Navigation – Plan du site
Lecture critique

La théorie d’Erving Goffman sur l’interaction face-à-face pour comprendre le téléphone mobile et les SMS

Yves Laberge
p. 205-211
Référence(s) :

* Goffman Erving, Winkin Yves (dir.), Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil/Minuit, coll. “Points”, n° 797, 2016, 300p.

Goffman Erving, Comment se conduire dans les lieux publics, traduction et postface de Daniel Cefaï, Paris, Économica, coll. “Études Sociologiques”, 2013 [1963 pour l’édition américaine], 306p.

Jacobsen Michael Hviid (dir.), The Contemporary Goffman, Abingdon, Routledge, (Routledge Studies in Social and Political Thought), 2012 [2010], xi+381p.

Lemert Charles, Branaman Ann (dirs.), The Goffman Reader, Oxford, Blackwell Publishers, 1997, lxxxii+285p.

Nizet Jean, Rigaux Natalie, La sociologie de Erving Goffman, Nouvelle édition, Éditions La Découverte, Paris, Collection “Repères”, n° 416, 2014 [2005 pour la première édition], 125p.

Texte intégral

  • 1  Goffman, 1973 :11.

« Lorsqu’un individu est mis en présence d’autres personnes, celles-ci cherchent à obtenir des informations à son sujet ou bien mobilisent les informations dont elles disposent déjà ».
Erving Goffman1.

I. Préambule

1Cette lecture critique montre l’actualité autour de la pensée d’Erving Goffman (1922-1982) et de sa contribution essentielle à la sociologie contemporaine à partir de deux de ses ouvrages traduits en français, de deux anthologies de textes parues en lan­gue anglaise et d’une présentation générale de son œuvre en français. Peu recensés et difficiles à trouver, même dans les bibliothèques universitaires, tous ces livres sont néanmoins importants pour apprécier la richesse et l’originalité de la pensée goffma­nienne. Ces cinq titres seront introduits et commentés successivement. Quelques re­marques comparatives suivront.

II. La présentation d’Erving Goffman par Yves Winkin

2Introuvable depuis des années, cet ouvrage sous la direction d’Yves Winkin était considéré comme un classique depuis sa parution en 1988 ; désormais, la réédition des Moments et leurs hommes en format de poche permettra aux lecteurs de langue fran­çaise d’avoir à nouveau accès à une référence unique contenant à la fois une biogra­phie et un ensemble de textes choisis de ce sociologue formé par Everett Hughes (1897-1983) et qui occupe une place à part dans l’histoire de la sociologie américaine, au même titre que C. Wright Mills, Howard Becker, ou Norman Denzin. Lui-même formé en sciences sociales, Yves Winkin a fréquenté Goffman et grâce à ces contacts privilégiés, personne en Europe n’est aujourd’hui mieux placé que lui pour parler de l’auteur de La Mise en scène de la vie quotidienne (Goffman, 1973). La première moi­tié du livre Les moments et leurs hommes propose un “Portrait du sociologue en jeune homme” ; la dernière moitié regroupe six textes méconnus d’Erving Goffman dont l’inclusion ne fait pas double-emploi avec les sept ouvrages déjà disponibles en français aux Éditions de Minuit.

3Le parcours biographique que dresse Yves Winkin sur les années de formation d’Erving Goffman est indispensable pour situer la genèse intellectuelle et le chemine­ment de ce penseur exceptionnel. Présenté d’abord comme un « Juif, fils d’immigré, provincial » (p.19), né dans la province rurale de la Saskatchewan mais ayant grandi à Winnipeg, Goffman a fait partie de cette génération de Canadiens-anglais qui n’a­vaient pas d’attaches particulières ou d’enracinement à leur coin de pays ; ils pouvaient s’établir dans une ou l’autre des provinces canadiennes et s’adaptaient facilement à l’extérieur des frontières canadiennes. Dans plusieurs passages, Yves Winkin situe adéquatement le contexte ethnoculturel de ces milliers de Juifs vivant au nord de Winnipeg, où la famille de Goffman s’est établie à partir de 1937 (p.18).

