Navigation – Plan du site
Articles isolés

Un espace public oppositionnel contrarié ? L’institutionnalisation partisane de la rébellion cynégétique en France

An Oppositional Public Space Opposed ? The Partisan Institutionalization of the Cynegetic Rebellion in France
Christophe Baticle
p. 183-203

Résumés

L’émergence d’un mouvement axé sur la chasse avait quelque-chose d’atypique dans le paysage politi­que français de la fin des années 1980, d’autant que des phénomènes similaires se développaient au même moment en Italie, au Royaume-Uni et au Portugal. Dans un premier temps, ils ont été interprétés comme purement réactionnaires, révélateurs d’un retour à une forme de poujadisme. En s’installant dans la durée et en mettant en évidence son arrière-plan idéologique agrarien, le “parti des chasseurs” (CPNT : Chasse, pêche, nature et traditions) a ensuite provoqué différents renouvellements quant à son analyse. Nous proposons ici d’aborder le phénomène sous un angle théorique inspiré par Oskar Negt. Ce dernier nous incite à observer cette tentative initiale pour faire émerger un espace public opposition­nel comme la marque d’une “subjectivité rebelle”, présente chez ces “petits chasseurs” également ac­teurs du mouvement ouvrier. Rapidement rattrapée par la constitution d’un parti politique, cette expé­rience avortée a tourné en faveur de l’institutionnalisation. Pour autant, le parti a conservé les traces de ces origines frondeuses dans son répertoire d’action. Cette histoire en dit également long sur les proces­sus identitaires qui mettent en concurrence l’appartenance de classe et la référence au territoire.

Haut de page

Texte intégral

«Ainsi, l’espace public oppositionnel comme concept permet de se déplacer, du champ spécialisé de la poli­tique à un espace hétéroclite et souvent inorganisé de pratiques et d’expériences qui grâce à ce déplacement, cette dé-territorialisation, peuvent être perçues comme politiques» (Sagradini, 2009 :207).

I. Introduction

  • 1 On les estimait à 1 330 000 pour la saison 2013-2014, sachant que ces dernières années la réglement (...)
  • 2 “Chasse, pêche, nature et traditions” depuis sa fondation en septembre 1989, après le lancement de (...)
  • 3 A commencer par celles du Sud-ouest hexagonal, mais également du Nord Pas-de-Calais et de la Som­me (...)

1Avec plus d’un million de pratiquants1, la France arrive en tête des pays de l’Union européenne comptant le plus grand nombre de chasseurs, loin devant l’Espagne et l’Italie. Mais l’hexagone est surtout un pays singulier dans la mesure où l’on y obser­ve, depuis plus de trois décennies, une introduction explicite de la thématique cynégé­tique dans le débat politique national, et ce à un degré inégalé ailleurs. Cette particula­rité a abouti à une représentation partidaire qui reste unique en son genre : le CPNT2. Or, la création de cette formation partisane fut largement conditionnée par l’appui d’une frange d’édiles de la chasse française aux manettes de puissantes fédérations dé­partementales3, l’engagement électoral des nemrods dépendant largement de leur im­plication dans ce choix stratégique en faveur de l’espace représentatif officiel (Darbon, 1997). Ainsi, l’émergence d’un parti politique étiqueté “chasse”, a été analysée comme l’expression d’un mouvement corporatiste, voire néo-poujadiste, mené par des notabi­lités parfaitement au fait des rouages de la démocratie représentative contemporaine.

2Entre le début des années 1970 et la fin des années 1980 pourtant, cette fronde va s’attacher à viser autant les instances représentatives de la chasse que la classe politi­que nationale et les institutions européennes. Rompant avec le lobbying classique et feutré de leurs dirigeants auprès des élus locaux et nationaux, une multitude de grou­pes cynégétiques contestent alors le mode d’organisation des luttes et se regroupent autour de responsables associatifs des chasses spécialisées pour déborder la stratégie notabiliaire. Ces spécialités dans les modus operandi concernent notamment les pra­tiques les plus contestées par la Directive européenne 409 de 1979 relative à la pro­tection des oiseaux migrateurs, et ensuite par la Directive 43 de 1992, complémentaire sur le plan des habitats, mettant en place le réseau des espaces protégés Natura 2000. Mais déjà bien en amont de ces textes supranationaux, de nombreuses formes de pra­tiques étaient discutées, y compris sur le plan juridique, comme la chasse de nuit du gibier d’eau. Écueil de taille, ces modes de chasse menacés dans leur existence ont l’a­vantage de drainer des aficionados pour lesquels la manière de faire se rapporte à un processus d’identification régionale ou même hyper-localisée qui finit par faire de l’activité cynégétique une «scène sociale secondaire» (Bozon/Chamboredon, 1981 :73 ; Chamboredon, 1982) où s’expriment les ressentiments vécus par les prati­quants quant à une arène située en arrière-plan, mais déterminante, celle des inégalités socioéconomiques qui condamnent ceux-ci à une forme de relégation sociale. Nombre de ces “petits chasseurs” se regrouperont progressivement autour de l’Union nationale de défense des chasses traditionnelles françaises (UNDCTF), qui deviendra la rampe de lancement pour un parti “chasse”. En revanche, d’autres organisations, comme le Co­mité Tourterelle dans le Médoc, animé par le militant communiste et cégétiste Georges Riboulet, resteront circonspectes quant à cet alignement dans l’espace public représen­tatif, lui préférant une démarche que l’on peut rapprocher de la théorie du philosophe et sociologue allemand Oskar Negt relative à un espace public oppositionnel : le Gege­nöffentlichkeit (2007).

3En somme, la particularité de la résistance cynégétique française à l’harmonisation communautaire va certes tenir à sa force de mobilisation, mais d’abord et avant tout à la pression des classes populaires investies dans les chasses dites traditionnelles, accu­sées notamment de non-sélectivité, de prélèvements pendant les périodes prénuptiales ou encore sur des espèces définies par les milieux écologistes comme se trouvant en danger, autant d’accusations reléguant ces pratiques, au mieux, au rang de l’ineptie, au pire, à celui de la “viandardise” inconséquente, variante contemporaine du paysan en­sauvagé que l’on retrouve dans les représentations bourgeoises explicitées par Jean-Claude Chamboredon (1985).

4Les adeptes de la grande vénerie, par exemple, ne s’associeront que plus tard à un soulèvement transcendant les mondes socialement éclatés de la chasse française, et qui trouvera son point d’orgue le 14 février 1998 avec l’appel à la manifestation nationale sur le pavé parisien. Cet appel, lancé par les principales organisations cynégétiques du pays, rassemblera entre 130 000 et plus de 300 000 protestataires selon les sources, mais surtout toutes les composantes d’une chasse plurielle, rassurées par la décision des instances officielles, à cette époque, de soutenir l’option dure prônée par le CPNT. Toutefois, de par son histoire autant qu’en raison de ses contingents militants, cette formation politique conservera dans son répertoire d’action la marque d’une ambiva­lence fondatrice : l’attrait pour les jeux partisans légalistes d’une part, pour des modes d’agir à la marge d’un cadre réglementaire en pleine mutation d’autre part (comme ces invitations à la pratique hors des temporalités autorisées, qualifiées alors d’appels au braconnage par leurs détracteurs).

  • 4 Les argumentaires plus scientifiques, visant à démontrer la crédibilité des modes de chasse en acco (...)
  • 5 Pour reprendre l’expression d’Hélène Constanty (2002).

5Une composante structurelle traverse en effet l’idéologie ruraliste au fondement du CPNT. Elle s’appuie sur un sentiment d’iniquité rendant illégitime à ses yeux le diktat européen vis-à-vis des droits, considérés comme “naturels”, des populations à disposer de leur territoire. Ces droits sont opposés aux lois de la nature dont seraient porteurs les naturalistes, dénoncés ici comme détenteurs de ressources relationnelles leur per­mettant de peser sur les débats législatifs internationaux. L’injustice ainsi dévoilée jus­tifierait de ce fait un écart avec la législation surplombante de Strasbourg, soupçonnée de compromission avec une conception boboïsée de la nature socialisée, déconnectée des réalités de terrain. Deux types de rationalité se trouvent ainsi renvoyés dos-à-dos au bénéfice de ce détour par la dimension profondément anthropique des processus na­turels observés4. Ce plaidoyer est d’autant mieux reçu que le public auquel il s’adresse use, en vis-à-vis des réseaux supranationaux, de ressources sociales locales offertes par l’autochtonie (Retière, 2003). Pour autant, la ligne politique déployée pour unir chas­seurs prolétaires et hobereaux gentlemen farmers ou notables de la galaxie des artisans et commerçants sous une même bannière électorale masque une autre démarcation, plus sociologique. Toutefois, cet assemblage a montré son efficacité de 1989 à 2002, notamment sous la houlette du président Jean Saint-Josse, ce dernier prenant systéma­tiquement ses distances à l’égard de la bipolarisation politique. Elle trouvera ensuite ses limites, rouvrant des failles pour des mouvements divergents, mais conservant l’occupation tonitruante des espaces (tant publics que relevant de l’appropriation par les “hommes en kaki”5), comme un des outils de sa manifestation dans le champ politi­que, à la fois menace pour l’ordre établi, mais aussi soupape à l’expression des plus vindicatifs et également de ceux se sentant les moins à l’aise avec les codes de la re­vendication sur l’espace public bourgeois.

  • 6 Et se poursuivant aujourd’hui avec une étude dans le Nord Pas-de-Calais où se dessinent les contour (...)
  • 7 5 240 issus d’une enquête sur l’ensemble des pratiquants du département de la Somme et respective­m (...)

