Navigation – Plan du site

Entre logiques institutionnelles et pratiques individuelles. La recherche biomédicale dans l’espace académique suisse

Between Institutional Logics and Practical, Individual Logics . Biomedical Research in Swiss Academic Space
Martin Benninghoff, Andrea Lutz et Raphaël Ramuz
p. 67-88

Résumés

La transformation des modes de régulation des universités intervient aujour­d’hui selon des modalités multiples dans le paysage académique européen. Dans le cadre de cet article, nous nous proposons d’analyser la gouvernance sous l’angle de la formulation par les directions d’établissements universitaires de domaines prioritaires de recherche. Si la valeur stratégique que ceux-ci sont censés exprimer vis-à-vis de l’extérieur semble être relativement claire, puisque explicitement revendiquée dans les discours des universités, la fonction qu’ils remplissent vis-à-vis de l’intérieur demeure cependant plus ambigüe et mérite d’être étudiée plus en profondeur. Il s’agit notamment de comprendre à la fois le sens de ces catégories pour les acteurs qui composent les universités et d’analyser l’usage qu’ils en font. Pour cela, nous proposons une analyse empirique des processus de structuration à l’œuvre dans un domaine de recherche à caractère interdisciplinaire, à savoir celui de la recherche biomédicale qui, au cours des quinze dernières années, a assumé une place prépondérante dans l’a­genda de plusieurs institutions académiques suisses. Cette nouvelle logique institutionnelle est l’aboutissement d’un processus de co-construction de l’agenda scientifique des universités mené tant par les directions des universités que par les chercheurs eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1 La transformation des modes de régulation des universités intervient au­jourd’hui selon des modalités multiples dans le paysage académique européen (Paradeise et al., 2009). Elle a été abordée sous l’angle du financement, de l’évaluation, de la qualité, de la nouvelle gestion publique. Dans le cadre de cet article, nous proposons d’analyser ce phénomène sous l’an­gle de la planification stratégique. L’analyse vise à comprendre dans quelle mesure la formulation par les directions d’établissements universitaires de domaines prioritaires de recherche intervient sur la structuration de la recherche.

2 En raison de modes de financement de plus en plus concurrentiels et d’une plus grande autonomie gestionnaire accordée par les autorités politi­ques, les universités suisses ont cherché, depuis quelques années, à mieux se positionner scientifiquement au sein du champ académique, tant au niveau national que sur un plan international. Ces transformations les ont amenées à se profiler de manière plus claire et plus explicite vis-à-vis du monde politique et du grand public, afin de légitimer leurs propres activités, sur la base de l’argument de l’utilité sociale des recherches qu’elles conduisent. Les directions des universités établissent un “portefeuille” de domaines de recherche pour lesquels elles sont prêtes à s’investir prioritairement (Fumasoli/Lepori, 2011). Ces thèmes de recherche sont prioritaires en raison de leur portée stratégique tant pour l’institution que pour les bailleurs de fonds : plus-value économique et politique, d’une part, et capacité à fédérer un grand nombre de laboratoires et de mener des recherches reconnues internationalement, d’autre part. Ils sont souvent définis à l’aide de mots-valises, dépassant les visions et divisions disciplinai­res classiques (par exemple, santé, durabilité, nanosciences, vulnérabilité, études globales, langage et communication), permettant à ceux-ci d’être compréhensibles et identifiables tant par des scientifiques que par des non-scientifiques. Ces mots-valises sont utilisés par les directions d’établisse­ment dans leurs stratégies de communication ou lors de la formulation de leurs missions et planifications stratégiques destinées aux membres de l’institution tout comme aux usagers de celle-ci (Kosmützky, 2012). Ils peuvent dès lors être analysés comme des catégories d’action publique, dans la mesure où les acteurs (académiques et scientifiques) en font usage dans des stratégies de positionnement au sein d’espaces disciplinaires et académiques.

3 Si la valeur stratégique que ces domaines prioritaires sont censés expri­mer vis-à-vis de l’extérieur semble être relativement claire, puisque explicitement revendiquée dans les discours des universités, la fonction qu’ils remplissent vis-à-vis de l’intérieur demeure cependant plus ambigüe et mérite d’être étudiée plus en profondeur. Il s’agit notamment de compren­dre à la fois le sens de ces catégories pour les acteurs qui composent les universités et d’analyser l’usage qu’ils en font. Notre article se donne précisément pour objectif d’étudier cette problématique à partir d’une analyse empirique des processus de structuration à l’œuvre dans un domaine de recherche à caractère interdisciplinaire, à savoir celui de la “recherche biomédicale” qui, au cours des quinze dernières années, a assumé une place prépondérante dans l’agenda de plusieurs institutions académiques suisses.

4 Ce processus se joue tant au niveau des politiques gouvernementales et des stratégies des directions d’établissement universitaires qu’au niveau des initiatives prises par les scientifiques pour déployer leur recherche. Cette problématique a déjà fait l’objet de plusieurs travaux empiriques, combinant des approches de sociologie des organisations, sociologie des sciences et de sociologie de l’action publique (Gumport, 2000 ; Morris, 2000 ; Whitley/Gläser, 2014). Dans cet article nous mobilisons une appro­che néo-institutionnelle qui permet de montrer la relation dialectique entre contexte institutionnel et stratégie des acteurs (Thorton/Ocasio, 2008). Dans cette perspective, les acteurs n’agissent pas “librement” : leurs prati­ques sont structurées par un contexte institutionnel caractérisé par des nor­mes, valeurs, règles stabilisées et objectivées. Le néo-institutionnalisme offre ainsi un cadre théorique pour analyser le travail de reconfiguration et d’adaptation des “pressions externes” sur le champ académique. Dans cette perspective, des travaux ont porté sur l’émergence de nouvelles logi­ques institutionnelles, à l’exemple des logiques de marché dans le domai­ne du social ou de la santé (Ruef, 1999) pouvant conduire à la création de nouvelles catégories d’action publique (Rao et al., 2003) ou à la transformation du sens de certaines catégories existantes (Ruef, 1999 ; Ocasio/Jo­seph, 2005). Notre étude s’inscrit dans la continuité de ces travaux et vise à comprendre comment cette logique de marché (e.g., nouvelle gestion pu­blique, planification stratégique) modifie l’organisation du système acadé­mique et dans quelle mesure elle intervient sur la structuration des domai­nes de recherche. La définition de domaines prioritaires comme élément d’une planification stratégique constituerait une nouvelle logique institutionnelle à l’œuvre dans le champ académique suisse, à savoir

[…] the socially constructed, historical patterns of material practices, assumptions, values, beliefs, and rules by which individuals produce their material subsistence, organize time and space and provide mea­ning to their social reality (Thornton/Ocasio, 2008 :101).

5 Nous formulons l’hypothèse que cette nouvelle logique institutionnelle agirait sur les pratiques et représentations des directions d’établissements universitaires, mais également des chercheurs.

6 Notre analyse se divise en trois parties. Dans la première, il s’agira d’expliquer de quelle manière la recherche biomédicale apparaît dans le portefeuille de domaines prioritaires des universités suisses. Dans la deuxième partie, nous allons analyser de quelle manière ce thème se retrouve également dans la manière dont les chercheurs catégorisent leurs recher­ches lors de la soumission de requêtes au Fonds national suisse pour la re­cherche scientifique (FNS). Dans la troisième partie, à partir d’entretiens menés avec des chercheurs provenant de différents domaines des sciences naturelles, exactes et des sciences de l’ingénieur provenant de toutes les hautes écoles universitaires suisses, il s’agira d’étudier de plus près l’intégration de ces catégories dans les discours et les pratiques des chercheurs et d’identifier les liens avec les nouvelles logiques institutionnelles à l’œuvre dans le champ académique.

