Navigation – Plan du site
Article isolé

Les risques de santé à l’épreuve des nuisances. Le cas des plaintes en santé environnementale

Health Hazards Tested by Harmful Effect Proof. The Case of Environmental Health Complaints
Marcel Calvez
p. 187-203

Résumés

Les plaintes en santé environnementale désignent les mises en cause de dispositifs techniques dans la survenue de dommages de santé au nom des nuisances qu’ils produisent. Les recherches menées sur la formation de ces plaintes montrent qu’elles parviennent difficilement à constituer les nuisances en ris­ques de santé et à déboucher sur des mobilisations collectives inscrites dans la durée. L’article s’inter­roge sur la fragilité de ces plaintes. Pour ancrer le propos, il expose une plainte relative à un centre de traitement de déchets ménagers. En prenant appui sur l’analyse culturelle développée par Mary Dou­glas, il discute du développement des plaintes sous l’angle de la formation de conventions sociales et cognitives. Il conclut qu’elles expriment des perceptions d’une dégradation des modes de vie qui ne par­viennent pas à se stabiliser dans une expression publique et qui conduisent à un repli vers les sphères privées.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Des antennes de radiotéléphonie mobile, des incinérateurs d’ordures ménagères, des centres techniques d’enfouissement ultime de déchets industriels et ménagers sont mis en cause au nom de dommages de santé qu’ils sont réputés provoquer dans les po­pulations vivant aux alentours. Ces mises en cause, que l’on qualifie de plaintes en santé environnementale, concernent des nuisances d’ordinaire invisibles, comme des ondes, des gaz, des molécules, contrairement aux sources d’émission incriminées qui sont inscrites dans l’environnement résidentiel des personnes concernées. Les domma­ges de santé qui sont mis en avant sont le plus souvent des cancers dont les plaignants attribuent la cause à ces installations. Ces plaintes témoignent à leur façon de la cons­cience d’une société du risque au sens où Beck (2001) l’analyse, c’est-à-dire d’une so­ciété dans laquelle les tensions et les conflits portent sur l’allocation des maux produits par la science et la technique.

2A l’instar de Lupton et Tulloch (2003), cet article se propose, non pas de discuter la pertinence de la thèse de la société du risque, mais de considérer les modalités par les­quelles cette conscience du risque prend forme. Il vise à rendre compte de leur cristal­lisation au sens que Trépos donne à cette notion, à savoir « le passage d’un état infor­mulé à un état thématisé et affecté d’une valorisation » (2004 :§16), ce qui suppose de s’intéresser aux processus d’organisation et de mobilisation des acteurs locaux et à la formation d’un accord collectif par lesquels des préoccupations d’ordinaire privées et des interrogations sur la dégradation du cadre de vie acquièrent une expression publi­que sous la forme d’une plainte.

3L’analyse culturelle des risques proposée par Mary Douglas (1986, 1992) offre un cadre de travail pertinent pour mener une analyse sociologique de la formation de ces plaintes. Avec la notion de forensic resource (1990), elle a en effet développé l’idée que le risque est une ressource contractuelle qui permet à un groupe de défendre et de promouvoir son mode de vie dans un environnement d’incertitudes et de dangers en désignant les situations qu’il lui faut craindre et en orientant les réponses qui peuvent lui être apportées. La mobilisation de cette approche conduit à s’interroger sur la cons­truction de cette ressource, c’est-à-dire le passage de nuisances perçues à des risques de santé que les plaignants pourraient mettre en avant comme argument dans le débat public. En se mobilisant contre des installations dont, selon eux, les nuisances sont ré­putées produire des cancers, les plaignants parlent en effet de leur contexte social et des lignes de tension, voire des conflits qui le caractérisent, du pouvoir dont ils sont privés pour contrôler leur environnement, de la perception d’une dégradation de leur lieu de vie. En désignant une cause, ils élaborent une condition de victime qu’ils cher­chent à faire partager dans le groupe dont ils entendent défendre la santé. Mais ils y parviennent très rarement : les mobilisations collectives sont sporadiques et ne se maintiennent pas dans la durée.

  • 1  L’article s’inscrit dans le cadre d’une recherche sur la cristallisation des plaintes en santé env (...)
  • 2  Cette recherche fait suite à des travaux menés sur des plaintes qui ont connu un retentissement pu (...)

4Ce difficile passage de nuisances perçues à des risques publics a constitué l’objet du questionnement dans le cadre d’une recherche menée en Bretagne sur une diversité de plaintes qui mettent en cause des installations publiques dans le développement de problèmes sanitaires1. Sept plaintes ont été étudiées de façon approfondie ; elles con­cernent une diversité d’installations, des antennes de radiotéléphonie, des centres de gestion de déchets ménagers par incinération ou enfouissement, des éoliennes. Elles ont eu des expressions différentes, de rumeurs locales à des manifestations publiques et à des actions en justice. L’étude de chacune de ces situations a reposé sur environ une vingtaine d’entretiens menés avec les différents acteurs impliqués localement (plaignants, associations, décideurs), elle a été complétée par l’analyse des documents relatifs à ces plaintes et à leur objet (presse, littérature grise, sites internet), par des ob­servations de terrain et le suivi des mobilisations lorsque cela était possible2.

5Pour ancrer le propos, on présentera tout d’abord une des plaintes étudiées dans la recherche : par ses différentes facettes, elle est emblématique des différentes compo­santes d’une mobilisation autour de la question des nuisances sanitaires issues d’instal­lations techniques. Une seconde partie prendra appui sur les travaux de Mary Douglas pour présenter l’assise théorique de l’approche qui repose sur la correspondance entre la connaissance du problème pris en compte comme risque de santé et le type de soli­darité pour répondre à ce risque. Celle-ci permettra d’analyser les dynamiques sociales et culturelles qui sous-tendent ces plaintes et de proposer une analyse de leur fragilité.

II. En France, 9 cancers/250 hab. Ici 60/250 hab. Pourquoi ?

6A Gaël, en Ille-et-Vilaine, on pouvait voir il y a quelques années un panneau sur le bord d’un chemin avec cette inscription en grandes lettres. Pour ceux qui l’avaient in­stallé, la raison en était un centre d’enfouissement de déchets ménagers qu’ils met­taient en cause dans ce qu’ils percevaient comme un nombre excessif de cancers. Le maire d’une des deux communes concernées par le centre d’enfouissement présente ainsi le problème :

Quand on voit que toutes les maisons sont touchées par un cancer, ce sont des constats, il y en a pas mal. Le problème aujourd’hui, c’est qu’on s’a­perçoit qu’au lieu de diminuer, ça augmente toujours. On a des cas nou­veaux tous les ans, des cas graves avec des décès rapides. Alors, on se de­mande quand même […] M., elle a été malade 3 mois. Il y a aussi A. qui est pris depuis le mois de juin-juillet, qui a un cancer du pancréas. Je ne sais pas s’il va aller bien longtemps parce qu’apparemment il a des métas­tases qui montent au poumon déjà […] On a l’impression que ça ne s’amé­liore pas. Et dans le périmètre tout proche du centre d’enfouissement, là c’est un, voire deux cancers par maison.

