Navigation – Plan du site
À propos de livres

Pasquali Paul, Passer les frontières sociales. Comment les “filières d’élite” entrouvrent leurs portes

Paris, Fayard, 2014, 453p.
Magali Ballatore
p. 141-145
Référence(s) :

Pasquali Paul, Passer les frontières sociales. Comment les “filières d’élite” entrouvrent leurs portes, Paris, Fayard, 2014, 453p.

Texte intégral

1Cet ouvrage part du constat que la recherche sur les “filières d’élite” s’est longtemps focalisée sur les établissements les plus prestigieux et leurs antichambres, entretenant l’illusion française selon laquelle la vie nationale se confond avec celle de la capitale, et ce malgré la décentralisation, le développement de l’offre de scolarité en province et les programmes d’élargissement de l’accès aux grandes écoles, que Paul Pasquali se propose d’étudier. Pour ce faire l’enquête ethnographique a été privilégiée, sur un terrain familier à l’auteur (qui ne s’efface pas derrière un “nous académique” encore fortement répandu en sociologie). La part belle est faite à des entretiens répétés, à l’observation et à l’approche diachronique. La perspective longitudinale va permettre de discerner les techniques successives de compartimentation et les constants remodelages existant chez les individus, interrogés à plusieurs reprises.

2 Dans un premier chapitre, P. Pasquali explique son choix des termes migration de classe, en se référant notamment aux travaux d’Abdelmalek Sayad sur l’émigration et l’immigration de classe qui sont les deux faces d’une même réalité. Il rappelle ensuite les dimensions spatiales des inégalités scolaires. Aujourd’hui, les études sur la question montrent que plus le degré d’urbanisation est élevé, plus les disparités scolaires sont grandes. Identifier les traits spécifiques qui contribuent à expliquer l’existence de trajectoires atypiques en ZEP (Zone d’Éducation Prioritaire), les caractéristiques compensatoires, est donc intéressant. Qui sont les élèves de ZEP qui présentent les concours des classes prépas spécifiques ? La taille de la fratrie, l’hétérogamie du couple parental ou les projets avortés de membres de la famille élargie sont considérés, car même derrière les minorités statistiques existent des régularités sociales. Il ressort de ces analyses que les postulants aux classes préparatoires ont acquis de bonnes dispositions, détiennent des “petits capitaux” acquis ou hérités qui les distinguent de leur cohorte d’origine.

3 Les trajectoires scolaires atypiques sont aussi souvent des rapports au quartier atypiques. En effet les élèves scolairement “bons”, qui seront “élus” dans des classes préparatoires spécifiques pour enfants de milieux défavorisés, sont soit peu investis sur la scène amicale, dans la vie de quartier, soit très investis au contraire, politiquement, en étant membres actifs d’associations par exemple. Le parallèle entre migrants de classe et migrants géographiques est explicité au fil de l’ouvrage. Il se nourrit notamment de liens de solidarités et de réseaux. Le rapport genré à la réussite est aussi évoqué. Les filles se distinguent par leur tendance systématique à minimiser leurs atouts. Leur gratitude envers les “passeurs de frontières” s’exprime avec plus d’insistance. On trouve peu de trace de cette humilité extrême chez leurs confrères. Il y aurait donc un imaginaire genré de la migration de classe. La socialisation semble structurée par le genre davantage que par la classe en ZEP.

4 Le second chapitre décrit l’entreprise d’acculturation à la prépa sup-expé. Il s’agit d’abord d’apprendre les règles et les enjeux de la compétition. Le sentiment d’indi­gnité culturelle domine. On a affaire ici à une entreprise de désocialisation/resocialisa­tion, d’acculturation planifiée. Les techniques sont nombreuses, on retient notamment la surveillance, la sanction, la pression. Un mélange entre violence et compassion caractérise les pratiques des professeurs. P. Pasquali le nomme « sévérité condescendante ». Le rapport social est fondamentalement asymétrique. Les remarques des professeurs réduisent parfois les élèves à des curiosités ou à des obligés. Le mépris de classe n’est jamais loin derrière ce qu’il nomme la générosité ostentatoire.

  • 1  Ballatore M., Erasmus et la mobilité des jeunes européens, Presses Universitaires de France, Paris (...)

