts gagnent du terrain au sein des associations, et ce, au détriment des formes de pouvoir plus relationnelles et hiérarchisées, moins efficaces dans le contexte actuel.

IV. Des dispositifs rationnels encastrés dans le social

A. Une volonté de performance à travers le renouveau des pratiques organisationnelles

53Dans un contexte de crise, l’obtention de rendements agricoles et industriels croissants est devenue cruciale, notamment à la Concepción, où les dirigeants des deux unions sucrières et le coadministrateur ont compris que c’était là une question de survie pour la raffinerie. Comme nous avons pu le constater lors d’un séminaire régional organisé les 26 et le 27 février 2002 à Xalapa entre les équipes dirigeantes des unions du Veracruz et les dirigeants nationaux de la CNPR, les conseillers des organisations locales de la confédération ont ainsi été encouragés à travailler cet aspect du processus productif, notamment par leur confédération nationale, l’UNC. Lors de cette réunion, un expert de la raffinerie El Potrero est intervenu pour affirmer que l’accroissement de la rentabilité devenait un objectif central pour les associations sucrières. Plusieurs solutions furent exposées touchant à la fertilisation des terres, à la mécanisation du secteur sucrier ou encore à la recherche d’alternatives à la production de sucre, comme l’éthanol.

54Cette préoccupation, liée à l’amélioration de l’organisation de la récolte, a favorisé une nouvelle « culture » du travail, encourageant l’autonomie et la responsabilisation des cañeros. Ces normes « entrepreneuriales », liées au contexte néolibéral, ont été intégrées au mode de gestion des crédits octroyés aux producteurs. Il fallait en effet que les conseillers des organisations sensibilisent les bénéficiaires au fait qu’il s’agissait de prêts remboursables, uniquement dédiés à la culture de la canne à sucre, ce qui, compte tenu des observations relatées ci-dessus, n’allait pas de soi.

55En définitive, les « nouvelles » pratiques de gestion portant sur l’organisation du travail ont amélioré la productivité et les rendements sucriers. Comme l’a mis en avant V. Boussard (2006), les outils de gestion ont offert des innovations techniques et sociales qui ont créé des opportunités en matière de changement organisationnel et économique. Dans le même temps, les dispositifs mobilisés ont eu des effets normatifs, ce qui a abouti à des transformations organisationnelles.

56Tout ceci a nécessité des efforts considérables pour modifier l’organisation de la récolte avec, notamment à La Concepción, la mise en place continue de réunions tout au long de cette phase : les responsables ont décidé de jouer la « transparence », en énonçant notamment les difficultés liées à la commercialisation du sucre, mais aussi en mettant en avant les difficultés, en amont et en aval de la production, auxquelles étaient confrontés les coupeurs de canne et le processus agricole. Une dynamique sensiblement identique a été observée à La Gloria, avec le rôle déterminant accordé aux experts scientifiques, en l’occurrence des ingénieurs-chimistes et agronomes.

57Ainsi, à travers de nouvelles pratiques organisationnelles et des dispositifs de gestion orientés vers des logiques de performance, de nouvelles représentations du monde social se diffusent. Toutefois, elles doivent se combiner avec des pratiques qui leur préexistent.

B. L’existence de pratiques historicisées

58La « rationalisation » des pratiques organisationnelles à laquelle nous avons assisté n’a pas supprimé les pratiques développées autour des « dispositifs non gestionnaires », basés sur une rationalité à la fois « traditionnelle » et « affective ». Dans cette perspective, la fonction « sociale » des organisations de producteurs de canne à sucre est restée fondamentale, notamment parce qu’elle s’est historiquement construite dans le cadre du système mis en place par le PRI.

59C’est ainsi que l’on a assisté au maintien des fonctions sociales. Par exemple, à écouter les discussions, il est apparu que le service de la sécurité sociale (seguro) constitue une des plus grandes préoccupations des cañeros mexicains. À notre sens, l’efficacité de ce service à La Concepción a contribué à la réélection du leader et de son équipe. En effet, Nabor, le responsable du seguro, s’est montré très actif et il a toujours été présent aux côtés des producteurs, prompt à résoudre tous leurs problèmes administratifs. À l’inverse, S. L. a perdu sa légitimité en négligeant le seguro (Delhoume, 2005). Ce service a donc été complètement renouvelé avec l’arrivée d’un nouveau dirigeant plus attentif à répondre aux demandes prioritaires des producteurs. Dans cette perspective, la problématique du seguro est devenue un des axes de lutte des organisations de producteurs de canne à sucre, comme le montrent l’importance prise par la défense de cet acquis au sein de la confédération nationale UNC-CNPR et l’organisation de séminaires dédiés à cette question.

