Navigation – Plan du site

Entretien avec Michel Bauwens

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement
p. 105-110

Texte intégral

I. Note liminaire

1 A l’issue de ce dossier où nous espérons avoir rendu visible l’enchevê­trement des enjeux intellectuels et politiques soulevés par les pratiques makers, en particulier autour de la création de lieux physiques de production collaborative, il nous a paru utile de donner la parole à un acteur du mouvement peer to peer qui se situe précisément à l’interface entre une réflexion analytique sur les pratiques observables et un engagement politi­que pour contribuer à imaginer de nouvelles institutions capables de soute­nir et de réguler ces pratiques. Créateur de la Fondation pour les alternati­ves P2P, Michel Bauwens est en effet un militant et un penseur des systè­mes peer to peer. Auteur et conférencier, il vit actuellement en Thaïlande où il enseigne l’anthropologie à l’université Dhurakij Pundit. Il a été chargé récemment d’une mission auprès du gouvernement équatorien afin de favoriser la transition vers une société de la connaissance dans le cadre du projet FLOK (Free Libre and Open Knowledge) Society. L’entretien qui suit aborde successivement la trajectoire qui a conduit Michel Bauwens à devenir un théoricien du P2P, la vision politique de l’auteur sur l’évolution des régimes de propriété, le regard qu’il porte sur les enjeux propres aux pratiques du monde maker et enfin les pistes qu’il entrevoit pour une transformation des institutions.

II. Entretien

- Quelles sont les principales étapes de votre parcours (formation, expériences professionnelles, rencontres, etc.) qui vous ont amené à devenir un théoricien du peer to peer ?

J'ai une formation en sciences politiques et relations internationales, mais après neuf ans comme bibliothécaire et chercheur pour la United Sta­tes Information Agency, j'ai surtout travaillé pour des entreprises privées, pour British Petroleum, pour Belgacom, le principal opérateur en télécom­munications en Belgique, ainsi que deux start-ups que j'ai créées dans les années quatre-vingt-dix. Mon expérience professionnelle est surtout dans le management de l'information et de la connaissance, dans les stratégies d'entreprises, dans le marketing par internet. J'ai aussi édité une revue de culture digitale et coproduit un documentaire de presque trois heures sur la “métaphysique de la technologie”. Un point commun à ces différentes activités était quand même une capacité de “veille”, d’analyser les tendances susceptibles d’affecter les activités des institutions dans lesquelles je travaillais.

Plusieurs étapes ont été nécessaires pour m'amener à cet intérêt grandissant pour le peer to peer. En premier lieu, la découverte de l'internet dans les années 1990-1993. Dès le début, j'ai compris, ou cru, que la capacité de mettre des cerveaux humains en contact en temps réel et à un niveau global, allait changer la société, pour le meilleur ou pour le pire, comme l'avait été l'invention, si importante, de l'imprimerie au 15ème siècle. Puis en 2001, alors que j'étais entrepreneur “internet”, j'ai expérimenté la gran­de bulle et sa chute, et j’ai observé un phénomène remarquable : l'innovation s'accélérait même quand le capital privé se retirait massivement. Cet épisode m'a ouvert les yeux sur le rôle primordial de la société civile. Finalement, les problèmes liés à la crise écologique et à la croissance des inégalités m'ont poussé à chercher quels étaient les leviers du changement aujourd'hui. Après deux années sabbatiques et des lectures intenses sur les transitions sociétales dans le passé, je suis arrivé à la conclusion que l'avènement des réseaux peer to peer, moteur d’un changement de mode de production, était ce levier. Je ne suis certainement pas techno-déterminis­te, mais je crois que l'avènement du peer to peer ne consiste pas seulement dans une infrastructure généralisée, mais génère aussi une nouvelle subjectivité et un mode relationnel qui deviennent de plus en plus dominant.

