Navigation – Plan du site

Présentation. Les universités en quête d’identité ?

Hugues Draelants, Xavier Dumay et Aubépine Dahan
p. 1-15

Texte intégral

I. Introduction

1 Les universités ont longtemps été considérées comme des institutions sociales, c’est-à-dire des systèmes sociaux dont l’objectif ne semblait pas avoir besoin d’être défini de manière détaillée. Il paraissait suffisant de sa­voir que ces entités avaient pour mandat de former des élites, produire et transmettre des connaissances. Leur fonctionnement concret et l’efficacité avec laquelle elles assuraient ces fonctions sociales n’étaient pas davanta­ge questionnés à la différence de ce qui se passe dans de simples systèmes techniques ou productifs. Dans un contexte où le savoir apparaît désormais comme une ressource essentielle pour l’adaptation des individus, des organisations et des États à une logique de compétition permanente et globalisée, cette vision ne va plus de soi. Il semble au contraire évident que l’université est appelée à évoluer de manière profonde. Le monde universitaire subit effectivement des pressions à s’adapter à ce nouvel environne­ment et à se conformer au modèle décrit comme le plus adéquat pour y survivre : celui de l’entreprise dynamique, autonome, responsable de ses ressources et réactive. Mais qu’en est-il réellement ? Les universités considérées individuellement et dans leur diversité organisationnelle changent-elles réellement ? Comment et dans quelle mesure ? Voilà quelques-unes des questions que ce numéro de Recherches sociologiques et anthropologiques se propose d’aborder en examinant plusieurs déclinaisons nationales et mises en œuvre locales des injonctions au changement des universités.

II. Les injonctions au changement. Se constituer en acteur ou en organisation rationnelle

2 Le cœur de l’injonction au changement adressée à l’université contemporaine consiste à appeler celle-ci à se constituer en tant qu’acteur afin de ne pas rester passive et de ne pas subir les conséquences d’une série de changements politiques, économiques, macrosociaux intervenus au cours des trente dernières années : crise de l’État providence obligeant les universités à mieux gérer leurs ressources, à rendre des comptes aux autorités qui les financent et à chercher des sources de revenus complémentaires ; évolution vers une économie globale de la connaissance dans laquelle les politiques d’éducation deviennent un levier économique et où l’enseigne­ment et la recherche universitaires conditionnent la compétitivité des pays et des régions ; massification et internationalisation de l’enseignement supérieur ; inflation des certifications qui poussent les universités à la concurrence entre elles… L’introduction de nouveaux modes de gestion et d’évaluation de la recherche et des formations, l’appel à une articulation plus étroite entre le monde universitaire et le tissu économique local, la publication très médiatisée des classements internationaux sont en effet autant de défis auxquels les universités contemporaines font face.

3 Autrement dit, les universités sont censées devenir de “véritables” orga­nisations, ce qui suppose de les doter d’une identité et de frontières claires, d’en renforcer la hiérarchie interne, d’introduire en leur sein des formes de rationalisation managériale (Brunsson/Sahlin-Andersson, 2000), éléments qui étaient jusqu’ici supposés leur faire défaut, ce qui expliquerait selon certains leur manque d’adaptation et leur déficit d’efficacité. Les analyses organisationnelles classiques reconnaissent en effet au sein du monde académique l’autorité des professionnels qui participent largement aux prises de décision, le plus souvent en référence à un principe de collégialité. Si, dans le cadre de l’approche dite de la “contingence structurelle” (Mintz­berg, 1979), on considérait qu’une telle situation était adéquate aux missions et à l’environnement de l’université, d’autres approches théoriques contestent la rationalité sous-jacente au modèle de la bureaucratie professionnelle. Les universités seraient emblématiques du modèle de l’anarchie organisée (Cohen/March/Olsen, 1972) qui s’applique à des organisations dans lesquelles (1) les objectifs sont ambigus, diversifiés et rarement partagés par tous, (2) le travail de production (enseignement et recherche) repose sur des processus complexes et peu standardisables, (3) l’engage­ment des membres est fluctuant et peu prévisible. Dans un tel contexte (organisationnel), le processus de prise de décision, à la fois complexe et aléatoire, ne correspondrait pas au schème traditionnel selon lequel une décision est une solution optimale à un problème. Bien qu’infirmé par les travaux sur la rationalité limitée, ce schème traditionnel sert pourtant de référence aux politiques pour dire que l’université ne fonctionne pas de manière optimale. L’émergence de l’ “acteur” comme figure éminemment légitime dans le monde contemporain (Meyer/Jepper­son, 2000) est un autre facteur qui affecte les croyances relatives à ce que devrait être la gestion d’une université – qui passe ainsi du modèle de la “République d’académiques” à celui d’une “organisation de parties prenantes” (Bleik­lie/Kogan, 2007) –, justifiant ainsi la mise en place de nouveaux modes de régulation organisationnels et managériaux.

