Navigation – Plan du site
Débat

La transaction sociale en débat

Christian Maroy
p. 121-123

Texte intégral

1Les travaux et recherches relatifs à la transaction sociale se sont développés depuis une trentaine d’années sur base des travaux théoriques de Jean Remy (publiés en 1978 dans un ouvrage en deux tomes intitulé Produire ou Reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, avec Liliane Voyé et Émile Servais). Depuis 1992, dans le cadre du comité de recherche « Transactions sociales » de l’AISLF, longtemps animé par Maurice Blanc et Jean Remy, ces recherches ont connu un développement plus international dans la francophonie.

2Ayant pour origine les travaux menés dans les années 1970 par un membre clé du département de sociologie de l’Université de Louvain, il était curieux que ce que Jean Remy appelait le « paradigme de la transaction sociale » n’ait pas encore été discuté dans les pages de Recherches sociologiques et anthropologiques. En effet, si ces travaux ont fait l’objet de débats, jusqu’ici c’était dans des ouvrages collectifs édités par les animateurs du comité susmentionné et, plus récemment, dans le cadre d’une revue belgo-française (Pensée plurielle, 2009).

3La publication de l’article de Bernard Fusulier et Nicolas Marquis La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps (RS&A, 2008, 39/2 : 3-21), qui s’interroge sur la pertinence de ce « paradigme » pour analyser les enjeux et la société contemporaine, à peu près trente ans après sa naissance, est venue opportunément lancer ce débat dans le cadre de RS&A.

4Vous trouverez en effet dans la présente livraison de Recherches sociologiques et anthropologiques, trois articles qui prolongent le débat lancé par le papier de Fusulier/Marquis en 2008 : dans un premier temps, Maurice Blanc réagit de façon vive dans un article intitulé L’avenir de la sociologie de la transaction sociale ; la parole est ensuite donnée à Fusulier/Marquis qui répondent avec Faire une sociologie de la transaction sociale ou de la transaction sociale une sociologie ?, avant que Maurice Blanc ne propose une « conclusion provisoire ».

5Ce débat est heureux, car il permet de poser et de développer quelques questions qui ont souvent été discutées par tous ceux qui ont, à l’un ou l’autre moment de leur parcours de recherche, utilisé les travaux, les concepts, le « paradigme » initié par Jean Remy et ses collègues. La transaction sociale est-elle une modalité particulière de l’échange social (distincte de la négociation par exemple), ou faut-il surtout la considérer comme un paradigme ? S’agit-il d’un paradigme ou d’un concept, des deux à la fois ? Est-il toujours pertinent ou « daté » ? Comment a-t-il été favorisé par le contexte institutionnel belge, par l’état de la sociologie francophone dans les années 1970 en France et en Belgique ? Voilà quelques-unes des questions qui ont été fort bien discutées au fil des échanges entretenus par M. Blanc et Fusulier/Marquis.

6Si les auteurs reconnaissent volontiers au final que leurs « zones d’accord » dépassent leurs désaccords, et s’ils se rejoignent sur l’intérêt de développer l’usage de cette approche conceptuelle (modèle ? paradigme ? concept ? : la question reste finalement ouverte), nous voudrions souligner ici quelques points frappants qui laissent à penser que la dynamique de cette controverse est aussi portée par le dissensus.

