Navigation – Plan du site

Des alumni à l’université française. Comment créer ex nihilo un réseau de diplômés ?

Alumni of a French University. How to Create a Network of Graduates ex Nihilo ?
Marie-Pierre Bès
p. 89-110

Résumés

Le lancement d’initiatives auprès des diplômés des universités françaises, désignés sous l’appellation d’alumni est très récent. Il vise à la constitution d’un groupe social sans “mémoire” à l’échelle d’une université entière, alors que très peu d’initiatives ont été prises auparavant dans ce sens, qu’il n’existe ni associ­ation, ni annuaire, ni lieu de “retrouvailles”, à l’instar des universités anglo-saxonnes ou des grandes écoles françaises. L’article présente l’ensemble des actions de “fabrication” de ce réseau (annuaire, rencontres, évènements) ainsi que celles liées à la création d’une marque de l’université. Nous montrons que ce processus de construction d’une identité organisationnelle auprès des diplômés est compliqué. Il exige de conduire des actions de communication, d’ani­mation et de rencontres pour différentes cibles (étudiants, anciens diplômés, entreprises, collectivités locales) qui n’ont pas les mêmes logiques d’attachement à la communauté des alumni et dont les frontières sont elles-mêmes à définir.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

France, alumni, anciens élèves, université, réseau
Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1 Notre article est consacré à la création d’initiatives autour des diplômés, ou alumni. Celle-ci est conditionnée par deux aspects importants de la loi d’autonomie des universités (2007) qui, d’une part, peut les conduire à rechercher des financements extérieurs défiscalisés et à monter notamment des fondations d’université et, d’autre part, qui impose de mettre en place des actions pour l’orientation et l’insertion professionnelle des étudiants. L’objectif annoncé est de préparer les futurs diplômés à l’entrée sur le marché du travail, de les accompagner dans la construction de leur carrière et de développer la professionnalisation au sein des troisièmes cycles universitaires. Cela s’est traduit par un suivi renforcé des diplômés, et donc des dispositifs de collecte de leurs parcours et de leurs adresses, au sortir de l’université. Dans les deux volets, des contacts ont été repris avec d’an­ciens diplômés, permettant aux universités françaises de se lancer dans la “course” aux alumni et aux financements privés.

2 La problématique sociologique traitée ici est celle de la constitution d’un réseau social sans “mémoire” : comment construire un réseau et le faire vivre à l’échelle d’une université, alors que très peu d’initiatives ont été prises auparavant dans ce sens, qu’il n’existe ni association, ni annu­aire, ni lieu de “retrouvailles”, à l’instar des universités anglo-saxonnes et surtout américaines (Mael/Ashforth, 1992 ; Stephenson/Yerger, 2014 ; Stensaker, 2015) ? Ainsi, les universités françaises ne peuvent s’appuyer sur les réseaux personnels que l’on trouve dans certains milieux (les ingénieurs, surtout) et qui tissent des chaines relationnelles entre diplômés (Bès, 2013). Il leur faut penser l’animation d’un groupe social qui n’est ni une communauté structurée et effective, comme c’est le cas par exemple chez les diplômés des “grandes écoles”, aux activités alumni effectives, ni un “petit monde” (Degenne/Forsé, 2004), comme on peut le voir pour certaines professions (avocats, scientifiques, artistes). On pourrait dire en exagérant le trait qu’il leur faut donc monter un “réseau sans réseau”. Aussi, le propos de cet article sera centré sur la manière dont les universités construisent ces réseaux de diplômés ex nihilo.

  • 1  Je remercie chaleureusement Aubépine Dahan, Hughes Draelants et Xavier Dumay pour l’organisation d (...)

3Ces activités s’opèrent dans un contexte plus global de construction des identités organisationnelles1 des universités (Stensaker, 2015 ; Dumay/Draelants/Dahan, 2015), qui modifie l’ensemble de ce secteur d’acti­vités. Selon ces auteurs, les établissements d’enseignement supérieur sont actuellement lancés dans un double processus de recherche d’une cohéren­ce interne et externe, alors que leur identité était jusqu’à présent plutôt de nature institutionnelle (Gingras, 2003). On pourrait même souligner l’anti­nomie des concepts “université”, “univers”, “universalisme” avec l’idée de groupes ou de réseaux fermés, aux frontières bien marquées. Par natu­re, la création de réseaux de diplômés est contraire à la culture première universaliste des facultés françaises. Il leur faut alors tenter d’aligner leur cohésion interne (attachement à l’entité de la part des différentes parties prenantes et réflexivité sur ce processus) et leur communication externe, permettant de mettre en avant une marque ainsi que d’asseoir une “bonne” réputation.

4Dans cette tension, Stensaker (2015) propose de classer les activités des universités qui participent à la construction d’une identité organisationnelle dans un tableau à double entrée, qui intègre également le type de processus de changement.

  • 2  Source : Stensaker, 2015 :107, traduit par nous.

Tableau 1 : pertinence de l’identité organisationnelle pour comprendre et expliquer les activités importantes dans les universités2.

Tableau 1 : pertinence de l’identité organisationnelle pour comprendre et expliquer les activités importantes dans les universités2.

5Dans cette présentation, l’auteur positionne les travaux sur les alumni et sur la construction d’identités collectives distinctes – notamment celle utilisée par les diplômés – au sein des différentes composantes de l’univer­sité, dans la sous-rubrique “intégration”. Il s’agit de prendre en compte les différents acteurs (étudiants, direction, personnels, diplômés, les recruteurs) et d’expliquer en quoi et comment ils participent à ces changements. Cependant, cette typologie reste trop macrosociologique pour nous permettre d’éclairer la dynamique de construction d’un réseau de relations entre acteurs au profit de cette intégration. L’article se situe au cœur de ce processus d’intégration et tente de montrer comment les universités créent, à partir de peu, un sentiment d’appartenance ou une identité collective à laquelle les diplômés pourront se référer. Il faut donc associer plus finement la figure du “réseau” à celle d’identité.

  • 3  Je suis reconnaissante à Pascal Ducournau de m’avoir suggéré cet auteur pour éclairer mes recherch (...)
  • 4  La traduction est de F. Junqua.
  • 5  Le texte de Rogers Brukaber associe à cet endroit-là, les travaux d’Harrison White et ceux de Char (...)

6Les travaux de Brubaker3 (Brubaker/Cooper, 2000 ; Brubaker/Junqua, 2001) donnent le cadre d’analyse de cet article. A propos de la notion même d’identité, Rogers Brubaker (2001) explique que le terme est tellement flou dans ses différentes acceptions qu’il préfère y substituer trois autres groupes terminologiques complémentaires : identification et catégorisation, auto-compréhension et localisation sociale, et enfin, communalité, connexité et groupalité. Il souligne que, dans le dernier cas, il s’agit du sentiment d’appartenance à un groupe spécifique et limité, mais également à des formes plus lâches telles que les « sentiments d’affinité ou d’affilia­tion, de communauté ou de lien avec d’autres personnes particulières4 » (Brubaker, 2001 :78-79), qu’il regroupe sous le terme de groupalité. Il pré­sente alors l’idée d’Harrison White (1992) d’associer les situations de communalité, où les individus partagent un attribut commun, de celles de connexité, où il existe des relations entre eux, afin de mettre en évidence une configuration sociale particulière : celle du catnet (catégorie-réseau), dans laquelle les personnes sont – ou ont le sentiment d’être – dans une même catégorie sociale et ont également un réseau commun5. Il s’agit donc d’associer le partage d’une même catégorie et de relations.

  • 6  Pour une meilleure compréhension, nous préférons les présenter dans le sens inverse de celui de l’ (...)

