Navigation – Plan du site
À propos de livres

Avril Christelle, Les Aides à domicile : un autre monde populaire

Paris, La Dispute (Corps, Santé, Société), 2014, 286p.
Chantal Nicole-Drancourt
p. 206-208
Notice bibliographique :

ChristelleAvril

Avril Christelle, Les Aides à domicile : un autre monde populaire, Paris, La Dispute (Corps, Santé, Société), 2014, 286p.

Texte intégral

1Voilà un livre intéressant qu’on aurait tort d’assimiler à une nouvelle monographie sur les “travailleuses à domicile”. L’objet du propos va bien au delà : il s’agit pour l’auteure de faire valoir une méthodologie, une approche scientifique différente pour questionner ce qu’est un métier, une profession, une qualification. Christelle Avril a choisi pour cela l’aide à domicile, une activité aux contours flous, en recherche de sup­port sémantique pour se nommer, en lutte pour se faire reconnaître et en marche vers la professionnalisation. Grâce au caractère récent du développement de ce qui devra devenir un métier, grâce aux défauts de jeunesse qui caractérisent aujourd’hui ce secteur d’emploi, Christelle Avril donne une leçon à tous ceux qui croient qu’un métier est d’abord l’exercice standardisé d’une activité formalisée par des critères de savoir faire sanctionné par un diplôme. En montrant combien l’aide à domicile dépend du sa­voir-faire, mais aussi du savoir-être et de la trajectoire de vie de la personne qui l’exer­ce, l’auteure insiste sur une nécessité concernant beaucoup de métiers à venir : enrichir la grammaire et les catégories d’analyse de la sociologie des professions.

2L’introduction de l’ouvrage est d’abord l’occasion de présenter le “monde populaire” dont parle l’auteur : cet univers est celui du service à la personne, dont le besoin est dynamisé par le vieillissement démographique et par la baisse du maintien des personnes fragiles en institution. Promis à un fort développement depuis la loi Borloo de 2005, le secteur des services à domicile rassemble une multitude d’activités (du ména­ge au bricolage, en passant par le jardinage, la restauration ou la formation), mais une seule d’entre elles portera le nom générique de “travail à domicile” : celle de l'aide à domicile d'une personne dépendante. Les TAD (i.e. travailleuses à domicile) devront donc moins leur nom au fait que l’activité se déploie à domicile qu'au fait qu'elle mixte du travail avec, pour et sur une personne dépendante. Ce qui devait arriver est arrivé : l'activité à domicile est devenue dans l'imaginaire social le pré carré des TAD, une pro­fession où l'on trouve quasi exclusivement des femmes qui accompagnent, à domicile, la vie quotidienne d’une personne (âgée) dépendante.

3C’est donc aux TAD que Christelle Avril s’intéresse, et son ouvrage est un regard sur cette activité nouvelle qui consiste à entrer en relation physique, corporelle et psychique avec une personne fragile pour prendre en charge, à son domicile, ce qu’elle ne peut plus faire et assurer ainsi son bien être et son autonomie. Les deux premiers chapitres sont consacrés à la présentation de la mise en place de l’enquête pour rendre compte de la vie quotidienne des travailleuses à domicile. Sur une durée de près de dix ans (scandée par des périodes d’exploration et d’ajustement), une palette d’approches de terrain très large a été mobilisée : exploitations de données d’enquêtes statistiques, enquête de terrain, regard socio-historique, observation participante («j’ai travaillé moi-même comme aide à domicile pour trois associations», dit l’auteure p.8). En dépit d’une présentation qui aurait mérité d’être plus factuelle et plus synthétique, on comprend néanmoins combien l’univers de l’aide à domicile s’est complexifié en passant du “tandem” au “triangle” du care : contrairement à l’univers d’assistance à domicile où se relayaient hier l’aide ménagère, la garde malade ou l’aide soignante, domine au­jourd’hui la figure polyvalente de la “travailleuse à domicile”, dont les compétences exigées vont du social jusqu’à la lisière du médical, en passant par l'hygiène, et qui jongle en permanence pour satisfaire les besoins parfois antagonistes entre les protago­nistes du service (à savoir les bénéficiaires, les associations employeuses et/ou gestionnaires, les familles). Christelle Avril montre alors combien les professionnelles des TAD sont prises dans les mailles d’un filet qui souvent se referme sur elles. Combien aussi elles auraient besoin d’un “collectif de travail” fort : or ce dernier reste à créer dans un secteur où les statuts sont récents, peu lisibles, complexes et où, pour finir, la majorité des acteurs méconnaissent leurs droits.

4C’est certainement dans l’observation de cette difficile (mais indispensable) mobilisation pour survivre que l’auteure trouve de quoi répondre à plusieurs questions essentielles : comment les femmes parviennent-elles à s’approprier leur travail malgré le statut subalterne de ce type d’emploi dans l’espace du salariat ? Comment construisent-elles un rapport positif à ce travail ? Quelles sont celles qui y parviennent et celles qui n’y parviennent pas ? Parviennent-elles à faire collectif ? Si oui, avec quelles dimensions se construit le collectif de travail ?

5Les réponses vont s’égrener au fil des chapitres suivants. Parmi celles-ci, la plus in­téressante est peut être la typologie avec laquelle Christelle Avril travaille. En effet, après avoir insisté sur l’apparente homogénéité de la main d’oeuvre TAD (féminine, peu qualifiée, peu payée, issue de milieu ouvrier, à forte composante d’origine étrangère et à trajectoires marquées par la précarité), l’auteure découvre que les caractéristi­ques socio-démographiques classiques (genre, qualifications, origine sociale, classe, “race”, etc.) sont des critères peu pertinents pour donner sens aux groupes de travailleuses à domicile qu’elle observe.

