Navigation – Plan du site

Ce que le “Libre” fait aux “libristes”

What Do Free/Libre and Open Source Software Movement Do to their Defenders?
Gael Depoorter
p. 21-42

Résumés

Le développement d’une informatique personnelle a transformé le regard porté sur ses techniciens. Cependant, malgré l’apparition d’une abondante littérature sur la “culture” hacker, ils restent largement invisibles d’un point de vue de leurs inscriptions sociales. Cet article s’appuie sur une enquête de terrain menée dans le cadre d’un doctorat portant sur l’institutionnalisation de la “communauté des logiciels libres”. Il vise à réinscrire l’occupation des hackers, “libristes”, et autres passionnés d’informatique de la “communauté du Libre” dans des pro­cessus sociaux classiques. La restitution des parcours de vie devra nous permet­tre de réduire l’ “étrangeté” souvent accolée initialement au phénomène hacker. Nous avons typifié trois populations aux enjeux spécifiques qui sont autant d’investissements dans le “Libre” : les étudiants en informatique, les professionnels et les amateurs passionnés. Il s’agira d’aborder quelques-uns des facteurs contribuant aux processus d’attachement institutionnel. Nous proposons ainsi d’examiner la manière dont les personnes que nous avons rencontrées font du “libre” et font le “Libre” à travers la façon dont elles s’y inscrivent.
« Cette perspective [réflexive sur les mécanismes de l’institutionnalisation] con­duit à mettre l’accent sur la construction de l’institution comme résultat d’enga­gements et d’activités hétérogènes, jamais complètement voulu par quiconque non plus que jamais totalement contrôlé par personne, sans rien abandonner de l’idée que cette institution échappe, pour cette raison même, à ses auteurs com­me à ses interprètes, quoiqu’elle n’ait cependant peut-être pas d’autre consistance que celle que lui confère la variété des entreprises tendant à s’en saisir et à s’en servir » (Lacroix/Lagroye, 1992 :9-10).

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

hacker, internet, F/LOSS, trajectory, institution
Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  C’est ce qu’on appelle au sein de la communauté du “Libre”, les quatre libertés de l’utilisateur.

1À la fin des années 1970, à la suite d’une vaste campagne anti-monopo­listique menée par le gouvernement des États-Unis à l’encontre d’IBM (Moglen, 1999), l’informatique personnelle amorce son essor et transfor­me le logiciel en produit commercial. Jusqu’alors, les programmes étaient fournis avec les ordinateurs et étaient assez largement modifiables par les utilisateurs, parfois regroupés en club (Mounier-Kuhn, 2010). Les codes sources (la recette de fabrication) deviennent alors de véritables secrets industriels. Pour perpétuer la pratique des premiers “bidouilleurs” de logiciels (aussi appelés hackers), Richard Stallman, informaticien au MIT, lance en 1983 l’idée d’applications que chacun peut utiliser, étudier, modifier et distribuer1 (tels que Linux ou Firefox). Avec l’avocat Eben Moglen, il crée en 1989 la licence publique GNU/GPL (dite copyleft) afin de protéger ces productions de différentes formes de captations.

  • 2  Open source, une circulaire pour encourager son adoption, septembre 2012, pro.clubic.com, http://p (...)
  • 3  Pierre Audoin Consultants (PAC), pour le Conseil National du Logiciel Libre et Syntec Numérique : (...)

2Longtemps confidentiels, les logiciels “libres” sont désormais incontournables et font même l’objet de campagnes publiques pour pousser à leur adoption dans un cadre général de restrictions budgétaires2. En 2015, plus de 50 000 personnes sont, en France, employées dans ce secteur qui représente quelque 4,1 milliards d’euros, soit environ 13 % du marché des logiciels et services informatiques3. La “communauté du Libre” est par ailleurs structurée par près de deux cents associations d’utilisateurs qui militent pour la défense et la promotion du logiciel libre un peu partout en France. Elles organisent de très nombreuses manifestations au niveau local, national et international. Aussi, la “communauté” regroupe-t-elle des amateurs et des professionnels et se situe au croisement de divers secteurs de la vie sociale. Les usages en sont extrêmement divers, et oscillent entre outils de formation et opportunités de carrière parallèle.

3Cependant, les informaticiens restent les producteurs largement invisi­bles d’une technologie devenue centrale. Alors que l’on ne compte plus les ouvrages sur les hackers (Himanen, 2001 ; Kelty, 2008), ou encore sur les innovations en matière de développement de la communauté du “Li­bre” (Hippel, 2001, 2002), leurs trajectoires en sont souvent évacuées à quelques exceptions près. Mickaël Vincente (2009) par exemple s’inté­resse dans sa thèse aux carrières professionnelles des concepteurs de logiciels, même si c’est avant tout avec un regard quantitatif ; Gabriella Cole­man modélise de son côté un récit de vie des expériences typiques d’un hacker (2013 :25-60) et Yuri Takhteyev (2012 :71-91) propose quelques biographies de développeurs brésiliens. Mais, comme le rappelle à juste ti­tre Clément Bert-Erboul (2014 :14), la grande majorité des travaux scientifiques qui analysent la communauté du “Libre” s’inscrivent au sein de la théorie néoclassique (Lerner/Tirole, 2002). Ce faisant, ils expliquent

[…] l’engagement individuel dans la production collective de contenus libres sous l’effet d’incitations individuelles autorégulées et le choix des licences libres par des critères d’efficience économique (Bert-Erboul, 2014 :14).

  • 4  Notamment les enquêtes BCG (Lakhani K. R., Wolf R., 2003), FLOSS (Ghosh R. A. et al., 2002), et WI (...)
  • 5  La “communauté du Libre” est considérée comme la communauté historique des hackers, Steven Levy ay (...)

4Ces études restituent la participation des “libristes” à travers le prisme des motivations intrinsèques/extrinsèques (Coris, 2007) en s’appuyant sur les données quantitatives fournies par quelques grandes enquêtes statisti­ques4. D’un point de vue méthodologique, la sociologie des hackers concède ainsi relativement peu de place aux approches qualitatives de type ré­cits de vie et à la réinscription des engagements au sein des trajectoires so­ciales. De sorte que l’on peine à mettre des visages sur les acteurs du mou­vement, à saisir véritablement les parcours, à comprendre les dynamiques d’attachement autrement que par la rencontre d’une motivation et d’une offre idéologique. Que font ces “libristes”5 en œuvrant au développement d’outils informatiques accessibles à tous ? Comment cette activité s’ins­crit-elle dans leurs trajectoires ? Quels sens revêt leur investissement et qu’en retirent-ils ?

  • 6  Jacques Chevallier relève trois niveaux d’analyses de l’institution, du plus diffus au plus formal (...)

5L’objectif de cet article est donc de contribuer à réinscrire l’occupation des hackers, “libristes”, et autres passionnés d’informatique dans des processus sociaux classiques. En d’autres termes, notre démarche ne vise pas à expliquer “qui ils sont” (« un type d’homme présumé distinct », Bazin, 2008 :41), mais ce « qu’ils font » (Ibid. :407-434). Nous ne cherchons pas non plus ici à dévoiler l’intimité des activités techniques et de leurs gestes. Bien plutôt, la réinscription des participations dans des processus sociaux, des parcours de vie devra nous permettre de réduire l’ “étrangeté” souvent accolée initialement au phénomène hacker. Poursuivant la réflexion de Jean-Michel Dalle et Nicolas Jullien (2003), nous étudierons le “Libre” sous l’angle de son institutionnalisation, au sens sociologique du terme, et que l’on peut définir succinctement comme étant une dynamique d’« objectivation des conduites individuelles qui, par répétition, finissent par prendre une forme stable » (Descombes, 2003 :33). L’institution ne renvoie pas ici à une « totalité achevée », mais à une pratique, à un processus d’institutionnalisation6 toujours en cours (Chevallier, 1981 :8). Appréhender le “Libre” en tant qu’institution permet notamment de restituer une cohérence générale au-delà de l’hétérogénéité de ses membres habituellement mise en avant. Nous proposons ainsi d’examiner la manière dont les personnes que nous avons rencontrées font du “libre” et font le “Libre” à travers la façon dont elles s’y inscrivent. Il s’agira donc d’aborder le processus d’institutionnalisation sous l’angle des agents qui y sont exposés (Lagroye/Offerlé, 2010 :20) pour montrer comment ils renouvellent le “Libre” et participent à sa définition. À cette fin, nous nous appuyons sur une enquête de terrain qui nous a permis de typifier trois populations aux enjeux spécifiques qui sont autant d’investissements dans le “Libre” : les étudiants en informatique, les professionnels, ainsi que les amateurs passionnés.