5 Le troisième chapitre analyse les réactions, les pratiques des élèves face à cette entreprise d’acculturation. La frontière entre un “eux” et un “nous” est souvent évoquée. Les contacts avec les “autres” sont limités. Les “autres” sont vus comme un groupe homogène. Ici, on pourrait se demander ce qu’il en est de ces “autres”, comment voient-ils les “élus” des ZEP ? Car les études sur le monde étudiant montrent que les frontières établies, cette tendance à homogénéiser, sont fréquentes aussi dans bien d’autres populations de migrants. C’est le cas des étudiants Erasmus par exemple, qui sont en moyenne d’origine sociale élevée, et qui voient souvent la société d’accueil comme un ensemble homogène et fréquentent finalement assez peu les autochtones (Ballatore, 2010)1. Les différences objectives sont cependant, dans le cas des migrants de classe, tout d’abord d’ordre matériel. Les différences culturelles sont également im­portantes. Une arme importante des dominés relevée est la dérision.

6Le chapitre quatre débute par des données bienvenues sur l’orientation des élèves de la prépa après leur année passée au lycée Coty. Ces chiffres rappellent que malgré les discours sur l’ouverture proclamée des Grandes Écoles, c’est bien l’université qui accueille toujours le plus grand nombre d’étudiants issus de la massification scolaire. En effet 47 % des élèves de la prépa rejoignent l’université, contre 2 % hypokhâgne. P. Pasquali évoque ensuite le long travail de redéfinitions successives des rapports que les “collés” (ceux qui ne réussissent pas les concours) ont à l’avenir. A l’université, ils sont privés de l’entre soi qui caractérisait la “prépa” et se confrontent beaucoup plus à l’altérité, bien que les écarts sociaux entre eux et les étudiants des universités soient beaucoup moins importants que pour ceux qui rentrent dans des filières sélectives.

  • 2  Ballatore M., De l'expérience étudiante à la Faculté des Sciences - une comparaison France/An­glet (...)
  • 3  Draelants H., Réforme pédagogique et légitimation. Le cas d’une politique de lutte contre le redou (...)
  • 4  Ibidem., p.316.

7 Dans la liste de griefs à l’institution “prépa” que beaucoup évoquent, le mot “hypocrisie” revient souvent. Ce qui n’est pas sans rappeler les enquêtes sur les étudiants en facultés de sciences à l’université, parmi lesquels se trouvent de nombreux collés de classes préparatoires “classiques”, originaires de catégories socio-professionnelles moyennes et même supérieures, qui soulignent des difficultés semblables et qui sont encore plus critiques à l’égard des CPGE, y voyant une violence telle qu’ils qualifient parfois leurs années en prépa de “cauchemar” (Ballatore, 2002)2. Les extraits de nombreux entretiens cités montrent, en outre, que ces élèves ont des réflexions très intéressantes sur la signification sociale de la réussite. L’université, quant à elle, est vue comme un univers beaucoup moins régulé. Ce qui ne signifie pas que tous les étudiants de milieux populaires, contrairement à une idée répandue, ont un rapport négatif à l’université. Certains parlent même de plaisir et encensent le rapport au temps différent et la flexibilité. D’autres préfèrent “fuir” la fac a priori, à cause des jugements né­gatifs véhiculés de toute part. Le fait que les étudiants d’origine populaire seraient plus enclins que d’autres à valoriser, avant tout, ce qui est utile et concret paraît par contre discutable. De manière générale en effet, dans l’espace autonome de la classe, le système d’évaluation classique favorise un rapport utilitariste au savoir et des conduites stratégiques. Hugues Drealants, Philippe Perrenoud et Michel Berthelot notamment soulignent que cela s’applique aujourd’hui à de nombreux milieux où les pratiques d’évaluation “classiques” se développent, où « chacun cherche à s’en tirer le mieux possible »3. Importe alors “ce qui paye”. L’excellence s’avère ainsi « largement une affaire de conformisme ou d’habitude. Il s’agit souvent d’observer scrupuleusement une orthodoxie » et de « ruser »4, etc. En effet le rapport instrumental est institutionnellement construit à travers des systèmes de notation et d’évaluation, lesquels tiennent notamment à la fonction sociale de l’École, qui demeure une instance de distribution des titres et des places sociales.

8L’entrée dans l’univers professionnel de ces jeunes n’est pas non plus bien différente de celle d’autres étudiants de filières “massifiées” (qui ne sortent pas de prépas spécifiques). A l’instar de nombreux jeunes sortis du système scolaire avec des titres de seconds cycles généraux, ces jeunes multiplient les stages, parfois non payés. Un autre point commun à tous les étudiants semble concerner le report des échéances de la vie adulte. En revanche, là où s’observent des différences entre origines sociales, c’est en termes de choix d’études à l’étranger. En effet, une étudiante interrogée par P. Pasquali ne fera pas de séjour Erasmus, comme elle le désirait, faute d’argent. Le séjour Erasmus, la mobilité géographique internationale, constituent une aspiration légitime pour les enfants de catégories sociales moyenne et populaire dont on méprise le localisme (Ballatore, 2010). La mobilité donne des lettres de noblesse en quelque-sorte, mais force est de constater qu’il existe des barrières, qui, pour la plupart des migrants de classe ne sont pas liées à un manque de capital migratoire, venant souvent de famille d’immigrés, mais à un manque de capital économique.