6Il s’agira dans cet article de tirer des matériaux recueillis un fil conducteur qui amène à s’interroger sur le caractère oppositionnel de l’espace public frayé par la ré­bellion cynégétique. Nous commencerons par mettre en perspective la naissance du mouvement des chasseurs ; nous analyserons ensuite ce phénomène à la lumière de la théorie de Negt ; grâce à cette dernière toujours, nous verrons en quoi la nature a pu devenir un enjeu de luttes sociales ; enfin, nous étudierons la signification profondé­ment politique (au sens plein du terme) de celles-ci par delà les facettes politiciennes. Pour ce faire, nous mobiliserons plusieurs recherches menées depuis 1993 sur les mouvements de chasseurs en France6, notamment notre doctorat en socio-anthropolo­gie (2007) consacré aux dimensions politiques des relations qui s’établissent entre la pratique et des territorialités vécues sur un mode intimiste (en Picardie, Pyrénées-Atlantiques, Normandie et Savoie). Notre approche a consisté à combiner les dimen­sions qualitative et quantitative par l’association de questionnaires aux entretiens ap­profondis et à l’observation in situ, tout en mobilisant l’exploitation des archives et l’étude des résultats électoraux. Après une longue période de “bâton” comme rabatteur et traqueur dans de nombreuses chasses en plaine, au bois, dans les marais et sur le lit­toral, ainsi qu’en zones de montagne, quelques 6 000 questionnaires7 sont venus systé­matiser les analyses monographiques et thématiques.

II. La publicisation de la résistance cynégétique

7La première question que nous posons est de savoir ce qu’il faut entendre par la no­tion d’espace public ? Nous proposons d’envisager les sphères de publicisation à la fois sous l’angle des stratégies déployées par les instances de représentation et les groupes de pression cynégétiques pour faire accéder leurs requêtes à la médiatisation, première étape de leur inscription sur l’agenda politique, mais également en tant que lieux concrets où se manifestent les luttes, particulièrement dans ce qu’elles ont de plus révélateur, à savoir la démonstration de force. A la différence des autres mouve­ments sociaux, il s’agit ici de populations qui accèdent généralement peu à ce qu’on appelle couramment “l’espace public”, dans une stricte opposition avec le domaine du privé. Il existe en effet, pour ces groupes hyper localistes, un triptyque beaucoup plus pertinent dans les façons de percevoir la dichotomie juridiquement établie par la dé­mocratie moderne issue de la révolution française de 1789. Entre le purement privatif et le légalement public, les collectivités locales, qui conditionnent l’accessibilité au territoire de chasse autant qu’à la catégorie des ayants droit au statut de chasseur, ont recours la majeure partie du temps à une troisième entité notoirement plus efficace qui pourrait s’apparenter à ce que Ferdinand Tönnies (1887) définissait comme “commu­nauté”. A l’évidence pourtant, nul ne pouvant contester la modernisation des espaces dits “ruraux” (Perrier-Cornet, 2002 ; Urbain, 2002 ; Chouquer, 2011 ; Le Goff, 2012), dont l’acculturation à la norme urbaine est désormais achevée pour un pays comme la France, c’est bien davantage un processus de communautarisation centré sur des polé­miques très actuelles qui est en jeu pour la période contemporaine, plutôt qu’une très hypothétique résurgence de la communauté locale régulée par ses coutumes. En revan­che, si comme n’importe quelles zones de relégation sociale (ou se vivant comme tel­les), les ruralités que l’on qualifiait de “profondes” jusqu’il y a peu génèrent un dis­cours misérabiliste sur elles-mêmes, celles-ci recourent pour ce faire à la notion de “tradition”, de sorte à contrecarrer les convoitises qui pèsent de plus en plus sur le pri­mat exercé encore parfois par les locaux quant aux usages de la nature. C’est dans ce contexte que resurgit l’argumentaire articulé autour des droits “ancestraux” des au­tochtones, ces derniers se considérant comme légitimes pour arpenter le territoire en tant que prédateurs du fait de la reconnaissance que leur confère leur appartenance à la collectivité du lieu. Face aux risques de privatisation du droit de chasse, ils font ainsi valoir les règles collectives d’une communauté devenue largement imaginaire, pour ne pas dire fantasmatique, en même temps qu’ils tentent de résister à la pression exté­rieure des chasseurs en quête de territoire en invoquant l’authenticité de leur pratique filiale (Baticle, 2013).

8La question de la filiation, et ainsi d’une logique du devoir à l’égard des ascendants, apparaît plus essentielle pour la pratique cynégétique que pour la plupart des autres loisirs, tant et si bien qu’il est délicat d’y percevoir purement et simplement un hobby (et ce en dehors du fait que l’acte de mise à mort suffit à l’en distinguer au regard des normes éthiques ascendantes dans nos sociétés). Non seulement l’initiation et la trans­mission s’y réalisent en empruntant des chemins spécifiquement intriqués dans les liens filiaux (ou à défaut par proxémie), mais le support lui-même, à savoir le territoire d’exercice, recourt dans une majeure partie des cas à des règles d’accessibilité qui con­sacrent la famille ou la localité. Ceci est spécialement frappant pour les régions du monde où l’on peut considérer que la cynégéphilie n’a été que très partiellement mar­quée par l’esprit du capitalisme, notamment dans le sud du continent européen.

9A ce titre, on distingue en Europe deux grands modes d’appréhension de la chasse en ce qui concerne les façons d’envisager son exercice du point de vue des acteurs. Le premier relève d’une culture plutôt présente dans les pays nordiques et anglo-saxons où dominent, d’une part, une conception plus ascétique dans laquelle s’impose la no­tion de gestion du capital faunistique et, d’autre part, un rapport plus distant au terri­toire de la pratique, moins souvent réservé aux locaux. A l’inverse, les régions quali­fiées de latines adhèrent davantage à l’esprit de l’ancienne “chasse banale”, proche de la cueillette hédoniste et intrinsèquement associé à l’entre-soi localiste. La France, du fait de sa position intermédiaire, associe à la fois la première et la seconde de ces ac­ceptions des “plaisirs” de la prédation. Bien qu’y progresse comme partout une comp­tabilité tendant à invalider les comportements orgiaques des “viandards” et autres “bidochards”, l’accès sans contrainte aux espaces appropriés symboliquement et physiquement par ces “méharistes” du territoire fait l’objet de toutes les luttes entre chasseurs sans terre et propriétaires, soustrayant ainsi celui-ci à la capitalisation par le biais de la contrainte sociale exercée sur les détenteurs fonciers.

  • 8 Dans un débit de boisson table réservée à un groupe, formel ou non.
  • 9 Contraction stylisée de “gros con”, selon une campagne de disqualification menée par Charlie Hebdo (...)

10Si donc les chasseurs considèrent que le terroir n’est pas un espace public, faut-il pour autant refuser de considérer que leur fronde relève de ce même espace sous pré­texte qu’il s’agirait d’un mouvement rétrograde et passéiste, davantage obnubilé par la défense d’acquis historiques (on pensera à l’ouverture du droit de chasse comme sym­bole de l’abolition des privilèges d’Ancien Régime) que promoteur d’un nouveau con­trat social, d’une proposition innovante renouvelant par exemple la manière d’aborder la nature ? A l’évidence, les formes que revêtirent les cortèges de rue et autres rassem­blements destinés à contrer la présence des écologistes sur la scène publique nous éloi­gnent du style habituellement pris par la contestation sociale. Au mieux pensera-t-on qu’il s’agit d’un espace public oppositionnel anachronique, une bataille d’arrière-garde à laquelle il serait superflu d’accorder plus d’importance qu’on ne le ferait pour un épisode populiste du type poujadiste. Negt n’est d’ailleurs pas convaincu par un tel rapprochement, préférant voir dans cette levée de fusils (ce qui fut perçu à l’étranger) un «espace public de table des habitués (stammtisch)8 où l’on tombe d’accord sur une conception de l’homme, sur des préjugés…» (Negt, 2008 :17). Il faut d’ailleurs bien reconnaître qu’à première vue, et qui plus est à distance, les observateurs ne sont guère disposés à considérer sur le même plan “révolution écologiste” et mouvement des chasseurs. Si le contexte outre-Rhin se révèle spécialement étranger à ces bizarreries latines, dans le périmètre hexagonal les péripéties de ces “braconniers de la politique” (Traïni, 2000) n’ont cessé de laisser pantois les analystes, à l’exception peut-être de politistes comme Dominique Darbon (1997) ou Bruno Villalba (2003), pour qui il im­portait a contrario de se défaire des stéréotypes du chasseur “grok”9.

  • 10 Pour le sociologue, la législation cynégétique est en France un compromis entre droit de propriété (...)

11Plus proche encore de Negt du fait de sa posture théorico-critique, un auteur comme James C. Scott (2008) n’a pas hésité à faire de certaines chasses populaires, réduites au rang du braconnage, une expression des arts de la résistance des “petites gens” (chères à Pierre Sansot, 1992) face à la grande propriété foncière, hypothèse déjà soumise par Jean-Claude Chamboredon10 dans le recueil magistral qu’Études rurales consacrait en 1982 aux pratiques de prélèvements sur la nature. Ce qu’a montré encore Scott, c’est cette faculté des plus “humbles”, si l’on considère la stratification sociale la plus en vue, à conserver un pouvoir d’insubordination (à défaut de reconnaissance, Honneth, 1992), susceptible d’exprimer leur dignité. Pour ce faire, ces derniers disposent certes de la parole décalée, indignée ou satirique, mais encore d’autres formes de langage, telles les pratiques dissidentes de l’espace. Ainsi, afin d’élargir son propos à tous les modes d’expression, Scott, en tant qu’interprète de ces “discours subalternes”, qualifie de “texte caché” l’ensemble des actes (y compris langagiers) exprimant le refus d’une soumission apparemment acceptée comme légitime (soit ici et par opposition, le texte dit “public”) :

Chaque texte caché est ainsi élaboré au sein d’un “public” restreint qui ex­clut (et c’est là son aspect caché) un certain nombre d’autres acteurs bien spécifiques. Un autre aspect primordial du texte caché, qui n’a pas été suf­fisamment mis en avant, est le fait qu’il ne recouvre pas seulement des pa­roles, mais est également constitué de tout un ensemble de gestes et de pra­tiques. Ainsi, pour de nombreux paysans, des activités comme le bracon­nage, le maraudage, l’évasion fiscale, ou bien la réalisation délibérée d’un travail d’une basse qualité pour le compte des propriétaires font partie inté­grante du texte caché […] ces pratiques vont à l’encontre du texte public de leurs auteurs, et, dans la mesure du possible, sont maintenues hors de la scène et ne sont pas confessées (Scott, 2008 :28).