II. La structuration de la recherche universitaire par les domaines prioritaires : une nouvelle logique institutionnelle à l’œuvre

  • 1  Elles ont été créées dans les années 1990 sur la base des écoles cantonales professionnelles et te (...)

7 Le système universitaire suisse est composé de deux écoles polytechni­ques fédérales (EPF), de dix universités cantonales et de sept universités de sciences appliquées, appelées Hautes écoles spécialisées (HES)1. Contrairement à d’autres pays, il n’existe pas de centres nationaux de recher­che, à l’exception des laboratoires de recherche rattachés aux EPF. La gouvernance du système universitaire, en raison du fédéralisme propre au système politique suisse, est partagée entre les cantons et la confédération. Les cantons disposent d’un pouvoir de régulation sur les dix universités cantonales, alors que la confédération est responsable pour le domaine des écoles polytechniques. Institutions académiques plus récentes (1997), les HES sont gérées par les cantons, mais font également l’objet d’un encadre­ment par la confédération. Le cadre juridique qui régule le système universitaire accorde une grande autonomie académique, financière et organisationnelle aux universités. Cette forme de gouvernance à distance est le résultat de plusieurs réformes politiques, qui à partir de la fin des années 1990, ont redéfini l’organisation des universités à partir d’un modèle de gestion par projet de type new public management (NPM). Ce processus a commencé avec la révision de la loi fédérale sur l’aide aux universités de 1999 et a été suivi par l’introduction de nouvelles lois cantonales sur les universités au cours des années 2000, avec des temporalités et des modalités variables selon les cantons (Benninghoff/Leresche, 2003). Celles-ci ont eu pour effet d’augmenter le niveau d’autonomie des universités et de renforcer le rôle des recteurs et des directions (Fumasoli, 2008 ; Fumasoli/Le­pori, 2011). Cette autonomie institutionnelle croissante a cependant été ac­compagnée par l’exigence pour les universités de mieux définir leur place et de se profiler au sein du système académique, aussi bien sur un plan na­tional qu’international. Les autorités politiques fédérales et cantonales ont argué qu’en période de restrictions budgétaires, tous les domaines de recherche ne pourraient être soutenus (Leresche et al., 2012). La confédération et les cantons ont de ce fait demandé aux directions des institutions académiques d’élaborer des plans stratégiques, identifiant des axes de développement et des domaines de recherche prioritaires dans lesquels concentrer leurs investissements.

8 Outre les autorités politiques cantonales et fédérales, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), principale agence de moyen, participe également à l’émergence d’une nouvelle logique institutionnelle au sein des hautes écoles universitaires, à savoir la croyance que la qualité de la recherche et l’efficience de son organisation passent par la définition et l’établissement de domaines de recherche prioritaires. Sous pression po­litique, le FNS a mis en place dans les années 1970 des programmes nationaux de recherche (PNR), puis dans les années 1990, des programmes prioritaires de recherche (PPR), transformés en 2000 en Pôles de recherche nationaux (PRN). Ces instruments de financement devaient permettre de soutenir des projets dans des domaines considérés comme prioritaires. Alors que les thèmes des PNR étaient historiquement proposés par l’admi­nistration fédérale et celle du FNS, les PPR et surtout les PRN le sont par les chercheurs eux-mêmes, mais entérinés par les directions des universités et écoles polytechniques (qui les financent à hauteur de 50 % du budget total), puis sur le plan scientifique par le FNS et finalement sur le plan politique par le gouvernement suisse.

9 L’introduction en 2001 des Pôles de recherche nationaux (National Centres of Competence in Research – NCCR) a contribué à renforcer la structuration du système académique suisse autour de domaines de recher­che prioritaires. Comme son nom l’indique, cet instrument vise à créer des centres de compétence inter-institutionnels regroupant une centaine de chercheurs sur des « thèmes d’importance stratégique pour l’avenir de la science, de l’économie et de la société suisses » (FNS, 2015). Une université est toujours désignée comme leading house pour un NCCR et doit établir et organiser les collaborations avec d’autres partenaires de recherche à l’échelle suisse, sur la base d’une logique de projet et de réseau. Les budgets des NCCR se situent tous au-delà des 20 millions d’euros. Les programmes peuvent durer jusqu’à 12 ans. L’université s’engage par la suite à stabiliser ces activités scientifiques avec ses propres moyens. En raison de cette modalité de financement conjointe et de l’importance des budgets impliqués, cet instrument a un effet très structurant sur les lignes de recherche des universités.

10 Pour pouvoir expliquer de quelle manière ces nouvelles politiques de “priorisation” opèrent sur la structuration des domaines de recherche à l’échelle des universités et des écoles polytechniques fédérales, nous avons dans un premier temps exploré différents documents officiels produits par leurs directions sur la période 2000-2014, tels que les plans de développement stratégiques, les conventions d’objectifs (établies avec les cantons) et les rapports annuels. Notre attention s’est en particulier portée sur les domaines prioritaires identifiés par les directions et leur évolution au cours du temps. Les domaines prioritaires nous renseignent sur la manière dont les directions des universités se présentent, tout en objectivant des processus de (re)structuration à l’œuvre en leur sein.

11 Nos explorations nous ont permis de constater qu’un grand nombre de domaines prioritaires présentent un lien avec la médecine et la santé, que ce soit dans leur intitulé ou dans la description qui en est donnée dans les rapports consultés. Ils sont présentés comme s’inscrivant dans une démarche de “recherche biomédicale”, se situant à la frontière entre la recherche fondamentale sur le vivant (bio) et la recherche appliquée au champ de la médecine (médical). Ces domaines désignent des approches scientifiques relativement différentes (découlant de disciplines telles que la biologie, les sciences de l’ingénieur, la chimie, la physique, les mathématiques et l’informatique), dont le point commun est celui d’avoir une application médicale actuelle ou potentielle. Tout en reflétant des dévelop­pements épistémiques propres à la recherche universitaire et aux discipli­nes qui la composent, ces domaines prioritaires participent également à la valorisation de la recherche (vis-à-vis du monde politique et du public) et à la construction de sa légitimité, à travers la mise en avant de l’argument de l’utilité sociale de celle-ci, en termes d’applications diagnostiques et thérapeutiques.

  • 2  Afin de couvrir de la manière la plus large possible le spectre des catégories de domaines priorit (...)

12 A partir de ces explorations, nous avons pu distinguer les hautes écoles qui n’affichent pas la recherche biomédicale comme domaine de recher­che prioritaire, de celles qui en font un “fer de lance”. Dans le premier groupe, nous avons surtout des petites universités (en taille) sans hôpitaux universitaires : les universités de Neuchâtel, de la suisse italienne, de Lucerne, de Saint-Gall, et de Fribourg. Dans le deuxième groupe, nous avons les universités de Genève, de Lausanne, de Zurich, de Berne et de Bâle, ainsi que les deux écoles polytechniques fédérales, Zürich et Lausanne. Afin d’obtenir une vue d’ensemble des domaines prioritaires affichant un lien avec la médecine et à la santé2, nous avons construit un tableau synthétique (annexe 1) pour les années 2000 à 2014, en opérant une division temporelle par périodes de cinq ans (2000-2004, 2005-2009, 2010-2014). Nous n’avons pas pu remonter plus loin dans la genèse des domaines prioritaires car ceux-ci n’étaient pas clairement formalisés auparavant dans des documents. Pour notre comparaison, nous n’avons retenu que les hau­tes écoles universitaires faisant de la recherche biomédicale un domaine prioritaire. Dans le tableau, nous avons recensé les domaines où les termes “biomédical” et “biomédecine” apparaissent de manière explicite. Nous avons également recensé les catégories où la mise en lien entre le “bio” et le “médical” se fait par l’usage de termes sémantiquement proches (translationnel, médical, santé), par la référence à des sous-disciplines à composante médicale (génétique, génomique, neurosciences, bioinformatique, biotechnologies), ou à travers le positionnement sur des objets de recher­che spécifiques (cancer, reins, cellules souches, infections).

