Navigation – Plan du site

Quand un tiers-lieu devient multiple. Chronique d’une hybridation

When a Third Space Becomes Multiple: Chronicle of a Hybridization
Martine Azam, Nathalie Chauvac et Laurence Cloutier
p. 87-104

Résumés

Cet article s’intéresse à l’émergence d’un tiers-lieu toulousain dénommé “Le Multiple”. Son histoire est racontée ici en trois temps : la rencontre entre deux “mondes” – un fab lab et un projet de l’économie sociale et solidaire –, l’enga­gement dans un espace commun et la structuration d’activités et de projets collectifs. Basée sur des entretiens et des observations in situ, notre analyse est centrée sur les interactions qui fondent l’action collective. Située dans le courant interactionniste, notre démarche rend compte du rôle-clef joué par le lieu, tantôt prétexte, tantôt moteur, tantôt catalyseur, qui, à la faveur d’événements créant des inflexions fortes et des irréversibilités potentielles, engage les différents participants sur des voies qu’ils n’avaient pas forcément prévues.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La notion de “tiers-lieux” est inventée dans les années 1980 par un sociologue urbain américain, Ray Oldenburg (1989)1, pour désigner des lieux entre le domicile et le lieu de travail qui agissent entre autres comme “une maison hors de la maison” et génèrent un sentiment d’appartenance. La notion, toujours en cours d’élaboration, déborde aujourd’hui ce contexte pour traiter plus largement de la dynamique des lieux de production et de collaboration prenant place aux marges du système productif dominant. Le Manifeste des tiers lieux2, ouvrage collectif initié en 2013, contribue à expliciter ce phénomène et propose notamment la définition d’Antoine Burret : « Les tiers-lieux sont des lieux de partage, de socialisation, mais aussi d’innovation et d’entreprenariat [sic] dont le modèle émergent est différent des catégories habituelles ». Leur succès tient autant à ce qui s’y réalise concrètement, qu’aux nouveaux modes de production et à la manière d’envisager le travail qui s’y dessinent. Pour faire face à leur développement, les initiateurs doivent envisager une structuration interne : définir plus précisément le périmètre d’action des individus engagés dans l’entité, articuler les domaines d’intervention, rechercher des financements pérennes, des partenariats stables, lesquels impliquent à leur suite des opérations de visibilisation de l’activité. La participation à la vie du territoire d’implantation (quartier, ville) élargit et diversifie les publics dont certains peuvent être indifférents ou ignorants de la philosophie de départ. La difficulté pour ces tiers-lieux est alors de préserver la logique qui les a vus naître.

2Pour appréhender ce processus, que d’aucuns présentent comme une “troisième révolution industrielle” (Anderson, 2012), nous avons conduit une étude de cas en adoptant une posture interactionniste. La phase exploratoire nous laissait effectivement entrevoir l’importance des « activités interagissantes des acteurs » (Blumer, 1969 :5), des trajectoires d’individus cherchant des solutions pour mener des projets très différents et qui entament des coopérations conduisant à l’émergence d’un collectif. Dans la fi­liation des Mondes de l’art de Becker (1988), notre questionnement a porté sur l’action collective. Comment émerge un collectif à partir d’indivi­dus à la recherche de solutions pour mener leurs projets respectifs ? Com­ment se construit une identité collective à même de créer une forme de communauté capable de soutenir, voire de protéger les individus comme l’évoquait déjà William Isaac Thomas en 1933 (Grafmeyer/Joseph, 2004 :82) ? Au-delà de la simple coprésence, nous verrons comment le partage d’un enjeu commun – à savoir l’appropriation d’un espace urbain interstitiel – crée de la coopération.

  • 3  La Serre est une structure de développement d'initiatives et d'entreprises économiques et solidair (...)

3Notre enquête de terrain porte sur un tiers-lieu toulousain dénommé “Le Multiple”. Celui-ci présente la particularité d’associer d’une part un fab lab – avec sa trajectoire propre et inscrit dans un contexte international de développement de structures similaires – et, d’autre part, un projet de développement de l’économie sociale et solidaire (ESS) autour d’un noyau de designers. Considérés parfois comme des tiers-lieux à part entière, les fab labs (abréviation des mots anglais Fabrication Laboratory), sont « des plateformes de prototypage rapide d’objets physiques, “intelligents” ou non » (Eychenne, 2012 :9). En l’occurrence, Artilect est l’un des premiers fab labs créé en France à la fin des années 2000 (Garnier, 2014). Artilect et La Serre3 s’associent pour un emménagement commun dans une friche industrielle située dans un quartier proche du centre et en voie de gentrification. Ce changement d’échelle s’accompagne d’investissements conséquents, d’une croissance importante du nombre des adhérents ou des coworkers, d’une diversification des activités proposées et des publics.

  • 4  Les prénoms ont été modifiés de façon à respecter la volonté de certains enquêtés.

4Ce travail de recherche a démarré à l’automne 2014 et vise à saisir, sur une durée de trois ans, la dynamique du processus à l’œuvre et la manière dont se construit un collectif au quotidien. L’analyse s’appuie sur des entretiens semi-directifs, des observations directes et de nombreux documents produits par les acteurs in situ. Les entretiens d’une durée moyenne de deux heures, enregistrés et retranscrits, ont été conduits auprès d’une vingtaine de personnes impliquées historiquement dans la création du tiers-lieu. Les périodes d’observation au sein de La Serre et du fab lab se sont déroulées en parallèle sur une période de quatre mois et ont permis, entre autre, le suivi de projets collectifs spécifiques. Deux enquêtrices sur trois sont membres fondatrices de Scool, une structure de recherche en sciences humaines et sociales associée à La Serre au sein du tiers-lieu depuis 2012. L’une d’entre elles est également membre du fab lab depuis la fin 2013. Nous étions bien identifiées par les différents participants, à la fois comme actrices du tiers-lieu et comme sociologues en train d’enquê­ter. Nous nous sommes engagées, dans l’esprit du collectif, à partager les résultats de nos travaux auprès des participants4.

5L’analyse du processus d’émergence du “Multiple” prend la forme d’une histoire racontée en trois temps : rencontre, engagement et structuration. Elle fait apparaître le rôle-clef joué par le lieu – tantôt prétexte, tantôt moteur, tantôt catalyseur – dans les différentes séquences d’action, à l’occasion d’événements produisant des irréversibilités, créant les bifurcations et comportant une grande part d’imprévisibilité (Bessin/Bidart/Gros­setti, 2010), puis engageant les différents acteurs sur des voies qu’ils n’a­vaient pas forcément prévues.

II. La rencontre de deux mondes différents

A. La Serre : entrepreneuriat solidaire et design

  • 5  «On s'est dit qu'il manquait un lieu créatif, alternatif, mais aussi professionnel sur Toulouse et (...)