  • 2  Newman, 2008.

4Deux précisions devraient être apportées à ce qui précède à propos des conflits in­ternes dans la communauté ukrainienne établie au Canada et sur l’antisémitisme dans l’Ouest canadien au début du 20ème siècle. Cette parenthèse nous éloignera momenta­nément du propos de ce texte. Dans sa thèse de doctorat ayant comme toile de fond l’ambiguïté idéologique d’une partie du gouvernement ukrainien à l’époque soviétique – et sans qu’il ne soit question d’Erving Goffman –, l’historien Grzegorz Rossolinski-Liebe explique les origines et les manifestations violentes d’antisémitisme ayant eu lieu, non seulement dans l’Ukraine des années 1930, mais également au Canada, où les tensions interreligieuses et interethniques entre Ukrainiens juifs et Ukrainiens non-juifs étaient quelquefois bien réelles dans des provinces comme l’Alberta et le Manito­ba (Rossolinski-Liebe, 2010). Le culte voué au fasciste Stepan Bandera (1909-1959) après son assassinat, en Ukraine et même dans certaines régions de l’Alberta, en est une illustration désolante (Rossolinski-Liebe, 2010, 2014). Par ailleurs, il faudrait pré­ciser que la ville de Winnipeg avait connu un fort sentiment antisémite durant les années 1930 et 1940, comme l’expliquait Peter C. Newman, le biographe du million­naire et visionnaire Izzy Asper : beaucoup de candidats juifs étaient systématiquement refusés d’admission à l’Université du Manitoba sans explication valable au cours des années 19302. Néanmoins, Erving Goffman a été admis à l’Université du Manitoba en 1939, non pas en sociologie, mais au département de chimie (p.19). C’était à l’époque où l’entrée en guerre du Canada était déjà pressentie, laissant entrevoir dans le monde universitaire une forte demande pour les professions reliées à la fabrication de matériel militaire et chimique. On ne pouvait sans doute plus se permettre d’éliminer de bons candidats pour des prétextes religieux ou ethniques ; mais cette hypothèse reste à vérifier.

  • 3  Laberge, 2014.
  • 4  Corbeil, 2015.

5Dans son portrait combinant le cheminement intellectuel d’Erving Goffman et des éléments familiaux, Yves Winkin retrace pertinemment des moments déterminants de la jeunesse du sociologue. Si on peut voir C. Wright Mills comme le « James Dean de la sociologie »3, Yves Winkin décrit Erving Goffman comme « une sorte de Woody Al­len de la sociologie américaine » (p.114). D’ailleurs, les fonctions occupées par le jeu­ne Goffman à ce que l’on nommait alors la National Film Board of Canada sont révé­latrices sur sa compréhension des relations interpersonnelles (p.19). C’était plusieurs années avant le déménagement de cette institution canadienne d’Ottawa vers Montréal (survenu en 1956), et bien avant la loi canadienne sur le bilinguisme (1969) qui allait forcer les sociétés de la Couronne à adopter un équivalent en français accolé à sa déno­mination en anglais. On apprend aussi que Goffman a vécu six mois à Paris durant la rédaction de sa thèse en 1951 (p.96) ; mais on ignore s’il a mis cette période à profit pour apprendre à parler le français. A cette époque comme aujourd’hui, une majorité de Canadiens-anglais est incapable de rédiger un texte en français, contrairement aux Canadiens-français qui sont majoritairement fonctionnels dans les deux langues of­ficielles4.