12En d’autres termes, Scott offre la possibilité de penser des espaces sociaux pour les­quels la résistance est avérée, mentale d’une part, mais également extériorisée au tra­vers du contournement des normes et valeurs de l’univers dominant, et ce jusqu’à constituer une subculture disposant de sa cohérence et d’un faire-sens pour ses mem­bres, mais seulement perceptible de l’intérieur. Plus encore, en dépassant l’analyse des assujettis quant à leurs manières de dire affichées (complaisantes) par l’étude de leurs modes d’action, le sociologue de la contre-domination nous permet de considérer une métis propre à ceux à qui on n’accorde généralement que l’humilité consentie. Si donc ruse il y a chez les plus obséquieux en apparence (soit dans la présentation formelle d’eux-mêmes), cette soupape compensatrice n’est pas seulement fonctionnelle pour perpétuer l’ordre dominant, car au-delà encore de cette habileté talentueuse à saisir le kairos, certains effets concrets peuvent aboutir à visibiliser le texte caché dans la sphère publique.

13C’est ce qui se produit entre la fin des années 1970 et la fin des années 1980 dans une France en marche vers la globalisation. Sous l’effet conjugué de leur mise au banc de la société (eu égard à l’inadéquation entre leurs pratiques et le respect dû aux ani­maux), de la marginalisation effective des espaces périphériques aux métropoles urbai­nes leur servant de références symboliques et du fait que l’ascenseur social n’avait pas fonctionné pour eux, plusieurs groupes de chasseurs militants, généralement inscrits dans une adhésion au moins sympathisante avec le socialisme de gauche ou la gauche radicale, vont retourner à leur avantage les stigmates dont ils sont affublés.

14Ces derniers sont en effet investis dans des formes de chasse exigeant une disponi­bilité temporelle importante pour l’aménagement du territoire, mais encore une totale abnégation pour s’adapter à un style de vie prenant l’ascendant par rapport à d’autres dimensions de l’identité. Que ce soit dans le Sud-ouest pour les colombidés, ou la façade atlantique et nordique pour les anitidés, les différentes chasses aux migrateurs imposent en effet des rythmes et des conditions spécifiques se rapportant à des com­portements grégaires peu conformes aux temporalités humaines. Pour les anatidés par exemple, les passages hivernaux, souvent sporadiques, nocturnes, par temps glacial et dans des zones humides hostiles à l’homme (marais et baies notamment) constituent autant d’éléments amenant ceux qui se nomment eux-mêmes les “sauvaginiers” à con­sidérer qu’ils se situent dans une nature à la fois “vraie”, car non-édulcorée, mais, par ailleurs, socialisée du fait des travaux d’entretiens qu’ils y mènent (creusement de ma­res, lutte contre leur eutrophisation, fauche des platières à bécassines, ouverture des milieux…) Il n’est dès lors pas surprenant de retrouver ces chasseurs parmi des pu­blics rétifs à l’éco-logie dominante, et se revendiquant par ailleurs d’une éco-pratique authentique à leurs yeux. C’est dans ce contexte que, à la fin des années 1980, les re­vendications cynégétiques qui s’exprimaient jusque là au travers du texte caché se dé­veloppent dans la sphère publique.

III. Vers un espace public oppositionnel ?

15La thèse d’Oskar Negt trouve ses fondements dans les objections que celui-ci oppo­sa aux développements formulés par Jürgen Habermas (1978) autour de la notion d’es­pace public, considérée comme composante fondatrice de la démocratie politique bourgeoise née de la révolution de 1789. Relevant du courant dit “chaud” de la théorie critique, Negt met l’accent sur les limites d’une conception purement normative d’un espace public exclusivement appréhendé au travers de la démocratie libérale (bürgerli­che Öffentlichkeit), ceci afin de ne pas rejeter la plèbe des forces sociales aptes à pro­duire une sphère publique efficiente. En effet, dans l’idéal-type à vocation universelle forgé par Habermas, les femmes, les étrangers, les vagabonds et globalement les clas­ses laborieuses, pour ne pas dire l’ensemble des exclus, ne semblent pas invités à jouer un véritable rôle dans la vie publique. Ce faisant, les débordements démocratiques ré­pondant aux formes traditionnelles de représentation (assemblées parlementaires et au­tres instances élues, presse, clubs de réflexion, institutions diverses pour l’expression de la citoyenneté et de la participation) deviennent incompréhensibles si l’on ne tient pas compte des capacités de résistance qui animent les dominés du système.

  • 11 Rendu en français par “subjectivité rebelle” dans la traduction d’Alexander Neumann. Confer sa pré­ (...)
  • 12 Lebendige Arbeit.

16Ainsi, la notion d’espace public oppositionnel entendue comme “démocratie sau­vage” (Sagradini, 2009 :208) s’avère indispensablement associée au concept clé qui découle de cette critique de la démocratie formelle : l’eigensinn11, cette «part maudite de la subjectivité humaine» qui ramène à «l’éthique de la ténacité» telle que la conçoit Michel de Certeau (Dobré/Haesler, 2009 :197). Indissociablement lié à cette concep­tion de l’espace public contestataire, son moteur en quelque-sorte, l’eigensinn occupe chez Negt une place charnière et causale déterminante reposant sur une conception ori­ginale du “travail vivant”12 inspirée d’une lecture attentive de Marx. Cette inspiration se retrouve également dans le cadre du courant de pensée développant l’histoire du quotidien (alltagsgeschichte), très présente dans la littérature germanique (Lüdtke, 1989). Ce faisant, on en conclut avec Negt que le monde du labeur (tripalium) ne se retrouve jamais totalement absorbé par la domination politique de l’espace public bourgeois, qu’il nourrit a contrario des formes contestataires et autonomes de délibé­ration entre travailleurs, aboutissant à une créativité alternative à la démocratie pure­ment électorale.

  • 13 Association des chasseurs du domaine public maritime, de puissantes structures au recrutement popu­ (...)

17A titre d’exemple, l’assemblée générale, qui caractérise les périodes de lutte dans les classes populaires, n’adopte pas les formes de médiation spécifiques au capital cul­turel dominant qui autorisent la prise de parole dans les débats plus policés, pour ne pas dire vidés de tout questionnement existentiel. Plus généralement, toutes les obser­vations menées lors des réunions des Associations de chasseurs du domaine public maritime révèlent la même contestation des élites, allant jusqu’au retrait bruyant de l’ACDPM13 Baie de Somme de l’Association nationale des chasseurs de gibier d’eau, pourtant en pointe des luttes cynégétiques depuis l’origine de la fronde. On le constate, le mode de prise de décision associé à un tel contexte diffère sensiblement du travail législatif ; c’est ainsi ce qui distingue en France le lobbying des instances cynégétiques nationales des revendications générées par les mouvements de chasseurs dissidents.

  • 14 Il conviendrait d’ailleurs, si le terme était davantage usité, de parler d’hétérotopie au sens de M (...)
  • 15 Confer par exemple les publications sur le sujet des sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel P (...)

18Or, s’inspirant de la tradition aristotélicienne, Negt accorde une importance cruciale et déterminante aux conditions de possibilité de cette liberté de pensée rendant hiéro­phanique l’innovation utopique14, à savoir le genos symboloitikon (littéralement force symbolique du débat collectif), en place publique précisément. Car il est nécessaire de concevoir alors la spécificité de ces interactions physiques qui animent les lieux de réunion, le forum ou l’agora, dotés de cette originalité capable de fonder la critique du système établi au travers de la “solidarité sensorielle”. En d’autres termes, la conscien­ce de classe qui fait désormais si cruellement défaut aux dominés, à l’inverse de ce que l’on observe dans la haute bourgeoisie15, se doit de passer par l’expérience socialisante d’une sphère publique prolétarienne, donc d’une transgression de l’ordre spatial im­posé par les rapports de classes :

Cela signifie que l’espace joue un rôle très central pour sensibiliser davan­tage à ses propres problèmes et aux problèmes de la société et cela signifie que transgresser la répartition de l’espace imposée par les dominants est aussi un élément essentiel pour la formation de la conscience des dominés (Negt, 2008 :12).

19En conséquence, l’enjeu ici consiste à délimiter les conditions de possibilité d’une représentation collective du “Nous” en tant que groupe exploité, mais aussi méprisé.

  • 16 Renouvelant par là et à leur manière la symbolique révolutionnaire du Jeu de paume, comme on le fer (...)
  • 17 Expression retrouvée couramment dans les propos tenus par les chasseurs contestataires à l’ordre so (...)

20Cette conscientisation se réalise également au travers de l’appropriation des lieux habituellement maîtrisés par la bourgeoisie : il peut s’agir d’usines occupées par des ouvriers en grève, de rues investies par des manifestants, mais aussi de l’épisode du serment dit “de Pau”16, au cours duquel, en 1983, les cynégètes opposés à la Directive européenne de 1979 relative à la protection des oiseaux migrateurs se jurèrent une lutte sans faille contre ce qu’ils considéraient être une entrave inadmissible à leur “mode de vie”. Par cette expression, relevant plutôt du champ lexical culturaliste, il convient d’entendre le résultat d’un processus d’identification s’articulant autour d’une forme de pratique de l’espace qualifié de “naturel”. Ce faisant, les chasseurs et particulière­ment de migrateurs, opèrent ce que l’on pourrait nommer un déplacement de problé­matique. La domination socioéconomique, spécialement vécue par les plus mobilisés d’entre eux, se trouve reléguée dans la sphère du non maîtrisable, des rouages d’un fonctionnement insondable et distant. Ils se focalisent alors sur une scène locale dont ils détiennent les codes sociaux. Leur sentiment d’appartenir à une population décen­trée des lieux de décision, astreinte à subir la condition de périphérie marginalisée, est contrebalancée par une occupation des lieux qui leur assure la légitimité des gardiens de la tradition. Dans cette perspective, parce que l’expérience sensible du territoire pratiqué affecte spécifiquement les représentations que se font les chasseurs de leur manière d’être au monde, l’analyse de la posture obstinée qu’ils développent à l’en­contre de tout “vampirisme territorial”17, qui les déposséderait de la nature telle qu’ils en usent, n’est pas sans soulever quelque proximité avec l’intérêt porté par Negt à la résistance exercée depuis la marge par ceux qui vivent concrètement la domination et ressentent le mépris dans leur chair.

IV. La nature : enjeu et scène sociale

  • 18 Confer à ce sujet le film révélateur du chasseur et cinéaste Romain Fleury “Et pour quelques canard (...)
  • 19 La grande loi voulue par le gouvernement de Lionel Jospin refonde l’organisation de la chasse en Fr (...)
  • 20 “La chasse c’est naturel”, “La nature est notre culture”, qu’il convient de contracter pour com­pre (...)