7Mais Brubaker apporte deux rectifications complémentaires6 : première­ment, souligne-t-il, la connexité relationnelle n’est pas nécessaire lorsque les individus partagent un sentiment de groupalité. L’auto-compréhension de l’identité est alors un sentiment certes diffus d’appartenance au groupe, mais il peut « se cristalliser en un sentiment puissant d’appartenir à groupe fermé » (2001 :79) – dans le cas de la nation par exemple. Les individus n’ont alors pas de relation entre eux à l’échelle globale du groupe. Deuxiè­mement, l’existence d’une identité de type “groupalité” autour de catnets dépend aussi d’évènements particuliers entretenus par des récits publics et des discours spécifiques. Ainsi, l’article de Brubaker permet de disposer de 4 registres des processus identificatoires associés à la construction de réseaux qu’il s’agira de repérer, dans le cas présenté des alumni à l’univer­sité : la communalité catégorielle, la connexité relationnelle, le partage d’évènements et le sentiment d’appartenance.

8Le plan adopté suit la logique analytique choisie : le point II est consacré à la présentation du matériau et des méthodes de la recherche, le point III à la création du service “alumni” et du réseau des diplômés, le point IV aux valeurs mobilisées et à l’éventuelle fabrique d’une marque. En conclusion, nous reviendrons sur les processus de construction d’une identité organisationnelle tels qu’ils émergent des actions et valeurs des alumni que nous aurons présentées.

II. Matériau et méthode qualitative

  • 7  22 dont 16 avec des chargés de mission sur les réseaux d’alumni d’universités françaises, une prés (...)

9Notre matériau de recherche est constitué essentiellement d’entretiens7 réalisés entre 2011 et 2014 et centrés sur les activités “alumni” en lien avec les activités de branding (marque, affichage, logo, etc.) de l’univer­sité. Ceux-ci ont été complétés par la collecte des traces écrites ou numéri­ques de leurs activités : consultation des sites des universités, exploration systématique des plate-formes “alumni” afin de vérifier leur accessibilité ainsi que les fonctionnalités proposées, consultation d’annuaires, visionnage de vidéos de cérémonies ou rencontres. Les sources d’information premières sont donc du matériel discursif collecté auprès de ceux – le plus souvent celles – qui sont en charge de cette activité “alumni”. Il comprend une part certaine de subjectivité sur les actions entreprises et de représentations sociales des attentes de leurs “cibles”, en l’occurrence les diplômés et les étudiants. Les sources secondaires (traces d’activités alumni) ont permis de vérifier une part de réalité de ces initiatives.

  • 8  Ce travail a été mené au mois de Novembre 2014.
  • 9  Le terme “alumni” est en train de s’imposer ces dernières années, en France, pour désigner surtout (...)
  • 10  Le principal fournisseur de services alumni français présente sur son site l’ensemble de ses clien (...)
  • 11  Instituts Universitaires de Technologie.

10En consultant les sites8 des 71 universités françaises (hors DOM-TOM) et en cherchant les termes “alumni”9, “réseau d’anciens”, “réseau de diplô­més”, “fondation”, on découvre que 17 universités ont une fondation universitaire, 9 affichent un réseau numérique10 de leurs diplômés, 4 ont seulement un annuaire électronique et 6 ont des initiatives liées aux anciens étudiants, mais centrées sur certaines formations (IUT11, doctorants). Ainsi, environ 50 % de ces universités ont lancé des initiatives visibles destinées à collecter des adresses de diplômés. Ces initiatives sont très récentes puisqu’elles datent en moyenne de 2 ans ; elles vont continuer à se déplo­yer en 2015, avec de nombreuses créations de fondations, de réseaux et la mise au point d’annuaires déjà initiés.

11La méthode d’analyse qualitative a consisté à retranscrire les entretiens, à les regrouper dans un fichier global et à les traiter selon deux dimensions “orthogonales” : une dimension chronologique (démarrage du réseau, cibles, moyens, types de services proposés, lien passé/présent) et une dimension axiologique (valeurs présentées, rites mis en place, réussites indi­viduelles valorisées, objets associés à la marque, modèles d’influence). Cette méthode est transposée de l’étude conduite avec Johann Chaulet sur les associations d’anciens élèves des écoles de commerce et d’ingénieurs françaises (Chaulet/Bès, 2015) et qui servira de point de comparaison avec ce qui se passe dans les universités françaises, qui n’ont aucune tradition en la matière.

  • 12  En 2014, 1 385 000 étudiants se sont inscrits à l’université contre 95 000 en classes préparatoire (...)
  • 13  Conscient de ce déficit, l’État français tente d’encourager depuis 2001 (circulaires et textes règ (...)

12De manière assez spécifique, le système d’enseignement supérieur fran­çais est formé de deux branches : celle de la formation des élites administratives et politiques (ENA, SciencesPo,…), économiques (HEC, ESSEC,...) et scientifiques et techniques (Polytechnique, École Centrale, Écoles d’ingénieur, École Normale Supérieure) dans les “grandes” écoles, où entrent moins de 10 % des bacheliers, et celle de l’enseignement universitaire qui accueille la grande majorité des étudiants12. Dans le premier groupe, les étudiants sont sélectionnés pour leurs performances scolaires, mais également sociales (Bourdieu, 1989 ; Draelants, 2010). Ils sont formés dans des écoles spécialisées sur des domaines ou des secteurs professionnels, de taille restreinte (autour de 1000 étudiants/an) et aux campus bien animés (Hottin, 2004) et dotés de moyens dans lesquels les associations sont anciennes et nombreuses (Day, 1991). Elles disposent d’associ­ations de diplômés bien organisées, d’annuaires régulièrement édités et d’un réseau d’entraide non négligeable. De plus, les alumni participent à la défense de la valeur du diplôme, du réseau et donc, indirectement de la réputation de l’École (Chaulet/Bès, 2015). De l’autre côté, les universités françaises sont très grandes (plus de 10 000 étudiants/an), pluridisciplinai­res, peu sélectives à l’entrée des premiers cycles et beaucoup moins “ri­ches” pour offrir aux étudiants des activités de sociabilité sur leurs campus13 alors que l’on sait que tout cela participe à fonder et entretenir un fort “esprit de camaraderie” (Cuche, 1985). Depuis environ 5 ans, elles se lancent néanmoins dans différentes initiatives de création ex nihilo d’un réseau de diplômés, qui sont présentées ci-après.

III. La pragmatique du réseau

13Une approche pragmatique du réseau suppose que l’on puisse saisir comment s’organisent les actions et les acteurs qui les portent et les façon­nent. De façon plus spécifique à notre objet, il s’agit de pouvoir décrire comment opèrent les services en charge de la construction d’un réseau d’anciens. Cette partie vise ainsi à entrer dans la fabrique même du réseau, en décrivant les moyens consacrés et les premières opérations d’élabora­tion du groupe des alumni.

A. Moyens organisationnels mis en place

14Dans la majorité des cas, les actions d’animation des diplômés, reconnaissables à l’usage de termes assez vagues, tels que “réseau”, “communauté”, “alumni”, sont effectuées par des salariés de l’université, rattachés soit aux services d’insertion professionnelle et de suivi des étudiants, soit au service communication. Les moyens humains et financiers sont dérisoi­res comparés à ceux des écoles supérieures françaises : les grandes universités ont 2 ou 3 salariés, souvent des jeunes femmes d’ailleurs, aux profils de community manager, à l’aise avec les nouveaux outils de communication et avec l’anglais. Peu viennent de l’univers des grandes écoles et rares sont celles qui ont été formées par les universités où elles travaillent. Elles ont eu majoritairement leurs premières expériences professionnelles dans des fonctions de communication. Leurs missions semblent s’exercer dans une sorte de tension entre l’amélioration “en marchant” des services qu’elles proposent aux diplômés, aux étudiants et une dépendance certaine avec les actions d’autres composantes de l’université (service de communication, présidence, fondation, composantes, etc.). Peu connaissent véritablement l’historique de l’université ainsi que la genèse du projet qu’elles portent. Ces salariées semblent très occupées, affairées à plusieurs tâches, dont les principales sont la constitution d’un fichier et l’animation du réseau.

