Navigation – Plan du site
Débat

Faire une sociologie de la transaction sociale ou de la transaction sociale une sociologie ?

Quelques précisions pour répondre à l’interpellation de Maurice Blanc
Make Social Transaction a Sociology, or a Sociology out of Social Transaction? Some Clarifications in Responding to Maurice Blanc’s Reflections
Bernard Fusulier et Nicolas Marquis
p. 141-147

Résumés

La publication de l’article : « La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps » (Fusulier/Marquis, 2008), a généré un débat avec Maurice Blanc, dont la critique argumentée amène les auteurs à préciser la « version » de la transaction sociale qu’ils défendent et le rôle qu’ils lui font jouer dans l’univers des concepts sociologiques. Cet article propose de lever l’ambiguïté qui entoure la transaction sociale lorsqu’elle est définie simultanément comme paradigme et comme forme d’échange social. La pertinence sociologique de la transaction sociale ne réside d’ailleurs pas tant dans une vision du monde qu’elle offrirait, ni dans la caractérisation d’un type d’interaction, mais dans son invitation à lire les phénomènes sociaux selon un prisme prenant en compte leur caractère pluridimensionnel et processuel. Autrement dit, la transaction sociale traduit une perspective sociologique qui, dans l’analyse d’une situation, invite à convoquer des variables ou des dimensions qui excèdent de loin cette situation afin de comprendre plus finement à la fois les conditions de possibilité de celle-ci, le jeu des acteurs, les produits sociaux et leurs effets producteurs ou reproducteurs.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Comme l’a écrit Gaston Bachelard : « La vérité n’a son plein sens qu’au terme d’une polémique » (cité par Canguilhem, 1957 : 5-6). À cet égard, les critiques que Maurice Blanc nous adresse dans son article : « L’avenir de la sociologie de la transaction sociale. Réponse à Bernard Fusulier et Nicolas Marquis », sont très stimulantes et nous obligent, afin de désamorcer certains malentendus, à clarifier plusieurs points du propos que nous tenions au sujet de la notion de transaction sociale (Fusulier/Marquis, 2008). Il nous semble d’ailleurs, pour reprendre incidemment la terminologie des auteurs de l’ouvrage séminal Produire ou reproduire ? (Remy/Voyé/Servais, 1978), que les « zones d’accord » entre nous sont nettement plus étendues que les « zones de désaccord », même si certaines, il est vrai, paraissent néanmoins assez fondamentales. Celles-ci trouvent probablement en partie leurs fondements dans la labilité même de ce que recouvre la transaction sociale dans ses usages, et dans la difficulté qu’il y a à en déduire directement des applications empiriques qui seraient univoques. Nous avions conclu notre article sur ce constat, en notant cependant qu’on pouvait faire de cette labilité qui, il est vrai, possède un caractère insécurisant pour le sociologue, une force et une invitation à une pratique sociologique particulière. Cette manière originale de faire de la sociologie initiée dans le travail de Remy et al. autour de la transaction sociale emprunte à beaucoup d’autres perspectives sans se réduire à l’une d’entre elles.

2D’emblée, soulignons que, loin de viser la disqualification de la transaction sociale, notre retour réflexif et critique sur sa source entendait contribuer au travail intellectuel entrepris de longue date et mené, notamment, au sein de l’Association internationale des sociologues de langue française. En particulier, nous voulions soulever la confusion qui entoure la transaction sociale, à la fois considérée comme une forme d’échange social et comme un paradigme. Dans le présent texte, nous commencerons par débattre de cette ambiguïté, pour ensuite revenir sur notre interrogation litigieuse, à savoir, la transaction sociale constitue-t-elle un « paradigme daté » ? Nous poursuivrons notre réflexion par une mise en exergue de l’intérêt que la transaction sociale représente pour l’analyse sociologique et par une discussion sur la place de l’informel et de la stratégie dans sa conception.