60De la même façon, on observe une politisation constante qui limite la démocratisation interne des associations. Dans un contexte local où le PRI est resté une force politique de premier plan et où le sucre est devenu une question politique relativement importante en 2002 et digne d’intérêt pour les partis d’opposition souhaitant revenir au pouvoir, UNC-CNPR et UNPCA-CNC ont pris conscience de l’opportunité du maintien d’une affiliation à l’ancien État-Parti : transformée en enjeu politique, la défense du secteur devenait plus importante.

61Ainsi, si l’organisation CNPR de La Concepción véhicule de nouvelles pratiques, celles-ci sont toutefois teintées de pragmatisme, ce qui implique de négocier avec des acteurs comme le PRI qui font toujours appel à des pratiques « traditionnelles ». Ce fut le cas lors des deux grèves qui marquèrent la récolte 2001-2002, la première d’une durée de 58 jours de novembre à décembre 2001, la seconde au mois de janvier de l’année 2002. Ces mobilisations s’inscrivaient dans une dynamique de confrontations entre l’organisation CNPR locale et la raffinerie La Concepción, principalement à propos du paiement de la matière première aux producteurs. Ainsi, l’organisation et ses adhérents protestaient contre les pratiques des industriels, qui entendaient non seulement payer avec beaucoup de retard les planteurs de canne à sucre, mais aussi beaucoup moins que prévu (70 % du montant final). Tout l’enjeu de ces grèves était de mettre fin à ces pratiques, perçues comme iniques par les cañeros.

62Ces actions ont finalement conduit à une co-administration et à la mise en place de pratiques plus transparentes à propos du paiement de la canne à sucre (contrôle des mesures de saccharose effectuées dans le laboratoire de la raffinerie). Mais ce succès n’a été possible que grâce aux stratégies mises en place par l’association CNPR, qui a su utiliser, efficacement, un tissu de relations fondé sur l’amitié ou le compadrazgo. Les leaders de la CNPR ont mobilisé leurs réseaux associatifs et d’amitiés politiques, appelant les municipalités à la rescousse ; ils ont également joué un rôle important dans la médiatisation du problème, notamment en mettant en avant l’importance du sucre dans les économies locales. Ainsi, la persistance des pratiques traditionnelles dans la manière de faire de la politique dans le contexte local a obligé l’organisation CNPR de La Concepción à « composer » au mieux avec les différents acteurs « traditionnels ». Quant à La Gloria, l’union CNPR est restée un tremplin politique pour quasiment tous les candidats aux élections dans la mesure où elle permet, dans une localité où domine très largement la culture de la canne à sucre, de se faire connaître et de préparer une candidature locale.

V. Conclusion

63On peut aujourd’hui qualifier les organisations de producteurs de canne à sucre d’instances économiques, car c’est cette dimension qui fonde leur légitimité, alors que par le passé, le discours dominant a valorisé les composantes sociales et politiques. Cette évolution se traduit par un discours « expert », où les scientifiques sont reconnus et où l’on met en avant l’optimisation de l’organisation du travail (gestion de la récolte), en évitant les « favoritismes » (compadrazgo). On assiste donc à une rationalisation des pratiques organisationnelles (au sens wébérien), et par là même à l’introduction de dispositifs de gestion influencés par le modèle des pays industrialisés.

  • 19  Cette situation n’est pas propre au secteur sucrier, puisque l’on retrouve de nouvelles dynamiques (...)

