Navigation – Plan du site

Présentation. Des laboratoires du changement social

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement
p. 1-19

Texte intégral

I. Introduction : l’invention d’un nouveau monde

1 Déjà largement perceptible grâce aux multiples transformations qui, à l’ère d’Internet, ont affecté notre environnement, nos pratiques et nos perceptions, la révolution numérique n’en finit plus de bousculer les sociétés contemporaines. Il n’est plus guère de segment de la vie sociale qui ne soit directement concerné par le phénomène. Il y a deux décennies exactement, dans The Rise of the Network Society (1996), Manuel Castells avait déjà pressenti la force des mutations à l’œuvre et le sens des changements en cours : épuisement des modèles organisationnels fondés sur le principe de hiérarchie au profit de formes de coopérations horizontales, promotion du travail en réseau et de la production flexible, développement de cités informationnelles et des communautés virtuelles…

2 Dix ans plus tard après la publication de l’ouvrage de M. Castells, où en sommes-nous ? Les économistes constatent non seulement que le numéri­que a envahi l’ensemble des secteurs d’activité, mais aussi que de nouvel­les régulations sont désormais à l’œuvre. L’économie numérique a ceci de singulier qu’elle favorise la logique des rendements croissants :

Plus une entreprise a de clients, plus elle est “productive”, au sens où elle peut offrir un meilleur service pour le même prix, ce qui attire de nouveaux clients, et ainsi de suite (Colin/Landier/Mohnen/Perrot, 2015 :2).

3 La généralisation d’un fonctionnement en réseau favorise indéniablement une telle dynamique et explique également la montée en puissance de plates-formes à partir desquelles des acteurs sociaux peuvent échanger des biens et des services très variés.

4 Multiples sont aujourd’hui les manifestations concrètes de ce que l’on nomme l’économie collaborative, à savoir l’ensemble des pratiques destinées à produire en commun en s’appuyant sur des principes comme la coopération horizontale et la mutualisation des ressources (information, outils, espaces…). Grâce aux plates-formes accessibles d’un clic, rien de plus aisé désormais que d’acheter ou de vendre un objet usagé, de procéder à un échange d’appartement le temps des vacances, de pratiquer le co-voiturage, de s’improviser chauffeur de taxi ou, le temps d’une nuit au moins, de louer chez soi une chambre à qui le souhaite.

  • 1  La percée d’UberPop dresse ainsi les uns contre les autres des usagers de taxis, des conducteurs o (...)

5 Les noms des principales plates-formes qui organisent ces services sont bien connus de chacun d’entre nous : eBay, Le Bon Coin, BlaBlaCar, Airbnb, GuestToGuest… Parce qu’elles posent fondamentalement le problème de la concurrence au détriment d’activités réglementées ainsi que, plus généralement, celui du respect des normes de droit (commercial, du travail, etc.), certaines, à commencer par UberPop (service de transports par des chauffeurs amateurs), se sont retrouvées sous les feux de l’actuali­té médiatique. D’autres encore, moins connues, contribuent tout aussi acti­vement aux transformations contemporaines, comme Flexojob, dont l’am­bition est de faciliter le prêt de main-d’œuvre entre entreprises. Les digues juridiques qui avaient tant bien que mal résisté aux assauts répétés, menés au nom de la doctrine libérale, contre l’ensemble des professions réglementées, menacent aujourd’hui de céder face à ces initiatives d’un nouveau genre dont la force est d’allier aux ressources numériques les plus af­futées la promesse d’une convivialité dans des échanges réputés quelque peu affadis dans la société industrielle. En termes de prix et d’expérience, le consommateur y voit à l’évidence son intérêt, mais qu’en est-il du travailleur ? Et qu’en est-il de toutes celles et ceux qui jouent tour à tour les deux rôles1 ?

6 Dans l’ensemble bourgeonnant des innovations dont le numérique est porteur, il convient de signaler encore le rôle croissant des big data, immenses bases de données qui sont devenues des enjeux commerciaux et fi­nanciers pour les grandes entreprises comme Amazon, Google, Facebook… et bien d’autres également (Cardon, 2015). La face sombre de la gestion de ces big data est bien connue : à vouloir traquer le consommateur pour mieux connaître, anticiper et cadrer ses goûts, le spectre du Big Brother est venu hanter à nouveau les débats sur les usages d’Internet. Tournée vers la défense d’un Internet libre et ouvert, l’action collective des hackers, à commencer par celle d’Anonymous, de la Quadrature du Net ou encore de l’Electronic Frontier Fondation, prend directement sens au regard d’un tel constat. Le numérique est donc aussi un levier en faveur de l’invention de nouvelles formes d’organisations, de luttes sociales, de débats collectifs…

7 Si les débats les plus médiatisés concernent l’irruption de l’économie collaborative dans la sphère des services (transport, hôtellerie, commerce, etc.) par le truchement de plates-formes numériques, le territoire que nous avons choisi d’explorer ici est celui, moins connu, de la fabrication. A la surprise de nombreux observateurs en effet, les pionniers de l’Internet ne se sont pas contentés d’habiter le cyberespace et de développer un monde virtuel, ils ont aussi créé des lieux physiques pour se retrouver et fabriquer ensemble toutes sortes de choses, en mobilisant, certes, les technologies numériques, mais en cultivant aussi la tradition libertaire, bien plus ancienne, du Do It Yourself (DIY). Ces lieux, nous les désignerons sous le terme générique de makerspaces. Derrière cet intitulé se tient un ensemble de réalités organisationnelles dont nous commençons par définir les principaux traits culturels et contours organisationnels. Nous montrons ensuite combien, à travers l’étude des valeurs et des pratiques que l’on peut repérer à l’œuvre dans les makerspaces, on est vite conduit à entrer dans le vif de débats sociologiques et politiques extrêmement contemporains relatifs, respectivement, aux “communs”, aux Millennials et, enfin, au Digital Labor. Nous concluons en défendant un principe de connaissance des maker­spaces et de la culture des makers fondé sur l’exigence empirique. Énoncée par des sociologues, une telle proposition peut paraître évidente et élé­mentaire. A en juger pourtant par l’inflation des écrits abstraits qui prétendent comprendre et expliquer la révolution numérique, elle ne l’est peut-être pas autant que cela. C’est donc un des intérêts, du moins l’espérons-nous, des articles présentés dans ce numéro, que de s’appuyer sur des matériaux concrets et originaux pour nous donner à voir en quoi et pourquoi les makerspaces peuvent être considérés comme de véritables laboratoires du changement social.