6Joan, après une première expérience professionnelle, vient de terminer un master en design. Elle travaille en indépendante avec d’autres jeunes designers locaux et souhaite monter un lieu-ressource pour les designers. De son côté, Alix a créé un WebJournal à l’affut des initiatives dans le domaine de l’économie sociale et solidaire et partage un espace avec d’au­tres acteurs du développement durable. C’est dans ce lieu que Joan et Alix se rencontrent en 2011. Les convergences de vue5 font émerger l’idée de locaux à partager. Elles se tournent alors vers la communauté d’agglomé­ration, et plus particulièrement vers la personne en charge du développement économique. Leur interlocutrice leur signale deux autres personnes dont le projet est proche et qui ont entamé cette même recherche : Armelle et Carine. Ces dernières font connaissance dans un espace qui abrite leurs activités respectives dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. Ensemble, elles envisagent de monter des ateliers de production pour des créateurs et des artisans et, à cette fin, elles prennent contact avec la communauté d’agglomération.

  • 6  Fonds Social Européen (FSE) qui accompagne les régions dans le soutien aux micro-projets associati (...)

7La jonction de ces deux tandems a lieu début 2011. Dès le mois d’avril, les quatre professionnelles décident de créer une association avec d’autres designers et personnes impliquées dans ce type de projet et entreprennent de visiter des lieux similaires en Europe. Elles n’ont pas encore de local dans lequel pourraient se développer des activités communes, mais le projet se précise à travers une première action : initier des collaborations entre artisans et designers en organisant des rencontres thématiques. Au cours de l’été 2011, un prestataire privé chargé de l’accompagnement à la création d’entreprise, notamment via Pôle Emploi, et contacté par l’association pour explorer les pistes de financement les informe de l’existence d’un dispositif de soutien aux micro-projets associatifs. Ce soutien, FSE Micro-projet6 accordé en octobre 2011, leur permet de financer la résidence de designers chez un artisan, de dégager deux salaires à temps partiel et d’ini­tier des rencontres entre artisans et designers dès novembre 2011.

8Évoluant dans le milieu des expériences alternatives et de l’économie sociale et solidaire, les quatre responsables rencontrent, dans un collectif à une vingtaine de kilomètres de Toulouse, un jeune designer qui fréquente le fab lab. Cette rencontre est importante car elle déclenche la prise de contact entre les porteuses de la Serre et l’équipe d’Artilect. Entre les représentants des deux structures, la convergence des optiques et des besoins va très vite déboucher sur un projet commun, comme nous le verrons plus loin.

  • 7  Cette bonne connaissance du tissu institutionnel est à rapprocher de ce qu’une précédente recherch (...)

9Un commentaire s’impose à l’issue de la présentation de La Serre : les profils des quatre fondatrices de l’association présentent des caractéristi­ques similaires. En effet, elles ont toutes un niveau de formation supérieur ; elles en sont au même moment dans leur cycle de vie : celui où après une première expérience, elles ouvrent une nouvelle page de leur vie professionnelle avec la volonté de travailler dans un domaine qui combinerait l’économie sociale et solidaire et le soutien aux activités de création. Le démarrage de cette activité les confronte aux mêmes difficultés : la question des financements et la quête de locaux adaptés. L’envie d’une aventure partagée, l’aide, les conseils et les informations qu’elles vont chercher auprès des différentes instances s’inscrivent dans la logique de leur parcours : le secteur dans lequel elles cherchent à développer leur activité est émergent et bénéficie de soutiens publics et parapublics au niveau européen, national et local ; leur niveau de formation les rend attenti­ves à ces dispositifs facilitateurs7 et les conduit à entrer en interaction avec les bons interlocuteurs. Ce passage au cours duquel les quatre énergies s’agglomèrent n’est en rien lié au hasard des rencontres, mais tient à la conjonction d’un arrière-fond socio-historique et institutionnel et de trajectoires individuelles qui se ressemblent (Denave, 2014 :277) par leur parcours et par le contexte des bifurcations (Bidart, 2006).

B. Artilect : innovation technologique et hacking

  • 8  Festival mêlant événements artistiques et scientifiques, créé en 2009, La Novela est portée par la (...)

10L’association Artilect est née de l’initiative de deux amis toulousains. L’un d’entre eux, de retour d’un post-doc effectué aux États-Unis en 2008, souhaite créer le premier fab lab en France. Prenant appui sur la charte des fab labs, rédigée par le Center for Bits and Atoms et publiée en 2007, les statuts sont déposés en 2009. Le site internet permet de rassembler des individus curieux et motivés par la réalisation de projets autour de la robotique et/ou par la rencontre de gens d’univers et de compétences variées. La participation d’Artilect à la Novela8 prend la forme d’une exposition de photographies de chercheurs et va contribuer au financement de la première imprimante 3D. Labellisé “Fab Lab” par le MIT lors de la conféren­ce internationale organisée à Amsterdam en 2010, Artilect poursuit son développement. Cette labellisation offre une visibilité considérable et positionne l’association au cœur du mouvement plus général d’avant-garde associé aux fab labs : “le mouvement faire”,

[qui] constitue un foyer de recompositions multiformes où des acteurs d’horizons variés agissent en direction d’un nouveau modèle de société dont les contours exacts restent à définir (Lallement, 2015 :73).

11Plusieurs ouvrages récents décrivent d’ailleurs Artilect comme un type de fab lab particulier : en tant que fab lab bottom up pour illustrer le modèle économique prenant appui sur une communauté élargie qui s’est constituée au fil du temps (Eychenne, 2012 :55), ou comme fab lab animant un réseau international à travers l’organisation de rencontres annu­elles réunissant de nombreux makers venus du monde entier (Bosqué/Noor/Ricard, 2014).

  • 9  L’association compte 50 adhérents en 2012.

12Un espace de 16 m2 situé au centre-ville est mis à disposition par l’Uni­versité et des réunions hebdomadaires de six ou sept individus y sont orga­nisées tous les lundis soirs. L’un des membres du “noyau dur” de la communauté propose gracieusement l’usage d’une cave de 150 m2 située sur les hauteurs, au Nord-Est de la ville. L’accès à ce “laboratoire” sans fenê­tres, ni toilettes est réservé aux membres impliqués dans la réalisation con­crète des projets en cours. Parmi ces projets, la participation à la Novela se renouvelle en 2010 et prend de l’ampleur avec, notamment, l’acquisition d’une fraiseuse numérique pour l’occasion. Certains membres s’engagent intensément dans la vie quotidienne de l’association, assurant l’entretien des machines et du temps de présence “à la cave” pour le bon déroulement des projets. Le nombre d’adhérents progresse lentement9 autour du noyau dur de l’association constitué d’une quinzaine de personnes particulièrement sensibles aux outils de fabrication numérique, à la mutualisation des compétences et au partage de moments de convivialité. Cette période, de 2010 à 2012, se caractérise par des allers-retours entre l’espace de réunion alloué par l’Université et l’atelier-cave.

13Les conditions d’exercice de l’activité sont loin d’être idéales : la recherche d’un autre lieu est une question lancinante et les explorations se poursuivent. Dans un premier temps, le lien entre les deux structures et leurs projets respectifs n’apparaît évident ni aux uns, ni aux autres, même après un premier contact initié par les fondatrices de la Serre. Le repérage d’un lieu par l’un des membres du noyau dur va néanmoins raviver la per­spective d’un partenariat.