II. De la confusion entre paradigme et forme d’échange social

3L’une de nos préoccupations dans l’article qui a donné lieu à cet échange avec Maurice Blanc, était d’éviter l’écueil que la confusion entre paradigme et forme d’échange social constitue, dans la mesure où celle-ci génère le risque de faire de la transaction sociale une notion « fourre-tout ». Or, « si la transaction sociale est partout, elle ne spécifie plus rien », prévenait déjà en 1992 Maurice Blanc (1992 : 13). Pourtant, cette confusion, déjà présente dans ce livre, demeure dans la réponse ici discutée, dans la mesure où l’auteur continue à parler d’une « sociologie de la transaction sociale », ce qui laisse entendre qu’on peut substantialiser cette dernière, alors définie comme « une interaction et un échange », tout en la qualifiant simultanément de « paradigme élargi », voire de « paradigme méthodologique » (Blanc, 2009).

4Pour notre part, nous proposons d’abord, et c’est bien entendu un choix que nous soumettons à la discussion, de ne pas assimiler la transaction sociale à une forme d’échange qui se distinguerait d’autres formes (le don, la négociation, etc.). Selon nous, si elle permet de porter un regard sociologique sur des échanges sociaux autour d’un problème donné, elle n’est pas un type d’échange particulier qui nous amènerait à identifier ce qui est de l’ordre de la transaction sociale et ce qui est de l’ordre de la négociation, de la médiation… Comme nous avons essayé de le montrer dans un article sur l’articulation entre transaction sociale et négociation (Fusulier/Marquis, 2009), cette dernière, comme d’autres formes d’échange, participe de la transaction sociale sans que celle-ci ne s’y réduise.

5Ainsi que nous l’évoquions à la fin de l’article paru en 2008 dans Recherches sociologiques et anthropologiques, il nous semble plus profitable d’imaginer que la transaction sociale est, non pas un type substantiel d’échange, mais bien un outil théorique à disposition du chercheur pour réfléchir l’encastrement de la situation (qui peut alors être un échange d’une forme particulière entre acteurs) dans des contextes plus larges. Autrement dit, la transaction sociale est plus englobante. En effet, d’un point de vue analytique, autour d’un problème collectif donné, elle invite le chercheur à prendre en considération les paramètres « structurels » (le structurel est producteur de contraintes et de possibilités objectives) et « structuraux » (le structural est producteur de sens, de la perception du normal et du possible) pour étudier de façon articulée deux logiques qui s’expriment dans la pratique sociale : une logique d’appropriation et une logique de production. Cette étude suppose alors que soient saisis : les acteurs impliqués dans l’échange que nécessite la résolution du problème ainsi que leur position de départ structurellement et structuralement définie ; les formes (parmi lesquelles la négociation, à côté d’autres figures d’interaction plus informelles et continues) et les contenus des échanges ; le produit qui en découle (par exemple un compromis) ainsi que ses effets objectifs et intentionnels, qui à leur tour vont reposer les bases structurelles, structurales et actorielles d’une nouvelle séquence qui peut être ressaisie à l’aune de la transaction sociale. La transaction sociale fait alors place à deux « plans d’analyse » en interstructuration : celui de l’événement ou de la situation d’une part, et celui du contexte de structuration de la situation d’autre part, et ce tenant compte de la dimension temporelle. L’article de Franck Dorso paru dans le numéro de Pensée Plurielle et épinglé par Maurice Blanc, constitue à cet égard une belle application de ce « schéma synthétique et opératoire » à l’analyse « des conflits d’usages et d’appropriation territoriale à Istanbul » (Dorso, 2009 : 107-120).

6Certes, nous reconnaissons l’insuffisante exigence avec laquelle nous avons mobilisé les terminologies épistémologiques du paradigme, du concept, de la théorie, de la notion. Cependant, on peut se poser la question de l’utilité d’enfermer la transaction sociale dans l’une de ces catégories des outils du savoir. L’une des questions que nous voulions formuler, et à laquelle notre article ne prétendait pas répondre de manière définitive, concernait le fait de savoir s’il ne valait pas mieux, dans une appréhension plus « phénoménologique », laisser un minimum de variabilité à la définition de la transaction sociale comme outil. Voire, et c’est une deuxième proposition que nous exposons, s’il n’était pas plus profitable de la comprendre comme se situant « à côté » de cet axe paradigmes-théories-concepts-notions, plutôt comme posture épistémologique, c’est-à-dire non pas comme une perspective substantielle à prétention plus ou moins totalisante, mais bien comme une invitation à un regard sociologique spécifique. Nous reviendrons par la suite sur cet aspect.

