Navigation – Plan du site
À propos de livres

Boellstorff Tom, Un anthropologue dans Second Life. Une expérience de l’humanité virtuelle

Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2013, 467p.
Antoine Delporte
p. 213-215
Référence(s) :

Boellstorff Tom, Un anthropologue dans Second Life. Une expérience de l’humanité virtuelle, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2013, 467p.

Texte intégral

  • 1 Boellstorff T., Coming of Age in Second Life : An Anthropologist Explores the Virtually Human, Prin (...)
  • 2 Olivier Servais est notamment l’auteur de “Autour des funérailles dans World of Warcraft. Ethnograp (...)
  • 3 Et l’on voit que la question du recours à l’ethnographie pour enquêter sur internet est toujours pl (...)

1Au cours de la dernière décennie, des transformations majeures d’internet ont eu lieu, parallèlement à l’évolution fulgurante d’un grand nombre de technologies. Originellement conçu comme lieu d’échange de données entre universités américaines, ce réseau s’est rapidement étendu et développé, entrainant la création de nombreuses pratiques nouvelles. Cet ouvrage propose de s’intéresser plus particulièrement à la question des mondes virtuels, qui ont émergé en son sein, en se concentrant sur l’un des plus importants du début du 20e siècle, “Second Life”. Une précision s’impose avant d’aller plus loin : paru en 2013, cet ouvrage est une nouvelle édition d’une recherche menée par Tom Boelstorff1, ici traduite par Olivier Servais2 et Grégory Dhen du Laboratoire d’anthropologie prospective de l’Université catholique de Louvain, en collaboration avec l’auteur. Ce dernier, professeur d’anthropologie à l’University of California, Irvine, a réalisé une enquête ethnographique au sein du monde virtuel de “Second Life” entre juin 2004 et janvier 2007. Il entendait ainsi montrer la pertinence d’une dé­marche ethnographique pour approcher ces nouveaux phénomènes virtuels3 et tenter d’affiner la compréhension des phénomènes sociaux qui s’y jouent. Plus encore, il s’a­gissait de mettre en exergue l’intérêt de cet objet d’étude qui est (encore) trop souvent délaissé, voire dénigré, tant au sein de la communauté scientifique qu’en dehors. Le lectorat visé est le reflet de cette démarche plurielle, puisque, si les anthropologues et chercheurs en sciences sociales sont bien entendus les premiers concernés, ce livre se veut également accessible aux concepteurs et informaticiens et, plus largement, à tout acteur des mondes virtuels qui s’interroge sur ces questions.

2L’ouvrage est divisé en neuf chapitres, regroupés en trois grandes parties qui poursuivent chacune un objectif distinct. Dans un premier temps, l’auteur revient sur la genèse et l’évolution historique de ces mondes virtuels, et s’attache à montrer la façon dont une démarche ethnographique peut s’avérer pertinente pour les saisir et les comprendre en profondeur. Par ailleurs, les différentes composantes de la méthodologie sont présentées et analysées dans le détail, comme c’est l’usage lorsque le chercheur recourt à l’observation participante et aux entretiens. Ainsi, l’auteur justifie son choix de considérer le terrain des mondes virtuels de la même façon que lorsqu’il aborde un terrain étranger, en Indonésie par exemple, en cherchant à apprendre ce que ses habitants ont à nous en dire, sans pour autant le confronter avec le monde réel (nommé pour l’occasion “monde actuel”) ; il s’agit de considérer l’objet en tant que tel. Plus largement, cette partie entend poser un certain nombre de bases conceptuelles indispensables à la compréhension des parties suivantes, et revient notamment sur la distinction entre monde virtuel et monde réel, mais aussi sur l’importance de prendre le jeu au sérieux, tout en soulignant la nature particulière de ces mondes virtuels qui ne se limitent pas à la sphère ludique.