A. Un lieu d’enfouissement de déchets objet de plaintes récurrentes

7Le centre d’enfouissement de Point-Clos est localisé à l’ouest de l’Ille-et-Vilaine, dans la commune de Gaël (1600 habitants) et à la limite de Concoret (750 habitants) dans le Morbihan. Le site a été ouvert en 1976 par un syndicat intercommunal regrou­pant les quatre cantons de l’ouest du département en vue d’y enfouir les déchets ména­gers. Il était destiné à remplacer une décharge d’ordures établie dans une carrière et des landes agricoles abandonnées, à proximité d’un aérodrome désaffecté dans les an­nées 1950. Le site est localisé sur un plateau qui se caractérise par des landes en régé­nération forestière naturelle et qui domine les espaces agricoles en contrebas. L’habitat rural est de faible densité dans l’environnement immédiat du site ; les deux bourgs de Concoret et de Gaël sont situés respectivement à 2 et 6 km.

8Lorsque les communes françaises héritent d’une compétence obligatoire de gestion des ordures ménagères en 1975, la collecte des déchets ménagers et l’exploitation du site de stockage sont concédées à un entrepreneur local à l’instigation du conseiller gé­néral du canton. Fils d’un petit agriculteur, ayant fréquenté les bancs de l’école de Gaël, ce dernier se spécialise au cours des années dans l’industrie du déchet. Son en­treprise, qu’il commence avec deux salariés, emploie 300 salariés en 2012. Proche des élus locaux du fait de sa concession de gestion publique, il entreprend une carrière po­litique et devient élu municipal au chef-lieu du canton, conseiller général du canton et suppléant du député dans les années où le projet de développement du site de Point-Clos est contesté. Comme de nombreuses familles à Gaël comptent un membre qui tra­vaille dans l’entreprise, il est épargné par les opposants au développement du site, qu’il a connus à l’école. Ces derniers concentrent leurs critiques sur les élus du syndi­cat mixte intercommunal de traitement des ordures ménagères (SMICTOM) qu’ils esti­ment responsables de la spécialisation de leur commune dans le traitement des déchets, et en particulier sur le président du syndicat dont ils jugent la gestion du syndicat non démocratique, sinon autoritaire.

9Dès la mise en service du site en 1976, des riverains signalent à la gendarmerie de nombreuses nuisances à propos de l’état de la décharge et de l’exploitation du dépôt d’ordures par le concessionnaire. Mais ces démarches n’ont pas de suite. Selon le beau-fils d’une riveraine décédée d’un cancer,

On a mis tout et n’importe quoi, des déchets ménagers et hospitaliers, des déchets industriels, alors qu’on aurait dû ne mettre que des déchets ména­gers. Sur le site de l’aérodrome, on a enterré des bêtes mortes de fièvre aphteuse. On a mis des tonnes de chaux sur certaines bêtes qui étaient ma­lades. Cela a pu dégrader les eaux. Comment on le sait ? Tout le monde le reconnaît. À l’époque on ne se posait pas les questions [de pollution]. On déposait et on brûlait au quotidien. C’était une façon de se débarrasser des déchets. On a mis tout et n’importe quoi dans n’importe quelle condition. C’est là que le mal a été fait. Cela n’a pas pu ne rien provoquer au niveau de la santé.

10Les opposants les plus engagés ont la certitude que le site a été pollué dès le début de son utilisation et que le président du syndicat de l’époque, qui était conseiller géné­ral, le savait. Certains suspectent un dépôt de déchets radioactifs. Ils considèrent que, dans les années 2000, le SMICTOM s’est évertué à camoufler ces pollutions en aména­geant de façon superficielle le site pour répondre aux mises en conformité réglemen­taires au lieu de le réhabiliter en le nettoyant des apports passés. Ces suspicions consti­tuent l’arrière-plan des plaintes et fondent les relations entre les émanations du site et l’incidence jugée anormale des cancers.

B. L’émergence locale de la question des cancers

11La question des cancers commence à être formulée publiquement en 2004. C’est l’année au cours de laquelle le concessionnaire du site développe une unité de fabrica­tion de compost à partir de déchets verts et de fientes de volaille. Au même moment, une enquête d’utilité publique est ouverte pour un projet d’usine de traitement méca­no-biologique des déchets et de création d’un centre d’enfouissement de déchets ulti­mes non dangereux. Ce projet est porté depuis plusieurs années par le SMICTOM qui, depuis 1975, s’est étendu à 65 communes réparties sur trois départements et a, au cours des années, acquis des surfaces pour agrandir le site de stockage et réaliser le projet. La coïncidence entre la création d’une unité de fabrication de compost, qui gé­nère des nuisances olfactives importantes et qui est rapidement fermée par décision préfectorale pour cause de non-conformité réglementaire, et le projet d’une nouvelle usine de traitement des déchets cristallise les préoccupations locales relatives au site car elle affirme la spécialisation de ce dernier dans la gestion des déchets sur le long terme.

12Pour expliquer l’irruption des cancers dans le débat relatif au site, les différents ac­teurs rencontrés font référence à deux observations dans les études préalables à l’en­quête publique menée par GéoArmor, un bureau d’études géologiques spécialisé dans les sites d’enfouissement. Le projet y est remis dans le contexte démographique local de la façon suivante :

Les taux de natalité de Gaël et Concoret sont inférieurs à la moyenne natio­nale. Par contre, les taux de mortalité de ces deux communes […] sont su­périeurs à la moyenne nationale : cette surmortalité est liée principalement à l’alcoolisme, aux suicides, aux défaillances de l’appareil circulatoire et respiratoire (GéoArmor, 2004 :249).

13Par ailleurs, les nuisances éventuelles du projet sont présentées ainsi :

Les émissions gazeuses [dues à la fermentation des déchets enterrés] peu­vent générer par inhalation des affections temporaires ou au contraire régu­lières, certaines molécules étant classées cancérigènes […] Les populations de passage n’encourent pas de risques sanitaires liés au projet (temps de sé­jour restreint) (GéoArmor, 2004 :250).

14Le premier argument est jugé choquant, sinon diffamatoire, par les opposants qui y voient une représentation méprisante de la population locale justifiant que l’on spécia­lise leur lieu de vie dans le stockage et le traitement des déchets. Le second argument est interprété comme l’affirmation en creux de l’existence de risques cancérigènes pour la population résidente. C’est en particulier l’argument que met en avant un élu de Concoret, dont la femme est atteinte d’un cancer et qui est à l’origine d’une des deux associations de sauvegarde.

15Pour les élus locaux, majoritaires à Concoret et minoritaires à Gaël, qui refusent la spécialisation du site vers l’industrie du déchet, l’existence de risques cancérigènes constitue alors le point nodal de leur opposition. Un agriculteur de Gaël, vivant en contrebas du site de déchets et fondateur de l’autre association contre l’extension du site, rapporte ainsi :

Les cancers, c’est venu tout simplement avec le rapprochement des points de vue de quelques personnes. Sans être férus de statistiques, quand on a regardé de plus en plus le rapport cancer/populations, on s’est dit ‘il faut regarder de ce côté-là’.

16Par son histoire familiale, cet agriculteur était sensible à la question des cancers : sa fille avait eu une leucémie, son petit-fils était décédé très jeune d’un cancer, tout com­me un de ses frères, un autre frère était également atteint, lui-même développera un cancer de la peau dont il mourra. Le conseiller municipal de Gaël, cité plus haut se rappelle :

C’était à la kermesse du Louya. Ma fille qui est médecin à Toulouse a trou­vé qu’il y avait beaucoup de cancers. On a fait un premier balayage et on a reparlé de tous les cancers qui avaient eu lieu au cours des 30 dernières […] On est restés discrets car on n’a jamais voulu dire qu’il y avait un lien de cause à effet. On est allés voir le maire de Concoret [le maire de Gaël d’alors soutenant l’extension du site].