III. La question de l’identité organisationnelle

4 Les défis sociétaux auxquels sont aujourd’hui confrontées les universités questionnent leurs modalités traditionnelles d’organisation et de fonctionnement mais pas seulement. Les universités font également l’objet d’une injonction à se doter d’une identité spécifique et distinctive (Krüc­ken/Meier, 2006). Pour s’adapter à ce nouvel environnement institutionnel, l’idée qui s’impose en effet est que pour savoir quelle stratégie suivre, il est nécessaire de se connaître. Autrement dit, chaque université devenue acteur est aussi censée se doter d’une identité organisationnelle sur laquelle s’appuyer pour bâtir ses stratégies.

5 Est-ce à dire que l’identité était jusque récemment une caractéristique dont la plupart des établissements universitaires étaient traditionnellement dépourvus ? Dans une perspective managériale où l’on envisage l’identité comme un levier stratégique, c’est effectivement le cas. On considère qu’un des problèmes de l’université est de ne pas avoir d’identité et d’être incapable dès lors d’agir de manière rationnelle en suivant une ligne d’ac­tion claire et cohérente. La solution suggérée consiste alors à se construire une identité organisationnelle (voir par exemple Melewar/Akel, 2005). Mais il ne s’agit pas du seul type d’identité envisageable.

6 L’université, on l’a rappelé, est de longue date considérée comme une institution sociale. Plus que toute autre forme d’organisation, elle est, à ce titre, nécessairement dotée d’une identité spécifique. Selon Selznick, c’est même à leur identité distinctive que l’on reconnaît les institutions :

As an organization acquires a self, a distinctive identity, it becomes an institution. It involves the taking on of values, ways of acting and believing that are deemed important for their own sake (Selznick, 1957 :21).

7 En ce sens, l’identité est au centre des préoccupations des chercheurs dès les premières études consacrées aux universités, puisqu’elle est intrinsèquement liée au statut d’institution acquis par ces dernières. Illustratif de ce courant, Clark considère les universités comme représentatives des organizations with a saga, qu’il décrit comme des entités moins investies par les plans et la raison que par les affects, formant le centre d’une identité personnelle et collective (Clark, 1972).

8 En somme, ce n’est pas parce qu’il n’y avait pas de préoccupation identitaire auparavant que les universités étaient dépourvues d’identité. Elles n’avaient simplement pas besoin de mettre cette dernière en avant, ni de s’interroger à propos de leur identité dans la mesure où celle-ci était relati­vement évidente et implicite. Autrement dit, l’identité traditionnelle de l’université était une identité institutionnelle (plutôt qu’organisationnelle) et institutionnalisée, allant de soi.

9 Envisager l’université comme une institution au sens de Selznick, conduit à penser, à rebours de la perspective managériale évoquée plus haut, que c’est moins l’absence d’identité qui caractérise l’université que son trop plein. Le problème de l’université tel que diagnostiqué ici résiderait dans une forme de déclin institutionnel : les évolutions de l’environnement affecteraient et menaceraient l’identité classique du monde académique en ce qu’elles touchent aux valeurs centrales et distinctives qui caractérisent l’université et ses missions traditionnelles. Ce discours est un discours fré­quemment tenu par les universitaires eux-mêmes ; il se distingue en cela du discours managérial plus externe. S’il peut être considéré comme l’ex­act négatif de ce dernier dans la mesure où il prend souvent vigoureusement position contre l’évolution de l’université vers des formes plus managériales ou commerciales (voir par exemple Deem et al., 2008), les deux discours se rejoignent dans leur tonalité essentiellement normative, prescriptive dans un cas, critique dans l’autre.

10 A côté de ces deux lectures, on peut encore discerner une troisième manière d’appréhender le lexique de l’identité pour comprendre les évolutions des universités. Celle-ci ne se prononce pas sur la présence ou l’ab­sence d’une identité organisationnelle dans l’université, mais envisage l’identité comme un concept heuristique, utile pour interpréter les change­ments en cours dans la mesure où l’on observe une intense activité discursive en termes identitaires. A la différence des deux premières approches, qui correspondent à des conceptions normatives de l’identité, cette dernière approche se veut d’abord analytique. Elle se donne notamment pour objet de rendre compte de la prégnance du prisme de l’identité dans les discours managériaux et dans ceux tenus par les acteurs universitaires eux-mêmes pour lire le changement organisationnel en cours. Par ailleurs, une question clé qu’elle pose est de comprendre comment les nouvelles catégories identitaires cohabitent ou entrent en tension avec les anciennes (par exemple en fonction des arbitrages entre les diverses logiques institutionnelles qui traversent le champ de l’enseignement supérieur et des positions organisationnelles des établissements dans celui-ci). Cette approche analytique a clairement nos faveurs. Il ne nous appartient en effet pas de dire ce qu’est (et encore moins ce que doit être) l’identité de l’université. Ce qui nous intéresse est avant tout de constater que les universités se questionnent désormais sur leurs identités et de comprendre comment, en quels termes, pourquoi maintenant et avec quels effets ou quelles conséquences. Autrement dit, ce n’est pas l’identité en tant que telle mais les compréhensions et revendications identitaires (identity understandings and identity claims) qui retiennent prioritairement notre attention ici, conformément à une conception de nature institutionnelle et relationnelle des identités organisationnelles (Glynn, 2008).