Encadré 1 – Méthodologie de l’enquête

  • 7  Nous avons bien entendu anonymisé tous les noms des enquêtés, des entreprises dans lesquelles ils (...)
  • 8  Les enquêtes statistiques évoquées précédemment se concentrent avant tout sur les développeurs de (...)

Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique conduite de 2005 à 2012 dans le cadre d’un doctorat mené sur la “communauté du logiciel Libre” sous le prisme de son institutionnalisation. En suivant le fil d’un engagement ordi­naire, nous avons commencé par rejoindre une association d’utilisateurs (que nous appellerons LUGCITY7). Nous avons fait la connaissance de membres très investis, notamment à un échelon national. Grâce à eux, nous avons découvert de multiples lieux où s’expose cette “communauté”. Souvent éphémères (jusqu’à une semaine), mais régulières (tous les ans), ces manifestations nous ont permis de nous fondre dans ce mouvement, d’en saisir les dynamiques internes, et de réaliser un peu plus de cinquante entretiens formalisés, et de très nombreuses observations. En procédant de cette manière, l’un de nos objectifs était de multiplier les entrevues avec les enquêtés afin de collecter des points de vue contrastés. L’hétérogénéité est fréquemment avancée lorsqu’il s’agit de présenter le “Libre” ou les regroupements rendus possibles par Internet. Nous avons en effet rencontré cette diversité. Cependant, il nous semble qu’elle peut dans une certaine mesure être contenue au sein d’un exercice de classement. Certes, aucune taxinomie n’est jamais parfaite. On pourrait d’ailleurs objecter que les professionnels et les étudiants en informatique sont bien trop proches pour les séparer de la sorte. De la même manière, le groupe des “amateurs passionnés” peut paraître bien trop vaste. S’il y a bien évidemment un lien très fort entre la catégorie des informaticiens et celles des étudiants, il n’en demeure pas moins que ces individus investissent malgré tout assez différemment le “Libre”. De plus, et cela permet de justifier le regroupement des amateurs passionnés, leur implication nous semble particulièrement significative. Bien qu’il n’existe pas véritablement de chiffres sur la part respective de chacun des groupes8, nos observations nous amènent à penser que les deux premiers en constituent le « noyau dur » (Demazière/Horn/Jullien, 2008 :10). Par ailleurs, donner plus de place aux amateurs-passionnés-bénévoles en multipliant le nombre de sous-catégories pourrait laisser supposer un poids bien plus important que ce que nous avons relevé. En d’autres termes, la narration presque infinie des délices de la diversité des exceptions à la règle que ce dernier type incarne risquerait de faire écran et d’euphémiser de façon excessive la tendance principale. Elle mettrait ainsi à mal l’exercice délicat de pondération dans la restitution de la morphologie sociale du “Libre”.

Enfin, en détaillant quelques-unes des trajectoires recueillies, il s’agit de donner à voir des mécanismes plus généraux dans leurs conditions tout à la fois sociales et singulières de réalisation. En effet, travailler à partir de cas particuliers (Hamidi, 2012) n’est pas « abandonner toute ambition à la généralisation. Simplement, nous ne généralisons pas sur des “individus” ou des “populations”, mais sur des “processus” ou des “relations” » (Beaud/Weber, 1998 :289-290). Les parcours qui seront retracés ici doivent donc nous permettre de mettre au jour quelques-uns des facteurs contribuant au processus d’attachement institutionnel, et au “Libre” plus particulièrement.

II. Une instance d’encadrement des étudiants

6Une première catégorie de “libristes” est constituée par des étudiants en informatique qui trouvent au sein de cet espace une manière de mettre en pratique des connaissances accumulées dans le cycle scolaire, de les approfondir, et de se confronter à une activité professionnelle à laquelle ils se destinent. Ils y côtoient des informaticiens confirmés et participent à des collectifs de travail.

A. « Travailler avec des gens »

7Nathan a 25 ans au moment de l’entretien. Il est devenu président d’un groupe d’utilisateurs de Linux (LUG) d’une commune d’environ 150 000 habitants et travaille depuis peu dans une société coopérative de production (SCOP) spécialisée dans l’informatique libre. Il a grandi dans un villa­ge du sud de la France. Ses parents sont tous deux professeurs des écoles. Il évoque dans un propos relatant son parcours d’engagement l’héritage d’un « éthos du service de l’intérêt général » (Hély/Moulévrier, 2013 :182) :

Après y a aussi le fait que j’ai beaucoup de ma famille qui est dans l’Éducation nationale, le fait de pouvoir partager des informations librement gratuitement, ça fait écho à mon éducation. J’ai jamais vu mon père demander un chèque quand il répondait à la question de quelqu’un.

8Le “Libre” est ici réencastré au sein d’une socialisation au désintéresse­ment. Nathan se passionne très tôt pour l’informatique afin de contrecarrer, dit-il, l’ennui et l’isolement rural. Après un baccalauréat scientifique, il intègre un IUT d’informatique, option “développement”. C’est à cette époque qu’il découvre les logiciels libres par l’intermédiaire d’un ami, puis de journaux spécialisés. Il a été d’abord attiré par l’opportunité de disposer d’outils gratuits qu’il peut bidouiller. L’aspect “philosophique” lui était de prime abord inconnu ; il se manifeste progressivement suite à un moment de socialisation auprès de membres fortement investis (Hamidi, 2012 :96), et après s’être approprié les schèmes de perception propres au “Libre”.

9Le rythme de travail nécessaire est très soutenu : 40 heures de cours par semaine, des devoirs tous les soirs, des examens tous les samedis matin. À tel point qu’« à l’IUT on s’est retrouvés à devenir de vrais asociaux » (Nathan). L’activité informatique, en tant qu’exercice solitaire, est souvent ca­ricaturée. Les jeunes gens qui s’inscrivent dans ce type de cursus deviennent parfois la cible de railleries :

Et j’ai commencé à avoir cette frayeur que l’informatique […] enfin que je me retrouve catalogué comme on voyait à l’époque dans les histoires drôles […], comme l’espèce de débile que Élie Semoun a parodié dans un film récemment, le geek, ou la chanson “Michel l’in­génieur-informaticien” (Nathan).

10Pendant les entretiens, la thématique de l’image publique de l’informa­tique et de ses agents est revenue très régulièrement et de diverses maniè­res. Moqueries, isolement, valeur personnelle, reconnaissance et rapport aux autres dessinent les contours d’une réflexion relative à l’insertion de l’informaticien (pris ici au sens large de passionné) dans son environnement. Plus précisément, à travers la narration de son engagement, Nathan raconte être particulièrement soucieux de l’inscription sociale de son activité.

  • 9  Les spécifications constituent le cahier des charges d’un logiciel qui en définit les contraintes (...)
  • 10  Pensons ici par exemple aux logiciels de caisse de supermarché, de distributeurs automatiques d’es (...)
  • 11  L’informatique est structurée en trois principaux domaines d’activités : le développement de logic (...)

11À l’IUT déjà, il dit avoir été « dégouté du développement » parce que c’était une activité qu’il jugeait trop solitaire : « un développeur […] on lui donne des “specs9”, il pond du code, et moi c’est pas ça qui m’intéressait ». À cette époque il réalise que « ce que j’avais envie de faire, c’était de travailler avec des gens ». Le seul face à face avec la machine, le travail d’abstraction, d’encodage du réel ne le stimule pas. Ce qu’il recherche, c’est être au contact des autres : « moi c’est le côté humain », affirme-t-il. L’informatique et ses développeurs réfractent de multiples et très circonscrits segments d’interactions du monde social dans des programmes numériques. Les comportements sont alors rendus prévisibles, constants, sta­bles, automatiques et à peu près indéfectibles10. Nathan, tire une leçon de ses diverses expériences : l’humain c’est d’abord l’imprédictibilité. Com­me une manière de conjurer une pente personnelle qui l’amènerait dans une posture de retrait, il préfère donc se concentrer sur un domaine informatique qu’il considère comme davantage tourné vers les autres : l’admi­nistration de réseaux11.

B. Inscrire l’informatique dans le monde social

  • 12  Les “RMLL” ont lieu tous les ans dans une ville différente, pendant une semaine début juillet depu (...)

