Navigation – Plan du site
À propos de livres

Laplantine François, L’énergie discrète des lucioles

Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan (Anthropologie prospective n°13), 2013, 202p.
Guénaëlle de Meeûs
p. 217-218
Notice bibliographique :

Laplantine François, L’énergie discrète des lucioles, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan (Anthropologie prospective n°13), 2013, 202p.

Texte intégral

1L’énergie discrète des lucioles, un titre emprunt de poésie pour un ouvrage qui n’en manque pas. Dans ce livre, François Laplantine propose une avancée supplémentaire dans une réflexion déjà amorcée depuis plusieurs années autour d’une dimension particulière de la discipline anthropologique : le sensible. Cette pensée sensible ou modale invite l’anthropologue à porter son attention vers les différentes nuances, les différents rythmes et tempos de l’existence. Elle vise à mettre en avant non pas les grands évènements, mais bien les petites choses, prenant en compte les flux et mouvements du quotidien et rejetant tout ce qui est de l’ordre de l’univoque, de l’unilatéral ou du fi­geant. François Laplantine remet en question l’héritage catégorisant, rationnel voir hé­gémonique des sciences sociales occidentales qui nous ferait passer à coté de certaines tonalités infimes, et pourtant si importantes, de la vie sociale. Ces tonalités ce sont un peu les lucioles présentes en filigrane de l’ouvrage. Discrètes, on peut deviner le sens de leur présence dès les premières pages, mais on n’a la certitude de leur utilité qu’à la fin du dernier chapitre.

2Dans cet ouvrage, Laplantine approfondit la question du sensible en s’attachant à l’une de ses dimensions particulière : l’image. Il met cette dernière en avant comme un véritable mode de connaissance, tout aussi pertinent que l’écriture ou la parole, la considérant comme un matériel anthropologique à part entière, dont l’importance actuelle est non négligeable. La pensée modale, chère à l’auteur, et ses infimes nuances se ressentent tout au long du livre : l’image doit être analysée tant pour ce qu’elle nous dit que pour ce qu’elle ne nous dit pas, pour ce qu’elle représente de visible, mais aussi d’invisible, pour ce qu’elle nous montre dans son champ, mais aussi dans son hors-champ. Comme annoncé en quatrième de couverture, le développement d’une anthropologie de l’image s’avère aujourd’hui essentiel dès lors qu’elle nous éclaire sur la mondialisation actuelle. L’accélération du temps et la compression des espaces, caractéristiques de ce processus, ont pour conséquence la création d’un flux de plus en plus dense et rapide des images dont le danger serait de mener à leur saturation. Dans sa réflexion, Laplantine propose de faire le tri entre des images souvent trop lisses, trop “parfaites”, caractéristiques du numérique, et des images d’apparence imparfaites mais plus subtiles, susceptibles de nourrir davantage notre connaissance.

3Fort d’un parcours riche et bien rempli, Laplantine nourrit sa réflexion de très nombreuses références. Beaucoup proviennent de la philosophie, en particulier de Ludwig Wittgenstein, maître à penser avoué de ce livre qui porte une réflexion sur la relation entre “le voir et le dire”. Le lecteur est également invité à poursuivre sa lecture en dehors des pages de l’ouvrage et ce au travers de nombreuses incitations à visionner films, photographies ou encore tableaux dont les images donnent à méditer.

4Cette réflexion sur l’image est déclinée en huit chapitre amenant chacun sa pierre à l’édifice. L’auteur commence par mettre en avant l’importance de l’image en anthropologie tant comme sujet que comme outil de recherche. L’image est pour lui un moyen de revivifier les contradictions, les antithèses, les hétérogénéités nécessaires à la discipline. En droite ligne avec cette idée, il consacre le second chapitre à l’émer­gence de l’image numérique qui, malgré les avantages qu’elle peut comporter, apporte aussi une certaine formalisation ou unification allant à l’encontre du débat qu’elle devrait normalement susciter. La pensée de l’auteur s’alimente aussi de ses séjours au Japon et en Chine. Plusieurs pages sont consacrées aux images et à leur perception dans ces deux cultures. Au travers de l’observation des pictogrammes chinois, le troisième chapitre ouvre la réflexion sur la relation entre “le voir et le dire”. L’auteur profite de la peinture et de l’écriture chinoises, qui sont «des manières de dire indissocia­bles de manières de voir et qui engagent aussi des manières de vivre» (p.80), pour nous inciter à questionner nos modes de connaissance et de perception. Une réflexion sur la perception qui amène, dans le chapitre quatre, à repenser celle du handicap, qui est aussi celle de l’autre comme sujet et, dans certains cas, comme objet.  

5Le chapitre cinq est consacré à la question des couleurs, une nouvelle occasion de mettre en avant l’importance des nuances et de défragmenter les pensées catégoriques. François Laplantine insiste sur la nécessité de s’attarder d’avantage sur les moments de passage, sur les transitions qui nous en apprennent beaucoup plus que les fixations. Des couleurs, nous passons, dans le chapitre six, au cinéma et au théâtre. Un temps pour repenser les notions du “voir” et du “croire”, en revenant notamment sur l’illu­sion et le pacte fait avec le spectateur. Enfin, c’est le récit qui est au centre du chapitre sept, en tant que «mode de rapport au corps» et «mode de rapport au temps» (p.157) ; l’occasion également pour l’auteur de revenir sur des notions centrales dans la pensée en image que sont le “champ” et le “hors champ”. Le huitième et dernier chapitre se déploie comme une fable nous invitant à mettre en exergue toute notre sensibilité afin de percevoir les faits les plus minimes et de développer notre aptitude à les distinguer. Ce n’est pas sous l’éclairage flamboyant d’un néon, mais plutôt grâce à la fine lumière des lucioles que nous pourrons au mieux décoder les images du social. C’est dans les petites choses que se trouve une grande part des connaissances ; Laplantine nous invite à mieux les voir et mieux les percevoir.

6L’énergie discrète des lucioles n’impose pas de nouvelles certitudes, mais nous suggère de nouvelles réflexions. François Laplantine remet en question mais ne démolit pas, libre à chacun de s’inspirer de sa lecture. Cette ouverture fait certainement partie de la volonté de l’auteur d’apporter d’avantage de débat, de discussion au sein de la discipline anthropologique. L’uniforme et le conforme ne font pas avancer les choses. Difficile de prévoir quel tournant prendra l’anthropologie dans les prochaines années, mais Laplantine en propose ici un bien intéressant. Il ouvre une dimension nouvelle à la recherche, lui proposant de mettre de coté son passé quelque peu rationnel, afin de découvrir le social au travers d’une autre facette : les sens et le sensible. Pourquoi ne pas oser cette démarche ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guénaëlle de Meeûs, « Laplantine François, L’énergie discrète des lucioles », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 20 février 2017. URL : http://rsa.revues.org/1492

Haut de page

Auteur

Guénaëlle de Meeûs

UCL/IACCHOS/LAAP.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page