- Comment vous définiriez vous aujourd’hui, du point de vue de l’expertise qui est la vôtre ? Et à quel public vous adressez-vous en priorité à travers vos écrits (articles, ouvrages, etc.) ?

Je m'adresse rarement directement au grand public, mais plutôt à tous les gens, avec quand même un niveau d'éducation de base – disons deux ans d'études universitaires – qui souhaitent voir du changement social. Ma vision est tout d'abord une vision “stratégique”, basée sur la longue durée des changements sociaux, et sur le rôle clef du mode de production et de son agencement. Je me suis d'abord centré sur les changements sociétaux, puis sur les modèles économiques (aussi micro-économiques, c’est-à-dire les modèles d’affaire émergents), et maintenant de plus en plus, sur les as­pects politiques. Je suis passé d'un rôle d'observateur et de curateur, à un rôle de catalyseur, mais de plus en plus, je fais mes propres interventions. Mes préoccupations centrales sont aujourd’hui triples : 

1) Comment peut-on créer un mode de production, et donc un écosystème organique, centré autour de la création des “communs”, dont les contributeurs peuvent effectivement vivre ? Je parle ici d'une “licence à réciprocité renforcée”, et d'un “coopérativisme ouvert” (c’est-à-dire des coopératives qui coproduisent du “commun”).

2) Comment créer une politique du “commun” ? Après la création d'un programme de “transition vers une société et une économie des ‘communs’ ” en Équateur, nous avons lancé le site commonstransition.org pour rassembler ce type d'efforts dans le monde entier. En France nous travaillons avec le Réseau Francophone des Communs ; nous avons déjà fait des séances de travail en Grèce et nous allons bientôt en organiser en Catalogne. 

3) Comment créer, au niveau de la production, des modalités “libres, dura­bles et solidaires” ? Nous ne sommes pas ici dans les problèmes de revenu, mais dans la vraie production “physique”, c’est-à-dire l'économie circulaire, etc.

Donc vous voyez que nous cherchons à présent plutôt les convergences avec le monde et les pratiques coopératives, avec les forces sociales qui œuvrent pour la durabilité, etc.

- Il existe aujourd’hui un débat nourri autour de la notion de “communs”. En quoi le peer to peer pourrait-il nous aider à repenser les régimes de propriété ?

Les modalités de production de pair à pair ont surtout introduit un nouveau régime de licence centré sur la constitution de véritables “communs” de connaissance : les licences copyleft, qui permettent l'usage, mais obligent à partager les améliorations et les changements dans le pot commun, et les licences de partage plus individuel, comme les Creative Commons, qui laissent la souveraineté aux auteurs individuels de permettre les usages participatifs et d’en définir le degré. On n'est ni dans un régime collectiviste, où la hiérarchie (rarement la démocratie) du collectif détermine les usages, ni dans la propriété souveraine et absolue d'un individu. Le succès de ces “communs” immatériels a fait renaître un intérêt pour les “communs” physiques traditionnels.

Un deuxième aspect est que ces “communs” font naître des économies autour d’eux, et posent des problèmes d’équité, c’est-à-dire une critique des pratiques propriétaires trop “extractives”. Pensez à Facebook, qui ne reverse rien aux utilisateurs qui, in fine, créent la valeur de la plateforme. Il y a donc aussi du renouveau dans les formes de propriété coopérative, c’est-à-dire pour les entités commerciales qui travaillent autour du commun. Ici une innovation intéressante est le modèle fair shares, qui donne aussi un quart des actions aux usagers.

Dans la fondation P2P, nous proposons une licence à réciprocité renforcée, qui demande explicitement une contribution à tous ceux qui utilisent le “commun”. Notre motivation est de créer des coalitions d'entrepreneurs éthiques autour des “communs”. Cette proposition de licence copyfair a été retenue récemment dans le programme électoral de Syriza. Nous croy­ons qu’elle sera très appropriée pour les réseaux d’économie sociale, coopérative et solidaire.