12Après une année d’études à l’étranger, Nathan intègre un master d’in­formatique dans le nord de la France qui l’oblige à quitter l’univers familial. En suivant les actualités de la communauté du logiciel libre sur le site Linuxfr, il apprend que la ville qui héberge son université accueillera les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre12 l’été suivant. Il surveille de loin les activités du LUG local et attend qu’il organise une réunion de préparation de cette manifestation pour proposer son aide.

13Dans le cadre de sa formation à la faculté, Nathan est très vite séduit par deux intervenants professionnels qui adoptent un discours direct et très concret sur le métier auquel il se destine. Ils sont fortement impliqués dans le “Libre” tant d’un point de vue technique que communautaire et développent dans leurs cours une manière d’aborder leur activité en insistant sur l’importance de l’autonomie du technicien : « vous faites le contrat d’infogérance avec la société qui vous donne la main sur le produit ». La valeur que Nathan prête à l’expertise professionnelle l’amène très vite à prolonger les cours par des discussions informelles. Peu de temps après ces premiers contacts, il se rend à une réunion de LUGCITY et y retrouve ses professeurs. Enthousiaste, mais dans un premier temps impressionné par la possibilité de partager des moments de convivialité avec eux, il propose d’apporter son soutien pour organiser les RMLL. Si Biella Coleman a insisté sur l’importance de la dimension festive des DefCon (2010, 2013 :47-60), ajoutons ici que ces rencontres mondiales sont l’occasion de créer et d’entretenir des liens chaleureux autour de pratiques communes, et donc particulièrement propices à l’attachement institutionnel, comme ont pu le montrer Lagroye et Offerlé (2010 :25). C’est ainsi à travers le LUG et les activités communautaires afférentes que Nathan se socialise à ce monde professionnel. L’univers dans lequel il commence à s’investir aborde d’une manière spécifique la pratique de l’informatique et propose des réponses à des questions qui deviendront pour lui de plus en plus prégnantes à mesure qu’il investit le rôle d’informaticien : quelle place pour l’informatique dans le monde social ? L’informaticien doit-il forcément être isolé ? À son échelle, c’est donc l’inscription sociale de cette technologie qui est questionnée.

14Au fil de sa socialisation, le “Libre” apparaît à Nathan comme une pratique sociale qui développe une certaine idée de l’informatique. Les activités auxquelles il participe au sein de la “communauté du Libre”, les personnes qu’il y côtoie, lui permettent de se projeter au-delà de la période d’indétermination sociale que constituent les études (Mauger, 1995) et de s’envisager concrètement dans une certaine manière d’être informaticien et d’appréhender différemment son rôle social. Mais ce qui transparait également dans l’entretien, c’est la fonction d’interface du milieu du “Li­bre” entre les techniciens et le reste de la société. La crainte de l’éloigne­ment évoquée précédemment recoupe l’enjeu de “trouver sa place”. Pour Nathan, à travers le “Libre”, le stigmate de l’informaticien reclus est en mesure de se transformer en valeur sociale positive, en dignité personnel­le. Si pour Axel Honneth (2002) le travail constitue la sphère privilégiée de reconnaissance en ce qu’il met en forme les contributions à la société, la considération vis-à-vis de l’activité de Nathan et de lui-même est ici médiatisée par l’institution du “Libre”. En effet, elle diffuse une grille de lecture du monde social et met en place un dispositif dans lesquels s’insè­rent l’informatique et ses experts de manière valorisée et valorisante :

Et c’est là que j’ai commencé à me dire ‘ ‘tain c’est de l’informati­que comme j’ai envie d’en faire’. Parce que c’est de l’informatique où c’est ton outil. J’ai une compétence, j’ai une valeur qui est en informatique, y en a certains qui sont très costauds, y en a certains qui savent chanter très juste, moi je suis bon en informatique […] alors j’ai donné des coups de main en informatique. C’est comme ça que j’ai commencé à mettre un pied dans le milieu associatif. Et quand je me suis rendu compte que le milieu associatif nous donnait non seulement des raisons, mais donc des nouveaux défis, avec la reconnaissance que ça allait, parce qu’on peut dire ce qu’on veut, mais quand on fait quelque chose et que quelqu’un nous dit : ‘Merci’… ben c’est quand même mieux (Nathan).

15En réinscrivant l’activité informatique dans le monde social, en créant du lien entre ses producteurs souvent invisibles et les usagers, le “Libre” est ainsi un moyen pour Nathan d’objectiver et de valoriser le rôle de l’in­formaticien, de nourrir son engagement subjectif. Traditionnellement mis à l’écart, l’informatique et ses agents sont ici placés au cœur de l’activité. Mais, poursuit Nathan, le “Libre” lui donne aussi des “raisons” d’être informaticien. Il donne un sens à son activité et réenchante ainsi le métier auquel il se destine.

C. Le “Libre” comme instance de socialisation professionnelle

16Si les multiples interactions au sein du “Libre” renvoient une image valorisée et valorisante de l’informatique, ce mouvement crée aussi du lien en mettant en contact des jeunes en formation avec des professionnels dans le cadre de projets. L’organisation des RMLL est pour Nathan l’occa­sion de mettre à profit ses compétences et de s’intégrer dans un collectif de travail. Il se trouve ainsi projeté en situation professionnelle :

Moi je me suis retrouvé étudiant en quatrième année d’informatique avoir l’occasion de gérer un peu plus de 3 500 sites web sur une quinzaine de serveurs haute disponibilité, mais euh… le rêve ! Le rêêêve ! ! ! Avec le principe du logiciel libre, enfin à la fois du “Libre” et des associations où c’est celui qui fait qui a raison. […] Et c’est comme ça que je me suis mis au “libre”. Pour de bon.

17Pour l’étudiant, le “Libre” offre la possibilité d’utiliser des outils pointus dans des situations réelles et parfois de grande envergure. Cette socialisation permet à Nathan de se professionnaliser en lui donnant l’opportu­nité d’expérimenter certaines dimensions de son futur métier, « non pas en apprenant à le faire, mais en faisant dès maintenant » (Descombes, 2004 :21-22). Non seulement elle met à disposition les outils nécessaires pour l’aider à définir sa place, mais elle lui apporte également les moyens de prendre position dans le monde social. Cette dynamique propre à l’ins­titution renvoie au « cercle de l’autonomie » analysé par Vincent Descom­bes qui consiste à saisir l’émancipation individuelle, non pas en tant que pure démarche individuelle, autoposition d’un individu solipsiste en apesanteur et détaché du monde social, mais plutôt comme processus dialecti­que entre attachement institutionnel et déploiement des capacités d’agir de l’agent. L’institution d’une forme de vie sociale met à disposition cadres normatifs, activités communes, rôles différenciés, capitaux collectifs, grâ­ce auxquels l’agent s’approprie des outils d’appréhension du monde social, apprend à s’y positionner et à s’y mouvoir, acquiert en somme « le pouvoir de se diriger soi-même […] en s’exerçant à se diriger soi-même » (Descombes, 2004 :22).

18Nathan a joué un rôle important lors des RMLL. Comme pour d’autres, le mouvement lui a donné l’occasion de se constituer un véritable réseau de relations professionnelles. L’expérience accumulée dans ce contexte permet au jeune informaticien de se distinguer des autres prétendants sur le marché du travail. Ainsi, l’engagement, les études et l’insertion professionnelle sont généralement étroitement mêlés. En mobilisant à la fois des professionnels et des étudiants sur des projets communs, les manifestations du “Libre” permettent aux seconds d’augmenter leurs chances objectives de démontrer leurs compétences à de potentiels futurs collègues.

19Bénéficiant de l’opportunité d’intégrer une entreprise par l’intermé­diaire des contacts noués à LUGCITY, Nathan décide d’arrêter son master à la fin de la première année. Cependant, quelques années plus tard, sa si­tuation se dégrade, ses rapports sont de plus en plus tendus avec son employeur. Il est victime d’un syndrome d’épuisement professionnel qui le pousse à quitter son emploi. L’un de ses anciens professeurs, alors président de l’association et coopérateur dans une SCOP spécialisée dans le logiciel libre lui propose de les rejoindre.

20Bien plus que des relations professionnelles, Nathan a également découvert un milieu associatif dans lequel il a pu nouer des amitiés. LUGCITY, en apportant un soutien technique, a très tôt tissé des liens avec différentes structures associatives (environnement, politique, vie citoyenne locale, milieu culturel, éducatif, etc.) n’ayant aucun rapport à l’informati­que. Ce faisant, l’association a étendu le réseau de sociabilité de ses mem­bres au-delà de leur domaine de compétence favorisant les engagements croisés.