13 La comparaison des domaines prioritaires confirme que les directions des universités et des écoles polytechniques fédérales se servent de ces catégories de manière stratégique afin de se profiler dans le monde acadé­mique suisse et international à travers des spécialités et des thématiques qui leur sont propres. Cependant, le tableau fait également apparaître plusieurs points de croisement entre les domaines prioritaires des différentes hautes écoles universitaires. Ceci est avant tout le reflet des collaborations interinstitutionnelles que ces universités ont construites au cours du temps. Ces deux stratégies (différenciation et collaboration) ne sont donc pas exclusives, mais constituent plutôt un équilibre propre au système académique suisse (Fumasoli/Lepori, 2011).

14 L’analyse dans le temps des catégories de domaines prioritaires, nous permet d’observer plusieurs processus discursifs et institutionnels à l’œu­vre au sein des établissements académiques suisses. De manière générale, le tableau montre que dès le début des années 2000, aussi bien les universités que les écoles polytechniques se profilent autour de ce champ interdisciplinaire de recherche. Si les universités disposent d’un portefeuille d’axes de recherche très varié en lien avec le biomédical, les écoles polytechniques sont surtout axées autour des développements technologiques et des applications (génie biomédical, bio- et nanotechnologies). Avec le temps, ces dernières ont cependant élargi leurs domaines de compétence et ont intégré des lignes de recherche plus générales (sciences de la vie), mais aussi plus fondamentale (génomique, neurosciences). Cela s’observe également dans leur capacité croissante à acquérir des pôles de recherche nationaux, dans des thématiques aussi variées que l’oncologie, les neurosciences, les nanotechnologies et la technique biomédicale. A l’EPF de Lausanne, cet élargissement des lignes de recherche s’est opéré de manière beaucoup plus rapide et radicale qu’à l’EPF de Zurich, dont la princi­pale spécialité demeure encore aujourd’hui la technique biomédicale. En termes d’institutionnalisation de la recherche biomédicale, on observe des différences temporelles et thématiques entre ces deux écoles, car à Lausanne une faculté de sciences de la vie a vu le jour en 2002, alors qu’à Zurich ce n’est qu’en 2012 qu’une faculté de techniques pour la santé se met en place. Si la première faculté a un caractère très généraliste et interdisciplinaire, la deuxième demeure relativement spécialisée et disciplinaire.

15 Dans les universités, le portefeuille de domaines prioritaires à caractère biomédical est large et varié. Elles se différencient les unes des autres, tout en gardant plusieurs points de croisement. Sur la période considérée, on observe relativement peu de changements dans les axes de recherche choisis et dans l’importance accordée au biomédical. Ce champ de recherche semble être constitutif de leur identité depuis le départ. Cependant, sur le plan institutionnel (plus que discursif), il est possible d’observer des processus importants de restructuration, intervenant en particulier entre 2000 et 2005. Dans cette période, plusieurs nouvelles unités institutionnelles interdisciplinaires à caractère biomédical voient le jour, selon des degrés variables en fonction des universités. A Lausanne, la biologie et la médecine sont fusionnées dans une seule et même faculté en 2000. A Bâle, un département de biomédecine voit le jour au sein de la faculté de médecine en 2004. A Berne, un département interfacultaire de biologie et médecine est créé en 2000 entre faculté des sciences et faculté de médecine. Genève introduit un département de médecine fondamentale au sein de la faculté de médecine en 2002. Ce processus de création de nouvelles unités institutionnelles entre médecine et sciences naturelles peut à nos yeux être consi­déré comme un exemple d’institutionnalisation du discours des directions des universités, qui depuis la fin des années 1990 incitent à la réorganisation de la recherche autour de domaines prioritaires à caractère interdisciplinaire, tout en étant également le reflet de développements épistémiques propres au monde de la recherche. L’institutionnalisation de la recherche biomédicale peut également s’observer dans l’émergence de plusieurs cen­tres de recherche thématiques au sein des universités, comme aussi dans la création de pôles de recherche nationaux par le biais du FNS. Chaque université dispose de ses propres centres de compétence. Certains de ces cen­tres sont également cogérés par plusieurs universités, selon une logique de partage des fonds et des infrastructures. Zurich est l’université qui a le plus investi dans cette logique institutionnelle, en créant véritablement des centres de compétence autour du biomédical (physiologie humaine, biotechnologie appliquée et médecine moléculaire). Contrairement aux autres universités, elle n’a pas opéré d’importantes réorganisations au niveau de la structure facultaire, mais a favorisé le développement de la recherche biomédicale à travers ce type de centres de compétences thématiques.

III. Catégoriser les projets de recherche

16 Dans cette section, nous allons nous pencher sur les pratiques de catégorisation des projets de recherche par les chercheurs lors de la soumission de requêtes auprès du FNS, afin de comprendre dans quelle mesure les domaines de recherche prioritaires formulés par les hautes écoles universitaires sont présents au niveau des chercheurs dans leurs stratégies dis­cursives. Nous voulons savoir si ceux-ci-ci se retrouvent dans la définition que les chercheurs donnent de leurs activités scientifiques vis-à-vis de cette agence de moyens et de leurs pairs, qui participent à l’évaluation de leurs projets de recherche.

  • 3  La base de données P3 permet en effet de sélectionner dans une même recherche les projets qui cont (...)

17 Nous avons choisi de nous baser sur les informations relatives aux projets de recherche soutenus par le FNS, car il s’agit de la manière la plus simple pour obtenir des données sur un large échantillon de chercheurs pour l’ensemble de la Suisse. Pour ce faire, nous avons utilisé la base de données P3 que l’agence de moyens met à disposition du public sur son site web, où sont recensés tous les projets financés depuis sa création jus­qu’à nos jours. Pour chaque projet nous disposons du titre, du descriptif, de l’année d’obtention, du rattachement institutionnel et de la discipline du requérant. Nous avons décidé de rechercher pour la période 2000-2013, tous les projets contenant la catégorie “biomedical”, ou des catégories sémantiquement proches comme “medical”, “medicine”, “health”, “clinical” et “translational”3. Ces catégories permettraient en effet aux chercheurs de présenter leurs projets comme ayant un lien avec le domaine médical et de la santé.

  • 4  Nous avons pondéré les résultats par rapport au nombre total de projets obtenus par l’institution.