11 Les questions de recherche que ce dossier vise plus particulièrement à élucider sont donc d’abord celles des modalités et conséquences de la mise en œuvre de ces évolutions organisationnelles et identitaires des universités : on se demandera si la rationalisation interne de l’université s’o­père et selon quelle modalités concrètes ? Comment le projet de transformer l’université en acteur organisationnel s’opérationnalise-t-il dans une gestion effective ? Par l’intermédiaire de quels (nouveaux) acteurs, dispositifs, instruments et technologies ? L’évolution de la forme organisationnelle de l’université va-t-elle de pair avec une reconfiguration identitaire ? Celle-ci témoigne-t-elle d’un changement profond ou d’une adaptation de façade ?

12 Le but du présent dossier est en outre de rassembler une série de contributeurs qui se sont penchés sur cette question de la mise en œuvre dans différents pays et contextes locaux afin de faire état de la variété des orientations et des formes prises en réponse à ces nouvelles normes et injonctions internationales. S’il existe des tendances fortes à l’échelon européen, les contextes nationaux et régionaux restent en effet incontournables à nos yeux pour comprendre les déclinaisons spécifiques de ces évolutions compte tenu des histoires propres à chaque système universitaire et à cha­que université (voir par exemple Musselin, 2009).

13 Ces nouveaux modes de régulation sont censés améliorer la qualité de la recherche et de l’enseignement, mais leurs effets réels sont encore mal connus, les recherches scientifiques ayant davantage porté sur l’analyse des politiques et des rhétoriques du changement (Ferlie/Musselin/Andre­sani, 2008) que sur leur mise en œuvre au plan de l’organisation et des ac­teurs du monde universitaire. Or la sociologie de l’action publique insiste sur les effets inattendus des politiques ainsi que sur les décalages entre discours et pratiques. A l’heure de la globalisation, où les responsables universitaires ressentent la nécessité pour leur organisation d’exister dans un espace de plus en plus internationalisé, les risques de découplage entre discours et pratiques, ainsi qu’entre les représentations forgées (entre autres) via les multiples rankings et les identités vécues nous paraissent particulièrement importants. Bref, si les évolutions en termes de régulation du champ sont aujourd’hui connues, on ne peut faire l’économie de l’ana­lyse empirique des changements qu’elles induisent au plan des conditions de travail ainsi que des dynamiques et identités organisationnelles.

IV. Une logique inégalement développée

14 Tout au long de ce dossier, nous verrons que si devenir une organisation rationnelle avec une identité organisationnelle claire et cohérente est un objectif commun pour les universités, divers stades d’avancement dans le processus sont repérables. Les mises en œuvre sont notamment inégalement avancées selon les contextes nationaux. Non seulement parce que certains systèmes d’enseignement supérieur ont été confrontés plus tôt que d’autres à des pressions pour le changement, mais aussi pour des raisons liées aux modalités historiques de régulation de ces systèmes qui facilitent ou entravent le processus. On voit ainsi apparaître des différences claires entre des pays aux systèmes d’enseignement supérieur historiquement décentralisés (exemple : USA, GB) et ceux construits au contraire sur un mo­dèle centralisé (exemple : France, Allemagne). Si les premiers ont depuis longtemps pris la route du changement organisationnel et identitaire, les seconds s’y sont engagés beaucoup plus récemment. Alors que les universités nord-américaines ont toujours été vues comme très différentes les unes des autres, les universités allemandes ou françaises étaient traditionnellement pensées en tant qu’entités administratives et indifférenciées. Cela signifie que certains modèles nationaux sont d’emblée plus internationaux, internationalisés et, sans doute, internationalisables que d’autres.

15 Au-delà des tendances nationales, ce dossier montre aussi qu’au sein d’un même contexte de régulation, toutes les universités ne réagissent pas forcément de la même manière à l’égard de l’injonction au changement, et ce pour diverses raisons qui tiennent à leurs histoires respectives et à leurs positions relatives dans le champ universitaire local qui influent sur leur analyse de la situation, sur l’intérêt perçu et le besoin ressenti d’évoluer dans le sens attendu, ainsi que sur leur capacité même de se transformer en acteurs organisationnels et de développer une identité organisationnelle distinctive. Pour comprendre comment chaque université agit et s’adapte à l’injonction au changement, il faut donc s’intéresser à tous ces aspects qui conditionnent le travail mené par ses acteurs pour s’organiser en interne et pour se positionner vis-à-vis de l’extérieur. En théorie, les universités disposent toujours d’une marge d’autonomie dans la définition de leurs identités car l’environnement est nécessairement traversé de logiques institutionnelles multiples et en tension. Ajoutons que l’identité organisationnelle existante d’une université fonctionne elle-même comme guide d’in­terprétation et de hiérarchisation des logiques institutionnelles en tension. Mais il importe aussi de souligner que cette marge de manœuvre est néan­moins variable et inégalement développée d’une université à l’autre.