21Si la jeunesse peut constituer un moment d’indétermination sociale, le “Libre” peut ainsi être appréhendé comme une instance de transition et d’encadrement pour ces étudiants passionnés par le numérique. Il apporte un aperçu concret des implications de l’informatique en en produisant un sens particulier, davantage inscrit au cœur de dynamiques sociales et politiques contemporaines. Cet encadrement apparaît comme une manière de préparer l’insertion professionnelle, de réduire l’incertitude inhérente de la fin des études et du début de la vie active. S’inscrire dans la “communauté”, c’est aussi et surtout se donner les moyens de s’approprier une part du capital social collectif, d’euphémiser la rupture entre univers scolaire et professionnel, et de réinscrire l’informatique dans le monde social. Ainsi s’opère pour ces étudiants un travail de confirmation du choix de leur filière, et de construction d’un véritable réseau d’interconnaissance et de réputation.

III. Une communauté de professionnels

22Lorsqu’on enquête dans le milieu du “Libre”, la seconde catégorie d’in­dividus que l’on rencontre massivement est celle des informaticiens de métier. Certains travaillent avec des logiciels libres, d’autres les utilisent sur leurs temps de loisirs. Ainsi, cette communauté semble parfois à certains égards d’abord une communauté de professionnels.

23Nous avons fait la connaissance de Louis lors du salon SolutionLinux sur un stand d’une grande entreprise (que nous appellerons Parasoft). Exerçant son activité dans une grande ville du sud de la France, il propose de réaliser cette discussion au siège de son entreprise à La Défense, à l’oc­casion de l’un de ses passages à Paris. La société, fondée au début des années 1980, éditrice de logiciels, occupe plusieurs étages d’une des multi­ples tours de ce quartier d’affaires. Au début des années 2000, elle adopte une nouvelle stratégie industrielle et investit dans les logiciels libres dans le but de redresser son chiffre d’affaires. Dans cette optique, cette entreprise recrute de nombreux informaticiens issus de la communauté du “Li­bre” dont l’expertise technique et sociale favorise les échanges entre deux univers que tout oppose a priori.

A. Conjurer les doutes liés à une situation de chômage

24Louis a trente ans au moment de l’entretien. Il est marié et a une petite fille d’un an. Son épouse, également ingénieure en informatique, lance son entreprise de développement web après deux contrats en tant qu’ingénieu­re “études et développement” dans des sociétés de services en ingénierie informatique. Sa mère est professeure de sciences médico-sociales dans un lycée professionnel, et son père, après un DUT en chimie, « a gravi les échelons un à un » pour devenir chercheur dans ce secteur.

  • 13  Un logiciel de la taille du noyau Linux (près de 17 millions de lignes de code en 2013, et près de (...)

25Louis est un élève brillant. Après un bac scientifique, il intègre une classe préparatoire au terme de laquelle il entre en école d’ingénieur. À la fin de son cursus (2001), il amorce sa participation à de nombreux logiciels libres. Il s’implique dans divers projets et devient un développeur du noyau Linux dès 2002, dont il “maintiendra” par la suite différents packages13. Fort de cette position prestigieuse dans la communauté et de ses compétences pointues, il est, depuis trois ans, salarié par Parasoft. Il n’aura de cesse de nous expliquer combien il se sent privilégié (son revenu est de 3 000 euros nets par mois) et épanoui de faire ce métier. De plus, ses conditions de travail lui paraissent optimales : il travaille chez lui et dans une ville qu’il a choisie. Il bénéficie d’une grande indépendance dans son emploi même s’il dit subir une forte charge de travail. Bien qu’il déclare travailler 45 heures par semaine, il se sent reconnu, utile, et en retire de la fierté.

26Avant d’être engagé par Parasoft, Louis a cependant connu des moments plus difficiles, dont 17 mois de chômage et des contrats de quelques mois peu captivants. Dans son récit, le “Libre” est un fil conducteur. Tout au long de son parcours, son engagement et sa manière d’investir la “com­munauté” nous renseignent sur sa trajectoire. Bien plus, ils constituent un type de ressource spécifique pour affronter le chômage, des emplois insatisfaisants ou encore un poste exigeant.

27À la fin de son cursus scolaire, Louis a assuré quelques heures de travaux dirigés dans son ancienne école et est parvenu en fin d’année à décrocher un contrat de trois mois. Il explique qu’il ne souhaitait pas travailler à Paris, mais qu’il a dû s’y résoudre après deux années de chômage en­trecoupées de CDD. Il a gardé des souvenirs très douloureux de cette entrée difficile sur le marché du travail qui l’a contraint à être hébergé, avec sa compagne, chez ses parents : « au bout d’un moment ça commence à peser, autant pour les gens qui t’hébergent que pour toi, parce que tu sens que tu n’es pas à ta place ».

28Passé le temps imparti à la recherche d’emploi, l’ennui guette. Aux con­ditions matérielles et à la lassitude s’ajoute aussi le risque de la dépréciation. Son inscription au sein de la communauté du “Libre” a aidé Louis à affronter cette situation délicate en réduisant les incertitudes entourant son accès au marché du travail. Cet investissement communautaire lui a offert la possibilité d’accroître ses compétences techniques et d’explorer l’espa­ce des possibilités du marché du travail (Bouffartigues, 1994). Il y a approfondi ses savoir-faire, entretenu des relations de type professionnel. Les encouragements, les remerciements, les soutiens techniques dont il a bénéficié lui ont ainsi permis de faire face à une situation de chômage toujours délicate d’un point de vue matériel et psychologique.

29Pendant cette période, Louis s’est investi de plus en plus dans des projets communautaires et est devenu “mainteneur” de quelques paquets du noyau Linux. Avec cette activité, il a pu se maintenir à jour face aux évolutions technologiques et développer une expertise aussi pointue que recherchée. Lorsqu’il fait le bilan, Louis estime que sa formation supérieure lui a apporté avant tout une discipline de travail, mais qu’il a acquis ses compétences professionnelles au sein du “Libre”.

B. « Quelque chose à quoi on peut se raccrocher en permanence »

30Après s’être résolu à déménager en région parisienne, Louis décroche successivement trois contrats en trois ans. Si ces derniers lui procurent des preuves objectives de ses compétences, ils ne le satisfont pas pour autant : ambiance de travail peu cordiale et peu stimulante, missions modifiées en cours de réalisation, mobilisation sur des domaines qui ne sont pas au cœur de ses intérêts professionnels, etc. Pourtant, l’informatique et le développement constituent, dit-il, une « véritable passion ». Il apprécie le travail d’équipe, se sentir utile, et savoir à quoi et pour qui il passe son temps sur le code source. Ce sont des conditions incitatives qu’il a connues dans les projets libres, mais qu’il ne retrouve pas dans l’exercice de son activité rémunérée.

31L’investissement dans la “communauté du Libre” et son milieu associatif a donné les moyens à Louis de tempérer des expériences malheureuses, de différer un engagement subjectif au travail dans l’attente d’un emploi qui lui corresponde davantage, ou de temporiser son entrée dans la vie active, tout en (se) donnant des gages de sérieux et de professionnalisation. Que ce réinvestissement de l’incertitude quant à l’emploi visé soit choisi (pour différer l’entrée sur le marché du travail afin d’obtenir un poste jugé plus conforme aux attentes) ou subi (lors de périodes de chômage), l’enca­drement par la communauté permet de se maintenir dans le métier. Louis explique d’ailleurs comment son engagement l’a soutenu au fil des ans :

À l’origine, je l’ai fait pour des raisons techniques. Parce que je sentais que ma formation n’était pas suffisante, surtout quand on est au chômage et qu’on cherche du boulot. On se dit que sûrement que ce que j’ai appris ne doit pas être suffisant pour trouver du boulot, donc on essaye de compléter. Donc y a eu ça, ça c’était plus au début. Maintenant, je vais pas dire que j’ai fait le tour de la technique parce qu’il y a toujours des choses à apprendre, […] y a toujours de quoi faire, mais c’est plus la motivation principale à ce niveau-là. Ou en tout cas, y a eu une grosse phase de transition où ce qui m’intéressait plus c’était la reconnaissance que je recevais parce que je l’avais pas ailleurs. Et voilà, faire des choses utiles, les gens disaient ‘ouah c’est super bien ce que tu as fait, merci’, etc. Ça, c’était toute une époque où c’était ma motivation principale. C’est tombé à peu près au même moment où j’ai commencé à bosser chez Parasoft, et où j’ai commencé à avoir ici la reconnaissance que j’avais pas dans mon boulot précédent. […] Maintenant on change beaucoup plus de boulot, on va peut-être moins se lier avec ses collègues, surtout si, en plus, on déménage, c’est pas forcément évident de garder des relations avec les gens, avec ses anciens collègues. Donc c’est vrai que ce côté-là, ça fait une espèce de constante, quelque chose auquel on peut se raccrocher en permanence.