  • 14  Ces fondations sont soit partenariales (avec personnalité morale et à durée déterminée), soit univ (...)
  • 15  Néanmoins, notre recherche ne porte pas sur cette question des fondations.
  • 16  Ce fait est apparu clairement lors de la journée “Fundraising : Comment mieux mobiliser vos réseau (...)

15Les fondations14 d’université sont très intéressées par les initiatives de reprises de contact avec les anciens et collaborent très activement avec les chargé(e)s des réseaux d’alumni15, que ce soit à travers les partages de données, les opérations de communication ou de valorisation. La problématique pour les alumni est cependant d’éviter des campagnes d’appels à dons auprès de personnes n’ayant jamais eu aucun contact avec l’univer­sité après la fin de leurs études, et qui pourraient peu apprécier cette sollicitation soudaine. Il s’agit, nous dit-on, d’éviter de « cramer le réseau »16. Aussi, progressivement, les campagnes des fondations sont en train de s’autonomiser des actions alumni et de se rapprocher de celles du mécénat, délaissant parfois les anciens diplômés, comme cibles des donations, au profit des grandes entreprises situées à proximité de l’université.

B. Démarrer le réseau par la création d’un fichier ou la “hantise de la cave”

  • 17  Très peu d’universités françaises (2 ou 3) éditent un annuaire en version papier, dont la fonction (...)

16Contrairement aux associations séculaires des anciens élèves des écoles d’enseignement supérieur, les services internes des universités françaises qui se lancent dans le montage d’initiatives vers les alumni ne disposent pas d’un annuaire17 ou d’un fichier des diplômés qui aurait été consciencieusement alimenté des coordonnées à jour des anciens étudiants. Et des chercheurs ont déjà montré à quel point ce travail autour des bases de don­nées constitue une activité manipulatoire déconsidérée et invisible, mais tellement essentielle à ce type de projet (Dagiral/Peerbaye, 2012).

  • 18  Accord et contraintes de la Commission Nationale Informatique et Libertés.
  • 19  Elles sont souvent confiées à des étudiants comme “job d’été”.

17Dans les universités, les bases de données sont “bricolées” à partir de briques éparses provenant de quatre sources différentes : le fichier des étu­diants en cours de formation ou très fraichement diplômés, des contacts collectés sur internet via les réseaux sociaux, un ensemble de fiches diver­ses remontant sur plusieurs générations d’étudiants et enfin, des fichiers très disparates des formations disposant d’associations de diplômés (IUP, Master, Doctorants). Au-delà de la mise en forme d’un fichier unique et pratique d’utilisation, chacun des cas précédents pose des problèmes d’ac­cès aux données : la première source doit d’abord répondre aux contrain­tes juridiques de gestion des bases de données personnelles18 ; elle doit en­suite être réactualisée par l’étudiant, dès sa sortie de l’université afin d’é­viter que ses coordonnées personnelles ne deviennent rapidement obsolè­tes. Tout un travail de persuasion à la connexion sur le site de l’université et à la réactualisation des informations est alors conduit, que nous présenterons plus loin. Il se double d’une animation de groupes sur les réseaux sociaux permettant de collecter de nouvelles adresses électroniques (Viadeo, Facebook, Likendin). La troisième source, celle des “archives” de l’université, nécessite des tâches de manutention, de nettoyage, de mise en conformité, de rassemblement des données qui sont peu appréciées des personnes chargées de cette mission19, comme en témoigne, presque dégoutée, Isabelle :

Mon prédécesseur a récupéré dans tout un tas de cageots, aux sous-sols des archives, des procès verbaux précisant qu’un tel et un tel étaient diplômés, les informations étaient rentrées à la main dans un programme, à la suite de quoi, un mailing a été fait à tous les anciens.

18Les termes “cageots”, “sous-sols” et “archives” sont parfois complétés par celui de “cave” contrastant clairement avec l’objectif d’une base de données numérique, que l’on manipule aisément sans “se salir”. Ce travail long et couteux peut être un motif invoqué pour ne pas démarrer le fichier par la collecte des archives, mais de se centrer sur les étudiants en cours de formation.

19La dernière source d’informations, qui est celle des associations liées à certains diplômes n’est pas toujours facile d’accès pour les services centraux de l’université. Dans certains cas, ces associations ne souhaitent pas partager leurs données sur les diplômés et il faut alors des garanties sur les rôles et les objectifs des différentes initiatives alumni pour qu’elles acceptent. Dans d’autres cas, assez souvent celui des associations de doctorants, les actions “alumni de l’université” rencontrent un écho favorable et bénéficient alors d’échanges sur les coordonnées des diplômés. L’entente entre les services centraux et les associations spécifiques dépend surtout de la convergence de points de vue sur l’identité de l’université : sélective ou pas, axée sur la recherche ou pas, attachée à son territoire d’implantation ou pas, etc.

20Mais, au final, le premier fichier de données – la base – est celui comportant les coordonnées des étudiants en cours de formation et celles des diplômés récents, qui constituent le “cœur de cible” des initiatives alumni :

21Extrait n° 1 du Journal de terrain (extrait d’entretien avec un responsable d’un réseau universitaire d’alumni) :

 - MPB : Est-ce que vous savez potentiellement combien vous pourriez avoir de gens ?

  • 20  Observatoire de la Vie Étudiante.

 - Réponse : Je vais commencer à alimenter la base, sur la base de tous les diplômés de l’année 2014, qui recevront leur diplôme le 7 mars 2015. Donc, là, toutes les composantes vont me donner la liste de leurs diplômés et il y a l’OVE20 […] qui leur fait parvenir une enquête d’intégration professionnelle et du coup, on va se baser sur cet effectif là pour commencer le travail dans la base de données. Puis après, on va faire ça, année par année, donc je vais demander à la vie scolaire, l’ensemble des diplômés, année par année, cursus par cursus et recouper avec les informations qui ont été obtenues lors de l’enquête d’intégration à ce moment, voilà.

 - MPB : Mais vous allez reculer jusqu’à quelle année ?

 - Réponse : Écoutez, là, j’ai pas encore d’idée précise mais on aimerait reculer le plus loin possible, après ça va dépendre déjà du temps que ça va prendre, de la faisabilité puis des infos qu’on a, car évidemment si on doit remonter jusqu’à 20 ans, l’université a 22 ans et du coup, on aura forcément des gens qu’on aura perdu. C’est une réflexion qu’on a initiée, qu’on est en train de mener et je vous dis, la diplomation de cette année, ça va servir un peu de test, donc je sais pas exactement jusqu’à quand on va pou­voir remonter.

22La question de la propriété des données collectées est forte, elle est celle de la maitrise d’un fichier unique, plus ou moins actualisé de coordonnées personnelles d’un ensemble de personnes qui sont passées par l’université. Ainsi, une chargée d’un réseau nous explique :

On dit aux anciens que le réseau est interne et que, donc il a peu de risques que les données soient commerciales ou exploitables […]. C’est primordial d’être capables de leur dire que les données ne vont pas disparaître, qu’on maitrise les données et qu’on contrôle la sécurité des informations.

C. Qui est un alumni de l’université ? Combien sont-ils ?

  • 21  D’ailleurs, ceci est surveillé régulièrement et de près par les personnes en charge des alumni.