6Le choix de textes d’Erving Goffman opéré par Yves Winkin montre différentes époques de son écriture et témoigne d’une cohérence et d’une continuité exemplaires. Deux chapitres découlant de la thèse de doctorat de Goffman permettent de vérifier à quel point son approche était innovante, même pour ses professeurs (p.100). Le cin­quième texte sur “La ritualisation de la féminité” datant de 1976 anticipait déjà les étu­des sur le genre et annonçait le renouvellement de la sociologie visuelle par son ana­lyse des stéréotypes de la femme dans des images publicitaires (pp. 200 et sq.). En fin de volume, on découvre une sorte de testament académique d’Erving Goffman sous le titre “L’ordre de l’interaction”, rédigé en 1982, soit quelques semaines avant sa mort. A trente ans d’intervalle, ce titre reprend celui d’un chapitre de sa thèse de doctorat. Goffman y reformule sa définition de l’interaction sociale :

L’interaction sociale peut être définie, de façon étroite, comme ce qui ap­paraît uniquement dans des situations sociales, c’est-à-dire des environne­ments dans lesquels deux individus, ou plus, sont physiquement en présen­ce de la réponse de l’un et de l’autre (p.230).

7Anticipant les progrès techniques qui pourraient modifier ce type de rapport, Gof­fman ajoute derechef, entre parenthèses, une hypothèse sur d’éventuelles variantes des conversations téléphoniques conventionnelles et des manières de les considérer com­me de véritables interactions face-à-face : « (On peut supposer que le téléphone et le courrier offrent des versions réduites de la chose réelle primordiale) » (p.230). On peut ensuite lire une déclaration à tonalité testamentaire :

Ma préoccupation pendant des années a été de promouvoir l’acceptation de ce domaine du face-à-face comme un domaine analytiquement viable – un domaine qui pourrait être dénommé, à défaut d’un nom plus heureux, l’or­dre de l’interaction (p.230).

8Ce point crucial sera également souligné par Ann Branaman dans le livre The Gof­fman Reader (p.lxxxi).

  • 5  On peut désormais accéder à une version antérieure de cet entretien sur le site Internet Persée ; (...)

9L’ouvrage Les moments et leurs hommes se termine par un complément inespéré (pp. 280-289). Erving Goffman a toujours refusé d’accorder des entretiens ; il fait néanmoins à Yves Winkin la faveur de dialoguer avec lui, sans toutefois lui accorder la permission d’un enregistrement, mais avec la possibilité pour le jeune Winkin de noter au fur et à mesure l’essentiel des idées abordées. Cette transcription inespérée se retrouve dans les dernières pages des Moments et leurs hommes5. Dans cette conversa­tion à bâtons rompus, Goffman n’hésite pas à évoquer la vanité des universitaires com­me Harold Garfinkel à propos de son invention du terme “ethnométhodologie” (« de la foutaise », p. 286), à dénoncer les étiquettes (« labels ») et les vaines chapelles académi­ques (p.285), à rappeler ce vieux combat entre « la sociologie de terrain (fieldwork sociology) et la sociologie “dure” (quantitative) » (p.287). Goffman affirmera même « qu’il n’y a pas d’ “interactionnisme symbolique” » (p.285). Ce ton rafraîchissant con­clut brillamment un livre assez unique. La bibliographie en fin de volume (pp. 289-293) a été partiellement mise à jour, mais certains détails ont été négligés ; ainsi, il n’y a pas de mention de la réédition du livre La sociologie de Erving Goffman, de Jean Nizet et Natalie Rigaux, sorti en 2005, et dont la nouvelle édition est parue en 2014 (p.293).

III. Les règles implicites de chaque apparition en public

10Un demi-siècle après sa parution originelle aux États-Unis, Behavior in Public Pla­ces : Notes on the Social Organization of Gatherings est enfin traduit en français par les éditions Économica sous le titre Comment se conduire dans les lieux publics. Par­mi les quinze chapitres, on peut souligner celui sur l’engagement (Chap.3), dans lequel Goffman écrit :

Quand des individus entrent en présence immédiate les uns des autres dans des circonstances où il n’est pas exigé d’eux qu’ils communiquent par la parole, ils ne s’engagent pas moins, inévitablement, dans un genre de com­munication (p.31).

11Plus loin, le sixième chapitre aborde les “engagements de face” et les conversations entre inconnus mis en présence, ou lorsque « plusieurs personnes sont coprésentes » et « que l’une d’entre elles regarde ouvertement et fixement ses protagonistes » pour en retirer des informations (p.73). Tout le huitième chapitre traite de situations où certai­nes circonstances (un carnaval) peuvent inciter à une plus grande convivialité entre personnes inconnues (p.117).