7Tout d’abord, Fusulier et Marquis sont des chercheurs « louvanistes » ; au cours de leur formation, ils on été, de façon directe ou indirecte, en contact avec les travaux de Jean Remy et ils se sont surtout efforcés de clarifier leur propre usage et leur propre rapport à l’œuvre de ce dernier. C’est finalement, comme ils le reconnaissent eux-mêmes, Produire ou Reproduire ? qu’ils discutent, plutôt que l’ensemble des travaux développés autour de la transaction sociale par la suite. Et c’est face à cet ouvrage qu’ils avancent que la transaction sociale n’est ni un paradigme, au sens d’un ensemble théoriquement construit et cohérent, ni seulement un concept spécifique, désignant une forme spécifique d’échange social distincte de la négociation sociale. La « boîte à outils » de Produire ou reproduire ? ne doit pas être utilisée en l’état, car elle est trop marquée par son contexte d’apparition (la société des années 1970, encore pensée comme « solide » autour d’acteurs et d’institutions identifiables), mais elle est utile, car elle structure un « regard sociologique » particulier, une « posture », un « prisme » toujours valides, qui permettent de « convoquer dans l’analyse d’une situation, […] des variables ou des dimensions qui excèdent de loin cette situation, afin de comprendre plus finement les conditions de possibilité de celles-ci, le jeu des acteurs, les produits sociaux et leurs effets » (Fusulier/Marquis, dans ce numéro). Ainsi, la dialectique du structural et du structurel, la pluralité des logiques des acteurs, traversés en situation par une tension entre la rationalité stratégique et l’affirmation de sens, la temporalité de la dynamique sociale sont quelques-unes des facettes du « prisme » utiles à réutiliser.

8De son côté, Maurice Blanc insiste beaucoup sur les contributions qui ont suivi le travail séminal de Remy/Voyé/Servais ; il montre à quel point elles sont les bienvenues dans un contexte contemporain marqué par le développement de la seconde modernité, la gestation d’une société « liquide »… Selon Maurice Blanc, la transaction sociale est un paradigme dont la pertinence ne peut que s’affirmer à l’avenir, à condition qu’il reste ouvert, flexible, qu’il ne se fige pas dans une architecture formelle dont la cohérence nuirait à la capacité d’invention et d’imagination théorique. Bref, il s’agit d’un paradigme, mais pas au sens où l’entendent Fusulier/Marquis, ou même le Raymond Boudon de La crise de la sociologie de 1970. Il s’agit surtout d’une matrice théorique qui peut s’avérer féconde, face à une société et des pratiques sociales qui restent rétives à une interprétation trop moulinée par une quelconque « grande théorie », trop construite, trop cohérente, désireuse de saisir d’un seul geste l’ensemble du social. Sous le label « transaction sociale » se développerait ainsi une approche théorique, modeste, non totalisante, à moyenne portée, susceptible de thématiser des questions ignorées par d’autres et permettant notamment « d’analyser comment, sans le dire ouvertement, on négocie sur « ce qui n’est pas négociable » » (Blanc, dans ce numéro). La transaction sociale est donc, au final, un paradigme, mais aussi une approche féconde d’une forme particulière d’échange social, qui va au-delà de la négociation explicite.

9Ce débat met donc en lumière des perceptions assez symétriques des travaux relatifs à la « transaction sociale » : valorisation, d’une part, du « bricolage » intellectuel que Jean Remy a toujours affectionné dans ses travaux et qui ne s’embarrasse ni d’une excessive cohérence, ni de vergogne pour convoquer et mobiliser d’autres sources théoriques (comme l’analyse stratégique, ou plus récemment la sociologie pragmatique, etc.) ; reconnaissance, d’autre part, d’une dette exprimée par des chercheurs issus du sérail de Louvain, qui célèbrent la fécondité, toujours vive, du « modèle d’analyse » initié par Remy, tout en cherchant à sortir de certaines équivoques. Il a le mérite de nous inviter à affronter les ambiguïtés, pour que les travaux qui se réclament du label « transaction sociale » puissent à l’avenir, selon le vœu de Maurice Blanc, renforcer « la lisibilité et la visibilité » d’une approche ouverte qui revendique son caractère inachevé. En cela, il s’inscrit bien dans l’esprit du travail sociologique que Jean Remy a incarné tout au long de sa carrière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Maroy, « La transaction sociale en débat », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 121-123.

Référence électronique

Christian Maroy, « La transaction sociale en débat », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/155 ; DOI : 10.4000/rsa.155

Haut de page

Auteur

Christian Maroy

UCL/ANSO, GIRSEF, christian.maroy@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org