23Contrairement aux associations d’anciens des écoles supérieures qui sont capables de calculer des taux d’adhésion ou de participation à leurs activités (Bès/Chaulet, 2012), les services en charge des alumni ne s’inté­ressent pas à ce type de mesures ou de quantifications. On pourrait même dire que le dimensionnement de la “population mère” ne les préoccupe pas car il ne représente pas un indicateur de valeur. A la question “combien avez-vous de diplômés potentiellement concernés par votre initiative ? ”, les réponses évoquent majoritairement l’incommensurabilité, même si des tentatives approximatives de comptabilité sont oralement entreprises. D’une part, il ne s’agit pas de mesurer l’étendue de toute la communauté des diplômés, mais de privilégier les plus jeunes et les plus récents. Les arguments portent sur la supposée improbabilité pour les plus anciens d’a­voir gardé une quelconque attache avec l’université. Au contraire, disent les chargés de mission des alumni, « les plus jeunes sortent tout juste de leurs études et peuvent avoir besoin de nous ». D’autre part, l’objectif un tant soi-peu quantitatif est bien le nombre de diplômés qui ont renseigné leurs coordonnées sur le site alumni, qui ont visité les pages, qui ont “cliqué” un message d’intérêt, ou qui ont contacté le service21. Peu importe que celui-ci soit un pourcentage faible du total des diplômés, du moment qu’il est jugé numériquement “assez élevé” : de 3000 à 10 000, selon les universités. Pouvoir annoncer que quelques milliers de diplômés se sont rendus sur le site internet des alumni, cela suffit pour faire la preuve que l’initiative intéresse, même si le contact reste très superficiel.

24Un problème spécifique majeur se fait jour également dans le contexte des universités françaises : il s’agit de l’écart entre le nombre d’étudiants inscrits et le nombre de diplômés, qu’illustre la figure de l’étudiant fantô­me (Legendre, 2003) face auquel l’université ne sait trop comment com­muniquer. Pour la création d’un fichier et la définition du périmètre pertinent de la population, c’est véritablement problématique comme l’atteste cet extrait d’entretien :

25Extrait n° 2 du Journal de terrain (extrait d’entretien avec une responsable d’un réseau universitaire d’alumni) :

 - Réponse : Ce ne sont pas des étudiants pour nous, ce sont des diplômés. La population des alumni ce ne sont pas des étudiants, ce sont des diplômés.

 - MPB : Donc ils ne vous intéressent pas tant qu’ils sont étudiants ?

 - Réponse : Ce n’est pas qu’ils ne nous intéressent pas, c’est une question de dimensionnement du projet, c’est-à-dire que déjà on cherche 200 000 personnes si on prenait les étudiants qui n’étaient pas diplômés. Mais ça ne veut pas dire que dans un deuxième temps on n’élargira pas à des gens qui sont dans un cercle élargi. On verra. Rien n’est fermé, pour l’instant on construit, on est au début de la première brique [rires] on s’est dit ‘on prend déjà les diplômés, tous diplômes confondus’, c’est-à-dire du Deug au Doctorat donc après voilà. [Rires] Je crois qu’il y a de quoi faire déjà.

26Il existe quelques cas où le périmètre des alumni a été soit élargi aux salariés de l’université (Strasbourg, par exemple), soit restreint à celui des diplômés de Master (Université de Toulouse Capitole). Autant le premier choix semble être lié à la volonté de s’appuyer sur une communauté d’at­tachement la plus large possible, autant le second renvoie plus à l’applica­tion de critères sélectifs permettant de démarquer ce groupe sélectionné à l’entrée de la masse des étudiants de licence.

D. “Les faire venir sur la plate-forme informatique” ou l’obsession de l’outil

  • 22  Éventuellement avec une autre orthographe comme réso, rezo, etc

27La deuxième activité principale des services alumni est celle qui consiste à mettre en place une plate-forme informatique permettant aux diplô­més de « s’inscrire, de chercher des contacts et d’avoir des informations sur la vie du réseau » (extrait d’entretien). En fait, il s’agit de créer un réseau social numérique “privé”, animé par une personne salariée de l’uni­versité et attestant de la légitimité de ses participants. La plate-forme, le site, l’outil, parfois dénommé directement le “réseau”22, agit alors comme un tiers de confiance (Chaulet, 2009) permettant à la fois la vérification de l’identité des participants, son authentification mais également la preuve tangible qu’un collectif existe. Et ce dernier est, en quelque sorte, labellisé par l’université, il en est aussi l’une des vitrines de communication. Il ne fonctionne pas de manière totalement autonome, comme peuvent le faire les groupes sur les réseaux sociaux numériques Facebook, Viadeo et Lin­kedIn. Il est cependant relié à ces médias numériques, via les interventions fréquentes et coordonnées de la personne en charge du réseau dans ces es­paces numériques. Sa mission principale est de faire en sorte, par tous les moyens, que les diplômés viennent sur la plate-forme et se connectent : messages sur internet, interventions insistantes lors de différentes occasions de communication avec les étudiants (remise des diplômes, soirée d’adieux, etc.), communication de l’université, différents moments de rencontre, etc.

28La question essentielle de savoir si le diplômé répondra à cette sollicitation n’est pas posée. La quantité absolue de diplômés inscrits sur la plate-forme, associée à des possibilités de tri et de sélection des profils est un critère essentiel aux yeux des responsables : la liste doit être longue et manipulable pour être de qualité. Pourtant, il ressort des entretiens que les usages possibles des outils ne sont pas véritablement connus et ne vont pas de soi comme l’ont déjà mis en évidence d’autres observateurs des alumni (Mael/Ashforth, 1992 ; Stephenson/Yerger, 2014). Prenons le cas d’une fonctionnalité, celle de la géolocalisation des diplômés, qui est vantée par tous les responsables des sites numériques.

29Extrait n° 3 du Journal de terrain (extrait d’entretien avec une responsable d’un réseau universitaire d’alumni) :

 - TT : Avec l’outil de géolocalisation, c’est super, dès qu’un étudiant s’ins­crit, je vois où il est, et si je vois qu’il y a une communauté, un petit groupe d’inscrits, je me dis, ‘je peux essayer de les recruter comme ambassadeurs’, et ensuite, les mettre en contact, ils pourraient se rencontrer, se voir, ça resserre les liens. C’est le début du réseau. Cet outil de géolocalisation est vrai­ment précieux pour moi.

 - MPB : vous pourriez me donner un exemple de communauté ?

 - TT : en Italie et en Grèce, on a une petite communauté, pour les échanges sur les stages et emplois, mais là, c’est une exception, c’est parce qu’on avait des anciens étudiants, qui étaient investis dans le bureau des élèves, qui ont cherché à nous recontacter et à voir s’ils pouvaient créer une communauté.

30Comme le montre la fin de cet extrait, la proximité géographique détectée par la plate-forme n’est pas un critère suffisant permettant la création de relations sociales entre diplômés qui ne se connaissent pas, et les engagements précédents dans les associations d’étudiants sont bien remobilisés par la responsable pour créer un petit groupe à l’étranger.

31Si pendant les premières années, les responsables de cette mission ont pensé développer leurs propres outils, actuellement une application informatique dédiée aux alumni est progressivement en train de s’imposer. Elle est vendue par une seule société, qui a pris ce créneau et qui décline ses arguments commerciaux en trois volets : « Fidélisez vos diplômés, Favorisez l’insertion professionnelle, Valorisez votre formation » (site de l’entre­prise Alumnforce). Le premier argument allie liberté individuelle d’enga­gement et propriété des données. Le sentiment d’appartenance est plaqué en fin de paragraphe, comme une automaticité de l’enregistrement en lig­ne. Puis, sont clairement mis en avant les arguments utilitaristes professionnels (annuaires, talents, offres d’emplois) toujours associés à la liberté d’agir. Enfin, selon ses concepteurs, l’adoption de cette application permet aussi au service alumni de justifier de son activité, par des outils rapides de mesure. Ainsi, une chargée du réseau fut-elle capable de répondre à l’u­nité près à la question du nombre d’inscrits sur le site (2980), comme si ce compteur était affiché en permanence sur son fond d’écran.

32Dans cette première partie, on reconnait d’abord un premier registre de la “groupalité à la Brubaker” qui est celui de la connexité relationnelle : il s’agit de s’appuyer sur certains dispositifs de médiation (réseaux sociaux, annuaires, plateformes, engagements des diplômés) pour inscrire des diplômés dans les fichiers des services alumni. De surcroit, les actions de type “animation de communautés, mise en évidence de parcours de réussite”, participent à la création d’une communalité catégorielle, deuxième registre. Les deux forment les bases d’un catnet.