16 A l’intérieur de chaque cadre national, il semble en fait pertinent d’opé­rer des distinctions entre catégories d’universités : si les research universities ont une vocation assez naturelle à considérer que leur environnement pertinent est international, on y trouve aussi des institutions plus modestes qui jouent un jeu avant tout local. En ce sens, ce qui détermine l’environ­nement pertinent serait en bonne partie le type d’université qu’un établissement est ou prétend être (sachant que toute revendication n’est pas possible, mais reste soumise à des contraintes de légitimité). Il faut donc partir du fait que dans tout pays, il existe en général plusieurs types d’univer­sités : certaines compte tenu de leur vocation originelle sont mieux préparées et adaptées que d’autres au nouvel environnement institutionnel que nous connaissons aujourd’hui (et qui implique des injonctions à l’interna­tionalisation, à l’excellence, à la qualité…). Or, le modèle qui sous-tend les injonctions actuelles est un modèle qui s’inspire des institutions dominantes, qui est voué à s’étendre à toutes les institutions indistinctement, c’est-à-dire sans tenir compte de leur identité, de leur statut, de leur histoire, des contextes locaux et nationaux.

17 Au total, la situation qui prévaut actuellement nous semble être celle de la multirégulation, de l’entrecroisement des logiques institutionnelles, de l’entremêlement des enjeux nationaux et internationaux ainsi que des niveaux et des scènes d’interaction : le jeu reste local, mais il devient en même temps plus international, chaque université étant tenue de composer avec des scènes et des acteurs plus nombreux et plus variés et avec des référentiels et des critères de légitimité qui varient en fonction des scènes et des interlocuteurs. D’où la prégnance des interrogations identitaires dans leur double nature existentielle et stratégique à l’heure où la plupart des universités sont confrontées au défi de repenser leur positionnement dans un champ de l’enseignement supérieur en cours d’élargissement et de structuration sur base de logiques institutionnelles en partie nouvelles et a priori en tension avec celles sur lesquelles le monde académique s’était appuyé jusqu’ici.

V. De l’identité organisationnelle à l’image de marque ?

18 Dans un contexte de pressions sociales et politiques au changement organisationnel et à la différenciation identitaire, le champ de l’enseigne­ment supérieur devient progressivement un espace de concurrence dans lequel les questions de maîtrise et d’entretien de l’identité, et plus encore, de l’image organisationnelles deviennent des enjeux plus stratégiques que jamais. Il faut en effet distinguer l’identité et l’image organisationnelles. Si la construction identitaire est en partie dépendante de l’image organisationnelle, la notion d’identité organisationnelle désigne plutôt des représentations internes à l’organisation à propos des traits considérés comme centraux et relativement durables, qui la distinguent d’autres organisations du même type (Albert/Whetten, 1985). La notion d’image organisationnelle renvoie quant à elle à des représentations externes ou éventuellement à des croyances et des représentations internes à propos de ces représentations externes (Dutton/Dukerich, 1991), c’est-à-dire qu’elle pose la question de savoir comment les membres d’une organisation pensent que celle-ci est perçue de l’extérieur. La préoccupation pour l’image s’exprime classiquement à travers un “souci des apparences” (Goffman, 1973), qui s’ob­serve notamment à travers la multiplication des stratégies “externes”, de type marketing, qui visent à la promotion de l’organisation et à la mise en scène de ses spécificités.

19 Le management des apparences, dont le branding témoigne, émerge ainsi comme une nouvelle activité de plein droit (Czarniawska/Genell, 2002) dont l’objectif premier consiste à répondre à la pression isomorphi­que provenant de l’environnement institutionnel. Il en découle une standardisation de la forme organisationnelle de l’université. Malgré des trajectoires identitaires diverses, les universités convergent toutes vers une forme organisationnelle semblable, qui se rapproche de celle de l’acteur stratégique par contraste avec celle de l’institution ou de l’agence assumant un service public générique. Cette tendance à l’isomorphisme dans la conformation à une nouvelle identité institutionnelle irait, selon certains, de pair avec un relatif découplage entre la production des images destinées à l’extérieur et le fonctionnement interne effectif. Czarniawska et Genell (2002) considèrent ainsi que la normalisation des formes d’orga­nisation est fonctionnelle : elle sert avant tout à développer une logique de représentation commune, c’est-à-dire une façon de présenter les universités au monde extérieur qui dissimule le désordre nécessaire régnant à l’in­térieur de ces organisations. Ce changement serait avant tout un changement de façade, qui passerait par l’adoption d’un nouveau langage, un jargon managérial, utilisé pour rendre compte des activités académiques.

20 Autrement dit, ce ne serait pas tant l’identité, et encore moins la culture organisationnelle propre à chaque université, qui se standardiserait, mais bien l’identité institutionnelle de l’université (selon l’idée que les universités sont censées devenir des organisations comme les autres, c’est-à-dire des organisations rationnelles plutôt qu’anarchiques), à travers l’adoption de normes et de pratiques internationales, ainsi que d’un langage commun. Cette émergence d’un monde commun conduit au partage d’une “communauté de destin” (Waggoner/Goldman, 2005) qui permet dès lors la comparaison et la mise en concurrence des universités dans l’espace mondialisé de l’enseignement supérieur, au-delà des singularités liées à l’histoire de chaque université et aux modèles universitaires nationaux. La question des effets induits par cette standardisation de l’identité institutionnelle sur l’identité organisationnelle reste néanmoins ouverte.