II. DIY, éthique hacker et culture du libre

8 Depuis quelques années à peine, nous assistons un peu partout dans le monde à l’éclosion de nombreux lieux de production et de collaboration qui prennent place aux marges du système productif dominant. L’avène­ment peut paraître fort soudain. Jusqu’au milieu de la décennie 2000, on ne comptait guère que quelques espaces qui revendiquaient une identité de hackerspace ou de fab lab (Fabrication Laboratory). Depuis, la courbe de développement de ces lieux alternatifs de production a pris une allure exponentielle. On compte aujourd’hui au moins un millier de makerspaces sur l’ensemble de la planète, les foyers de concentration demeurant à ce jour l’Amérique du Nord d’un côté, l’Europe de l’autre. Ailleurs, en Amérique du Sud, en Afrique et en Chine tout spécialement, le mouvement est également en marche.

9 Quel que soit le pays, la philosophie qui irrigue ces makerspaces hérite, au moins en partie, d’une histoire de longue durée qui croise des traditions différentes. La première est celle du Do It Yourself, mouvement dont les premières manifestations peuvent être lues comme une réaction aux effets délétères de la société industrielle naissante. L’Angleterre est de ce fait, ce n’est donc pas un hasard, le premier fer de lance du DIY. Dès la deuxième moitié du XVIIIème siècle, la communauté religieuse des shakers en fait ainsi une règle de vie commune (Desroche, 1955). C’est encore en Angleterre que se forment, quelques décennies plus tard, les premiers mouvements de contestation de la société de consommation. A l’époque où Karl Marx et ses émules dénoncent la misère du prolétariat, William Morris en­gage un combat contre les méfaits de l’industrialisation et la laideur des environnements urbains qu’elle fabrique. Dans son récit utopique, Nouvel­les de nulle part (1902), il élabore un imaginaire contestataire, tout en établissant un lien entre un passé pré-capitaliste et un futur post-capitaliste. La société rêvée par W. Morris est basée sur la production artisanale tout en mobilisant des machines bien supérieures à celles du passé. La distinction entre art et artisanat, beaux-Arts et arts appliqués n’y a pas de sens puisque l’art contribue directement à la fabrication des objets du quotidien :

Tant que la maison d’un ouvrier sera laide, affirme W. Morris en 1894, en s’adressant aux habitants d’un quartier populaire de Manchester, il sera vain de vouloir de beaux tableaux (Morris, 1996 :133).

10 En un mot, son utopie opère l’une des premières synthèses entre criti­que sociale et critique artiste du capitalisme.

11 A défaut de tirer plus avant le fil généalogique du DIY (avec, ultérieure­ment, des manifestations concrètes comme le mouvement des Castors dans la France de l’après Seconde Guerre mondiale, le design social italien des années 1970, la culture punk de l’auto-entrepreneuriat, etc.), le fait le plus notable pour éclairer la thématique qui est au cœur de ce numéro est la confluence entre la tradition du DIY, l’éthique hacker et la culture du libre. La convergence s’opère véritablement à partir des années 1950 avec les débuts de la micro-informatique puis, surtout, dans le creuset de la contre-culture qui s’épanouit dans les années 1960-1970. Produits de cette conjonction, les makerspaces ont une histoire indissociablement européenne et américaine2.

12 Elle est européenne grâce d’abord à l’action du Chaos Computer Club (CCC), un hackerspace qui se fait connaître sur la scène allemande au début des années 1980 en pénétrant dans le système informatique de la caisse d’épargne de Hambourg et en détournant 134 000 Deutsche Marks, somme que les membres du CCC rendent dès le lendemain. Grâce à son travail pédagogique sur les technologies et les médias, mais aussi par ses engagements politiques, le CCC a conquis depuis la reconnaissance du public :

  • 3  Témoignage de Andy Müller-Maguhn, membre du bureau et ancien porte-parole du CCC : http://owni.fr/ (...)

Dans les années 1990, avec les questions sur la régulation des télécoms et la vie privée, nous avons été invités aux auditions du gouvernement. Nous avons essayé d’organiser la participation du public sur ces questions. Nous avons donc une histoire de lobbying vieille de vingt ans plus ou moins3.

13 Acteur politique reconnu, le CCC est aussi l’un des animateurs les plus dynamiques des réseaux internationaux de hackers, du moins de ceux qui souhaitent améliorer le monde grâce au DIY et non le pirater. A dates régulières, ses congrès et ses camps attirent des makers du monde entier. A compter de la moitié des années 2000, il devient une source d’inspiration pour la création de nombreux hackerspaces un peu partout à travers le monde.

14 L’histoire des hackerspaces et des fab labs est également nord-améri­caine. Le Homebrew Computer Club, qui naît dans la Silicon Valley au milieu des années 1970, est resté gravé dans la mémoire de nombreux makers. Premier rassemblement de passionnés décidés à partager leurs connaissances en matière de bricolage informatique, le cercle se dissout assez rapidement. Mais son histoire est surtout riche d’une tension fondatrice qui oppose les défenseurs du principe de partage des travaux et des connaissances (une sorte de communisme des savoirs) aux tenants de la reconnaissance monétaire rapide des innovations et du travail accompli. Dans sa contribution au présent numéro, Clément Bert-Erboul montre que cette tension n’a jamais cessé de parcourir et de structurer le monde de l’informatique. Au modèle propriétaire qu’incarne le copyright et le droit d’auteur s’opposent plus que jamais un ensemble de dispositifs normatifs (Copyleft, General Public Licence, Creative commons) qui informent la culture du libre et qui, dans l’esprit des pionniers du Homebrew Computer Club permettent aux hackers-makers de copier, de modifier et de redistribuer des contenus multiples.

III. Les makerspaces : contours et typologie

15 Produits de cultures dont les racines puisent dans des histoires spécifi­ques aux deux côtés de l’Atlantique, les makerspaces connaissent aujourd’hui un succès mondial. Quel que soit le pays, l’imprimante 3D occupe souvent la vedette au sein de ces lieux de fabrication numérique personnelle, du moins aux yeux des médias qui y portent intérêt sans jamais pouvoir trancher sur le caractère marginal, purement ludique ou proprement révolutionnaire des machines qui peuplent les fab labs, hackerspaces, living labs, tech shops et autres lieux où se déploie une nouvelle forme de culture collaborative. L’origine anglo-saxonne et la multiplicité des dénominations sont déjà en elles-mêmes une indication : les pays de langue française ne sont pas l’épicentre du mouvement et les formes organisationnelles concrètes sont multiples. Elles ne se laissent en tous les cas pas enfermer dans un modèle unique.