32Ainsi, l’investissement dans le “Libre” a-t-il accompagné la professionnalisation de Louis. Ce dernier y a trouvé un univers de formation, un espace de « consolation » (Poliak, 2006 :244-245) et de socialisation professionnelle. Pendant les périodes de chômage, le “Libre” a constitué une instance favorisant l’entretien et l’amélioration des compétences, un succédané d’univers professionnel offrant l’opportunité d’échanger avec des pairs et de développer des activités techniques. Cette insertion a également donné à Louis l’occasion d’éprouver son travail, ses qualités et, le cas échéant, d’être évalué par des semblables. Autrement dit, le verdict techni­que émis par ses partenaires communautaires a permis de tempérer le verdict social d’une exclusion temporaire du marché du travail, ou d’un emploi peu valorisant.

C. L’engagement comme ressource professionnelle

33Depuis que Louis a été embauché chez Parasoft, son investissement dans le “Libre” perdure. Les compétences obtenues dans le cadre de la communauté ainsi que les contributions réalisées en son sein lui ont permis de se faire remarquer et d’être recruté. Selon lui, son engagement lui « a donné un potentiel qui est le potentiel que Parasoft recherchait ». Il esti­me d’ailleurs que la pérennité de son emploi dépend en grande partie de son engagement dans le “Libre”. Son insertion communautaire et l’exper­tise pointue qu’il y a acquises sont directement mises à contribution dans ses missions. Son chef, « qui comprend que c’est aussi dans son intérêt d’avoir une équipe motivée », lui permet de consacrer une vingtaine d’heu­res (sur ses 45 heures de travail hebdomadaires) à ses activités communautaires afin de maintenir cette « avance technologique […] cette connaissance de la technologie de pointe » :

Je le fais entre guillemets sans être payé, mais c’est une frontière qui est extrêmement difficile à déterminer puisque j’estime que je suis bien payé pour ce que je fais, j’ai une liberté de travail exceptionnelle. […] En contrepartie, ça me semble assez naturel de faire en sorte que Parasoft n’ait pas de raisons de se séparer de moi, voire ait de bonnes raisons de me conserver, parce que je maintiens le potentiel pour lequel ils m’ont pris. Je le fais pour eux d’une certaine façon, je ne suis pas payé pour et je le fais quand même, je le fais surtout pour moi parce que ça me garantit la pérennité de mon emploi (Louis).

34Il semble ici impossible d’opérer une distinction entre la carrière militante et la carrière professionnelle de Louis. Ces dernières s’entremêlent de manières relativement exemplaires, consacrant un mode de gouvernement libéral des salariés qui s’appuie sur des formes de « dominations sou­ples » imposées par un management par projet et par les compétences (Courpasson, 2000 :187-232). À ce titre, il est ici frappant de voir à quel point les contraintes qui pèsent sur le poste de Louis (notamment en ter­mes d’expertise, ou au niveau de l’intériorisation de l’incertitude de la pérennité de son emploi) sont individualisées et assumées en première personne en contrepartie d’une plus grande marge de manœuvre dans l’exé­cution des tâches à accomplir. C’est pourquoi, face à l’incertitude organisée de son emploi (faible socialisation professionnelle, mobilité, etc.), l’engagement communautaire, par ses réalisations techniques et les liens tissés, apporte à Louis une certaine stabilité et constitue en même temps un lieu privilégié de sélection par la mise en valeur des compétences, à la fois objectivées dans des réalisations techniques, mais également pour partie contrôlées par le jugement des partenaires. Si les activités liées à l’en­treprise et au “Libre” se croisent ici c’est parce qu’elles se rejoignent tou­tes les deux autour d’un “projet”, instrument de mobilisation déterminant du management libéral contemporain.

35Mais, bien que Louis mette en avant sa liberté d’organiser son temps, il garde à l’esprit que son activité professionnelle repose sur une discipline personnelle, une forme d’autonomie contrainte et de « contrôle de l’enga­gement subjectif » (Bouffartigue, 2012 :102-119). Il doit à la fois « monter en charge » lorsqu’il y a un « coup de bourre », tout en maintenant son niveau de professionnalisme. Dans son cas, l’entreprise encourage ce travail qui reste néanmoins largement invisible (Simonet, 2004 :148). Entre formation continue, capital professionnel et réseau de partenaires intermittents, mais durables, l’insertion au sein de la communauté élargit les frontières de l’activité au-delà des murs de l’employeur, et tisse des liens d’une solidarité professionnelle activable à tout instant.

36De ce point de vue, l’exemple de Félix-Antoine (43 ans, marié, et père de deux enfants) est éclairant. Actuellement administrateur système dans une université, il a toujours travaillé avec des technologies libres. Il a, à chaque fois, expliqué à ses supérieurs que son investissement dans la “communauté du logiciel libre” lui était indispensable dans la mesure où il lui apporte des compétences et des soutiens essentiels pour ses missions.

37Son engagement a longtemps consisté à répondre à de très nombreuses questions sur les forums, ce qui l’amenait à explorer des solutions et ainsi à accroître ses connaissances : « pendant toutes ces années où je répondais aux autres, je me renforçais à chaque fois moi [rire] ». Par ailleurs, son usage soutenu de logiciels libres dans le cadre de son emploi le conduit à participer à ces différents collectifs de projets en faisant remonter des bugs, en résolvant certains problèmes, en produisant des documentations, etc. En effet, dans le cadre de son activité professionnelle, il fait appel de manière intensive à des programmes très spécialisés. Ces deux caractéristiques l’amènent à être plus souvent confronté à des dysfonctionnements (les applications très largement utilisées bénéficient proportionnellement de beaucoup plus de “remontées de bug”). Le recours aux soutiens communautaires lui permet ainsi de répondre aux difficultés qu’il rencontre :

G. : Est-ce que tu peux me préciser la place de la communauté du “Libre” dans le travail de l’informaticien que tu es ?

F-A. : […] Pour moi c’est essentiel parce que ce que je fais ne marcherait pas sans. La façon dont je fonctionne c’est, j’ai un logiciel à installer, je l’installe. Avant même de lire la doc, je vais vers cette communauté-là, voir ce qu’ils disent dessus, comment ça se passe. Je travaille avec le réseau en permanence, vraiment. Ça fait partie de mon travail, de moi, et c’est comme ça que je suis efficace et c’est pour ça que je suis efficace, c’est grâce à tous ces gens-là, qui me posent des questions auxquelles ils ne savent pas répondre. Pour te dire, y a une fois j’ai fait une grosse connerie sur le mail de l’université, y a 10 ans. […] J’ai posé une question sur une liste, j’ai eu la réponse un quart d’heure plus tard. […] J’ai pu réparer le mail que j’avais cassé. […] C’est une sorte de formation professionnelle permanente.

38Pour Louis et Félix-Antoine, tous deux impliqués dans un environnement numérique qui évolue très régulièrement, la communauté du “Libre” est donc un espace de formation continue. Lieu d’échange de “tuyaux” techniques ou juridiques, de soutiens lors de difficultés, elle est un vérita­ble espace de mutualisation des compétences pour des professionnels souvent explosés sur différents sites, ou en très petits groupes. L’auto-entre­preneuriat, les travailleurs indépendants ou les très petites sociétés étant nombreux dans ce milieu, la “communauté” permet ainsi d’élargir le réseau des pairs. En somme, ce hors-travail a un double impact comme le souligne Maud Simonet : d’un point de vue subjectif d’abord « en participant, à côté ou à la place de l’activité professionnelle, à la construction d’un idéal de soi au travail », et d’un point de vue objectif ensuite sous « la forme de pré-professionnalisation » (Simonet, 2004 :148).