21 S’il est clair, compte tenu de ce qui vient d’être dit, que l’université n’a pas radicalement changé, il semble important d’éviter le piège du diagnostic inverse, qui considère que l’on assisterait à un découplage complet, en raison de changements purement symboliques (Alvesson, 1990). En effet, même si une marge de manœuvre existe pour manipuler la présentation de soi, une organisation, pour des raisons évidentes de légitimité, ne peut revendiquer n’importe quelle identité. Un découplage persistant entre apparences et réalités organisationnelles ne serait donc guère crédible. Appréhender l’image organisationnelle comme ce qui travestit ou s’oppose à la réalité de l’identité organisationnelle reviendrait par ailleurs à négliger la dimension “organisante” de l’évolution en cours. Comme le souligne le courant de la communication constitutive des organisations (Fauré/Ar­naud, 2014 :11-12),

[s]i les organisations existent – se créent, se développent, se transfor­ment –, c’est parce que nous leur conférons littéralement cette existence en parlant d’elles, en les faisant parler et en parlant en leur nom. La communication – sous toutes ses formes : paroles, écriture, son, image… – devient alors l’essence des processus d’organisation (Weick, 1995).

22 Cela signifie qu’un changement de langage ne peut manquer d’affecter à terme la manière dont l’université se pense et conçoit ses missions com­pte tenu de l’expérience quotidienne paradoxale, voire quasi-schizophréni­que, qu’un réel découplage induirait pour les universitaires.

23 C’est la raison pour laquelle, tout en constatant des cas de découplage dans certaines universités en Pologne et en Suède, Czarniawska et Genell prennent la précaution de souligner que les changements introduits pourraient avoir à terme des effets inattendus. Une fois enclenchée, la normalisation des formes organisationnelles et celle du langage qui accompagne celle-ci, tendent à devenir une logique autonome qui s’autoalimente et se répand insensiblement. En ce sens, un défi particulier qui échoirait à l’université consisterait moins à imaginer et à programmer sa propre identité, mais plutôt à essayer de suivre les changements qu’elle subit (Czarniawska/Genell, 2002). De la même manière, l’analyse des processus collaboratifs de création et de gestion d’une image de marque de l’organisa­tion réalisée par Vásquez et al. (2013) questionne l’idée – souvent brandie par les opposants au branding – selon laquelle la production d’une image de marque serait nécessairement une démarche superficielle n’affectant pas l’identité profonde de l’université.

24 Paradoxalement, une telle perspective tend à donner raison à ceux qui s’insurgent contre la réduction de l’identité organisationnelle à son image de marque et qui craignent que la corporisation de l’université conduise à perdre de vue l’identité profonde de cette dernière. Un processus explicite de transformation de l’image d’une université est toujours un processus de pouvoir. Il ne faut donc pas s’étonner qu’il puisse être vécu de la part d’une partie du corps académique comme une colonisation du monde universitaire par le discours néolibéral célébrant le marché et la compétition (Aula/Tienari, 2014).

VI. Les universités face à l’injonction au changement : apports de ce dossier

25 Notre dossier s’ouvre par un ensemble de quatre articles qui portent fondamentalement sur les transformations du champ institutionnel des universités, l’émergence de nouvelles logiques institutionnelles et leur articulation avec les logiques fondatrices et constituantes du champ, et la manière dont elles participent à reconfigurer les relations entre organisations dans le champ institutionnel, mais aussi les interactions du champ de l’enseignement supérieur avec la société de manière générale, ou d’autres champs institutionnels.

26 Ainsi David Weerts et Gwendolyn Freed analysent l’émergence d’une nouvelle logique de l’engagement public dans le champ institutionnel de l’enseignement supérieur aux États-Unis et la manière dont des institutions aux profils variés s’approprient cette nouvelle logique. Leur contribution montre d’abord que les logiques nouvelles sont parfois des réinventions de logiques anciennes, fondatrices de l’identité du champ. Depuis ses origines en effet, le système d’enseignement supérieur, en quête de légitimité dans une Amérique en pleine construction, s’est bâtit dans une proximité avec les communautés et la sphère publique, y compris pour des institutions entièrement privées. Ce n’est que bien plus tard, dans les années 1990, et sous l’effet de pressions multiples (coupes budgétaires et ra­tionalisation des ressources des années 1970 et 1980, questionnement sur l’utilité publique des grandes institutions universitaires de recherche, …) qu’a émergé une nouvelle vision des partenariats entre les institutions d’enseignement supérieur et les communautés, marquée par l’importance de véritables relations bilatérales dans la construction même des projets de connaissance ou d’enseignement. Le texte pointe un autre élément majeur : les institutions répondent aux nouvelles logiques institutionnelles en fonction de leur position dans le champ et de leur appartenance à des types ou à des populations d’organisation. Le champ de l’enseignement supérieur américain, aussi hétérogène qu’il soit, est structuré par de grandes di­visions ou catégories (universités publiques vs. privées, research-intensive vs. teaching-centred, urbaines vs. régionales, college vs. universities) qui organisent les réponses des organisations à la pression de l’engagement public. L’appropriation des logiques respecte ainsi des sentiers de dépendance qui dessinent les contours et frontières du champ ; elle permet un niveau de changement acceptable, pour les organisations et la structure du champ. L’appropriation a en outre une dimension stratégique, permettant tantôt à des universités régionales de se refinancer, à des grandes universités de recherche de redire leur caractère engagé dans les grandes questions de société et à des “collèges” de garantir le recrutement d’étudiants en quantité et qualité désirées.