18 Les résultats de nos recherches montrent que les universités où la recherche biomédicale figure comme domaine prioritaire sont également celles où le plus de chercheurs mobilisent cette catégorie au sein de leurs projets de recherche4 (tableau 1). Les sept hautes écoles identifiées au départ apparaissent également ici comme dominantes. La référence très forte au médical dans les projets pourrait d’une part s’expliquer par l’importan­ce réelle que ce thème assume au sein de ces institutions en termes de volume de recherche et de nombre de chercheurs. D’autre part, ce résultat pourrait également confirmer l’hypothèse d’un rapport entre le discours institutionnel et les chercheurs, à savoir un effet de structuration des domaines de recherche prioritaires sur les discours et les pratiques individu­elles. Les résultats font apparaître des différences entre les universités cantonales et les écoles polytechniques fédérales. Les chercheurs des EPF utilisent en effet moins souvent la catégorie “biomédical” en comparaison avec les chercheurs des autres universités. L’explication que nous pouvons donner à ces différences est double. D’une part, ces données pourraient in­diquer que la recherche biomédicale est moins développée au sein des écoles polytechniques. Compte tenu du fait que ce domaine est apparu de manière plus récente dans l’agenda de ces institutions cette interprétation pourrait être valide. D’autre part, cela pourrait aussi signifier qu’il est stratégiquement moins intéressant pour un chercheur des EPFs d’affilier ses projets de recherche à la catégorie “biomédical”, comparé à un chercheur des universités.

Tableau 1 : % de projets affichant une composante médicale par institution académique.

Tableau 1 : % de projets affichant une composante médicale par institution académique.

19 Les différences entre les universités et les écoles polytechniques s’ob­servent également lorsqu’on analyse l’évolution du nombre de projets affi­chant une composante médicale dans le temps. Dans le tableau 2 nous présentons l’évolution du nombre de projets pondérée par rapport au nombre total de projets obtenus par chaque institution pour chaque année. En com­paraison avec les universités, les écoles polytechniques connaissent un taux plus bas de projets et une croissance plus lente, qui intervient de manière plus tardive. Il est cependant surprenant de constater que l’usage de la catégorie “biomédical” au sein de l’EPF Lausanne atteint à peu près le même niveau que celui des universités sur la période 2009-2012.

Tableau 2 : évolution dans le temps du % de projets à composante médicale par institution académique.

Tableau 2 : évolution dans le temps du % de projets à composante médicale par institution académique.

20 Les résultats les plus intéressants de l’exploration dans la base de données P3 concernent les différences entre les disciplines (tableau 3). Dans ce cas, nous avons également effectué une comparaison relative du nom­bre de projets affichant une composante médicale, pondérée par rapport au nombre total de projets financés au sein de chaque discipline. En termes relatifs, nous constatons que la biologie et la médecine sont les mieux représentées. Ce résultat n’a rien d’étonnant. Bien que moins importantes, les sciences de l’ingénieur, la chimie, la physique, les mathématiques et les sciences de l’environnement disposent également d’un nombre important de projets affichant une dimension médicale. Même si l’usage de la catégorie “biomédical” est plus important dans les projets en médecine (25 %) et biologie (10 %), la proportion de projets utilisant cette catégorie est également significative dans les autres disciplines, notamment en sciences de l’ingénieur (8 %) et en chimie (6 %). Ces résultats indiqueraient une forme de médicalisation des sciences de base.

21 Afin de mieux comprendre la place que la recherche biomédicale occupe au sein des différentes disciplines, il est également intéressant d’étu­dier les usages de la catégorie “biomédical” dans le temps. Dans la comparaison relative (tableau 4), nous observons pour l’ensemble des discipli­nes une augmentation dans l’usage de la catégorie. Jusqu’en 2006, l’usage le plus grand de la catégorie “biomédical” se retrouve en médecine, où celui-ci augmente de manière importante (12 %), pour se stabiliser ensuite sur la période 2006-2012. La biologie, qui connaît une augmentation similaire à celle de la médecine jusqu’en 2006, dépasse cette discipline par la suite (en atteignant le seuil des 20 % en 2010). Les sciences de l’ingénieur et la chimie suivent une courbe similaire à celle de la biologie, mais dépassent de manière moins nette la médecine (on observe un maximum de 15 % pour les sciences de l’ingénieur en 2010 et de 14 % en 2009 et 2011 pour la chimie). La physique, les mathématiques et les sciences de l’envi­ronnement suivent également une augmentation au cours du temps, mais de plus faible intensité. Ici l’usage de la catégorie augmente fortement jus­qu’en 2007 (jusqu’à 9 % pour les mathématiques et 8 % pour la physique et les sciences de l’environnement), mais il connaît ensuite une décroissance, suivie par une augmentation plus lente entre 2008 et 2012. De manière ex­ceptionnelle, les sciences de l’environnement atteignent un maximum de 12 % en 2009, mais l’usage de la catégorie baisse encore fortement par la suite pour atteindre le même niveau que les deux autres disciplines en 2012.

Tableau 3 : % de projets affichant une composante médicale par discipline.

Tableau 3 : % de projets affichant une composante médicale par discipline.

22 Ces différents résultats nous permettent d’affirmer une équivalence entre les discours institutionnels et les discours des chercheurs. La catégorie “biomédical” se retrouve en effet dans les projets d’un grand nombre de chercheurs au sein de disciplines scientifiques très différentes. Ce résultat est cohérent avec la définition très large de la recherche biomédicale que donnent les directions des universités, renvoyant à un ensemble relativement hétérogène de recherches se situant à l’intersection entre médecine et sciences naturelles et exactes. D’un point de vue temporel, la mise à l’a­genda du thème au niveau des domaines prioritaires coïncide également avec l’augmentation de l’usage de la catégorie : celle-ci apparaît dans les années 2000 et croît de manière régulière jusqu’en 2013. A ce stade, nous ne pouvons pas encore avancer des explications concernant le rapport entre discours institutionnels et individuels, mais nous devons nous contenter d’observer une corrélation très forte. Nous ne savons en effet pas encore pourquoi les chercheurs utilisent cette catégorie dans leurs requêtes de fonds. La référence au biomédical représente-t-elle un moyen pour les chercheurs de se repositionner dans le champ académique et scientifique ? Si oui, cela peut-il être considéré comme un effet des politiques menées par les institutions académiques ?

Tableau 4 : évolution dans le temps du % de projets affichant une composante médicale par discipline.

Tableau 4 : évolution dans le temps du % de projets affichant une composante médicale par discipline.

IV. Facteurs de structuration de l’usage de la catégorie “biomédical” par les chercheurs

  • 5  Nous avons réalisé vingt entretiens avec des chercheurs de différentes disciplines dans la plupart (...)

23 Dans la section précédente, nous avons analysé l’usage fait de la catégorie “biomédical” (et catégories semblables) par les chercheurs lors de leurs demandes de financement auprès du FNS. Nous allons dans cette section chercher à comprendre pourquoi et comment la notion de “biomédical” est utilisée par les chercheurs5.

A. Des pratiques biomédicales déjà présentes

24 Sur la base de notre analyse de la base de données P3 du FNS, l’usage de la catégorie “biomédical” et des termes associés semble être assez récent, puisqu’il débuterait avec les années 2000. L’analyse du discours des acteurs des politiques scientifiques en Suisse le confirme également (Benninghoff/Ramuz/Lutz, 2013). Est-ce que cela signifie que la recherche biomédicale constitue un domaine émergeant en phase avec des demandes politiques et sociales dans le domaine de la santé, répondant dès lors aux injonctions politiques ? La réponse apportée par les chercheurs nuance quelque peu ces premières analyses. En effet, les chercheurs estiment que leurs pratiques de recherche s’inscrivent depuis longtemps dans une démarche qu’ils qualifient de biomédicale. Cette identification au biomédical s’explique soit en raison de la formation des chercheurs (“être médecin”), soit en raison de l’articulation de plusieurs orientations disciplinai­res :

Si vous dites ‘recherche biomédicale’, quelque part, je me sens à la maison parce que j’ai une formation de médecin, mais je fais de la biologie et de la physiologie depuis très longtemps donc en soi, je suis en plein dans le biomédical (professeur, UNIZH).