IV. La marque du réseau

33Les initiatives des universités à l’égard des étudiants sont conduites dans l’intention de favoriser “l’attachement” des diplômés à une marque en créant un sentiment d’appartenance à visée utilitariste : c’est l’applica­tion du fameux adage “donnant-donnant”. Dans un premier temps, nous analyserons le discours sur l’utilité du réseau. Ensuite, nous traiterons de la co-existence de plusieurs identités au sein de l’université, qui sont autant de ressorts complémentaires d’attachement. Enfin, nous aborderons la question de la marque comme participant à la construction d’une image valorisante de l’université.

A. Type de services : un rapport assumé au réseau utile

34L’optique utilitariste des relations entre diplômés est clairement affichée, notamment quand l’activité “alumni” est rattachée à la mission d’in­sertion professionnelle. La recherche d’emplois et surtout de stages est présentée comme un service intéressant offert par ces réseaux et platefor­mes, à la fois pour celui qui cherche un stage et pour l’ancien étudiant qui chercherait un stagiaire. Pour servir cette recherche d’utilité, les responsa­bles postent aussi régulièrement des annonces de stages et d’emplois sur les sites internet des réseaux d’alumni et rapportent que les étudiants sont en attente d’offres ciblées et rapidement exploitables.

35De plus, les rencontres directes qui sont alors organisées entre anciens de l’université s’organisent, dans cette optique, autour d’échanges d’expé­riences professionnelles, de témoignages de parcours, de forums, de soirées, de rencontres centrées sur l’activité professionnelle et la valorisation des diplômes. Les récits visent soit à rassurer les étudiants que « même avec un diplôme de la fac, on peut réussir » (extrait d’entretien), soit à montrer que l’on peut embrasser une carrière vers laquelle le parcours de formation n’était pas orienté. Ainsi, les profils décalés (sportifs de haut niveau, artistes, acteurs, créateurs d’entreprise, écrivains) sont largement mis en valeur auprès des étudiants et du public.

36Pour reprendre le terme de “capital social” (Bourdieu, 1980 ; Lecoutre, 2006) souvent mobilisé dans cette perspective utilitariste, il est possible de considérer que toutes ces actions alimentent un capital social collectif dont les rendements peuvent être individuels ou collectifs, comme l’explique l’une des animatrices à propos de l’intérêt du réseau de son université :

Un recruteur, un ancien étudiant peut s’inscrire pour recruter ; un jeune diplômé peut trouver un stage, un emploi ou reprendre contact avec l’université et une entreprise peut aussi vouloir monter un parte­nariat avec nous.

B. Conserver l’attachement à un diplôme disciplinaire

37Quelques associations de diplômés existent déjà dans les universités françaises, mais elles regroupent fort peu de membres (moins d’une centaine) et ne couvrent que quelques spécialités. On les trouve au niveau de filières de formation précises et surtout professionnelles (Licence appliquée, IUT, diplômes courts ou très spécifiques, Master professionnel, etc.) et également au niveau des doctorants, dont le nombre est assez élevé23, mais la vitalité fort variable selon les années. Les premières sont basées, d’abord, sur un lien assez classique entre les anciens et les étudiants en formation, au travers des interventions en cours que font les premiers, sur lesquels les enseignants universitaires s’appuient pour obtenir des compétences réactualisées et opérationnelles, mais également asseoir la réputation de la formation par l’intervention de professionnels “légitimes”. Les étudiants, les anciens et les enseignants ont intérêt à constituer un groupe social animé par des liens de communication visant à faire circuler de l’in­formation, à obtenir des ressources d’entraide et de conseil autour des sta­ges et des emplois. Ils ont intérêt à constituer un réseau, basé sur un minimum d’engagement (la cotisation ou la participation à quelques événements) et une forme d’annuaire ou de liste actualisée des diplômés et présentant des propriétés de transmission et de pérennité.

38Il existe aussi des associations de doctorants assez anciennes (créées dans les années 1970 et 1980) et depuis longtemps axées sur les questions de carrière et d’insertion professionnelle. Elles coordonnent leurs actions autour de différentes fédérations (association nationale des docteurs, par exemple). Il s’agit aussi, pour elles, de faire connaitre la spécificité des docteurs sur le marché du travail et donc, de recueillir des témoignages d’anciens. Elles sont souvent les premières à avoir édité des annuaires, comme c’est le cas pour l’Université Paul Sabatier de Toulouse, ou l’Uni­versité Paris VI.

  • 24  D’ailleurs, sélection, entre-soi, défense des intérêts et existence d’un réseau d’anciens vont de (...)

39La coordination entre associations locales et réseau des diplômés de l’université n’est pas toujours aisée, en raison du partage des données (voir infra) mais également de cibles d’attachement souvent concurrentes : lorsque les universités disposent de formations sélectives24 (formations d’ingénieur par exemple), il semble difficile pour les étudiants de perdre leur attachement à ces formations, et éventuellement d’ailleurs aux autres établissements dont les titres sont comparables (cas du réseau polytech), et de se sentir liés à l’université dans son ensemble. De toute façon, justifie une chargée d’un réseau « il faut garder la granularité affinitaire, c’est nor­mal que les étudiants se reconnaissent à ce niveau-là ». Il s’agit justement pour les responsables alumni, de faire en sorte que l’étudiant soit attaché en même temps à son diplôme, dont il reconnait l’identité propre, et à l’université, dont l’identité organisationnelle est à construire (Stensaker, 2015). Les sentiments d’attachement sont, dans ce cas, complémentaires et non exclusifs.

C. Un sentiment d’appartenance à construire sur plusieurs identités

40« Nous rencontrons de nombreux obstacles », témoigne la responsable de l’un des réseaux universitaires les plus structurés,

Il faut faire évoluer les mentalités en interne et en externe, pour que les gens comprennent le positionnement du réseau et sa richesse, […], on travaille pour le rayonnement de l’université et ça dépasse les alumni, il y a l’histoire de l’université, le poids des composantes, faut créer un sentiment d’appartenance.

41Il existe trois types de ressorts identificatoires utilisés à différentes échelles du groupe des diplômés.

  • 25  Notamment en raison d’une activité de recherche plus importante. Ainsi les classements internation (...)

42D’une part, utiliser des motifs de fierté collective liés à la réussite de certains membres ou laboratoires de l’université (prix, distinctions et classements) permettant, à chacun de s’approprier une partie de la notoriété publique. De ce point de vue, les universités sont favorisées par les classe­ments basés sur l’évaluation quantitative des activités scientifiques25.

  • 26  Sur un moteur de recherche célèbre, le terme “Sorbonne” renvoie à 17 600 000 résultats.
  • 27  Nous pensons aux PRES (pôles de recherche et d’enseignement supérieur).
  • 28  D’autant plus importants si les périmètres changent en cours de négociation.

43En parallèle, elles peuvent valoriser le lieu d’implantation, parfois les bâtiments, s’ils ont une valeur patrimoniale, notamment architecturale, ainsi que leur nom (Barats, 2011). Il s’opère alors tout un jeu de débaptisations, ré-appellations des universités, en particulier, parisiennes, sensé aboutir à des appellations plus valorisantes : par exemple Paris-Sorbonne à la place de Paris 4, ou, à Toulouse, Jean Jaurès pour Le Mirail et Capitole pour Sciences Sociales. De l’autre côté du périphérique francilien, les universités adoptent les noms des villes où elles sont implantées (Cergy, Versailles, Nanterre, etc.), laissant tomber la numérotation froide et imperson­nelle ancienne (Paris I, II, …). Il s’agit aussi de faciliter l’emploi individu­alisé de substantifs permettant au “dauphinois” de se comparer à l’énarque (École Nationale d’Administration) ou au centralien (École Centrale). Cette démarche s’appelle le naming et est associée au travail de communication autour de la marque de l’université (Stephenson/Yerger, 2014). Dans ce processus d’affichage, il est remarquable de souligner comment des appellations anciennes et donc réputées deviennent un enjeu de propri­été d’usage. Ainsi, trois universités parisiennes utilisent actuellement le nom propre Sorbonne qui fait autorité dans le paysage français et résonan­ce dans le monde entier26, complété d’un autre terme (Nouvelle, Panthéon ou Paris) pour les différencier. Les regroupements des universités dans différentes villes (Bordeaux, Marseille, Strasbourg, etc.) ou au sein de différents projets plus souples de coopération27 induisent également des efforts de communication28 autour de plusieurs marques (celles de l’univer­sité, du pôle, du lieu, de l’agglomération) en direction des anciens diplômés et des futurs étudiants.