17Ce conseiller municipal, qui est venu prendre sa retraite à Gaël après une carrière dans les organisations agricoles nationales et internationales, s’est alors opposé au maire. Il s’agissait pour lui de défendre

des populations qui bien souvent acceptent l’inacceptable […] et [d’]être le porte-parole de tous les taiseux qui n’osent pas parce que des membres de leur famille travaillent dans les déchets […] Les gens ont du mal à parler des cancers, car c’était honteux d’avoir un cancer […] Il y avait des crain­tes par rapport aux notables. Donc on n’allait pas remettre en cause des fa­çons de faire que la population acceptait, ou alors on était montré du doigt.

18Il est élu maire en 2008 sur un programme d’opposition à l’extension du site auquel il consacrera une partie importante de son mandat, en particulier en représentant sa commune au SMICTOM et en s’opposant au président du syndicat porteur du projet du site. Il n’obtient pas le soutien des délégués de la quasi-totalité des autres communes qui adhèrent à l’argument selon lequel il est préférable de trier les déchets et d’en stoc­ker la part ultime sur des zones sans usage et loin des habitations. Considérant que le projet améliore la gestion du site, ils n’entendent pas l’argument relatif aux cancers. Le maire de la commune qui avait accueilli le précédent centre d’enfouissement des dé­chets exprime cette critique des élus dans les termes suivants :

A titre personnel, je regrette que les élus actuels de Gaël et de Concoret n’ont pas supporté les projets du SMICTOM en oubliant les engagements pris par les municipalités antérieures. L’action politique a pourtant toujours une dimension historique, quitte à être très exigeant sur les conditions d’ex­ploitation, ce qui aurait été une attitude responsable. Je sais par expérience que de tels projets ne sont pas acceptés facilement par certains habitants, mais la collectivité peut aussi parfois, pour des besoins publics, imposer certaines contraintes (Registre de l’enquête publique, 20 juin 2011).

19En 2014, le maire de Gaël ne se représente pas, mais la liste opposée à l’extension du site est élue au moment où les travaux reprennent.

20Le maire de Concoret, un agriculteur dont la sœur venait de décéder d’un cancer, prolonge le recensement engagé à Gaël à l’été 2004, fort de l’appui de son conseil municipal qui s’oppose à l’extension du site :

Ça a été plutôt fait par des gens qui se sentaient responsables sur le terrain. Des élus et d’autres personnes qui ont vraiment recueilli l’information. Il n’y a aucune triche. Le foyer logement a été exclu de l’étude parce que ça aurait fait varier les chiffres.

21Pour asseoir leur conviction relative aux causes des cancers, les opposants cher­chent des certifications d’experts critiques en invitant le professeur Belpomme3 à deux reprises et en faisant traduire un article de Peter Montague4 discutant l’existence de cancers à proximité des lieux de stockage d’ordures ménagères.

22Suite à un premier recensement des cas de cancer, le maire de Concoret informe le Président du SMICTOM gestionnaire du site de la suspicion de cancers. Il alerte le pré­fet d’Ille-et-Vilaine en demandant la réalisation d’une enquête sur l’existence éventu­elle d’un agrégat de cancers et ses liens avec le site de Point-Clos et en l’accompa­gnant d’une première carte de localisation des cancers. Le préfet donne son accord pour la réalisation d’une enquête épidémiologique qui est menée par la CIRE-Ouest (cellule interrégionale d’épidémiologie) en collaboration avec la mairie de Concoret. L’enquête conclut :

En conclusion, aucun des éléments recueillis à l’issue du signalement ne permet de suspecter un excès de pathologies cancéreuses attribuable au centre de stockage de Point Clos […] En l’absence de suspicion d’excès de pathologie et d’exposition forte et spécifique à ce site, la poursuite d’inves­tigations épidémiologiques ne semble pas pertinente (Guillois-Bécel/Mar­quis, 2006).

C. L’atteinte à un patrimoine légendaire

23Parallèlement à la question sanitaire, l’opposition au site se développe à partir de l’argument d’une atteinte à la forêt de Brocéliande, la forêt légendaire de la Table Ronde, dont l’un des points d’accès est constitué par le Centre de l’imaginaire arthu­rien au château de Comper à Concoret, à deux kilomètres du site de Point-Clos. Même si le lieu n’appartient pas la topographie légendaire de Brocéliande, la référence fait sortir la cause de sa dimension locale et lui donne une audience plus large. « Parler de Brocéliande a été choix stratégique, car la forêt mythique est mondialement connue. C’est une façon de collecter des milliers de signatures et d’amener le débat sur l’espa­ce médiatique » explique le dernier président de l’association “Sauvegarde de Brocé­liande”. Fils de commerçant de Gaël, représentant de commerce itinérant pendant 25 ans, ce dernier revient vivre au pays pour y exercer une activité de commerce à distan­ce au moment où la question du site se développe. Il est élu en tant que conseiller mu­nicipal dans l’équipe du maire opposé à l’extension du site. Il fait de l’écologie un en­gagement de la vie quotidienne. C’est à ce titre qu’il conteste le projet de site qui, se­lon lui, ne règle pas la question des déchets en amont. S’il engage une démarche mé­diatique, il reconnaît toutefois que « les milliers de signatures n’ont pas fait varier l’État d’un iota ».

24Dès l’enquête d’utilité publique, une pétition est lancée contre le centre d’enfouis­sement autour de l’argument « Réveillez-vous ou Brocéliande redeviendra une pou­belle ». Elle est portée par le Centre de l’imaginaire arthurien, des associations environ­nementalistes régionales, ainsi que les deux associations locales d’opposition au site à Concoret et à Gaël. Une première manifestation est organisée sur le site en octobre 2004 à l’initiative de l’association “Sauvegarde de Brocéliande”, récemment créée. Elle conteste l’enquête publique organisée en pleine période de vacances, souligne l’absence de consultation des acteurs locaux et fait valoir la notion “d’excès de risques significatif”. La commission d’enquête publique donne un avis favorable au projet en novembre 2004. Des manifestations sont organisées de façon régulière autour du site pour dénoncer sa spécialisation dans le traitement des déchets et chercher à faire valoir des alternatives de développement. On peut alors observer la déclinaison d’un ensem­ble d’arguments autour de la qualité de l’eau, de la qualité de l’environnement, des ris­ques d’incendie et de la santé des riverains. Progressivement, une hiérarchie se fait entre la défense de Brocéliande, qui permet de mobiliser à une échelle large, les argu­ments environnementaux centrés autour de la question du traitement des déchets et les arguments sanitaires qui sont portés par les habitants lors des manifestations qui ont lieu autour du site.