IV. Une version de l’autodidacte : le second métier

39La troisième catégorie que nous avons relevée regroupe ceux pour qui l’informatique relève uniquement du loisir. La doxa du “Libre” fait de chacun, même de l’informaticien de métier et de formation, un “autodidacte”. Cette catégorie joue un rôle symbolique essentiel dans le maintien de l’idéal méritocratique. Composée essentiellement d’amateurs passionnés bénévoles, on rencontre par exemple parmi eux des retraités qui tiennent à conserver une activité. Mais on croise également nombre d’indivi­dus aux parcours hachés, sans diplômes, en situation de précarité. Ils trouvent parfois dans ce milieu un espace de socialisation, de reconquête de l’estime de soi. Quelques-uns se forment et parviennent à se relancer sur le marché du travail. Enfin, pour d’autres, l’engagement au sein du “Libre” se réalise sur le temps du loisir, mais relève malgré tout d’une véritable activité. Sorte de second métier pris au sérieux même s’il n’est pas rémunéré, il peut prendre le relais de la valorisation lorsque l’activité principale fait défaut. Bien que cette catégorie soit moins homogène que les deux précédentes, nous nous concentrerons sur la restitution d’une carrière militante vécue en tant que serious leisure (Stebbins, 1992).

A. « Une soupape de décompression »

40Léo-Paul, 39 ans, est chargé de projet dans une administration publique. Parallèlement, bien que n’ayant aucune formation académique en informatique, il co-crée en 2003 un logiciel nommé WXYZ. Ce dernier fait l’objet de présentations lors de salons ou de forums spécialisés, il est également disponible sur le site de ses créateurs. En 2009, il compte plus de 750 000 téléchargements, tandis que plus de 15 000 utilisateurs sont enregistrés sur le forum du site et que plus de 1 900 structures (associations, entreprises, administrations publiques) l’utilisent. Il est en outre traduit en une trentai­ne de langues. WXYZ rencontre donc un réel succès, et constitue une véritable source de satisfaction pour Léo-Paul. Durant l’entretien, il reconstruit son parcours en faisant de son engagement au sein du “Libre” une réponse à une frustration sociale nourrie d’une série de choix imposés. Ressource première de valorisation, son activité associative sonne ainsi comme une revanche.

41Alors que Léo-Paul grandit avec sa mère dans un milieu qu’il qualifie de « très très modeste », il se passionne très tôt pour l’informatique. Il raconte d’ailleurs combien il a été marqué dès son plus jeune âge, par la lecture d’un roman dans lequel un enfant, dont l’un des parents disparaît, développe une relation avec son ordinateur, dénommé Hector, avec lequel il discute pour échapper à sa condition. Malgré ses conditions de vie modestes, Léo-Paul parvient à s’acheter un ordinateur avec ses économies. Que ce soit à cette époque, ou plus tard lorsqu’il enseignera dans des ZEP, notre témoin explique comment l’informatique a toujours été pour lui, une échappatoire.

42Les difficultés financières n’ont pas permis à Léo-Paul d’aller aussi loin dans ses études qu’il l’aurait souhaité. Après un BTS, il est embauché deux ans dans le secteur de l’immobilier, mais la dimension commerciale de son emploi, qu’il ressent comme particulièrement agressive, ne lui convient pas. Léo-Paul garde un très mauvais souvenir de ce qu’il appelle la « vente au viol ». Il profite d’une opportunité de reconversion professionnelle pour reprendre une formation à l’université. Grâce à une bourse et à ses bons résultats, il parvient alors à obtenir une maîtrise et passe un CAPES. Lorsqu’il revient sur son parcours, Léo-Paul insiste particulièrement sur son regret de ne pas avoir pu continuer l’université et sur le fait que son investissement communautaire dans le “Libre” a été une manière de résoudre l’insatisfaction culturelle et sociale qu’a représenté pour lui l’impossibilité économique de poursuivre sa scolarité :

J’avais un regret, c’est de pas avoir eu suffisamment de pognon ou de moyens pour pouvoir continuer mes études. Mais je serais presque resté toute ma vie sur les bancs de la fac. Je trouvais ça génial. Donc je pense que j’aurais pu m’éclater dans la recherche. Mais quelque part j’ai eu mon labo à moi… C’est WXYZ… J’ai beaucoup appris.

43Léo-Paul enseignera presque quinze ans dans des lycées professionnels. Ce sera pour lui une période humainement très riche, mais aussi très difficile. Son investissement dans WXYZ a constitué à ce moment-là une véritable « soupape de décompression ». Par la suite, il quitte l’Éducation natio­nale et intègre une administration déconcentrée de l’État en tant que chargé de mission, puis une collectivité territoriale où il est affecté au déploie­ment d’une politique publique liée au numérique.

B. « Quand on fait quelque chose, on le fait bien »

44WXYZ a désormais pris une envergure internationale et s’est installé comme un programme de référence dans son domaine d’application. Autour de lui s’est développée une petite économie constituée d’entreprises commercialisant des services de mise en œuvre ou de supports, dont Léo-Paul ne tire aucune rémunération. S’il insiste sur le désintéressement pécuniaire de sa démarche, la frontière entre engagement et profession reste cependant ici encore une fois ténue. Les aptitudes acquises (gestion d’un projet, management des “collaborateurs”, développement informatique) lui sont en effet utiles pour gérer et diriger les techniciens qu’il supervise dans le cadre de son emploi. Notons que les carrières des ingénieurs sont généralement structurées en deux phases, la première axée sur la techni­que, l’autre managériale (Bouffartigues, 1994 ; Lallement/Sarfati, 2009). Pour des individus formés techniquement, le passage obligé par la gestion d’un groupe de travail n’est pas toujours aisé, ni du point de vue de leurs compétences, ni du point de vue de leurs aspirations. Certains font leurs premières armes en management au sein du “Libre”, se sentant plus aptes à prendre en charge des responsabilités organisationnelles dans leur vie professionnelle. D’autres, propulsés à ce type de poste ressentent le besoin d’entretenir l’enthousiasme pour la technique qui les a poussés à s’inscrire dans ce secteur, et investissent ainsi des projets communautaires. Mais sur un autre registre, c’est leurs savoir-faire techniques qui constituent la sour­ce de leur légitimité, les projets libres sont alors autant de moyens de maintenir, au moins à leurs yeux, le bien-fondé de cette sélection. Dans le cas de Léo-Paul, l’apport du “Libre” se situe aussi bien au niveau des expériences techniques (développeur) que managériales (leader project), lui permettant de convertir et de faire reconnaitre ses compétences dans un cadre professionnel.

45Bien plus, le développement et le succès de WXYZ autorisent désormais Léo-Paul à envisager un avenir professionnel alternatif dans l’informati­que, même s’il est attaché à l’indépendance offerte par une activité exercée sans les contraintes économiques :

C’est très confortable aussi quand même d’être leader project d’un projet communautaire parce que je peux dire merde à quelqu’un… J’ai pas de conséquences économiques. C’est beaucoup plus compliqué quand vous avez un client qui commence à vous casser les pieds.

46Si Léo-Paul a choisi de s’impliquer dans le “Libre” durant ses loisirs, il veille néanmoins à le faire en mobilisant tout son professionnalisme. Les happenings critiques de certains militants lançant des anathèmes en direction des stands de Microsoft ou de grandes entreprises jugées éloignées des standards du “Libre” qui émaillent “rituellement” le salon SolutionLinux, le laissent par exemple de marbre. Il s’agit pour lui d’une perte de temps et il considère que de telles attitudes contribuent à ternir la réputation des “libristes”. Ce qui lui importe, c’est d’assurer à son projet une for­me de respectabilité sur le plan technique et en termes d’image publique :

Ça nous fait encore passer pour une bande de barges. Parce que voilà souvent j’ai eu quand même à faire dans le cadre de WXYZ avec des gens par mail ou qu’on a rencontrés, qui disent ‘mais c’est quoi, vous êtes qui ? Vous êtes une bande de jeunes et vous vous éclatez ? Vous êtes quoi ? C’est quoi derrière ? ’ Et voilà, ça leur fait peur. Et c’est vrai que moi si j’suis directeur d’un service informatique dans une boite, je déploie une solution libre euh le fait de savoir que c’est quatre types dans un garage qui se pintent à la bière… non, mais voilà ça rassure pas enfin… Et donc je dis ‘bah non on est pas une bande bolchevik qui avons décidé de révolutionner voilà..., on est une structure associative, on a une équipe de développement coordonnée, voilà, on a un projet, une philosophie, des valeurs, et quand on fait quelque chose on le fait bien voilà’. Après c’est pas pour ça qu’on est obligé de mettre, d’avoir un discours corporate et de mettre des chaussures à bouts pointus et une cravate euh voilà c’est pas le problème.

47À d’autres moments de l’entretien, Léo-Paul précise la ligne de conduite qu’il (s’)impose : vouvoiement sur le forum, expression claire et soutenue, documentation du logiciel, réactivité des réponses à apporter aux utilisateurs 7 jours sur 7, etc. Prenant au sérieux son activité au sein de WXYZ, il se montre exigeant à l’égard du cadre dans lequel il exerce cette dernière. Ces conditions sont nécessaires, pense-t-il, pour faire reconnaître le projet à sa juste valeur.