16 A la suite de Fabien Eychenne (2012), on peut cependant définir un fab lab comme un espace doté de machines de qualité professionnelle – machines à commande numérique (fraiseuses, machines à découpe laser, machines à sérigraphier….) notamment – grâce auxquelles il est possible d’effectuer un travail de prototypage d’objets physiques. L’usage de ces machines-outils n’est plus un problème. Alors que, il y a quelques années encore, il était nécessaire de bénéficier de deux ans de formation avant d’espérer utiliser correctement une machine-outil, deux heures de formation suffisent aujourd’hui. Le prix des machines et des logiciels de conception ont par ailleurs chuté drastiquement (certains logiciels sont même gratuits). Grâce aux PF (Personnal Fabricators), tout le monde peut donc agir sur le monde physique comme il le fait sur celui de l’information avec son Personal Computer (Gershenfeld, 2005).

  • 4  L’ouvrage du journaliste S. Lévy, dans lequel celui-ci formalise les principes de l’éthique hacker(...)
  • 5  Les fab labs sont parfois labellisés en référence à la charte rédigée en 2007 sous la houlette du (...)

17 Alors que les fab labs sont nés au MIT au début des années 2000, les hackerspaces ont une histoire un peu différente. Comme nous venons de le voir, on peut en repérer une des premières configurations en Californie au début des années 1970 sous les traits du Homebrew Computer Club, pépinière de hobbyists qui découvrent et inventent l’informatique, partagent librement leurs trouvailles ou s’engagent, tels Steve Jobs et Bill Ga­tes, sur une voie plus classiquement capitaliste. Du point de vue organisationnel, davantage imprégnés de l’esprit hacker dont le journaliste Steven Lévy (1984) a été un des tout premiers à rendre compte au début des années 19804, les hackerspaces, pas plus d’ailleurs que d’autres lieux comparables…, ne se différencient guère des espaces qui revendiquent l’éti­quette fab lab5. Si la pratique du codage y est peut-être un peu plus développée, on y trouve également tout le matériel évoqué précédemment pour permettre à chacun de venir fabriquer, bricoler, bidouiller, inventer… (Baichtal, 2012). A l’instar de ce que l’on observe dans les fab labs, l’ou­verture au plus grand public est un critère important, tout comme la volonté de faire de ces lieux collaboratifs non seulement des foyers d’innova­tion et de fabrication, mais aussi d’apprentissage collectif et de circulation des savoirs.

18 Fab labs, hackerspaces, living labs, tech shops…, ces nouveaux lieux de fabrication qui héritent de la culture du libre (free) et de l’open source bousculent aujourd’hui les façons de produire, de coopérer, de s’organiser et d’agir collectivement. Plus extensif, le terme de “tiers-lieux”, utilisé à plusieurs reprises dans ce numéro en référence à Ray Oldenburg (1989), témoigne de l’expansion du mouvement maker bien au-delà de ses frontières d’origine, en direction notamment de l’éducation populaire, du mou­vement du co-working, du monde coopératif ou encore de l’artisanat. Il ré­sulte de ces panachages un puissant moteur de diversification et de complexification des lieux. Plus ou moins ancrés dans les territoires où ils sont implantés, ceux-ci fonctionnent en réseaux et participent à la construction d’écosystèmes de production originaux. Sans nécessairement considérer que nous avons affaire là aux racines d’une troisième révolution industri­elle (Anderson, 2012), à l’émergence d’une forme civilisée de sortie du capitalisme (Gorz, 2008), ou à l’inverse, à l’expression ambiguë de prati­ques capitalistiques dopées à la rhétorique de la critique sociale (Boltanski/Chiapello, 1999), force est de constater que ce monde nouveau des makerspaces mérite d’être pris au sérieux. Non seulement il est porteur d’innovations multiples, tant sur le plan technique, politique, organisation­nel…, mais son succès croissant révèle par ailleurs l’existence d’un tournant socio-culturel qui se manifeste dans la façon de travailler, de concevoir, de produire, de décider, d’agir… Si quelques investigations ont été entamées ici et là, très peu de publications scientifiques existent à ce jour sur ce thème. Le premier objectif de ce numéro est de donner à voir les résultats de recherches menées sur un terrain encore méconnu des sciences sociales et pourtant riche de bouleversements multiples. Son ambition est aussi d’entrer en débat, à partir de matériaux circonscrits, avec des perspectives théoriques nouvelles et discutables, au meilleur sens du terme. Nous en avons ainsi retenu trois, très présentes dans les débats suscités par l’essor des pratiques maker : le débat sur les “communs”, celui sur les Millennials et celui, enfin, sur le Digital Labor.

IV. Les “communs” et les makers

19 Dans les débats qui portent sur les tiers-lieux et leurs enjeux, et à la croisée entre les approches académiques et militantes, la notion de “com­muns” est de plus en plus souvent mobilisée. Le succès récent de cette dernière vient d’abord des travaux qui ont valu le prix Nobel d’économie à Elinor Ostrom en raison, notamment, de ses études sur les systèmes polycentriques de gestion de l’eau. Pour E. Ostrom (1990), les biens communs et les biens publics partagent une même difficulté, celle d’exclure des bénéficiaires de leur accès. Les biens communs et les biens privés ont à faire, par ailleurs, à une forme de rivalité similaire dans la consommation : ils s’usent quand on s’en sert tous en même temps, quand on ne les entretient pas, ou quand chacun les utilise pour son intérêt individuel. Tel est le cas, par exemple, pour les pêcheries, les forêts ou encore les pâturages. Les observations accumulées au fil des années dans de nombreux pays au moyen d’une grille commune ADI (Analyse et développement institutionnels) montrent que, dans ces contextes, des efforts de gestion auto-organi­sés peuvent, à certaines conditions, se révéler plus efficaces qu’une régulation par l’État ou par le marché. L’accumulation des cas empiriques a permis à E. Ostrom de définir les conditions nécessaires à la survie des biens communs : des règles d’accès à la ressource, de régulation des comportements, de gestion des conflits et, enfin, de relations avec les autres institutions.

20 Ces travaux sont aujourd’hui repris et discutés, en particulier par des théoriciens français de la régulation (Coriat, 2015). Des chercheurs en sociologie, philosophie ou sciences politiques ont tenté d’élargir la perspective en considérant que ce sont précisément les règles d’usage et les attributs du droit de propriété (accès, prélèvement, management, exclusion, aliénation) qui concourent à instituer le “commun”, et non les caractéristi­ques intrinsèques du bien. L’approche par les “communs” permet donc d’ouvrir une réflexion sociologique sur les modes de gouvernance : ce qu’il y a…

[…] de commun dans les communs, le point commun de tous les communs, est le fait qu’ils sont toujours utilisés collectivement et gérés par des groupes qui peuvent être de tailles différentes et obéir à des logiques variées […]. Seul l’acte d’instituer les communs fait exister les communs (Dardot/Laval, 2010 :118-119).

