Navigation – Plan du site
À propos de livres

Baldassar Loretta, Merla Laura, Transnational Families, Migration and the Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life

New York, Routledge, 2014, 304p.
Carlotta Monini
p. 208-211
Référence(s) :

Baldassar Loretta, Merla Laura, Transnational Families, Migration and the Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life, New York, Routledge, 2014, 304p.

Texte intégral

  • 1 Licoppe C., “Connected Presence : the Emergence of a New Repertoire for Managing Social Relationshi (...)

1La scène se déroule chaque dimanche dans la maison de famille des grands-parents italiens Natalio et Viviana : ceux-ci, avec l’aide ponctuelle des plus jeunes générations maitrisant internet, parviennent à communiquer par skype avec leur fils et sa famille, résidant en Australie. Maintenir un contact au quotidien avec les proches est jugé tout aussi important pour Yasmina : pour cette femme salvadorienne, domestique au noir en Belgique, ces formes de «présences connectées»1 sont également indispensables. Elle réussit ainsi à veiller de loin sur ses trois enfants confiés aux soins de sa mère, la­quelle, à son tour, bénéficie de la reconnaissance et du soutien de la part de la famille élargie, éparpillée entre Salvador, États Unis et Belgique. Tableaux ordinaires de vie des migrants et de leurs proches, les multiples formes de sociabilité et de solidarité des familles transnationales se trouvent au cœur du livre intitulé Transnational Families, Migration and Circulation of Care : Understanding Absence and Mobility in Family Life. Cet ouvrage collectif, rédigé sous la direction de Loretta Baldassar et Laura Merla, se présente comme le produit d’une fructueuse collaboration entre dix-huit auteurs ; il est structuré en quatre parties principales et douze chapitres organisent un matériau ethnographique remarquable et enrichi par des pistes d’analyse particulièrement novatrices.

  • 2 Yeates N., Globalizing Care Economies and Migrant Workers : Explorations in Global Care Chains, New (...)
  • 3 Kofman E., “Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions”, Les (...)
  • 4 Bessin M., “Présences sociales : une approche phénoménologique des temporalités sexuées du care”, T (...)

2Dans son ensemble, l’approche privilégiée par les auteur-e-s témoigne du renouveau d’intérêt pour le concept de care transnational et contribue, dans la lignée des tra­vaux de Nicola Yeates2 et Éleonore Kofman3, à relever les nouveaux enjeux d’exten­sion du care dans l’espace4. À l’heure où la mobilité accrue d’individus se diffuse dans des parcours de vie singuliers et des configurations familiales, l’ouvrage se pen­che ainsi sur cette problématique, visiblement prégnante, bien que méconnue, du rôle majeur joué par les foyers dans l’économie mondialisée. Il interroge sur les possibilités ou non de maintien des liens par de-là des frontières au fil des années de séparation familiale.

  • 5 Weber F., Godjard S., Gramain A. (dir.), Charges de famille : dépendance et parenté dans la France (...)
  • 6 Bryceson D., Vuorela U., “Transnational Families in the Twenty-first Century”, in Bryceson D., Vuor (...)
  • 7 Kofman E., op.cit.

3Bien que circonscrite aux dimensions qualitatives des familles transnationales, l’analyse développée dans la première section de l’ouvrage, contribue à renouveler les catégories classiques d’appréhension du travail reproductif et des pratiques de soins à l’aune du tournant transnational. Y voyant bien plus qu’un modèle familial déficitaire, les auteures Baldassar et Merla montrent à quel point l’idéal familial de proximité physique et affective peut, en l’occurrence, être remanié et se re-présenter sous d’au­tres formes. Moins définie alors par la localisation géographique, la manière de “faire famille” des maisonnées des migrants5 reposerait sur un sentiment d’appartenance6 partagé par leurs membres dispersés à la croisée de plusieurs territoires. Ainsi, en contrepoint à ces formes de liens imagés et fortement dématérialisés, les auteures illustrent comment les membres des familles transnationales s’inscrivent aussi dans des logiques d’échanges visant à la reproduction de l’unité domestique. Avançant de ce fait une vision plus englobante du care7, la notion de “circulation” nous invite à considérer l’ensemble des activités de soin, à caractère souvent asymétrique et multidirectionnel, qui se déploient dans différents contextes locaux par et pour les acteurs transfrontaliers. L’attention est alors portée sur les modes de dislocation et de pourvoi de care dans un cadre principalement intrafamilial s’étalant à une échelle de plus en plus globale.