D. Les recours à la justice

25Pour bloquer le projet, les associations opposées au site se portent devant la justice administrative et contestent la régularité des permis de construire au nom des régle­mentations européennes sur l’environnement. Suite aux décisions du tribunal adminis­tratif annulant le permis de construire du projet de 2004, un nouveau projet qui re­prend le précédent avec des ajustements est déposé en janvier 2011. Une enquête d’u­tilité publique a lieu en juin 2011. Les arguments sanitaires sont à nouveau mobilisés par le maire de Concoret et le maire de Gaël, qui demandent de nouvelles enquêtes médicales, mais ils ne sont pas pris en compte par les commissaires-enquêteurs. Une manifestation locale, qui rassemble quelques centaines de personnes, a lieu au moment de la clôture de l’enquête publique et met en avant les cancers. Des recours devant la justice administrative sont à nouveaux engagés en invoquant les risques d’incendie, mais ils sont rejetés. Parallèlement, l’association “Sauvegarde de Brocéliande” porte plainte contre le président du SMICTOM pour destruction d’espèces protégées. Elle est déboutée et condamnée à 25 000 € d’amende pour procédure abusive, ce qu’elle inter­prète comme une fin de partie sifflée par les autorités publiques.

26En mai 2013, le président du SMICTOM demande la mise en liquidation de l’asso­ciation, incapable de payer l’amende. Son hostilité à l’égard de l’association vient du fait qu’il estime, lors d’un entretien, que le conflit « lui a causé des préjudices, ainsi qu’à ses enfants qui ont souffert à l’école de tout ce que les associations disaient sur lui ». Avec son bureau, il considère avoir géré au mieux les intérêts collectifs et s’ap­puie sur la décision quasi unanime des conseillers du syndicat pour faire valoir le choix opéré en matière de traitement des déchets. Il reconnaît qu’il y a des cancers, mais il prend appui sur les enquêtes épidémiologiques pour contester la spécificité lo­cale. Il fait également valoir que si le site a été mal géré dans le passé, il a connu des améliorations importantes qui minimisent, voire annulent les risques sanitaires.

27Suite aux différentes procédures, les travaux de l’usine de traitement des déchets ménagers ont repris. Le statut administratif de “Projet d’intérêt général” est accordé par le préfet en 2014, tandis que les opposants continuent de penser qu’il s’agit d’un projet inutile et dangereux. La question des cancers continue d’être évoquée comme lors de la dernière manifestation qui a rassemblé un millier des personnes en mars 2013. Une nouvelle étude épidémiologique est mise en place en 2016 dans les com­munes limitrophes du site pour « mieux connaitre les causes des décès des habitants survenus entre le 1er janvier 1980 et le 1er janvier 2012 » (note d’information, site de la commune de Gaël, avril 2016).

III. Les plaintes dans la perspective de l’analyse culturelle de Mary Douglas

28La plainte relative au centre d’enfouissement de déchets de Point-Clos est emblé­matique des plaintes en santé environnementale au sens où elle rassemble des caractè­res que l’on trouve de façon dispersée dans de nombreuses autres plaintes : un projet porté par des autorités publiques investies d’une légitimité élective, une source d’émis­sion de nuisances, la suspicion d’un agrégat de cancers, une enquête épidémiologique invalidant l’agrégat de cancers, des gestionnaires du dispositif se prévalant du respect des normes d’exploitation, des mobilisations collectives, des procédures judiciaires soutenues par des avocats se spécialisant dans les causes environnementales, une at­teinte du cadre de vie. Pour une plainte comme celle-ci qui connaît une certaine noto­riété, il en existe de nombreuses autres qui restent confidentielles ou très locales, con­finées dans des groupes restreints qui se posent comme des victimes sans voix. Ces si­gnalements ne dépassent pas une mobilisation éphémère parce que les acteurs locaux ne parviennent pas à une définition partagée du problème ou bien ne s’accordent pas sur des modalités d’action. De façon générale, les plaintes sont fragiles, portées par des groupes restreints de personnes qui, au-delà d’actions circonstancielles, ne par­viennent pas à élargir leur cause auprès de ceux qu’ils entendent défendre. Lorsqu’ils en ont la possibilité, les plaignants ont alors recours à des procédures judiciaires pour faire durer leur opposition, mais en se centrant sur des questions de conformité juridi­que, ils occultent les questions de santé par lesquelles les plaintes sont exprimées.

29Pour analyser cette difficile formation des plaintes, on prendra appui sur l’approche développée par Mary Douglas, en particulier celle ayant trait à la souillure (Douglas, 1971) et à la sélection culturelle des risques (Douglas/Wildavsky, 1982). L’idée cen­trale est que la formation des plaintes peut être analysée à partir de l’articulation entre une convention cognitive sur la nature du problème pris en compte et une convention sociale sur le type de solidarité à même de répondre à ce problème. Dans le contexte culturel contemporain, la notion de risque permet d’articuler ces deux types de con­ventions et d’orienter l’action collective. L’hypothèse que l’on fait est que la fragilité des plaintes procède des difficultés à relier des expériences partagées de nuisances et de problèmes de santé, et à construire un argumentaire relatif à des risques de santé à même de porter ces expériences dans l’espace public et d’entretenir une préoccupation collective.

A. Des conventions cognitives et des conventions sociales

30Dès De la souillure, Mary Douglas a mis la correspondance entre les conventions sociales et les conventions cognitives au cœur de son analyse culturelle. En qualifiant la saleté comme « quelque chose qui n’est pas à sa place », elle insiste sur le fait que la saleté

suppose, d’une part, l’existence d’un système de relations ordonnées et, d’autre part, le bouleversement de cet ordre. [Elle] n’est donc jamais un phénomène unique, isolé. Là où il y a saleté, il y a système. La saleté est le sous-produit d’une organisation et d’une classification de la matière, dans la mesure où toute mise en ordre entraîne le rejet d’éléments non appro­priés (Douglas, 1971 :55, souligné par moi).

31Si la définition de la saleté proposée par Douglas a été très largement reprise, les implications sociologiques qui en découlent n’ont pas été bien mesurées dès lors que la notion a été appréhendée d’une façon souvent essentialiste et non relationnelle (Far­don, 1999). C’est pourquoi, dans L’anthropologie et la Bible (2004), Douglas est reve­nue sur sa théorie de la pollution, qu’elle considérait comme un facteur de cohésion sociale à partir d’une intégration négative reposant sur un sentiment partagé de trouble ou de dégoût (d’où d’ailleurs l’importance stratégique qu’elle avait accordée aux lig­nes de démarcation de l’abominable et de l’impur). Cette première théorie relative à la souillure présentait, selon elle, des limites pour expliquer les règles de solidarité :

Selon la théorie de la pollution, la classification des animaux dans le chapi­tre 11 du Lévitique devait correspondre à une classification importante dans l’organisation interne de la société. Or, au fur et à mesure que se dé­veloppait la théorie de la pollution, et que la pollution était de plus en plus perçue comme l’expression d’accusations et de dévalorisations, il me fallait bien reconnaître que cette théorie ne s’appliquait pas au […] Pentateuque (2004 :14).

32Ainsi, l’analyse de la souillure ne permettait pas de répondre pleinement au pro­gramme que Douglas s’était initialement fixé et qu’elle présentait ainsi :

Je crois que certaines pollutions servent d’analogies pour exprimer une idée de l’ordre social […] A mon avis, il vaudrait mieux interpréter [les no­tions de danger] comme l’expression symbolique des relations entre différents éléments de la société, comme le reflet d’une organisation hiérar­chique ou symétrique qui vaut pour l’ensemble du système social (1971 :25).

  • 5  Elle reprend la notion de code restreint de Bernstein (1975). Dans L’anthropologie et la Bible (20 (...)
  • 6  C’est à partir de là qu’elle développe son analyse des abominations du Lévitique comme un récit de (...)