21 Aux yeux de certains militants altermondialistes, les “communs” constitueraient même un nouveau concept, capable d’offrir un dénominateur commun à différents mouvements sociaux et écoles de pensées et de représenter ainsi une alternative crédible pour le XXIème siècle (Framablog, 2010). La contribution d’Etienne Verhaegen, publiée dans la rubrique “Forge conceptuelle” qui suit ce dossier – et qui, dans le cas particulier de ce numéro, le prolonge et le complète –, s’empare de ce débat aux dimensions scientifiques et normatives mêlées, pour explorer la pluralité des tiroirs que le concept permet d’ouvrir et ainsi donner à voir leur contenu.

22 Reste néanmoins une faiblesse. A force en effet d’étendre le territoire des significations, le risque évident est celui d’une dilution du concept. Voilà pourquoi, pour créer un dialogue avec une sociologie du mouvement maker, il importe d’abord de préciser le champ de pertinence de la notion. Benjamin Coriat note que les “communs” informationnels qui intéressent les hackers depuis fort longtemps déjà ne peuvent être assimilés à des “communs” fonciers. Il y a à cela trois raisons. D’abord, ce sont généralement des biens non rivaux : la lecture d’un article scientifique ou d’un roman ne prive personne d’autre de l’accès à ces textes. Ensuite, ces biens sont actuellement régis par des droits spécifiques, les droits de propriété intellectuelle, et dans la plupart des cas, les “communs” informationnels ont été créés précisément en réponse au durcissement des législations concernant la propriété intellectuelle, accusées de créer artificiellement de la rareté et de stériliser l’innovation. Dans ce cas, l’institution du “commun” constitue une réponse à la privatisation du savoir. Enfin, la gouvernance des “communs” informationnels est orientée, non vers la conservation des ressources, mais vers leur enrichissement. Par exemple, les règles de gestion d’un “wiki” portent essentiellement sur les conditions d’ajout de nouveaux apports.

23 L’appellation “communs” apparaît plus facile à transposer pour caractériser les espaces organisationnels (hackerspaces, fab labs…) du mouvement maker. L’usage des équipements (locaux, outils…) dont sont dotés les makerspaces s’apparente, au moins partiellement, à un bien rival, en particulier lorsque le parc de machines disponibles est restreint et qu’il faut arbitrer entre plusieurs usages. Pour éviter que le lieu ne se dégrade, il faut aussi se mettre d’accord sur un minimum de règles communes. Les conditions identifiées par O. Ostrom pour la durabilité du “commun” peuvent donc être appliquées de façon pertinente à la gestion des makerspaces, même si les conclusions de l’auteur fournissent peu d’éléments concrets, en particulier sur les modes les plus efficaces de résolution des conflits.

24 Le périmètre du “commun” n’en est pas moins à géométrie variable. Dans un lieu qui accueille des co-workers sur abonnement par exemple, les règles se limiteront peut-être au bon usage de la cafetière mise à la disposition de tous. En revanche, il est possible que des rituels de sociabilité s’y déploient et que des projets collectifs y naissent. Dans un makerspace associatif, la liste des points sur lesquels il faut statuer est déjà beaucoup plus étendue : qui détient les clés du local ? Qui peut accéder à telle ou telle machine, à tel ou tel moment ? Comment décide-t-on de l’aménage­ment du lieu ou de l’achat d’un nouveau matériel ? Qui sort les poubel­les ? Lorsque les membres qui partagent un même lieu choisissent en outre de monter ensemble une société coopérative, les structures de gouvernance deviennent, par nécessité, encore plus élaborées. La pluralité des déclinaisons de la notion de propriété trouve ici sa pleine expression, à l’image des licences creative commons qui offrent un bouquet de possibilités quant au choix des droits concédés (usage, reproduction, transformation, distribution, etc.)

25 La puissance comme la fragilité de la notion de “commun” résident ainsi dans la capacité de cette dernière à faire converger, non sans tensions, une vision philosophique (le “monde commun”), une vision d’économie politique (la distribution des droits de propriété) et une vision sociologique (intérêt porté aux institutions, aux règles et aux interactions qui constituent le “commun”). A distance de débats à visée universaliste sur la portée politique du concept, nous choisissons pour notre part un angle de vue plus limité, mais qui permet de mobiliser un matériau empirique. Nous nous demandons dans ce numéro comment s’opère le développement de lieux et de formes d’organisations ouverts, orientés vers la co-production de biens et de services, tout en étant – ou en se voulant – régis par des règles définies démocratiquement. A cet égard deux contributions apportent des éléments éclairants sur ce qui “fait commun” dans différents espaces observés. L’article de Martine Azam, Nathalie Chauvac et Laurence Cloutier insiste sur l’importance du lieu physique, qui constitue à la fois une ressource et une contrainte, tandis que celui d’Olivier Cléach, Valérie Deru­elle et Jean-Luc Metzger souligne le rôle décisif des dispositifs de gestion, des procédures de décision et des rituels.

V. Des Millennials à la Igeneration : une nouvelle expérience du sens au travail

  • 6  Ceux-ci sont également auteurs de Millennials Rising (2000).

26 Pour ancrer la sociologie des makerspaces dans les approches sociologiques contemporaines, l’idée d’une rupture radicale, culturelle entre l’ex­périence de vie des jeunes générations et celles nées “avant internet” est le second débat auquel nous souhaitons faire référence. Dès la fin des années 1980, aux États-Unis, une question a d’abord été posée, de façon parfois polémique, à propos des contours d’une cohorte générationnelle, nommée Millennials puis Generation Next. Un premier débat, qui – disons le d’em­blée – ne nous paraît pas le plus heuristique, s’est donc orienté vers la définition d’une catégorie générale visant à caractériser de façon homogène les comportements et les valeurs des jeunes gens nés entre 1980 et le milieu des années 1990. Generations (1991), l’ouvrage des historiens démographes et consultants Neil Howe et William Strauss6, a été le premier à pointer le terme en annonçant la prise de pouvoir d’une prochaine génération qui allait changer l’Amérique et allait entrer sur le marché du travail dans les années 2000.

27 Depuis, les tentatives de définition catégorielle d’une génération née avec internet ont été légion, principalement dans des disciplines comme la gestion, le marketing ou encore la communication, avec toutes les limites et critiques qui accompagnent ce genre d’entreprise. Ceux que l’on a aussi nommés la “génération Y” (prononcer why ou génération “pourquoi” ?), les Digital Natives, la Igeneration (celles et ceux nés après 1995) entretiennent-ils vraiment une relation radicalement nouvelle à la sociabilité, à l’autorité, au bien commun et au capitalisme… ? Sont-ils les précurseurs de la société qui vient ? Leur rapport au travail est-il radicalement différent des générations précédentes ? Surtout, peut-on parler d’une cohorte générationnelle – aux sens démographique et sociologique du terme – à l’expérience commune, quelles que soient les couches sociales, l’origine géographique, l’appartenance religieuse, la conviction politique… ? La question des codes culturels et des pratiques décrites comme “horizontales”, “collaboratives”, “centrées sur soi”, “refusant toute verticalité”… d’un monde social générationnel plus hétérogène qu’il n’est décrit demeure pendante dans les ouvrages régulièrement cités, essentiellement nord-américains, qui s’y intéressent depuis les années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

  • 7  Voir, par exemple, Espinoza C., Ukleja M., Rush C., 2010 ou Scheider J., 2015. Plus de cent articl (...)
  • 8  Le PDG d’Accenture, Pierre Nanterme, a ainsi annoncé en octobre 2015 que le groupe mondial de cons (...)