III. Du caractère « daté » de la transaction sociale comme paradigme

7Une précision s’impose avant de discuter les critiques de Maurice Blanc : outre que nous ne portions pas dans notre article de jugement définitif quant à la valeur de l’idée de transaction sociale, nous avons rappelé autant de fois que nécessaire que les indices éventuels d’un caractère daté se rapportaient non pas à la transaction sociale « en général », mais telle qu’elle est mobilisée dans le livre de 1978. On ne peut donc parler « d’enterrement » puisque notre but n’était pas d’insister sur le caractère potentiellement daté de la transaction sociale. Au contraire, le fait de mettre le doigt sur les éléments à partir desquels il est possible de critiquer l’utilisation de la transaction sociale avait pour but d’insister, dans un raisonnement dialectique, sur les points forts de l’appréhension du social par la transaction sociale, au-delà des éventuels changements de contexte et de perspective sociologiques que nous avons pu signaler. Ceci n’exclut nullement un re-travail de l’approche par la transaction sociale, basé sur les intuitions puissantes qu’elle comporte. Notre souci est donc pragmatique : réfléchir à la manière de concevoir l’approche par la transaction sociale qui donnerait aujourd’hui à cette dernière son aspect le plus puissant.

8Manifestement, l’un des éléments majeurs de la discussion que nous avons eue avec Maurice Blanc relevait de la qualification de « paradigme daté » que nous interrogions dans notre article à propos de la transaction sociale dans sa formulation originelle. Ce questionnement, formellement ponctué d’un point d’interrogation, face aux changements structurels et structuraux de nos sociétés contemporaines, était bien moins catégorique que ce que notre collègue laisse entendre. Parler du « changement social », c’est évidemment se confronter à l’une des questions les plus difficiles en sociologie. Surtout lorsqu’il s’agit de rapporter les changements sociaux à une perspective sociologique particulière visant à les appréhender. On rencontre ici un écheveau difficile à démêler entre a) les changements « effectifs », b) ce qu’en disent les travaux des sciences sociales, et c) les éventuelles modifications de la manière dont on fait les sciences sociales : trois dynamiques différentes, mais évidemment liées.

  • 1  Quoique des auteurs comme R. Castel (1995) ont insisté sur le nivellement par le bas des condition (...)

9Les liens entre une pensée et son contexte sont sans doute moins mécaniques que ce que nous laissions peut-être entendre, mais notre intention était d’indiquer qu’à son tour (comme elle l’avait fait en rapport avec d’autres perspectives antérieures) la transaction sociale, telle que mobilisée dans l’ouvrage de Remy et al., était susceptible de s’inscrire en faux par rapport à certaines réflexions actuelles qui pointent plutôt un brouillage des éléments considérés comme clairement identifiables par les auteurs. Certes, la transaction sociale fut une innovation de rupture, mais alors pourquoi ne pas imaginer que ce procédé ait pu se répéter par la suite ? Que le diagnostic des « nouvelles approches sociologiques » soit fait à tort ou à raison, c’est à la limite une autre question, trop complexe pour être traitée ici. Revenons cependant un instant sur l’exemple de la stratification en classes sociales contesté par Maurice Blanc. En proposant l’idée que la structure sociale s’est brouillée, suivant par là de nombreux auteurs, il ne nous semble pas que nous prenons un effet de conjoncture pour une mutation durable. Ce faisant, nous sommes plutôt fidèles à une intuition que formulaient Remy et al. lorsqu’ils faisaient l’hypothèse d’un épanchement de l’èthos de la classe moyenne, c’est-à-dire de la généralisation d’une lecture de soi particulière (Remy/Voyé/Servais, 1978 : 269). Reste que cette dimension structurale n’oblige en rien à considérer que les inégalités ont structurellement disparu ou que la société est devenue une immense classe moyenne1. C’est là un des intérêts de la transaction sociale que de permettre deux lectures : l’une en termes d’effets structuraux et l’autre en termes d’effets structurels.