44D’autre part, on note des actions ciblées sur différents groupes de diplômés et basées sur la prise en compte des identités plurielles – en référence à Bernard Lahire (1998) – de l’université : ainsi, observe-t-on une différence des actions de communication envers les diplômés de 1er cycle et ceux de 2ème cycle, vers les étudiants français et étrangers, vers les “grands anciens” et diplômés plus jeunes. Ainsi, certains services d’alum­ni délaissent les étudiants de premier cycle, estimant qu’ils sont trop nombreux, alors que d’autres vont préférer axer leurs actions sur ces étudiants, considérant que leur attachement à leurs premières années d’étude sera plus fort.

  • 29  Journée Educpros du 25 Janvier 2015.

45A l’échelle de chaque diplômé, il existe aussi un quatrième argument utilisé, qui consiste à “attacher” l’ancien étudiant à l’université en le valorisant en tant que personne liée à cette institution. Il s’agit, non pas, de lui expliquer ce que l’université est devenue, mais dans quelle mesure il en fait désormais partie. Un conseil en communication auprès des fondations d’université expliquait récemment29 devant des fundraisers que pour

créer le sentiment d’appartenance, le principal ressort est l’émotion­nel. Il faut dire à l’ancien, ‘il fait partie de l’histoire, il participe à la faire perdurer, à la faire vivre’ […], il faut renarcissiser les diplômés, même si j’aime pas ce terme et faire rayonner.

46Les responsables d’alumni tentent alors de créer, au moins verbalement, un lien affectif avec l’université en alternant les ressorts du lien de dépendance (« on a besoin de vous ») et du lien de filiation (« nous sommes sûrs d’être fiers de vous », propos prononcés par le directeur d’une formation universitaire, lors d’une soirée organisée par le réseau des alumni). Ces éléments de langage s’accompagnent de la création de rites et cérémo­nies, importées du monde anglo-saxon comme les remises des diplômes avec l’image du mortarboard ou les soirées de fin d’études (Farewell Party). Nous avons aussi pu observer la distribution gratuite, par le service des alumni, d’un objet symbolisant à la fois le réseau et l’attachement à l’université : celui de la carte de visite, remise à des étudiants lors de la fin d’une formation universitaire de Master (250 étudiants), comportant leur nom, leur adresse @alumni et le logo de l’université. Si tous sont allés la chercher au pupitre, beaucoup ont souri en découvrant leur carte et juré de ne jamais s’en servir.

D. Marques et “goodies” : “que chaque étudiant achète un sweat-shirt”

47La question de la pénétration du langage des marques à l’université s’inscrit dans une dynamique économique plus globale de production et de consommation telle que l’a parfaitement décrite Naomi Klein (2002). Depuis plusieurs années déjà, les universités, surtout américaines se situent dans une dynamique d’internationalisation et de concurrence, les obligeant à se démarquer pour attirer les meilleurs étudiants, mais également trouver des financements. On utilise à présent le terme de branding pour désigner l’ensemble des actions d’une organisation visant à construire son image (Dumay/Draelants/Dahan, 2015).

48Les universités françaises cherchent à acquérir une identité propre vis-à-vis de leurs alumni. Nous avons déjà dit que cette dernière pouvait être associée au lieu (campus, plateau, quartier d’affaire, commune nouvelle, etc.), mais également au nom de l’établissement et de moins en moins à des disciplines bien précises. Ces évolutions sur les noms s’accompagnent d’un travail de refonte des logos, de la signalétique, des marques déclinées sous différentes formes, dont les plus originales sont la création de bouti­ques qui vendent des produits alliant souvenir et aspect pratique (mugs, sweat-shirts, parapluies, etc.). Ceci n’étant original ni dans les écoles, ni dans les universités étrangères. Justement, d’après nos entretiens, la création de ces boutiques et la vente de ces produits sont très demandées par les étudiants étrangers qui viennent faire une partie de leurs études dans les universités françaises et le fameux “sweat-shirt” est l’objet qui se vend le mieux.

49Extrait n° 4 du Journal de terrain (article dans le nouvel Observateur30)

[…] La Sorbonne touch

Jusqu’au jour où, un patron de la Sorbonne s’est avisé que cette marque valait de l’or… et l’a déposée. Et de créer, au bénéfice de l’université, une boutique proposant vêtements, mugs, livres. On peut aujourd’hui y acheter sur place ou en ligne, toutes sortes d’objets et vêtements, notamment des casquettes et polos (pas très chers, mais pas très beaux), des pochettes d’ordinateur ou encore des mugs isothermes à l’effigie de la Sorbonne. Mention spéciale aux tapis de souris option prestige, avec au choix, une vue du grand amphithéâtre ou de la cour d’honneur, et au set d’écriture Richelieu, juste hommage au fondateur de l’université, franchement classe !

50Dans le cas d’une université où le service alumni est éloigné des lieux d’enseignement et où, donc, les étudiants ne viennent pas, notre interviewée déclare que : « si tout le monde au bureau l’a, donc, c’est déjà un bon signe, si les employés le portent, c’est qu’on commence à bien promouvoir le truc ». Ne pouvant observer la réalité du port de la marque par les étudiants, elle se satisfait donc de celui de ses collègues.

51Dans le cas d’universités de province bien plus modestes, on trouve aussi un registre de communication, de branding bien ancré sur le territoire, voir ce qu’on pourrait appeler le terroir. C’est l’exemple de l’Uni­versité d’Angers, qui utilisant les travaux de recherche menés en son sein et son fameux produit viticole, vend sur son site une panoplie d’accessoi­res autour du vin et de la bière.

V. Conclusion

52L’étude des alumni à l’université souligne que les quatre registres de la groupalité “à la Brubaker” sont convoqués par les services en charge de monter les réseaux d’anciens. Pour cette conclusion, nous les avons synthétisés dans le tableau ci dessous en leur affectant les actions, moyens, ci­bles et échelles spécifiques. 

  • 31  Qui peuvent être d’ailleurs dramatiques : confer le décès brutal du directeur de SciencesPo Paris (...)

53Comme nous pouvons le constater à la lecture de ce tableau, deux difficultés majeures pour les actions alumni se donnent à voir. Primo, la question essentielle de l’échelle à laquelle il convient de les situer et donc, indirectement, celle des cibles visées (étudiants de 1er cycle, de 2ème cycle, diplômés, presse, futurs étudiants et leurs parents, etc.). Compte tenu des effectifs pléthoriques et de l’absence d’une tradition “alumni”, il leur faut différencier les cibles et chercher à obtenir l’engagement de certains étudiants et diplômés prêts à consacrer du temps ou de l’argent à leur Alma Mater, comme le font plus naturellement les anglo-saxons (Mael/Ash­forth, 1992). D’autre part, le sentiment d’appartenance à la communauté ou de “groupalité” est difficile à créer ex nihilo car il s’appuie généralement sur une histoire commune (partage de lieux et d’événements31), des récits publics (communication, témoignages, etc.) et des échanges entre diplômés. C’est bien le résultat d’un processus d’identification qui est long à construire, qui exige des moyens humains et financiers et des idées pertinentes pour venir concurrencer tous les outils modernes et les opérations de réseautage qui se développent autour de l’insertion professionnelle et de la formation et qui peuvent donner l’illusion de fournir un réseau activable, un capital social au sens bourdieusien. Pourtant, et la comparaison sous-jacente avec les associations séculaires d’anciens des gran­des écoles françaises le montre, un réseau, au sens de catnet, ne se construit pas aisément ex nihilo. Son succès tient à l’existence combinée des 4 registres précédents soulignés dans le tableau : il est nécessaire que les ré­seaux d’anciens des universités puissent proposer à leurs participants des actions dans chacun des registres (rencontres, information, cérémonies et valorisation des prix, par exemple).