28 Sans entrer plus avant dans l’exposé de ce premier débat, nous souhaitons nous positionner sur deux aspects. Depuis les années 2010, une partie conséquente des ouvrages qui utilisent l’entrée générationnelle se sont rapidement centrés sur la question de l’encadrement hiérarchique au travail d’une part et sur celle des modes de consommation des moins de 35 ans d’autre part7. Bref, c’est l’énigme du rapport à l’engagement, au travail, à la hiérarchie et aux organisations verticales, à la consommation de toute une tranche d’âge qui préoccupe les auteurs. Ils sont proches en cela des inquiétudes d’une génération alors aux commandes des entreprises et de l’économie de grande consommation occidentale. Au-delà ce sont les méthodes et les formes mêmes d’organisation du travail qui sont réinterrogées lorsque les recrutements ne se passent plus comme prévu8.

  • 9  Il s’agit là d’un mécanisme de formation des préjugés au cœur du raisonnement des sciences sociale (...)

29 En ce sens, c’est moins la définition d’une catégorie qui importe que le constat d’un problème social concret qui bouscule les formes productives traditionnelles dans leurs pratiques. Aujourd’hui, de nombreuses entrepri­ses disent enregistrer des tensions entre générations au sein des collectifs de travail. C’est là sans doute une des raisons à l’abondance des ouvrages cités, ouvrages qui permettent d’ailleurs souvent à leurs auteurs de créer un cabinet de conseil pour aider à résoudre l’énigme des différends générationnels. S’il y a confrontation de deux cultures, de deux mondes sociaux séparés (notamment par l’âge), le conflit est source d’incompréhen­sion et d’interprétation biaisée mutuelles9. Une sociologie relationnelle, qu’elle soit interactionniste ou culturelle, est donc plus utile qu’une tentative de catégorisation, du point de vue de l’une des parties, pour saisir une transformation qui s’exprime sans doute plus en termes de mœurs, pour reprendre la terminologie éliassienne, qu’en termes de comportement d’a­chat, de consommation ou de décision, entrée pourtant choisie par bien des travaux sur les Digital Natives.

  • 10  Cette question est aussi abordée sous un angle socio-historique par Marie-Christine Bureau et Anto (...)

30 Au sein des tiers-lieux que nous avons étudiés ces cinq dernières années, les témoignages de diplômés abondent, qui ne souhaitent pas ou ne veulent plus « entrer dans une entreprise classique » (Berrebi-Hoff­mann/Bureau/Lallement, 2015 : n.p.). Parmi les fondateurs ou membres de ces lieux, les raisons avancées sont diverses, mais tous, jeunes architectes, designers ou ingénieurs, évoquent d’abord la volonté de ne pas s’embêter avec des relations hiérarchiques ou avec d’autres contraintes encore pro­pres aux organisations traditionnelles et jugées dépassées. Mais ce sont aussi les formes de travail, les codes culturels de la coopération au travail, la hiérarchie, les conditions de travail, le choix des ordinateurs et des outils de communication… que les makers refusent de négocier10.

31 Les façons de travailler qui s’inventent dans les lieux décrits dans ce numéro relèvent donc également d’une entreprise culturelle et générationnelle d’invention d’une expérience d’activité productive conforme à une expérience de vie plus large, marquée par le partage non imposé et un mode d’être quasi incorporé (au sens propre du terme) qui relève du “être seuls ensemble”, selon l’expression heureuse de la sociologue et psychanalyste Shirley Turkle. Laboratoire social, le monde des makerspaces donne ainsi à voir des expériences singulières d’organisation, de relations de travail comme de rapport à l’espace. Ce sont ces expériences en train de se faire, en accord avec une philosophie de vie partagée, sur lesquelles nous avons choisi d’enquêter dans ce numéro, au plus près des terrains et des lieux eux-mêmes.

  • 11  Voir par exemple le programme de la conférence Solve organisée par le MIT du 5 au 8 octobre 2015 : (...)

32 Le second aspect sur lequel nous souhaitons insister est celui du rapport au travail des Igenerations. L’égalité, l’horizontalité, la sociabilité virtu­elle permanente ainsi que l’addiction aux réseaux sociaux et aux rapports ludiques sont évoqués par nombre de travaux qui déplorent parfois une baisse de l’empathie ou dénoncent les dangers des dépendances au virtuel (Turkle, 2015). Ce qui apparaît dans ces enquêtes, comme dans celles que nous avons menées ou encore dans celles dont il est rendu compte dans les pages qui suivent, c’est aussi une conscience aigüe chez les makers du jus­te et de l’injuste face aux grands problèmes de la planète, ainsi qu’une confiance inébranlable dans la capacité à contribuer à résoudre ces derniers. Le sens de l’action et du travail devient alors premier. Au sein du monde maker, les conférences Solve se multiplient depuis 201411. Leurs objectifs sont de résoudre la pauvreté dans le monde, les maladies, l’inégal accès à l’éducation, les soucis liés au climat, les dysfonctionnements énergétiques ou encore les problèmes inhérents à la fabrication mondiale. Tout ce qui vise moins haut a peu de sens. La question du sens apparait ainsi comme une condition première et non négociable de l’engagement dans l’activité productive. C’est aussi sous cet angle qu’il faut lire les études de cas réunies dans le présent numéro, à commencer par l’étude proposée par Gaël Depoorter qui, à l’appui d’un matériau biographique conséquent, analyse l’engagement dans la culture du libre à la lumière de trajectoires typiques ou, pour le dire plus exactement encore, de processus sociaux dont la dynamique aide à comprendre le sens que les “libristes” associent à leurs pratiques.