64Ces dispositifs de gestion, qui expriment la prédominance d’une rationalité économique, sont d’autant plus utilisés qu’ils légitiment les actions menées par les organisations de producteurs de canne à sucre : en effet, c’est à partir de l’amélioration des rendements agricoles que des paiements corrects sont attribués aux producteurs, ce qui constitue leur préoccupation majeure. C’est donc progressivement que les organisations de producteurs de canne à sucre ont changé de logique : fonctions sociales, politiques et économico-productives interagissent comme par le passé, mais c’est cette dernière dimension qui prédomine aujourd’hui. Rappelons que c’est à la suite d’injonctions externes que ces associations se sont partiellement transformées : d’une rationalité politique et sociale, elles ont évolué vers une « justification marchande » des actions entreprises. Par conséquent, on peut affirmer que les pratiques sont « métissées » (Amselle, 1999), dans la mesure où les comportements inédits apparus à la faveur de la diffusion de la démocratie de marché et ceux qui ont été développés sous le régime « priiste » sont en train d’aboutir à un syncrétisme particulier et unique, lié à une reconfiguration de l’ensemble de la filière sucrière mexicaine19. On peut ainsi parler « d’encapsulage » (Chiapello, 2008) des relations de pouvoir dans les dispositifs techniques et d’encastrement des pratiques gestionnaires dans un tissu de relations sociales, dans la mesure où les rapports de force présents et l’héritage des représentations dominantes du passé vont modeler ces outils de gestion devenus la norme aujourd’hui.

65Les constats établis permettent donc d’affirmer que, si le modèle néolibéral dans sa version « technique » est accepté (modernisation de l’agriculture, professionnalisation des organisations de producteurs de canne à sucre), les résistances au côté politique de ce projet se traduisent par deux revendications qui démontrent une volonté d’établir un modèle néolibéral « à la mexicaine ». D’une part, il existe une volonté de voir l’État continuer à être un régulateur de première importance du marché sucrier national et à protéger cette filière, notamment à l’encontre de la politique agressive menée par les États-Unis. D’autre part, les revendications autour du maintien d’acquis sociaux (sécurité sociale) sont importantes, car elles apparaissent nécessaires pour la reproduction de l’unité domestique paysanne.

66Ainsi, comme le soulignent L. Boltanski et L. Thévenot (1991), « la grandeur marchande, bien que fréquemment en cause dans la vie quotidienne, est souvent critiquée au nom d’une autre grandeur ». C’est ce que nous retrouvons dans notre cas, puisque le dispositif marchand « n’élimine » pas les principes domestiques. C’est dans ce contexte qu’un compromis, sans doute encore fragile, s’est construit autour des dispositifs de gestion utilisés par les acteurs émergents des associations sucrières. En effet, si la légitimité de ces « nouveaux » professionnels a été possible, ainsi que la diffusion du discours qu’ils portaient (amélioration de l’organisation de la récolte et de la qualité de la canne à sucre), c’est parce qu’ils ont été capables de prendre simultanément en compte les dispositifs d’encadrement qui les ont précédés. Ces derniers sont marqués, tout particulièrement, par des caractéristiques se référant à une grandeur domestique qui a impliqué l’expression d’un bien commun redistribué à l’ensemble de la « communauté » sucrière. Ainsi, s’il y a confrontation entre plusieurs registres qui font appel à des normes différentes, la négociation autour des modalités de mise en œuvre des dispositifs d’encadrement passés et présents implique l’élaboration d’un compromis. On peut donc parler aujourd’hui de pratiques syncrétiques pour qualifier les comportements organisationnels cañeros et une certaine réappropriation par des acteurs locaux de normes « externes ».

Haut de page

Bibliographie

Amselle J.-L., 1999, Logiques métisses, Paris, Payot.

Baitenmann H., 1999, Rural Agency and State Formation in Post-Revolutionary Mexico: The Agrarian Reform in Central Veracruz (1915-1992), Michigan, University of Michigan.

Bizberg I., 1992, « Une critique du concept de corporatisme à la lumière du corporatisme étatique », Cahiers du Cela-Is, n° 2, pp. 20-35.

Boltanski L., Thévenot L., 1991, De la justification. Les Économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boussard V., Dir., 2006, Au nom de la norme. Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles, Paris, L’Harmattan.

Boussard V., Maugeri S., Dir., 2003, Du politique dans les organisations, Paris, L’Harmattan.

Brachet-Marquez V., 1996, El pacto de dominacion. Estado, clase y reforma social en México (1910-1995), Mexico, El Colegio de México.

Chiapello E., 2008, « Étudier des actes de gestion en les reliant aux caractéristiques institutionnelles des systèmes économiques », in Metzger J.-L., Benedetto-Meyer M., Dir., Gestion et sociétés, Paris, L’Harmattan, pp. 103-115.