4En lien avec ce propos théorique, la deuxième section de l’ouvrage illustre comment les circuits de care transnational sont aménagés, à la croisée de plusieurs territoi­res, par des formes de transferts descendants et ascendants tout aussi semblables aux solidarités familiales de proximité. Karin Wall et Claudio Bolzman (chapitre 2) reflètent la circulation de care à la lumière du cycle de vie des familles transnationales. En passant en revue les résultats de quatre enquêtes sur la population migrante europé­enne, les auteur-e-s proposent un classement en termes de care configuration et montrent à quel point les stratégies migratoires dépendent des logiques d’engagements à l’égard du noyau familial d’origine. Ainsi, on retrouve d’une part les jeunes adultes on their making, sans descendance et voués à la construction de leur projet de vie. Puis, à une étape ultérieure du cycle familial, ce modèle laisse la place au cas de figure largement plus étudié du migrant breadwinner : la responsabilité pour le maintien du noyau familial et de sa descendance repose alors sur le caring long-distance father ou mother, étendu parfois même jusqu’à la troisième génération, dans le cas de caring mother-grandmother.

  • 8 Kilkey M., Merla L., “Transnational Families' Care-Giving Arrangements : towards a Situated Transna (...)
  • 9 Finch J., Mason J., Negotiating Family Responsibilities, Routledge, London, 1993.
  • 10 Winlding R., “Virtual Intimacies ? Families Communicating across Transnational Contexts”, Global Ne (...)

5Parce qu’elle est relationnelle mais aussi sociale, la solidarité transnationale se joue alors à des échelons multiples, ouvrant des pistes d’enquête intéressantes pour qui sou­haite penser le care transnational au moyen de l’agency individuelle des acteurs transfrontaliers ainsi que par leur territorialisation dans des espaces sociaux pluriels8. Le quotidien des relations à distance peut dès lors inclure un large éventail de négociations9 et engendrer des formes alternatives de présences sociales (chapitre 3) ou virtuelles10. Bonizzoni et Boccagni (chapitre 3) invitent plus particulièrement à prendre en compte le contexte de départ et l’articulation des rapports sociaux au sein du collectif d’appartenance initial. De manière complémentaire, Marina Ariza (chapitre 4) analyse les risques de fragilisation des familles transnationales en raison des politiques migratoires et du niveau d’insertion vis-à-vis du marché du travail du pays d’accueil. La capacité à échanger biens, affects et soins de proximité est par exemple fortement affaiblie dans les réseaux migrants mexicains aux États Unis, pénalisés par des politi­ques migratoires très restrictives et contraignant les individus irréguliers à de longues années de séparation avec leur famille.

6Analysée par Merla (chapitre 5), la capacité au pourvoi de soins dépend de l’inser­tion que les membres d’une famille transnationale connaissent au sein du contexte ins­titutionnel. Quatre régimes, dans leur double sens d’arrangements formels et sociaux, sont plus particulièrement mis en valeur par l’auteure : le régime migratoire, l’ordre du genre, le marché occupationnel et temporel, l’État Social. Ce classement à la portée heuristique remarquable informe sur le positionnement à géométrie variable que cha­que individu peut acquérir et relève les différentes logiques de réciprocité qui se déploient à cheval sur plusieurs pays en fonction du double positionnement social des familles.

7S’ouvrant sur un panel transversal, tant du point de vue géographique que social, les troisième et quatrième parties se structurent plus empiriquement autour des dynamiques familiales par les questions suivantes : quelles stratégies relationnelles et prati­ques se trouvent-elles mobilisées pour la continuation des unités domestiques transnationales ? Comment ces formes d’entraides morale, pratique et financière s’ancrent-elles dans les différents espaces nationaux ? En quoi une approche centrée sur l’écono­mie domestique transnationale permet-elle de relever les implications morales d’une migration, qu’elle soit motivée par des considérations économiques ou liée à une forme de mobilité élitiste ?

  • 11 Baldassar L., Baldock V., Wilding R., Families Caring across Borders : Migration, Aging and Transna (...)
  • 12 Glenn E., “Gender, Race, and the Organization of Reproductive Labor”, inBaldoz R., Koeber Ch., Kraf (...)

8La troisième partie, met plus particulièrement en relief les pratiques de parenté et leur réaménagement dans un espace transnational et englobe de multiples dimensions, aussi bien matérielles, économiques, organisationnelles, que pratiques du care11. Le caractère processuel de ces dynamiques familiales est souligné par Karen Olwig (chapitre 6). À travers le cas de figure d’une famille élargie caribéenne on voit à l’œuvre les mécanismes de délégation de la prise en charge familiale favorisant l’extension des responsabilités d’une manière non-excluante. L’étude de Poeze et Mazzuccato (chapitre 7) sur les enfants left behind analyse les attentes et les normes implicites opérant dans les recompositions familiales. Les auteures Fresnoza-Flot et Kilkey s’intéressent plus particulièrement à la place occupée par les hommes dans le care transnational. Deux chapitres (chapitres 8 et 9) se focalisent sur les remaniements des catégories et représentations, relevant la division genrée de rôles. D’une part, en reprenant la définition d’Evelyn Glenn sur le travail reproductif de proximité12, Fresnoza-Flot montre des hommes philippins endosser le rôle de pères au foyer depuis le départ de leurs fem­mes. De façon spéculaire, Kilkey montre l’importance du projet familial pour les migrants polonais breadwinners au Royaume Uni.