27 Le texte d’Anna Kosmützky traite lui aussi de la diffusion de logiques nouvelles dans le champ universitaire allemand. Il s’agit ici d’une logique plus exogène au champ national, puisque la logique managériale analysée représente une rupture assez nette avec le modèle humboldtien qui consa­cre l’autonomie professorale aux dépens de mécanismes de coordination organisationnels. De manière intéressante, l’auteure cible un objet précis, les mission statements développées et affichées par les universités pour se décrire, dans le but d’analyser à la fois leur processus de diffusion et d’appropriation par les institutions qui les mobilisent. Le texte insiste bien sur l’imbrication de mécanismes de diffusion et/ou d’institutionnalisation reposant sur des forces exogènes au champ, mais également endogènes. Si les mission statements ont été introduites par la force publique dans la per­spective de la nouvelle gestion publique (coercitive pillar), elles ont rapidement trouvé des relais dans le champ institutionnel lui-même, d’une part du côté d’associations ou de dirigeants d’universités (normative pillar), d’autre part par des mécanismes mimétiques (cognitive pillar) assurant une propagation rapide de pratiques organisationnelles pourtant largement exogènes. L’ article montre également le statut ambigu de ces mission statements, qui ne semblent pas se résumer à des jeux de façade, en même temps qu’elles font l’objet d’appropriations suffisamment fortes et profondes pour qu’elles soient détournées de leur logique institutionnelle de type managérial ou marchand.

28 Dans le même ordre d’idées, Martin Benninghoff, Andréa Lutz et Raphaël Ramuz analysent l’usage d’une nouvelle catégorie institutionnelle, le label “biomédical”, dans la formulation des politiques de recherche d’institutions suisses, universités cantonales et hautes écoles fédérales. Leur contribution montre que cette catégorie tend à prendre une place importante dans l’affichage des objectifs de recherche comme dans la recherche de financement, bien que cette place soit variable selon le type d’institution (haute école ou université). Les auteurs suggèrent que la caté­gorie biomédicale est emblématique d’une nouvelle logique de gestion de la recherche, par projet interdisciplinaire. Et c’est ce qui permet de comprendre l’usage différencié de cette catégorie selon le type d’institution, puisque dans les universités, où la logique disciplinaire reste prédominante, des catégories comme celles du biomédical rentrent en confrontation avec les modes de structuration habituels de l’activité scientifique. Ajoutons aussi que les différences sont aussi internes aux institutions, puisque les disciplines appliquées comme la médecine, par rapport à des disciplines “fondamentales” comme la biologie, font un usage plus intensif de la nouvelle catégorie, tout simplement pour gagner en pouvoir dans le processus de restructuration de la recherche. Le texte laisse donc apparaitre des jeux d’acteurs et d’institutions que le positionnement au regard de la multiplicité des logiques permet d’influencer.

29 Le cas français vient compléter utilement ce premier ensemble de textes sur les logiques institutionnelles. Marie-Pierre Bès y fait l’analyse de la constitution de réseaux d’alumni par des universités françaises sans repè­res identitaires clairs. Le texte insiste sur l’incapacité des institutions universitaires françaises à absorber les nouvelles logiques managériales dès lors qu’elles supposent que les organisations peuvent se distinguer les unes des autres, en mobilisant une identité historique largement inexistan­te, car totalement dominée par une identité institutionnelle liée à la centralisation du projet universitaire français. Des opérations de constitution de réseaux d’anciens sont pourtant bien développées, parfois avec une certaine intensité, mais qui reposent largement sur des fabrications inauthentiques. Ce texte décrit ainsi un autre scénario de réception des nouvelles logiques institutionnelles par les organisations universitaires, qui met en contraste une activité organisationnelle parfois significative avec une très faible institutionnalisation des nouvelles logiques. Le cas français – dans les dimensions analysées ici par Marie-Pierre Bès – est donc radicalement différent des cas allemands et suisses, marqués par des formes d’appropri­ation plus fortes des nouvelles logiques, au prix parfois d’une restructuration des rapports de pouvoir entre et au sein des institutions. Il diffère également du cas américain, où la différenciation historique du champ permet des formes d’appropriation hétérogènes, mais finalement peu conflictuel­les entre “populations d’organisations”.

30 Les quatre articles suivants ne laissent pas tout à fait derrière eux la question des nouvelles logiques institutionnelles, mais rentrent davantage dans une analyse du fonctionnement des organisations universitaires. Celui-ci est examiné dans une double perspective : d’abord celle de l’identité organisationnelle, à travers deux premiers textes qui étudient la communication que les universités construisent sur elles-mêmes ; ensuite celle de leur possible constitution en tant qu’acteur organisationnel, dans les deux articles qui clôturent ce numéro.