Cordero Diaz B., 2002, De la Valentia a la honestidad. La construcción de la política cañera en una arena de poder cambiante, Mexico, Centros de Estudios Antropológicos – COLMICH.

Craipeau S., Metzger J.-L., 2007, « Pour une sociologie critique de la gestion », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. XXXVIII, numéro 1, pp. 166-182.

Déléage E., 2004, Paysans. De la parcelle à la planète, Paris, Syllepse.

Delhoume C., Ruptures et continuités des pratiques sociales paysannes. Le cas de deux organisations de producteurs de canne à sucre dans l’État du Veracruz, Thèse de sociologie, Paris I.

García Chavez L., 1997, La agroindustria azucarera de Mexico frente a la apertura comercial, Mexico, Universidad Autonoma Chapingo.

Hardy C., 1984, El Estado y los campesinos : la CNC, Mexico, CEESTEM Nueva Imagen México.

Hoffmann O., 1992, « Renovación de los actores sociales en el campo : un ejemplo en el sector cafetalero en Veracruz », Estudios Sociológicos, vol. 10, n° 30, pp. 523-554.

Livernais P., 2001, Peuplement et évolution agraire au Morelos (Mexique), Paris, L’Harmattan.

Mackinlay H., 1998, « Negociación colectiva o individualizada? La organización campesina en la rama del tabaco frente a los procesos de restructuración productiva de los años noventa », Revista Mexicana de Sociología, vol. 60, n° 4, pp. 209-251.

Maugeri S., 2005, « Pour une sociologie de la gestion et de ses dispositifs », Terminal, n° 87, revue électronique, http://www.terminal.sgdg.org/nouveau/articles/87/Maugeri.html
2006, Au nom du client. Management néolibéral et dispositifs de gestion, Paris, L’Harmattan.

Metzger J.-L., Benedetto-Meyer M. 2008, Gestion et sociétés, Paris, L’Harmattan.

Olvera A., Quiñonez E., 2001, « Veracruz : la difícil transición a la modernidad », in Castillo J., Patiño E., Zermeño S., Dir., Pobreza y organizaciones de la sociedad civil, Puebla, Universidad Autónoma de Puebla, pp. 439-481.

Paré L., Dir., 1987, El Estado, Los Cañeros y la Industria Azucarera, 1940-1980, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana.

Rouquié A., 1998, Amérique Latine, Introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Seuil.

Singelmann P., 1998, « The sugar industry in post-revolutionary Mexico: State Intervention and private capital », Latin American Research Review, n° 27, pp. 61-88.

Singelmann P., Otero G., 1995, « Campesinos, Sugar, and the Mexican State: From Social Guarantees to Neoliberalism », in Singelmann P., Ed., Mexican Sugarcane Growers. Economic Restructuring and Political Options, San Diego, Center for US-Mexican Studies, University of California, Transformation of Rural Mexico n° 7, pp. 5-20.

Weber M. 1971, Économie et Société, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  La hausse du prix du pétrole du début des années 1980 a provoqué une grave crise financière ainsi qu’un endettement sans précédent du pays.

2  Comme le soulignent Craipeau et Metzger, «la notion de dispositif doit prendre en compte non seulement l’instrument, la méthode ou la technique, mais également la manière dont ils sont appropriés, détournés» (Craipeau S., Metzger J.-L., 2007). Ainsi, il faut considérer ces dispositifs comme des indicateurs d’enjeux plus globaux, dans notre cas lier ces dispositifs gestionnaires à des transformations sociales et économiques globales.

3  Les enquêtes de terrain ont été menées de septembre à novembre 2001 et de février à décembre 2002.

4  Partido Revolucionario Institucional, Parti Révolutionnaire Institutionnel.

5  Ces deux décrets furent remplacés par un nouveau texte en 1975, qui, bien que moins contraignant, stipulait que la plantation, la culture, la récolte et la transformation industrielle de la canne à sucre étaient d’intérêt général.