25 Pour certains professeurs, être médecin et mener une activité de recher­che conduit forcément à faire de la recherche biomédicale :

Dès le départ [j’ai fait du biomédical]. Quand j’ai commencé à faire de la recherche […] j’ai travaillé sur la séparation des protéines et l’analyse des protéines par bio-informatique. Ça ne s’appelait pas protéomique et ça ne s’appelait pas bio-informatique. C’était l’ana­lyse des protéines et l’informatique (professeur, UNIGE).

26 D’un point de vue temporel, il y aurait ainsi un décalage entre discours et pratiques de recherche. Dès lors, dans quelle mesure le discours des hautes écoles universitaires sur le biomédical (en termes de domaines de recherche prioritaires) ne ferait-il qu’entériner et légitimer une pratique de recherche ancienne au sein de la communauté scientifique ? De même, pourquoi les chercheurs ne font-ils pas usage de la catégorie “biomédical” avant les années 2000, alors que leurs pratiques de recherche peuvent être identifiées à ce domaine ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter d’apporter des réponses.

B. La recherche biomédicale comme réponse aux demandes sociales

27 Dans un contexte économique plus difficile que lors de l’émergence de ce domaine de recherche dans les années 1950 (Gaudillère, 2002) l’usage de la catégorie “biomédical” ne révélerait pas une innovation épistémique, mais répondrait d’une certaine manière aux demandes sociales formulées par les acteurs qui soutiennent directement ou indirectement le financement de la recherche biomédicale. Ainsi, même pour une recherche fonda­mentale et libre, le FNS demande aux chercheurs de préciser les éventuels bénéfices sociétaux et économiques. Et c’est bien cette signification que soulignent les chercheurs, à savoir une recherche avec une utilité en ter­mes de santé et de bénéfices économiques :

Il y a beaucoup de gens qui veulent se targuer de faire du biomédical : c’est pour essayer d’avoir des contrats, si possible juteux avec l’industrie (professeur, UNIGE).

L’objectif biomédical, c’est vrai qu’il est assez porteur, il permet de récolter des fonds plus facilement que si on dit ‘je travaille sur…’, je ne sais pas, ‘…la démarche des cloportes’. Il permet aussi d’exciter peut-être les jeunes plus que des sujets qui paraissent peu importants, disons, moins immédiatement importants. Donc ça a des tas d’avan­tages et puis la société peut peut-être se poser la question : ‘mais en somme, est-ce qu’on ne veut pas financer ça plutôt que des thèmes qui paraissent plus ésotériques ? ’ (professeur, EPFL).

28 On le voit avec ces exemples, s’identifier au biomédical permet de souligner la volonté d’un chercheur de résoudre des problèmes dans le domaine de la santé tout en participant à une forme d’économie de la connaissance fortement promue et valorisée par les autorités politiques.

C. Un nouveau cadrage des institutions sur les activités des chercheurs

29 Nous avons vu que les directions d’établissement des hautes écoles con­sidèrent le biomédical comme un domaine de plus en plus important, voire prioritaire à leurs yeux. Ce discours, selon les institutions, s’est traduit par la mise en place de plateformes technologiques, le soutien politique et financier de grands projets collaboratifs de recherche (à l’instar des NCCR du FNS), le financement d’écoles doctorales et la mise en place de nouvelles chaires. Ces politiques menées par les hautes écoles sont à la fois des structures qui peuvent intervenir de manière plus ou moins contraignante sur les pratiques de recherche et leur identité scientifique.

30 Ces dernières années, les institutions académiques suisses ont connu quelques transformations importantes liées au biomédical à l’exemple de l’EPFL qui crée, avec l’arrivée d’un médecin à sa tête (Leresche et al., 2012), une faculté des sciences de la vie. Les chercheurs déjà présents au sein de l’institution semblent (devoir) réorienter leur recherche en direction du biomédical :

When I arrived, there was no life science, even no biology, nothing. In the beginning, I had almost nothing to do with this biomedical. This was more macro molecular science. […] I moved to life science, maybe ten years ago, with the creation of the life science faculty. This was maybe not really scientifically driven. It was something re-structuring in EPFL (professeure, EPFL).

31 On constate donc des déplacements épistémiques au sein des discipli­nes. Cette priorisation institutionnelle peut affecter l’ensemble des disciplines d’une haute école :

Si on parle de l’EPFL, c’est très clair que son président a réorienté considérablement la façon de faire les choses. Ceux qui faisaient du béton, ils ne sont pas très contents qu’on leur ait pris des trucs. Et ceux qui font du bio, on les pousse, pousse, pousse vers le neuro plutôt que vers d’autres choses. Et puis ça risque aussi d’être bio-inspiré. Le fait que Nestlé ait son institut, là c’est clair que c’est orienté, qu’il y a une pression (professeur, UNIGE).

32 Les institutions académiques favorables au développement d’une recherche biomédicale vont également chercher à favoriser l’interdisciplina­rité, à mettre en place des passerelles entre les disciplines, ou des formations doctorales permettant la socialisation précoce à l’interdisciplinarité :

Qualifions ce qu’on fait ici à la faculté des sciences de la vie d’es­sentiellement biomédical, parce que les objectifs sont essentiellement biomédicaux, les applications sont biomédicales, en tout cas en première instance. Les cadres de cette faculté sont arrivés, pour certains de médecine, pour d’autres de biologie, pour peu de l’ingénierie, pour certains de la chimie, mais ne sont pas eux très transdisciplinai­res. Ce qui est en train de créer la transdisciplinarité, c’est les circonstances qui sont les nôtres ici. On a des voisins hyper compétents dans lesquels on rentre dedans toutes les 5 minutes, on finit quand même par comprendre qu’il y a quelque chose à faire avec eux. Et puis c’est des étudiants qu’on forme à un esprit transdisciplinaire, en semant des germes de compétences dans toute une série de domaines qui ne sont pas ceux de la seule biologie. Et eux, ils deviennent des vecteurs de transdisciplinarité, non pas parce qu’ils savent tout sur tout mais ils sont capables de parler avec un mathématicien, avec un physicien et il n’y a pas une sorte de barrière linguistique insurmontable (professeur, EPFL).

33 Cette capacité à transformer les pratiques de recherche ne constitue pas une caractéristique propre à toutes les hautes écoles universitaires :

L’école polytechnique a une facilité de mouvement et de dynamique qui est de très loin supérieure à celle des universités, qui permet de réaliser des choses extrêmement rapidement, on discute, on consulte à gauche à droite, on fait, alors qu’à l’université, c’était tout simplement impensable (professeur, EPFL).

34 Ainsi, les directions des universités cantonales n’ont pas le même pouvoir décisionnel que celui des présidents des deux hautes écoles polytechniques, ce qui rend les réformes top-down plus difficiles, notamment face au pouvoir des doyens :

A Genève, je n’ai pas senti vraiment de pression dans une direction ou l’autre. Parce que la structure des EPF n’est pas tout à fait la même que la structure d’une université, aussi par rapport au rôle de l’assemblée générale, du sénat, des différents organes et puis l’indé­pendance quand même assez farouche des doyens. Les doyens aiment bien rester indépendants (professeur, UNIGE).

35 Néanmoins, cette priorisation du biomédical dans la politique de recher­che d’une institution ne signifie pas pour autant une imposition par le haut faite aux chercheurs de ce domaine de recherche. Il y aurait une rencontre entre, d’une part, des attentes sociales dans le domaine de la santé tradui­tes en termes de priorité politique d’une haute école, et, d’autre part, une évolution épistémique de différentes disciplines permettant de renforcer ce nouveau domaine. Ces développements épistémiques s’expliqueraient par les nouvelles possibilités d’analyse des systèmes biologiques, notamment par la bioinformatique, ou par le développement de la dimension “nano” au sein des sciences de l’ingénieur.