33Une de ses préoccupations majeures a alors été d’analyser comment des catégories rejetées au motif de leur souillure servent de cadre de pensée pour construire un sys­tème social stable, ou un ordre normal des choses reconnu par des individus agissant ensemble. La pollution concerne ainsi une qualité d’objets ou de situations qui posent problème aux schèmes habituels de pensée et aux cadres de l’expérience sociale. Elle est un code restreint qui exprime les conceptions de l’ordre social qui prévalent au sein du groupe5. Elle peut servir d’exemple ou de métaphore pour clarifier les frontières du groupe et de son appartenance6. La qualification de souillure est ainsi une arme effi­cace de maintien ou d’affirmation d’un groupe social en renforçant l’adhésion aux rè­gles avec la menace de sanctions en cas de transgression, ou en clarifiant les frontières entre ce qui est acceptable au sein du groupe et ce qui ne l’est pas. Les membres du groupe se reconnaissent par le partage de mêmes conceptions de la saleté et le déve­loppement d’une communauté de pratiques de rejet de celle-ci. Des conventions cogni­tives et sociales inscrivent ces conceptions dans l’ordre naturel des choses car pour les membres du groupe, l’objet est réellement sale, souillé ou dangereux. L’ensemble des processus cognitifs et sociaux qui conduisent à cette qualification et à la formation des conduites de séparation s’effacent devant la réalité de la souillure.

34En reprenant cette approche pour traiter des plaintes en santé environnementale, on est conduit à s’interroger sur la sélection des nuisances associées aux sites comme problème et sur l’articulation de ces nuisances avec l’attention portée aux cancers. Les processus qui font d’évènements privés des catégories publiques supposent que ceux-ci posent problème aux schèmes habituels de pensée et aux cadres de l’expérience or­dinaire. Comme on le voit dans le cas présenté, les habitants se sont accommodés des nuisances, même s’ils s’en plaignent occasionnellement. Ce sont des dispositifs étran­gers à ces nuisances, mais associés au site de stockage des déchets, qui réactivent la mémoire des nuisances passées et les instituent comme préoccupation locale. Quant aux cancers, ils constituent un horizon ordinaire, dont l’ampleur perçue résulte du vieillissement d’une population en interconnaissance ; mais ce sont des jugements ex­térieurs relatifs aux causes de décès, associés au projet de spécialisation dans l’indus­trie du déchet, qui les font émerger comme préoccupation locale et leur recensement qui leur donne l’ampleur d’un problème de santé. Ces questions sont portées par des acteurs politiques qui sont en conflit avec les décideurs locaux quant à la spécialisation du site vers l’industrie du déchet et qui voient d’autres perspectives de développement pour cette zone. Ils considèrent cette spécialisation comme une dégradation de leur ca­dre de vie et rejoignent ainsi les préoccupations de préservation et de valorisation de la topographie légendaire proche. Les préoccupations de santé environnementale s’inscri­vent dans des conflits politiques auxquels elles donnent une expression sanitaire. L’argument est en lui-même fragile, mais pour être opératoire, il doit être à même de rassembler les acteurs locaux contre ceux qui veulent leur assigner une exposition à des nuisances de santé.

B. De l’homogénéité culturelle à l’hétérogénéité culturelle

35En construisant son approche de la souillure, Mary Douglas avait en référence les Lélé du Kasaï auprès desquels elle avait mené ses études de terrain. Il s’agit d’une so­ciété dont l’unité sociale la plus importante est le village, qui se caractérise par une au­tonomie réelle. Dans ce type de société, la mise en forme de l’expérience sociale fonc­tionne de façon totalisante et avec une grande rigueur, ce qui se traduit par le fait que les personnes éprouvent les mêmes aversions et partagent les mêmes croyances relati­ves aux nuisances et aux souillures (Douglas, 1963 : Introduction).

  • 7  Lui-même objet d’une plainte de santé par les résidents vivant aux alentours.

36Tel n’est pas le cas de nos sociétés marquées par une hétérogénéité culturelle, c’est-à-dire des sociétés qui se caractérisent par une diversité des contextes sociaux et des modes de vie et qui n’ont pas de principes culturels unificateurs (Douglas, 1990). Les situations y sont l’objet de débats et de désaccords incessants qui engagent des princi­pes divergents quant aux manières d’être et d’agir et qui mobilisent des conceptions différentes de l’ordre social et des relations. Dans le cas présenté, les acteurs divergent quant aux principes qui doivent prévaloir dans la gestion des déchets. Pour les oppo­sants, chacun doit prendre sa part en triant les déchets, chaque commune doit avoir un centre de stockage, le cas échéant, le reste doit être traité par un incinérateur à Ren­nes7. Pour les promoteurs du projet, la gestion biomécanique centralisée des déchets est une solution raisonnable. Le site n’ayant pas d’autres usages, il doit pouvoir être utilisé au bénéfice de tous d’autant que le stockage est contrôlé et obéit aux normes sa­nitaires. Les points de vue ne sont pas simplement divergents ; ils ne se réfèrent pas aux mêmes choses et engagent des principes de solidarité sociale différents. Pour ren­dre compte de ces débats et des conceptions de la société qu’ils engagent, Douglas a élaboré une typologie des institutions sociales en posant que l’ensemble des arguments qui sont mobilisés dans les débats sociaux peuvent se rapporter à quatre façons diffé­rentes de vivre ensemble et à quatre types différents d’institutions sociales (Douglas, 1978 ; Calvez, 2006). Ce modèle permet d’appréhender de façon sociologiquement comparable les processus sociaux et symboliques à l’œuvre dans les sociétés tradition­nelles et dans les sociétés contemporaines. Ici, le SMICTOM met en œuvre une con­ception hiérarchique de la solidarité qui repose sur des rôles différenciés s’exprimant dans le projet relatif au site ; les opposants rejettent cette approche spécialisée et cer­tains promeuvent une conception égalitaire de la gestion des déchets fondée sur l’en­gagement d’individus dotés d’une conscience écologique.

37Une différence majeure entre les sociétés à tradition et les sociétés contemporaines réside dans la sécularisation du langage qui se manifeste par le passage du tabou et du péché au risque. Du point de vue de l’analyse culturelle, ces notions ont toutes un rôle contractuel dans l’agencement des relations sociales. Elles permettent de qualifier des conduites ou des situations qui menacent les principes sociaux auxquels les individus se réfèrent. Mais à la différence des notions de tabou et de péché, le risque fonctionne à double sens : il permet de stigmatiser des conduites menaçantes, mais il permet éga­lement de désigner une adversité en accusant ceux qui exposent les autres aux risques. La nuisance n’a pas cette ambivalence contractuelle dans la mesure où elle ressortit à des perceptions individuelles ordinaires, et où elle n’a pas d’implication sociale majeu­re. Pour qu’elle devienne un instrument d’accusation sociale, elle doit pouvoir être éta­yée par des conséquences sociales ou sanitaires. Cela conduit à s’intéresser aux con­naissances et aux jugements qui viennent soutenir la construction de la nuisance en ris­que de santé. Dans un contexte d’hétérogénéité culturelle, les individus ont accès à des connaissances différentes. Ils ne bénéficient pas des mêmes cadres de référence pour interpréter leur environnement et donner du sens à leur expérience. La relation entre la nuisance et le risque de santé a donc de grandes probabilités d’être diversifiée et sujet­te à des désaccords entre des personnes partageant le même territoire parce que ces dernières ne font pas appel aux mêmes connaissances et aux mêmes expériences pour évaluer les situations dans lesquelles elles se trouvent. Les plaintes ne peuvent alors acquérir une forme publique que si elles sont soutenues par un groupe dont les mem­bres parviennent à s’accorder sur les connaissances qu’ils mobilisent et sur les signifi­cations qu’ils engagent.