III. “Le Multiple” ou l’engagement dans un espace commun

A. Le lieu comme tiers dans la relation

14A cette période, chaque entité est confrontée à la question des locaux qui permettraient le développement de ses activités. Et cette question est d’autant plus présente qu’au sein d’Artilect, Gustave, un artiste plasticien auquel un atelier fait défaut prend ce projet en main.

15En cherchant des informations, il apprend la vacance d’un local situé vers le quartier Saint Cyprien, occupé à ce moment là par une entreprise. Cet espace de 3000 m2 comprend un bâtiment avec une vitrine d’exposi­tion, un très vaste hangar et une grande cour. Les autres membres sont hésitants et/ou réticents en raison du volume du local, trop important, et du prix de location, supérieur aux moyens dont ils disposent. Une visite com­mune a cependant lieu début 2012. Sans toutefois faire tomber les objections concernant le volume et le prix de location, la pénurie de locaux dans le centre de Toulouse, l’accessibilité, l’emplacement, le potentiel des bâtis, vont amener les participants à se projeter différemment.

16Si le lieu ouvre des perspectives enthousiasmantes, il suppose également de réviser les ambitions à la hausse. En effet, pour envisager de s’y installer, les deux équipes doivent enrichir les activités initiales et articuler les visées et actions des deux structures. Par ailleurs, pour convaincre les partenaires, les institutions, les financeurs potentiels de la solidité du projet, elles doivent formaliser les dossiers et les insérer dans des calendriers précis et imposés.

  • 10  Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) regroupant plusieurs communes qui s'asso (...)

17Le contexte politique local est favorable au développement de projets innovants et alternatifs. En effet, la période 2008-2012 marque une rupture dans le paysage politique local : la Mairie de Toulouse et la communauté d’agglomération qui deviendra en juin 2012 “Toulouse Métropole”10 chan­gent de bord ; les édiles locaux nouvellement arrivés entendent marquer leurs différences d’options avec les municipalités précédentes et le nouveau maire qui incarne ce changement est lui-même personnellement sensible aux thèmes de l’innovation, de la culture scientifique et de l’écono­mie sociale et solidaire.

18Cette parenthèse politique est ainsi favorable aux porteurs du projet et ceux-ci vont s’attacher à reformuler et à étendre celui-ci pour optimiser les probabilités de le voir soutenu. C’est ainsi que sont implémentés une dimension partenariale avec des acteurs privés et le développement de liens avec les établissements d’enseignement supérieur. Le volet économie sociale et solidaire intègre plus fortement la prise en compte des implications économiques locales en ajoutant à la dimension des savoir-faire de proximité celle du soutien à la création d’entreprises.

  • 11  Une convention de mise à disposition est signée en octobre 2012. Elle prévoit, entre autre, la mis (...)
  • 12  Le “FabLab Toulouse Conference” avait pour vocation de réunir tous les Fab Labs français et des re (...)
  • 13  Au sens de le transformer en lieu mixte habitat/travail.

19Parallèlement, les négociations concernant l’affectation des locaux s’engagent entre “Toulouse Métropole”, le propriétaire et les deux structu­res. Le propriétaire ne désirant pas vendre les lieux, l’enjeu est pour les porteurs du projet de convaincre Toulouse Métropole de devenir locataire de l’ensemble, qui leur serait ensuite sous-loué. En juillet 2012, “Toulouse Métropole” signe le bail avec le propriétaire et donne à Artilect l’autorisa­tion11 d’utiliser les lieux pour la préparation du Fab Lab “Toulouse Conference”12 qui doit se tenir à l’automne dans le cadre de la Novela. Les locaux sont donc prêtés le temps de cette opération ponctuelle, mais les deux entités vont forcer la main des pouvoirs publics en décidant de rester dans les lieux. Cette occupation aurait pu déboucher sur des relations tendues, voire conflictuelles, entre “Le Multiple” et les pouvoirs publics. Toutefois, plusieurs éléments jouent en faveur d’une situation de transition avant une affectation pérenne des locaux. A l’engagement, pris dès le départ des pourparlers, de ne pas squatter les lieux13, mais au contraire de les valoriser, s’ajoutent les modalités selon lesquelles l’une et l’autre des structures vont asseoir leur crédibilité.

  • 14  Grâce à son label “Fab Lab” obtenu en 2010.

20Côté Fab Lab, Artilect met notamment en avant ses liens avec le MIT14 pour faire de l’expérience toulousaine la référence en Europe et en France. Cette position de 1erFab Lab de France lui permet de bénéficier de l’at­tention bienveillante de la communauté d’agglomération, plus favorable du point de vue urbanistique à cette installation qu’à l’ouverture d’un supermarché dans ces locaux. Artilect, jouant de l’audience que lui a déjà accordée “Toulouse Métropole” investit physiquement les lieux en y installant ses machines et ses premiers bureaux. Au-delà de la convention de mise à disposition, La Serre bénéficie dans le même temps de cette opportunité pour démarrer son installation.

21Pour La Serre, les activités poursuivies attestent également d’une volonté professionnelle. En novembre 2012, une réunion d’information à destination de tous ceux qui pourraient être intéressés à l’idée de partager cet espace est organisée : une quarantaine de participants sont là, enthousiastes et se déclarant prêts à se lancer dans l’aventure, y compris financière. En décembre, l’équipe conçoit le parcours “Savoir-faire, design et création” qui engage des boutiques du centre-ville dans une opération d’exposition-vente d’objets et de mobilier produits localement par de jeu­nes designers en collaboration avec des artisans. Ce parcours est complété par une exposition du Labo du Design à la Maison des Pyrénées, seconde action forte et communicationnelle portée par La Serre qui expose les créations résultant des relations suivies entre artisans et designers.

22Si l’installation dans un lieu résulte d’une première phase où les activités engagées par chacune des deux structures commencent à devenir visi­bles, y compris aux yeux du public, elle conforte en retour la crédibilité et la visibilité des acteurs, des actions et des structures. Cet ancrage est un palier déterminant autant pour les deux entités dans leurs spécificités que pour le développement du Multiple dans son ensemble.

23Un parallèle peut être fait ici avec certains travaux de l’École de Chicago, notamment ceux portant sur les gangs de cette ville. Thrasher (1963) montre en effet l’importance de l’appropriation d’un espace dans la construction d’une identité commune. Ces groupes occupent, s’approprient un espace, laissé libre par les mouvements urbains, un interstice entre deux blocs, et défendent cet espace en tant que symbole de leur identité vis-à-vis des autres, le lieu figurant souvent dans le nom du groupe qui devient les “jeunes du coin de la rue X”. Pour les gangs, c’est le conflit qui cristallise l’identité du groupe. Dans le cas présent, c’est l’appropriation du lieu, la bataille pour pouvoir le garder, qui contribuent à cristalliser l’existence du collectif “le Multiple”, qu’il n’est pas possible de réduire à un espace et qui devient une identité au sens d’Harrison White, en « cherchant des appuis pour le contrôle au sein du chaos, générant par là même du sens » (2011 :43).