VI. Libre, travail maker et digital labor : défis, convergences et limites

33 Une troisième façon de faire entrer la thématique des makerspaces dans les débats sociologiques contemporains consiste à considérer le statut des pratiques makers au regard de la théorisation proposée récemment par cel­les et ceux qui promeuvent le développement du champ du Digital Labor. On considère habituellement que cet espace d’interrogations a vu le jour suite à la conférence qui s’est tenue en 2009 à la New School de l’univer­sité de New York, sur le thème d’Internet comme terrain de jeu et comme usine. Édité par Trebor Scholz, un ouvrage rend compte de cette rencontre et a inauguré une série d’autres publications sur le sujet. Animée pour l’essentiel par des spécialistes des médias et des communications, l’appro­che en termes de Digital Labor met d’abord l’accent sur les enjeux écono­miques associés au développement du numérique. En 2011, note par exemple T. Scholz, la valeur de Facebook était estimée à près de 100 milliards de dollars, montant dont on ne peut comprendre l’importance qu’à condition d’avoir en tête non seulement le rôle de la spéculation financière en tant que levier de valorisation artificielle des actifs économiques, mais aussi, et surtout, par le fait qu’aujourd’hui les grandes entreprises de type GAFA (acronyme qui renvoie à Google, Apple, Facebook, Amazon) se servent des données personnelles que chacun d’entre nous dépose sur Internet à des fins marchandes (Scholz, 2013).

34 Partant d’un tel constat, les tenants du Digital Labor s’instruisent des perspectives ouvertes par K. Marx, à commencer par le Marx économiste et théoricien de la loi de la valeur, pour débusquer de nouvelles formes d’exploitation à l’œuvre au sein du capitalisme contemporain. Entendue ici comme une « production de valeur que s’approprient ensuite les propri­étaires de plates-formes » (Casilli, 2015 :32), l’exploitation est le fruit de pratiques que l’on a tendance spontanément à associer à du travail (web design, production multimédia, petits travaux numériques proposés par exemple par Amazon Mechanical Turk…), mais également à des activités qui en semblent loin, telles que le fait de “chatter”, de communiquer par email, de téléphoner, d’éditer des newsletters, de commander un livre à Amazon ou même, tout simplement, de cliquer sur “like” sur Facebook… Dans la droite ligne des analyses développées dans les Grundrisse de K. Marx, l’option consiste ainsi à nommer travail tout ce qui contribue à la valorisation du capital. Nous croyons nous amuser ou faire œuvre de sociabilité en utilisant telle ou telle plate-forme. En réalité, expliquent les théoriciens du Digital Labor, nous travaillons parce que nous ne faisons que servir les intérêts du capital ou, plus exactement, contribuer activement à la reproduction élargie de ce dernier (Fuchs, 2014). Certes, les pratiques que le commun des mortels a plutôt tendance à classer du côté du non-travail ne sont pas le fruit d’une réponse directe aux besoins d’un capitalisme en quête d’un nouveau souffle. Elles ont bien directement à voir, cependant, avec…

[…] l’expansion des industries culturelles et elles constituent une pièce du procès d’expérimentation économique qui conduit à la création de valeur monétaire grâce à l’usage des connaissances, de la culture et des affects (Terranova, 2009 :38).

35 La culture maker et les pratiques en vigueur dans les makerspaces peuvent être interrogées à la lumière de ces postulats fondateurs des Digital Labor Studies et, plus généralement, de ceux qui, dans une perspective néo-marxiste, déplorent les effets sur le travail des nouveaux modes d’ac­cumulation du capital. L’instrumentalisation est souvent le premier risque évoqué. Celles et ceux qui bricolent, innovent, bidouillent, fabriquent… en invoquant la liberté et la passion de faire ne font-il pas, sans le vouloir, le lit d’un capitalisme qui trouverait désormais, grâce à la promotion de la créativité, matière à franchir une étape nouvelle dans l’histoire de l’exploitation du travail ? Telle est typiquement la thèse développée par U. Huws (2014), qui associe l’expression créative tant vantée par les entrepri­ses de l’économie de la connaissance à une dialectique de l’autonomie et du contrôle social dont le capitalisme contemporain est le premier à tirer bénéfice.

36 Deux difficultés épistémologiques majeures au moins gênent l’applica­tion simple d’un tel schéma au cas des makerspaces. La première est le ca­ractère auto-contradictoire d’une perspective qui, à force d’étendre indûment la notion de travail à toute pratique censée, directement ou indirecte­ment, contribuer à la valorisation du capital, dissout la notion même de travail. Aussi, plutôt que de faire le pari que, en voulant refonder le travail à leur manière, les makers s’illusionnent grandement, nous préférons opter pour notre part en faveur d’une sociologie qui prend au sérieux, et sans forcément y adhérer, le discours de ceux qui, fort d’une culture numérique originale, inventent aujourd’hui un nouveau monde social.

37 La seconde difficulté épistémologique tient au statut d’un schéma d’a­nalyse qui ne s’encombre guère d’une forte exigence d’empiricité. Quand du matériau empirique est convoqué par les chercheurs qui revendiquent l’étiquette Digital Labor, il l’est la plupart du temps pour conforter des hypothèses initiales (celle de l’exploitation du travail), au risque de nier toute forme de novation :

L’économie digitale n’est pas en ce sens un phénomène nouveau, mais simplement une phase nouvelle d’une histoire de long terme (Terranova, 2009 :39).

38 Puisque, dans une telle logique, l’histoire est condamnée au bégaiement, on voit bien que l’usage rigoureux de données empiriques ne présente guère d’intérêt. C’est une posture exactement inverse que nous avons souhaité adopter dans ce numéro, non seulement en mettant en scène l’histoire de la culture hacker et maker autrement que sous la forme d’un script déjà écrit par la main du capital, mais aussi en donnant la priorité à des études empiriques fines capables de nous donner à voir “par le bas” ce que fabriquer par soi-même… veut dire et peut faire.

VII. Cultures et pratiques maker à la lumière des investigations empiriques

39 Dans l’esprit qui vient d’être évoqué, trois axes principaux sont explorés dans le présent numéro. Le premier invite à regarder les racines socio-historiques des pratiques makers, de la culture libre et des tiers-lieux de fabrication. Beaucoup de makers doivent leurs manières de s’organiser, au moins pour partie, à une culture issue des communautés de développeurs, de hackers… qui ont donné naissance, il y a quelques décennies déjà, au monde FOSS (Free/Open source) qui a été porteur de nouvelles façons de travailler et de collaborer (en réseau, sur un monde égalitaire et horizontal…), de partager les biens et les services (avec la licence Copyleft par exemple)…

40 G. Depoorter, qui a mené une enquête de nature ethnographique entre 2005 et 2012 dans une association de “libristes” français, montre dans sa contribution que les pratiques de ces derniers s’inscrivent à la fois dans une matérialité physique (ils se rencontrent concrètement) et sociale (leur action prend place dans des trajectoires sociales). Son article met plus précisément en lumière trois types de profils sociologiques : jeunes étudiants qui viennent éprouver leur savoirs scolaires, informaticiens chevronnés et, enfin, bénévoles (souvent autodidactes) qui assimilent l’engagement dans le libre à un loisir. En favorisant le croisement de ces profils, la culture du libre, et les lieux du “commun” où elle se donne à voir en pratique, mêlent ressources professionnelles, enjeux de reconnaissance, logique de réseau, construction de liens solidaires…