3Dans un deuxième temps, dans la partie intitulée “La culture dans un monde virtuel”, Tom Boelstorff s’attache à produire une analyse détaillée et consciencieuse des différentes dimensions de la vie au sein de ce monde virtuel que constitue “Second Life”. Véritables fenêtres donnant sur son matériau de terrain, ces chapitres permettent au lecteur de s’immerger dans le quotidien de cet univers, au travers d’extraits d’entre­tiens et de récits d’expériences singulières de l’auteur. Loin de se concentrer sur des phénomènes saillants et extraordinaires, comme les pratiques sexuelles particulières ou les comportements extrêmes, il se penche sur l’ensemble de ce qui constitue le quotidien et l’ordinaire de ces mondes, bien plus révélateurs de la culture qui s’y joue. Persuadé de la dimension fondamentalement sociale de ces mondes, Tom Boellstorff montre qu’il est primordial d’étudier la façon dont ils se structurent autour de lieux et de temporalités. Par ailleurs, les questions d’identité s’avèrent également essentielles puisque l’individu va se construire un avatar virtuel au travers duquel il va se projeter et vivre un grand nombre d’expériences sociales, qui pourront le mener jusqu’à des formes d’intimité très poussées, et ce malgré le caractère virtuel du média. Enfin, l’au­teur s’attache à décrire les différentes dynamiques qui incitent les individus à s’insérer au sein de communautés plus ou moins soudées, et de tailles diverses.

4La troisième partie entend ouvrir la réflexion, en s’appuyant sur le matériau précédemment développé, pour aborder des questions de politique, d’économie et de liberté. Ainsi, le fonctionnement de ces mondes virtuels, gérés par des firmes extérieures, serait révélateur de logiques issues d’un capitalisme créationniste s’inscrivant dans le prolongement du néolibéralisme. En effet, au sein de ces mondes, le travail – bien réel celui-là – réalisé par les participants s’articule principalement autour de la production d’objets originaux, ce qui présuppose une démarche créative ; dès lors, l’épanouisse­ment des individus passerait par leur inscription dans le modèle de production. On assisterait à l’émergence d’un nouveau type de gouvernance au sein de ces mondes virtuels, qu’il conviendrait d’étudier plus en détail. L’ouvrage se conclut sur une série de pistes réflexives qui permettent de mieux saisir l’émergence de cette sphère virtuelle et la façon dont elle interagit avec le monde actuel, entre continuités et changements.

5A travers cet ouvrage, Tom Boelstorff nous propose d’envisager les univers virtuels dans une perspective fine et nuancée et, ce faisant, nous incite à prendre conscience qu’il s’agit d’un objet d’étude avec un fort potentiel qui devrait désormais être considéré comme légitime. Conscient du chemin qui reste encore à parcourir dans cette voie, l’auteur nous offre un ouvrage pluriel qui articule un matériau extrêmement dense avec un ensemble solide de références théoriques reconnues et acceptées. Il permet ainsi, en s’appuyant sur les nombreuses descriptions présentées, d’introduire les chercheurs en sciences sociales qui ne sont absolument pas familiers de ces univers virtuels, aux différentes problématiques qui s’y présentent. Une fois le contexte posé, il mobilise son matériau pour proposer une montée en généralité et interroger de grands enjeux sociétaux. Par ailleurs, en justifiant sa démarche ethnographique, il nous offre une série de clés pour envisager la construction d’une méthodologie spécifique aux univers virtuels, au sens large. Notons cependant que le livre a du mal à trouver un équilibre entre une démarche d’introduction à cet univers virtuel et des analyses ambitieuses. En effet, chacun des chapitres de l’ouvrage aurait pu (et l’auteur le signale à plusieurs reprises) faire l’objet d’un travail à part entière, tant les enjeux soulevés sont importants et complexes.

Haut de page

Notes

1 Boellstorff T., Coming of Age in Second Life : An Anthropologist Explores the Virtually Human, Princeton, Princeton University Press, 2008, 316p.

2 Olivier Servais est notamment l’auteur de “Autour des funérailles dans World of Warcraft. Ethnographie entre religion et mondes virtuels”, in Delville J-P., Mutations des religions et des identités religieuses, Paris, Mame-Desclée, 2012, p.231-252.

3 Et l’on voit que la question du recours à l’ethnographie pour enquêter sur internet est toujours plus d’actualité. Voyez notamment Hine Chr., Ethnography for the Internet. Embedded, Embodied and Everyday, Londres, Bloomsbury, 2015, 240p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Delporte, « Boellstorff Tom, Un anthropologue dans Second Life. Une expérience de l’humanité virtuelle », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 213-215.

Référence électronique

Antoine Delporte, « Boellstorff Tom, Un anthropologue dans Second Life. Une expérience de l’humanité virtuelle », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1484

Haut de page

Auteur

Antoine Delporte

Sociologue UCL, assistant de recherche GIRSEF.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org