31 Les services de communication des universités belges francophones sont au cœur du travail d’enquête présenté par Aubépine Dahan, Hugues Draelants et Xavier Dumay. Ces services apparaissent en plein développe­ment dans les trois universités analysées, particulièrement depuis les années 2000, et parfois dans un processus clair de rationalisation qui impli­que une plus grande division du travail selon les médias de communication. La rationalisation interne et fonctionnelle des services contraste par contre nettement, dans les trois universités, avec un questionnement porté par les acteurs de la communication sur le sens de leur activité et son côté stratégique pour l’institution. Dans deux des trois universités en particulier, les acteurs de la communication perçoivent un manque de directives stratégiques de la part des autorités, sur lesquelles ils aimeraient s’appuyer pour structurer la communication organisationnelle. Le texte analyse la perception de ce manque comme une difficulté pour ces institutions de trouver des dimensions distinctives pour se positionner dans un champ dont les repères traditionnels ont été bousculés par l’internationalisation et une moindre captivité des étudiants. Il souligne également la difficulté qu’elles ont à dépasser leur nature fondamentalement fragmentée pour définir une perspective unique et rassembleuse. La communication, censée participer à la fabrication de l’identité des universités, serait ainsi prise en tenaille entre un environnement institutionnel multiple et hétérogène, et un environnement organisationnel toujours aussi éclaté.

32 En Angleterre, le positionnement des organisations dans le champ et le marché universitaires apparait plus lisible, notamment à partir de l’analyse de la communication que les universités construisent sur elles-mêmes. C’est à ce travail de décodage des liens entre les positions des institutions académiques (dans le champ et le marché) et la nature de leur communication que s’attèlent Jelle Mampaey et Jeroen Huisman dans leur analyse des welcome addresses d’un échantillon de dix universités. Une double tendance se dégage : d’une part, sous la pression isomorphique, toutes les ins­titutions étudiées, quelle que soit leur position, se réfèrent à de nouveaux ensembles de valeurs (excellence, internationalisation, …) en adoptant un style directif de présentation de soi ; d’autre part, selon leur position cette fois (réputation haute vs. basse), elles déclinent différemment leur présentation de soi en termes de style et de contenu. Sur le plan du style, les organisations en position basse assortissent à une communication très directive une communication plus expressive, qui laisse la place au doute sur leur caractère réellement excellent ou international, ce qui est cohérent avec les contenus de communication, où les valeurs d’excellence sont déclinées à des échelles plus modestes, nationale ou infranationale, dans les organisations de bas statut. Le positionnement des organisations universitaires paraît donc se comprendre comme un positionnement d’ensembles ou de populations d’organisations les uns vis-à-vis des autres ayant pour fonction majeure de clarifier les enjeux de la compétition entre organisations. Autrement dit, le branding permet aux organisations de signifier avec qui elles ne sont pas en compétition (les organisations d’autres populations), avec qui elles le sont (celles du même cluster), mais aussi de tracer les frontières spatiales de cette compétition (internationale, nationale, infranationale).

33 Les deux derniers textes portent sur l’analyse de “nouveaux” outils de gestion des universités et visent à comprendre comment ceux-ci redessinent les contours de la gestion de ces organisations. Céline Hoerner et Jean-François Bachelet analysent un outil interne de gestion : une cellule chargée de mettre en place le reporting institutionnel afin de permettre aux autorités académiques de gérer l’université de manière plus réactive et plus fondée. Le texte montre bien les fonctions de centralisation de la gestion jouées par l’outil, cette dernière étant une dimension clef de la constitution de l’université comme un acteur organisationnel. Il insiste aussi à juste titre sur les enjeux de pouvoir liés à la mise en œuvre d’un tel outil, qui participe globalement d’un renforcement du pouvoir administratif central, aux dépends des administrations locales situées dans les facultés ou les structures de recherche. Aux niveaux académique et scientifique, l’ou­til suscite moins de résistance, sans qu’il soit possible à ce stade d’en donner une explication claire, même si les faibles implications visibles de ce dernier sur le travail réel des académiques et des scientifiques sont probablement heuristiques.

34 Miguel Souto-Lopez analyse quant à lui la rationalisation du processus d’enseignement à l’université à travers les acquis d’apprentissage. Après avoir retracé la trajectoire de cet outil depuis le niveau Européen jusqu’à celui des universités belges francophones, le texte approfondit la question de sa réception par différents groupes d’acteurs au sein de l’université. Il montre à ce propos que s’il a été favorablement accueilli, c’est grâce à l’implication d’experts et de personnels administratifs actifs en pédagogie universitaire qui ont véritablement accompagné la réforme dans ses enjeux locaux et pragmatiques. La thèse de cette contribution est celle d’un enchainement d’intérêts qui, par leur coalition permet une transformation plutôt profonde de la gestion universitaire (en matière d’enseignement) : depuis l’enjeu global de création d’un espace européen de l’enseignement supérieur, à celui pour les “pédagogues” de trouver et légitimer leur place dans l’environnement universitaire, en passant par celui pour les autorités locales de mieux maîtriser la gestion de l’enseignement.