21La première de ces marginalisations consiste d’abord à s’assumer comme un “sau­vage de l’intérieur”, tant il est devenu malaisé pour un chasseur de se revendiquer au sein de nos sociétés urbanisées comme celui qui s’adonne, et pour son plaisir (!), à la traque des animaux sauvages afin de les mettre à mort18. C’est pourtant ce qui a com­mencé à se produire dans le courant des années 1980, alors que la remise en question de la légitimité de la chasse atteignait progressivement son paroxysme avec le vote de la loi de 200019. Comment expliquer un tel retournement de situation allant jusqu’à la revendication de la naturalité de la pratique prédatrice, devenue dans les slogans cyné­gétiques un véritable marqueur culturel20 ?

22La proposition théorique de Negt rencontre par de multiples aspects la réalité cyné­gétique française, notamment dans les modes de chasse les plus investis par les classes populaires, qui sont encore ceux dans lesquels l’engagement est le plus exclusif. En Baie de Somme, sur la côte picarde, la chasse est présentée, nous citons, comme “une religion” : cette activité est plus que la simple passion que l’on veut généralement bien reconnaître aux “porteurs de fusil”, et qu’ils revendiquent pourtant. Ce faisant, la reli­giosité doit ici surtout se comprendre comme un culte du territoire local et de ses habi­tants ; ces derniers étant réduits par la doxa cynégétique à leur attachement pour ce qui ferait l’originalité du lieu habité, et dont témoigneraient des pratiques “typiques”, résu­mées par la notion valise de “traditions”.

23Au-delà de ce discours convenu, pétri de stratégies identitaires (Camilleri, 1998), les chasseurs peuvent se définir autrement que par un attrait pour le morbide (si telle était d’ailleurs la cause première de leur motivation), nous permettant ainsi de faire abstraction de nos considérations subjectives (et légitimes par ailleurs) quant à la fina­lité de leur démarche. Objectivement donc, en retenant de cette activité l’ensemble des actions entreprises en regard du peu d’importance accordée au nombre d’animaux tués, le cynégète est surtout un pèlerin du territoire qui se conçoit par là comme un pri­vilégié de l’espace naturel, à défaut souvent de l’être dans l’espace social. Tel un dé­miurge rêvant à ciel ouvert, ses déambulations produisent une géographie largement imaginaire, faite de bornes évocatrices de l’épopée dont il est le héro. Comme Ulysse de retour dans son Ithaque, il parcourt une île onirique en balisant celle-ci de souvenirs héroïques, d’anecdotes burlesques, de conflits et de rivalités. Mais bien davantage, il contribue à produire des territoires, les travaillant à loisir, dans une quête du biotope idéal pour son mode de prédation.

  • 21 En picard un coteau calcaire aride et inculte, propice au boisement spontané par de petits épineux (...)

24Cette activité est observable en plaine où, après avoir contesté les conséquences de l’agriculture intensive, tels l’arasement des talus, la suppression des haies vives, l’agrandissement du parcellaire… les chasseurs ont entrepris depuis les années 1990 un mouvement de reconquête, se présentant pour l’occasion, dans une opposition assu­mée avec une “écologie de trottoir”, comme les véritables “écologues du terroir”, re­plantant ici des arbustes, installant là agrainoirs et abreuvoirs pour le gibier. Leur inter­vention est encore plus notable dans les zones les moins investies par les activités éco­nomiques rentables, à l’image des marais et autres larris21, qui constituent des endroits de prédilection pour leur activité. Même s’ils cherchent à les naturaliser le plus pos­sible, les territoires de chasse les plus giboyeux sont surtout des espaces très anthropi­ques, et c’est pour eux tout l’intérêt de cette nature socialisée que de permettre une forme de dialogue entre des hommes épris d’une socialité éloignée de la réalité très prosaïque des rapports sociaux habituels. Ils sont ainsi nombreux à trouver dans la “loge”, la “hutte” ou la “palombière”, entre autres cabanes de chasse, davantage que le souvenir des lieux d’enfance en campagne, une véritable mise entre parenthèses des luttes dont ils se sentent souvent la farce.

  • 22 Sorte de bêche au fer allongé, utilisée pour extirper la vase et redessiner le contour du plan d’ea (...)

25En leur permettant de mettre en avant leur maîtrise du terroir, le travail qu’ils opè­rent dans ce cadre naturel leur offre par ailleurs l’opportunité de se distinguer de l’éco­logie (tout au moins dans sa version “profonde”), tout en renouant avec l’anthropo­morphisme spatial fondant leur légitimité de locaux : «le marais des 400 coups est le meilleur coin à bécassines de France depuis que Brossin de Méré y a fait rapporter de la tourbe par wagons entiers» affirment ainsi les sauvaginiers de la côte picarde. Ce travail vivant, souvent peu mécanisé, à l’image des mares de hutte par exemple, géné­ralement creusées à main d’homme, permet aux chasseurs de se positionner en tant qu’héritiers des “anciens”, sur le plan matériel comme symbolique, et d’exiger une im­plication semblable des impétrants. L’adage populaire le rappelle : «la clé de la hutte est sur le manche du louchet»22.

  • 23 C’est d’ailleurs ce dont atteste depuis quelques années la législation en France en permettant de d (...)

26En Italie, les organisations de gauche n’ont pas ignoré ces activités de loisirs sou­vent présentées comme anecdotiques, voire grossières, les réinsérant par là même dans le domaine du politique au sens large du terme. Ce ne fut pas le cas en France, où la montée des insatisfactions cynégétiques fut à la fois beaucoup plus puissante et long­temps déniée par le personnel politique partidaire. Negt fait le même constat lorsqu’il observe que les syndicats ont eu tendance à se maintenir sur une conception étriquée du travail et de ses lieux de réalisation, à savoir l’entreprise, alors même, note-il, que l’activité laborieuse n’a cessé de se diversifier et d’étendre le périmètre des établisse­ments producteurs de plus-value. Si, comme il le pense, il y a matière et intérêt à redé­finir la notion de travail, force est alors de reconnaître que nombre d’engagements qualifiés de citoyens gagneraient à être reconsidérés sous un angle productif23. Ceci est d’autant plus vrai des actions en faveur de l’environnement, la préservation de ce der­nier ayant eu tendance à devenir la grande cause universaliste des sociétés occiden­tales. Nonobstant les effets anesthésiants de cette nature présentée comme transclassis­te, relevons que les débats sur le calcul de la richesse produite font une large place à la prise en compte des impacts environnementaux de la croissance économique. Il y a ainsi matière à élargir la notion d’intérêt comme le suggère Negt, tout en insistant sur le fait que l’exigence contemporaine d’éthique envers l’environnement rencontre né­cessairement un écueil lorsqu’une large part de la population peine à trouver du sens aux différentes réglementations qui la contraignent dans ses démarches.

  • 24 Pierre Bourdieu définit l’illusio comme “le fait d’être pris au jeu, pris par le jeu, de croire que (...)

27En conséquence, cette héroïsation du biotope tend à annihiler les luttes sociales contre les inégalités, remplaçant l’antagonisme entre le prolétaire et le bourgeois par une autre dichotomie qui édulcore la quotidienneté des plus fragiles, sommés de deve­nir des éco-citoyens (Alphandéry et al., 2012) alors même qu’ils peinent à exercer leurs droits formels de simples citoyens. En proposant une réponse globale transcen­dant l’hétérogénéité des existences sociales à la recherche d’idéaux, notamment chez les jeunes où celle-ci est considérée comme normale, la cause environnementale parti­cipe activement à l’altération des projets idéologiques concurrents (déjà passablement disqualifiés par les espoirs déçus qu’ils ont nourris), pour s’élever au rang de supra-idéologie, dépassant par là les intérêts divergents des groupes humains en présence. Parce que nécessaire à toute forme de vie, le biotope est ainsi érigé en nouveau déis­me, sans que l’on puisse ignorer qu’il reste aussi une construction humaine, liée au contexte de désenchantement de l’ère post-industrielle. Issue d’une sensibilité ayant germé au sein des classes moyennes cultivées (Bozonnet, 2005), l’écologie politique est le fruit d’une histoire plus récente que la préoccupation pour la protection des res­sources. Sa promotion sert aussi les mêmes catégories sociales qui ont su en tirer tout le parti. Sans ignorer la concrétude des menaces environnementales pour toutes les composantes du corps social, la sociologie passerait également à côté de son objet en perdant de vue cette dimension des intérêts pour le désintéressement écologique, en ignorant le leurre que constitue aux yeux du néophyte l’illusio24 (Bourdieu, 1988 :11) du croyant, soit le sens du jeu social auquel il s’adonne en épousant les valeurs du champ dans lequel il évolue. Situations radicalement différentes entre cette automysti­fication caractérisant le processus de justification de ceux qui se trouvent du côté des valeurs ascendantes et une prétendue acceptation, par les dominés, quant à la légitimité de leur domination.

  • 25 En France, Pierre Bourdieu n’a pas cessé de relativiser l’usage exclusivement économique de l’inté­ (...)
  • 26 Ainsi dans le massif des Coulmes, partie prenante du Vercors, les Écouges ont longtemps été un terr (...)

28C’est également une proposition que Negt (parmi beaucoup d’autres auteurs cer­tes25), avance comme un élément essentiel au courant “chaud” dont il est un des piliers. La rétribution symbolique, pour illustration, représente une des dimensions centrales à la construction identitaire, tel qu’on peut le constater chez les chasseurs qui cherchent désormais à se positionner comme les premiers défenseurs de la nature. A leur actif, et au-delà des aspects paradoxaux perceptibles dans un environnementalisme cynégéti­que à visée morbide, il convient de reconnaître que nombre d’espaces doivent effecti­vement leur état de conservation à la pression de ces aménageurs d’une biodiversité orientée. Effectivement, et notamment dans les zones humides, il y a fort à parier que les champs de maïs auraient remplacé les marécages les plus aisés à drainer. On peut multiplier les illustrations allant dans un sens similaire pour les espaces boisés ou montagnards26 et depuis peu dans les plaines où se multiplient les bandes enherbées et autres “jachères faune sauvage”. Ce qui importe davantage, c’est de constater qu’on a pris partout la mesure de la rente de notoriété induite par un tel engagement (y compris chez ceux qu’on suspectait le moins d’affinités écologiques), mais surtout de tirer l’en­seignement que cette écologisation des comportements n’est pas uniquement une for­me de présentation de soi, qu’elle impacte au contraire en profondeur les manières de penser son rapport à la nature. C’est ce que montrait déjà Christian Guimelli, en 1998, lorsqu’à travers une approche psychosociale il percevait chez les chasseurs du Langue­doc des aptitudes en faveur d’une écologisation de leurs démarches d’aménagement du territoire cynégétique.