12Sur le plan éditorial, la traduction, les notes en bas de page, le glossaire, l’index et surtout la postface de Daniel Cefaï sur la micropolitique de Goffman apportent de pré­cieuses précisions et un approfondissement digne d’une monographie (pp. 209-290). Les notes infra-paginales de Daniel Cefaï occupent presque autant d’espace que son texte principal. Loin de se complaire dans des commentaires laudatifs, Daniel Cefaï oppose « l’originalité et la virtuosité » de l’analyse de Goffman et de ses descriptions ethnographiques à la faiblesse apparente de ses remarques souvent basées sur des ro­mans ou des manuels de savoir-vivre (p.211). En fait, ce sont des étapes nécessaires pour que Goffman puisse se concentrer sur son concept d’ordre public, mais aussi sur l’analyse des civilités (pp. 212 et 266).

13Ouvrage important, Comment se conduire dans les lieux publics s’ajoute aux neuf autres livres de Goffman déjà disponibles en français.

IV. Le meilleur de Goffman

14Bien avant sa fusion avec le géant Wiley, l’éditeur britannique Blackwell avait fait paraître une anthologie d’extraits choisis de différents textes de Goffman, sous le titre The Goffman Reader. C’est la présentation la plus complète existant à ce jour en lan­gue anglaise pour découvrir en un seul volume les écrits les plus emblématiques de Goffman. Les 24 extraits de chapitres reproduits ne sont pas annotés par les corespon­sables ; leurs commentaires se concentrent dans la substantielle première partie qui occupe 82 pages portant principalement sur des aspects théoriques comme le rapport à la réalité (p.xxxviii) et la capacité de l’individu de contrôler son image (p.lii). Pour Ann Branaman, Goffman représenterait « la quintessence du sociologue de la vie quoti­dienne » (p.lxxxii).

15En plus de la conférence jamais prononcée par Goffman, “The Interaction Order”, traduite en français dans le livre Les moments et leurs hommes et que l’on retrouve ici dans sa version d’origine (pp. 233-261), The Goffman Reader contient un autre texte posthume moins connu : “La condition de félicité” (“Felicity’s Condition”, pp. 167-192), qui définit le concept de présupposition, compris comme « un état des choses qu’on considère comme acquises dans le cadre d’une action » (p.167).

16On retiendra de ce Goffman Reader une sorte de florilège montrant la multiplicité de l’œuvre de Goffman et sa capacité de forger et/ou d’appliquer ses théories à une grande variété de phénomènes.

V. L’actualité de Goffman

17Sans doute le plus effervescent des éditeurs de langue anglaise, Routledge a fait paraître un collectif sur la pertinence des théories de Goffman appliquées à des ques­tions contemporaines dont le sociologue ne soupçonnait pas l’apparition. Ouvrage dense et méconnu contenant quinze chapitres, The Contemporary Goffman est dirigé par un chercheur danois, Michael Hviid Jacobsen. Sa présentation substantielle de Goffman (une introduction de cinquante pages et les deuxième, quatrième et huitième chapitres) apporte une quantité impressionnante d’informations nouvelles à partir de nombreux témoignages. Le chapitre d’ouverture d’Yves Winkin n’est pas une simple reprise de son livre Les moments et leurs hommes, mais un approfondissement à pro­pos du jeune Goffman, avant qu’il ne devienne sociologue. Les derniers chapitres sont les plus étonnants ; ils apportent un renouvellement de la pensée de Goffman, notam­ment au dixième chapitre (“The 21st-Century Interaction Order”, pp. 258-274) dans le­quel Richard Jenkins applique la théorie de Goffman aux nouveaux modes de com­munications instantanés comme le SMS (les “textos”) ou le téléphone cellulaire qui impliquent l’impossibilité – contrairement au téléphone conventionnel – de localiser son interlocuteur à partir de son numéro de téléphone (p.261). Cette situation inimagi­nable pour Goffman implique la nécessité pour chaque interlocuteur de se localiser vo­lontairement et de situer l’autre, dans un processus de cadrage afin de déterminer le type d’échanges possibles, compte tenu de l’entourage immédiat de chaque interlocu­teur (p.261). Le chapitre suivant (“The ‘Unboothed’ Phone : Goffman and the Use of Mobile Communication”, pp. 275-292) permet à Rich Ling de poursuivre cette même réflexion sur le potinage et les commérages (gossip) par l’entremise des nouveaux mo­yens de communication lorsque ceux-ci mettent artificiellement en présence des interlocuteurs qui ne sont pas vraiment face-à-face, contrairement au modèle théorique du rituel établi par Goffman (p.287).