Tableau 2 : registres de la groupalité de R. Brubaker appliqués aux alumni à l’université.

Registres de la groupalité

Actions

Dispositifs de médiation

Cibles

principales

Échelles

(périmètre)

Connexité relationnelle

Rencontres

Mise en contact

Actions sur l’emploi ou stages

Enrôler des anciens

Réseaux sociaux

Constitution d’annuaires Plateformes

Engagements des diplômés

Face-à-face

Diplômés décisionnaires ou en réussite professionnelle

Étudiants

Facultés

Départements

Université (Service orientation et insertion professionnelle)

Communalité catégorielle

Information

Communication

Animation des communautés

Parcours de réussite

Témoignages

Magazines

Site internet

Réseaux sociaux

Diplômés récents

partenaires économiques (collectivités locales, entreprises)

Université (Service communication)

fondation

Facultés

Départements

Partage d’évènements

Invitations officielles

Cérémonies particulières

Actions événementielles

Face-à-face

Cérémonies

Réunions

Inaugurations

Diplômés engagés

Étudiants

Partenaires économiques

Personnel

Variable selon la cible

Sentiment d’apparte­nance

Communication

Valorisation des prix et distinctions

Politique de marque

“Naming”

Logos

Sigles

Adjectifs

Goodies

Étudiants

Diplômés récents

Université

Départements

54   

Haut de page

Bibliographie

Barats C.,
2011 “La dénomination comme trace du passé et enjeu. L’exemple des universités parisienne”, Mots. Les langages du politique, [En ligne], 96, mis en ligne le 05 septembre 2013, consulté le 04 janvier 2015.

Bès M-P.,
2013 “Les relations entre anciens élèves ingénieurs : réseau personnel ou capital social ? ”, Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n° 8.

Bès M-P., Chaulet J.,
2012 Le travail relationnel des Associations d’anciens élèves dans la reproduction du capital social et la distinction entre élites, Journée “Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu”, 06 Septembre, Lille, France, accessible sur OATAO.

Bourdieu P.,
1980 “Le capital social”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 31, n° 1, pp. 2-3.
1989 La Noblesse d’État, Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Minuit.

Brubaker R., Cooper F.,
2000 “Beyond Identity”, Theory and Society, vol. 29, pp. 1-47.

Brubaker R., Junqua F.,
2001 “Au-delà de l’ ‘identité’ ”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, vol. 139, pp. 66-85.

Chaulet J.,
2009 “Sélection, appariement et modes d’engagement dans les sites de mise en relation”, Réseaux, vol. 27, n° 153, pp. 131-164.

Chaulet J., Bès M-P.,
2015 “Les diplômés et leur(s) valeur(s). Le rôle des associations d’anciens élèves dans le maintien de la réputation des Écoles d’ingénieur et de commerce”, Terrains & travaux, n° 26, pp. 187-202.

Cuche D.,
1985 “Traditions populaires ou traditions élitistes ? Rites d’initiation et rites de distinction dans les Écoles d’Arts et métiers”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 60, n° 60, pp. 57-67.

Dagiral E., Peerbaye A.,
2012 “Les mains dans les bases de données. Connaître et faire reconnaître le travail invisible”, Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 6, n° 1, pp. 191-216.

Degenne A., Forsé M.,
2004 Les Réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Armand Colin, Paris.

Draelants H.,
2010 “Les effets d’attraction des grandes écoles. Excellence, prestige et rapport à l’institution”, Sociologie, n° 3, vol. 1, pp. 337-356.

Dumay X., Draelants H., Dahan A.,
2015 Organizational Identity of Universities : A Review of the Literature from 1972 to 2014, Les Cahiers de recherche du Girsef, n° 104., http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/girsef/documents/cahier_104_dumay_draelants_dahan.pdf.

Gingras Y.,
2003 “Idées d’universités, Enseignement, recherche et innovation”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 3, n° 148, pp. 3-7.

Hottin C.,
2004 “Les Délices du campus ou le douloureux exil”, Histoire de l’éducation [En ligne], 102.

Klein N.,
2001 No Logo, la tyrannie des marques, Actes Sud, Montréal.

Lahire B.,
1998 L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, Paris, (Essais et Recherches).

Lecoutre M.,
2006 “Le capital social dans les transitions entre l’école et l’entreprise”, Le capital social, Paris, La Découverte, pp. 177-192.

Legendre F.,
2003 “Les étudiants fantômes. Les sorties précoces de l’université Paris 8”, Carrefours de l’éducation, vol. 2, n° 16, pp. 32-55.

Mael F., Ashforth B.,
1992 “Alumni and their Alma Mater : A Partial Test of the Reformulated Model of Organizational Identification”, Journal of Organizational Behavior, vol. 13, Issue 2, pp. 103-123.

Stensaker B.,
2015 “Organizational Identity as a Concept for Understanding University Dynamics”, Higher Education, vol. 69, Issue 1, pp. 103-115.

Stephenson A. L., Yerger D. B.,
2014 “Does Brand Identification Transform Alumni into University Advocates ? ”, International Review on Public and Nonprofit Marketing, vol. 11, Issue 3, pp. 243-262.

White H.,
1992 Identity and Control, Princeton University Press, [traduction française, Identité et contrôle, Paris, Ed. EHESS, 2011].

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Ce texte porte sur les initiatives récentes, lancées par les universités françaises pour créer leur réseau d’alumni. Il vise à la constitution d’un groupe social sans "identité" à l’échelle d’une université entière, alors que très peu d’initiatives ont été prises auparavant dans ce sens, qu’il n’existe ni association, ni annuaire, ni lieu de "retrouvailles", à l’instar des universités anglo-saxonnes ou des grandes écoles françaises. L’article présente l’ensemble des actions de "fabrication" de ce réseau (annuaire, rencontres, évène­ments) ainsi que celles liées à la création d’une marque de l’université.

La question théorique posée porte sur la compréhension de la genèse d’un sentiment d’appartenance à un groupe, aux frontières floues, qui s’apparente donc plutôt à un réseau.

La méthode a consisté à collecter du matériau discursif à partir d’entretiens auprès des chargés de mission, ou bien directement sur les leurs sites ou plateformes numériques. Ces données ont été analysées à la fois de manière à reconstruire la chronologie des actions entreprises et à mettre en exergue les arguments liés aux valeurs et utilités attendues par les diplômés.

L’auteur sur lequel nous nous appuyons est Rogers Brubaker qui a interrogé le lien entre identité et réseau et qui propose une décomposition analytique de la question, pertinente pour comprendre les différents registres mobilisés par les universités.

Nous montrons que ce processus de construction d’une identité organisationnelle auprès des diplômés est compliqué. Il exige de conduire des actions de communication, d’animation et de rencontres pour différentes cibles (étudiants, anciens diplômés, entre­prises, collectivités locales) qui n’ont pas les mêmes logiques d’attachement à la communauté des alumni et dont les frontières sont elles-mêmes à définir.

Pour finir, nous réutilisons les 3 catégories de Brubaker (connexité relationnelle, com­munalité, groupalité) afin d’analyser les différents registres convoqués par les services en charge des alumni.