36 Les entretiens menés ont permis de constater que certaines pratiques de recherche sont en partie ajustées aux contextes institutionnels dans lesquels les chercheurs travaillent. Néanmoins, on ne dirige pas les chercheurs ni par décrets ni par injonction. De nouvelles structures et de nouveaux discours politiques en faveur de la recherche biomédicale visent plutôt à mettre en place les conditions cadres permettant le développement d’une recherche biomédicale au sein des institutions académiques :

Le centre d’oncologie translationnelle qu’on est en train de développer avec le CHUV à l’UNIL est assez illustratif. Qu’est-ce qu’on va faire ? On va mettre des groupes de recherche de l’EPFL, de l’ISREC. On va avoir des bureaux pour les cliniciens, comme ça ils peuvent être assis là et discuter avec les autres. Ce sera translationnel, mais finalement on ne va pas dire aux gens : ‘mardi il faut un médicament parce que si on ne fait pas ça, il ne va rien se passer’. C’est plutôt, créer les circonstances qui font que les gens vont se rencontrer et puis vont développer des intérêts communs qui soient directement pertinents pour les applications biomédicales (professeur EPFL).

37 De même, le FNS propose avec son instrument NCCR un dispositif institutionnel visant à structurer les pratiques de recherche. Cet instrument a ainsi permis de mettre à disposition des chercheurs des moyens importants pour développer des recherches dans le domaine biomédical :

Il y a eu pendant longtemps le NCCR d’oncologie. Il y en avait déjà un en neurosciences avant, neurorégénération maintenant… Là, il y en a un en neurosciences qui a démarré il y a deux ans, enfin, neuro­psychiatrie. Il y en a un ou deux autres qui émanent de Zürich, qui émanent de Berne aussi, il y a celui de “chemical biology” qui en un sens est aussi lié au biomédical (professeur, EPFL).

38 Ces programmes du FNS ne constituent pourtant pas des dispositifs imposés par les institutions académiques ou de financement de la recherche. Comme nous l’avons vu, cet instrument vise en effet à restructurer la recherche suisse autour de thèmes de recherche considérés comme prioritaires pour le gouvernement suisse et pour les hautes écoles académiques. Mais ces institutions laissent en partie les chercheurs auto-organiser les contraintes liées à cet instrument :

Les NCCR, c’était des assez bons instruments parce que, de nouveau, ça permet de faire des programmes dans la durée avec une flexibilité et une liberté qui est laissée [sic] à ceux qui dirigent le NCCR (professeur, EPFL).

39 A l’instar des NCCR, on observe le développement d’une recherche bio­médicale au croisement entre des logiques scientifiques émanant des chercheurs eux-mêmes et des volontés politiques de la direction des universités d’imposer ce nouveau domaine :

I mean in our department here at the ETH in mechanical engineering, one of our main research focuses was biomedical engineering and then, the rectorate created a whole new department called “health sciences and technology” and took a big part of our engineering effort (professeur, EPFZ).

40 La formulation de domaines de recherche prioritaires plus ou moins objectivés dans des institutions résulte donc à la fois d’une politique proactive menée par les directions d’établissement et d’initiatives prises par les chercheurs eux-mêmes visant à renforcer leur domaine de recherche. L’exigence pour les chercheurs de faire preuve de capacités interdisciplinaires ne serait donc pas uniquement l’effet d’une pression venant de la direction des établissements universitaires, mais résulterait également des dynamiques propres au champ académique lui-même. Cela peut parfois donner lieu à des tensions pour les chercheurs, qui doivent à la fois satisfaire aux exigences de leur propre discipline et à celles de la recherche interdisciplinaire (Fabiani, 2006).

V. Conclusion

41 Avec une autonomie accrue accordée aux hautes écoles universitaires (plus de ressources et de pouvoir), les directions des hautes écoles ont aujourd’hui les moyens d’intervenir plus fortement que par le passé dans l’orientation des pratiques de recherche. A cette fin, les nouveaux instruments du FNS non seulement participent à une structuration de la recher­che suisse sur le plan national, mais donnent aussi plus de pouvoir aux recteurs. Néanmoins, notre étude nous oblige à nuancer ce propos. En effet, la structure décisionnelle et le pouvoir des directions d’établissement sont très différents entre les écoles polytechniques fédérales et les universités cantonales. Ainsi, on a pu constater que les directions des EPF ont une plus grande latitude pour transformer ou réorienter les pratiques de re­cherche, conduisant les chercheurs à s’identifier aux nouveaux domaines prioritaires. A l’inverse, le poids des facultés et des doyens est plus important dans les universités. Le rapport de force pour définir des domaines prioritaires se joue donc entre facultés et départements. Ainsi, la recherche biomédicale comme domaine de recherche prioritaire des hautes écoles universitaires suisses constitue un bon marqueur de l’évolution des rapports de force entre les logiques académiques qui président au fonctionne­ment des universités, d’une part, et les logiques scientifiques qui concourent au développement des pratiques de recherche, d’autre part.

42 Concernant l’impact de ces nouvelles formes de régulation sur les membres des universités, à travers les résultats de notre enquête nous avons pu montrer que l’émergence de la recherche biomédicale dans le discours des directions d’établissements s’accompagne effectivement d’un changement sur le plan des discours et des pratiques des chercheurs dans un grand nombre de disciplines des sciences naturelles, exactes et de l’in­génieur, où on assiste à un véritable processus de médicalisation de la recherche. Cette médicalisation se traduit, au niveau des discours, par un usage de plus en plus fréquent de la catégorie “biomédical” dans les requêtes que les chercheurs soumettent au FNS ; sur le plan des pratiques, elle s’observe notamment par une réorientation de leurs lignes de recher­che autour de problématiques biomédicales. De plus, les entretiens menés nous ont permis de constater que les changements ayant lieu sur le plan de la politique des universités sont également perçus par les chercheurs, qui les vivent dans des aspects très concrets de leur travail au quotidien. Si les transformations des pratiques des chercheurs peuvent bel et bien être reconduites à l’effet des contraintes organisationnelles (liées à l’émergence de la recherche biomédicale comme domaine prioritaire au niveau des directions des universités), nos entretiens nous ont permis de comprendre que celles-ci dépendent également des évolutions épistémiques que les champs disciplinaires dans lesquels s’inscrivent les chercheurs connaissent au cours du temps. Pour les chercheurs, la recherche biomédicale ne représente en effet pas une nouveauté en termes de lignes de recherches ou d’objets d’étude, mais bien plutôt une constante de leur parcours scientifi­que. Plusieurs d’entre eux affirment en effet conduire de la recherche bio­médicale depuis deux voire trois décennies au moins. La priorisation de celle-ci au niveau de la direction des universités n’aurait fait qu’amplifier un processus déjà en cours depuis longtemps. Sans contredire la thèse de la diffusion de ce nouveau thème de recherche de la direction des universités vers les membres de l’institution selon une logique top-down, ces résultats nous amènent à prendre en compte le rôle que les membres peuvent jouer en retour sur la définition de l’agenda de recherche des universités, jusqu’à influencer les discours de la direction, selon une logique bottom-up. Nous devons donc appréhender la priorisation de la recherche biomédicale comme étant l’aboutissement d’un processus de co-construction de l’agenda scientifique des universités par les membres et les directions de ces dernières.

