Navigation – Plan du site
À propos de livres

Marquis Nicolas, Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel

Paris, PUF, 2014, 248p.
Robin Susswein
p. 219-221
Référence(s) :

Marquis Nicolas, Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel, Paris, PUF, 2014, 248p.

Texte intégral

1Fruit d’une thèse doctorale en sociologie couronnée par le prix “Le Monde” de la recherche universitaire, cet ouvrage interroge les pratiques de lecture de littérature de “développement personnel” (ci-après “DP”). Sur base d’un matériau empirique dense constitué de cinquante-cinq entretiens compréhensifs menés avec des lecteurs, près de 300 courriers de lecteurs adressés à trois auteurs majeurs de DP dans le monde francophone et une soixantaine d’ouvrages de DP, Nicolas Marquis a mené une enquête fouillée susceptible d’éclairer ce que ces pratiques de lecture particulières mettent en jeu chez les individus, la manière dont elles peuvent faire sens dans des trajectoires biographiques individuelles, mais aussi dans un contexte culturel et institutionnel plus large. La mobilisation conjointe d’entretiens de recherche et de documents épistolaires produits indépendamment de la recherche apparait comme un atout méthodologique majeur pour saisir la dynamique invisible qui s’opère dans l’esprit des individus lorsqu’ils lisent ce type d’ouvrage.

2Encensés par les uns en tant que livres qui “changent la vie”, dénoncés par les autres pour leurs effets néfastes sur l’individu et la société, les ouvrages de DP et le succès qu’ils rencontrent en librairie suscitent des avis tranchés. L’auteur remarque qu’en sciences sociales en particulier, on peut distinguer deux ensembles d’analyses portant principalement ou secondairement sur le DP pour en proposer une lecture criti­que selon d’une part, un modèle du déclin et d’autre part, un modèle du pouvoir. Les tenants du premier modèle, inspirés par des auteurs comme Philip Rieff, Richard Sennett ou Christopher Lasch, voient dans les ouvrages de DP des textes psychologisant relevant d’un individualisme mortifère dont la lecture ne peut que pervertir la possibilité même de faire société. Le second ensemble d’auteurs (Nicolas Rose et Rebecca Hazleden notamment), s’inscrivant dans une approche foucaldienne, ne sont pas sensi­bles à la thématique de “la fin de la société”, mais voient dans les ouvrages de DP un ensemble d’injonctions douces qui ont pour effet d’instituer les lecteurs en objets gouvernables et normés selon les principes de la libéral-démocratie.

  • 1 Schütz A., Le Chercheur et le Quotidien,Pairs, Méridien-Klinskieck, 1987.

3Les deux modèles, aussi distincts soient-ils, partagent cependant une carence méthodologique et épistémologique difficilement surmontable pour l’auteur : alors qu’ils portent sur les effets d’une littérature, ces modèles font l’économie d’une théorie de la réception littéraire. Dès lors, c’est une théorie implicite et objectiviste de la pratique de lecture qui s’y opère : le chercheur prétend pouvoir occuper tantôt la place du lecteur critique, tantôt celle de l’ “homunculus”1, lecteur lambda supposé réel, construit par le chercheur à des fins démonstratives. Sans remettre en question la pertinence d’une posture critique en sociologie, Nicolas Marquis soutient cependant que celle-ci gagne à apparaitre dans un second mouvement, après avoir pris au sérieux son objet d’étude.

  • 2 Rosenblatt L., The Reader, The Text, The Poem. The Transactional Theory of the Literary Work, Carbo (...)

4Ces remarques nourrissent le premier chapitre de l’ouvrage, l’auteur consacrant le second à l’élaboration d’une théorie de la pratique de lecture qui puisse prendre en considération la complexité de la réception littéraire. En s’appuyant sur le concept de “poème” emprunté à Louise Rosenblatt2, Nicolas Marquis considère l’expérience de lecture comme la rencontre et la transaction entre un texte, c’est-à-dire un objet «porteur d’un ensemble de marqueurs pragmatiques qui invitent à sélectionner les stimuli d’une certaine façon» (p.53) et un lecteur dont la situation biographiquement déterminée implique une attitude de lecture particulière.

  • 3 Rosenblatt L., The Reader, The Text, The Poem. The Transactional Theory of the Literary Work, Carbo (...)
  • 4 Schaeffer J-M., Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 212.

5Dans les trois chapitres suivants, l’auteur va respecter ce programme théorique en procédant à une analyse des usages de la littérature de DP. Il apparait alors que les tex­tes proprement dits (chapitre 3), tout comme les lecteurs et leurs attentes (chapitre 4) favorisent une attitude de lecture majoritairement “efférente”3(chapitre 5) : si la qualité du style littéraire ou l’exactitude des propos n’intéresse que superficiellement les lecteurs, la performativité de ces lectures retient leur attention. Focalisés sur la recher­che des conséquences extra-littéraires de leur pratique de lecture, les lecteurs de DP endossent une attitude d’ “apérité” (p.130) qui consiste non seulement à faire preuve de bienveillance à l’égard du texte dans un mouvement de «suspension volontaire de la méfiance»4, mais aussi à «mette leur vécu, leurs pensées, leurs actes etc., à disposition du texte dans l’espoir d’être […] ‘mis en mots’ par celui-ci» (p.132). S’appuyant sur de nombreux extraits d’ouvrages de DP, d’entretiens de recherche et de lettres de lecteurs, Nicolas Marquis parvient à rendre-compte de la manière dont ces pratiques de lecture peuvent faire sens pour les individus qui s’y engagent.