10Notre propos entendait donc attirer l’attention sur certaines transformations structurelles et structurales qui troublent l’image de la société et de ses composantes structurantes, telle qu’elle a été livrée par Produire ou Reproduire ? et à partir de laquelle la transaction sociale a constitué un paradigme capable d’imaginer une « interprétation de la réalité » (citation de Remy et al. par Maurice Blanc dans ce numéro). À aucun moment nous ne parlons de « rupture complète » et n’excluons d’éléments de continuité ; nous en mentionnons d’ailleurs. Cela dit, face à un certain nombre de changements structurels et structuraux, bien entendu discutables, et aussi face à des transformations des grilles de lecture conjoncturelles de la sociologie, le paradigme tel que défini dans le livre ne nous paraît plus être l’élément fort d’une approche par la transaction sociale. Or, nous sommes persuadés de l’intérêt de cette dernière.

IV. De l’intérêt de la transaction sociale

11Où et quand la transaction sociale développe-t-elle son potentiel ? Il nous semble que nous nous accordons avec Maurice Blanc sur la réponse à donner à cette question, même si notre terminologie est différente. Là où il parle de paradigme méthodologique, il nous semble plus porteur d’en faire une posture épistémologique. En outre, de notre point de vue, vouloir saturer le concept, en lui donnant par exemple une définition précise, substantielle et arrêtée, n’est guère souhaitable. Au contraire, nous louons l’importance d’un concept non saturé en ce qu’il est particulièrement adapté aux enjeux de connaissance des phénomènes sociaux contemporains. Si la transaction sociale peut-être mise en question lorsqu’elle est considérée comme paradigme au sens de Weltanschauung, elle est d’une pertinence indéniable dès lors qu’elle invite le chercheur à regarder son objet d’une certaine manière.

12L’entrée par la transaction sociale nous oblige à questionner les conditions de possibilité de telle ou telle pratique en posant la question de ses coordonnées structurelles et structurales (qui permettent son existence et positionnent les acteurs dans l’échange social, sans en présupposer la substance), pour ensuite saisir finement le déroulement de la pratique sociale dont les produits et effets (objectifs et intentionnels) baliseront les séquences suivantes.

13En ce sens, la transaction sociale est une posture particulièrement adaptée aux enjeux actuels. En voici un exemple sans prétention. Nous vivons dans un univers marqué par les vulgates relatives à la communication. Le fait de communiquer est souvent présenté comme une solution miracle pour résoudre la totalité des problèmes, privés (couple, relation aux enfants…), comme publics (travail en entreprise, interactions de la vie quotidienne…), que tout un chacun peut rencontrer. Pour s’en convaincre, il suffit de remarquer la profusion d’ouvrages relatifs au développement personnel qui traitent de ce thème sur le mode du « comment communiquer au sein du couple », « apprendre à parler en ‘je’« , etc. (voir par exemple les travaux de J. Salomé, J. Gray, S. Famery, etc.). Les problèmes rencontrés par les individus y sont redéfinis comme étant des malentendus à expliciter. Les travaux d’E. Illouz mettent ce point bien en vue. Dans un court essai, l’auteur retrace une des filiations de cette idéologie de la communication comme moteur des résolutions de problèmes, à savoir le développement de la psychologie d’entreprise telle que la pratiquait E. Mayo dans les années 1930. Tentant de ressaisir et de comprendre la généralisation de cette vision de la communication dans tout le monde social, elle analyse notamment comment les techniques thérapeutiques s’appuient sur un modèle de la communication des émotions et « considèrent l’ambiguïté comme la grande ennemie de la vie intime » (Illouz, 2007 : 70). Une telle perspective thérapeutique a donc pour ambition de proposer « toute une série de techniques qui nous permettent de prendre conscience de nos besoins et de nos sentiments, mais elle transforme aussi ces émotions en objets extérieurs au sujet, qu’il faut surveiller et contrôler » (Ibid.) : les émotions doivent être connues et reconnues, clarifiées et identifiées, pour être communiquées. Bref, hors de l’explicitation, pas de salut.