43 D’un point de vue théorique, les résultats de notre recherche confirment la nécessité de penser ensemble l’évolution des logiques institutionnelles et des pratiques individuelles des chercheurs, selon un rapport dynamique. Celles-ci ne sont en effet pas indépendantes l’une de l’autre, mais se construisent conjointement. Tout en disposant d’une certaine marge de manœuvre dans le choix de leurs objets de recherche, les chercheurs académiques opèrent au sein d’un contexte institutionnel qui limite leur champ des possibles et structure leur travail au quotidien. Ils répondent ainsi aux injonctions de la hiérarchie universitaire dans laquelle ils s’insèrent, comme aussi aux pressions de leurs pairs, vis-à-vis desquels ils doivent constamment se positionner. Dans un contexte de changement social et de pressions économiques sur le monde de la recherche, ce travail d’ajuste­ment réciproque entre acteurs et institutions connaît des transformations parfois très rapides, comme l’atteste le cas de la recherche biomédicale suisse. L’analyse de ces processus se révèle fondamentale pour compren­dre l’évolution organisationnelle du champ académique, à l’articulation entre différents niveaux des politiques scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Benninghoff M., Leresche J.-P.,
2003 La recherche affaire d’État, Lausanne, PPUR.

Benninghoff M., Ramuz R., Lutz A.,
2014 La recherche biomédicale en Suisse : espace social, discours et pratiques, Bern, CSST.

Fabiani J.-L.,
2006 “A quoi sert la notion de discipline ? ”, in Boutier J., Passeron J.-C., Revel J. (eds), Qu’est-ce qu’une discipline, Paris, EHESS, pp. 11-34.

Fumasoli T.,
2008 Official Strategies of Swiss Universities. A Documentary Analysis, USI Working Paper, Lugano, Università della Svizzera italiana.

Fumasoli T., Lepori B.,
2011 “Patterns of Strategies in Swiss Higher Education Institutions”, Higher Education, vol. 61, pp. 157-158.

Gaudillère J.-P.,
2002 Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant (1945-1965), Paris, La Découverte.

Gumport P. J.,
2000 “Academic Restructuring : Organizational Change and Institutional Imperatives”, Higher Education, vol. 39, n° 1, pp. 67-91.

Kiener U., Benninghoff M., Müller C., Felli R.,
2013 La recherche au sein des hautes écoles spécialisées 2012 : descriptions, analyses, conclusions, Bern, OFFT.

Kosmützky A.,
2012 “Between Mission and Market Position. Empirical Findings on Mission Statements of German Higher Education Institutions”, Tertiary Education and Management, vol. 18, n° 1, pp. 57-77.

Leresche J.-Ph., Joye-Cagnard F., Benninghoff M., Ramuz R.,
2012 Gouverner les universités. L’exemple de la coordination Genève-Lausanne (1990-2010), Lausanne, PPUR.

Morris N.,
2000 “Science Policy in Action : Policy and the Researcher”, Minerva, vol. 38, n° 44, pp. 425-51.

Ocasio W., Joseph J.,
2005 “Cultural Adaptation and Institutional Change : the Evolution of Vocabularies of Corporate Governance, 1973-2003”, Poetics, vol. 33, n° 3-4, pp. 163-178.

Paradeise C., Reale E., Bleiklie I., Ferlie E. (Eds.),
2009 University Governance Western European Comparative Perspectives, Berlin, Springer.

Ruef M.,
1999 “The Dynamics of Organizational Forms : Creating Market Actors in the Health Care Field”, Social Forces, vol. 77, n° 4, pp. 1405-1434.

Thornton P., Ocasio W.,
2008 “Institutional Logics”, in Greenwood R., Oliver Ch., Sahlin K., Suddaby R. (eds.), Handbook of Organizational Institutionalism, Thousand Oaks, Sage, pp. 99-129.

Whitley R., Gläser J.,
2014 Organizational Transformation and Scientific Change : The Impact of Institutional Restructuring on Universities and Intellectual Innovation, Bingley, Emerald Group Publishing Limited.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

La transformation des modes de régulation des universités intervient aujourd’hui selon des modalités multiples dans le paysage académique européen. Dans le cadre de cet ar­ticle, nous nous proposons d’analyser la gouvernance des hautes écoles suisse sous l’angle de la formulation de domaines prioritaires de recherche par les directions d’éta­blissements universitaires. Si la valeur stratégique que ces domaines sont censés expri­mer vis-à-vis de l’extérieur semble être relativement claire, puisque explicitement revendiquée dans les discours des universités, la fonction qu’ils remplissent vis-à-vis de l’intérieur demeure cependant plus ambigüe et mérite d’être étudiée plus en profondeur. Il s’agit donc de comprendre les processus de structuration de domaines de recherche au sein des universités suisses en prenant l’exemple de la recherche biomédicale.

Pour ce faire, nous mobilisons une approche néo-institutionnelle qui problématise la relation dialectique entre contexte institutionnel et stratégie des acteurs. Ce cadre théorique permet, dans notre cas, d’analyser le travail de reconfiguration des réformes politiques et institutionnelles sur les pratiques scientifiques. Notre étude vise plus spécifiquement à comprendre comment une logique de marché intervient sur l’organisation du système académique et dans quelle mesure cette logique participe à la structuration des domaines de recherche.

Notre analyse empirique (quantitative et qualitative) repose sur trois types de données : rapports d’activités et plans stratégiques des universités suisses, requêtes de scientifi­ques auprès du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), entretiens avec des chercheurs. Dans une première partie, nous expliquons de quelle manière la recherche biomédicale apparaît dans le discours des universités suisses. Dans une deuxième partie, nous analysons la manière dont ce thème se retrouve également dans les pratiques discursives des chercheurs lors de la soumission de requêtes au FNS. Dans une dernière partie, nous étudions l’usage de la catégorie “biomédical” dans les discours des chercheurs afin d’identifier les liens possibles entre une logique institutionnelle (planification stratégique) à l’œuvre dans le champ académique suisse d’une part et des pratiques de recherche d’autre part.

Les résultats montrent un processus de structuration de la recherche du domaine biomédical qui, au cours des quinze dernières années, a assumé une place prépondérante dans le discours de plusieurs institutions académiques suisses. A rebours d’une perspective top-down, cette nouvelle logique institutionnelle est l’aboutissement d’un processus de co-construction de l’agenda scientifique des universités mené tant par les directions des universités que par les chercheurs eux-mêmes.

Structured summary

Today transformation of the ways of regulating universities is taking place in a multitude of different manners on the European academic landscape. In the context of this article, we propose analysing the governance of Swiss universities from the angle of formulations of priority in research domains by their administrators. If the strategic value these domains are supposed to embody vis-à-vis the exterior seems to be relati­vely clear, in being explicitly revindicated in the universities’ discourses, the function they accomplish with respect to the interior nonetheless remains more ambiguous and deserves to be studied more in-depth. This will therefore involve understanding the processes structuring research domains in Swiss universities in employing the example of biomedical research.

To do so we use a neo-institutional approach which problematizes the dialectical relationship between the institutional context and the actors’ strategy. In our case, this theoretical framework allows us to analyse the effect of reconfiguration of policy and institutional reforms on scientific practices. More specifically, our study seeks to understand how a market logic intervenes in the organization of the academic system and to what extent that logic participates in structuring the research fields.