6Invitant à prendre du recul sur l’expérience de lecture, les deux derniers chapitres de l’ouvrage portent respectivement sur les “cartographies” symboliques et pratiques des lecteurs (chapitre 6), et sur les affinités de celles-ci avec le contexte culturel et ins­titutionnel des sociétés libérales-démocratiques (chapitre 7).

  • 5 Ehrenberg A., La société du malaise, Paris, Odile Jacob, 2010.

7Ainsi, il apparait pour l’auteur que les lecteurs de DP développent une «anthropologie à visée pratique» (p.153) et une «cosmologie à visée pratique» (p.167), c’est-à-dire, respectivement, une façon de se rapporter à eux-mêmes et une façon de se rapporter au monde global en vue d’agir sur l’un comme sur l’autre qui entretiendraient de fortes affinités avec le monde du DP. Il s’agirait bien d’un lien d’affinité et non de causalité dans le sens où ces “cartographies” à disposition des individus préexisteraient à l’expérience de lecture ; elles ne relèveraient pas de la lecture proprement-dite mais plutôt du contexte culturel et institutionnel des sociétés de l’ “autonomie comme condition” décrites par Alain Ehrenberg5.

  • 6 Winch P., Understanding a primitive society, American Philosophical Quarterly, 1964, vol. 1., n°4, (...)
  • 7 Evans-Pritchard E. E., Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, Paris Gallimard, 1972.
  • 8 Favret-Saada J., Les Mots, la Mort, les Sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard, 197 (...)

8Opérant un stimulant détour par divers travaux anthropologiques, Nicolas Marquis montre en quoi la lecture d’ouvrages de DP actualise une manière particulière d’attri­buer des responsabilités face à un malheur et d’identifier des marges de manœuvre pour agir (ce que l’auteur nomme, avec Winch6, une «attitude face à la contingence» (p.176)) distinctes d’attitudes homologues à l’œuvre dans d’autres contextes culturels, tels que ceux décrits par Evans-Pritchard7 ou Favret-Saada8. Il s’en suit que les conditions sociales de possibilités d’une expérience de DP réussie doivent être cherchées non seulement dans les “brèches” des trajectoires biographiques individuelles qui ouvrent sur des attentes de changement et rendent possible une attitude de lecture particulière, mais aussi dans le contexte culturel et institutionnel dans lequel “baignent” ces individus et qui met à leur disposition des ressources symboliques à visée pratique en affinité avec le monde du DP.

9On regrettera cependant à cet endroit l’absence de maillon explicatif intermédiaire entre le niveau biographique individuel et le niveau de la “société” : tout le monde, dans une société “libérale-démocratique” ou “individualiste”, a-t-il le même accès à ces ressources symboliques en affinité avec le monde du DP ? Qui sont ces lectrices et (dans une moindre mesure) ces lecteurs ? Quel rôle peuvent jouer d’autres pratiques dans le fait qu’un jour, suite à une brèche, on ait recours au DP ou à d’autres attitudes face à la contingence ? L’auteur le souligne à plusieurs reprises : le retour à une perspective critique est une opération souhaitable après avoir procédé à une fine description des pratiques de lecture. Cependant, cette entreprise critique pourrait, nous sem­ble-t-il, être enrichie par de nouvelles questions et des investigations complémentaires aux premières. Cette réserve n’ôte cependant rien à la qualité de la recherche qui apparaît stimulante à plusieurs égards. Les chercheurs intéressés par le DP, le travail sur soi, la culture du bien-être, mais aussi par les modalités concrètes de l’individualisme y trouveront une publication de premier plan. Mais au delà du traitement instruit d’un objet de recherche particulier, cet ouvrage propose également la construction d’une théorie de la pratique de lecture qui apparait pouvoir éclairer plus largement le processus de réception des contenus culturels comme des expériences transactionnelles de production de sens.

Haut de page

Notes

1 Schütz A., Le Chercheur et le Quotidien,Pairs, Méridien-Klinskieck, 1987.

2 Rosenblatt L., The Reader, The Text, The Poem. The Transactional Theory of the Literary Work, Carbondale, Southern Illinois Univ. Press, 1994.

3 Rosenblatt L., The Reader, The Text, The Poem. The Transactional Theory of the Literary Work, Carbondale, Southern Illinois Univ. Press, 1994.

4 Schaeffer J-M., Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 212.

5 Ehrenberg A., La société du malaise, Paris, Odile Jacob, 2010.

6 Winch P., Understanding a primitive society, American Philosophical Quarterly, 1964, vol. 1., n°4, pp. 307-324.

7 Evans-Pritchard E. E., Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, Paris Gallimard, 1972.

8 Favret-Saada J., Les Mots, la Mort, les Sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard, 1977 ; Favret-Saada J., Désorceler, Paris, L’Olivier, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Susswein, « Marquis Nicolas, Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 219-221.

Référence électronique

Robin Susswein, « Marquis Nicolas, Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1495

Haut de page

Auteur

Robin Susswein

Université Saint-Louis Bruxelles (USL-B), Centre d’Anthropologie, Sociologie et Psychologie – Études et recherches (Casper).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org