29Parmi ces rétributions immatérielles, on pourrait encore placer la reconnaissance des “particularismes” culturels, alors que là aussi le syndicalisme a eu pour attitude gé­nérale une certaine défiance vis-à-vis de ce qui fut rapproché des formes de corporatis­me. C’est d’ailleurs la perception qui se dégage du mouvement CPNT dans un premier temps, alors qu’il apparaît comme un pur lobbying de chasseurs. Ce n’est que par la suite que ressortiront les dimensions les plus ruralistes du courant kaki, bien qu’elles aient été présentes dès les origines (CPNT, 1990 ; Goustat, 1994). De la même façon, Negt estime que le syndicalisme a perdu une part de son influence en renonçant à exer­cer un véritable mandat culturel. Le fait que les cultures soient redevables des proces­sus historiques qui les ont construites ne leur retire rien de leur pouvoir d’identifica­tion, notamment pour les populations les moins susceptibles de bénéficier d’un bras­sage interculturel.

V. Capter27 la nature au travers de la chasse : un objet éminemment politique

  • 27 Rappelons ici l’origine étymologique la plus communément admise du vocable “chasser”, du latin capt (...)
  • 28 A la fin du siècle dernier et lors des premières années du présent millénaire, l’Italie eut égaleme (...)
  • 29 Sur la base de 5 240 réponses à un questionnaire de 90 variables lancé à l’adresse de tous les adhé (...)

30En reprenant la théorie de Negt, on peut s’interroger sur les significations prises par les mouvements de chasseurs, en France, mais également en Italie ou au Royaume-Uni28, dans leurs conflits avec les environnementalistes. Cet angle d’analyse se révèle d’autant plus intéressant que, contrairement aux idées préconçues, ce sont le plus sou­vent de jeunes hommes aux capitaux économique et culturel restreints qui s’engagent davantage dans ces luttes de reconnaissance, et ce bien qu’ils soient au cœur d’une so­ciabilité locale solidement charpentée. Si en effet la population cynégétique décroît progressivement (ce qui interroge ses acteurs quant à la reproduction sociale du grou­pe) et vieillit sensiblement (ce qui apparaît très nettement au travers des analyses dé­mographiques réalisées – confer Baticle, 2003, 2004), le militantisme CPNTiste se trouve particulièrement animé sur sa base par les 16-30 ans, peu qualifiés et cantonnés dans des emplois d’ouvriers, sur des secteurs en grande difficulté, en perte de vitesse et soumis aux délocalisations. Sur la Baie de Somme, haut-lieu de la chasse à la sauva­gine et étudiée comme place forte de la politisation cynégétique, mais à l’image de l’ensemble du département de la Somme (Baticle, 2005)29, les résultats des analyses multivariées montrent la même tendance.

31Ces jeunes chasseurs, protestataires du nouveau contrat naturel qui se profile, pré­sentent paradoxalement une capacité à la mobilisation plus forte quand il est question de défendre la conception qu’ils se font de leur loisir que lorsqu’il s’agit de protéger les conditions de leur emploi, pourtant objectivement déterminant pour leur identité sociale. Parce que celle-ci se trouve dévaluée sous le coup de la dérégulation sociale post-fordiste et par l’effet du discrédit affectant les grands rassemblements idéologi­ques du XXe siècle, ce qui relevait de la marge s’est recentré pour devenir le cœur des aspirations… accessibles. Par conséquent, leur logique d’action les conduit non plus tant à aller à la chasse pour y exercer une activité socialement typée (comme ouvrière depuis la dernière phase d’industrialisation des années 1960), mais pour se définir comme chasseurs afin de mieux atténuer la perte de sens que recouvre leur identité socioéconomique malmenée.

32Dans ce cadre, la prise de risque que représente la déambulation armée constitue un aspect central qui renouvelle l’adhésion à un culte de la virilité désormais en perte de vitesse dans le monde du labeur populaire, alors qu’il en fut une dimension fondamen­tale dans le passé. C’est d’autant plus vrai pour les modes de chasse davantage investis par des populations moins âgées que sont les chasseurs côtiers pratiquant à la hutte ou les paloumayres en palombières dans le Sud-ouest, ces derniers payant un lourd tribut en termes de chutes des arbres à élaguer annuellement. Quant à la dangerosité des baies, qu’il s’agisse de celle du Mont-Saint-Michel, de la Somme, de l’Authie ou de la Canche, toutes suscitent la même crainte des marées d’équinoxes et des tempêtes qui les balaient ponctuellement. Ainsi, loin de souhaiter rester dans ce hors-jeu social que constituerait la jeunesse tardive, sorte d’antichambre générationnelle à la maturité re­connue, les jeunes sauvaginiers aspirent bien au contraire au vieillissement social, dé­ambulant de la manière qui puisse être la plus valeureuse aux yeux de leurs aînés.

33Ces pratiques territoriales particulières suscitent chez eux un véritable engouement pour l’espace “naturel”, exerçant ici un rôle déterminant dans ce qu’il convient de ca­ractériser comme un mode de socialisation spécifique, basé avant toute chose sur une démarche corporelle. L’anthropologue Jean-Pierre Warnier (2009) n’a pas hésité à considérer la chasse comme une conduite dont on acquiert le savoir-faire au travers d’un “apprentissage par corps”. Pour aller plus loin, l’analyse de l’engagement physi­que des chasseurs dans l’arène politique nous paraît révélatrice d’une socialisation à la pratique, via le territoire, qui transcende de loin la seule dimension ludique de l’activi­té. La manière de mener le combat idéologique nous éloigne de ce “loisir comme un autre”, que l’on présentait encore dans les médias au début des années 1980, lorsque les instances officielles tentaient d’amalgamer la chasse avec les autres pratiques ré­créatives. Ainsi, dans leurs fiefs électoraux, l’affichage sauvage atteint un niveau qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Les slogans appelant au vote chasse recouvrent toutes les routes du secteur, mais se trouvent absents sitôt que l’on sort du périmètre restreint de leur aire d’influence. Les sections locales du parti peuvent descendre à un niveau cantonal, alors que dans certains départements, même largement ruraux, elles sont purement inexistantes. Plus encore, les meetings des formations écologistes sont vécus comme des injures s’ils cherchent à se dérouler dans ces fiefs. Tout se passe comme si, sans chercher une victoire nationale hors de portée, les militants visaient à faire de leurs espaces de vie un sanctuaire acquis à leur cause.

  • 30 A quelques encablures de la Baie de Somme.

34D’une certaine façon, en socialisant les territoires qu’ils s’approprient tant sur le plan physique qu’émotionnellement, les cynégètes deviennent eux-mêmes les produits d’une représentation qui fleure bon “l’enracinement” indigène, et que la posture agra­rienne d’un CPNT a su positionner avec succès sur la scène publique, au-delà de tous les pronostics. Enkystés dans un espace local bien circonscrit et entretenant un rapport ambigu de fierté dissimulant mal l’ambivalence de leur sentiment d’enfermement, les plus jeunes d’entre eux se sont érigés en sentinelles de la terre des aînés, tendant ainsi, tout en contribuant chaque jour à le produire autant qu’à le reproduire, à faire du droit à la prédation une borne sacrée, caractéristique d’un style de vie censé se placer dans la continuité ancestrale. Mais au-delà, c’est la disqualification sociale dont ces popula­tions sont l’objet qui contribue le plus à expliquer cette focalisation sur une construc­tion identitaire arc-boutée dans l’espace local, en vis-à-vis réactif direct à la globali­sation du monde. Ainsi, le député du Vimeu30, en charge du dossier Natura 2000 sur la côte picarde, n’a pas hésité à devenir leur avocat en accédant à la présidence du groupe “chasse” de l’Assemblée nationale, régulièrement le plus fréquenté de tous les groupes d’études parlementaires. Conscient de la problématique travaillant cet électorat “kaki”, il a opté pour un slogan ad hoc : «Au moins notre baie, on ne la délocalisera pas ! ». Quant au conseiller général du canton de Saint-Valéry-sur-Somme (rayonnant sur la partie sud de la baie), élu une première fois sous l’étiquette du CPNT et actuellement président des chasseurs de l’ACDPM baie de Somme, il estime que le danger de la grippe aviaire masquerait le véritable enjeu pour la région : celui d’une “grippe pavillonnaire”.

  • 31 Indirectement c’est l’anthropocentrisme occidental qui se voit remis en question.

35Directement, cette première perspective du faire corps avec le territoire en introduit une seconde, qui ouvre sur la question de la participation publique des classes populai­res, soulevant ainsi des questions renouvelées pour l’action publique. Car si, primo, la socialisation par l’espace et sa pratique génèrent pour ces publics un type d’identifica­tion qui, dans le rural dit “isolé”, adopte la chasse pour emblème en écho à la convoi­tise, notamment touristique, dont ces territoires font l’objet, ce phénomène fait, secun­do, écho à la violence des situations sociales vécues par ces mêmes corps, renversant celle-ci par l’adoption d’un répertoire d’actions physiquement musclées. Ainsi, les dé­monstrations de force mises en œuvre par ces jeunes militants chasseurs montrent qu’il ne s’agit pas seulement d’en décrypter le sens comme mouvement agonistique (Vi­vent, 2005), mais comme une façon d’exister dans une configuration sociopolitique particulière où les attendus de l’intervention démocratique habituelle apparaissent inaccessibles (Baticle, 2010). Culture dominée, caricaturée devant l’avancée d’une nouvelle relation à la nature (Descola, 2005)31, ces “drôles d’oiseaux” (Lespinasse, 2001) développent une idéologie agrarienne (Chauvaud/Mayaud, 2005) qui n’est que la face inversée d’une domination transcendée au travers de leurs luttes. Pour ces chas­seurs, l’homme tend à devenir un lieu pour l’homme et un totémisme contemporain (Lévi-Strauss, 1962) est ainsi réactivé pour fonder une utopique “communauté” des porteurs de fusils, renouvelant l’idéologie transclassiste (Lamarche, 1986) que les édi­les de la chasse ont cherché à promouvoir depuis les années 1970.