  • 15  Programme dédié au développement de la culture scientifique et à l’égalité des chances avec 30 mil (...)
  • 16  Science Animation, association parapublique, est le Centre de Culture scientifique Technique et In (...)

24Artilect, désormais installé dans des locaux adaptés, peut ouvrir l’es­pace à un plus large public. La multiplication des adhérents ne se fait pas attendre et la logistique de l’accueil prend de plus en plus d’importance. L’utilisation intensive des machines pose bientôt des problèmes de maintenance qui sont résolus par une formule payante de machines en libre ser­vice. Le public devient pluriel, il est composé notamment de spécialistes en informatique et électronique, de bricoleurs, d’étudiants, d’artistes, de designers, d’inventeurs, de chômeurs, d’utilisateurs ponctuels. Le volet formation pour l’utilisation des machines et l’accompagnement des usagers dans leur projet s’intensifie. Le programme national “Inmédiats” (Innovation Médiation Territoires)15 porté par “Science Animation”16 à Toulouse va permettre de consolider cette dynamique par l’em­bauche d’un fabmanager, très investi en tant que bénévole depuis les débuts de l’aven­ture du Fab Lab. L’augmentation des adhésions conduit, dans la même logique, à salarier une bénévole déjà impliquée depuis plus d’un an sur des fonctions administratives. De nouveaux besoins apparaissent, entraînant d’autres investissements en équipement et le développement de nouvelles formations.

  • 17  Le coworking entendu comme un espace de travail partagé, mais aussi comme un réseau de travailleur (...)
  • 18  Label décerné par le ministère de l’économie sociale et solidaire, pour appuyer des projets incita (...)

25Pour La Serre, l’implantation dans ces locaux est également un moment décisif : par son volume, le lieu permet la conception d’un espace de co­working17 et l’organisation d’évènements ; les grandes vitrines rendent possible la mise en œuvre d’un show-room où les créations des designers et des artisans sont visibles depuis la rue. La qualité du lieu participe également à asseoir le dossier de La Serre pour un appel à projet national qui s’avère déterminant : choisie pour être un Pôle Territorial de Coopération Économique (PTCE)18, La Serre obtient un financement conséquent qui au­torise les cofondatrices à se salarier et à développer leurs activités. Elles peuvent consolider leur projet en proposant des formations, en accueillant des séminaires pour des entreprises, des associations ou des administrations, ou en organisant des évènements (speed-dating artisans-designers, expositions, vente aux enchères de productions design conçues et réalisées localement, etc.)

26“Le Multiple” résulte de la convergence d’un besoin, celui d’un local. Cet ancrage, synonyme de décollage des activités pour chacune des deux structures, inaugure également une nouvelle étape dans leur relation à travers la formalisation des liens et la dénomination du collectif. L’histoire de cette étape décisive montre que le lieu fonctionne comme un élément déclencheur et déterminant dans l’inflexion des projets respectifs des deux entités et dans la nature du projet commun qui va émerger. En effet, c’est la question d’un lieu à partager qui nourrit la collaboration, mais ce sont tout autant les caractéristiques mêmes de celui-ci qui vont conduire les participants à une reformulation des projets. Avec le temps, cet espace partagé permet des interactions et des échanges quotidiens et ritualisés. Le lieu apparaît comme “un tiers” dans la relation entre Artilect et La Serre, au sens où il interfère dans cette relation et la stabilise, donnant une nouvelle forme à l’interaction.

27En tant que centre de ressources partagées et lieu de création, “Le Multiple” se développe à la manière d’un écosystème global, favorisant l’é­mergence de projets collectifs : il devient un tiers-lieu complexe qui conti­nue à abriter deux structures, mais donne également naissance à des activités mixtes ou communes. C’est par exemple le cas de créations en design qui se construisent à partir des ressources et compétences spécifiques d’Artilect et de La Serre.

28Fin 2014 “Le Multiple” héberge les deux entreprises fondatrices qui emploient 9 salarié-e-s, mais aussi un certain nombre de structures associées à la Serre qui développent pour certaines des relations avec Artilect : Scool, Océan bleu, Alg&You, Friture, la Boite à design, etc. Les 30 associés du départ sont devenus 80. Artilect compte pour sa part plus de 700 adhérents. Au total, les observations indiquent qu’une cinquantaine de personnes s’investissent et fréquentent régulièrement “Le Multiple”.

B. “Le Multiple” au quotidien

29Le fonctionnement de cet écosystème est à mettre en lien avec le territoire de la ville sur lequel il est implanté. “Le Multiple” est installé dans ce qui était au départ une ancienne fabrique d’appareils de chauffage dont le propriétaire actuel était le fondateur : cette activité, qui a compté jus­qu’à une centaine de salariés, a laissé une grande halle métallique de 3000 m2 à laquelle est accolé un bâtiment comprenant, en rez-de-chaussée, un grand espace de plus de 600 m2, un show room de 160 m2 et au 1er étage une salle de réunion d’environ 50 m2 et un espace de bureaux. L’ensem­ble, implanté sur une grande parcelle incluant un parking, est entouré de bandes herbeuses sauvages. Situé à mi chemin entre deux stations de métro – Patte d’oie et Les Arènes – l’emplacement est calme, bordé d’un côté par un axe de circulation peu passant et de l’autre par une voie ferrée secondaire.

  • 19  Traditionnelles petites maisons en brique dont la façade donne sur la rue et comportant un jardin (...)

30L’environnement de cette ancienne fabrique reste résidentiel, même s’il a changé depuis quelques années : les “toulousaines”19 qui formaient l’es­sentiel du paysage ont cédé la place à des petits collectifs de 3 ou 4 étages. L’animation et les commerces commencent au métro “Patte d’oie” et aug­mentent en intensité – commerces, bars, restaurants avec une vie diurne et nocturne – en direction du quartier St Cyprien situé à quelques centaines de mètres.

31Dans l’autre direction, le quartier des Arènes présente à la fois des bar­res d’immeubles HLM et de petits collectifs de logements aidés, des logements étudiants jouxtant un habitat pavillonnaire des années 1950 à 1970 habité par des classes moyennes. Les lycées alentour comportent notamment des sections artistiques : arts appliqués et cinéma-audiovisuel pour le lycée des Arènes, design pour le lycée Déodat de Séverac, préparation au diplôme supérieur d’arts appliqués pour le lycée Rive Gauche. L’univer­sité de sciences humaines et sociales avec sa filière “Art”, tout comme l’École d’Architecture sont accessibles par la même ligne de métro à quelques stations de là. Les observations conduites au “Multiple” révèlent l’importante présence d’étudiants et de lycéens en provenance de ces formations, qui utilisent les machines en libre-service du fab lab. La proximité des lieux de formation semble ainsi favoriser la fréquentation de ce dernier.