IV. Les dynamiques de formation des plaintes

38Pour qu’une plainte puisse être portée par un groupe de personnes, il faut que des situations qui posent problème soient mises en forme et exprimées dans des termes partagés au sein du groupe. Il faut aussi qu’elles soient incorporées dans des relations sociales qui les entretiennent et les constituent en une représentation collective parta­gée.

A. La mise en cause des cadres sociaux et cognitifs établis

39Pour rendre compte des processus de formation d’une plainte, partons d’un cas de figure selon lequel un groupe a défini un portefeuille de risques et mis en œuvre des stratégies pour les gérer. Il peut y avoir débat à l’intérieur de ce groupe sur les risques pertinents à prendre en compte, sur les personnes qui sont autorisées à les prendre ou sur celles qui peuvent être exposées. Ces débats renvoient aux positions sociales res­pectives des uns et des autres. L’accord sur un portefeuille de risques permet de définir la fiabilité de l’environnement dans lequel le groupe social se trouve et les caractéristi­ques ordinaires de la santé et de la maladie (de quoi les gens meurent-ils d’habitude ? quels sont les risques sanitaires auxquels ils sont exposés ? …). Lorsqu’un groupe se caractérise par un fort consensus, on peut attendre que ses membres s’accordent sur les risques acceptables, sur ceux qu’il convient de rejeter et sur les réponses à leur appor­ter. Ce consensus ne se rencontre pas de façon ordinaire, mais le cas de figure permet de regarder la formation des plaintes en santé environnementale comme la possibilité d’émergence de nouvelles configurations de risques auxquelles ce groupe est confron­té, voire le changement d’appréciation de situations jusqu’alors considérés comme acceptables.

40Les plaintes se nourrissent de la mise en cause des cadres sociaux et cognitifs à par­tir desquels les risques sont ordinairement abordés et des horizons de certitudes dans lesquels les individus agissent. Ces mises en cause peuvent procéder d’événements di­vers, comme ici la pestilence des composts, qui donnent un support à des récrimina­tions latentes. C’est à partir de ces expériences partagées que des situations probléma­tiques émergent et conduisent les acteurs locaux à en rechercher les causes en menant des enquêtes (Cefaï/Terzi, 2012). Parmi les registres argumentaires possibles, ceux re­latifs à la santé présentent l’intérêt de limiter les contestations devant l’évidence d’un cancer ou d’un décès. L’enquête locale peut conduire à juger des pathologies inhabitu­elles dans leur forme, leur ampleur, la population concernée.

  • 8  Il en est ainsi des controverses sur la nocivité des dioxines en référence à l’incinérateur de Gil (...)
  • 9  Brian Wynne (1996) a ainsi montré que, dans le cas de Sellafield, les personnes qui vivaient auprè (...)

41Les personnes peuvent s’accorder sur l’ampleur et la spécificité des pathologies ; elles peuvent également avoir connaissance des débats qui concernent la nocivité des émissions provenant des installations. Mais elles ne vont pas forcément mettre ces connaissances en relation. Là, les controverses publiques sur les effets sanitaires des techniques utilisées constituent une ressource argumentative importante8. Par ailleurs, la formation d’un accord peut être l’expression de tensions au sein du groupe qui ren­voient à des places différentes dans les réseaux d’interdépendances sociales. Ainsi, les personnes peuvent avoir le même sentiment relatif aux nuisances provenant d’une installation, mais pour des raisons d’allégeance sociale, elles ne vont pas l’exprimer publiquement9. Elles peuvent, comme à Gaël, éviter de mettre en cause le gestionnaire parce qu’il est créateur d’emplois locaux et se retourner contre les élus du syndicat. L’accord établi, les plaignants peuvent alors présenter la population comme un groupe exposé, sans capacité d’action, soumis à des menaces extérieures et en appeler à l’adhésion de ceux qui partagent la même représentation.

B. La plausibilité des plaintes

42Une plainte repose sur une relation nécessaire entre l’exposition à des nuisances et des problèmes de santé. L’exposition engage deux dimensions : une dimension territo­riale qui s’exprime dans la coprésence de la source et de la victime, et une dimension causale, qui s’exprime dans la relation entre l’une et l’autre. La construction de l’expo­sition repose essentiellement sur des cartes localisant la source de pollution et les cas de maladies avérés autour de cette source. Ces cartes mettent en œuvre un principe de cotiguïté spatiale permettant d’expliquer la présence de pathologies. La survenue des cas est alors rapportée à des fragilités constitutionnelles (par exemple les enfants), à un temps d’exposition long (qui expliquerait les cancers chez les personnes âgées) et à un facteur aléatoire (qui expliquerait l’inégale dispersion). La mise en avant de ce dernier facteur permet de faire de l’exposition aux nuisances un risque de santé susceptible d’affecter l’ensemble de la population vivant dans le territoire.

43Pour être prise en compte, cette plainte doit être plausible, c’est-à-dire qu’elle doit tenir au réel et l’exprimer. La construction de la plausibilité de la plainte suppose des faits avérés : certains sont tangibles comme la présence d’installations techniques, d’autres supposent l’existence de réseaux pour rassembler une information sur les can­cers. Ainsi, à Point-Clos, la constitution d’un agrégat de cancers mobilise les réseaux d’interconnaissance par l’intermédiaire d’élus locaux. D’autre part, elle engage des ex­plications relatives aux nuisances et à leurs effets sur la santé. Dans certains cas, comme les éoliennes, l’existence même de nuisances est l’objet de désaccords. Dans d’autres cas, la conséquence sanitaire est l’objet de désaccords : il en est ainsi des di­vergences sur les effets nocifs des dioxines produites par l’incinération ou des ondes électromagnétiques. Enfin, la plausibilité engage un jugement sur le contrôle des nui­sances. S’opposent alors deux postures : l’une considère que la réglementation protège des dangers, l’autre que la réglementation n’est pas apte à éliminer le danger ou qu’elle n’est pas respectée. Toutes deux engagent la confiance dans la protection four­nie par les réglementations ainsi que dans les institutions chargées de les mettre en œu­vre et de les faire respecter. Le passage des nuisances perçues aux risques de santé suppose de satisfaire à ces épreuves de plausibilité qui sont loin d’aller de soi.

C. L’ancrage social des plaintes

44La qualification de nuisances comme risques de santé constitue un argument per­mettant de rassembler des individus que les modes de vie et les intérêts séparent, mê­me s’ils partagent le même territoire. Il en est ainsi des groupes de parents qui se cô­toient à la sortie de l’école : la mise en avant de risques liés à des antennes de radio­téléphonie auxquels leurs enfants seraient exposés peut les conduire à se coaliser. Dans le cas présenté plus haut, les réseaux de voisinage et de parenté servent de support à ce rassemblement entretenu par l’interconnaissance.

45Le développement de la plainte suppose de pérenniser un groupe fondé sur une ex­périence partagée de nuisances ou de menaces de santé et de ne pas laisser les intérêts divergents l’emporter. L’argument du risque de santé doit alors permettre de contrôler ces intérêts et de les rassembler autour d’un code linguistique restreint apte à être porté et compris dans l’espace public. Mais en rassemblant des individus par intégration né­gative, c’est-à-dire par opposition à un danger, et en délimitant une frontière qui mar­que la condition commune, il ne permet pas à des individus de constituer un ensemble de règles collectives pour organiser et stabiliser leurs relations.