36Adopter la violence comme registre d’action implique encore de tenir compte de sa réception dans la sphère locale (Beaujolin, 2010), à savoir l’espace vécu le plus con­crètement, et faisant sens à ce titre, notamment en raison des sanctions morales qu’une transgression des normes comportementales pourrait entraîner. Aussi, dans la plupart des luttes on observe les deux faces d’un même janus : d’une part tenter d’emporter l’adhésion du collectif de voisinage, ce qui induit d’autre part et par conséquent d’anti­ciper sur les conditions d’acceptation de cette violence par le groupe de localité. C’est d’autant plus vrai ici qu’il s’agit d’un militantisme territorial, fondant sa légitimité sur la défense d’un espace sublimé au travers de la pratique cynégétique, donc d’une “communauté” mystifiée, détentrice d’une solidarité idéalisée au nom de la sociabilité présumée consubstantielle au monde rural. On retrouve ici les déductions opérées dans la société civile quant à l’archétype mendrasien des sociétés paysannes (Mendras, 1976). Dans le même temps et à une échelle plus large se pose encore une interroga­tion à propos des manières de publiciser la revendication et de la faire accéder à une reconnaissance dans le domaine des affaires publiques, surtout lorsqu’elle se présente sous la forme d’une menace à l’ordre social, d’une possible déflagration dans les cam­pagnes :

Ainsi, la politique des faibles ou des exclus n’est pas toujours l’expression “convenable” du “petit”. Elle peut aussi faire preuve d’archaïsme ou d’aveuglement, par exemple, dans l’usage de la violence, le passage à l’acte et le non-respect de la loi (Sagradini, 2009 :206).

VI. Conclusion

37Fournir une analyse du phénomène CPNT qui cherche à discuter l’optique purement poujadiste et corporatiste de ce mouvement, en le replaçant dans un contexte plus large de transformation des représentations à l’endroit des espaces dits “ruraux”, tel était l’objectif de cet article. En ignorant cette dimension, on aurait tendance à réduire la chasse à une simple pratique de loisir déterritorialisée. Or, elle reste un important substrat pour l’identification aux lieux quand l’identité de classe donne des signes de faiblesse. Les effets de la libéralisation des échanges, opposant les opérateurs des pays à bas coûts de main d’œuvre, face à une population revalorisée par les 30 Glorieuses, ont renforcé cette tendance à la relocalisation des stratégies identitaires dans les classes populaires.

  • 32 Moins agricole du fait de la rétraction de cette part de la population active, antérieurement très (...)
  • 33 A savoir ici la localité.

38La nouvelle composition sociale des chasseurs de France32, désormais faite d’une majorité relative d’ouvriers et d’un fort contingent d’indépendants du commerce et de l’artisanat, a rendu délicate toute unité en faveur d’une politisation permettant de résis­ter à la remise en question de la gouvernance locale de la pratique, au profit d’une éco­logie ressentie comme l’expression de projections urbaines distantes et idéalistes. Lar­gement “dépaysannés”, les chasseurs de la fin du XXe siècle se trouvaient dans une position ambiguë, attirés par une idéologie néo-agrarienne plaçant au centre de ses pré­occupations la gestion paysanne du terroir, tout en étant soucieux de promouvoir le progrès social au village, caractéristique de la seconde révolution agricole marquée par l’industrialisation du secteur primaire. En conséquence, bien que nombre de conflits quotidiens concernaient concrètement les transformations du territoire liées à l’entre­prenariat agricole et sylvicole, une attaque frontale aurait signifié la fin des illusions quant à cette unité du “pays”33 autour de ses cultivateurs-chasseurs, mais également la consommation d’une rupture en gestation. Rupture par ailleurs impossible à assumer puisque les exploitations agricoles continuent à détenir très largement la maîtrise fon­cière indispensable à l’exercice de la chasse, sauf à faire de la prédation un complé­ment au revenu agricole, ce à quoi s’opposent radicalement les plus modestes des chasseurs villageois.

39De ces attentes contradictoires est née une fronde à l’encontre de l’Europe. Ce sont les Directives constitutives du réseau Natura 2000 qui ont permis l’unité des principa­les composantes sociales du monde cynégétique, sans provoquer de divorce explicite avec l’agriculture intensive, elle-même soumise à de nouvelles prescriptions commu­nautaires. Mais cette rébellion était, à ses origines, issue des franges militantes de la classe ouvrière résidant et/ou employée dans les secteurs anciennement industrialisés. Souvent paternalistes, les entreprises concernées rendaient malaisées les luttes sociales organisées et visibles sur la scène villageoise. S’y développaient les conditions de ré­sistance favorables à la subjectivité rebelle décrite par Negt et réactivées dans le cadre de la défense d’une conception localiste de la chasse des “sans-terre”. A cette résistan­ce classiste, toutes les catégories sociales de la pratique ne pouvaient pas adhérer. C’est l’opération idéologique réalisée par le CPNT qui a fourni un argumentaire ren­dant, un temps, l’unification possible. En même temps, l’intégration dans le jeu politi­que a contribué à institutionnaliser ce qui se présentait comme une potentialité de débat public populaire, dépassant la seule question de la chasse pour poser l’enjeu des inégalités socio-spatiales. Le parti des chasseurs en a conservé un agrarisme permet­tant de pallier aux contradictions internes à ses ailes gauche et droite.

40L’ensemble de ces éléments amène à rapprocher la vindicte des chasseurs de ce que d’aucuns nommeraient un mouvement social, en se détournant ainsi de la conception assez élitaire qu’adopte la posture théorique d’Alain Touraine (1984) en la matière. Un mouvement social qui, de notre point de vue, peut se rapprocher de la constitution avortée d’un espace public oppositionnel au sens de Negt. Indissociablement liée à cette conception de l’espace public contestataire, son moteur en quelque-sorte, la posi­tion charnière et causale du concept d’eigensinn n’est en rien absente de cette manière de faire société autour d’une appréhension à contre-courant des normes montantes.

41Nous arriverions aux mêmes conclusions avec cette “solidarité sensorielle” que met bien en exergue le si peu marxiste Hervé Le Bras (2002a) lorsqu’il propose sa théorie du vote diffusionniste par affinités proxémiques (2002b :35), faisant du vote en faveur du CPNT le révélateur le plus probant de sa démonstration. Une région comme le fief cynégétique national du littoral picard a voté massivement pour le PCF (notamment dans le Vimeu, historiquement anarcho-syndical et dénommé “rouge” aujourd’hui), jusqu’à la fin des années 1980, puis tout aussi massivement pour le CPNT, alors que plus récemment, c’est le Front National qui y a créé la surprise par son émergence dans le paysage politique local en 2002, après une présence relativement confiden­tielle. Ce que retient Hervé Le Bras de ce qu’il nomme “l’effet Baie de Somme”, c’est le caractère diffusionniste, ou “épidémique”, pour reprendre la terminologie du démo­graphe, de cette adhésion au discours agrarien des CPNTistes militants de la région cô­tière, particulièrement actifs dès 1989. Autrement dit, des formations partisanes aussi distantes du fait de leurs ancrages idéologiques sont aptes à capter les suffrages d’un public pourtant conscientisé quant à sa condition sociale subalterne. Pour citer Alexander Neumann,

La traduction publique de l’expérience se situe ici à l’opposé de l’identification fétichiste du prolétariat à un groupe social prédéterminé, à la manière du PCF qui se prétendait le “parti de la classe ouvrière” (2009 :186).

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry P., Djama M., Fortier A., Fouilleux E.,
2012 Normaliser au nom du développement durable, Paris, Quæ.

Baticle C.,
2003 Chasse et environnement : implications réciproques ? Études cynégétiques des sites Natura 2000, tome 1, “Estuaires et littoral picards”, Amiens, UPJV-CEFRESS.
2004  Chasse et environnement : implications réciproques ? Études cynégétiques des sites Natura 2000, tome 2, “Arrière-littoral picard”, Amiens, UPJV-CEFRESS.
2005  Les chasseurs de la Somme : portrait social, Amiens, UPJV-CEFRESS.
2007  Les pratiques de chasse comme affirmations politiques du principe d’autochtonie. Dimensions territoriales des luttes cynégétiques. Études de cas de la Picardie, Savoie, Normandie et Pyrénées, thèse de doctorat de socio-anthropologie, Amiens, UPJV.
2010  “Les violences cynégétiques : anthropocentrisme et déclassement social”, in Schehr S., Klinger M. (dir.), Lectures du conflit, Strasbourg, Néothèque, pp.195-221.
2013  “Les limites du tourisme cynégétique : des enjeux identitaires sous-jacents à la maîtrise des territoires. Le cas de la France”, Téoros. Revue internationale de recherche en tourisme, vol.32, n°1, pp.7-16.

Beaujolin-Bellet R.,
2010 “Syndicalisme et conflits sociaux contre les plans de restructuration”, séminaire “Travail, crise et restructurations”, coordonné par P. Depoorter, Université de Picardie Jules Vernes, Amiens, 20 avril 2012.

Bourdieu P.,
1988 “Intérêt et désintéressement”, cours du Collège de France à la faculté de sociologie et d’anthropologie de l’Université Lumière Lyon 2, Cahiers du GRS, n°7.

Bozon M., Chamboredon J-C.,
1981 “L’organisation sociale de la chasse en France et la signification de la pratique”, Ethnologie française, n°X-1, pp.65-88.

Bozonnet J-P.,
2005 “Le verdissement de l’opinion publique”, Sciences humaines, n°49, pp.50-53.

Camilleri C. (dir.),
1998 Les stratégies identitaires, Paris, PUF.

Chamboredon J-C.,
1982 “La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace rural”, Études rurales, n°87-88, pp.233-260.
1985  “La ‘naturalisation’ de la campagne : une autre manière de cultiver les ‘simples’ ”, in Cadoret A. (dir.), Protection de la nature : histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan, pp.138-151.

Chauvaud F., Mayaud J-L. (dir.),
2005 Les violences rurales au quotidien, Paris, La boutique de l’histoire.

Chouquer G. (dir.),
2011 Le sens du rural aujourd’hui. 50 ans d’une revue dans le monde, Paris, EHESS, Études ruralesn°187.