32Un visiteur arrivant au Multiple découvre tout d’abord sa vitrine intrigante qui a longtemps exposé une des premières imprimantes 3D à côté d’œuvres d’art éphémères et de quelques objets produits par des designers. Rien ne laisse deviner l’ampleur de la halle cachée derrière le show-room et les habitations. Il faut contourner les baies vitrées qui exposent les différentes créations et chercher l’entrée du côté du parking, en longeant l’es­pace caractérisé par d’amples ilots de bureaux en open-space. Non loin de cette entrée, un Food-truck bio et équitable s’installe le mardi midi.

33Depuis le seuil de l’entrée vitrée, le regard balaie à droite et à gauche un très grand espace sans cloisons, dont la structure n’a pas été modifiée depuis l’origine. En face, un grand tableau vert d’école indique par des flè­ches les activités ou les réunions. Un meuble en bois, à gauche de la porte d’entrée, propose des flyers sur les activités d’Artilect, de la Serre et des différentes entreprises présentes dans les lieux ainsi que sur d’autres structures proches ou associées.

34A droite de la porte d’entrée, l’espace Artilect : une grande salle est occupée par des tables sur lesquelles sont posés des ordinateurs, des scanners, des imprimantes 3D, une découpe laser, des établis et leurs casiers à matériel en plus d’objets réalisés sur place. L’espace n’est jamais vide, sauf tôt le matin. A l’entrée, les permanents d’Artilect se sont un peu isolés de l’accueil par des panneaux de bois découpés sur place. Les animateurs circulent entre le pôle des ordinateurs, celui des imprimantes 3D ou celui des deux grandes découpes laser. Les usagers travaillent par groupe de deux ou trois, voire plus à certains moments. Au fond de la salle se trouve le Bio Fab Lab, identifiable par ses éprouvettes où poussent des plantes éclairées par une lumière artificielle. Derrière la porte du fond, on entre dans l’atelier bois, avec ses établis, la scie circulaire et la fraiseuse numérique conçue et fabriquée sur place. A droite se trouve la halle dont la hauteur de plafond est impressionnante. Souvent occupée par des projets volumineux en cours, elle sert de façon saisonnière à abriter l’activité d’associations qui fabriquent les chars du carnaval.

35A gauche de la porte d’entrée se trouve l’espace coworking. Il a été réa­ménagé plusieurs fois, les personnes présentes travaillent seules ou à plusieurs, mais l’ambiance y est studieuse et peu de paroles sont échangées. Les ordinateurs portables forment l’équipement de base du coworker, certains occupant des emplacements qui leur sont dédiés, d’autres installés sur les bureaux encore disponibles. S’y trouve également la seule pièce cloisonnée de tout le rez-de-chaussée ; enviée pour son chauffage et son air climatisé, elle a longtemps accueilli le bureau des fondatrices qui en ont finalement fait une petite salle de réunion pour tous. A cet unique bureau fermé est accolée une micro salle de réunion créée par la Serre, matérialisée par des cloisons en bois.

36L’espace coworking ouvre côté rue sur un autre volume : une vaste salle éclairée par de grandes baies vitrées qui donnent sur la rue. C’est le show room dont la partie centrale accueille les groupes qui doivent échanger et qui est occasionnellement louée.

37Le show room est le cœur du “Multiple” : s’y déroulent les évènements (Atmosphères de Noël au “Multiple” – expo-vente et ateliers DIY), les moments ritualisés (soirées Présentation-Projets d’Artilect, Pauses Déj de la Serre), les temps forts (les AG, les réunions de travail avec les partenai­res). Au fil de toutes ces activités, l’aménagement évolue. C’est également dans cette partie que se situent le coin cuisine, l’espace repas, les toilettes communes à tous. La cuisine est sommaire : micro-ondes, buffet réhabilité, cafetière qui fuit, bouilloire et réfrigérateur. Une table rassemble parfois des personnes ayant décidé de manger ensemble.

38Le rythme est donné par les événements organisés et par les projets communs qui vont mettre autour d’une même table des participants des différentes structures amenés à trouver des solutions à des problèmes com­plexes. C’est par exemple le cas des réunions qui ont concerné la pérennité de la présence au “Multiple”, le cas encore des appels d’offre ou des moments consacrés à l’organisation de manifestations telles qu’ “Atmosphères de Noël au Multiple” ou le “Fab Lab festival”. Ces moments engendrent des interactions croisées entre des personnes qui ne partagent plus seulement un espace mais qui produisent cet espace comme réseau « collaboratif-contributif » (Burret, 2015 :171). Nous prendrons ici l’exem­ple d’un moment particulier pour raconter le tissage des relations à l’inté­rieur du Multiple.

IV. Vers la structuration d’activités communes : le projet “Trophée”

39L’articulation entre les compétences d’Artilect et de la Serre s’est également matérialisée au cours d’une action qui nous paraît particulièrement bien illustrer l’une des premières réalisations intégrant les différentes composantes du “Multiple” : le projet “Trophée”.

40A l’origine de cette opération, une agence de communication est chargée de valoriser les mécènes ayant financé la réhabilitation d’un espace emblématique de la région : la replantation d’arbres autour d’un monument historique. Cette agence confie à la Serre l’organisation de réunions créatives pour valoriser ce mécénat, que ce soit par des événements ou par un trophée à remettre à chacun des mécènes. Les temporalités propres aux mécènes précipitent les évènements et la nécessité de produire dans l’ur­gence un trophée accélère la procédure. La Serre diffuse alors un appel dans son réseau.

41Deux designers, Mélanie et Arthur, sont choisis par le commanditaire pour travailler ensemble sur le projet. Mélanie a intégré la Serre pour se construire un réseau d’échanges et de partage d’expériences ainsi que des contacts professionnels. Elle avait déjà fait appel aux compétences de Théo pour la réalisation de prototypes d’objets. Celui-ci, designer-produit, salarié du fab lab, a fait des études de design et de conception numérique, au cours desquelles il a rencontré le fabmanager et fait un stage avec Arthur, sélectionné pour le projet. Théo, à l’articulation des deux structures qui composent “Le Multiple”, la Serre et Artilect, appartient à ces deux mondes dont il possède les codes et les langages.

42Après quelques semaines d’échanges entre les designers, trois propositions sont faites. L’agence de communication et les deux principaux mécè­nes choisissent un des croquis : ce sera la graine, symbole de la projection dans le futur de l’acte de plantation. A cette étape, “Le Multiple” fonctionne comme un lieu d’échanges, de réunions et comme un portail permettant l’accès à un réseau de professionnels qui circulent à La Serre et à Artilect.