Our empirical analysis (quantitative and qualitative) relies on three types of data : acti­vities and strategic planning reports of Swiss universities, requests addressed by scientists to the Swiss National Scientific Research Fund (FNS), and interviews with resear­chers. In the first part, we explain how biomedical research appears in the discourse of Swiss universities. In the second part, we analyse the ways in which this topic is also to be found in the discursive practices of researchers in submitting requests to the FNS. In the last part, we study the use of the biomedical category in the researchers’ discourses in order to identify the possible ties between an institutional logic (strategic planning) at work in the Swiss academic field on the one hand, and in research practi­ces on the other.

The results show a process of structuring of research in the biomedical field which, over the last fifteen last years, has taken on a preponderant role in the discourse of se­veral Swiss academic institutions. An inversion of the top-down perspective, this new institutional logical is the end-result of a process of co-construction of the scientific agenda of the universities led as much by the universities’ administrators as by the re­searchers themselves.

Annexe I

2000-2004

2005-2009

2010-2014

EPFL

DP direction

Nanosciences et nanotechnologies

Biotechnologies

Génomique fonctionnelle

Sciences de la vie

Sciences de la vie

Recherche médicale

Médecine translationnelle

Génomique translationnelle et médecine personnalisée

Nanomédecine

Nanosciences

NCCRs

Oncologie moléculaire

Oncologie moléculaire

Oncologie moléculaire

Nanosciences

Bases synaptiques des troubles mentaux

Nouvelles unités

institutionnelles

Faculté de sciences de la vie

Centre d’imagerie biomédicale

EPFZ

DP direction

Applications médicales et biologiques des matériaux

Biologie orientée sur l’application

Biotechnologie et bioingénierie

Sciences de la vie

Biologie systémique et bioinformatique

Neurosciences

Biotechnologie et biomatériaux

Biologie et maladies infectieuses

Imagerie biomédicale

Technologie et savoir en faveur de la santé

Technique médicale

NCCRs

Technique médicale

Technique médicale

Technique médicale

Biologie et mécanismes pathologiques

Nouvelles unités

institutionnelles

Faculté de technologie et savoir en faveur de la santé

UNIBAS

DP direction

Sciences de la vie

Biologie systémique

Bioinformatique

Sciences de la vie, recherche biologique et biomédicale

Nanosciences, nanomédecine

Bioinformatique

Biologie systémique

Sciences pharmaceutiques

Les bases moléculaires de la santé mentale et du développement humain

Recherche translationnelle

Sciences de la vie

Biomédecine

Neurosciences

Nanomédecine

Recherche translationnelle

NCCRs

Nanosciences, nanomédecine

Nanosciences, nanomédecine

Nanosciences, nanomédecine

Nouvelles unités

institutionnelles

Département de biomédecine, faculté de médecine

UNIBE

DP direction

Biologie médicale

Photonique biomédicale

Recherche biomédicale translationnelle

Technique médicale

Photonique biomédicale

Santé et médecine

Biomédecine

Technique médicale

Génie biomédical

NCCRs

Technique médicale

Recherche translationnelle

Biologie et mécanismes pathologiques

Transporteurs de membrane et maladies humaines

Nouvelles unités

institutionnelles

Département interfacultaire de biologie médicale

Institut de photonique biomédicale

Centre d’ingénierie biomédicale

   

2000-2004

2005-2009

2010-2014

UZH

DP direction

Biologie systémique et génomique fonctionnelle

Physiologie humaine intégrée

Sciences de la vie

Médecine universitaire

Biologie systémique et génomique fonctionnelle

Physiologie humaine intégrée

Recherche translationnelle sur le cancer

Biotechnologie appliquée et médecine moléculaire

Imagerie biomédicale

Biologie systémique et génomique fonctionnelle

Physiologie humaine intégrée

NCCRs

Sciences de la vie moléculaires et biologie structurelle

Plasticité neuronale et réparation

Génétique

Sciences de la vie moléculaires et biologie structurelle

Plasticité neuronale et réparation

Génétique

Recherche sur les reins

Plasticité neuronale et réparation

Génétique

Nouvelles unités

institutionnelles

Centre de compétence de physiologie humaine intégrée

Centre de compétence en biotechnologie appliquée et médecine moléculaire

UNIL

DP direction

Génie biomédical

Génomique fonctionnelle

Imagerie biomédicale

Recherche biomédicale

Biologie systémique

Imagerie biomédicale

Génétique

Sciences de la vie et médecine

Recherche biomédicale

Biologie systémique

Génomique fonctionnelle

Bioinformatique

Médecine translationnelle

NCCRs

Neurosciences

Nouvelles unités

institutionnelles

Faculté de biologie et médecine

Centre de génomique

Centre d’imagerie biomédicale

Centre de recherche sur le cancer

Plateformes biomédicales UNIL-CHUV

Département neurosciences fondamentales, faculté de biologie et médecine

UNIGE

DP direction

Génétique

Systèmes complexes – biologie intégrative

Cellules souches – thérapie cellulaire moléculaire

Imagerie biomédicale

Génomique fonctionnelle

Biologie fondamentale et médecine clinique

Neurosciences et sciences affectives

Sciences de la vie

Biochimie et génétique

Neurosciences et sciences affectives

NCCRs

Génétique

Génétique

Neurosciences et sciences affectives

Génétique

Neurosciences et sciences affectives

Nouvelles unités

institutionnelles

Section de médecine fondamentale, faculté de médecine

Haut de page

Notes

1  Elles ont été créées dans les années 1990 sur la base des écoles cantonales professionnelles et techni­ques afin de renforcer la professionnalisation de l’enseignement supérieur et la recherche appliquée tout comme le transfert de connaissances avec l’économie régionale. Contrairement aux deux autres hautes écoles, les HES ne délivrent pas de doctorat (Kiener et al., 2012).

2  Afin de couvrir de la manière la plus large possible le spectre des catégories de domaines prioritaires, nous avons inclus les domaines prioritaires universitaires, les NCCR et les nouvelles unités institutionnelles, qui représentent tous à des degrés différents des formes de priorisation de la recherche plus ou moins objectivées au sein de l’institution.

3  La base de données P3 permet en effet de sélectionner dans une même recherche les projets qui contiennent l’un de ces termes, ou plusieurs à la fois. Nous avons limité notre recherche à ces termes, puis­qu’il s’agit des catégories les plus utilisées au niveau institutionnel pour qualifier la recherche biomédicale.

4  Nous avons pondéré les résultats par rapport au nombre total de projets obtenus par l’institution.

5  Nous avons réalisé vingt entretiens avec des chercheurs de différentes disciplines dans la plupart des hautes écoles universitaires suisses.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : % de projets affichant une composante médicale par institution académique.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1601/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Tableau 2 : évolution dans le temps du % de projets à composante médicale par institution académique.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1601/img-2.png
Fichier image/png, 81k
Titre Tableau 3 : % de projets affichant une composante médicale par discipline.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1601/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 4 : évolution dans le temps du % de projets affichant une composante médicale par discipline.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1601/img-4.png
Fichier image/png, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Benninghoff, Andrea Lutz et Raphaël Ramuz, « Entre logiques institutionnelles et pratiques individuelles. La recherche biomédicale dans l’espace académique suisse », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-1 | 2016, 67-88.

Référence électronique

Martin Benninghoff, Andrea Lutz et Raphaël Ramuz, « Entre logiques institutionnelles et pratiques individuelles. La recherche biomédicale dans l’espace académique suisse », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rsa.revues.org/1601 ; DOI : 10.4000/rsa.1601

Haut de page

Auteurs

Martin Benninghoff

Université de Lausanne, Université de Genève, Université de Lausanne.

Andrea Lutz

Université de Lausanne, Université de Genève, Université de Lausanne.

Raphaël Ramuz

Université de Lausanne, Université de Genève, Université de Lausanne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org