Constanty H.,
2002 Le lobby de la gâchette, Paris, Seuil.

CPNT,
1990 Le Livre blanc Chasse, Pêche, Nature et Traditions, Paris, CPNT.

Darbon D.,
1997 La crise de la chasse en France. La fin d’un monde, Paris, L’Harmattan.

Descola P.,
2005 Par delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Dobré M., Haesler A.,
2009 “Oskar et les Argonautes : amphibolie de l’échange, hyperfétichisme et résistance ordinaire”, Multitudes, 39, pp.196-204.

Foucault M.,
1994 “Des espaces autres”, conférence donnée le 14 mars 1967 au Cercle d’études architecturales, publiée dans Dits et écrits, Gallimard, tome 4, pp.752-762.

Goustat A.,
1994 La parole aux terroirs. Le manifeste des chasseurs, Monaco, Le Rocher.

Guimelli C.,
1998 Chasse et nature en Languedoc. Étude de la dynamique d’une représentation sociale chez les chasseurs languedociens, Paris, L’Har­mattan.

Habermas J.,
1978 L'espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Honneth A.,
2000 La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf [1992].

Lamarche H.,
1986 “Localisation, délocalisation et relocalisation du milieu rural”, in Collectif, L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, Paris, CNRS, pp.69-99.

Le Bras H.,
2002a Une autre France. Votes, réseaux de relations et classes sociales, Paris, Odile Jacob.
2002 b “Qui vote pour qui ? Un éclairage cartographique sur le choix des électeurs en France”, La recherche, n°357, pp.32-37.

Le Goff J-P.,
2012 La fin du village. Une histoire française, Paris, Gallimard.

Lespinasse P.,
2001 Les chasseurs sont de drôles d'oiseaux, documentaire français, coproduction Arté France, Zangra et France 3 Sud, 60’.

Lévi-Strauss Cl.,
1962 Le totémisme aujourd’hui, Paris, PUF.

Lüdtke A. (dir.),
1994 Histoire du quotidien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme [1989].

Mendras H.,
1976 Les sociétés paysannes. Éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Gallimard.

Negt O.,
2007 L’espace public oppositionnel, trad. et intro. par A. Neumann, Paris, Payot (Critique de la politique).
2008  “Grand entretien”, propos recueillis par Baticle C., Depoorter P., Les mondes du travail, n°6, pp.9-17.

Neumann A.,
2009 “L’expérience, le concept, l’imprévu. La sociologie de l’École de Francfort”, Multitudes, n°39, pp.184-189.

Perrier-Cornet P. (dir.),
2002 Repenser les campagnes, Paris, La Tour d’Aigues.

Pinçon-Charlot M., Pinçon M.,
1993 La chasse à courre. Ses rites et ses enjeux, Paris, Payot et Rivages.
2010  Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, Paris, La Découverte.

Retière J-N.,
2003 “Autour de l'autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire”, Politix, n°63, pp.121-143.

Sagradini L.,
2009 “La plèbe entre dans la surface de jeu”, Multitudes, n°39, pp.205-210.

Sansot P.,
1992 Les gens de peu, Paris, PUF.

Scott J-C.,
2008 La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions d’Amsterdam.

Tönnies F.,
2010 Communauté et société. Catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris, PUF [1887].

Touraine A.,
1984 “Les mouvements sociaux : objets particuliers ou problème central de l’analyse sociologique ? ”, Revue française de sociologie, vol.XXV, n°1, pp.3-19.

Traïni C.,
2000 Les braconniers de la politique. Les ressorts de la conversion à Chasse, Pêche, Nature et Traditions, Paris, Cahiers du CEVIPOF, n°28.

Urbain J-D.,
2002 Paradis verts. Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot/Rivages.

Villalba B.,
2003 “Chasse Pêche Nature et Traditions, ou la ruralité en politique”, Ecorev’. Revue critique d’écologie politique, n°14, [En ligne] http://ecorev.org.

Vivent C.,
2005 Chasse Pêche Nature et Traditions : entre écologisme et poujadisme ? Socio-anthropologie d’un mouvement des campagnes, Paris, L’Harmattan.

Warnier J-P.,
2009 Chasse et territoires : un apprentissage par corps, communication écrite pour le colloque de la Société Française d’Economie Rurale, 25, 26 et 27 mars, Clermont-Ferrand, ENITA, 13 feuillets. Diffusé sous le titre Chasse et territoires : une approche praxéologique, http://www.sfer.asso.fr/index.php/sfer_asso/les_colloques_thematiques/les_colloques_passes/chasse_territoires_et_developpement_durable_outils_d_analyse_enjeux_et_perspectives.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Le sujet étudié ici pourrait apparaitre comme totalement anecdotique. La chasse est en effet généralement classée dans les activités de loisir et sa politisation a surpris quand elle est intervenue en France à la fin des années 1980. Chasser n’est pourtant pas un sport à proprement parler, ni un loisir ordinaire. En la matière, on pensera bien sûr à sa finalité : la mise à mort d’animaux plus ou moins sauvages, pour le plaisir de la traque davantage que dans un but alimentaire. Mais c’est la relation aux territoires qui devrait interpeller, tant elle marque ses adeptes. Il convient néanmoins de se départir d’une dé­finition de la pratique au singulier. En arrière-plan de cette diversité on trouve des mondes sociaux hétérogènes, qui se sont longtemps regardés comme étrangers les uns par rapport aux autres. Comment donc expliquer qu’un mouvement politique ait pu naître à partir d’antagonismes aussi patents, notamment pour l’accès aux territoires ? La réponse se trouve en partie liée à l’histoire de la constitution d’une fronde, initiale­ment générée par des modes de chasse localisés sur la façade atlantique et dans le Sud-ouest de la France. Il s’agit de quêtes centrées sur des oiseaux migrateurs (colombidés et anatidés), exigeant un très important travail d’aménagement des espaces destinés à les attirer. Mais surtout, ces pratiquants, plus jeunes et plus souvent d’origines popu­laires par rapport à la moyenne de leurs congénères, ont pour autre caractéristique de développer une forte conscientisation de leur condition sociale.

C’est pour cette raison que le cadre théorique importe ici, afin de prendre en compte cette dimension essentielle et ne pas en rester à une analyse du mouvement sous l’angle néo-poujadiste et corporatiste par lequel il a été un temps abordé. Le motif de cette approche partielle est probablement à relier avec la place prise, dès 1989, par le “parti des chasseurs” (CPNT : Chasse, Pêche, Nature et Traditions). Ce dernier a en quelque-sorte institutionnalisé une rébellion au départ davantage classiste que purement corporatiste, la faisant entrer dans un jeu politique qui l’a assagie. Les revendications pour une chasse populaire ont laissé la place au ruralisme des hobe­reaux. Dans son souci de peser sur le débat public, cette formation partisane avait besoin de faire masse et donc de rassembler des publics de chasseurs qui relèvent d’univers sociaux divergents. Le ni gauche ni droite, qui prédomine jusqu’à la fin du XXe siècle, trouve un écho dans un vieux mythe cynégétique proclamant l’égalité sociale dans la prédation. L’inégalité spatiale, entre des territoires déshérités du point de vue de leur développement économique et social, et des aires métropolitaines cumulant les synergies, s’est muée en un discours uniformisant. D’un côté la cam­pagne, sujette à toutes les convoitises pour les espaces récréatifs qu’elle permet, et de l’autre les villes, qui se réserveraient les bénéfices de la modernité.

Dans le cadre de cet article il ne sera pas question de recourir à l’administration de la preuve en mobilisant des données d’enquête fournies ailleurs, mais de reprendre ces éléments (questionnaires et surtout enquête de terrain par observation, ainsi qu’entre­tiens informels) afin d’explorer les apports du théoricien allemand Oskar Negt. Ce der­nier propose de ne pas en rester à l’espace public bourgeois développé par Jürgen Ha­bermas, mais d’observer d’autres espaces, propres à l’expression populaire, qu’il qua­lifie d’espaces publics oppositionnels. Au fondement de ces arènes plébéiennes s’ob­serve une disposition qu’on peut rapprocher des arts de la résistance tels que les définit James C. Scott et qu’on traduirait de l’allemand par subjectivité rebelle (Eigensinn).

Engoncés dans des démarches prédatrices contraires au mouvement général en fa­veur des droits de l’animal, à l’heure du principe de précaution pour la biodiversité, les chasseurs se trouvaient mis au banc des bonnes mœurs de la société (du risque). L’écologisation montante les amène désormais à rechercher les principes d’une “chasse durable”. Mais chez les adeptes de la sauvagine, à savoir ce gibier migrateur qui leur a fourni le nom de “sauvaginiers”, le recrutement populaire a eu dans un pre­mier temps pour effet l’affirmation de soi et des réactions du type syndrome obsidio­nal (symptômes de la citadelle assiégée). En cela, les apports de Negt sont considéra­bles pour étudier les populations qui ne répondent pas spontanément aux prescriptions de la morale environnementale dominante.

Structured Summary

The subject studied here might seem completely anecdotal. Hunting is indeed generally classified among leisure activities and its politicization came as a surprise when it occurred in France in the late 1980’s. Yet hunting is not a sport strictly speaking, nor an ordinary leisure activity. In this regard, we need only think of its purpose : putting more or less wild animals to death for the pleasure of tracking them down, more than for a nutritional aim. But it is the relationship to the land which should interest us, having so great an influence on its adepts. It is nevertheless advisable do without a definition of the practice in the singular. In background of this diversity we find heterogeneous social worlds, which have both long seen the others as foreigners compared to themselves. So how can we explain that a political movement could be born based on such obvious antagonisms, notably over access to land ? The answer is in part to be found in connection to the history of the constitution of a rebellion, initially generated by hunting methods indigenous to the Atlantic seaboard and Southwestern France. This involves hunts centred on migratory birds (colombidae and anatidae), requiring a good amount of work in fitting-out spaces intended to attract them. But above all, its practitioners, younger and most often of lower class origins compared to the average of their congeners, have, as another characteristic, the development a strong awareness of their social condition.