43L’urgence imposée par le commanditaire concerne aussi la réalisation qui, de ce fait, se fera au fab lab. Des compétences spécifiques sont nécessaires : Clément, informaticien à la retraite est un adhérent très présent au fab lab. Spécialiste de la fraiseuse numérique et du bois, maitrisant également les imprimantes 3D, il est devenu responsable de l’atelier qui abrite la fraiseuse non accessible au grand public et située dans l’espace transitoire entre la salle visible du fab lab et la halle. Les séances de découpe associent Clément, Théo et alternativement les deux designers au fab lab autour de la machine. Pour le socle, ce sont des ébénistes du réseau d’Arti­lect qui sont sollicités, mais il s’avère finalement qu’ils sont également adhérents de la Serre. Le montage et le vernissage du trophée ont lieu dans l’atelier de l’un des designers, après validation sur place par la représentante du commanditaire. Cette articulation de compétences et la rapidité de mise en œuvre permise par la localisation sur place de spécialistes dans des domaines très différents rencontrent un écho très positif. C’est ainsi que La Serre conçoit l’idée de proposer à la Chambre de commerce et d’industrie une prestation complète du “Multiple”, intégrant à la demande les compétences des autres structures et des personnes hébergées dans les lieux.

44Le déroulement de ce projet permet de mieux comprendre la dynamique à l’œuvre au “Multiple” : ce qui était essentiellement la réponse à une demande – animer des séances de créativité – va se transformer en objet conçu, réalisé et fabriqué sur place et faisant intervenir les professionnels des deux structures. Ce qui impliquait au départ une seule des deux structures – La Serre –, va se transformer en prestation complète et payante proposée par l’ensemble “Le Multiple”. De la colocation, les protagonistes passent à une vie partagée qui fait naître des projets communs répondant à la nécessité de pérenniser le financement du lieu. Le lieu devient alors le catalyseur d’une dynamique économique pour l’ensemble des structures.

  • 20  Confer l’appel à projet “Aide au développement des ateliers de fabrication numériques” (2013) http (...)

45Côté fab lab, cette nécessité financière pèse dans la balance quand il s’agit d’envisager le montage d’une nouvelle structure, Artilect Lab. Éma­nation d’Artilect association et créée en octobre 2014, elle correspond d’une part à une injonction de la puissance publique qui entend voir se transformer ces alternatives en activités économiquement viables20 et d’au­tre part, à la montée en nombre des sollicitations de professionnels souhaitant “faire faire” et non faire eux-mêmes au fab lab. Par ailleurs, les mem­bres d’Artilect ont été victimes de leur succès, la montée des sollicitations les a parfois amenés à facturer l’accompagnement de projet pour justifier l’investissement en temps des fabmanagers et structurer leurs activités. Artilect reste aussi un endroit où certains professionnels viennent accroître ou affiner leurs compétences dans l’objectif éventuel de les rentabiliser plus tard.

46Cette dynamique porte actuellement “Le Multiple”, elle est également rendue possible par l’imbrication des différentes parties dans les milieux professionnels auxquels elles appartiennent. Ainsi, les membres d’Artilect sont issus des universités, du milieu de la recherche, de l’industrie, du milieu de l’artisanat ou des technologies innovantes. Les fondatrices de La Serre, en raison de leur passé professionnel respectif, sont en prise directe avec les mondes des designers, de la communication et de la création d’entreprise de l’économie sociale et solidaire. Les entreprises hébergées sont toutes portées par des professionnels gardant des liens avec leur univers d’origine, comme c’est le cas dans la plupart des entreprises innovan­tes (Chauvac/Comet, 2015).

V. Conclusion

47Les différentes étapes de ces histoires spécifiques à chacune des structures – Artilect et La Serre –, devenues histoire commune – “Le Multiple” – révèlent l’importance du rôle joué par le lieu accueillant les activités qui y sont organisées. En effet, dans un premier temps, le besoin d’un espace est à l’origine de l’association des deux projets, mais les caractéristiques propres du local conduisent les protagonistes à un projet plus ample : le lieu, d’abord prétexte à association, devient ensuite catalyseur d’un développement commun. L’approche interactionniste apparaît dès lors pertinente pour spécifier l’engagement des acteurs dans le réseau de coopération et leur contribution à l’action collective qui fait émerger “Le Multiple”. Dans le parcours séquentiel et thématique, chaque activité est aussi analysée à travers les relations d’interdépendance des acteurs.

48Le lieu s’avère porteur : plus qu’un simple espace, il est à la fois une ressource et une contrainte (Grossetti, 2010). Ressource quand il s’agit pour ces deux jeunes associations d’exister aux yeux des partenaires et d’asseoir le sérieux des demandes de soutien puisque le lieu, avec ses caractéristiques spécifiques, justifie à la fois l’obtention du PTCE pour la Serre et le financement qu’Artilect reçoit du Ministère du Redressement Productif. Ressource qui permet aux entités de se développer grâce à un espace favorisant l’accueil d’un public toujours plus large. Ressource enfin puisqu’il enclenche une synergie qui se manifeste par l’émergence de productions communes. Contrainte car, en favorisant le déploiement de nouveaux périmètres d’action, il contribue à engager “Le Multiple” vers la recherche de nouveaux modes de financement dans des activités économi­ques pérennes de nature à couvrir les charges qui lui sont liées. Contrainte aussi dans la mesure où il n’est pas sans lien avec la professionnalisation qui questionne la structuration des activités et la forme juridique initiale.

49A travers le cas que nous avons étudié, nous avons montré que la production du lien entre les participants ne tient pas à la simple coprésence dans un espace partagé. Il n’y a guère, à proprement parler, “d’effet cafétéria”. Le lieu cristallise l’action collective autour d’un enjeu fort : celui de s’approprier un espace urbain interstitiel pour en faire un lieu à soi. L’action collective se construit au cours de séquences d’action en trois temps : rencontre, engagement, structuration. Fruit des interactions entre individus, les coopérations successives naissent, s’élargissent et se systématisent. Un collectif émerge alors, qui produit progressivement une identité commune, un “nous” auquel les participants s’identifient et par lequel ils se distinguent des alter. Cette identité commune peut être instrumentalisée à certains moments, notamment lorsqu’il s’agit de se présenter aux institutions ; pour autant, elle devient progressivement une façon de se penser comme une entité. L’émergence de cette identité est également consubstantielle au processus d’appropriation d’un espace qui, par ses aménagements intérieurs successifs, devient ainsi un lieu. Comme le mon­tre Barbara Panvini (2004), ce glissement est important car à travers lui s’opère l’émergence d’un support de l’expression de l’identité d’un groupe.