18De tous les livres rassemblés dans cette lecture critique, c’est The Contemporary Goffman de Michael Hviid Jacobsen qui est le plus complet du point de vue biblio­graphique et qui offre des prolongements les plus fertiles dans une multitude de do­maines.

VI. Une initiation aux principaux thèmes de Goffman

19Les deux ouvrages britanniques qui précèdent sont relativement plus exigeants, non seulement parce qu’ils sont rédigés en anglais, mais surtout parce qu’ils ne sont pas destinés aux débutants ; les coresponsables de ce Goffman Reader et du Contemporary Goffman présumaient que leurs lecteurs seraient déjà initiés sinon à la pensée de Gof­fman, du moins à la sociologie américaine dont il s’inspire largement. Heureusement, après avoir été épuisé durant quelques années, le livre La sociologie de Erving Gof­fman de Jean Nizet et Natalie Rigaux reparaît dans une nouvelle édition chez La Dé­couverte, près de dix ans après sa première version. Bien que l’ouvrage ne contienne pas de textes consistants de Goffman (contrairement aux Moments et leurs hommes d’Yves Winkin) mais seulement de courtes citations, le lecteur non-initié pourra aisé­ment suivre l’évolution de la pensée de Goffman à travers ses thèmes privilégiés, ici présentés successivement : la métaphore théâtrale (avec la scène et les coulisses) et la métaphore cinématographique pour saisir les rôles sociaux, les règles et les rites, l’engagement dans la conversation, les “cadres de l’expérience”, mais aussi des dimen­sions négligées comme l’influence de Simmel dans les premiers écrits de Goffman (pp. 83-88). En outre, les coauteurs établissent des correspondances entre les travaux de Goffman et des applications plus récentes. En somme, on trouve dans La sociologie de Erving Goffman la présentation la plus uniforme et la plus systématique du sociolo­gue en langue française, et cette réédition pédagogiquement réussie de Jean Nizet et Natalie Rigaux constitue une excellente porte d’entrée pour les étudiants de deuxième année en sociologie qui voudront s’initier à l’œuvre d’Erving Goffman.

VII. Conclusion

20Goffman demeure un théoricien inclassable dans les sciences sociales ; ses travaux ont touché à la fois la microsociologie, la psychologie sociale, la sociolinguistique et bien d’autres sujets. Si la 4ème de couverture du livre de Jean Nizet et Natalie Rigaux présentait Erving Goffman comme un « sociologue canadien », comme c’est également le cas pour la récente réédition de Les moments et leurs hommes d’Yves Winkin, il convient de rectifier cette imprécision qui n’est pas absolument fausse : bien qu’étant canadien de naissance, Goffman a vécu presque toute sa vie aux États-Unis et a fait carrière dans des universités étatsuniennes. Ses racines juives et ukrainiennes sem­blaient plus profondes que son sentiment d’appartenance au Canada ; pratiquement toute sa carrière a été effectuée hors de son pays natal, auquel il a peu fait référence dans ses écrits. Pourtant, tous les livres recensés ici accordent une grande importance à ces “années canadiennes” du jeune Goffman. D’ailleurs, aucun de ses livres, ni même leurs traductions en français n’ont été publiés par des éditeurs canadiens.

  • 6  Shalin, 2009. Ce site Internet contient une infinité de ressources bibliographiques en ligne et do (...)