41 L’article que C. Bert-Erboul consacre aux creative commons utilise un matériau différent (la doctrine juridique américaine, des travaux scientifi­ques et des archives de presse) pour interroger le processus d’institution­nalisation de la culture collaborative des développeurs de logiciels libres. Une telle culture, qui irrigue de nombreux makerspaces aujourd’hui, est le produit d’une histoire juridique qui remonte aux années 1970 avec l’in­vention du Copyleft en 1976 et de la General Public Licence treize ans plus tard. Fondée en 1984, la Free Software Foundation (incarnée par le très charismatique Richard Stallman) participe également de ce mouvement. Son action inspire celles des juristes, à commencer par Lawrence Lessig, qui refusent de confier le soin des régulations d’Internet à l’État ou au marché. Avec l’invention des creative commons, l’objectif était de fournir aux internautes, puis par extension aux makers, des moyens juridi­ques de graduer l’importance accordée aux droits d’auteurs, à l’exploita­tion commerciale et aux possibilités de modification des créations originales.

42 Le deuxième axe de ce numéro est consacré à l’analyse des configurations (morphologie, modes d’usage et de collaboration, rapports à l’inno­vation…) des tiers-lieux de fabrication. Il s’agit d’éclairer, d’expliquer et de comprendre, à l’aide de matériaux empiriques, les conditions de fonctionnement des makerspaces à partir de questions précises : publics concernés, biens et services délivrés, structurations organisationnelles et gouvernances, rapports à l’environnement institutionnel, pluralité des déclinaisons nationales, etc. Deux articles contribuent principalement à un tel programme. Celui d’O. Cléach, V. Deruelle, J-L. Metzger examine en ce sens le fonctionnement de trois lieux, un fab lab et deux espaces de co­working. Les auteurs mettent en évidence ce qui soutient et entretient la micro-culture propre à chacun de ces lieux : intégration des nouveaux arri­vants, règles explicites et surtout implicites, rites de convivialité, pratiques collégiales de décision, en particulier pour le recrutement des futurs résidents, dispositifs de gestion destinés à favoriser le développement des co­opérations, sanctions graduées à l’égard des free riders. En combinant des éléments organisationnels et technologiques connus, les auteurs concluent que ces tiers-lieux jouent un rôle d’accélérateur de liens sociaux et de démocratisation de l’accès à la culture technique. Mais au bénéfice de qui, s’interrogent-ils, pointant ainsi du doigt le risque de nouvelles inégalités.

43 La contribution de M. Azam, N. Chauvac et L. Cloutier présente de façon distanciée et détaillée le cas particulier du “Multiple”, un lieu emblématique du développement des makerspaces français et de l’émergence d’une nouvelle génération d’espaces. Ceux-ci fonctionnent en réseaux à usages coopératifs multiples. Productifs ou non, ces lieux sont capables de s’émanciper des frontières entre activités privées et publiques. Les auteu­res montrent que co-présence physique et projet commun permettent de faire coopérer des communautés (fab labs, projets d’économie sociale et solidaire, co-working spaces, entreprises…) aux différences, voire divergences, élevées. L’enquête de terrain permet de mettre au jour la force des divergences identitaires et les ressorts (relevant du projet et du modèle économique) d’une coopération qui, in fine, dans un processus relevant de l’expérience à la Dewey, crée de l’engagement dans un lieu et des processus communs. L’étude des auteures préfigure des enjeux de structuration et de pérennisation des makerspaces. Si ceux-ci entrent dans une phase nouvelle de leur développement, n’y a-t-il pas risque d’une normalisation, notamment marchande ?

44 Le troisième axe de ce numéro permet de relier l’analyse des pratiques maker aux enjeux macro-sociaux dont elles sont porteuses. La contribution d’Etienne Verhaegen explore les multiples significations recouvertes par l’idée de “communs” à partir d’une même perspective : sortir de l’op­position binaire et exclusive entre propriété privée et propriété publique. D’un point de vue socio-économique, les “communs” peuvent être vus comme des arrangements institutionnels nécessaires à la gestion de ressources partagées. Mais une telle notion véhicule aussi une approche normative. Les “communs” sont associés à des droits pour tous qui s’oppo­sent à la logique de privatisation des biens essentiels. Une autre perspecti­ve encore privilégie les “communs sociaux”, le champ de la pratique et du quotidien partagé par les commoners, au risque parfois de nouvelles fragmentations sociales. Enfin la dimension politique des “communs” interroge directement la participation citoyenne à la gestion des ressources et des services publics, mais aussi les cadres institutionnels régissant les relations de propriété.

45 L’entretien réalisé avec Michel Bauwens, penseur et acteur du mouvement peer to peer, poursuit précisément la réflexion vers les conditions d’une “politique des communs”. Pour M. Bauwens, l’apport des pratiques maker est d’abord culturel. Le common-isme peer to peer offre

[…] un langage profondément en phase avec l’expérience de vie des jeunes générations et des couches sociales qui utilisent les nouveaux moyens de production cognitifs (Bauwens/Sussan, 2005 :209).

46 Mais à l’heure actuelle, on constate une interdépendance entre la production peer to peer et le système capitaliste traditionnel. Cette interdépendance n’est pas sans dangers. Le common-isme peer to peer coexiste ainsi avec des “formes extractives de propriété” qui reportent les investissements et les risques vers les usagers et les travailleurs, à l’image, devenue emblématique, d’une plateforme comme Uber. Les conséquences en termes d’insécurité et de précarité procèdent du vide institutionnel en matière de régulation de ces nouveaux modèles d’activité. M. Bauwens ouvre ainsi quelques pistes à verser au débat pour combler ce vide, par exemple imaginer de nouvelles licences copyfair, à réciprocité renforcée, capables d’éviter la captation de la valeur produite, ou encore, soutenir une biodiversité monétaire.

Haut de page

Bibliographie

Anderson C.,
2012 Makers. La nouvelle révolution industrielle, Montreuil, Pearson.

Baichtal J. (ed.),
2012 Hack this !, Indianapolis, Que.

Bauwens M., Sussan R.,
2005 “Le Peer to Peer : nouvelle formation sociale, nouveau modèle civilisationnel”, Revue du Mauss, vol. 2, n° 26, p. 193-210.

Berrebi-Hoffmann I., Bureau M-C., Lallement M.,
2015 “Fablabs and Hackerspaces: A New Culture in the Making”, Global Dialogue. Newsletter for the International Sociological Association, vol. 5, issue 1, March, http://isa-global-dialogue.net/fablabs-and-hackerspaces-a-new-culture-in-the-making.