- Estimez-vous que les formes d’articulation entre le régime du peer to peer et les autres modes de régulation économique ont évolué ces dernières années, et si oui, en quel sens ?

Pas vraiment, et c'est bien le problème. D'un coté il y a les formes extractives de propriété, c’est-à-dire les plateformes comme Uber et AirBNB. Bien qu'elles offrent des services intéressants et importants, leur force de frappe vient de pratiques qui externalisent les investissements et les risques vers leurs usagers et leur force de travail. Pensez aux hôtels et aux chauffeurs de taxi qui doivent entrer en concurrence avec des services qui ne créent pas leur propre infrastructure, pensez au manque de droit sociaux de ses travailleurs “à la pièce” qui vivent de cette économie soi-disant “de partage”. Cette forme de parasitisme social est sous-régulée. D'un autre côté, toutes les infrastructures de support de l'économie des “communs” vont dans le sens des modèles néolibéraux. Il est très facile de faire une startup, on est encadré et soutenu, mais bien plus difficile de créer des formes économiques plus équitables. Dans un régime extractif, le P2P va créer des problèmes d'insécurité et de précarité très graves ; il demande donc de nouveaux modes de régulation qui n'existent presque pas. La clef est que l'économie des “communs” et de partage est hyperpro­ductive, mais que les gains sont financiarisés sans partage équitable avec les producteurs et créateurs de cette valeur. On va donc droit au mur sans régime de régulation approprié, sans mécanisme de solidarité et de “Com­mon faire” pour renforcer ou même remplacer les systèmes de l'État social, basés sur un salariat en déclin.

- En 10 ans, le mouvement maker a beaucoup évolué, créant des lieux physiques de production collaborative et transportant dans le domaine de la fabrication matérielle les questions posées au droit de la propriété intellectuelle. Les enjeux propres aux lieux de production, fablab et hacker-spaces, sont au cœur de ce dossier. Comment vos analyses ont-elles évolué pour prendre en compte ces nouveaux phénomènes ? Et comment envisagez-vous l’application du peer to peer au domaine de la fabrication matérielle ?

Le côté très positif du mouvement maker est à mon avis tout d'abord l'aspect culturel, c’est-à-dire que ce sont les lieux où la nouvelle culture collaborative est en train de naître et de se forger dans une vraie pratique. Il s'agit souvent d'entrepreneurs classiques ou bien “sociaux”, mais qui, au-delà de leurs divergences, décident de mutualiser leurs lieux de travail, voire leurs machines et les services de soutien. En particulier, la France peut se réjouir de cette innovation de langage et de pratique que sont les “Tiers-Lieux Open Source”, ce qui met l'accent sur la propriété et la gouvernance non-privatisée. Je prends comme exemple les tiers-lieux que j'ai pu visiter à Lille, comme la Co-Routine et le Mutualab. C'est une grande avancée. En deuxième lieu, ce qui est intéressant c’est que la division traditionnelle du travail, une des caractéristiques clefs du capitalisme industriel, c’est-à-dire entre une classe intellectuelle qui dirige et une classe ma­nuelle qui exécute, est en train de s'estomper. Chez les makers, la conception et la production sont le fait des mêmes personnes, c'est donc un retour vers le statut d'artisanat, ou le maker possède en outre ses propres outils de production. Ce n'est pas suffisant pour l'autonomie, car le reste du système reste soumis aux lois de l'accumulation du capital privatif, mais c'est quand même important. On se retrouve, j'espère, dans le sens inverse de l'histoire du putting out system qui précédait le capitalisme smithien, à un moment de changement historique, où le nouveau système émerge, en restant toujours soumis aux lois du système dominant.

Cette nouvelle conception de la production introduit une notion totalement différente de l'économie politique de la globalisation néolibérale, c’est-à-dire “ce qui est léger, est global, mais ce qui est lourd, est local”. Il faut donc voir les makers, même s’ils sont encore trop dans la sphère de la production hobbyiste, comme les précurseurs d'un nouveau système, où le design est ouvert, global et “communautaire” (global open design communities), mais où la production se fait “sur demande”, au niveau local dans des microfabriques.