14La perspective qu’ouvre la transaction sociale a l’avantage d’obliger à rompre avec cette conception de sens commun (et c’est l’un de ses grands avantages sur une approche basée sur la négociation). Elle oblige à remettre en question cette idée selon laquelle « communiquer » serait un acte socialement investi d’une valeur quasi thérapeutique, en préférant élargir le spectre de l’analyse aux conditions de possibilité de cette situation, et plus largement encore, à tout ce qui ne se dit pas. Pourquoi la communication se voit-elle parée de telles vertus à l’heure actuelle (voir aussi ce qu’en disait Sennett, 1977) ? Quels éléments d’arrière-plan doivent être partagés par les individus pour que ceux-ci puissent fonctionner ensemble (par exemple le fait de considérer que nous avons tous un inconscient qui s’exprime malgré nous) ? Quelles sont les « conditions indiscutées de la discussion », pour reprendre la définition bourdieusienne (1997) de l’illusio ? Autant de questions que la transaction sociale permet de poser de manière pertinente parce qu’elle invite à un certain regard sociologique. C’est là, selon nous, que se trouve l’un de ses points forts : « une bonne manière de poser les questions », écrivions-nous en référence aux enseignements de Jean Remy.

V. De l’informel et de la stratégie

15L’exemple que nous venons d’esquisser indique que nous sommes totalement en accord avec Maurice Blanc lorsqu’il souligne l’importance de l’informel et la supériorité relative du « modèle » (voilà peut-être un terme qui lui conviendrait) de la transaction sociale par rapport à celui de l’analyse stratégique (Crozier/Friedberg, 1977). L’analyse stratégique, à notre sens, bien qu’elle partage dans une certaine mesure cette insistance sur l’informel (avec sa volonté d’aller voir ce qui se passe derrière les règles formelles, dans ce qu’elles ouvrent malgré elles comme jeu, comme marges de manœuvre, etc.) ne permet pas d’aller aussi loin, ou plutôt de « brasser aussi large » que l’approche par la transaction sociale. En partie parce que, et c’est l’un de ces avantages qui a contribué à son succès grâce à l’aisance de sa traduction empirique, la démarche d’analyse stratégique tente, pourrions-nous dire, de « formaliser (scientifiquement) l’informel ». Elle le fait, d’une part, en tentant de clore les situations d’analyse à travers l’idée du système d’action concret, à l’intérieur duquel se déroulent les relations de pouvoir qui constituent d’ailleurs le principal indice de son existence. À notre sens, la force, qui est aussi une sorte d’honnêteté, de la transaction sociale, c’est de ne pas accepter de fonctionner avec le principe du ceteris paribus, ou du moins, d’y recourir le moins possible dans la ressaisie de la complexité du réel. D’autre part, la transaction sociale dépasse l’analyse stratégique par la plus grande complexité de ses attendus anthropologiques. Même si des concepts tels que ceux de « rationalité limitée » (Simon, dans Crozier/Friedberg, 1977) ou de « main cachante » (Hirschman, dans Crozier/Friedberg, 1977) y sont mobilisés, l’analyse stratégique se doit, pour fonctionner, d’être appuyée sur un modèle anthropologique relativement pauvre : celui d’un individu principalement animé par des intérêts. Il s’agit là d’une autre forme de ceteris paribus, qui perçoit l’individu sous un angle bien particulier. En invoquant une dimension structurale inexpugnable et les logiques psycho-affectives qui animent l’individu, la transaction sociale complexifie cette perception, et se rapproche de la démarche anthropologique, parce qu’elle permet d’analyser ce à quoi « tiennent » les individus (dans le double sens de ce qui est perçu comment important et de ce qui nous attache) et les groupes, sans que cela soit pour autant du ressort de l’intérêt et du calcul.

16En somme, si une même intuition de l’importance de l’informel traverse l’analyse stratégique et la transaction sociale, cette dernière est susceptible d’aller plus loin. Non seulement pour les raisons évoquées ci-dessus, mais aussi parce qu’en mobilisant un niveau d’analyse structural, elle s’intéresse à ce qui peut « passer » sans même qu’il y ait communication (rappelant par là également certaines intuitions de G. Tarde, reprises par B. Latour, 2006). Il n’en demeure pas moins qu’une approche de la transaction sociale peut très bien recourir à la formalisation stratégique pour préciser des jeux et enjeux de pouvoir, tout d’ailleurs comme à d’autres formalisations spécifiques.