Boltanski L., Chiapello E.,
1999 Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bureau M-C., Corsani A.,
2014 “Du désir d’autonomie à l’indépendance : une perspective socio-historique”, La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 novembre 2014, http://nrt.revues.org/1844 NRT n° 5.

Cardon D.,
2015 A quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil.

Casilli A.,
2015 “Digital Labor : travail, technologie et conflictualités”, in Cardon D., Casilli A., Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Bry-sur-Marne, INA, p. 5-40.

Castells M.,
1996 The Rise of the Network Society, Oxford, Blackwell Publishers.

Colin N., Landier A., Mohnen P., Perrot A.,
2015 Economie numérique, Paris, Conseil d’analyse économique, Les notes du conseil d’analyse économique, n° 26, octobre.

Coriat B. (dir.),
2015 Le retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les liens qui libèrent.

Dardot P., Laval C.,
2010 “Du public au commun”, Revue du Mauss, vol. 1, n° 35, p. 111-122.

Desroche H.,
1955 Les Shakers américains. D’un néo-christianisme à un pré-socialisme ?, Paris, Minuit.

Espinoza C., Ukleja M., Rush C.,
2010 Managing the Millennials : Discover the Core Competencies for Managing Today’s Workforce, Hoboken, Wiley.

Eychenne F.,
2012 Fab Lab. L’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle, Paris, éditions Fyp.

Framablog,
2010 Les biens communs ou le nouvel espoir politique du XXIème siècle ?, 10 mars, http://www.framablog.org/index.php/post/2010/04/30/les-biens-communs-espoir-politique.

Fuchs C.,
2014 Digital Labour and Karl Marx, New York/London, Routledge.

Gershenfeld N.,
2005 Fab : the Coming Revolution on Your Desktop – From Personal Computer to Personal Fabrication, Cambridge, Basic Books.

Gorz A.,
2008 Ecologica, Paris, Galilée.

Howe N., Strauss W.,
1991 Generations. A History of the American Future, 1584 to 2069, New York, William Morrow & Company.
2000 Millennials Rising – the Next Great Generation, New York, Vintage Books.

Huws U.,
2014 Labor in the Global Digital Economy, New York, Monthly Review Press.

Lévy S.,
2013 L’éthique des hackers, Paris, Globe [1984].

Morris W.,
1902 Nouvelles de Nulle part ou une ère de repos, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition [1890].
1996 L’Age de l’ersatz et autres textes contre la civilisation moderne, Paris, Éditions de l’Encyclopédie des nuisances [1894].

Oldenburg R.,
1989 The Great Good Place, New York, Parragon Books.

Ostrom E.,
1990 Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Scheider J.,
2015 “How to Market the Igeneration”, Harvard Business Review, Generational Issue, 6 may, https://hbr.org/2015/05/how-to-market-to-the-igeneration.

Scholz T.,
2013 “Introduction. Why Does Digital Labor Matter Now ? ”, inScholz T. (ed.), The Internet as Playground and Factory, New York, London, Routledge, p. 1-9.

Terranova T.,
2009 “Free Labor”, inScholz T. (ed.), The Internet as Playground and Factory, New York, London, Routledge, p. 33-57.

Turkle S.,
2015 Reclaiming Conversation. The Power of Talk in a Digital Age, New York, Penguin Press.

Haut de page

Notes

1  La percée d’UberPop dresse ainsi les uns contre les autres des usagers de taxis, des conducteurs occasionnels à la recherche d’un job et des chauffeurs de taxi qui ont obtenu, souvent à grands frais, la reconnaissance de leur activité professionnelle.

2  Confer, à ce sujet, http://hackerspaces.org/wiki/.

3  Témoignage de Andy Müller-Maguhn, membre du bureau et ancien porte-parole du CCC : http://owni.fr/2011/11/03/30-ans-de-bidouille.

4  L’ouvrage du journaliste S. Lévy, dans lequel celui-ci formalise les principes de l’éthique hacker (gratuité de l’information, promotion de la décentralisation organisationnelle, possibilité de produire du beau avec l’ordinateur, etc.), demeure toujours une référence incontournable dans le monde maker contemporain.

5  Les fab labs sont parfois labellisés en référence à la charte rédigée en 2007 sous la houlette du Center for Bits and Atoms. Cette charte stipule notamment qu’un fab lab est un laboratoire ouvert gratuitement au public au moins une partie de la semaine. Le principe de base est surtout qu’un fab lab doit pouvoir offrir à chacun la possibilité d’accéder à des outils de fabrication numérique pour réaliser ses projets tout en bénéficiant du savoir et des compétences de ses pairs.

6  Ceux-ci sont également auteurs de Millennials Rising (2000).

7  Voir, par exemple, Espinoza C., Ukleja M., Rush C., 2010 ou Scheider J., 2015. Plus de cent articles académiques (peer reviewed) ont été publiés sur les Millennials depuis les années 1990.

8  Le PDG d’Accenture, Pierre Nanterme, a ainsi annoncé en octobre 2015 que le groupe mondial de conseil et d’audit, un des premiers recruteurs de jeunes diplômés, renonçait à son système d’évaluation hiérarchique formel écrit et basé sur des entretiens individuels bi-annuels de ses 330 000 “collaborateurs”. Il s’agissait ce faisant «de se rapprocher de la culture plus égalitaire et informelle de la génération Y, ou Z» d’une part, de supprimer des systèmes devenus inutilement coûteux en plus d’être inefficaces d’autre part.

9  Il s’agit là d’un mécanisme de formation des préjugés au cœur du raisonnement des sciences sociales, en particulier de l’anthropologie et de la sociologie depuis l’origine de ces disciplines. On songe à l’étu­de classique de Paul Lazarfeld sur les soldats américains. Impossible donc de saisir les comportements et les valeurs d’un groupe social à partir des seules perceptions d’un autre groupe social en interaction avec le premier.

10  Cette question est aussi abordée sous un angle socio-historique par Marie-Christine Bureau et Antonella Corsani (2014).

11  Voir par exemple le programme de la conférence Solve organisée par le MIT du 5 au 8 octobre 2015 : http://solve.mit.edu/program.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, « Présentation. Des laboratoires du changement social », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 1-19.

Référence électronique

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, « Présentation. Des laboratoires du changement social », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/1500

Haut de page

Auteurs

Isabelle Berrebi-Hoffmann

Lise-CNRS, Cnam (Paris) et faculté de sciences sociales de l’université de Harvard (Cambridge).

Articles du même auteur

Marie-Christine Bureau

Lise-CNRS, Cnam (Paris)

Articles du même auteur

Michel Lallement

Lise-CNRS, Cnam (Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org