50Dans la temporalité du “Multiple” dont rend compte cet article, le lieu est central, mais non exclusif. D’autres facteurs conduisent à déplacer le regard sur les logiques d’action des différents types d’acteurs dans l’his­toire du “Multiple” et dans les inflexions qui s’annoncent. Pour les institutions, c’est bien l’espoir de création de richesses collectives qui pousse au soutien de ces jeunes structures ayant investi un lieu au dessus de leurs moyens. Le succès, matérialisé par une fréquentation importante de personnes de tous âges, et porté par un contexte – international, national et local – favorable à des pistes nouvelles et considérées comme porteuses, encourage les élus à investir dans ce qui apparaît comme une alternative vertueuse, tant du point de vue des options politico-philosophiques qui les sous-tendent que du point de vue des perspectives économiques attendues. Les fondateurs et fondatrices du “Multiple” ont conscience de cette conjoncture favorable et savent en profiter. Ainsi, l’argument du PTCE sera utilisé par La Serre pour convaincre la mairie de signer la convention et, inversement, l’argument de la convention sera utilisé dans le dossier du PTCE pour asseoir la candidature de La Serre. Dans ce jeu, les instances de soutien ne sont ni dupes ni naïves ; ce qu’elles évaluent n’est pas seule­ment le projet, c’est également la capacité de ces petites structures à convaincre des partenaires de les suivre. Mais pour chacune des parties, ce qui est en jeu est justement le fait d’être de la partie, de faire partie de ce qui se joue ici, quand bien même il s’agit d’un pari sur l’avenir dont personne ne sait encore ce qu’il donnera.

51Qu’il s’agisse de Fab Labs ou d’associations de l’économie sociale et solidaire, de telles expériences sont l’expression de la quête d’alternatives – sociétales, économiques, organisationnelles – où la rencontre de compétences, de disciplines, de profils différents est conçue comme une riches­se ; elles sont aussi l’expression d’une préoccupation pour les territoires sur lesquels ces collectifs sont implantés. Ces tiers-lieux abritent des profils personnels très variés selon leurs domaines professionnels et leur histoire, mais ils rassemblent des bénévoles et participants d’âges et d’hori­zons divers, ainsi que de nouvelles générations cherchant à construire un parcours professionnel. Espaces collectifs d’expérimentation sociale, les tiers-lieux se rapprochent des nouveaux territoires de l’art identifiés dans les années 1980 (Lextrait, 2001). A l’instar des friches artistiques et culturelles, leurs initiatives les positionnent comme force de proposition et les pouvoirs publics veillent à les intégrer dans leurs politiques comme des agents de développement économique et urbain (Henry, 2010). Les tiers-lieux présentent cependant la particularité d’éveiller depuis peu l’attention de grandes entreprises en raison des innovations qu’ils nourrissent. Conscients de l’intérêt qu’ils suscitent et, confrontés à la pérennisation d’activi­tés encore fragiles, l’enjeu est pour eux d’échapper au risque d’une structuration qui les éloignerait de leur perspective de départ.

Haut de page

Bibliographie

Anderson C.,
2012 Maker : la nouvelle révolution industrielle, Clermont-Ferrand, Pearson.

Azam M.,
1998 Parcours d’artistes ou le talent en question : La reconnaissance et l’artiste en Midi-Pyrénées, Thèse de sociologie, Université Toulouse Le Mirail.

Becker H. S.,
1988 Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M.,
2010 Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, Éd. La Découverte.

Bidart C.,
2006 “Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques”, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 120, n° 1, pp. 29-57.

Blumer H.,
1969 Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Bosqué C., Noor O., Ricard L.,
2015 Fablabs, etc. Les nouveaux lieux de fabrication numérique, Paris, Eyrolles.

Burret A.,
2015 Tiers Lieux et plus si affinités, Limoges, Editions FYP.

Chauvac N., Comet C.,
2015 “Réseaux sociaux”, in Chauvin P-M., Grossetti M., Zalio P-P., Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Presses de Science Po, pp. 490-507.

Denave S.,
2014 Reconstruire sa vie professionnelle : Sociologie des bifurcations biographiques, Paris, PUF.

Eychenne F.,
2012 FabLab : l’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle, Limoges, Éditions FYP.

Garnier C.,
2014 FabLabs : de la cohabitation à la coopération. Etude d’Artilect, FabLab Toulousain, mémoire de Master, Université Toulouse Jean Jaurès.

Grafmeyer Y., Joseph I.,
2004 L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion.

Grossetti M.,
2010 “Réseaux sociaux et ressources de médiation”, in Liquète V., Médiations, Paris, CNRS éditions, pp. 103-120.

Henry P.,
2010 Quel devenir pour les friches culturelles en France ? D’une conception culturelle des pratiques artistiques à des centres artistiques territorialisés, Rapport de recherche menée dans le cadre du projet CPER 2008-2009 Haute Normandie.

Lallement M.,
2015 L’âge du faire : hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil.

Lextrait F.,
2001 Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires… Une nouvelle époque de l’action culturelle, Rapport à la commande du secrétaire d’Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle.

Oldenburg R.,
1989 The Great Good Place : Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community, Cambridge, Da Capo Press.

Panvini B.,
2004 “L’invention de l’espace comme l’expression de l’identité collective : l’exemple du squat de la Grange-aux-Belles”, Culture & Musées, vol. 4, n° 1, pp. 75-91.

Thrasher F. M.,
1963 The Gang : a Study of 1,313 Gangs in Chicago, Chicago, University of Chicago Press.

White H. C.,
2011 Identité et contrôle : une théorie de l’émergence des formations sociales (M. Grossetti & F. Godart, Trad.), Paris, Éditions de l’EHESS (édition originale publiée en 2008).

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Un des premiers Fab Lab de France, Artilect, a été créé à Toulouse en 2010. En 2012, cette petite communauté s’allie avec une association de développement d’initiatives et d’entreprises économiques et solidaires, La Serre. D’abord indépendantes, ces deux en­tités, proches du point de vue de leur ancrage philosophique et politique, ont renforcé en 2012 leurs convergences dans une localisation et une nomination communes : Le Multiple, situé dans un quartier actuellement en voie de gentrification. Ce tiers-lieu spécifique a été pensé par les initiateurs comme un espace d’échange et de partage d’expériences, fluide et ouvert, devant favoriser la fécondation de projets au croisement des innovations technologiques et sociales, devant également s’inscrire dans une dyna­mique urbaine plus large et participer à l’affirmation d’un modèle économique alternatif.

Cet article s’intéresse à l’émergence de ce tiers-lieu et à son histoire racontée ici en trois temps : la rencontre entre deux “mondes” – un fab lab et un projet de l’économie sociale et solidaire –, l’engagement dans un espace commun et la structuration d’acti­vités et de projets collectifs.

Basée sur des entretiens et des observations in situ, notre analyse est centrée sur les in­teractions qui fondent l’action collective. Située dans le courant interactionniste, notre démarche rend compte du rôle-clef joué par le lieu, tantôt prétexte, tantôt moteur, tantôt catalyseur, qui, à la faveur d’événements créant des inflexions fortes et des irréversibilités potentielles, engage les différents participants sur des voies qu’ils n’avaient pas forcément prévues. Mais l’existence de ce lieu qui leur appartient est aussi le moteur de l’engagement des participants qui y trouvent un espace à eux, à mi chemin entre le domicile et le lieu de travail, lieu d’échanges professionnels et de réalisation des possibles.