21Les cinq ouvrages parcourus brièvement dans la présente lecture critique sont très différents dans leurs conceptions respectives et s’adressent à des lectorats de divers ni­veaux ; leur principal point commun est d’introduire à la sociologie de Goffman pour en démontrer l’actualité. Nous les résumerons succinctement. Le livre d’Yves Winkin, Les moments et leurs hommes, permet une initiation à l’œuvre d’Erving Goffman et si­tue admirablement bien la spécificité de son approche pour un lectorat de dernière an­née du premier cycle universitaire. Le “nouveau” livre de Goffman (Comment se con­duire dans les lieux publics) est en fait une traduction inédite d’un livre paru en 1963 : Behavior in Public Places : Notes on the Social Organization of Gatherings ; il con­viendra davantage à des étudiants des 2ème et 3ème cycles. L’anthologie The Goffman Reader préparée par Charles Lemert et Ann Branaman donne un survol très complet de tous les livres de Goffman et pourra servir d’initiation, à condition de très bien maîtriser la langue anglaise. Indéniablement le plus exigeant et le plus approfondi, The Contemporary Goffman, sous la direction de Michael Hviid Jacobsen, montre les pro­longements récents de la pensée de Goffman et confirme son actualité, près de trente-cinq années après sa disparition. Son œuvre reste immense et encore méconnue au-delà du cercle des sociologues. Grâce aux humanités numériques, on peut désormais accéder aux archives d’Erving Goffman qui sont conservées à Las Vegas, à l’universi­té du Nevada6.

Haut de page

Bibliographie

Corbeil J.-P. et al.,
2015 Caractéristiques linguistiques des Canadiens, Division de la statistique sociale et autochtone de Statistique Canada, Statistique Canada, Ottawa, consulté le 28 janvier 2016, https://www12.statcan.gc.ca/census-recense­ment/2011/as-sa/98-314-x/98-314-x2011001-fra.cfm.

Goffman E.,
1973 La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, coll. “Le Sens Commun”, [1959].

Laberge Y.,
2014 “John Scott, Ann Nielsen (dirs.), C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives”, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 28 janvier 2016, http://lectures.revues.org/15693.

Newman P. C.,
2008 Izzy : The Passionate Life and Turbulent Times of Izzy Asper, Canada’s Media Mogul, Toronto, Harper Collins.

Rossolinski-Liebe G.,
2010 “Celebrating Fascism and War Criminality in Edmonton. The Political Myth and Cult of Stepan Bandera in Multicultural Canada”, Kakanien Revisited 12, 2010, pp. 1-16.
2014 Stepan Bandera : The Life and Afterlife of a Ukrainian Nationalist : Fascism, Genocide, and Cult, Stuttgart, ibidem-Verlag.

Shalin D. N. (dir.),
2009 Bios Sociologicus : The Erving Goffman Archives, UNLV, CDC Publications, Erving Goffman Archives, University of Nevada, Las Vegas. http://cdclv.unlv.edu//ega/.

Winkin Y., “Entretien avec Erving Goffman”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 54, n° 1, 1984, pp. 85-87.

Haut de page

Notes

*  Cet ouvrage constitue l’objet central de cette lecture critique.

1  Goffman, 1973 :11.

2  Newman, 2008.

3  Laberge, 2014.

4  Corbeil, 2015.

5  On peut désormais accéder à une version antérieure de cet entretien sur le site Internet Persée ; il est paru initialement dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales (Winkin, 1984).

6  Shalin, 2009. Ce site Internet contient une infinité de ressources bibliographiques en ligne et donne la possibilité d’accéder gratuitement à d’innombrables articles sur Goffman disponibles en intégralité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « La théorie d’Erving Goffman sur l’interaction face-à-face pour comprendre le téléphone mobile et les SMS », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-1 | 2016, 205-211.

Référence électronique

Yves Laberge, « La théorie d’Erving Goffman sur l’interaction face-à-face pour comprendre le téléphone mobile et les SMS », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/1676

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Institut d’études canadiennes et autochtones, Université d’Ottawa, Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org