  • 14  Sous Linux, les “distributions” compilent un ensemble de logiciels permettant le fonctionnement co (...)

48L’enthousiasme et le professionnalisme de l’équipe de WXYZ, les choix techniques opérés ont été payants. Au bout de trois ans de travail, leur logiciel a été intégré dans une éminente distribution14 reconnue pour sa qualité et d’envergure internationale. « Gloire absolue » avoue-t-il : les informaticiens précisent désormais sur leur CV la maitrise de WXYZ à côté d’autres programmes prestigieux, et un manuel à même été écrit récemment.

V. Conclusion

49Comme le rappellent Demazière et al., « les développeurs de logiciels li­bres ont surtout été étudiés sous l’angle de la diversité de leurs motivations idéologiques » (2005 :187). Aussi, nous avons voulu souligner dans cet article l’étendue des liens qui se nouent, dans le temps et en pratique, entre des individus et le monde du “Libre”. Il n’est donc pas question de “motivations” calculées, comprises comme causes des engagements. Elles ne précèdent guère ceux-ci, mais s’élaborent tout au long du processus de socialisation. En réalité, ces différentes formes d’attachements constituent des univers de sens et des catégories de perceptions intelligibles en termes de carrière d’engagement (Demazière/Horn/Jullien, 2008 :8).

50Que la communauté du “Libre” soit considérée par ses membres comme une ressource professionnelle, une source de reconnaissance, de solidarité, de réaffirmation et de réenchantement d’une vocation, un réseau d’interconnaissance, un lieu de recomposition de trajectoires, ou encore de reconversion, chacun d’entre eux participe à la construire, à la définir et à la faire vivre. Si ce mouvement a pris autant d’ampleur c’est précisément parce qu’aussi différents que soient les “libristes”, ces agents de l’institution du “Libre” y trouvent, chacun à sa manière, des intérêts spécifiques. La philosophie sociale ou le projet politique véhiculés ne peuvent suffire à comprendre le phénomène de mobilisation conséquent de ces très nombreux artisans anonymes élaborant un univers numérique accessible à tous. C’est surtout parce qu’il offre une multitude de compétences à apprendre, de positions à prendre, de rôles à remplir au sein d’un projet éminemment contemporain et d’envergure internationale que le “Libre” rencontre autant de succès. En diffusant non pas uniquement de manière idé­elle, mais également en pratiques, des principes de visions et de divisions du monde social, des manières de faire de l’informatique et de penser la place des techniciens, le “Libre” s’apparente ainsi a une véritable “institution du sens” (Descombes, 1996).

Haut de page

Bibliographie

Bazin J.,
2008Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement, Toulouse, Anacharsis.

Beaud S., Weber Fl.,
1998Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Bert-Erboul Cl.,
2014Les producteurs de contenus sous licences libres : engagements et coordinations, Thèse de doctorat en sociologie, Lille, Clersé.

Bouffartigues P.,
1994“Ingénieurs débutants à l’épreuve du modèle de carrière. Trajectoires de socialisation et entrée dans le vie professionnelle”, Revue Française de Sociologie, n° 35, pp. 69-100.
2012Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, PUF.

Chevallier J.,
1981“L’analyse institutionnelle”, in Chevallier J. et al. (ed.), L’institution, Amiens, CURAPP/PUF, pp. 3-61.

Coleman G.,
2010“The Hacker Conference : A Ritual Condensation and Celebration of a Lifeworld”, Anthropological Quaterly, vol. 83, n° 1, pp. 47-72.
2013Coding Freedom. The Ethics and Aesthetics of Hacking, Princeton, Princeton University Press.

Coris M.,
2007“La culture du don dans la modernité. Les communautés du logiciel libre”, Réseaux, n° 140, pp. 161-191.

Courpasson D.,
2000L’action contrainte : Organisations libérales et domination, Paris, PUF.

Dalle J-M., Jullien N.,
2003“Libre Software : Turning Fads into Institution ? ”, Research Policy, n° 32, pp. 1-11.

Demazière D., Horn F., Jullien N.,
2005“Le travail des développeurs de logiciels libres. La mobilisation dans des ‘communautés distantes’ ”, Cahiers Lillois d’Économie et de Sociologie, n° 46, pp. 171-194.
2008“Le développement des logiciels libres à contre-courant de la marchandisation du monde ? ”, in Vatanpour S. (ed), L’argent, Lille, Éditions de l’U­niversité Charles de Gaulle Lille 3, pp. 95-106.

Descombes V.,
1996Les institutions du sens, Paris, Les Éditions de Minuit.
2004Le complément de sujet, Paris, Gallimard.

Fossé-Poliak Cl.,
2006Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica.

Ghosh R. A., Glott R., Krieger B., Robles G.,
2002Free/Libre and Open Source Software : Survey and Study, International Institute of Infonomics, University of Maastricht.

Hamidi C.,
2012“De quoi un cas est-il le cas ? Penser les cas limites”, Politix, pp. 85-98.

Hély M., Moulévrier P.,
2013L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute.

Himanen P.,
2001L’éthique hacker, Paris, Exils.

Hippel von E.,
2001“Innovation by User Communities : Learning from Open-Source Software”, Sloan Management Review, vol. 42, n° 4, pp. 82-86.
2002Horizontal Innovation Networks b by and for Users, MIT Sloan School of Management Working paper, n° 4366-02.

Honneth A.,
2002Lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf.

Kelty Ch.,
2008Two Bits : The Cultural Signifiance of Free Software, Durham, Duke University Press.

Lacroix B., Lagroye J.,
1992
Le président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de la fondation nationale de sciences politiques.

Lagroye J., Offerlé M.,
2010“Pour une sociologie des institutions”, in Lagroye J., Offerlé M. (ed.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, pp. 11-29.

Lakhani K. R., Wolf R.,
2003Why Hackers Do What They Do : Understanding Motivation Effort in Free/Open Source Software Projects, MIT Sloan Working paper, n° 442503, september.

Lallement M., Sarfati F.,
2009“La carrière contre le travail ? Savoirs, activités et trajectoires de jeunes experts de la finance et de l’informatique”, Cahiers Internationaux de Sociologie, n° 126, pp. 115-130.

Lerner J., Tirole J.,
2002“Some Simple Economics of Open Source”, Journal of Industrial Economics, vol. 50, n° 2, pp. 197-234.

Mauger G.,
1995“Les mondes des jeunes”, Sociétés Contemporaines, n° 21, pp. 5-14.

Moglen E.,
2001“L’anarchisme triomphant : Le logiciel libre et la mort du copyright”, Multitudes, n° 2, pp. 146-183.

Mounier-Kuhn P-E.,
2010“Les clubs d’utilisateurs : entre syndicats de clients, outils marketing et ‘logiciel libre’ avant la lettre”, Entreprise et histoire, n° 60, pp. 58-169.

Pierre Audouin Consultants (PAC),
2015
Impact du Logiciel Libre/Open Source Software en France 2015-2020. Quels enjeux de marchés, d’emploi, de formation et d’innovation ? Rapport d’enquête menée pour le compte du Conseil National du Logiciel Libre et du Syntec Numérique avec le soutien de Systematic – Paris Région Digital Ecosystem, Paris.

Robles G., Scheider H., Tretkowski I., Weber N.,
2001Who Is Doing It ? A Research on Libre Software Developers, Berlin, Fachgebiet für Informatik und Gesellschaft.

Simonet M.,
2004“Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail”, Revue de l’IRES, n° 44, pp. 141-155.

Stebbins R. A.,
1992Amateurs, Professionnals and Serious Leisure, Montréal, McGill-Queens Press.

Takhteyev Y.,
2012Coding Places. Software Practice in a South American City, Cambridge, The MIT Press.

Vicente M.,
2009La professionnalisation des développeurs de logiciel libre, Métiers, trajectoires et réseaux de coopération, Thèse de doctorat de Technologies cognitives, management de l’innovation et systèmes complexes, mention sociologie, Compiègne, UTC.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Depuis près de vingt ans, l’informatique personnelle s’est largement répandue dans nos sociétés contemporaines, et a transformé nos activités quotidiennes. Devenue désormais un véritable moteur de l’économie mondiale, l’industrie du logiciel cristallise des enjeux financiers très importants. Le modèle de développement qui va s’imposer avec le temps dans ce secteur repose sur la “fermeture” des programmes informatiques qu’il n’est dès lors plus possible de modifier ou de partager. Concomitamment à la dif­fusion d’une informatique personnelle, une “communauté du logiciel libre” se constitue à travers le monde. Composée de bénévoles et de professionnels, elle vise à élaborer des suites logicielles accessibles à tous. La popularisation des technologies numéri­ques a progressivement transformé le regard porté sur ses techniciens. Pourtant, malgré l’apparition d’une abondante littérature sur la “culture” hacker, ces individus derrière les “boites noires numériques” restent largement invisibles. Qui sont les “libristes” ? Que font-ils lorsqu’ils font du “Libre” ?