46Les observations menées sur les différentes plaintes étudiées indiquent une difficul­té réelle à maintenir les plaintes, les routines du quotidien atténuant les sentiments d’inquiétude si elles n’ont pas le support d’actions collectives pour être entretenues. Les plaintes ne suffisent pas à elles-seules à fédérer des individus subissant des nui­sances ou affectés par des pathologies. Elles doivent prendre appui sur des réseaux so­ciaux déjà constitués et sur des expériences partagées relatives à la défense d’un envi­ronnement et d’un mode de vie. Cela permet d’expliquer que le plus souvent les mobi­lisations sont portées par un noyau dur d’acteurs en nombre limité qui agissaient déjà ensemble ou qui constituent un groupe soudé par la plainte.

V. Conclusion : l’accoutumance aux nuisances et le repli vers le privé

47La formation de plaintes en santé environnementale se heurte à de nombreux obsta­cles qui procèdent des modalités par lesquelles des conventions cognitives et sociales relatives à une menace sanitaire et à l’incrimination d’une source peuvent se former et se stabiliser. Pour se maintenir dans la durée, les plaintes doivent en effet remettre en cause la représentation d’un environnement de vie relativement sécurisé et la con­fiance dans les institutions publiques qui garantissent cette sécurité. Or les routines de la vie sociale contribuent très largement à l’adaptation des individus à leur environne­ment (Berger/Luckman, 1966), ici à une atténuation des incertitudes et à une accoutu­mance aux nuisances. La défiance à l’égard des institutions doit, de son côté, trouver des supports durables dans l’action politique pour se maintenir. Par ailleurs, les per­sonnes concernées ont différentes affiliations sociales qui peuvent entrer en tension ou en contradiction dans un contexte de mobilisation spécialisée. Si elles sont convain­cues du bien-fondé de leur action, elles peuvent réduire ces tensions en subordonnant leurs diverses affiliations à la cause qui les anime. Elles entreprennent alors une croi­sade qui présente le risque de les éloigner du groupe dont elles sont issues. L’alternative est l’affaiblissement ou la mise en veille de la protestation pour arriver sur le long terme à concilier différentes affiliations et les contraintes de cohérence qu’elles engagent.

48Les plaintes témoignent toutefois d’une attention à la dégradation perçue d’un ca­dre de vie et à des anxiétés relatives à la survenue de pathologies dans un contexte technologique changeant. L’absence de maîtrise de ces situations conduit les person­nes concernées à se poser en victimes et, en fonction des réponses de réassurance qui leur sont données par les autorités, à éprouver un sentiment d’injustice, voire de mé­pris (Honneth, 2006). Dans leur trajectoire biographique, leur lieu de vie devient une instance majeure de protection contre les nuisances et les incertitudes auxquelles elles se sentent exposées (Giddens, 1990, 1991). Elles perçoivent que ce lieu est également menacé et trouvent dans leur environnement des signes tangibles de cette dégradation qu’elles ne maîtrisent pas. Leur corps reste alors l’instance centrale pour construire un sentiment de sécurité, mais elles le perçoivent menacé par la survenue de pathologies dont elles ont de plus en plus l’expérience dans leur entourage. Les plaintes articulent des dégradations perçues du cadre de vie des personnes concernées et des menaces pour leur santé. Si les plaintes en viennent à être contrecarrées par les routines de la vie quotidienne, elles introduisent toutefois une mise en question de la confiance des personnes dans les institutions publiques, à plus forte raison lorsque leur corps ou celui de leurs proches est atteint. A défaut d’être entendues, ces personnes se replient dans les sphères de la vie privée où elles cherchent à se prémunir des incertitudes dont elles se perçoivent entourées, avec le sentiment diffus de ne pas être considérées.

Haut de page

Bibliographie

Beck U.,
2001 La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, [1986].

Berger P., Luckman T.,
1966 The Social Construction of Reality. A Treatise in the Sociology of Knowledge, Garden City, Doubleday (trad fr. : La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986).

Bernstein B.,
1975 Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Les éditions de Minuit [1971].

Calvez M.,
2006 “L’analyse culturelle de Mary Douglas : une contribution à la sociologie des institutions”, SociologieS, Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006, http://sociologies.revues.org/522.
2016 “Qualité de vie, maladies et territoires. Ce que disent les plaintes en santé environnementale”, in Calvez M. (dir.), Santé et territoires. Des soins de proximité aux risques environnementaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Espace et territoires, pp. 171-185.

Calvez M., Leduc S.,
2011 Des environnements à risque. Se mobiliser contre le cancer. Saint-Cyr l’École, Vincennes, Nivillac, Paris, Presses de Mines, Coll. “Sciences sociales”.

Calvez M., Van Tilbeurgh V., Ollitrault S.,
2015 “Les plaintes en santé environnementale et l’expertise épidémiologique”, Sciences sociales et santé, vol. 33, n° 4, pp. 5-28.

Cefaï D., Terzi C.,
2012 “Présentation”, in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, “Raisons pratiques”, 22, pp. 9-47.

Douglas M.,
1971 De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero, Bibliothèque d’anthropologie, [1966].
1978 Cultural Bias, London, Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, Occasional paper n° 35 (repris dans : Douglas M., In the Active Voice, London/Boston, Routledge and Kegan Paul with Russell Sage Foundation, 1982, pp. 183-254).
1986 Risk Acceptability According to the Social Sciences, London, Routledge and Kegan Paul.
1990 “Risk as a Forensic Resource”, Daedalus, vol. 119, 4, pp. 1-16.
1992 Risk and Blame. Essays in Cultural Theory, London, Routledge.
2004 L’anthropologie et la Bible. Lecture du Lévitique, Paris, Bayard, [1999].

Douglas M., Wildavsky A.,
1982 Risk and Culture. An Essay on the Selection of Technological and Environmental Dangers, Berkeley, University of California Press.

Fardon R.,
1999 Mary Douglas : an Intellectual Biography, London, Routledge.

GeoArmor,
2004
Étude d’impact du site d’enfouissement technique de Point-Clos, fascicule IV, Cesson-Sévigné (classeur).

Giddens A.,
1991 Modernity and Self-Identity, Cambridge, Polity Press.
1994 Les conséquences de la modernité, Paris, L’harmattan, Théorie sociale contemporaine, [1990].

Guillois-Becel Y., Marquis M.,
2006
Signalement de cas groupés de cancer autour d’un centre de stockage de déchets ménagers. Site de Point-Clos, Gaël (35), Institut de veille sanitaire CIRE Ouest, Rapport (7 p.).

Honneth A.,
2006 La société du mépris, Paris, La découverte, Armillaire.

Quéré L.,
2012 Le travail des émotions dans l’expérience publique, in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, Raisons pratiques 22, pp. 265-291.

Salomon D.,
2003 A l’opposé du principe de précaution : l’incinérateur de Gilly-sur-Isère, Rapport, Saint-Maurice, INVS.

Trepos J. Y.,
2004 “L’équipement politique des passions. Foucault : usages et actualités”, Le portique, n° 13-14 mis en ligne le 05 octobre 2007,
http://leportique.revues.org/954.