35 Au final, ce dossier de Recherches sociologiques et anthropologiques offre donc au lecteur une véritable plongée dans le fonctionnement concret des universités contemporaines, aux prises avec un environnement institutionnel en pleine transformation, des logiques institutionnelles multiples et hétérogènes, et des incitations à engager des transformations en profondeur de leur gestion interne. Le lecteur y découvrira donc des universités confrontées à un double travail de rationalisation au sens de Weber, c’est-à-dire un travail de rationalisation en finalité, rejoignant l’idée que l’uni­versité suivrait particulièrement la logique institutionnelle de sa constitution en acteur organisationnel, mais aussi un travail de rationalisation en valeur, à savoir une réflexion et un arbitrage relatifs aux valeurs et au sens des missions qu’elle poursuit.

Haut de page

Bibliographie

Albert S., Whetten D. A.,
1985 “Organizational Identity”, Research in Organizational Behavior, 7, pp. 263-295.

Atvesson M.,
1990 “Organization : from Substance to Image ? ”, Organization Studies, 11(3), pp. 373-394.

Aula H. M., Tienari J.,
2011 “Becoming ‘World-Class’ ? Reputation-Building in a University Merger”, Critical Perspectives on International Business, 7(1), pp. 7-29.

Bleiklie I., Kogan M.,
2007 “Organization and Governance of Universities”, Higher Education Policy, 20, pp. 477-493.

Brunsson N., Sahlin-Andersson K.,
2000 “Constructing Organizations : The Example of Public Sector Reform”, Organization Studies, 21 (4), pp. 721-746.

Clark B. R.,
1972 “The Organizational Saga in Higher Education”, Administrative Science Quarterly, 17(2), pp. 178-184.

Cohen M. D., March J. G., Olsen J. P.,
1972 “A Garbage Can Model of Organizational Choice”, Administrative Science Quarterly, vol. 17(1), pp. 1-25.

Czarniawska B., Genell K.,
2002 “Gone Shopping ? Universities on their Way to the Market”, Scandinavian Journal of Management, 18(4), pp. 455-474.

Deem R., Mok K. H., Lucas L.,
2008 “Transforming Higher Education in whose Image ? Exploring the Concept of the ‘World-Class’ University in Europe and Asia”, Higher Education Policy, 21(1), pp. 83-97.

Dutton J. E., Dukerich J. M.,
1991 “Keeping an Eye on the Mirror : Image and Identity in Organizational Adaptation”, Academy of Management Journal, 34(3), pp. 517-554.

Fauré B., Arnaud N.,
2014 La communication des organisations, Paris, La Découverte.

Ferlie E., Musselin C., Andresani G.,
2008 “The Steering of Higher Education Systems : a Public Management Perspective”, Higher Education, 56(3), pp. 325-348.

Goffman E.,
1973 La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit.

Krücken G., Meier F.,
2006 “Turning the University into an Organizational Actor”, in Drori G., Meyer J., Hwang H. (eds.), Globalization and Organization. World Society and Organizational Change, Oxford, Oxford University Press, pp. 241-257.

Melewar T. C., Akel S.,
2005 “The Role of Corporate Identity in the Higher Education Sector : A Case Study”, Corporate Communications : An International Journal, 10(1), pp. 41-57.

Meyer J., Jepperson R.,
2000 “The ‘Actors’ of Modern Society : The Cultural Construction of Social Agency”, Sociological Theory, vol. 18, Issue 1, pp. 100-120.

Mintzberg H.,
1979 The Structure of Organisations : A Synthesis of the Research, Prentice Hall, Eaglewood Cliffs.

Musselin C.,
2009 “Les réformes des universités en Europe : des orientations comparables, mais des déclinaisons nationales”, Revue du MAUSS, n° 33, pp. 69-91.

Selznick P.,
1957 Leadership in Administration : A Sociological Interpretation, Berkeley, University of California Press.

Vásquez C., Cordelier B., Sergi V.,
2013 “Pratiques de branding en contexte universitaire. Une approche processuelle de la marque”, Études de communication, 40(1), pp. 93-110.

Waggoner D., Goldman P.,
2005 “Universities as Communities of Fate : Institutional Rhetoric and Student Retention Policy”, Journal of Educational Administration, 43(1), pp. 86-101.

Weick K. E.,
1995 Sensemaking in Organizations, Thousand Oaks, Sage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Draelants, Xavier Dumay et Aubépine Dahan, « Présentation. Les universités en quête d’identité ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-1 | 2016, 1-15.

Référence électronique

Hugues Draelants, Xavier Dumay et Aubépine Dahan, « Présentation. Les universités en quête d’identité ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/1584

Haut de page

Auteurs

Hugues Draelants

Girsef/Université catholique de Louvain.

Articles du même auteur

Xavier Dumay

Girsef/Université catholique de Louvain.

Articles du même auteur

Aubépine Dahan

Girsef/Université catholique de Louvain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org