  • 5  Wagner A. C., Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Presses (...)

9 Le désir d’ailleurs est un trait que l’auteur a retrouvé chez différents jeunes qu’il a interrogés. Chez les étudiants Erasmus on note, par exemple, qu’immédiatement après leur retour dans leur pays d’origine, existe une volonté quasi-unanime de “repartir”. Une envie qui va du désir de voyage à la poursuite des études, ou à la recherche de tra­vail “ailleurs”, pour “ne pas revenir en arrière”, selon les expressions des interviewés. Le séjour Erasmus est ainsi un tremplin vers d’autres mobilités, qui prendront cependant des formes bien différentes suivant les appartenances socio-nationales. Ceci traduit bien la difficulté à réimporter chez soi les ressources sociales liées au statut “d’étranger privilégié”, dans un autre pays, car dégagé de problèmes administratifs et financiers5. L’international permet finalement de “faire valoir”, de jouer avec les sig­nes du rang social. Dans chaque pays existe un ensemble de critères, de codes, permettant de situer socialement une personne : son adresse, ses vêtements, ses attitudes corporelles, sa façon de parler, le lieu de ses études, etc. A l’étranger, on peut jouer sur le flou qui résulte de la diversité nationale des indicateurs sociaux, pour reprendre les ter­mes d’Anne-Catherine Wagner. Ces possibilités de se distinguer sont un ressort non négligeable de l’attrait des séjours à l’étranger. L’identification à un modèle de mobilité est, dans une université massifiée, un moyen de laisser de côté un moment les problèmes de positionnement social. Cette évasion sociale joue sans aucun doute un grand rôle dans l’enchantement de la vie à l’étranger. P. Pasquali souligne aussi que le voyage permet de contrecarrer les effets négatifs de l’origine sociale et de s’en éloigner. La mobilité spatiale est ainsi vue comme une mobilité sociale. L’auteur évoque aussi l’ambivalence du travail pendant les études. Contrairement à une idée répandue, il n’a pas toujours un impact négatif sur la réussite scolaire. Tout dépend du “job” effectué. Il peut entraîner un cercle vertueux ou vicieux. L’éducation Nationale est, en outre, un point de passage des frontières sociales pour de nombreux étudiants d’ori­gine populaire. Intégrer la fonction publique donne une garantie d’obtenir un poste à la hauteur de ses qualifications, en raison d’une codification plus stricte de la relation entre titres/postes.

10Le chapitre cinq s’intéresse à ceux qui ont choisi l’Enseignement Supérieur professionnel. L’auteur parle d’une déscolarisation des étudiants inscrits en IUT, en évoquant notamment le mémoire comme un des exercices les plus scolaires, alors qu’il affirme que la prépa apprend la créativité. On pourrait ici s’interroger sur ce que l’au­teur entend par “scolaire” et “créatif”. On pourrait penser que le mémoire, pour des étudiants habitués justement à faire des exercices scolaires, suivant des règles très strictes en prépa, demande des savoir-faire intellectuels nouveaux et différents. L’insertion professionnelle de ces jeunes, faite de petits boulots, d’alternance et là aussi de voyages à l’étranger parfois, se heurte à la compétition des diplômés des écoles d’ingénieur et à une mobilité restreinte. Ce chapitre montre bien que l’amplitude et les modalités du déplacement social dépendent surtout de l’état du marché du travail et du soutien des proches.

  • 6  Peugny C., Le déclassement, Paris, Grasset, 2009, pp.72-73.