Pour le moment, il faut encore que les entrepreneurs des makerspaces se libèrent des pratiques extractives du capital privé et prennent leur pro­pre gouvernance en main. Parmi les signes intéressants qui dessinent un futur possible, on peut citer le plan ambitieux de Barcelona, Fabcity 5.0 qui entend réindustrialiser 50% de la production dans la ville même, (agriculture inclue), en finançant un fablab de production par quartier. A Amsterdam il y également une tendance dans ce sens (PrintCity).

- Si l’un des enjeux propres aux tiers lieux de fabrication est d’inventer de nouveaux modes de production de richesse, de quel type de monnaie alter­native ce régime peut-il et doit-il s’accommoder ?

On peut aujourd'hui imaginer une biodiversité monétaire. En premier lieu, les monnaies souveraines ne sont pas prêtes de disparaitre, mais à celles-ci peuvent s'ajouter des monnaies complémentaires urbaines, qui peuvent réussir, surtout si elles sont soutenues par les collectivités locales. Ceci permettrait une relocalisation partielle des activités économiques, qui va profiter à la production locale. Mais à mon avis, les microfabriques spécialisées peuvent aussi se fédérer au niveau global, en utilisant leurs propres monnaies virtuelles, crypto ou non, et qui sont utilisées en interne. Les réseaux co-working disposent ainsi déjà de ce type de monnaie. A la fondation P2P, nous collaborons avec les réseaux FairCoop, qui utilisent une monnaie crypto faircoin. Bitcoin a un design qui vise une extraction de la rente en faveur des premiers entrants, qui exploitent les nouveaux venus, alors que dans le système faircoin, l'augmentation de valeur profite directement aux coopératives “éthiques”. On ne sait pas encore si on va réussir, mais ce qui est sûr, c'est qu’il y aura, le moment venu, des monnaies plus appropriées que Bitcoin. Donc imaginez-vous que partout où vous voyez cette nouvelle économie, les communautés, outre la monnaie souveraine, ont aussi accès à leur propre Worgl (monnaie locale autrichienne qui a eu un énorme succès dans les années 1930) et leur propre Wir (monnaie business to business utilisée par les entrepreneurs suisses, qui existe avec succès depuis 60 ans). C'est donc aux moins ces trois types de monnaies qui vont circuler.

III. Commentaire

2 Michel Bauwens a perçu très vite l’ampleur des transformations qui allaient accompagner l’avènement du numérique. L’intérêt de l’entretien réside principalement dans l’exercice d’imagination auquel il se livre, dans la perspective d’une évolution des institutions. Ses propos font ainsi écho aux différents débats que nous avons choisi de mettre en scène dans l’introduction de ce dossier : la question des “communs”, ce qui renvoie directement aux régimes de propriété et aux règles de réciprocité ; le développement de “pratiques extractives”, faiblement régulées dans l’état actuel des institutions, problème mis en exergue dans le champ du Digital Labor ; la dimension culturelle du P2P, particulièrement manifeste à travers les codes de sociabilité et le rapport au travail d’une génération qui a grandi avec Internet. Les pistes ainsi proposées sont donc pleinement discutables, au meilleur sens du terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, « Entretien avec Michel Bauwens », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 105-110.

Référence électronique

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, « Entretien avec Michel Bauwens », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1546 ; DOI : 10.4000/rsa.1546

Haut de page

Auteurs

Isabelle Berrebi-Hoffmann

Lise-CNRS, Cnam (Paris) et faculté de sciences sociales de l’université de Harvard (Cambridge).

Articles du même auteur

Marie-Christine Bureau

Lise-CNRS, Cnam (Paris).

Articles du même auteur

Michel Lallement

Lise-CNRS, Cnam (Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org