6En revanche, sur des critères plus personnels et plus dynamiques (trajectoires de vie, identité, mobilité dans l’espace social), trois grands groupes cohérents apparaissent. Le premier groupe est celui des déclassées autochtones : ce sont des femmes plutôt “blanches”, instruites, issues des fractions stables de la classe ouvrière, mais qui, piégées par la crise de l’emploi deviennent TAD faute de mieux et en retirent un «profond sentiment de déclassement» (p.94). Le deuxième groupe est celui des déclassées mobiles : ce sont essentiellement des femmes issues de l’immigration, pourvues d'un bon capital scolaire de base, qui surfent sur la vague des nouveaux gisements d’emploi de services pour s’engager avec appétence dans les services à domicile. Enfin, le troisième groupe est celui des vulnérables promues : sans capital scolaire, souvent “désaffiliées” et en recherche de socialisation de proximité, les femmes de ce groupe trouvent dans l’aide à domicile une activité accessible qu'elles convoitent.

7Christelle Avril cherche ensuite à savoir ce qui structure les collectifs d’appartenan­ce (le “nous”). Loin des clichés, l'auteure montre alors que la perception du métier, la conception du travail, l’appétence, l’acceptation (ou le refus) de certaines tâches voire, la nature des alliances passent par les critères catégoriels de ces groupes. Autrement dit, ces groupes sont à la base de l’affichage des postures «plurielles et concurrentes face au travail» (p.103). Sur cette base explicative, l’auteure développe alors de longs argumentaires sur les manières différentes de travailler et les différentes façons d’exer­cer le même métier (chap.4).

8Elle identifie ainsi les professionnelles pour qui l’enjeu de leur travail est d’abord le care : ces professionnelles valorisent prioritairement le relationnel aux dépens des tâ­ches matérielles et insistent sur le fait que leur mission est de “s’occuper des vieux”, du bien être de la personne âgée ; ce sont aussi les plus disposées à faire “de tout” (surtout le sanitaire, considéré pourtant par les plus qualifiées comme le “sale boulot”) ; paradoxalement, cette posture est celle qui alimente le plus de satisfaction au travail. On retrouve ici très majoritairement les déclassées mobiles et les vulnérables promues, qui vont pour la plupart fortement s’investir dans leur travail et, ce faisant, gagner en autonomie grâce à la distance que leur travail permet de construire avec la dépendance vis-à-vis de leur sphère familiale.

9Christelle Avril identifie ensuite celles pour qui l’enjeu du travail à domicile est d’abord “technique” : ces professionnelles valorisent prioritairement les tâches ménagères visibles et matérielles (p.138) et fuient la référence au relationnel qu’elles considèrent comme ne relevant pas de leur fonction ; elles revendiquent un travail physique, ouvrier, dur, manuel (ménage, rangement, courses, cuisine) ; sauf affinités personnel­les avec la personne âgée, elles vont refuser ouvertement l’implication morale dans le travail et elles trouveront même dans ce refus de l'empathie une manière de se distinguer : «pour ces aides à domiciles, les “Noires” et les “Arabes” seront celles qui ne “foutent rien”, n'en “foutent pas lourd”, “passent leur temps à papoter au square avec les mamies” ou, au contraire, “courent tout le temps”, font “n’importe quoi”, “acceptent tout” » (p.160). Cela dit, cette posture alimente beaucoup d’insatisfaction et, si les travailleuses de ce groupe sont les plus vindicatives, elles se disent aussi très démotivées (c’est «pas un vrai métier, on fait ça faute de mieux», p.163).

10Forte de ses observations, l’auteure peut donc faire valoir des arguments utiles dans le débat actuel sur la “professionnalisation” de l’aide à domicile. Contrairement à ce que beaucoup de travaux proposent, elle suggère ainsi que la professionnalisation des travailleuses à domicile ne passe pas obligatoirement par l’introduction d’une dimension émotionnelle, car beaucoup d’entre elles ne le souhaitent pas. Plus utile encore est l’opérationnalisation du concept d’intersectionnalité pour expliquer les tensions qui peuvent exister entre ces professionnelles. Certaines travailleuses sont particulièrement confrontées aux préjugés raciaux chez les personnes âgées et doivent faire plus leurs preuves que les “autres” : «La mobilisation de la figure repoussoir de l’aide à domicile “noire” et “arabe” (p.160)», très centrée sur la dimension relationnelle, qui par ailleurs est avancée comme une forte composante de la professionnalisation du métier par la hiérarchie, sert les aides à domiciles “blanches” à revendiquer une certaine définition légitime du travail s’énonçant comme suit : «les aides à domiciles (blanches) sont à la fois celles qui travaillent “vraiment” (i.e. qui font le travail ménager physique) et cel­les qui n’acceptent pas tout car elles ont appris à se protéger des abus des employeurs (en recourant aux délégués du personnel, en ne faisant pas plus que ce pour quoi elles sont payées, etc.)» (p.161). La mise en évidence d’une telle complexité dans les for­mes de subjectivation de la domination est utile à tout chercheur sensible à la question des nouvelles formes de construction des collectifs et à celle des horizons d’émancipa­tion à reconstruire dans les sociétés mixtes, multiculturelles et servicielles du futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Nicole-Drancourt, « Avril Christelle, Les Aides à domicile : un autre monde populaire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 30 juin 2016. URL : http://rsa.revues.org/1476

Haut de page

Auteur

Chantal Nicole-Drancourt

Directrice de recherches CNRS-LISE/CNAM Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page