VI. Pour conclure sans clore le débat

17Pratiquement, que ce soit à l’occasion de relectures des versions antérieures de l’article : « La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps », ou à la faveur des échanges qui ont eu lieu dans le cadre de la décade de Cerisy-la-Salle organisée en 2008 sur le thème : « Penser la négociation en modernité avancée », nous avons enregistré des réactions très concrètes concernant l’intérêt de la transaction sociale. « À quoi cela sert-il d’ajouter ce paradigme à celui de la négociation ? », « N’êtes-vous pas en train de mobiliser une approche à ce point englobante qu’au final, tout pourrait être compris en termes de transaction sociale ? »… Ces questions nous ont amenés à nous lancer dans une définition pragmatique de l’utilité de la transaction sociale.

18Nous avancerions volontiers que la transaction sociale est une sociologie pertinente et d’avenir, non pas tant parce qu’elle donne telle ou telle vision du monde ou parce qu’elle caractérise une forme d’échange social, que parce qu’elle invite à convoquer, dans l’analyse d’une situation, à travers un prisme qui lui est propre, des variables ou des dimensions qui excèdent de loin cette situation, afin de comprendre plus finement les conditions de possibilité de celle-ci, le jeu des acteurs, les produits sociaux et leurs effets. Telle est en tout cas la « version » de la transaction sociale que nous défendons.

19Sans doute n’avons-nous pas été assez explicites quant à certains aspects de nos propositions, mais notre objectif n’était certainement pas d’enterrer la transaction sociale. Si nous avons exprimé certains reproches, somme toute assez banals, nous avons surtout essayé de dégager un ensemble de lignes-forces, qui pour leur part ne subissent pas les potentiels effets de l’inscription dans un contexte de production du savoir. Ainsi, notre propos n’était pas d’organiser l’enterrement de la transaction sociale ; il s’agissait au contraire, avec Maurice Blanc et d’autres, de contribuer à l’inscription de cette dernière dans l’espace des sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Blanc M., 2009, « La transaction sociale : genèse et fécondité heuristique », Pensée Plurielle, 2009/1, n° 20, pp. 25-36

Blanc M., Dir., 1992, Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan.

Bourdieu P., 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Canguilhem G., 1957, « Sur une épistémologie concordataire », in Bouligand G. et al., Hommage à Gaston Bachelard, Paris, PUF, Études de philosophie et d’histoire des sciences, pp. 3-12.

Castel R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Crozier M., Friedberg E., 2001, L’acteur et le système, Paris, Seuil [1977].

Dorso F., 2009, « La transaction sociale, paradigme et outil : proposition d’un schéma synthétique et opératoire. Applications à une étude sur les conflits d’usages et d’appropriation territoriale à Istanbul », Pensée Plurielle, 2009/1, n° 20, pp. 107-120.

Fusulier B., Marquis N., 2008, « La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39, 2, pp. 165-178.
2009, « Transaction sociale et négociation : deux notions à articuler », Négociations, à paraître

Illouz E., 2006, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil.

Latour B., 2006, Changer de société, refaire la sociologie, Paris, La Découverte.

Remy J., Voyé L., Servais E., 1978, Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, Bruxelles, De Boeck.

Sennett R., 1977, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  Quoique des auteurs comme R. Castel (1995) ont insisté sur le nivellement par le bas des conditions de sécurité d’existence de différents membres de la société : des franges de plus en plus importantes de la classe moyenne seraient, à tort ou à raison frappées d’un sentiment d’insécurité par rapport à la pérennité de leur situation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Fusulier et Nicolas Marquis, « Faire une sociologie de la transaction sociale ou de la transaction sociale une sociologie ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 141-147.

Référence électronique

Bernard Fusulier et Nicolas Marquis, « Faire une sociologie de la transaction sociale ou de la transaction sociale une sociologie ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/159 ; DOI : 10.4000/rsa.159

Haut de page

Auteurs

Bernard Fusulier

UCL/ANSO, bernard.fusulier@uclouvain.be

Articles du même auteur

Nicolas Marquis

FUSL, marquis@fusl.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org