Structured summary

This text deals with recent initiatives launched by French universities to create alumni networks for themselves. It seeks to create an “identityless” social group on a university wide scale, given that very few initiatives have hitherto been taken in this sense, and that there exist neither associations, nor directories, nor meeting places for “reunions”, as in Anglo-Saxon universities or French “Grandes Ecoles”. The article presents the full range of activities involved in “fabricating” this network (directory, meetings, events) as well as those linked to creating the university’s mark (logo).

The theoretical question asked relates to understanding the genesis of a feeling of belonging to a group, with fuzzy borders, thus making it more resemblant of a network.

The method consisted in collecting discursive material on interviews with those in charge of the mission, or else directly on the their digital sites or platforms. This data has been analysed both so as to reconstruct the chronology of the actions undertaken and to highlight the arguments linked to the values and usefulness the graduates may expect.

The author we rely on is Roger Brubaker, who has questioned the link between identity and network and who proposes an analytical decomposition of the question, pertinent in understanding the various registers the universities mobilised.

We show that this process of constructing an organisational identity among the graduates is complicated. It requires carrying out activities of communication, promotion and organizing meetings for various target groups (students, older graduates, enterpri­ses and local communities) which do not have same logics of attachment to the alumni community- and whose borders are themselves to be defined.

Finally, we re-use Brubaker’s 3 categories (relational connexity, communality, grou­pality) in order to analyse the various registers the services in charge of alumni made use of.

Annexe 1 : Liste des Universités et associations incluses dans l’étude des actions alumni

Association de Masters de sociologie appliquée, Réseau d’Initiatives en Sociologie Appliquée, Université Toulouse Jean Jaurès (Toulouse).

Association des doctorants en Sciences Sociales et Humaines, Université de Strasbourg.

Association des ingénieurs Polytech, Université Pierre et Marie Curie (Paris).

Associations des anciens de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris).

Faculté Economie et gestion, Université de Strasbourg (Strasbourg).

Filière STAPS, Université Paul Sabatier (Toulouse).

Paris School of Economics Alumni (Paris).

Toulouse School of Economics, Université Toulouse 1 Capitole.

Université Paris Dauphine (Paris).

Université de Bordeaux.

Université de Bourgogne (Dijon).

Université de Cergy-Pontoise (région parisienne).

Université de Strasbourg.

Université de Lille 3.

Université Montpellier.

Université Panthéon-Assas (Paris).

Université Paris Sorbonne IV (Paris).

Université Paris-Est Marne-la-Vallée (région parisienne).

Université Paul Sabatier (Toulouse).

Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines (région parisienne).

Haut de page

Notes

1  Je remercie chaleureusement Aubépine Dahan, Hughes Draelants et Xavier Dumay pour l’organisation des journées “Universities facing pressures for change : identity and organizational transformations”, les 29 et 30 avril 2015 à l’Université Catholique de Louvain ainsi que pour leurs remarques sur ma communication. Les participants à ces journées, notamment Miguel Souto Lopez, ont également posé des questions pertinentes m’amenant à parfaire mon analyse. Je remercie également les rapporteurs de la revue. Merci enfin à Jérôme Lamy qui a partagé mon enthousiasme pour le sujet et m’a suggéré des modifications à ce papier.

2  Source : Stensaker, 2015 :107, traduit par nous.

3  Je suis reconnaissante à Pascal Ducournau de m’avoir suggéré cet auteur pour éclairer mes recherches sur les alumni et le capital social des étudiants.

4  La traduction est de F. Junqua.

5  Le texte de Rogers Brukaber associe à cet endroit-là, les travaux d’Harrison White et ceux de Charles Tilly.

6  Pour une meilleure compréhension, nous préférons les présenter dans le sens inverse de celui de l’ar­ticle, confer page 79.

7  22 dont 16 avec des chargés de mission sur les réseaux d’alumni d’universités françaises, une présidente d’association, deux responsables d’une association de doctorants, un membre actif d’une association de Masters, un professeur retraité membre de l’association des anciens, une professeure en charge d’un réseau, complétés par une situation d’observation participante à une soirée de clôture d’un diplôme ainsi qu’à une réunion des chargés des alumni dans l’enseignement supérieur lors de la journée “Fundraising : Comment mieux mobiliser vos réseaux pour lever des fonds ? ”, journée EducPro, Jeudi 29 janvier 2015, Paris. Quelques entretiens comparatifs ont été conduits au Québec en 2011 et en Belgique en 2015. D’une durée variable de 10 à 61 minutes, ils ont été conduits pour 1/3 des cas en face-à-face, pour le reste par téléphone.

8  Ce travail a été mené au mois de Novembre 2014.

9  Le terme “alumni” est en train de s’imposer ces dernières années, en France, pour désigner surtout l’ensemble des actions effectuées pour constituer et animer des réseaux de diplômés d’un même établissement.

10  Le principal fournisseur de services alumni français présente sur son site l’ensemble de ses clients et notamment 6 universités françaises.

11  Instituts Universitaires de Technologie.

12  En 2014, 1 385 000 étudiants se sont inscrits à l’université contre 95 000 en classes préparatoires des grandes écoles. Confer les données du Ministère, https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/explore/.

13  Conscient de ce déficit, l’État français tente d’encourager depuis 2001 (circulaires et textes règlementaires de 2001, 2011 et 2014) les engagements associatifs étudiants.

14  Ces fondations sont soit partenariales (avec personnalité morale et à durée déterminée), soit universitaires (plus larges). Le site du Ministère mentionne, à la date du mois d’Octobre 2014, l’existence de 19 fondations dans les universités françaises. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid25106/fondations-partenariales-et-universitaires.html.

15  Néanmoins, notre recherche ne porte pas sur cette question des fondations.

16  Ce fait est apparu clairement lors de la journée “Fundraising : Comment mieux mobiliser vos réseaux pour lever des fonds ? ”, journée EducPro, Jeudi 29 janvier 2015, Paris.

17  Très peu d’universités françaises (2 ou 3) éditent un annuaire en version papier, dont la fonction sem­ble plus symbolique qu’utilitaire.

18  Accord et contraintes de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

19  Elles sont souvent confiées à des étudiants comme “job d’été”.

20  Observatoire de la Vie Étudiante.

21  D’ailleurs, ceci est surveillé régulièrement et de près par les personnes en charge des alumni.

22  Éventuellement avec une autre orthographe comme réso, rezo, etc

23  Sur son site, la Confédération des Jeunes Chercheurs (http://cjc.jeunes-chercheurs.org/presentation/membres/) donne les coordonnées de 34 associations de doctorants.

24  D’ailleurs, sélection, entre-soi, défense des intérêts et existence d’un réseau d’anciens vont de pair, confer Chaulet/Bès, 2015.

25  Notamment en raison d’une activité de recherche plus importante. Ainsi les classements internationaux (The Times par exemple) classent deux universités françaises avant l’École Polytechnique.

26  Sur un moteur de recherche célèbre, le terme “Sorbonne” renvoie à 17 600 000 résultats.

27  Nous pensons aux PRES (pôles de recherche et d’enseignement supérieur).

28  D’autant plus importants si les périmètres changent en cours de négociation.

29  Journée Educpros du 25 Janvier 2015.

30  Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20140326.OBS1317/biere-polos-mugs-et-set-a-vin-on-trouve-de-tout-a-la-fac.html.

31  Qui peuvent être d’ailleurs dramatiques : confer le décès brutal du directeur de SciencesPo Paris en 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : pertinence de l’identité organisationnelle pour comprendre et expliquer les activités importantes dans les universités2.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/1616/img-1.png
Fichier image/png, 7,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Bès, « Des alumni à l’université française. Comment créer ex nihilo un réseau de diplômés ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-1 | 2016, 89-110.

Référence électronique

Marie-Pierre Bès, « Des alumni à l’université française. Comment créer ex nihilo un réseau de diplômés ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 21 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/1616 ; DOI : 10.4000/rsa.1616

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Bès

LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires) & ISAE (Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace), Université de Toulouse, France, bes@univ-tlse2.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org