Tulloch J., Lupton D.,
2003 Risk and Everyday Life, London, Sage.

Van Tilbeurgh V., Ollitrault S.,
2016 “Plaintes de santé et attributions de confiance dans des réseaux territorialisés”, in Calvez M. (dir.), Santé et territoires. Des soins de proximité aux risques environnementaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Espace et territoires, pp. 187-199.

Wynne B.,
1996 “May the Sheep Safely Graze ? A Reflexive View of the Expert-Lay Knowledge Divide”, in Lash S., Szerszynski B., Wynne B. (ed.), Risk, Environment and Modernity. Towards a New Ecology, London, Sage Publications, pp. 44-83.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Les plaintes en santé environnementale désignent la mise en cause de dispositifs tech­niques dans la survenue de dommages de santé au nom des nuisances qu’ils produi­sent. Le plus souvent locales, elles parviennent difficilement à déboucher sur des mobilisations collectives inscrites dans la durée. L’objet de l’article porte sur les mo­dalités de passage de préoccupations privées relatives à la santé et à l’environnement de vie à une expression publique de plaintes.

L’analyse culturelle des risques proposée par Mary Douglas est mobilisée pour analy­ser la formation des plaintes. Cette approche privilégie l’analyse de l’articulation entre des conventions cognitives relatives aux risques et des conventions sociales pour leur répondre. L’argument est que les risques et les nuisances sont des codes restreints qui, lorsqu’ils sont partagés, servent de cadres de pensée pour construire un système social stable et un ordre normal des choses. C’est alors la formation de cet accord collectif sur les risques et les nuisances qu’il convient d’interroger.

Des plaintes diverses (antennes de radiotéléphonie, traitement de déchets ménagers, éoliennes) ont été l’objet de monographies constituées à partir d’entretiens avec les ac­teurs impliqués, de l’analyse des documents produits (archives, sites Internet) et d’ob­servations de terrain. L’article présente une situation des plus abouties, qui dure depuis 2004 et qui articule une plainte relative à des cancers et la défense d’un patrimoine culturel en remettant en cause un site d’enfouissement de déchets ménagers.

Les plaintes procèdent d’événements qui mettent en cause les cadres sociaux et cogni­tifs relatifs à la santé et à l’environnement de vie des personnes concernées. Ces plain­tes se nourrissent des controverses publiques sur les conséquences sanitaires de dispo­sitifs techniques nouvellement implantés et sur le caractère insidieux de leurs externa­lités. Pour exister localement, les plaintes doivent être plausibles, c’est-à-dire établir une relation nécessaire entre des cas de pathologies et l’exposition à des nuisances. Elles doivent trouver un ancrage social dans des réseaux permettant la collecte d’infor­mations relatives aux états de santé individuels, ce qui permet de les constituer en pro­blème collectif, et l’expérience partagée des nuisances. La fragilité des plaintes procè­de des routines de la vie quotidienne qui conduisent les habitants à s’accoutumer aux nuisances dans leur lieu de vie, ce que des événements particuliers viennent sporadi­quement mettre en cause. Les plaintes expriment les perceptions d’une dégradation d’un environnement de vie qui, le plus souvent, ne parviennent pas à se stabiliser dans une expression publique et conduisent à un repli vers les sphères de la vie privée comme instance de protection contre des dangers insidieux.

Structured summary

Environmental health complaints refer to the challenges lodged against technical devi­ces in the occurrence of health damages caused by the harmful effects they produce. Most often local, they experience difficulty in managing to transform themselves into long term collective mobilizations. The object of the article relates to methods of transition from private health related concerns, to a living environment and, subsequently, to a public expression of complaints.

The cultural analysis of risk proposed by Mary Douglas is used to analyse the formulation of complaints. This approach privileges analysis of the relationship between cognitive conventions relating to risks and the social conventions for dealing with them. The argument is that risks and harmful effects are restricted codes which, when they are shared, serve as thought frameworks for building a stable social system and a normal order of things. Hence questions should be focussed on the formation of this collective agreement on risks and harmful effects.

Various complaints (radio-telefone antennas, household waste treatment, wind turbi­nes) have been the object of monographs developed on the basis of interviews with the actors involved, analysis of the documents produced (archives, Internet sites) and observations in the field. This article presents a situation which, initiated in 2004, has been quite successfully argued, and which expresses a complaint relative to cancers and defence of a cultural heritage in challenging a household waste landfill site.

The complaints are the result of situations which are alleged to threaten the social and cognitive conditions relating to the health and living environment of the people concerned. These complaints are nourished by public controversies on the medical consequences of newly implanted technical facilities and the insidious character their externalities. To exist locally, the complaints must be plausible, i.e. establish a necessary relationship between cases of pathologies and exposure to harmful effects. They must find a social anchoring in networks permitting the collection of information relative to individual health conditions, subsequently allowing their formulation as a collective problem, and communication on the harmful effects experienced in common. The fragility of these complaints results from the routines of daily life which lead the inhabitants’ becoming accustomed to the harmful effects in their living spaces – which is spo­radically called into question by particular events. These complaints express perceptions of a degradation in a living environment which do not usually manage to consoli­date themselves into a public expression and instead lead to a retreat into spheres of private life as a protective realm against insidious dangers.

Haut de page

Notes

1  L’article s’inscrit dans le cadre d’une recherche sur la cristallisation des plaintes en santé environne­mentale subventionnée par l’ANSES-Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’envi­ronnement et du travail (EST-09-32).

2  Cette recherche fait suite à des travaux menés sur des plaintes qui ont connu un retentissement public important (Calvez/Leduc, 2011). Pour une présentation exhaustive des terrains étudiés, voir Calvez et al., 2015. Pour des approches spécialisées de ces terrains, voir Calvez, 2016 ; Van Tilbeurgh/Ollitrault, 2016.

3  Alors professeur de cancérologie à l’université Paris 5. Initiateur d’un “Appel de Paris” sur les dangers de la pollution chimique en 2004.

4  http://www.greenleft.org.au//back/1998/336/336p13.htm. Peter Montague est co-fondateur et directeur d’E.R.F (Environmental Research Foundation). Il est le directeur de publication de Rachel’s Environ­ment & Health.

5  Elle reprend la notion de code restreint de Bernstein (1975). Dans L’anthropologie et la Bible (2004), le traducteur utilise le terme de code restrictif.

6  C’est à partir de là qu’elle développe son analyse des abominations du Lévitique comme un récit des règles produites pour différencier le peuple d’Israël de retour de son exil à Babylone des autres peuples vivant dans le même territoire.

7  Lui-même objet d’une plainte de santé par les résidents vivant aux alentours.

8  Il en est ainsi des controverses sur la nocivité des dioxines en référence à l’incinérateur de Gilly-sur-Isère (Salomon, 2003) ou sur les ondes électromagnétiques.

9  Brian Wynne (1996) a ainsi montré que, dans le cas de Sellafield, les personnes qui vivaient auprès des centrales nucléaires se trouvaient dans un tissu d’interdépendances sociales tel que la question des risques auxquels ils étaient exposés ne pouvait pas être formulée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Calvez, « Les risques de santé à l’épreuve des nuisances. Le cas des plaintes en santé environnementale », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://rsa.revues.org/1663

Haut de page

Auteur

Marcel Calvez

Espaces et sociétés, UMR 6590 CNRS - Université Rennes2, marcel.calvez@univ-rennes2.fr.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page