For this reason the theoretical framework matters here, if we are to take this essential dimension into account and not remain in an analysis of the movement in the neo-poujadist and corporatist angle from which it was initially approached. The reason for this partial approach is probably linked to the place occupied, since 1989, by the “hunters’ party” (CPNT : Hunting, fishing, nature and traditions). The latter has in some sort institutionalized a rebellion that was at the beginning more classic than purely corporatist, ushering it into a political game which has made it wiser. Revindications for grassroots hunting gave way to the ruralism of country squires. In its concern to carry its weight in the public debate, this partisan formation needed to attract numbers and thus assemble a publics of hunters coming from divergent social universes. Neither the left nor right, which were predominant until the end of the XXth century, found resonance in an old hunting myth proclaiming social equality in predation. Spatial inequality, between territories disinherited from the point of view of their economic and social development and metropolitan areas cumulating synergies, transformed itself into a standardizing discourse. On the one side the country, prey to every envy for the recreational spaces it allows, and, on the other, the cities, wishing to reserve the benefits of modernity for themselves.

There is no question in the context of this article of turning to the production of evidence in mobilizing investigatory data provided elsewhere, intending rather to go over those elements (questionnaires and especially field investigation through observation, as well as informal interviews) in order to explore the contributions of the German theorist Oskar Negt. He suggests that we should not content ourselves with the bourgeois public space developed by Jürgen Habermas, but rather observe other spaces, belonging to public expression, which he describes as oppositional public spaces. At the fundament of these plebeian arenas, we observe a disposition which might be likened to the arts of resistance such as James C. Scott defined them and which we translate from German as “rebellious subjectivity” (Eigensinn).

Mired in predatory procedures opposed to the general movement in favor of animal rights, at the moment of the precautionary principle on biodiversity, hunters found themselves indicted for breaching the (risk) society’s morals. An increasing ecologization henceforth sent them in search of the principles of “durable hunting”. But among adepts of waterfowl (sauvagine), namely the migrating game which gave them the name “sauvaginiers”, the initial effect of their popular recruitment was self-assertion and reactions of an obsidional syndrome type (besieged citadel symptoms). In that respect, Negt’s contributions are considerable in studying populations which do not spontaneously respond to the prescriptions of the dominant environmental ethic.

Haut de page

Notes

1 On les estimait à 1 330 000 pour la saison 2013-2014, sachant que ces dernières années la réglementa­tion a ouvert la possibilité à des validations du permis de chasser générant des doublons. Pour autant, la chasse reste dans l’hexagone la seconde activité sportive en effectifs licenciés après le football, sachant que la qualification de la pratique comme sport reste sujette à discussion et qu’elle fait l’objet d’une lutte de reconnaissance en tant que telle de la part d’une partie des milieux cynégétiques.

2 “Chasse, pêche, nature et traditions” depuis sa fondation en septembre 1989, après le lancement de la liste “Chasse, pêche, tradition” en juin de la même année pour les élections des députés européens.

3 A commencer par celles du Sud-ouest hexagonal, mais également du Nord Pas-de-Calais et de la Som­me dans la partie septentrionale du pays. A titre d’exemple, la fédération de Gironde comptait encore près de 80 000 adhérents lorsqu’apparaissait sur la scène politique française la formation partisane éti­quetée “chasse”. Sur le plan économique, les fédérations départementales s’assimilent souvent à des PME pouvant rassembler plusieurs dizaines de salariés, pour un budget annuel de plusieurs millions d’euros. Cette puissance de frappe est à rapprocher de leur statut, puisqu’elles remplissent des missions de service public par délégation. Surtout, depuis 1941, les FDC sont des interlocuteurs incontournables de la puissance publique et la pratique de l’activité est conditionnée à l’adhésion à l’une de ces structu­res.

4 Les argumentaires plus scientifiques, visant à démontrer la crédibilité des modes de chasse en accord avec les limites naturelles ne viendront que peu à peu renforcer cet argumentaire et sont plutôt illustra­tifs des années 2000.

5 Pour reprendre l’expression d’Hélène Constanty (2002).

6 Et se poursuivant aujourd’hui avec une étude dans le Nord Pas-de-Calais où se dessinent les contours d’un retour à la stratégie électorale.

7 5 240 issus d’une enquête sur l’ensemble des pratiquants du département de la Somme et respective­ment 541 et 203 renseignés par les propriétaires-gestionnaires d’installations de chasse au gibier d’eau (dites “huttes”) et par des chasseurs de ce même gibier d’eau (appelé “sauvagine” et donnant son nom aux “sauvaginiers”) lors de deux autres investigations concernant la côte picarde.

8 Dans un débit de boisson table réservée à un groupe, formel ou non.

9 Contraction stylisée de “gros con”, selon une campagne de disqualification menée par Charlie Hebdo à partir de 1999, suite à l’invitation qui leur fut faite par certains groupes écologistes militants de la Som­me, scandalisés du score obtenu par le CPNT à l’élection européenne de la même année, soit plus de 27 % des suffrages exprimés, premier résultat départemental en valeurs relatives.

10 Pour le sociologue, la législation cynégétique est en France un compromis entre droit de propriété et droit d’usage. “Le droit du propriétaire est proclamé de façon négative, comme possibilité de s’opposer à la libre chasse” (Chamboredon J-C., p.237).

11 Rendu en français par “subjectivité rebelle” dans la traduction d’Alexander Neumann. Confer sa pré­face à L’espace public oppositionnel.

12 Lebendige Arbeit.

13 Association des chasseurs du domaine public maritime, de puissantes structures au recrutement popu­laire, développant une intense solidarité.

14 Il conviendrait d’ailleurs, si le terme était davantage usité, de parler d’hétérotopie au sens de Michel Foucault (1994), soit de ces utopia qui ont trouvé des lieux de réalisation, les faisant sortir de l’u-topos, le préfixe excluant l’existence d’une localisation, donc d’une concrétisation.

15 Confer par exemple les publications sur le sujet des sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon à propos des ghettos dorés (2010).

16 Renouvelant par là et à leur manière la symbolique révolutionnaire du Jeu de paume, comme on le ferait d’un mot d’ordre performatif. En s’emparant de leur propre histoire pour l’entourer d’une série de grandes références hagiographiques, les chasseurs ont contribué à mythifier leur combat, ce dont l’ex-député communiste de la Somme Maxime Gremetz était devenu le chantre.

17 Expression retrouvée couramment dans les propos tenus par les chasseurs contestataires à l’ordre social dominant qui tend à s’imposer lorsqu’il est question de gouvernance de la nature, et que va popu­lariser le CPNT auprès des ruralistes dès lors qu’il s’agira de qualifier les nouvelles réserves naturelles ou les espaces classés au sein du réseau Natura 2000. Voir par exemple le communiqué de presse diffu­sé le 20 octobre 2011 à l’égard du volet “chasse” de la loi “affaires rurales”.

18 Confer à ce sujet le film révélateur du chasseur et cinéaste Romain Fleury “Et pour quelques canards de plus : les hommes de la Baie” (de Somme), Paris, Bonne compagnie, 2007, 52’.

19 La grande loi voulue par le gouvernement de Lionel Jospin refonde l’organisation de la chasse en France, en introduisant notamment la possibilité d’une objection de conscience pour les propriétaires fonciers qui ne souhaitent pas voir chez eux s’exercer une pratique imposée par les Associations com­munales de chasse agréées (ACCA). La profondeur des modifications apportées au droit de chasse té­moigne aussi de l’émergence d’une pression écologique de plus en plus patente.

20 “La chasse c’est naturel”, “La nature est notre culture”, qu’il convient de contracter pour com­prendre : la chasse c’est notre culture, sorte de syllogisme renouvelé.

21 En picard un coteau calcaire aride et inculte, propice au boisement spontané par de petits épineux depuis que les troupeaux ovins itinérants des villages ont cessé de les pâturer.

22 Sorte de bêche au fer allongé, utilisée pour extirper la vase et redessiner le contour du plan d’eau que le courant vient effriter peu à peu.

23 C’est d’ailleurs ce dont atteste depuis quelques années la législation en France en permettant de dé­duire fiscalement une part des dépenses et du temps consacrés à la vie associative sous le régime de la loi du 1er juillet 1901.

24 Pierre Bourdieu définit l’illusio comme “le fait d’être pris au jeu, pris par le jeu, de croire que le jeu en vaut la chandelle, ou pour dire les choses simplement, que ça vaut la peine de jouer” (1988, p.11).

25 En France, Pierre Bourdieu n’a pas cessé de relativiser l’usage exclusivement économique de l’inté­ressement, montrant qu’il importait, avec l’héritage wébérien, de prendre en considération les autres for­mes de reconnaissance sociale.

26 Ainsi dans le massif des Coulmes, partie prenante du Vercors, les Écouges ont longtemps été un terri­toire de chasse au grand gibier avant d’être rachetées par le Conseil général de l’Isère pour en faire un espace naturel sensible (ENS). Mais c’est le projet d’un promoteur italien pour y réaliser un Luna Park qui a déclenché cette procédure de rachat par préemption.

27 Rappelons ici l’origine étymologique la plus communément admise du vocable “chasser”, du latin captiare, à savoir “se saisir de…” et qui a donné en français “capter”.

28 A la fin du siècle dernier et lors des premières années du présent millénaire, l’Italie eut également sa formation électorale étiquetée “chasse”, alors qu’au Royaume-Uni les veneurs entraînèrent dans leur sil­lage des centaines de milliers de ruraux pour occuper les rues de Londres lors de manifestations géantes.

29 Sur la base de 5 240 réponses à un questionnaire de 90 variables lancé à l’adresse de tous les adhé­rents à la fédération départementale.

30 A quelques encablures de la Baie de Somme.

31 Indirectement c’est l’anthropocentrisme occidental qui se voit remis en question.

32 Moins agricole du fait de la rétraction de cette part de la population active, antérieurement très enga­gée dans la pratique.

33 A savoir ici la localité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Baticle, « Un espace public oppositionnel contrarié ? L’institutionnalisation partisane de la rébellion cynégétique en France », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 183-203.

Référence électronique

Christophe Baticle, « Un espace public oppositionnel contrarié ? L’institutionnalisation partisane de la rébellion cynégétique en France », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1464 ; DOI : 10.4000/rsa.1464

Haut de page

Auteur

Christophe Baticle

Socio-anthropologue, post-doctorant auprès du LABEX ITEM (Innovation et territoires de montagne), UMR CNRS 5190 LARHRA, Grenoble 2 et EA 4287 Habiter le Monde, Amiens.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org