11 Enfin le dernier chapitre s’intéresse aux reçus, à ceux qui ont réussi les concours d’entrée à l’IEP (Institut d’Études Politiques) ou à l’école de commerce. Sont discutées deux thèses, celle de Richard Hoggart sur la diversité d’adaptation entre trois idéaux-types (tout à fait à l’aise, équilibre relatif et déracinés) et les concepts de Pierre Bourdieu de transfuge de classe, avec ses décalages récurrents entre positions et dispositions, mais aussi d’habitus clivé, qui se nourrit de réflexivité, de résignation ou de révolte. S’ensuit une observation très fine des variations des expériences dans le temps des ajustements. On peut saluer ici la volonté de l’auteur d’éviter l’écueil des débats sur l’existence d’une corrélation entre mobilité sociale et pathologie, souffrance, schizophrénie. De nombreuses recherches même sociologiques, ne résistent pas à ce penchant pour les questions de souffrance, d’identité qui seraient alors devenues incohérentes par le déplacement social. Deux pages résument ces travaux psychologisants dans l’ouvrage de Camille Peugny sur le déclassement6.

12Le spectre des déracinés hante de nombreux discours, notamment savants. Les analyses de Pierre Pasquali sur l’invention des arrangements, sur les résolutions de dilem­mes de statuts, loin de ce que certains auteurs nomment les déchirements identitaires, sont nettement plus convaincantes. Les relations aux origines sont centrales dans les arrangements qui rendent possibles et vivables les allers-retours entre frontières sociales. Les transferts de capitaux et l’augmentation progressif du temps passé dans l’univers d’accueil, sont finalement le lot de beaucoup d’étudiants, tous milieux confondus. Par contre on assiste plutôt dans les milieux populaires à une solidarité inversée, des enfants vers les parents. La critique que fait l’auteur de la notion d’autocen­sure ou d’auto-sélection est aussi intéressante, puisqu’en effet les nouveaux venus finissent toujours par s’exclure eux-mêmes de ce dont ils sont exclus. Derrière les procédures officielles de sélection se cachent de multiples interactions au cours desquelles les prétendants se font persuader ou dissuader. C’est très clair dans le cas du programme Erasmus par exemple.

13 Une analyse intéressante du phénomène d’homogamie est aussi esquissée, qui concerne apparemment autant les boursiers que les héritiers ou les initiés. L’éloignement progressif des amis d’enfance, les étapes de décohabitation de ces jeunes sont assez semblables en définitive à celles des autres catégories sociales. Néanmoins, dans les classes populaires la réussite est plus souvent synonyme de sérieux. La question des valeurs, des éthiques, qui peuvent être issues de pratiques religieuses ou politiques est aussi évoquée. Finalement ces étudiants semblent garder le contrôle, actionnent un principe de coupure et sont loin de vivre des conflits de loyauté. On pourrait cependant s’interroger sur un fait que l’auteur attribue aux étudiants de milieu populaire : se “cacher” derrière un “nous” et un “on” sur le plan académique, est-ce vraiment une particularité de certaines catégories d’étudiants qui n’arrivent pas à assumer le “je” ? La dissimulation de la subjectivité n’est-elle pas simplement une réponse à une demande scolaire ? Les chercheurs aujourd’hui utilisent encore, me semble-t-il, majoritairement ce “nous” académique.

14 Pour conclure je recommanderais ce livre au corps professoral et aux ministres successifs de l’Éducation Nationale et les inviterais à réfléchir à l’anecdote de cet étudiant, interrogé par P. Pasquali, qui estimait que les enseignants des classes prépa spécifiques s’appliquaient à n’accueillir et reproduire que des profils d’étudiants sembla­bles au leur.

Haut de page

Notes

1  Ballatore M., Erasmus et la mobilité des jeunes européens, Presses Universitaires de France, Paris, collection Éducation et société, 1er septembre 2010.

2  Ballatore M., De l'expérience étudiante à la Faculté des Sciences - une comparaison France/An­gleterre, mémoire de maîtrise de Sociologie, soutenu à l'Université d'Aix-Marseille 1, 2002, http://www.ove-national.education.fr/bakoage.php?id=51.

3  Draelants H., Réforme pédagogique et légitimation. Le cas d’une politique de lutte contre le redoublement, Bruxelles, De Boeck, coll. Pédagogies en développement, 2009, p.316.

4  Ibidem., p.316.

5  Wagner A. C., Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Presses Universitaires de France, coll. “Sciences sociales et sociétés”, 1998, 224 p.

6  Peugny C., Le déclassement, Paris, Grasset, 2009, pp.72-73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Ballatore, « Pasquali Paul, Passer les frontières sociales. Comment les “filières d’élite” entrouvrent leurs portes », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 141-145.

Référence électronique

Magali Ballatore, « Pasquali Paul, Passer les frontières sociales. Comment les “filières d’élite” entrouvrent leurs portes », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1570

Haut de page

Auteur

Magali Ballatore

Maître de conférence en sociologie à l’ESPE ; chercheuse au LAMES (UMR 7305).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org