6  Paysans titulaires d’une exploitation agricole particulière, l’ejido. Officialisé en 1928, ce terme désigne toute terre remise à une communauté de paysans pour un usage individuel ou collectif. Les terres sont généralement divisées en parcelles, chacune étant remise à un ejidatario, un paysan membre d’un ejido, pour subvenir aux besoins de sa famille. Les ejidatarios ont seulement l’usufruit des terres, qu’ils ne peuvent pas vendre. L’ensemble des membres de l’ejido élit les personnes qui feront partie du conseil de surveillance et du commissariat ejidal qui dirige l’ejido. Un contrôle est exercé de l’extérieur par les représentants locaux du Ministère de l’Agriculture et, plus encore, du Crédito Ejidal, banque destinée aux prêts. Les ejidatarios sont directement affiliés à la CNC (Confederación Nacional Campesina, Confédération Nationale Paysanne).

7  C’est d’ailleurs dans les années 1970 que l’interventionnisme étatique atteignit son apogée, avec la nationalisation d’une grande partie des raffineries de sucre : sur les 68 raffineries que comptait le pays, 54 appartenaient à l’État en 1979 (Livenais P., 2001).

8  Comisión Nacional de la Industria Azucarera, Commission Nationale de l’Industrie Sucrière, créée en 1953. Operadora Nacional de Ingenios S.A., Opératrice Nationale des Raffineries. Financiera Nacional Azucarera, Financière Industrielle Sucrière, dans les années 1970, la quasi-totalité de l’industrie sucrière était financée grâce à cette institution.

9  Unión Nacional de Productores de Caña de Azúcar, Union Nationale des Producteurs de Canne à Sucre, instance rattachée à la CNC. Syndicat majoritaire affilié au PRI avec lequel l’État mexicain a principalement négocié jusque dans les années 1980. Dans le monde paysan, la CNC a occupé un rôle d’intermédiaire essentiel entre l’État et les paysans mexicains, car la grande majorité des organisations paysannes locales lui sont affiliées.

10  Unión Nacional de Cañeros, Union Nationale des Producteurs sucriers, instance rattachée à la Confederación Nacional de Productores Rurales, Confédération Nationale des Producteurs Ruraux. Organisation paysanne également affiliée au PRI. Elle fut créée par le gouvernement en 1946, car les petits propriétaires avaient été exclus des statuts de la CNC.

11  Le cacique est ici appréhendé comme un chef local qui exerce sa domination politique sur un ensemble d’individus. Il naît dans les sociétés qui présentent, en raison de leurs caractéristiques particulières, les conditions favorables à l’apparition de relation de patronage et à la constitution de réseaux de clientèle.

12  Le mouvement San Cristobal, qui débuta lorsque les relations entre les producteurs et les responsables de la raffinerie s’envenimèrent (Delhoume C., 2005). Ce mécontentement s’amplifia dans un contexte de crise de l’agriculture mexicaine et de contestation au nouveau décret sucrier mis en place en 1975.

13  Cette notion désigne originellement le parrainage religieux en vertu duquel le patron s’attachait les enfants de ses clients.

14  Confer la définition de Boltanski et Thévenot (1991).

15  Par grandeur, les deux auteurs entendent les différentes formes de bien commun légitimes.

16  Kilográmas de Azúcar Recuperable Base Standar.

17  Données récoltées sur le site du Comité de l’agro-industrie sucrière http://www.coaazucar.org/, aujourd’hui inaccessible.

18  Les noms des personnes interviewées ont été changés pour préserver leur anonymat.

19  Cette situation n’est pas propre au secteur sucrier, puisque l’on retrouve de nouvelles dynamiques dans le café et le tabac, apparues dans un contexte de chute des cours à la fin des années 1970 : une place prépondérante est ainsi accordée aux préoccupations de productivité dans le secteur du tabac (Mackinlay H., 1998) ; cela se traduit aussi par l’importance attribuée à l’auto-gestion paysanne, la commercialisation du café et la productivité agricole de la filière (Hoffmann O., 1992). Mais dans le même temps, la défense des acquis sociaux au sein des organisations de producteurs de tabac, l’attachement des caféiculteurs au PRI, débouchent sur des pratiques syncrétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Delhoume, « Rationalisation des modes de gestion », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 11-31.

Référence électronique

Catherine Delhoume, « Rationalisation des modes de gestion », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 07 décembre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/142 ; DOI : 10.4000/rsa.142

Haut de page

Auteur

Catherine Delhoume

Institut Polytechnique LaSalle Beauvais.
catherine.delhoume@lasalle-beauvais.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org