Navigation – Plan du site
À propos de livres

Dovidio John F., Hewstone Miles, Glick Peter, Esses Victoria M. (dirs.), The SAGE Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination,

London/Thousand Oaks, SAGE Publications, 2013, xxv+646 p.
Yves Laberge
p. 215-217
Notice bibliographique :

Dovidio John F., Hewstone Miles, Glick Peter, Esses Victoria M. (dirs.), The SAGE Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination, London/Thousand Oaks, SAGE Publications, 2013, xxv+646 p.

Texte intégral

  • 1 Taguieff P-A., La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1988 (...)

1Les sociologues de langue française sont déjà familiers avec un bon nombre d’ou­vrages classiques sur les préjugés, les discriminations, le racisme et ses mutations ; pensons par exemple à La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles de Pierre-André Taguieff ou à L'Espace du racisme de Michel Wieviorka1. Depuis une vingtaine d’années, d’autres analyses se sont ajoutées à ces études fondatrices, en France comme ailleurs. Dans le monde anglo-saxon, de multiples recherches ont été menées parallèlement sur les nouvelles formes de discrimination basées sur d’autres critères que la couleur de la peau. Au-delà des manifestations “traditionnelles” du racisme comme l’antisémitisme et les discriminations envers les Noirs, les auteurs de cette nouvelle synthèse identifient diverses formes de préjugés et d’exclusion qui semblent encore moins évidentes à identifier comme l’homophobie et l’âgisme. Comme on le sait, les participants à un “Handbook” ne présentent habituellement pas “leur” théorie personnelle, mais proposent plutôt un “état des lieux” sur une dimension particulière d’un problème plus vaste en comparant cinq ou six auteurs représentatifs et contemporains.

  • 2 Sumner W. G., Folkways : A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Customs, Mores, (...)

2Ce Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination ne fait pas exception à la règle ; il permet une mise à jour partielle de ces recherches à partir de plusieurs sous-thèmes, regroupés en 36 chapitres inédits, empruntant à la sociologie, à l’anthro­pologie et à la psychologie sociale. Selon plusieurs auteurs de ce livre, les origines de l’étude sociologique des discriminations et des stéréotypes remonteraient aux travaux du sociologue américain William Graham Sumner (1840-1910)2 (pp.3, 364). Dans ce collectif subdivisé en six parties, les auteurs abordent successivement les débuts des études sur les préjugés, puis les principales causes des discriminations, les modes d’expression des préjugés et les prétextes employés (par exemple la concurrence, les impératifs économiques) pour discriminer impunément ; la dernière moitié touche les impacts sociaux de ces discriminations, la lutte contre les discriminations et les stéréotypes, et enfin le futur de la recherche sur ces thèmes qui ultimement devra mener vers le changement social (p.606).

3Les définitions abondent et sont particulièrement appréciées pour les néologismes : ainsi, l’hétérosexisme (Heterosexism, p.345) est ici compris plus largement qu’une simple discrimination envers les homosexuels ou l’homophobie, mais bien comme «un système idéologique qui renforce le dénigrement de l’identité non-hétérosexuelle, de ses comportements, de ses relations, de sa communauté» (chapitre 21, p.345). Thème déjà évoqué dans les sections précédentes (p.155), le dix-neuvième chapitre donne une typologie du racisme : symbolique, moderne, aversif, implicite (p.217) ; d’autres sous-catégories du racisme s’ajoutent au fil des chapitres pour inclure le racisme culturel (p.313), le racisme contemporain (p.316), le racisme institutionnel (p.427).

4Ouvrage dense, ce Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination fournit de nombreuses données et met en évidence plusieurs faits issus de recherches antérieu­res. Par exemple, un individu peut ressentir des sentiments ambivalents, à la fois positifs et négatifs, envers un groupe donné faisant l’objet de discriminations (p.267). Un autre chapitre étudie les modes de pensée et la vision du monde des tenants de la “droite autoritaire” (right-wing authoritarianism) ; ces personnes vont souvent amalgamer deux ou plusieurs formes de racisme ou de discrimination, par exemple envers les Noirs et les pauvres (pp.165, 173). Souvent, les passages les plus stimulants de ce livre touchent les formes les plus subtiles de discrimination. Ainsi, à propos du problème de l’âgisme à l’embauche dans certaines entreprises, les trois études citées dans le chapitre 13 sur la structure sociale confirment que les candidats plus jeunes sont préférés lorsque l’entreprise qui recrute se définit comme évoluant dans un contexte de changement constant (quickly changing contexts), en véhiculant l’impression que les jeunes aspirants seraient capables de s’adapter plus facilement que les candidats plus expérimentés (p.217). Par ailleurs, l’influence des médias est soulignée de diverses manières dans plusieurs des chapitres. Sur le plan méthodologique, plusieurs contributeurs s’accordent pour admettre la difficulté de mesurer les discriminations, les préjugés et les stéréotypes selon des approches implicites ou explicites (p.58).

5Comme on peut rapidement le constater, la plupart de ces études sont ancrées aux États-Unis et, en dépit de l’ambition internationale de la présentation de l’ouvrage, il y est relativement peu question des cas de discrimination en Europe, sauf dans le douzième chapitre de Jacques-Philippe Leyens et Stéphanie Demoulin (Ethnocentrism and Group Realities) qui aborde brièvement les stéréotypes véhiculés en Belgique entre Flamands et Wallons (chapitre 12, p.200). D’ailleurs, aucun des auteurs français mentionnés au début de cette lecture critique n’est cité dans les abondantes bibliographies à la fin des 36 chapitres de ce Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination. C’est pourquoi on parlera ici d’une mise à jour partielle de la recherche pour résumer les apports de ce livre qui intègre trop peu de travaux dans des langues autres que l’anglais. Néanmoins, le sociologue non-américain pourrait dans certains cas profiter des méthodologies et des cadres théoriques décrits ici pour tenter de les transposer dans d’autres contextes nationaux, avant de recueillir un nouvel échantillonnage. Parmi les recommandations communes à plusieurs contributions, la nécessité réitérée d’une ouverture interdisciplinaire pour mieux saisir les processus conduisant aux for­mes de plus en plus subtiles de discriminations apparaîtrait presque comme un leitmotiv (pp.451, 604).

Haut de page

Notes

1 Taguieff P-A., La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1988. Wieviorka M., L'Espace du racisme, Paris, Seuil, 1991.

2 Sumner W. G., Folkways : A Study of the Sociological Importance of Usages, Manners, Customs, Mores, and Morals, Ithaca, Cornell University Library, 2010 [1906].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Dovidio John F., Hewstone Miles, Glick Peter, Esses Victoria M. (dirs.), The SAGE Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination, », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 20 février 2017. URL : http://rsa.revues.org/1487

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph. D., Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE, Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page