  • 13 Zelizier V., The Purchase of Intimacy, Princeton, Princetown University Press, 2005.

9Dans la quatrième partie, de la même manière que Zelizier13, les recherches empiri­ques menées en Australie par Singh et Cabraal (chapitre 11) et Baldassar et Wilding (chapitre 12) nous donnent un aperçu sur les formes d’entraides financière et morale déployées par les classes moyennes du Nord et du Sud du monde afin de poursuivre un projet de mobilité sociale. L’agency que la position de classe permet de conserver s’accompagne néanmoins de nombreux dilemmes moraux et tensions.

  • 14 Hochschild A., “Le nouvel or du monde”, Nouvelles questions féministes, 23, 3, 2004, pp.59-74.

10L’un des intérêts de l’ouvrage réside indubitablement dans la pluralité des appro­ches méthodologiques adoptées pour aborder un sujet particulièrement sensible com­me celui du care transnational. A rebours des approches classiques sur les «chaines mondiales de care»14, la notion de “circulation” complexifie la lecture unidirectionnelle des transferts transnationaux. Les pratiques de soins transnationales se déploient alors par delà les frontières, donnant lieu à des formes désincarnées de liens à distance, mais elles se trouvent également imbriquées dans un horizon de possibilité circonscrit par leur territorialisation. Une vision originale de transnationalisme situé, dont on ne peut que féliciter les auteurs, ouvrant des pistes de recherche intéressantes pour qui souhaite penser l’absence et la mobilité comme l’un des traits caractéristiques et constitutifs des expériences familiales de nos jours.

Haut de page

Notes

1 Licoppe C., “Connected Presence : the Emergence of a New Repertoire for Managing Social Relationships in a Changing Communication Technoscape”, Environment and Planning : Society and Space, 22, 1, pp.135-156.

2 Yeates N., Globalizing Care Economies and Migrant Workers : Explorations in Global Care Chains, New York, Palgrave Macmillan, 2009.

3 Kofman E., “Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions”, Les cahiers du CEDREF, 16, 2008, pp.101-124.

4 Bessin M., “Présences sociales : une approche phénoménologique des temporalités sexuées du care”, Temporalités, 20/2, 2014, en ligne.

5 Weber F., Godjard S., Gramain A. (dir.), Charges de famille : dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003.

6 Bryceson D., Vuorela U., “Transnational Families in the Twenty-first Century”, in Bryceson D., Vuorela U. (eds.), The Transnational Family : New European Frontiers and Global Networks, New York, Berg, 2002, pp.3-30.

7 Kofman E., op.cit.

8 Kilkey M., Merla L., “Transnational Families' Care-Giving Arrangements : towards a Situated Transnationalism”, Global Networks, Vol.14 (2), 2013, pp.210-229.

9 Finch J., Mason J., Negotiating Family Responsibilities, Routledge, London, 1993.

10 Winlding R., “Virtual Intimacies ? Families Communicating across Transnational Contexts”, Global Networks, 6, 2, 2006, pp.125-142.

11 Baldassar L., Baldock V., Wilding R., Families Caring across Borders : Migration, Aging and Transnational Caregiving, London, Palgrave MacMillan, 2007. Baldassar L., “Ce sentiment de culpabilité”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 2010, 41, 1, pp.15-37.

12 Glenn E., “Gender, Race, and the Organization of Reproductive Labor”, inBaldoz R., Koeber Ch., Kraft Ph., The Critical Study of Work : Labor, Technology, and Global Production, Philadelphia, Temple University Press, 2009, pp.71-82.

13 Zelizier V., The Purchase of Intimacy, Princeton, Princetown University Press, 2005.

14 Hochschild A., “Le nouvel or du monde”, Nouvelles questions féministes, 23, 3, 2004, pp.59-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlotta Monini, « Baldassar Loretta, Merla Laura, Transnational Families, Migration and the Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 208-211.

Référence électronique

Carlotta Monini, « Baldassar Loretta, Merla Laura, Transnational Families, Migration and the Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1478

Haut de page

Auteur

Carlotta Monini

Université de Evora-EHESS/Iris, JDP Phoenix.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org