L’objectif de cet article consiste à réinscrire l’occupation des hackers, “libristes”, et autres passionnés d’informatique de la “communauté du Libre” dans des processus so­ciaux classiques. La restitution des parcours de vie devra nous permettre de réduire l’ “étrangeté” souvent accolée initialement au phénomène hacker.

Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique conduite dans le cadre d’un doctorat mené sur la “communauté du logiciel libre” sous le prisme de son institutionnalisation. En suivant le fil d’un engagement ordinaire, nous avons fait la connaissance de membres très investis. Grâce à eux, nous avons découvert de multiples lieux où s’ex­pose cette “communauté”. En procédant de cette manière, l’un de nos objectifs était de multiplier les entrevues avec les enquêtés afin de collecter des points de vue contrastés. Nous avons ainsi réalisé plus de cinquante entretiens formels et de très nombreuses observations. Ce travail de terrain nous a permis de typifier trois populations aux enjeux spécifiques qui sont autant d’investissements dans le “Libre” : les étudiants en in­formatique, les professionnels, et les amateurs passionnés.

C’est au travers de la notion d’institution que nous avons travaillé ces restitutions. En effet, elle permet notamment de penser une cohérence générale au-delà de l’hétérogé­néité de ses membres habituellement mise en avant. Nous proposons ainsi d’examiner la manière dont les personnes que nous avons rencontrées font du “libre” et font le “Libre” à travers la façon dont elles s’y inscrivent. Il s’agira donc d’aborder le processus d’institutionnalisation sous l’angle des agents qui y sont exposés pour montrer comment ils renouvellent le “Libre” et participent à sa définition. Enfin, en détaillant quelques-unes des trajectoires recueillies, il s’agit de donner à voir des mécanismes d’attachement institutionnel plus généraux dans leurs conditions tout à la fois sociales et singulières de réalisation.

Structured summary

Personal computing has become widespread in our contemporary societies, transforming our daily activities. Henceforth a veritable mover of world economy, the software industry concentrates vast financial holdings. The economic model which has held sway over time in this sector relies on Closed Source programmes which consequently may no longer be modified or shared. Concomitantly with the development of personal computing, a “F/LOSS community” has sprung up throughout the world. Composed of students in computer sciences, professionals and in good part of aficionados, it seeks to develop software packages accessible to all. The broad dissemination of computer science has gradually transformed how its technicians are viewed. However, des­pite the appearance of an abundant literature on hacker “culture”, these individuals be­hind “the electronic black boxes” remain largely invisible. Who are the hackers? What do they do when they work according to this model?

The goal of this article consists in re-inscribing the occupation of hacker, and others computer aficianados of the “F/LOSS community” in traditional social processes. Resi­tuating their life courses should enable us to reduce the “strangeness” initially attached to the hacker phenomenon.

This article is based on an ethnographic investigation carried out in the context of a doctorate done on the “F/LOSS community” from the angle of its institutionalization. In following the course of an ordinary engagement, we became acquainted with heavily engaged members. Thanks to them, we discovered multiple spaces where this “com­munity stands out”. In proceeding this way, one of our goals was to multiply the interviews in order to collect contrasting points of view. Thus we carried out over fifty for­mal talks and made many observations. This fieldwork enabled us to characterize three populations with specific stakes in mind, all representing investments in the “F/LOSS model”: students in computer sciences, professionals, and impassioned amateurs.

These restitutions were worked out using the concept of institution. Indeed, that in par­ticular allowed us to formulate a general coherence beyond its members’ heterogeneity usually placed in the forefront. We thus propose examining how the people we met work and how they build the “F/LOSS model” via the ways in which they are involved in them. This will thus involve approaching the process of institutionalization from the angle of agents involved there to show how they renew “F/LOSS” and participate in its definition. Lastly, detailing some of the trajectories collected will involve showing the more general mechanisms under their altogether social and singular conditions of realization. The life courses which are traced should thus enable us to shed light on some of the factors contributing to the process of institutional attachment, and to F/LOSS most particularly.

Haut de page

Notes

1  C’est ce qu’on appelle au sein de la communauté du “Libre”, les quatre libertés de l’utilisateur.

2  Open source, une circulaire pour encourager son adoption, septembre 2012, pro.clubic.com, http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/propriete-intellectuelle/logiciel-libre-open-source/actualite-512621-open-source-circulaire-encourage-adoption.html.

3  Pierre Audoin Consultants (PAC), pour le Conseil National du Logiciel Libre et Syntec Numérique : Impact du Logiciel Libre/Open Source Software en France 2015-2020, Novembre 2015.

4  Notamment les enquêtes BCG (Lakhani K. R., Wolf R., 2003), FLOSS (Ghosh R. A. et al., 2002), et WIDI (Robles G. et al., 2001).

5  La “communauté du Libre” est considérée comme la communauté historique des hackers, Steven Levy ayant décerné le titre de “dernier hacker” à Richard Stallman, le fondateur de celle-ci.

6  Jacques Chevallier relève trois niveaux d’analyses de l’institution, du plus diffus au plus formalisé : celui de la «production des significations sociales», des rapports sociaux, jusqu’aux formes sociales plus organisées, aux «ensembles collectifs», qui enseignent et socialisent à ces usages (Chevallier J., 1981, p.8).

7  Nous avons bien entendu anonymisé tous les noms des enquêtés, des entreprises dans lesquelles ils ont travaillé, les associations ou projets logiciels dans lesquels ils se sont inscrits.

8  Les enquêtes statistiques évoquées précédemment se concentrent avant tout sur les développeurs de code informatique, et mettent de côté toutes les très nombreuses personnes impliquées dans d’autres rô­les : traduction, promotion, soutien, correction, etc.

9  Les spécifications constituent le cahier des charges d’un logiciel qui en définit les contraintes (temps, coûts, fonctionnalités à apporter, niveau de sécurité, ou d’exigence ergonomique, etc.). Il s’agit de la formalisation technique des demandes exprimées par le client.

10  Pensons ici par exemple aux logiciels de caisse de supermarché, de distributeurs automatiques d’es­sence, de l’assurance maladie, etc., qui encadrent, guident et accélèrent les interactions.

11  L’informatique est structurée en trois principaux domaines d’activités : le développement de logiciel, l’administration de systèmes informatiques (gestion de parcs informatiques), et l’administration de réseaux (intranet et internet).

12  Les “RMLL” ont lieu tous les ans dans une ville différente, pendant une semaine début juillet depuis 2000. Organisées autour d’une association d’utilisateur de linux (LUG), il s’agit d’un cycle de conféren­ces, d’ateliers et de tables rondes autour du “Libre” et de ses usages. En 2008, plus de 4000 visiteurs provenant de cinquante pays s’y sont rendus.

13  Un logiciel de la taille du noyau Linux (près de 17 millions de lignes de code en 2013, et près de 1400 contributeurs impliqués dans les modifications compilées dans la version 3.10 – 4 000 contributeurs en 2014) nécessite de nombreux développeurs pour le maintenir à jour. Il est donc divisé en de très nombreux paquets, packages, qui sont des morceaux du logiciel. Chaque package est ainsi “maintenu”, entretenu, amélioré, réparé, mis à jour, par au moins un “mainteneur”.

14  Sous Linux, les “distributions” compilent un ensemble de logiciels permettant le fonctionnement complet d’un ordinateur : système d’exploitation, éditeurs de textes, multimédia, navigation internet, etc. Certaines distributions requièrent un haut niveau de technicité, d’autres sont orientées “grand public”, ou encore “cyber sécurité”, création musicale, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gael Depoorter, « Ce que le “Libre” fait aux “libristes” », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 21-42.

Référence électronique

Gael Depoorter, « Ce que le “Libre” fait aux “libristes” », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1502 ; DOI : 10.4000/rsa.1502

Haut de page

Auteur

Gael Depoorter

Professeur contractuel Lille 3, CURAPP-ESS, gael.de@riseup.net.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org