L’article proposé s’inscrit dans le cadre d’une recherche plus ample et déjà entamée, qui vise à saisir sur 3 ans la dynamique du collectif ainsi constitué. Il présente la naissance et la construction du Multiple jusqu’à la fin de l’année 2014 et son inscription dans des réseaux extérieurs. L’analyse par projets permet de comprendre comment les représentations des participants, leurs modes de fonctionnement, leurs modes de travail se nourrissent mutuellement, se confrontent, s’articulent ; comment les projets qui naissent en ce lieu s’insèrent dans un périmètre plus large : le réseau des alternatives et ins­titutions locales et nationales, le réseau international des Fab Labs et, plus largement, des structures s’inscrivant dans le mouvement alternatif.

Cette analyse permet de faire un parallèle avec d’autres collectifs comme les friches artistiques, lieux d’expérimentation artistique et sociale, dont l’existence est plus ancienne. Ces nouveaux territoires de l’art, analysés par Fabrice Lextrait dans son rapport en 2001-2002, ont été confrontés à des enjeux similaires et ont connu des évolutions à rapprocher de celles se profilant actuellement pour les Fab Labs et les tiers lieux.

Structured summary

One of the first Fab Labs in France, Artilect, was created in Toulouse in 2010. In 2012, this small community allied itself with an association for the development of ini­tiatives and economic and solidary enterprises, La Serre/the Greenhouse. Initially independent, these two entities, close from the point of view of their philosophical and political anchorage, in 2012 reinforced their convergences with a common location and name: Le Multiple, located in a district currently in the process of gentrification. This particular third space was envisaged by the initiators as a space for an exchange and sharing of experiences, fluid and open, intended to support the fecundation of projects at the crossroads of technological and social innovations, also intended to integrate itself into a broader urban dynamic and to participate in the affirmation of an alternative economic model.

This article focuses its attention on the emergence of this third space and its story, told here in three stages: the encounter between two “worlds” – a fab lab and a project fos­tering social and solidary economy, engagement in a common space, and the structuring of activities and group projects.

Based on interviews and in situ observations, our analysis is centred on the interactions founding their collective action. Situated in the inter-actionist current, our procedure takes the key-role played by the space into account, sometimes a pretext, someti­mes a motor, sometimes a catalyst, which, given events creating major reorientations and potential irreversibilities, engaged the various participants in ways they had not necessarily foreseen. But the existence of this space – belonging to them – is also the motor of the participants’ engagement, finding there a space of their own, halfway bet­ween their home and workplace, space for professional exchanges and the realization of possibilities.

The article proposed falls within the scope of a broader research project, already begun, which seeks to grasp the dynamics of the group as constituted – over a 3 year pe­riod. It presents the birth and construction of Le Multiple until the end of 2014, as well as its insertion into external networks. Our by project analysis allows us to understand how the participants’ representations, as well as their functioning and working methods, nourish one another – both in confrontation and mutual expression; how the projects born in this space fit into the broader perimeter: the network of alternatives and local and national institutions, the international network of FabLabs and, more broadly, structures forming part of the alternative movement.

This analysis allows us to establish a parallel with other collectives like artistic autonomous zones, places of artistic and social experimentation, whose existence goes back further. Analysed by Fabrice Lextrait in his report in 2001-2002, these new territories of art were confronted with similar issues and experienced evolutions comparable to those in store for the FabLabs and third spaces.

Haut de page

Notes

1  Celui-ci observe la conséquence des politiques d’urbanisation mises en place aux états-Unis avec les gigantesques banlieues résidentielles construites aux abords des villes et décrit ni plus ni moins que les caractéristiques sociales des tavernes, bistrots et autres débits de boissons.

2  Yoann Duriaux et Antoine Burret, URL : http://movilab.org/index.php?title=Le_manifeste_des_Tiers_Lieux#le_manifeste_des_tiers-lieux.

3  La Serre est une structure de développement d'initiatives et d'entreprises économiques et solidaires. Un processus de changement de nom est en cours au moment de notre enquête.

4  Les prénoms ont été modifiés de façon à respecter la volonté de certains enquêtés.

5  «On s'est dit qu'il manquait un lieu créatif, alternatif, mais aussi professionnel sur Toulouse et qui soit aussi responsable en termes de bâtiment. On voulait mettre en avant des savoir-faire locaux» [Armelle, 27 octobre 2014].

6  Fonds Social Européen (FSE) qui accompagne les régions dans le soutien aux micro-projets associatifs.

7  Cette bonne connaissance du tissu institutionnel est à rapprocher de ce qu’une précédente recherche sur les artistes plasticiens avait déjà pointé : les artistes qui émergent dans le monde de l’art contemporain sont aussi parmi ceux dont la formation est la plus longue et qui connaissent le mieux les institutions nationales et locales (Azam M., 1998).

8  Festival mêlant événements artistiques et scientifiques, créé en 2009, La Novela est portée par la ville de Toulouse pour promouvoir la culture scientifique.

9  L’association compte 50 adhérents en 2012.

10  Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) regroupant plusieurs communes qui s'associent au sein d'un espace de solidarité, pour élaborer et conduire ensemble un projet commun de développement urbain et d'aménagement de leur territoire.

11  Une convention de mise à disposition est signée en octobre 2012. Elle prévoit, entre autre, la mise à disposition de 351m2 pour le FabLab et de 277m2 communs aux deux structures (Garnier C., 2014, p.54).

12  Le “FabLab Toulouse Conference” avait pour vocation de réunir tous les Fab Labs français et des représentants makers du monde entier.

13  Au sens de le transformer en lieu mixte habitat/travail.

14  Grâce à son label “Fab Lab” obtenu en 2010.

15  Programme dédié au développement de la culture scientifique et à l’égalité des chances avec 30 millions d’euros investis sur 5 ans.

16  Science Animation, association parapublique, est le Centre de Culture scientifique Technique et Industrielle de Midi-Pyrénées. Il est labellisé “Science et Culture, Innovation” par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche depuis 2008.

17  Le coworking entendu comme un espace de travail partagé, mais aussi comme un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture.

18  Label décerné par le ministère de l’économie sociale et solidaire, pour appuyer des projets incitant à la création d’activités dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, en référence aux pôles de compétitivité.

19  Traditionnelles petites maisons en brique dont la façade donne sur la rue et comportant un jardin à l’arrière.

20  Confer l’appel à projet “Aide au développement des ateliers de fabrication numériques” (2013) http://www.entreprises.gouv.fr/secteurs-professionnels/aide-au-developpement-des-ateliers-fabrication-numerique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Azam, Nathalie Chauvac et Laurence Cloutier, « Quand un tiers-lieu devient multiple. Chronique d’une hybridation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 87-104.

Référence électronique

Martine Azam, Nathalie Chauvac et Laurence Cloutier, « Quand un tiers-lieu devient multiple. Chronique d’une hybridation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/1535 ; DOI : 10.4000/rsa.1535

Haut de page

Auteurs

Martine Azam

Laboratoire LISST-CERS de l’Université Toulouse Jean Jaurès & Scool.

Nathalie Chauvac

Laboratoire LISST-CERS de l’Université Toulouse Jean Jaurès & Scool.

Laurence Cloutier

Laboratoire LISST-CERS de l’Université Toulouse Jean Jaurès & Scool.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org